Conclusion instit .pdf


Aperçu du fichier PDF conclusion-instit.pdf - page 3/26

Page 1 2 34526



Aperçu texte


1

Conclusion Institution International traité par Nael Slimani
Etudient à distance : faculté de droit et de science politique du Sousse
slimaninael@hotmail.co.uk

Cette définition nécessite quelques éclaircissements préliminaires relatifs à la société
internationale. En effet, cette société est composée essentiellement d’Etats, mais avec la
création et la multiplication des relations internationales, les Organisations internationales
sont devenues des sujets essentiels dans cette société.
Quant aux personnes privées (physiques ou morales), elles demeurent des simples
acteurs de droit international, c’est-à-dire des simples destinataires et ce malgré la place
croissante qu’elles occupent depuis quelques années dans la société internationale.
Le rapport entre le droit international et les institutions internationales est le rapport
entre l’ensemble et l’élément du fait que les Institutions Internationales concernent un aspect
bien déterminé de la société internationale à savoir son organisation. En revanche, le droit
international s’intéresse à tout ce qui concerne la communauté internationale dans son
ensemble et c’est d’ailleurs ce qui explique les multiples subdivisions de ce droit (exemple le
DI économique, le DI humanitaire, le DI de l’environnement…).
2. Les relations internationales et les Institutions internationales
Les « relations internationales » est la discipline qui étudie les différents liens entre les
Etats qui composent la communauté internationale. S’intègre donc dans le cadre de cette
discipline l’étude des relations diplomatiques et consulaires, et l’étude des moyens et des
modes de règlement pacifique des différends.
Le lien entre les relations internationales et les Institutions internationales et par
conséquent incontestable, toutefois, les différences entre ces deux disciplines persistent. En
effet, ces deux branches s’intéressent aux différents principes qui régissent la société
internationale, mais les Institutions internationales s’occupent en plus de l’étude de la
structure et de la composition de cette société.
Paragraphe 3 : La bonne foi
Selon le dictionnaire de la terminologie du droit international, la bonne foi est l’esprit
de loyauté de la part de celui dont l’action est en cause, absence de dissimilation, de
tromperie, de dol dans les relations avec autre oui.
La bonne foi est donc un principe générique relatif au mode de comportement des
Etats dans leurs relations mutuelles.
La bonne foi se manifeste à tous les niveaux dans les relations internationales, mais le
domaine d’application le plus important est celui des traités. Les Etats doivent se comporter
de bonne foi tout au long de la vie du traité c‘est à dire de sa naissance à sa fin. Au moment
des négociations, les Etats doivent se comporter de bonne foi dans la mesure où ils doivent
éviter tous les comportements qui peuvent vicier le traité, et après son entrée en vigueurs, les
Etats doivent l’interpréter et l’appliquer de bonne foi.
Malgré l’importance de ce principe, certains auteurs l’on mis en cause pour plusieurs
raisons : En premier lieu, la bonne foi est l’évidence même du fait qu’un Etat ne peut pas
remplir ses engagement de mauvaise foi, Si donc un Etat a respecté ses obligations c’est qu’il
est présumé être de bonne foi.
En second lieu, il est difficile de déterminer les critères de bonne ou de mauvaise foi du fait
qu’il s’agirait ici d’une appréciation purement subjective.
3