Léopold Hugo se rebelle.pdf


Aperçu du fichier PDF leopold-hugo-se-rebelle.pdf - page 5/19

Page 1...3 4 56719


Aperçu texte


dans la boue, dépeint sous les couleurs les plus obscures ».
La demi-brigade quitta l’Allemagne au début de messidor an IX (fin juin 1801) pour se
rendre à Besançon. C’est précisément sur le chemin de Lunéville à Besançon que Victor Hugo
fut conçu, au sommet du Donon,

comme il l’a lui-même fait savoir. « Après la guerre

D’Allemagne, la 20eme rentrant En France, fut Cantonnée à Bésançon. Ce fut quelque temps
après la loi du 17 Ventôse an 8 Qui appeloit 200 mille Conscrits au service de la
République ». En juin 1801, Léopold Hugo était donc cantonné à Besançon. Il servait alors
dans l’armée comme chef de bataillon sous les ordres d’un nommé Guestard qui commandait
la 20ème demi-brigade de ligne. La demi-brigade resta environ un an à Besançon, à la plus
grande satisfaction de la population locale, comme le prouverait la pièce n°38 du dossier
monté par l’accusé, si elle n’avait été manifestement écrite par complaisance : « Nous Maire
De la ville De Bésançon. Voulant Donner à la 20eme Demi-Brigade D'infanterie Un
témoignage De notre Estime (…), Certifions que Depuis Plus d'un an qu'elle Est En garnison
En cette ville, Elle s'est Constamment Comportée avec ordre et tranquillité (…), Que les Chefs
Dont les Vertus Civiques Egalent Les Vertus Guerrières ont maintenu La plus Sevère
Discipline et une Harmonie Parfaite Entre les soldats et les Citoyens (…). En foi De quoi… ».
En réalité, Guestard était loin de maintenir « La plus Sévère Discipline », car pendant toute
cette période une majorité des officiers sous ses ordres ne cessèrent de lui manifester leur
opposition en arborant un collet bleu « absolument de fantaisie », car les collets
réglementaires devaient être de couleur rouge. C’est à cette époque que Léopold Hugo prit la
tête de cette cabale à la fois sérieuse et burlesque qui deviendra « l’affaire des collets bleus ».
Tant que la demi-brigade resta à Besançon, Guestard ne réagit à ces fantaisie que par quelques
lettres de mise en garde à ses chefs de bataillon, mais par la suite, la tactique de ses ennemis
ayant changé, son attitude se durcit.
La lettre du maire de Besançon est datée du 21 prairial an X de la République (mi-juin
1802), date autour de laquelle la 20ème demi-brigade reçut l’ordre de quitter Besançon pour
se rendre à Aix. Pendant toute la route de Besançon à Aix, « Les collets bleus continuèrent »
et, à Aix, « les Choses furent même Poussées Beaucoup plus loin qu’auparavant », mais la
présence à ses côtés d’un commandant obligea Guestard à réagir pour remettre de l’ordre dans
les tenues. C’est alors que Hugo et ses amis se décidèrent à porter plainte contre lui,
rassemblant un grand nombre de certificats et de déclarations qu’ils avaient l’intention de