Réponse à la lettre ouverte de Madame le Mairepdf.pdf


Aperçu du fichier PDF re-ponse-a-la-lettre-ouverte-de-madame-le-mairepdf.pdf

Page 1 2 3 4 5 6 7 8




Aperçu texte


les circonstances de la mort d’Adama, puisque la contre-autopsie que nous avons obtenue est venue
contester la version de la préfecture, défendue par le procureur depuis muté. Tout cela est bien
malsain.

Nous ne sommes pas responsables de ces violences. Nous n'avons jamais, quelles que soient les
circonstances, appelées à celles-ci. Nous le répétons une nouvelle fois : s’il y a eu des violences, la
première d’entre elles est survenue le 19 juillet, lorsqu’Adama est mort suite à son interpellation par
les gendarmes. C'est celle-ci qu'il est aujourd'hui temps de réprimander.

Madame le Maire entend placer sa souffrance au-dessus de celle d’une famille en deuil. Nous
sommes en droit de penser que la souffrance d’un deuil est plus profonde, d'autant que nous devons
dans le même temps nous efforcer, tant bien que mal, de chercher la vérité et la justice. Cela sans
son aide.
Nous n’avons par ailleurs jamais présenté la mort d’Adama comme un crime raciste, mais comme
une affaire d’État. En revanche, nous avons dû relever que madame Groux avait relayé à deux
reprises un post on ne peut plus explicite sur les réseaux sociaux. Madame le Maire Nathalie Groux,
personnalité publique, a donc partagé une incitation à la haine raciale une incitation à la violence et
une incitation au port d'arme, ce qui, rappelons-le, constitue un délit. C'est là une personne qui peut
être nuisible. Si Madame le Maire certifie ne pas être raciste, nous attendons alors qu'elle nous
donne sa définition de « Français de souche ».