Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils PDF Recherche PDF Aide Contact



DS 2016 Macro 2 .pdf



Nom original: DS-2016-Macro-2.pdf
Titre: DS 2016 Macro 2
Auteur: kamel

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par PDFCreator Version 1.2.0 / GPL Ghostscript 9.0, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 11/12/2016 à 21:15, depuis l'adresse IP 197.1.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 665 fois.
Taille du document: 316 Ko (6 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


MACROECONOMIE II
2016/2017

Faculté Des Sciences
Economiques et de Gestion de
Sousse

DEVOIR SURVEILLE : NOVEMBRE 2016

Niveau : L2
Filière : Licence Appliquée
en Sc. Economiques
CHARGE DE COURS : GARFA KAMEL

Soit une économie fermée en situation de chômage keynésien avec prix rigides. Les
comportements sont caractérisés par les relations suivantes :
La fonction de Consommation : C = cYd
Les impôts évoluent en fonction du revenu selon l’expression : T= tY
Investissement: I = I0 – bi
G=G0 : Les dépenses publiques

La demande de monnaie : Md = gY – hi
MO : Offre exogène de la monnaie

1) Déterminez l'expression de la courbe IS1
Equilibre sur le marché des B&S : Y = C + I + G (0.25 point)
Y = cYd + (I0 – bi) + G = c(Y-T) + (I0 – bi) + G
Y = cY- cT + I0 – bi + G = cY- c.tY + I0 – bi + G
Y – cY + ctY = I0 – bi + G
(1-c+ct)Y = I0 +G – bi
1
b




Y =
( I 0 + G ) − 
i ( IS1 )
 1 − c + ct 
 1 − c + ct 
(0.75 point)
2) Déterminez l’expression de la courbe LM1
Equilibre sur le marché de la monnaie : MO = MD donne :
MO = L1(Y) + L2(i) = gY – hi (0.25 point)
gY = MO + hi
M
Y = 
 g

 h
 +  i ( LM 1 )
(0.75 point)
 g

3) En se basant sur les équations précédentes, déterminez en fonction de Mo et de G,
la production Y* qui assure l'équilibre.
Equilibre IS-LM : il s’agit de déterminer la combinaison d’équilibre (Y*, i*) qui permet
l’équilibre simultané tant sur le marché des B&S que sur le marché de la monnaie. Il s’agit de
l’intersection de deux courbes IS1 et LM1. (0.5 point)

1


1
b


Y =  1 − c + ct (I 0 + G ) − 1 − c + ct i → ( IS1 )




0
0
Y = M + h i ⇔ i = g Y − M → ( LM )
1

g
g
h
h

(0.5 point)

On remplace l’expression de i de LM1 dans l’équation IS1, on obtient :
1
b
Y* =
(I 0 + G ) +
Mo
(1 − c + ct ) + b ( g / h )
(1 − c + ct ) h + bg
(1 point)
Démonstration :
1
b
M0



 g
Y =
( I 0 + G ) − 
 Y −

h 
 1 − c + ct 
 1 − c + ct   h
 bM o



1
bg






(
)
Y =
I
G
Y
+

+
 0


 1 − c + ct 
 h(1 − c + ct ) 
 h(1 − c + ct ) 
 bM O


 
bg
1


 = 
Y 1 +
(I 0 + G ) + 
 h(1 − c + ct )   1 − c + ct 
 h(1 − c + ct ) 

(1 point)

 bM O

 h(1 − c + ct ) + bg  
1


 = 
Y 
(I 0 + G ) + 
 h(1 − c + ct )   1 − c + ct 
 h(1 − c + ct ) 

 h(1 − c + ct ) 
 h(1 − c + ct )  bM O
1



(I 0 + G ) + 
Y = 
h
(
1

c
+
ct
)
+
bg
(
1

c
+
ct
)
h
(
1

c
+
ct
)
+
bg
h
(
1

c
+
ct
)









 0
1
b
(I 0 + G ) + 
 M
Y = 
 (1 − c + ct ) + b( g / h) 
 h(1 − c + ct ) + bg 

4) Quelle est l’expression du multiplicateur budgétaire (que vous noterez kG).
Comparer le au multiplicateur simple (déterminé sur le marché des B&S seul)


1

k G = 
 (1 − c + ct ) + b( g / h)  (0.5 point)

On remarque alors que ce multiplicateur budgétaire possède une valeur plus faible lorsque le
g
marché de la monnaie est pris en compte. Le retour financier b( ) vient réduire la valeur du
h
1
multiplicateur budgétaire
. Ce terme représente le frein monétaire lié à l’éviction de
1 − c + ct
l’investissement privé par la dépense publique, éviction consécutive à la hausse du taux d’intérêt que
provoque la dépense publique (1 point)
Dans le reste du travail, on vous donne les paramètres et les variables exogènes
suivants :
C = cYd = 0,9375Yd
T= tY = 0,2 Y
2

I = I0 – bi = 50 - 250 i
Md = gY – hi = Y - 1000 i
G=10
Mo = 40
5) Donner les expressions analytiques de IS1 et LM1 et calculer le couple revenu-taux
d’intérêt d’équilibre que vous noterez E1(Y1, i1). Représentez-le dans le diagramme
IS1-LM1. L’Etat a-t-il un excédent ou un déficit budgétaire ?
Equation IS1 :
Y= C +G+I
b
1




Y =
( I 0 + G ) − 
i
 1 − c + ct 
 1 − c + ct 

1
250




AN: Y = 
(50 + 10 ) − 
i
 1 − 0,9375 + 0.9375 x0,2 
 1 − 0,9375 + 0.9375 x0,2 

Y = 240 – 1000 i

(IS1) (0.5 point)

Equation LM1 : Mo =Md
Mo
Y = 
 g

 h
 +  i ( LM 1 )
 g

 40   1000 
AN : Y =   + 
i
 1   1 
Y = 40 + 1000 i
(0.5 point)

Y = 240 – 1000 i (IS1)
Y = 40 + 1000 i (IS2)
(1) = (2) donne : 240 – 1000 i = 40 + 1000 i
240 = 2000 i d’où

i2= 0,1 = 10%

(0.5 point)

Par conséquent,

Y2 = 140 (0.5 point)

Représentation graphique :
i
LM1
i*=0.1

E1

(1 point)

IS1
Y
Y*=140
3

Calcul de la valeur du budget de l’Etat:
Budget de l’Etat = T – G = 0,2x140–10=18 d’où l’Etat a un excédent budgétaire. (1 point)
6) Ce revenu d’équilibre Y1 est un revenu de sous-emploi, il ne permet pas d'employer
la totalité de la main-d’œuvre disponible ; le revenu de Plein-emploi (YPE) est égal à
200. Pour essayer d’atteindre le plein-emploi, l’Etat adopte une relance budgétaire en
doublant les dépenses publiques.
a- Déterminer le nouvel équilibre que vous noterez E2(Y2, i2) et en faire une
illustration graphique. Cette politique permet-elle d’atteindre le plein-emploi ?
Le nouvel équilibre : Pour mesurer les effets de la hausse de G, on peut utiliser deux
méthodes : soit en déterminant la nouvelle équation IS2, soit à travers les multiplicateurs.
Cas 1 : La nouvelle équation IS2 :
1
b




Y =
( I 0 + G ) − 
i
 1 − c + ct 
 1 − c + ct 

1
250




AN: Y = 
(50 + 20 ) − 
i
 1 − 0,9375 + 0.9375 x0,2 
 1 − 0,9375 + 0.9375 x0,2 

Y = 280 – 1000 i

(IS2) (1 point)

Alors que l’équation LM1 reste inchangée, égale à Y = 40 + 1000 i
Y = 280 – 1000 i (1)
Y = 40 + 1000 i (2)

(0.5 point)

(2) = (2) donne : 280 – 1000 i = 40 + 1000 i
240 = 2000 i d’où

i2= 0,12

(0.5 point)

Par conséquent,

Y2 = 160 (0.5 point)

Si G augmente de 10, Y augmente de 20, et i s’accroit de 0,02. Le nouveau point
d’équilibre est E2 (Y2=160 ; i2=0,12).
------ Ou bien : Cas 2 : En utilisant le multiplicateur: ---------

∆Y
= kG = 2
∆G
D’où, ∆Y = kG × ∆G = 2 × 10 = +20 (1.5 point)
Par conséquent, Y2= Y1+ ∆Y = 140 + 20 = 160

(0.5 point)
Si l’on remplace Y par 160 dans la fonction LM on obtient : i = 0,12. (0.5 point)
------------------------------------------------------------------------Nous remarquons que l’accroissement des dépenses publiques de 10 unités ne permet pas
d’atteindre le plein-emploi YPE = 200. (0.5 point)

4

Illustration graphique : (1 point)
i(%)
LM1
12

E2

10

E1
IS2
IS1
140

160

Y

b- Calculer l’effet d’éviction
Pour mesurer l’effet éviction, on calcule l’effet de la relance sans le frein monétaire, c’està-dire le multiplicateur de dépenses publiques simple (du marché des B&S) :
1
= 1/(1-0,9375+0,9375*0.2) = 4; (0.5 point) alors ∆Y = 4 × ∆G = 4 × 10 = +40
1 − c + ct
(0.5 point)
Sans interaction avec marché monétaire, la production Y aurait augmenté de 40. Mais, la
hausse de i se traduit d’un effet négatif sur I et Y ne s’accroit alors que 20.
L’effet d’éviction est (40 – 20)= 20 (0.5 point)
k=

Comme i augmente, l’I baisse : I = 50 - 250 x 0,12 = 20 donc, l’I baisse de 20 - 25= -5. La
baisse de I provoque un effet multiplicateur : ∆Y = 2 × ∆I = 4 × ( −5) = −20 . On retrouve
bien l’effet d’éviction. (0.5 point)
c- En utilisant les dépenses publiques comme instrument de la politique
économique, dites de combien celles-ci devrait augmenter pour obtenir un
revenu de plein-emploi.
D’après l’expression du multiplicateur, nous savon que :

∆Y = k G =

1
∆G
(1 − c + ct ) + b ( g / h )

Pour que le plein-emploi soit atteint, ∆Y = ( 200 − 140 ) = 60
D’où, ∆G =

(0.5 point)

∆Y 60
=
= 30 (1 point)
kG
2

Pour atteindre, le plein-emploi, les dépenses publiques devraient augmenter de 30 unités.
(0.5 point)
7) Rappeler les trois variantes d’une politique budgétaire expansionniste. Comparerles en termes de leur efficacité.

5

On peut concevoir trois variantes de la politique budgétaire et ce selon le mode de
financement et le recours ou non à la politique monétaire. En effet, les dépenses publiques
peuvent être financées soit par l’impôt (politique à budget équilibré), soit par l’emprunt
(émission de bons du trésor ou d’obligations), soit par création monétaire. (1 point)
Par rapport aux deux premières variantes, l’efficacité de la politique budgétaire serait à son
maximum dans le cas d’un financement par création monétaire. Le financement par impôt serait
moins efficace que celui par emprunt. (0.5 point)

6


Documents similaires


examen macro semestre 2 examen 1
bulletin doption interessement 2019
devoir economie 1
les raisons de la colere en quelques graphiques
odj 20 12 17
appel a participation atelier regional de formation sur les methodes techniques et outils de collecte formatage analyse et suivi budgetaire 1


Sur le même sujet..