Lettre Valloire n°672 .pdf



Nom original: Lettre Valloire n°672.pdfTitre: Lettre Valloire

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par QuarkXPress(R) 9.54r1, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 28/11/2016 à 18:22, depuis l'adresse IP 90.21.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 371 fois.
Taille du document: 506 Ko (8 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Sommaire
La très belle année
du groupe tourangeau
Plastivaloire

3

Le pôle du cheval de LamotteBeuvron attire les entreprises 3

Amazon investit dans un centre
de tri inédit à Saran
4

Important projet immobilier à
Boigny-sur-Bionne
6

Schrub, à Ballan-Miré,
repris par Serv

MMA se dote d’un campus
de formation à Chartres

Le projet des Hauts de Beauval
présenté à St-Aignan
6

3

30 novembre 2016 - n °6 7 2

Continuité ou renouveau
à la CCI régionale ?

Ils seront à priori deux sur la ligne de
départ, jeudi 1er décembre, au lendemain
de la parution de cette édition, pour briguer la présidence de la CCI Centre : le

Alltricks . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3
Amazon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .4

trésorerie consolidée des CCI régionales
a fondu comme neige au soleil : de
40 M€ au 1 er janvier 2014 à… 3 M€
aujourd’hui. Si les ponctions de l’État
sont responsables de la disparition de
23 M€, « l’accident industriel » de France
Business School (fBS) aura tout de même
coûté 14 M€ aux chambres.
Par un redoutable effet de ciseaux, les
recettes de fonctionnement ont baissé
de 42 % depuis 2014 et les fonds propres
des sept établissements (les six départementaux et le régional) « sont proches de
zéro ». Conséquence : le personnel
consulaire a le moral au même niveau
que les fonds propres et les banquiers

“LES DIFFICULTÉS FINANCIÈRES
VONT VRAISEMBLABLEMENT
ENCORE S’ACCENTUER
sortant Nicolas Chiloff, patron de plusieurs entreprises de mécanique, et un
nouveau venu, Antoine Bonneville, président de la société Lenzi, d’Argentonsur-Creuse (36) et membre du bureau de
la CCI de l’Indre.
« Fier de son bilan malgré un contexte
compliqué », celui qui vient de boucler
un premier mandat de cinq ans à la tête
de la chambre régionale promet pour les
années à venir du sang et de la sueur. La

Index



Le président sortant de la CCI régionale Nicolas Chiloff, soutenu par
son département du Loiret, est prêt
à rempiler pour cinq ans. Il sera
challengé par un chef d’entreprise
de l’Indre, Antoine Bonneville. Quel
qu’il soit, il faudra du courage au
nouveau président élu le 1er décembre pour affronter la baisse de ressources des chambres consulaires,
assumée et maintenue par l’État.

6

sont devenus « réticents à prêter aux
CCI. »
Et ce n’est pas fini. Toujours selon Nicolas
Chiloff, une nouvelle baisse de ressources
d’environ 7 % va impacter les chambres
en 2017. « Les difficultés financières vont
vraisemblablement encore s’accentuer,
prédit le président sortant, et (elles)
déboucheront sur des mesures sociales
qui, à mon avis, seront inévitables. »
Dans ce contexte morose, propre à

Axéréal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .5
BAP Bursa . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3
Berton . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .5
BNP Paribas Real Estate Orléans . .5
BNP Paribas Real Estate Tours . . . .4
Castle IT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .5
DS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .5
Equip Horse . . . . . . . . . . . . . . . . . .3
Francecol Technology . . . . . . . . . . .4
FTS Welding . . . . . . . . . . . . . . . . . .3
Jean-Louis Baron . . . . . . . . . . . . . .3
Karl Hess . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3
Kuhn . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .5
Laffi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3
Leclerc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .5
Lenzi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .2
Maif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .5
Matarese . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .4
Michelin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3
MMA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .6
Mr Bricolage . . . . . . . . . . . . . . . . .6
Philips . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .2
Plastivaloire . . . . . . . . . . . . . . . . . .3
Scania . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .4
Schrub . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3
Serv . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3
Sofiprotéol . . . . . . . . . . . . . . . . . . .5
Wyjolab . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .5
Zodiac Aerospace . . . . . . . . . . . . . .5

L’abonné, l’acheteur et l’utilisateur d’une publication ou d’un article sur support papier ou numérique, n’acquièrent qu’un droit d’usage (lecture par une ou plusieurs personnes, archivage à usage personnel et privé). Aucun droit de reproduction,
sous quelque forme que ce soit (photocopie, scanner, copie numérique), n’est inclus dans l’acquisition de la publication ou de l’article, si ce n’est celui d’une copie unique destinée à un usage strictement personnel. Toute autre utilisation est
donc soumise à accord préalable de l’éditeur. Toute utilisation non autorisée constitue une contrefaçon, délit pénalement sanctionné (jusqu’à 2 ans d’emprisonnement et 1 million d’euros d’amende).

La Lettre Valloire n°672 - 30 novembre 2016 1

À la Une

Affaires

décourager les bonnes volontés,
Nicolas Chiloff identifie cinq chantiers prioritaires pour la CCI régionale : il cherchera d’abord, s’il est
renouvelé, à amplifier auprès des
entrepreneurs les opportunités
de la loi NOTRe et notamment à
renforcer les relations avec le
conseil régional et sa nouvelle
agence de développement. Autre
projet qui lui tient à cœur : engager le réseau consulaire dans l’accompagnement des entreprises
vers des domaines dits « de transition », comme l’énergie, le développement durable, les circuits
courts et bien sûr le numérique,
en assurant de surcroît la promotion d’un thème qui lui est cher,
celui de « l’usine du futur ».
Son concurrent Antoine Bonneville, patron de Lenzi, une PME
d’Argenton-sur-Creuse (36) spécialisée dans l’éclairage public
qu’il a reprise il y a une dizaine
d’années au géant Philips, ne propose pas un programme de gouvernance fondamentalement différent. Après avoir cédé à
l’amicale pression de Paulette
Picard, qui fut elle-même prési-

dente de la chambre régionale,
l’industriel indrien veut être « un
président de terrain », « à l’écoute
des territoires », qui se porte
garant que la CCIR sera « un partenaire performant du conseil
régional, tête de file du développement économique régional
avec la loi NOTRe. » À ce titre, il
se dit « persuadé » qu’au-delà des
sensibilités politiques, « la relation avec le président de Région
François Bonneau doit être privilégiée. »
Celui qui veut être un candidat
« pour » et pas un candidat
« contre » – sans animosité contre
son adversaire, il déplore seulement que le président sortant
n’ait pas publié, comme il est d’usage, un bilan de mandature – a
entamé il y a plusieurs mois une
tournée des territoires qui l’a
amené à rencontrer les présidents
de CCI bien sûr, mais aussi les
responsables des branches professionnelles et des chefs d’entreprises. Tous, disent-ils, ont apprécié la démarche.
Face à lui, Nicolas Chiloff prévient
que le mandat de président de la

CCIR est « technique » et nécessite
« expérience et savoirs », avec une
mobilisation personnelle « de 2 à
5 jours par semaine». Des arguments qui n’émeuvent guère
Antoine Bonneville : « L’expérience, ça s’acquiert. Avant d’être élu président en 2010, Nicolas
Chiloff n’avait pas plus d’expérience du poste que moi aujourd’hui », souligne-t-il.
Les 51 délégués siégeant à la CCIR
– dont 15 du Loiret et 11 de l’Indre-et-Loire, ces deux “grosses”
CCI territoriales emportant la
majorité à elles deux – désigneront leur président jeudi 1 er
décembre. Face à l’expérience du
sortant, qui se réclame du soutien
des 15 élus de son département,
Antoine Bonneville tentera de rassembler celles et ceux qui, mezzo
voce, s’affirment partisans du
changement. Sans compter qu’un
– ou une – troisième candidat(e)
peut s’inviter au dernier moment
dans le débat... Une chose est, en
revanche, certaine : quelle que
soit l’issue du vote, la tâche ne
sera pas de tout repos pour le
vainqueur.
FXB

Présidents de CCI, parité entre anciens et nouveaux
En attendant le résultat de
l’élection de leur président
régional, les CCI ont renouvelé
assez largement leurs élus,
avec un effectif fortement féminisé, et la composition des
bureaux. Trois nouveaux présidents font leur apparition
au côté des trois anciens.
Les six CCI départementales ont
renouvelé leurs élus courant
novembre. Si la représentation
s’est féminisée, les six présidents
restent des hommes. Trois d’entre
eux sont nouveaux : en Indre-et2 La Lettre Valloire n°672 - 30 novembre 2016

Loire, Philippe Roussy prend la
succession de Gérard Bouyer, qui
avait lui-même remplacé en cours
de mandat Serge Babary, devenu
maire de Tours ; en Eure-et-Loir,
Michel Guerton, ancien président
de l’entreprise éponyme de chaudronnerie, reprend le fauteuil de
Joël Alexandre et Jérôme Gernais,
à la tête de trois entreprises castelroussines de maintenance
industrielle et d’équipement électrique totalisant 70 salariés, succède à Paulette Picard dans l’Indre. Enfin, trois présidents se
maintiennent en poste : c’est le

cas, sans surprise, d’Yvon Saumet
dans le Loir-et-Cher et d’Alain Brunaud dans le Cher, mais aussi d’Alain Jumeau dans le Loiret. Ce dernier, à la tête d’une liste consensuelle Medef-CGPME, n’aura
finalement pas souffert des ambitions de la liste constituée à la vavite par Benoît Lonceint : ce dernier, ex-président de l’UdelMedef, ne figure pas parmi les 41
élus du Loiret. Il a toutefois
déposé un recours devant le tribunal administratif en raison d’irrégularités constatées dans l’envoi
FXB
des bulletins de vote.

Économie

Affaires

Affaires
37 • La très belle
année de Plastivaloire
+ 21,8 % ! C’est la progression du
chiffre d’affaires de Plastivaloire
entre l’exercice clos au 30 septembre 2015 et le dernier, clos au 30
septembre 2016, que le groupe
de plasturgie tourangeau vient de
publier. Grâce à une performance
au 4e trimestre conforme à celle
des trois premiers, Plastivaloire
affiche un CA de 582,8 M€, faisant
ressortir une variation globale
proche de 22 %, mais surtout de
+ 17,9 % à périmètre comparable
c’est-à-dire une fois neutralisées
les contributions des deux sociétés rachetées en cours d’exercice,
l’allemand Karl Hess et le turc BAP
Bursa.
Fort de ce CA supérieur aux prévisions de 560 M€, pourtant déjà
revues à la hausse en cours d’exercice, Plastivaloire devrait atteindre
une marge d’Ebitda supérieure à

10 % ; les résultats annuels complets seront présentés la 14
décembre.

41 • Le pôle du cheval
de Lamotte-Beuvron
attire les entreprises
Les 400 ha du parc équestre fédéral de Lamotte-Beuvron et les différentes manifestations qui y sont
associées attirent les entreprises
de la filière. Ainsi, Pascal Bioulac,
le maire de cette commune solognote, nous confirme que la
société de matériel équestre JeanLouis Baron (JLB), installée
aujourd’hui à Compiègne (60) et
spécialisée dans la fabrication
d’obstacles de prestige, va transférer l’ensemble de ses activités
sur la ZA de Lamotte-Beuvron
dans un bâtiment municipal de
1 800 m2 : « 5 des 10 salariés de
JLB ont accepté le transfert,
indique Pascal Bioulac, ce qui va

permettre le recrutement local
de 5 personnes ». Le maire, qui
souhaite constituer un véritable
pôle d’équipementiers de ce secteur, nous indique être en discussions avec la société Equip Horse,
un distributeur d’équipements
équestres en ligne, qui envisage
d’installer une plateforme logistique à Lamotte-Beuvron.

28 • Alltricks continue
de s’étendre
à Châteaudun
Spécialisée dans la vente de pièces et d’accessoires pour les vélos
de route et les VTT ainsi que des
articles de running, la société Alltricks (10 M€ de CA en 2016,
environ 50 salariés) – dont le siège
social se trouve à Maurepas (78)
– s’étend à Châteaudun où elle
possède déjà une plateforme
logistique de 13 000 m² (cf. LV
n°653). L’entreprise va prendre

Focus

Schrub à Ballan-Miré repris par Serv
Créé en 2007 par Olivier de la Ferté à l’occasion de la reprise de
la société Schrub à Ballan-Miré, le groupe Laffi
vient de sortir de la
procédure de sauvegarde ouverte le 19 mai
2015 par le tribunal de
commerce de Tours.
Son concurrent Serv a,
en effet, repris le 8 novembre dernier la seule
société Schrub (6,5 M€
de CA), spécialisée dans

les solutions de soudage, en conservant 43
de ses 58 salariés : pour
cette dernière, le plan
de sauvegarde avait été
converti en redressement judiciaire le 22
juin 2016.
FTS Welding (30 salariés, 7 M€), autre filiale
de Laffi spécialisée dans
les solutions de soudage
robotisées, est conservée par Olivier de la
Ferté qui entend recen-

trer l’activité sur ses
productions historiques
(pinces de soudages par
points robotisées, préhensions modulaires de
géométrie robotisées et
armoires de soudage et
de commande d’axe) ;
cette gamme sera complétée par des solutions
de cellule robot de soudage arc et soudage par
point, ainsi que par des
prestations de sous-traitances.

Olivier de la Ferté envisageait depuis plusieurs mois de transférer cette activité sur
l’ex-site jocondien de
Michelin avec une perspective de création d’une vingtaine d’emplois.
Mais ce projet se heurterait, selon le dirigeant,
à l’opposition de Frédéric Augis (LR), le maire de Joué-lès-Tours, qui
nourrit d’autres projets
pour cette friche.

La Lettre Valloire n°672 - 30 novembre 2016 3

Économie

Affaires

4 300 m² dans l’hôtel d’entreprises situé rue des 13 Langues ;
dédiée au montage complet de
vélos, cette activité emploiera
trois salariés.
Comme annoncé dans notre précédente édition (LV n°653), Alltricks prévoit toujours de créer
une centaine d’emplois à Châteaudun d’ici à trois ans. Dans
l’immédiat, aucune campagne de
recrutement n’est envisagée.

37 • Francecol
Technology déménage
à St-Cyr-sur-Loire
La société d’électronique Francecol Technology, qui emploie 8
salariés à Luynes, déménage sur
la zone Equatop II à St-Cyr-surLoire. Elle a pris à bail 309 m²,
dont 95 m² serviront d’atelier et

de lieu de stockage. La transaction
a été accompagnée par BNP Paribas Real Estate Tours.
Francecol Technology développe
des moteurs électriques et des
variateurs électroniques de puissance. L’entreprise, qui travaille
en partenariat avec des industriels, dépose une dizaine de brevets par an aussi bien dans le
domaine de l’aéronautique que
des énergies renouvelables. Francecol Technology est adhérent du
réseau S2E2, le pôle de compétitivité régional dédié aux énergies
électriques et thermiques.

36 • Matarese et
Scania sur la ZAC
de Grandéols
En début d’année, nous avions
évoqué la volonté de l’imprimerie

Matarese de s’étendre (cf. LV
n°654). Actuellement à l’étroit
dans les 600 m² qu’elle occupe
rue Bergson à Châteauroux, cette
société de 12 salariés reprendrait
l’ensemble immobilier que Balsan
Confection quittera au 31 décembre prochain sur la ZAC de Grandéols.
Par ailleurs, le constructeur de
poids lourds Scania, déjà présent
sur la zone aéroportuaire, pérennise son agence en devenant propriétaire de ses 15 000 m² de
locaux et en construisant de nouveau à côté de l’aire des gens du
voyage. Enfin, le conseil communautaire délibère pour autoriser
l’ouverture d’un hôtel-restaurant
asiatique de 70 chambres et 350
couverts à proximité de l’échangeur de l’A 20 ; il pourrait générer
une vingtaine d’emplois.

Focus

Amazon investit dans un centre de tri
inédit à Saran
Afin de raccourcir encore les délais d’acheminement des produits
qu’il vend sur Internet,
le géant américain Amazon vient d’inaugurer
son premier centre de
tri associé au site de
préparation de commandes de Saran (45).
Une passerelle équipée
d’un tapis roulant de
240 m de long permet
de transporter les colis
jusqu’à un nouveau bâtiment de 15 000 m2
où les paquets sont regroupés par destination
avant d’être pris en
charge par La Poste et

les transporteurs. « La
prise en compte de cette étape en interne est
une première en France pour nous, a indiqué
Frédéric Duval, le directeur d’Amazon France. Elle nous permet
d’être encore plus rapides ; nous pourrons
traiter 220 000 colis/
jour d’ici fin décembre.»
La chaîne de tri est en
cours de finition mais
tourne déjà à un rythme soutenu avec les
commandes de cadeaux
de fin d’année. Le recrutement de 250 em-

4 La Lettre Valloire n°672 - 30 novembre 2016

plois en CDI est programmé sur une période de trois ans.
Amazon a réalisé d’autres investissements sur
son site de préparation
de commandes tout
proche. Des tours de
stockage de trois étages
ont été ajoutées de façon à augmenter encore
le stock de marchandises avec pour objectif
de le porter à 16 millions d’articles. En cette
période, 2 700 intérimaires ont été recrutés
pour renforcer les
1 000 salariés titulaires.

Avec ses 90 000 m2, le
site de Saran figurait
en tête des quatre implantations d’Amazon
en France. Il sera dépassé en septembre
2017 par l’ouverture
d’un centre de distribution de 107 000 m2
à Boves (80). Un deuxième centre de tri est
également programmé
à Lauwin-Planque (59).
Amazon a consacré
1,5 Md€ à son développement en France depuis 2010. Son site
internet reçoit 19
millions de visiteurs
uniques chaque mois.

Économie

Affaires

36 • Wyjolab achève
son extension à Chaillac
Annoncée fin 2014 (cf. LV n°626)
et après deux ans de travaux, l’extension de l’unité de production
du façonnier en santé animale
Wyjolab (environ 50 salariés) vient
de s’achever à Chaillac. La société
avait investi 6 M€ dans ce programme lui permettant d’atteindre les 10 000 m² et de créer des
postes en production et en R&D.
Le site fabrique et conditionne
pour le marché vétérinaire de
nombreuses formes galéniques
comprenant des liquides, semiliquides, solides et extrusion de
polymères médicamenteux. La
moitié de sa production est destinée à l’export.

RCVL • Zodiac
Aerospace réduit son
nombre d’intérimaires
L'équipementier aéronautique
Zodiac Aerospace, qui possède
plusieurs sites en région CentreVal de Loire, à Châteaudun (28),
Issoudun (36), Joué-lès-Tours et
Loches (37), a l’intention de
réduire le nombre de ses intérimaires en France et de supprimer
des emplois outre-Atlantique. Les
chiffres de l’exercice 2015-2016
révèlent, en effet, une chute de
41,5 % du bénéfice net malgré la
progression du CA au cours de la
période. Localement, Zodiac
emploie environ 250 intérimaires

à Issoudun, où une baisse de la
charge de travail est attendue
pour les deux prochaines années.

45 • L’Agreen Tech
Valley bientôt
aménagée à Orléans
La société d'économie mixte pour
le développement orléanais
(Semdo) va aménager le campus
Agreen Tech Valley, prévu pour
2017, qui s’étend sur 7 ha à
Orléans. Cette “vallée numérique
du végétal” accueillera une serre
de 350 m², un complexe de
recherche de 3,2 ha, un hôtel
d’entreprises et une serre “du
futur” de 4 500 m². Une emprise
de 3 000 m² aurait été réservée à
l’implantation d’un grand groupe
spécialisé dans le végétal.
Le programme fédère déjà plusieurs entreprises du monde agricole, comme Axéréal, Kuhn et
Sofiprotéol, ainsi que l’université
d’Orléans.

entreprises et collectivités. Castle
IT a fait appel au groupe Crédit
Agricole pour le financement de
ce projet.

45 • Le groupe Berton
prend 3 300 m2 à Ingré
Le groupe Berton, un déménageur présent à Orléans, Blois,
Tours, Angers et en région parisienne, a acheté un bâtiment de
3 300 m 2 rue Henri Dunant à
Ingré pour le développement de
son enseigne « Les Gentlemen du
Déménagement » et de l’activité
de self-stockage SOS Box ; il
conserve néanmoins une partie
des locaux de la rue des Sablons
à Ormes, où il est actuellement
installé. Transaction : BNP Paribas
Real Estate Orléans.

45 • DS s’installe
à Olivet, la Maif face
à la gare d’Orléans

La société de services numériques
Castle IT vient d’ouvrir son premier data center en région Centre-Val de Loire, à Larçay. D’une
superficie de 1 300 m², ce centre
d’hébergement se compose de
300 baies informatiques, soit l’équivalent de 27 000 serveurs. La
société propose des services d’hébergements de données aux

La concession Citroën a acheté
des locaux rue de la Bergeresse,
à Olivet, pour y implanter DS, la
marque haut de gamme du
groupe. Par ailleurs, l’assureur
mutualiste Maif a quitté la rue de
Patay pour emménager tout près
de là, dans l’immeuble du 33-35
avenue de Paris, en face de la gare
d’Orléans. Maif y dispose de
671 m2 au 1er étage et au rez-dechaussée, où il a installé son
agence commerciale. Transaction :
BNP Paribas Real Estate Orléans.

Leclerc à St-Doulchard (cf. LV
n°664), on connaît désormais la
date de livraison qui est prévue
pour début 2018 ; la construction
du centre commercial vient juste
de débuter. L’ensemble, d’une

surface totale de 20 000 m², comprendra l’hyper sur 6 000 m² de
surface de vente, une galerie marchande de 2 500 m² et encore une
cafétéria de 600 m² : environ 200
emplois devraient être créés. L’en-

37 • Castle IT ouvre un
data center à Larçay

Distribution
18 • L’hyper Leclerc
de St-Doulchard
prévu pour 2018
Aucun calendrier n’avait été fixé
pour le projet d’hypermarché

La Lettre Valloire n°672 - 30 novembre 2016 5

Économie

Affaires

seigne possède déjà dans le
département trois hypermarchés
à Bourges, Vierzon et St-AmandMontrond.

41 • Mr. Bricolage
ferme deux magasins
Le groupe Mr. Bricolage a annoncé son intention de fermer
dans l’Hexagone dix-sept de ses

magasins gérés en direct, dont
ceux de Romorantin et St-Gervaisla-Forêt ; ils comptent à eux deux
une trentaine de salariés.
Après Vendôme (cf. LV n°671), ce
sont donc trois points de vente
de l’enseigne qui vont cesser leur
activité dans le département.
Dans le cas présent, cette fermeture est due à une volonté du

groupe de développer une offre
commerciale plus proche des
nouvelles attentes de sa clientèle
(décoration et équipement de la
maison).
Il s’agit aussi de se recentrer sur
le modèle des franchises, qui
concerne déjà la grande majorité
des magasins Mr. Bricolage (672
des 759 magasins de France).

orléanaise, va lancer une consultation d’aménageurs pour un projet de construction de 110 à 120
logements sur un terrain de 11 ha
dans le secteur de la Clairière.
Environ 15 % des logements
seront en accession à prix maîtrisés (habitat intermédiaire, maisons individuelles groupées ou
terrains à bâtir denses) ; le reste
sera en accession classique, sous
forme de terrains à bâtir.
Le programme prévoit également
une enveloppe foncière de près
de 4 ha destinée aux aménagements et ouvrages nécessaires au
fonctionnement du futur quartier
(voiries, réseaux, liaisons douces,
gestion des eaux de pluie, etc.)
ainsi qu'aux espaces publics et
espaces verts, futurs et existants.
L’opération, qui se déroulera en
plusieurs tranches, devrait débuter en 2019 ; elle s’étalera sur une
dizaine d’années.

l’Homme ; entre 600 et 650 logements ainsi que 10 000 m² de
locaux d’activités devraient y être
construits d’ici à 2020. Les besoins
scolaires seront intégrés au projet
d’extension de l’école Michel-dela-Fournière. La part belle sera
également faite aux espaces verts
avec notamment des jardins partagés.

Aménagement
28 • MMA se dote d’un
campus de formation
à Chartres
Le groupe d’assurances MMA,
dont le siège chartrain s’étend sur
15 ha (dont 25 000 m² de locaux),
se dote d’un campus de professionnalisation qui ouvrira en mars
2017 et pour lequel 6 M€ ont été
investis. D’une superficie de
3 000 m², il abritera un centre de
formation comprenant 9 salles
de cours, un espace d’accueil et
des salles de visioconférences. Ce
campus, sur le modèle de celui
de Strasbourg, permettra d’accompagner et de développer les
compétences des entrepreneurs
d’assurance MMA. En moyenne,
une cinquantaine d’entre eux
démarrent leur carrière dans ce
type de centre et 300 agents généraux y sont reçus dans le cadre de
leur formation continue.
Parallèlement au campus, MMA
met en vente son actuel site de
formation de 5 600 m² situé boulevard Chasles.

45 • Important projet
immobilier à Boignysur-Bionne
La municipalité de Boigny-surBionne, à l’est de l’agglomération
6 La Lettre Valloire n°672 - 30 novembre 2016

45 • Un nouveau
quartier à Orléans
Le conseil municipal d’Orléans a
validé la création d’une zone d’aménagement concertée (ZAC),
baptisée Fil Soie (ex-Clos de la
Pointe), située sur 32 ha au nord
de l’Argonne, de part et d’autre
de l’avenue des Droits de

41 • Le projet des
Hauts de Beauval
présenté à St-Aignan
Le projet d’hôtel « Les Hauts de
Beauval » a été présenté récemment au conseil municipal de StAignan. Classé deux étoiles et
construit à proximité du ZooParc,
il comptera 120 chambres pouvant accueillir chacune quatre personnes. Une navette sera mise en
place pour assurer le transport
des touristes de l’hôtel vers le
ZooParc de Beauval.
Le programme sera composé de
cinq bâtiments comprenant les
hébergements (clients et personnel), un restaurant avec quatre
salles de conférences ainsi que
différents services. L’ensemble
devrait créer une vingtaine de CDI
et une cinquantaine d’emplois saisonniers.

Économie

Affaires

Initiative publique
45 • Un nouveau lycée
à Châteauneuf-surLoire…
Sur les bases d’une étude commandée par l’institut TRMO
Régions par l’exécutif régional, un
nouveau lycée devrait voir le jour
d’ici à 2021 à Châteauneuf-surLoire. Le bassin de vie orléanais
comptera en effet 1 350 lycéens
de plus en 2026, ce qui représente, par rapport à la situation
présente, un déficit d’environ 900
places. Le futur établissement de

Châteauneuf-sur-Loire sera destiné à soulager ceux de l’est Orléanais. Le programme pourrait
représenter un chantier d’environ
deux ans pour un investissement
compris entre 35 et 40 M€. Le
dossier sera débattu en commission permanente du conseil régional en 2017.

28 • … et un autre sur
le territoire d’Épernon
Le président de Région a approuvé le principe d’un nouveau

lycée dans le secteur d’Épernon.
Aucun emplacement, ni le calendrier, n’ont pour l’instant été évoqués mais ce nouvel établissement pourrait attirer de 800 à 900
élèves des communes de la partie
est de l’Eure-et-Loir, mais aussi
entre 80 et 100 élèves qui doivent
actuellement quitter le département à la fin du collège pour
poursuivre leurs études en Île-deFrance.
Ce lycée permettrait de décharger
le bassin de Chartres et de réduire
la pression sur celui de Dreux.

Carnet
RCVL • Gérard Bobier
élu président
de la CRMA
Gérard Bobier (UPA), président
de la chambre des métiers et de
l’artisanat (CMA) d’Indre-et-Loire
a été élu à la tête de la chambre

régionale de l’instance. Avec 49
élus pour l’ADNA (Artisans de
notre avenir) contre 47 pour l’UPA
(Union professionnelle artisanale), c’était le président de la
chambre d’Eure-et-Loir Michel
Cibois (ADNA) qui était pressenti
pour prendre la tête de la région ;

il lui a, au final, manqué des voix
dans son camp puisqu’il n’a
obtenu que 46 voix sur 95 votants.
Gérard Gautier, le président de la
CMA du Loiret, devient premier
vice-président.

Bulletin d’abonnement
A retourner à MCM Presse - BP 92031 - 37020 Tours Cedex 1
Je soussigné . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

o

souscris un abonnement d’un an (23 numéros de la lettre bimensuelle + les magazines
hors-séries) à La Lettre Valloire. J’adresse un chèque de 370 € (tarif 2016).

o

souscris un abonnement d’un an à Lettre Valloire + (éditions imprimées, envoi e-mail
de La Lettre Valloire bihebdomadaire). J’adresse un chèque de 470 € (tarif 2016).
Une facture (TVA à 2,1 %) est automatiquement adressée après la réception conjointe de l’abonnement et du paiement.

Entreprise ou organisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Fonction dans l’entreprise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Adresse. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Code postal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Ville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tél. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Fax . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E-mail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Directeur de la publication : François-Xavier Beuzon - Rédaction : François-Xavier Beuzon, Jean-Christophe Savattier,
Aurélie Vouteau (édition) et les correspondants à Orléans (Bruno Villeneuve) et Chartres (Stéphane Messer).
Diffusion : Nadine Gomès - Publicité : AN Média (Aline Noirot) 07 78 25 26 87 - Siège social : 14 bd Heurteloup 37000 Tours - 02 47 70 60 00 - contact@lettrevalloire.com - Tarif de l’abonnement 2016 : 370 € (avec la lettre
bihebdo : 470 €) - Imprimerie : Dupli-print (Domont) - Édité par MCM Presse - SAS au capital de 160 000€ R.C.S. B 450 613 591 Tours - Numéro de commission paritaire : 0121 I 85872 - ISSN 0986-6523 - Dépôt légal
à parution - Droits de reproduction et de diffusion réservés. © La Lettre Valloire 2016. www.lettrevalloire.com

Signature et cachet

La Lettre Valloire n°672 - 30 novembre 2016 7

Points Chauds

Mésentente cordiale
Dommage collatéral – mineur
– de la victoire de François
Fillon, la bataille pour l’investiture sur la 1ère circonscription d’Indre-et-Loire est
ravivée entre les deux adjointes du maire du Tours,
Céline Ballesteros et Françoise Amiot.
Françoise Amiot, soutien dès
la première heure du député
de Paris, réclame à l’examen
du score réalisé à Tours que
soit « rapidement » reconsidéré le choix de Céline Ballesteros comme candidate
des Républicains. Françoise
Amiot, qui qualifie aimablement sa concurrente de
« danseuse » en raison de ses
changements successifs de
favori aux primaires (Bruno
Le Maire, NKM, puis enfin
François Fillon au deuxième
tour), est rejointe par Thibault
Coulon, également adjoint
de Serge Babary, qui dénonce
« la candidate blingbling ».
Les réunions de bureau des
élus de la majorité municipale
promettent d’être détendues…

Une sortie qui divise
Les élus blésois divergent au
sujet de la création d’une se-

Point de vue

Contraste

La droite et le centre ont élu ce dimanche de manière tout à fait indiscutable le
candidat qui portera leurs espoirs aux élections présidentielles du printemps
prochain. Au cours du même week-end, la gauche a montré, pour sa part,
qu’elle était animée d’une irrésistible pulsion la menant tout droit vers l’autodestruction programmée.
Bien sûr, l’insuffisant leadership d’un président démonétisé explique ce naufrage mais il n’est pas sa seule cause. Quelque chose a bougé dans le pays profond. Cette tectonique produit l’éclatement d’un parti de gouvernement qui
n’a pas su synthétiser la demande de la communauté nationale. Droites et gauches confondues, la Nation refuse le déclin que lui préparent des élites impuissantes et rejette les solutions de facilité des populistes.

conde sortie de l’A10 qui doit
irriguer les zones d’activité
de l’agglomération. Yvon Saumet, le président de la CCI
de Loir-et-Cher, et Bernard
Pillefer, vice-président du
conseil départemental en
charge des routes, refusent
de co-signer le courrier que
Christophe Degruelle, le président d’Agglopolys, entendait
adresser à la ministre de l’Écologie Ségolène Royal.
La missive réclame que deux
études soient conduites, l’une
sur la création d’un second
échangeur, la seconde sur
l’extension de l’échangeur
existant. « C’est une erreur
de stratégie, estiment de
concert les deux récalcitrants.
Il n’est pas de bonne poli-

Le tiercé des Primaires respecté
En région Centre-Val de Loire, les résultats du 1er
tour des primaires de la droite et du centre ont
confirmé la tendance nationale, avec un François
Fillon arrivant en tête partout, son meilleur score
étant obtenu en Indre-et-Loire (48,9 %). Alain Juppé
est arrivé deuxième dans tous les départements,
l’Indre-et-Loire lui donnant, là aussi, son meilleur
score (27,3 %). Du coup, Nicolas Sarkozy fait son
moins bon score dans ce département (17,4 %), le
meilleur étant dans l’Indre (25,2 %) où il talonne
Alain Juppé (26,1 %). L’ex-président de la République
n’est devant le maire de Bordeaux que dans trois
circonscriptions de la région, la 2e de Loir-et-Cher,
la 1ère de l’Indre et la 4e du Loiret, dont les leaders
locaux des Républicains, respectivement Guillaume
Peltier, Gil Avérous et Jean-Pierre Door, s’étaient
résolument rangés derrière lui.

8 La Lettre Valloire n°672 - 30 novembre 2016

tique de courir deux lièvres
à la fois, sachant que la
priorité des priorités, c’est
bien la création d’une seconde sortie ». Le courrier
serait resté lettre morte.

Haro
sur l’administration
Soutien visible de François
Fillon et candidat en campagne à sa propre réélection,
le député LR de la 2e circonscription du Loiret, Serge
Grouard, part en guerre contre les « absurdités administratives ». Chaque semaine,
l’ancien maire d’Orléans postera sur son profil Facebook
un exemple concret d’une
bourde courtelinesque dont
on l’aura saisi, a-t-il annoncé.
Cette saga numérique fournira autant d’exemples des
dysfonctionnements de cette
bureaucratie qui, toujours
dans le style fleuri qu’affectionne Serge Grouard, « emmerde les Français ».

Philippe Vigier
s’ensable dans
les déserts médicaux
Le député UDI d’Eure-et-Loir
Philippe Vigier, qui proposait
le 24 novembre dernier à
l’Assemblée nationale un bloc
de mesures destiné à lutter
contre les déserts médicaux,
a vu ses propositions rejetées
à la fois par la gauche et par

la droite. Rappelons qu’en la
matière, Philippe Vigier fait
figure de multirécidiviste puisqu’il représente régulièrement ce texte de loi… depuis
2011. Avant qu’il soit à chaque
fois repoussé ! Curiosité, c’est
un autre élu de la région
Centre-Val de Loire, le député-maire LR de Montargis
Jean-Pierre Door qui a porté
cette fois-ci l’estocade contre
la « loi Vigier » en indiquant
qu’en matière médicale, « la
coercition n’avait jamais
fait ses preuves ».
Parodiant la célèbre publicité
de l’assureur Maaf, Philippe
Vigier a déjà indiqué « qu’il
reviendrait à la charge avec
son texte ».

Décès du sénateur
Louis Pinton
Nous avons appris le décès
« brutal » du sénateur LR de
l’Indre, Louis Pinton, à l’âge
de 68 ans. Ce vétérinaire était
entré au Palais du Luxembourg le 22 novembre 2007
en prenant la succession de
l’ex-maire de Châteauroux
Daniel Bernardet suite à son
décès. Figure de la vie politique berrichonne, Louis Pinton, qui fut maire d’Orsennes,
avait présidé le conseil départemental de l’Indre de
1998 à 2016. Serge Descout
(DVD), considéré comme son
dauphin, lui avait succédé en
février dernier.


Aperçu du document Lettre Valloire n°672.pdf - page 1/8
 
Lettre Valloire n°672.pdf - page 3/8
Lettre Valloire n°672.pdf - page 4/8
Lettre Valloire n°672.pdf - page 5/8
Lettre Valloire n°672.pdf - page 6/8
 




Télécharger le fichier (PDF)


Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


lettre valloire n 672
classement poules homme
poules homme
liste des centres de vaccination
programme assises tourisme gastronomique 2015
tours magazine 194

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.566s