La théorie du Corps .pdf


Nom original: La théorie du Corps.pdf
Auteur: Brieuc Genot

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft® Word 2010, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 04/12/2016 à 20:46, depuis l'adresse IP 86.193.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 337 fois.
Taille du document: 187 Ko (2 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


La théorie du Corps
par Angélique, Brieuc et Thomas :

D’après l’une des lois les plus profondément ancrées dans la physique de notre temps, on peut dès
lors affirmer que le son et la lumières sont des ondes, et donc sont deux entités qui, par définition,
sont définies par une période, une fréquence et une amplitude. Ainsi, on peut représenter ces deux
ondes par un simple schéma :

B

A

S

L

Ici, on considère A comme étant un objet émettant une onde sonore S et une onde lumineuse L. La
longueur d’onde de l’onde lumineuse étant plus élevée que celle de l’onde sonore, on dira qu’elle est
plus rapide, puisqu’elle parcourt une plus grande distance en un même lapse de temps. Alors, le
récepteur B verra l’objet avant de l’entendre.
Maintenant, admettons qu’il soit physiquement possible d’aller exactement et constamment à la
vitesse de la lumière. Ainsi, l’objet serait à t(0), encore à sa position initiale A, puis à l’instant t(1), ce
même objet pourra être vu par le récepteur B à la position B si l’objet se déplace de A vers B à la
vitesse de la lumière. Pour parler plus simplement, du point de vue de l’observateur B, l’objet A se
déplacera vers B en un temps qui tend vers 0. On pourra dire qu’il se « téléporte ».
Alors, imaginons maintenant qu’il soit possible de se déplacer à une vitesse supérieure de celle de la
vitesse de la lumière. Que se passerait-il ? Que se passerait-il si l’objet A avait la possibilité de se
déplacer plus vite que sa propre image ? Nous pensions bien qu’il serait impossible de déplacer le
mur du son, jusqu’à ce qu’on le dépasse. Alors pourquoi pas celui de la lumière ? Alors, si cet objet
arrive à sa destination avant son image, qu’est ce qui le représenterait ? C’est alors que nous nous
sommes posé la question suivante : qu’est ce qui nous représente en tant qu’entité si ce n’est notre
image ? C’est pourquoi nous avons décidé de faire intervenir un autre paramètre : le Corps. Le Corps
est lui aussi représenté comme une onde, à la manière de la lumière ou du son, il a une vitesse qui lui
est propre, et qui est donc plus élevée que celle de la lumière. Ainsi, cet objet se déplaçant plus vite
que son image, est représenté, avant que son image lui parvienne, par son corps. Mais qu’est-ce que

le corps ? Si nous ne pouvons le voir ni l’entendre, pouvons-nous le toucher ? Représenterait-il un
« nous même » invisible et inaudible ? Le Corps a-t-il une odeur ? Un goût ? Ou bien sa perception
relève-t-elle d’un sens que nous ne possédons pas ?
A la manière du ver de terre qui ne peut voir sans yeux, vivons-nous dans l’ignorance d’un monde qui
nous entoure mais que nous ne pouvons percevoir ? Nous essayons de tout savoir, mais nous n’en
avons peut-être tout simplement pas la possibilité.


Aperçu du document La théorie du Corps.pdf - page 1/2

Aperçu du document La théorie du Corps.pdf - page 2/2




Télécharger le fichier (PDF)




Sur le même sujet..





Ce fichier a été mis en ligne par un utilisateur du site. Identifiant unique du document: 00472169.
⚠️  Signaler un contenu illicite
Pour plus d'informations sur notre politique de lutte contre la diffusion illicite de contenus protégés par droit d'auteur, consultez notre page dédiée.