Conclusion instit .pdf


Aperçu du fichier PDF conclusion-instit.pdf - page 4/26

Page 1 2 3 45626



Aperçu texte


1

Conclusion Institution International traité par Nael Slimani
Etudient à distance : faculté de droit et de science politique du Sousse
slimaninael@hotmail.co.uk

Quoi qu’il en soit, la bonne foi demeure un principe de base qui conditionne les
relations internationales et qui donne un aspect moral à ces dernières.
Paragraphe 4 : Le principe de coopération
La société internationale était à ces débuts une société divergente dans la mesure où la
seule forme possible d’entraide entre les Etats était la formation des coalitions militaires.
Avec le développement des moyens de transports, le besoin de développer la
coopération internationale entre les Etats s’est fait sentir. Mais même à cette époque il était
trop tôt de parler de véritable coopération internationale dans la mesure où cette dernière
était faite dans les limites des besoins des Etats eux même (exemple la coopération en
matière de navigation maritime ou la coopération en matière des prévisions météo logiques).
La coopération internationale n’était devenu un véritable principe qu’après la
deuxième guerre mondiale et plus précisément avec la charte des nations unies qui dispose
dans son article 1§ que « les buts des nations unies sont …Réaliser la coopération
internationale en résolvant les problèmes internationaux d’ordre économique, social,
intellectuel ou humanitaire, en développant et en encourageant le respect des droits de
l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue
ou de religion ».
La coopération s’est transformée d’un simple besoin à une véritable obligation du fait
qu’en a constaté qu’un grand nombre de conflit était causé par le manque de coopération
entre les Etats. La coopération est donc devenu à nos jours un véritable moyen de promotion
et de maintien de la paix et de la sécurité internationale. L’exemple somalien est la meilleure
illustration de cette réalité. En effet, dans ce pays, la crise était causée par une pénurie
alimentaire grave et par le manque d’intérêt que la société internationale accordait à l’égard à
cet Etat. L’intervention militaire américaine sous l’égide des Nations unies n’a pas apaisé la
situation, elle l’a paradoxalement compliqué d’avantage. La Somalie n’a retrouvé une
situation relativement normale qu’après le lancement d’un véritable programme international
de reconstruction du pays.
Ces dernières années, la société internationale a vu la naissance d’un nouveau type de
coopération, c’est la coopération économique incluse dans le cadre de ce que l’on appelle le
droit au développement.
PARAGRAPHE 1 : L’EGALITE
L’égalité entre les Etats est le principe de base autours duquel gravitent les autres
principes de droit international.
En tant que principe e doit international, l’égalité a deux grands aspects : le premier
aspect concerne les Etats en tant que composante principale de la société internationale (c’est
le principe de l’égalité souveraine). L’autre aspect concerne les peuples et c’est là l’égalité
des droits des peuples et leur droit à disposer d’eux même.
A : Le principe de l’égalité souveraine
A partir de l’intitulé même de ce principe, on constate que ce dernier comporte deux
volets : l’égalité et la souveraineté.
Selon la résolution 2625, l’égalité souveraine comporte les éléments suivants :
4