La Belgique .pdf



Nom original: La Belgique.pdfTitre: La Belgique

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par LaTeX with hyperref package / xdvipdfmx (0.7.9), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 27/12/2016 à 06:46, depuis l'adresse IP 70.80.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 8836 fois.
Taille du document: 48.1 Mo (437 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


La Belgique
et son Histoire

Table des matières
1

2

3

1831 en Belgique

1

1.1

Événements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

1

1.2

Naissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

2

1.3

Décès . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

2

1.4

Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

3

1.5

Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

3

Albert Ier (roi des Belges)

4

2.1

Famille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

4

2.2

Titulature . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

4

2.3

Biographie

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

4

2.3.1

Prince de Belgique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

4

2.3.2

Roi des Belges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

5

2.3.3

L'alpiniste

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

11

2.4

Opinions politiques d'Albert Ier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

12

2.5

Postérité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

12

2.5.1

La légende du Roi Chevalier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

12

2.5.2

Monuments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

13

2.5.3

Hommage

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

13

2.6

Ascendance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

13

2.7

Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

13

2.8

Annexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

15

2.8.1

Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

15

2.8.2

Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

15

2.8.3

Filmographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

15

2.8.4

Liens externes

15

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Albert II (roi des Belges)

17

3.1

17

3.2

Biographie

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

3.1.1

Jeunesse (1934-1951)

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

17

3.1.2

Le prince de Liège (1951-1993) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

17

3.1.3

Albert II, sixième roi des Belges (1993-2013) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

17

Abdication

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
i

19

ii

TABLE DES MATIÈRES
3.3

Titulature . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

19

3.4

Décorations et distinctions

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

19

3.4.1

Distinctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

19

3.4.2

Grades honorifiques

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

20

3.5

Ascendance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

20

3.6

Ordre de succession au trône de Belgique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

20

3.7

Iconographie

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

20

3.8

Sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

20

3.8.1

Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

20

3.8.2

Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

20

Annexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

21

3.9.1

Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

21

3.9.2

Liens externes

21

3.9

4

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Anvers

22

4.1

Histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

22

4.2

Héraldique

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

24

4.3

Toponymie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

24

4.4

Géographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

25

4.4.1

Communes limitrophes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

25

4.4.2

Répartition administrative

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

25

Démographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

25

4.5.1

Habitants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

26

4.5.2

Langues

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

26

Lieux touristiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

26

4.6.1

Rues et places

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

27

4.6.2

Musées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

27

4.6.3

Églises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

28

4.6.4

Autres bâtiments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

28

4.6.5

Autres attractions touristiques

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

28

Animations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

28

4.7.1

Sport . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

28

4.7.2

Principaux club de la ville

29

4.7.3

Principaux clubs de la ville ayant disparu

4.7.4

Sorties

4.7.5

4.5

4.6

4.7

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

30

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

30

Magasins . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

30

4.8

Économie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

30

4.9

Transport et circulation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

30

4.9.1

Circulation automobile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

30

4.9.2

Transport en commun

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

31

4.9.3

Vélos en libre-service

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

31

4.9.4

Aéroport . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

31

TABLE DES MATIÈRES

iii

4.10 Religions

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

31

4.10.1 Catholiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

32

4.10.2 Protestants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

32

4.10.3 Évangéliques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

32

4.10.4 Anglicans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

32

4.10.5 Orthodoxes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

32

4.10.6 Musulmans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

32

4.10.7 Juifs

32

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

4.10.8 Bouddhistes

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

32

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

32

4.10.10 Autres religions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

33

4.10.9 Jaïnisme
4.11 Politique

5

6

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

33

4.11.1 Conseil communal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

33

4.11.2 Collège du bourgmestre et des échevins en 2013 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

33

4.12 Hautes écoles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

33

4.13 Anversois connus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

33

4.14 Jumelages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

33

4.15 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

33

4.16 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

34

4.16.1 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

34

4.16.2 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

34

4.16.3 Lien externe

34

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Arbre généalogique de la famille royale belge

35

5.1

Histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

35

5.2

Arbre généalogique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

35

5.3

Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

38

5.4

Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

39

Astrid de Belgique

40

6.1

40

Biographie

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

6.1.1

Jeunesse

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

40

6.1.2

Mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

40

6.1.3

Devoirs officiels

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

40

6.2

Titulature . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

41

6.3

Distinctions et décorations

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

41

6.4

Grade militaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

41

6.5

Ascendance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

41

6.6

Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

41

6.7

Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

42

6.8

Annexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

42

6.8.1

42

Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

iv

TABLE DES MATIÈRES
6.8.2

7

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

42

Baudouin (roi des Belges)

43

7.1

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

43

7.1.1

Enfance et adolescence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

43

7.1.2

L’avènement au trône . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

43

7.1.3

Famille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

44

7.1.4

Mort

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

45

Un long règne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

45

7.2.1

Le Congo belge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

46

7.2.2

L’impossibilité de régner . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

46

7.2.3

La dimension morale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

47

7.2.4

Fondation Roi Baudouin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

47

7.2.5

Fondation Astrida

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

48

7.2

8

Liens externes

Biographie

7.3

Citations

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

48

7.4

Titulature . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

48

7.5

Distinctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

48

7.6

Ascendance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

48

7.7

Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

48

7.8

Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

49

7.9

Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

50

7.9.1

Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

50

7.9.2

Liens externes

50

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Belgique

51

8.1

Symboles nationaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

51

8.2

Géographie physique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

52

8.2.1

Situation

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

52

8.2.2

Relief et climat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

52

8.2.3

Mer et hydrographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

52

8.2.4

Paysages et nature

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

53

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

53

8.3

8.4

Géographie humaine
8.3.1

Langues

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

53

8.3.2

Démographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

54

Histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

54

8.4.1

Préhistoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

56

8.4.2

Protohistoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

57

8.4.3

Antiquité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

57

8.4.4

Moyen Âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

57

8.4.5

Temps Modernes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

57

8.4.6

Les révolutions de 1789 et l'annexion française

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

58

8.4.7

La révolution belge de 1830

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

59

TABLE DES MATIÈRES

8.5

8.4.8

Le XXe siècle

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

61

8.4.9

Relations européennes et internationales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

66

8.4.10 Étymologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

66

Politique

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

66

8.5.1

État fédéral . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

67

8.5.2

Organisation politique

67

8.5.3

Les ordres et décorations de Belgique

8.5.4

Les partis politiques

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

67

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

67

8.5.5

Politique étrangère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

69

8.5.6

Politique environnementale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

69

8.6

Organisation de l’État fédéral belge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

70

8.7

Entités fédérées et subdivisions spécifiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

70

8.7.1

Régions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

70

8.7.2

Communautés

71

8.7.3

Provinces et chefs-lieux

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

71

8.8

Francophonie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

72

8.9

Culture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

72

8.9.1

Religion

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

72

8.9.2

Arts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

72

8.9.3

Fêtes et jours fériés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

73

8.10 Enseignement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

73

8.11 Sport

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

73

8.12 Économie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

73

8.12.1 Transports

9

v

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

73

8.12.2 Télécommunications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

74

8.13 Justice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

74

8.14 Armée

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

74

8.15 Forces de Police . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

74

8.16 Sécurité civile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

74

8.17 Divers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

75

8.18 Personnalités belges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

75

8.19 Codes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

76

8.20 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

76

8.21 Annexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

79

8.21.1 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

79

8.21.2 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

79

8.21.3 Liens externes

79

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Bruxelles

80

9.1

Toponymie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

80

9.1.1

Prononciation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

80

9.1.2

Attestations anciennes

80

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

vi

TABLE DES MATIÈRES
9.1.3
9.2

9.3

9.4

9.5

Étymologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

80

Histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

81

9.2.1

Fondation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

81

9.2.2

Moyen Âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

82

9.2.3

Époque moderne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

82

9.2.4

Capitale de la Belgique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

83

Géographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

84

9.3.1

Climat

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

84

9.3.2

Quartiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

85

9.3.3

Urbanisme et architecture à Bruxelles

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

86

9.3.4

Environnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

89

Démographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

89

9.4.1

Population

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

89

9.4.2

Langues

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

90

9.4.3

Religion

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

90

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

90

9.5.1

Au niveau national . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

90

9.5.2

Au niveau international . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

90

9.5.3

Évolution historique

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

91

9.5.4

Situation actuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

95

Économie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

96

9.6.1

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

96

9.7

Enseignement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

97

9.8

Transports . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

97

9.8.1

Transports en commun . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

97

9.8.2

Transports routiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

99

9.8.3

Transports aériens

9.8.4

Transports fluviaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100

9.6

9.9

Politique et administration

Sécurité sociale et santé

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100

Culture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
9.9.1

Culture et loisirs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100

9.9.2

Cinéma, télévision

9.9.3

Musées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101

9.9.4

Lieux touristiques et monuments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102

9.9.5

Musique classique

9.9.6

Évènements culturels et folkloriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105

9.9.7

Théâtres et salles de spectacle

9.9.8

Salles de cinéma . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106

9.9.9

Cafés célèbres de Bruxelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105

9.10 Personnalités liées à Bruxelles
9.11 Sécurité et secours

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107

9.11.1 Police . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107

TABLE DES MATIÈRES

vii

9.11.2 Pompiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
9.11.3 Protection civile
9.12 Héraldique

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107

9.12.1 Armoiries anciennes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108
9.12.2 Armoiries modernes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108
9.12.3 Blasonnement

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108

9.13 Jumelages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108
9.14 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
9.14.1 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
9.14.2 Romans se déroulant à Bruxelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
9.14.3 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
9.14.4 Liens externes

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109

9.15 Notes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
9.16 Références

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110

10 Chambre des représentants (Belgique)
10.1 Rôle et fonctions

114

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114

10.2 Législature sortante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115
10.3 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115
10.3.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115
10.3.2 Liens externes
11 Charles de Belgique
11.1 Biographie

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115
116

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116

11.1.1 Jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
11.1.2 Pendant la guerre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
11.1.3 Régent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
11.1.4 Retour à la vie privée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118
11.1.5 Un mariage ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
11.2 Ascendance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
11.3 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
11.4 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
11.5 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
12 Château de Laeken

120

12.1 Histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120
12.2 Description . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
12.3 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122
12.4 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122
12.5 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122
13 Congrès national (Belgique)

123

13.1 Histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123

viii

TABLE DES MATIÈRES
13.2 Liste alphabétique des membres du Congrès national . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124
13.3 Liste des membres du Congrès national par arrondissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
13.3.1 Province d'Anvers (19 membres) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
13.3.2 Province du Brabant (38 membres) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128
13.3.3 Province de la Flandre Occidentale (32 membres) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128
13.3.4 Province de la Flandre Orientale (38 membres) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129
13.3.5 Province de Hainaut (34 membres) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130
13.3.6 Province du Limbourg (19 membres) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130
13.3.7 Province de Liège (27 membres) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131
13.3.8 Province du Luxembourg (18 membres) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131
13.3.9 Province de Namur (13 membres) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132
13.4 Littérature . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132
13.5 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132
13.6 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133
13.7 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133

14 Constitution de la Belgique

134

14.1 Contexte historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134
14.1.1 La rédaction de la Constitution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134
14.1.2 Caractéristiques de la Constitution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
14.2 Les décrets « constitutionnels » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
14.3 Les libertés fondamentales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136
14.3.1 La liberté de réunion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136
14.3.2 Liberté de la presse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
14.4 La répartition des Pouvoirs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
14.4.1 Le pouvoir fédéral . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
14.4.2 Les entités fédérées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141
14.5 Révision de la Constitution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142
14.5.1 Procédure de révision

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142

14.5.2 Les révisions constitutionnelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142
14.6 Influences . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
14.7 Notes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144
14.8 Sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145
14.8.1 Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145
14.8.2 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146
14.9 Annexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147
14.9.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147
14.9.2 Liens externes
15 Crypte royale (Belgique)
15.1 Situation

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147
148

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148

15.2 Histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148

TABLE DES MATIÈRES

ix

15.3 Personnes inhumées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
15.4 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
15.4.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
15.4.2 Liens externes

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149

16 Famille royale belge

150

16.1 Une dynastie royale à la fois francophone, néerlandophone et germanique, en pays trilingue . . . . . 150
16.1.1 Rappel historique : les origines d'une famille francophone et germanique . . . . . . . . . . 150
16.1.2 Les usages linguistiques de la famille royale aujourd'hui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151
16.2 La généalogie de la famille royale (depuis Albert Ier ) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151
16.3 Les liens particuliers avec d'autres dynasties européennes

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152

16.4 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152
16.4.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152
16.4.2 Liens externes

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152

16.4.3 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152
17 Flandre (Belgique)

154

17.1 Étymologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154
17.2 Histoire de la Flandre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154
17.3 La Flandre contemporaine

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155

17.4 Les Flamands . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155
17.5 Économie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156
17.6 La politique flamande . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156
17.6.1 Partis flamands . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156
17.6.2 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156
17.7 Culture flamande . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156
17.7.1 Littérature flamande . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
17.8 Musique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
17.8.1 Les médias flamands . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
17.9 Références

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157

17.10Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158
17.10.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158
17.10.2 Liens externes francophones . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158
17.10.3 Liens externes anglophones et néerlandophones . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158
18 Guillaume Ier (roi des Pays-Bas)

159

18.1 Lignage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159
18.2 Biographie

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159

18.3 La politique de Guillaume Ier en Wallonie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160
18.4 Titres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160
18.5 Ascendance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160
18.6 Mariage et descendance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160

x

TABLE DES MATIÈRES
18.7 Références

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160

18.8 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160
18.8.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160
19 Histoire de la monarchie belge

161

19.1 Premier choix : Louis d'Orléans, duc de Nemours
er

19.2 Second choix : Léopold I (1831-1865)

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161

19.3 Léopold II (1865-1909) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
19.4 Albert Ier (1909-1934) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
19.5 Léopold III (1934-1951) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162
19.5.1 La Question royale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162
19.5.2 Le Gouvernement belge à Londres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162
19.5.3 Charles, le prince Régent (1944-1950) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162
19.6 Baudouin Ier (1951-1993) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162
19.7 Albert II (1993-2013) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
19.8 Philippe (2013) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
19.9 Inviolabilité du Roi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
19.10Monarchie et fédéralisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164
19.11Comparaison internationale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164
19.12Popularité en Flandre, Bruxelles et Wallonie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164
19.13Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164
19.14Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
19.14.1 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
19.14.2 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
19.14.3 Lien externe

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165

20 Laeken

166

20.1 Toponymie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167
20.2 Géographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167
20.2.1 Orographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168
20.2.2 Hydrographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168
20.3 Histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168
20.3.1 Histoire de la paroisse de Laeken
20.4 Heysel

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169

20.5 Port de Bruxelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169
20.6 Mutsaard . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169
20.7 Hôtel communal
20.8 Patrimoine

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170

20.9 Musées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
20.10Espaces verts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
20.11Culture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171
20.12Cinéma . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171

TABLE DES MATIÈRES

xi

20.13Transports . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171
20.14Héraldique

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171

20.14.1 Armoiries anciennes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171
20.14.2 Armoiries modernes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171
20.15Petites infos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171
20.16Célébrités laekenoises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171
20.17Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
20.18Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
20.19Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173
20.19.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173
20.19.2 Liens externes

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173

21 Laurent de Belgique
21.1 Biographie

174

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174

21.1.1 Enfance et formation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174
21.1.2 Statut officiel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174
21.1.3 Vie active . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
21.1.4 Mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
21.2 Polémiques et scandales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176
21.2.1 L'affaire des détournements de fonds à la Marine belge

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176

21.2.2 Les voyages au Congo et en Libye . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
21.3 Grades militaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
21.4 Décorations étrangères . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
21.5 Ascendance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
21.6 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
21.7 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
21.7.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
21.7.2 Liens externes

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177

21.7.3 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
22 Liste des chefs de l'État belge

179

22.1 Rois et régents de Belgique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179
22.1.1 Chronologie

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179

22.1.2 Liste des souverains belges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179
22.2 Généalogie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179
22.3 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179
23 Liste des ducs et duchesses de Brabant

180

23.1 La Maison de Brabant-Hesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180
23.2 Les ancêtres des ducs de Brabant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181
23.3 Premiers dynastes légendaires

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181

23.4 Premiers dynastes ayant régné sur le futur duché de Brabant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181

xii

TABLE DES MATIÈRES
23.4.1 Comtes de Louvain et de Bruxelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182
23.4.2 Landgraves de Brabant, comtes de Louvain et Bruxelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182
23.5 Ducs de Brabant et de Lothier

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183

23.6 Ducs de Brabant, de Lothier et de Limbourg . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183
23.7 Maison de Bourgogne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184
23.8 Maison d'Autriche

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185

23.9 Maison de Valois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185
23.10Maison d'Autriche

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185

23.11Prince héritier du Royaume de Belgique

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185

23.11.1 Maison de Saxe-Cobourg-Gotha . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
23.11.2 Maison de Belgique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
23.12Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
23.13Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
23.13.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
23.13.2 Liens externes

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186

24 Liste des héritiers du trône de Belgique

187

24.1 Liste des héritiers du trône de Belgique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187
24.2 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187
25 Liste des reines des Belges

188

25.1 Reines des Belges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188
25.1.1 Chronologie

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188

25.1.2 Liste des reines des Belges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188
25.2 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188
26 Louise d'Orléans (1812-1850)

189

26.1 Famille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189
26.2 Biographie

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189

26.2.1 Éducation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189
26.2.2 Le mariage avec Léopold . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189
26.2.3 Un mari conforme à son cœur
26.2.4 Un peuple susceptible

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190

26.2.5 La vie et les deuils . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190
26.2.6 La mort et les funérailles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191
26.3 Ascendance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191
26.4 Portrait . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191
26.5 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191
26.6 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191
26.6.1 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191
26.6.2 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191
27 Luxembourg (pays)

192

TABLE DES MATIÈRES

xiii

27.1 Géographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192
27.1.1 Géologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193
27.2 Histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193
27.3 Toponymie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194
27.4 Politique

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195

27.4.1 Élections . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195
27.4.2 Pouvoir judiciaire

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195

27.4.3 Défense . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195
27.5 Subdivisions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196
27.6 Économie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196
27.7 Transports . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197
27.8 Démographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197
27.9 Culture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197
27.9.1 Langues

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197

27.9.2 Religion

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 198

27.9.3 Cinéma . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 198
27.9.4 Musique

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 198

27.9.5 Fêtes et jours fériés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 198
27.9.6 Médias . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 198
27.9.7 Sport . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 198
27.10Divers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199
27.10.1 Personnalités luxembourgeoises

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199

27.10.2 Codes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199
27.10.3 Faune . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199
27.11Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199
27.12Annexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 200
27.12.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 200
27.12.2 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201
27.12.3 Liens externes

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201

28 Léopold de Belgique (1859-1869)

202

28.1 Biographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 202
28.2 Titres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203
28.3 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203
28.4 Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203
29 Léopold Ier (roi des Belges)

204

29.1 Jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 204
29.2 Carrière militaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205
29.3 Consort de la princesse de Galles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205
29.4 Prince souverain de Grèce

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 206

29.4.1 Réception de la couronne de Grèce

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 206

xiv

TABLE DES MATIÈRES
29.4.2 Les exigences de la Grèce et la renonciation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 207
29.5 Roi des Belges

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 207

29.5.1 Élection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 207
29.5.2 Consolidation de l'indépendance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 207
29.5.3 La famille royale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 208
29.5.4 Politique intérieure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 209
29.5.5 Léopold et les Affaires étrangères

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 210

29.6 Décès et commémoration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 211
29.7 Léopold Ier dans la culture populaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 211
29.8 Décorations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 212
29.9 Monuments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 212
29.10Titulature . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 213
29.11Ascendance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 213
29.12Notes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 213
29.13Sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 213
29.13.1 Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 213
29.13.2 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 214
29.14Annexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215
29.14.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215
29.14.2 Liens externes

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215

30 Léopold II (roi des Belges)

217

30.1 Premières années . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 217
30.2 Mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 218
30.3 Roi des Belges

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 218

30.3.1 Roi bâtisseur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 219
30.4 Intérêts en Afrique - Création de l'État indépendant du Congo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 219
30.4.1 La Commission d'enquête (1904-1905)

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 220

30.5 Léopold II jugé par ses contemporains . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 221
30.6 L'annexion du Congo par la Belgique (1908) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 221
30.7 Descendance

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 222

30.8 Honneurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 222
30.8.1 Décorations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 223
30.8.2 Toponymes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 224
30.8.3 Statuaire

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 224

30.9 Ascendance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 225
30.10Écrits au sujet de Léopold II

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 225

30.10.1 Films . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 225
30.10.2 Livres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 225
30.11Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 226
30.12Annexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 226
30.12.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 226

TABLE DES MATIÈRES

xv

30.12.2 Liens externes

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 226

31 Léopold III (roi des Belges)

227

31.1 Jeunesse et mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 227
31.2 Prémices de la Seconde Guerre mondiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 227
31.3 La campagne des dix-huit jours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 228
31.4 La controverse : le début de « la Question royale » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231
31.5 L’occupation allemande. Le roi en Belgique, le gouvernement en exil

. . . . . . . . . . . . . . . . 234

31.6 Le gouvernement belge en exil continue la guerre sans le roi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 235
31.7 Le remariage du roi et ses conséquences dans une Belgique écrasée . . . . . . . . . . . . . . . . . 236
31.8 La dureté de l’occupation, le roi de plus en plus isolé, le développement de la résistance armée . . . 236
31.9 Les justifications invoquées par le roi face à l’Allemagne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 238
31.10L’attitude allemande face au roi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 238
31.11La question royale et l’abdication . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 239
31.12Léopold III, un roi voyageur

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 240

31.13Décès et funérailles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 240
31.14Titulature . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 240
31.15Ascendance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241
31.16Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241
31.16.1 Filmographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241
31.17Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 242
31.18Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 243
32 Maison de Belgique

244

32.1 Changement de nom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 244
32.2 Armoiries royales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 244
32.3 Généalogie des chefs de la maison de Belgique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 245
32.4 Membres de la maison par souverain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 245
32.4.1 Léopold Ier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 245
32.4.2 Léopold II
32.4.3 Albert I

er

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 245
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 246

32.4.4 Léopold III . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 246
32.4.5 Baudouin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 246
32.4.6 Albert II

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 246

32.4.7 Philippe

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 246

32.5 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 247
32.5.1 Notes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 247
32.5.2 Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 247
32.6 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 247
32.6.1 Sur la famille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 247
32.6.2 Sur la monarchie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 247
32.6.3 Sur l’héraldique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 247

xvi

TABLE DES MATIÈRES
32.7 Annexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 247
32.7.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 247
32.7.2 Liens externes

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 247

33 Marie de Hohenzollern-Sigmaringen

248

33.1 Lien externe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 249
33.2 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 249
34 Mathilde d'Udekem d'Acoz
34.1 Biographie

250

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 250

34.1.1 Enfance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 250
34.1.2 Études

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 250

34.1.3 Princesse de Belgique

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 250

34.1.4 Reine des Belges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 251
34.2 Divers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 251
34.3 Titulature . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 251
34.4 Ascendance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 252
34.5 Iconographie

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 252

34.6 Sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 252
34.6.1 Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 252
34.6.2 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 252
34.7 Annexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 252
34.7.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 252
34.7.2 Liens externes
35 Monarchie belge
35.1 Débuts

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 252
253

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 253

35.2 Nom de la famille royale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 253
35.2.1 Expression « de Belgique » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 253
35.2.2 Titulatures officielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 253
35.3 Monarchie belge et les langues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 254
35.4 Prestation de serment . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 254
35.5 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 254
35.6 Annexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 254
35.6.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 254
35.6.2 Lien externe
36 Ordre de Léopold

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 255
256

36.1 Historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 256
36.2 Structure

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 256

36.3 Description . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 257
36.4 Quelques récipiendaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 257
36.5 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 259

TABLE DES MATIÈRES

xvii

36.6 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 259
36.7 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 259
37 Palais royal de Bruxelles

260

37.1 Historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 260
37.2 Galerie

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 261

37.3 Accessibilité

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 261

37.4 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 261
37.5 Références

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 261

37.6 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 261
38 Paola Ruffo di Calabria
38.1 Biographie

262

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 262

38.1.1 Donna Paola, princesse Ruffo di Calabria (1937-1959)

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 262

38.1.2 Princesse de Liège (1959-1993) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 263
38.1.3 Reine des Belges (1993-2013) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 263
38.1.4 Après l'abdication de son époux (à partir de 2013) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 265
38.2 Ascendance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 265
38.3 Iconographie
38.4 Références

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 265
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 265

38.4.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 265
38.4.2 Liens externes

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 265

38.4.3 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 265
38.4.4 Notes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 265
39 Parlement fédéral belge

266

39.1 Mise en place du parlement belge (1831) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 266
39.1.1 Déclaration de l'indépendance Belge (1830) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 266
39.1.2 Mise en place du congrès national . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 266
39.2 Période de l'unionisme (1830-1847) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 267
39.2.1 Composition de la chambre des représentants et du sénat
39.2.2 L'électorat

. . . . . . . . . . . . . . . . . . 267

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 267

39.2.3 L'éligibilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 267
39.3 Fin de la période de l'unionisme

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 268

39.4 Vers le suffrage universel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 268
39.4.1 Le suffrage universel masculin tempéré par le vote plural

. . . . . . . . . . . . . . . . . . 268

39.4.2 Le suffrage universel masculin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 269
39.4.3 Le suffrage universel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 269
39.5 Les différents clivages Belges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 269
39.5.1 Le clivage Eglise-Etat

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 269

39.5.2 Le clivage socio-économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 269
39.5.3 Le clivage linguistique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 269

xviii

TABLE DES MATIÈRES

39.6 Vers le fédéralisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 270
39.6.1 Rôle du parlement fédéral Belge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 270
39.6.2 L'impact du fédéralisme sur la chambre des représentants . . . . . . . . . . . . . . . . . . 270
39.6.3 L'impact du fédéralisme sur le Sénat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 271
39.6.4 Les conséquences de la 6ème réforme de l'Etat

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 271

39.7 Référence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 271
40 Passation de pouvoir entre Albert II et Philippe de Belgique

273

40.1 Déroulement de la passation de pouvoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 273
40.1.1 Abdication du roi Albert II . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 273
40.1.2 Prestation de serment du roi Philippe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 274
40.1.3 Salut au soldat inconnu à la colonne du Congrès . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 274
40.1.4 Défilé militaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 274
40.2 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 274
40.3 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 274
40.4 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 274
40.4.1 Notes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 274
40.4.2 Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 274
41 Pays-Bas

275

41.1 Toponymie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 276
41.2 Géographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 276
41.2.1 Localisation et frontières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 276
41.2.2 Climat, paysages et hydrographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 276
41.2.3 Transports

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 278

41.2.4 Géographie administrative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 279
41.3 Histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 280
41.3.1 Préhistoire et Antiquité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 280
41.3.2 Les invasions des Francs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 280
41.3.3 Saint-Empire romain germanique

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 280

41.3.4 Bourguignons puis espagnols, les Pays-Bas sous les Habsbourg
41.3.5 Provinces-Unies

. . . . . . . . . . . . . . . 280

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 281

41.3.6 République batave et Royaume de Hollande sous tutelle française . . . . . . . . . . . . . . 282
41.3.7 Royaume uni des Pays-Bas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 282
41.3.8 Royaume des Pays-Bas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 282
41.4 Politique

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 284

41.4.1 Chef de l’État . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 284
41.4.2 Pouvoir exécutif

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 285

41.4.3 Pouvoir législatif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 285
41.4.4 Autorités décentralisées

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 286

41.4.5 Politique étrangère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 286
41.5 Société

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 287

TABLE DES MATIÈRES

xix

41.5.1 Démographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 287
41.5.2 Langues

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 288

41.5.3 Religion

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 288

41.5.4 Éducation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 288
41.5.5 Médias . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 288
41.5.6 Sport . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 289
41.5.7 Fêtes et jours fériés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 290
41.6 Économie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 290
41.6.1 Statistiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 290
41.6.2 Principaux secteurs d'activités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 291
41.7 Patrimoine culturel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 292
41.7.1 Architecture
41.7.2 Peinture

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 292

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 293

41.7.3 Littérature
41.7.4 Musique

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 294
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 294

41.7.5 Cinéma . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 294
41.7.6 Gastronomie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 294
41.8 Codes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 295
41.9 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 295
41.9.1 Notes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 295
41.9.2 Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 295
41.9.3 Annexes

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 296

42 Philippe (roi des Belges)
42.1 Biographie

297

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 297

42.1.1 Formation

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 297

42.1.2 Prince héritier

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 297

42.1.3 Accession au trône . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 298
42.2 Titulature . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 299
42.3 Fonctions officielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 299
42.4 Décorations et distinctions
42.4.1 Belges

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 299

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 299

42.4.2 Décorations d'autres pays . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 299
42.5 Ascendance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 300
42.6 Iconographie

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 300

42.7 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 300
42.8 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 300
42.8.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 300
42.8.2 Liens externes

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 301

42.8.3 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 301
43 Philippe de Belgique (1837-1905)

302

xx

TABLE DES MATIÈRES
43.1 Un Prince éloigné des responsabilités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 302
43.2 Famille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 302
43.3 Un prince fortuné . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 303
43.4 Commandements dans l'armée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 304
43.5 Armoiries . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 304
43.6 Décorations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 304
43.7 Ascendance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 304
43.8 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 305
43.9 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 305
43.10Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 305

44 Politique en Belgique

306

44.1 Fondements de l'État . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 306
44.2 Origines du système fédéral belge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 306
44.3 État fédéral . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 306
44.4 Collectivités politiques fédérées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 307
44.5 Compétences des entités constituant la Belgique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 308
44.6 Provinces et Communes en Belgique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 309
44.6.1 Les Provinces (au nombre de 10) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 309
44.6.2 Les Communes (au nombre de 589) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 309
44.7 Légalité des normes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 309
44.8 Partis politiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 309
44.9 Le droit de vote . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 310
44.10Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 310
44.11Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 310
44.11.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 310
44.11.2 Liens externes
45 Roi des Belges

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 311
312

45.1 Pouvoirs du roi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 312
45.1.1 Pouvoir exécutif

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 312

45.1.2 Pouvoir législatif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 313
45.2 Un roi au rôle d'arbitre et refuge pour la nation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 314
45.3 Chronologie des souverains depuis 1831 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 314
45.4 Succession au trône . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 314
45.4.1 Règles de succession . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 314
45.4.2 Ordre de succession actuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 315
45.5 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 316
45.6 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 316
45.6.1 Notes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 316
45.6.2 Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 316
45.7 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 317

TABLE DES MATIÈRES

xxi

45.8 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 317
46 Royaume uni des Pays-Bas

318

46.1 Création du royaume . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 318
46.2 Un nouvel État européen

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 318

46.3 Réalisations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 319
46.4 Provinces . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 319
46.5 Composition des gouvernements : ministres, secrétaires d’État et commissaires-généraux . . . . . . 319
46.5.1 Gouvernement en 1819 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 319
46.5.2 Gouvernement en 1830 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 320
46.6 Notes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 320
46.7 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 320
47 Région de Bruxelles-Capitale

321

47.1 Historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 321
47.1.1 Évolution linguistique

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 321

47.1.2 Régionalisation entravée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 322
47.1.3 Régionalisation de 1989

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 322

47.2 Transports publics . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 322
47.3 Communes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 322
47.4 Population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 323
47.4.1 Évolution récente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 323
47.4.2 Population par origine

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 323

47.4.3 Situation linguistique actuelle
47.5 Politique

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 323

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 323

47.5.1 Institutions régionales

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 323

47.5.2 Réforme constitutionnelle

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 324

47.5.3 Nature et environnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 324
47.5.4 Institutions communautaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 324
47.5.5 Vie culturelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 325
47.6 Économie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 325
47.7 Hinterland économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 326
47.7.1 Aéroports . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 326
47.7.2 Transports fluviaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 326
47.7.3 Gestion des infrastructures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 326
47.8 Enseignement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 326
47.9 Consommation énergétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 327
47.10Sécurité et secours

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 327

47.10.1 Police . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 327
47.10.2 Pompiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 327
47.10.3 Protection civile

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 327

47.11Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 327

xxii

TABLE DES MATIÈRES

47.12Annexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 329
47.12.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 329
47.12.2 Liens externes

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 329

48 Révolution belge
48.1 Contexte

331

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 331

48.1.1 La Loi fondamentale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 332
48.1.2 Les griefs des provinces du Sud

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 333

48.1.3 L’union des oppositions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 334
48.2 La révolte d’août 1830

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 335

48.2.1 Les causes immédiates . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 335
48.2.2 La Muette de Portici

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 335

48.2.3 Création d'une garde bourgeoise à Bruxelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 336
48.2.4 Apparition du drapeau belge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 336
48.2.5 Dans le pays

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 337

48.2.6 Les princes à Bruxelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 337
48.3 Évolution de la situation début septembre

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 338

48.4 Les Journées de septembre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 338
48.4.1 Qui étaient ces révolutionnaires belges ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 338
48.5 Octobre : la révolution prend le contrôle du territoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 340
48.6 Cessez-le-feu et Congrès national en novembre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 340
48.7 Réactions internationales et contre-offensive du royaume des Pays-Bas . . . . . . . . . . . . . . . . 341
48.7.1 Retrait définitif des Pays-Bas et traité de paix . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 342
48.8 Conséquences de la scission

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 343

48.8.1 Conséquences économiques

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 343

48.8.2 Conséquences culturelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 343
48.8.3 Répression . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 343
48.9 Interprétations

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 343

48.9.1 Une révolution nationaliste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 343
48.9.2 Une révolution wallonne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 344
48.9.3 Une révolution prolétarienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 344
48.9.4 Un complot français

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 345

48.9.5 Les accusations de « mariage forcé » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 345
48.10Notes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 345
48.11Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 348
48.12Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 348
49 Sénat (Belgique)

349

49.1 Histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 349
49.2 Composition

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 349

49.2.1 Assemblée sortante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 350
49.3 Compétences . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 350

TABLE DES MATIÈRES

xxiii

49.4 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 350
49.5 Références

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 350

49.6 Annexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 350
49.6.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 351
49.6.2 Liens externes

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 351

50 Ville de Bruxelles

352

50.1 Territoire communal

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 352

50.1.1 Le Pentagone . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 352
50.2 Autres quartiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 358
50.2.1 Les quartiers du sud

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 358

50.2.2 Les quartiers de l'est . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 358
50.2.3 Les quartiers du nord . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 358
50.3 Évolution de la population

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 360

50.4 Bruxelles quartier par quartier

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 360

50.4.1 Bruxelles-Ville : Pentagone . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 360
50.4.2 Bruxelles-Ville : Quartiers de l'est . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 361
50.4.3 Bruxelles-Ville : Quartiers du sud

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 362

50.4.4 Bruxelles-Ville : Quartiers du nord . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 362
50.5 Sécurité et secours

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 362

50.5.1 Police . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 362
50.5.2 Pompiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 362
50.5.3 Protection civile

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 362

50.6 Jumelages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 362
50.7 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 362
50.7.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 362
50.7.2 Liens externes

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 362

50.8 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 362
51 Église Notre-Dame de Laeken

364

51.1 Histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 364
51.1.1 Première église . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 364
51.1.2 Nouvelle église . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 365
51.2 Curiosités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 365
51.3 Accessibilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 366
51.4 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 366
51.5 Voir aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 366
51.6 Liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 366
51.7 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 366
52 Élisabeth de Belgique

367

52.1 Famille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 367

xxiv

TABLE DES MATIÈRES

52.2 Biographie

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 367

52.2.1 Naissance et baptême

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 367

52.2.2 L’héritière du trône . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 367
52.2.3 L’éducation de la princesse et le bilinguisme de l’État belge . . . . . . . . . . . . . . . . . 368
52.3 Titres et honneurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 368
52.3.1 Titulature . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 368
52.3.2 Armes

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 368

52.4 Ascendance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 368
52.5 Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 368
52.6 Annexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 369
52.6.1 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 369
52.6.2 Liens externes

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 369

53 Élisabeth en Bavière (1876-1965)
53.1 Biographie

370

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 370

53.1.1 Enfance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 370
53.1.2 Princesse de Belgique

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 370

53.1.3 Reine des Belges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 371
53.1.4 « La Reine infirmière » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 371
53.1.5 L'entre-deux-guerres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 372
53.1.6 « La reine mère » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 373
53.1.7 L'après-guerre

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 373

53.2 Postérité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 373
53.3 Articles connexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 374
53.4 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 374
53.5 Références

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 374

53.6 Sources, contributeurs et licences du texte et de l’image . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 375
53.6.1 Texte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 375
53.6.2 Images . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 385
53.6.3 Licence du contenu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 412

Chapitre 1

1831 en Belgique
• 20 janvier : publication du protocole de Londres par
les grandes puissances. La Conférence de Londres
attribue la totalité du Luxembourg, la partie du
Limbourg à l'est de la Meuse et Maastricht au roi des
Pays-Bas et décide que la Belgique sera un état perpétuellement neutre sous la garantie des cinq puissances (Royaume-Uni, Autriche-Hongrie, France,
Prusse, Russie)[1] .
• 3 février : le congrès national belge choisit pour roi,
à une faible majorité, le duc de Nemours, deuxième
fils de Louis-Philippe, devant le duc de Leuchtenberg et l’archiduc Charles d'Autriche. LouisPhilippe a fait connaître par avance qu’il n’était pas
question qu’un de ses fils monte sur le trône de Belgique, ce à quoi l'Angleterre se serait de toutes façons opposé[2] .

Chronologie de la Belgique
• ◄◄

• 7 février : adoption de la Constitution par le Congrès
national[3] , inspirée du libéralisme bourgeois et catholique, qui entérine la création d’une monarchie
parlementaire (bicaméralisme) et héréditaire, avec
séparation des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire :

• 1827
• 1828
• 1829
• 1830

• Abolition de la mort civile (art. 13)

• 1831

• Liberté des cultes (art. 14), d'enseignement
(art. 17), de la presse (art. 18) et d'association
(art. 20)[4] .

• 1832
• 1833

• 15 février : Guillaume Ier accepte les « Bases de séparation ».

• 1834

• 17 février : face à la pression de l'Angleterre, le roi
Louis-Philippe refuse de laisser son fils, le duc de
Nemours, accéder au trône de Belgique.

• 1835
• ►►

• 25 février : Érasme-Louis Surlet de Chokier, élu par
le Congrès national, devient « régent du royaume de
Belgique », poste qu'il garde jusqu'à la prestation de
serment de Léopold Ier , le 21 juillet.

Chronologies

• 26 février : formation du gouvernement de Gerlache,
ministère libéral dirigé par le catholique Étienne de
Gerlache.

1.1 Événements
Article détaillé : Chronologie de la Révolution belge.

• Février : émeutes républicaines et orangistes.
1

2

CHAPITRE 1. 1831 EN BELGIQUE
• 4 mars : démission du gouvernement de Gerlache
face aux critiques des libéraux.
• 28 mars : formation du gouvernement Lebeau I, ministère unioniste dirigé par de Joseph Lebeau.
• Avril : émeutes anti-orangistes.
• 4 juin : le Congrès national belge choisit comme
roi le prince Léopold de Saxe-Cobourg, veuf de la
princesse Charlotte, fille du roi d’Angleterre George
IV, et candidat de l’Angleterre[2] . Celui-ci accepte
la couronne de Belgique le 26 juin sous réserve de
l'acceptation par le Congrès national belge des 18 articles de la Conférence de Londres de janvier 1831.
• 16 juin : création du Moniteur belge.
• 26 juin : la Conférence de Londres publie le traité
des XVIII articles. Séparation de la Belgique et des
Pays-Bas[5] .
• 9 juillet : le Congrès national ratifie le traité des
XVIII articles.
• 19 juillet : Léopold arrive à Bruxelles.
• 21 juillet :
• Fin de la régence. Prestation de serment du roi
Léopold Ier[2] .
• Démission du gouvernement Lebeau I.
• 24 juillet : formation du gouvernement de Muelenaere.

• 6 août : une armée française de 50 000 hommes
commandée par le maréchal Gérard est prête à se
porter au secours de la Belgique.
• 8 août : bataille de Hasselt.
• 12 août :
• bataille de Louvain.
• l’armée française prend position dans
Bruxelles. L'armée néerlandaise se replie. Fin
de la Campagne des Dix-Jours.
• 8 septembre : première élection du Parlement. Le
Congrès national est dissous et laisse place au
Parlement bicaméral.
• 15 septembre : conférence de Bruxelles entérinant
par les grandes puissances la séparation de la Belgique et de la Hollande en 24 articles.
• 15 octobre : « 24 articles » de Londres qui attribuent
à la Belgique la partie occidentale du Limbourg et
du Luxembourg (converti en traité le 15 novembre).
Guillaume Ier des Pays-Bas conserve une partie du
Luxembourg et le Limbourg et obtient un partage
plus favorable des dettes des anciens Pays-Bas unis
(24 articles d’octobre)[7] .
• 1er novembre : la Chambre approuve le traité des
XXIV articles.
• 3 novembre : le Sénat approuve le traité des XXIV
articles.
• 15 novembre : la Conférence de Londres publie le
traité des XXIV articles.
• Décembre : négociations sur l'emprunt d'État.

1.2 Naissances
• 12 avril : Constantin Meunier, artiste peintre,
sculpteur.
• 27 décembre : Jean-Baptiste de Winter, homme politique.

3 août : les troupes hollandaises pendant la Campagne des DixJours

• 2 août : début de la Campagne des Dix-Jours[6] . Les
Hollandais tentent de mettre fin à l'indépendance
belge. Les troupes hollandaises traversent la frontière près de Poppel, en violation de l’armistice. La
Belgique demande l’aide de la France.

1.3 Décès
• 8 mars : Jan-Pieter Suremont, compositeur,
musicologue.
• 25 mars : Nicolas-Alexis Ondernard, évêque de Namur.
• 5 avril : Pierre Léonard Van Der Linden,
entomologiste.

1.5. NOTES ET RÉFÉRENCES

1.4 Bibliographie
• Els Witte (trad. Anne-Laure Vignaux), La construction de la Belgique : 1828-1847 [« De constructie
van België : 1828-1847 »], Bruxelles, Le Cri, coll.
« Histoire / Nouvelle Histoire de Belgique », 2010,
240 p. (ISBN 9782871065357)

1.5 Notes et références
[1] Georg Friedrich von Martens, Nouveau recueil de traités,
vol. 10, Dieterich, 1837 (présentation en ligne)
[2] Denise Galloy, De 1750 à 1848, De Boeck, 1993 (ISBN
9782804111519, présentation en ligne)
[3] Corpus constitutionnel, vol. 1, BRILL, 1968 (ISBN 97890-04-03476-1, présentation en ligne)
[4] « Belgique - Constitution du 7 février 1831 », sur univperp.fr (consulté le 27 août 2016).
[5] Collection des protocoles des conférences : tenues à
Londres depuis le 4 novembre 1830 jusqu'au 1er octobre
1832 au sujet des affaires de Belgique, imprimerie royale,
1833 (présentation en ligne)
[6] André Cordewiener, Organisations politiques et milieux
de presse en régime censitaire, PAris, Librairie Droz,
1978 (ISBN 9782251662206, présentation en ligne)
[7] Felix Amandus De Mûelenaere, Rapport fait à la Chambre
des représentans et au Sénat, par le Ministre des Affaires
étrangères, sur l'état des négociations, en comité général
le 12 et le 13 juillet 1832, Remy, 1832 (présentation en
ligne)




Portail du XIXe siècle
Portail de la Belgique

3

Chapitre 2

Albert Ier (roi des Belges)
Pour les articles homonymes, voir Albert Ier .
Albert Ier , prince de Belgique, duc de Saxe, prince
de Saxe-Cobourg-Gotha et héritier présomptif de la
couronne belge (1905-1909) est né à Bruxelles le 8
avril 1875. Il devient le troisième roi des Belges le 23
décembre 1909, après la mort de son oncle Léopold II. À
partir de la Première Guerre mondiale, il est surnommé
Signature du Prince Albert en 1898.
le Roi Soldat ou le Roi Chevalier. Passionné d'alpinisme et
auteur de diverses ascensions importantes, il meurt dans
un accident d’escalade à Marche-les-Dames le 17 février 2.2 Titulature
1934.
Albert Ier portait les titres de prince de Belgique, de duc
de Saxe, de prince de Saxe-Cobourg-Gotha et, après son
accession au trône en 1909, de roi des Belges. Après la
Première Guerre mondiale (1914-1918), il ne porte plus
les titres duc de Saxe et prince de Saxe-Cobourg-Gotha,
qui étaient d'origine allemande. Toutefois ces titres sont
encore présents sur certains actes officiels (actes de naissance et de décès, par exemple).

2.1 Famille
Il est le deuxième fils du prince Philippe, comte de
Flandre (le frère de Léopold II) et de la princesse Marie
de Hohenzollern-Sigmaringen. Le 2 octobre 1900, il
épouse à Munich Élisabeth, duchesse en Bavière, fille
du duc Charles-Théodore en Bavière et de Marie-José
de Bragance (maison de Wittelsbach), princesse de Belgique, reine des Belges (à partir de 1909 et par courtoisie
jusqu'à sa mort en 1965), dont il a trois enfants :

2.3 Biographie

• Léopold (futur Léopold III), prince de Belgique, duc 2.3.1 Prince de Belgique
de Brabant, né le 3 novembre 1901 et mort le 25
Il devient l'héritier présomptif de la couronne en 1905 à la
septembre 1983. Roi des Belges de 1934 à 1951.
suite des décès successifs de son cousin le prince Léopold,
• Charles-Théodore, prince de Belgique, comte de fils unique du roi Léopold II, en 1869, puis de son frère
Flandre, régent du royaume de 1944 à 1951, né le aîné le prince Baudouin en 1891[1] et enfin de son père le
10 octobre 1903 et mort le 1er juin 1983. Il au- prince Philippe en 1905.
rait épousé le 14 septembre 1977, Jacqueline Pey- Le 16 décembre 1891[2] , le prince Albert entre à
rebrune mais il n'y a aucune trace de ce mariage.
l'École royale militaire. L'année suivante, il devient souslieutenant au régiment des grenadiers[3] .

• Marie-José, princesse de Belgique, reine d'Italie
(1946), née le 4 août 1906 et morte le 27 janvier
2001. Elle épouse Umberto de Savoie (15 septembre
1904 - 18 mars 1983), prince d'Italie, roi d'Italie.
Elle devient ensuite reine d'Italie durant seulement
un peu plus d'un mois (du 9 mai 1946 au 13 juin
1946), ce qui lui confère le surnom de « Reine de
Mai ».

De 1893 à 1909, le prince Albert en sa qualité de sénateur de droit prononce plusieurs discours relatifs à
l'amélioration de l'infrastructure navale, ferroviaire et
routière du pays. Au printemps 1898, il effectue un
voyage en Amérique qui le mène d'abord aux ÉtatsUnis[4] puis au Canada. Ce périple de quatre mois (3
mars-2 juillet) le conduit successivement à Washington,
New York, Boston, Philadelphie, Los Angeles, San
4

2.3. BIOGRAPHIE

5
En 1906, Albert crée l'Œuvre royale de l'Ibis, une institution visant à améliorer l'instruction des orphelins de pêcheurs défavorisés[10] . En 1909, il visite le Congo belge[4] .
Dans ses carnets de voyage, il critique violemment la politique d'exploitation de la colonie mise en place par son
oncle Léopold II et exprime ses craintes face aux ambitions d'expansion britanniques[11] .

2.3.2 Roi des Belges
Les premières années
Le 23 décembre 1909, la foule présente à Bruxelles réserve un accueil particulièrement chaleureux au nouveau
Roi. Albert Ier est le premier souverain à prêter serment en français et en néerlandais[12] . Durant les premières années de son règne, Albert Ier se cantonne strictement à son rôle constitutionnel[13] . Il s’entoure de personnalités de tendance libérale, comme Jules Ingenbleek,
son secrétaire, et Harry Jungbluth, le chef de sa maison
militaire[14] . Il tente également de rapprocher la monarchie du peuple, notamment en supprimant l'escorte armée
qui le séparait de la foule et en autorisant les journalistes
à l'accompagner dans ses déplacements[15] .
Fiançailles d'Albert et Élisabeth

Le 28 avril 1910, le souverain inaugure l'Exposition internationale et universelle de Bruxelles et il la clôture le
[16]
Francisco, Salt Lake City, Denver, Chicago, Pittsburgh, 18 octobre . Le[4]30 avril, il inaugure le Musée du Congo
Toronto, Ottawa, Montréal et au Québec[5] . Ce voyage belge à Tervuren .
très formateur offre au jeune homme l'opportunité Le 8 novembre 1910, le roi renoue avec la tradition des
d'acquérir des connaissances nouvelles et de rencontrer discours du trône, abandonnée par Léopold II. À cette
une société très différente de celle qu'il côtoyait en Eu- occasion, le roi à cheval et la famille royale traversent
rope. Il entre en effet en contact avec les milieux poli- Bruxelles, sous les acclamations de la foule. Sur son partiques et financiers américains[6] .
cours, des socialistes distribuent des tracts en faveur du
Le prince Albert et la future reine Élisabeth s’étaient ren- suffrage universel. À son arrivée au Parlement, les dépucontrés en 1897 à Paris, lors des funérailles de la duchesse tés socialistes crient : « Vive le suffrage universel ! » Le
discours du roi porte sur l'encouragement des arts, le déd'Alençon, morte tragiquement dans l'incendie du Bazar
[7]
de la Charité . Quelques mois plus tard le jeune prince veloppement de l'enseignement, l'octroi de la personnalité
civile aux universités libres, les pensions des mineurs et
ose faire sa demande en mariage : « Croyez-vous que
[17]
vous pourriez supporter l'air de la Belgique ? ». Les noces de vieillesse, la réforme des contrats de travail .
sont célébrées en 1900. L'acte par lequel Léopold II approuve ce mariage ne porte aucun contreseing ministériel,
contrairement à ce qui était prévu par les articles 60 et 64
de la constitution. En janvier 1910, après l'accession au
trône d'Albert, un avocat gantois, Alfons Jonckx, avance
la thèse que de ce fait, le prince Albert est déchu de ses
droits au trône[8] . Dans Le Soir du 6 janvier, Auguste
Beernaert reconnaît qu'il y a en effet eu « une violation
théorique de la lettre de la constitution », mais l'affaire
sera vite oubliée.

Au printemps 1911, le roi et la reine entreprennent un
séjour en Égypte. À son retour, le pays est en pleine
agitation à la suite du dépôt d'un projet de loi sur
l'enseignement, surnommée « loi du bon scolaire », par le
gouvernement de Frans Schollaert. Le roi consulte le président de la Chambre Gérard Cooreman et les ministres
d'État Auguste Beernaert et Charles Woeste. Le 6 juin, il
a un entretien assez houleux avec le chef de cabinet Frans
Schollaert. Le 9 juin, le ministère remet sa démission[18] .
Le roi tente alors de confier les rênes du gouvernement à
Cooreman, puis se tourne
Albert et Élisabeth s’installent dans un hôtel de la rue Henri Liebaert (en) et à Gérard
[19]
Charles
de
Broqueville
.
vers
de la Science. Le couple, très rapidement parent de trois
enfants, mène une vie simple, sans grand apparat. Cette En 1911, le roi s’opposa à une proposition de la France,
image de bonheur familial sera un des piliers de la popu- qui suggérait à la Belgique de lui donner à bail la rive
larité d'Albert Ier[9] . Ils fréquentent peu le roi Léopold II, gauche du Congo sur plusieurs centaines de kilomètres,
qui meurt la même année que le père de la princesse en en échange de la reconnaissance de la souveraineté belge
1909.
sur le Congo par le Royaume-Uni[20] .

6
En 1912, une société germano-britannique est fondée
dans le but de créer un chenal entre Stanley Pool et
Matadi. Encore une fois, le roi intervient afin de sauvegarder les intérêts belges, en convoquant le ministre des
Colonies, Jules Renkin. En janvier 1914, la Belgique demande à la France d'entrer dans le capital de la société[20] .
En Europe, quand la tension augmente, les pays commencent à conclure des alliances et à fourbir leurs armes.
En 1913, le roi Albert se rend en France (en avril) et en
Allemagne (en novembre) pour insister sur la neutralité de la Belgique et pour les prévenir que s’ils violaient
le territoire belge, le pays se défendrait. « Je suis SaxeCobourg, je suis aussi Orléans, mais je ne saurais oublier
que je suis surtout belge ! » dit le roi à l'empereur allemand
En août 1913, il impose avec l'aide du Premier ministre
Charles de Broqueville l'autonomie du haut commandement de l'armée et, en novembre, le service militaire obligatoire pour tous[21] par extension d'une loi signée par son
prédécesseur Léopold II sur son lit de mort en 1909 et qui
prévoyait un service militaire d'un fils par famille. Cette
mesure porte le contingent de l’armée de 180 000 à 340
000 hommes. La même année, une grève générale est déclenchée en vue d'obtenir le suffrage universel. À cette
occasion, une partie de la presse socialiste appelle le roi à
intervenir en faveur de leur lutte (par exemple en dissolvant les chambres), mais le souverain n'agira pas[22] .

CHAPITRE 2. ALBERT IER (ROI DES BELGES)
Le 2 août, l’Allemagne lance un ultimatum à la Belgique :
l’empereur allemand Guillaume II réclame le libre passage de ses troupes, faute de quoi la Belgique serait considérée comme ennemie. Devant le Conseil des ministres,
le roi déclare que l'ultimatum est inacceptable et qu'il faut
se défendre. La décision de refuser l'ultimatum est prise
conjointement par le roi et Charles de Broqueville. Le
Conseil de la couronne se réunit peu après. Les discussions sont animées et plusieurs options sont envisagées
par les ministres : laisser passer les Allemands, protester
pour la forme ou résister. Finalement dans l'indignation
générale et suivant les arguments de Jules Van den Heuvel, tous se rallient à l'avis du roi : résister à l'Allemagne
et faire appel aux puissances garantes de la Belgique dès
que les frontières seront violées[25] .
En même temps, dès les premiers jours d'août, le Congo
belge est mis en état de se défendre par des transferts de
fonds, par la mise en alerte de la Force publique africaine
et par l'organisation de communications maritimes indépendantes de la Belgique permettant de maintenir des relations économiques entre le domaine colonial belge et le
reste du monde, quelle que soit l'évolution de la guerre en
Belgique. C'est le secrétaire général du ministère des colonies Pierre Orts qui, de Bruxelles, gère autoritairement
la politique de défense de la Belgique en Afrique avec le
soutien du roi.

Avant la guerre, Albert Ier , chef d'État d'un pays neutre,
fut appelé pour arbitrer des conflits internationaux, par
exemple entre l'Italie et l'Uruguay et entre l'Allemagne et
Haïti[23] .
La Grande Guerre

Albert Ier sur le champ de bataille.

En 1914, la Grande Guerre éclate. Le 31 juillet en fin
d'après-midi, trois jours après la déclaration de guerre
er
de l'Autriche-Hongrie à la Serbie, Albert Ier réclame de- Le roi Albert I en septembre 1917 par Richard N. Speaight.
vant le Conseil des ministres la mobilisation générale immédiate de l'armée, ce qu'il obtient grâce au soutien de Le 4 août, à 8 heures du matin, les Allemands pénètrent
Prosper Poullet et de Paul Segers[24] .
dans le territoire belge. La nouvelle n'est pas encore

2.3. BIOGRAPHIE
connue quand, à 10 heures, le roi, vêtu d'une tenue de général de campagne, traverse Bruxelles à cheval au milieu
d'une foule enthousiaste et vient prononcer un discours
devant le Parlement : « Un pays qui se défend s’impose
au respect de tous, ce pays ne périt pas. J'ai foi en nos
destinées. » Il est acclamé par l'ensemble des députés[26] .
La résistance de la Belgique et spécialement de son roi
à l'envahisseur surprend une grande partie de l'Europe,
notamment parce que les souverains belges étaient toujours considérés comme des « princes allemands[27] ».
Après son discours devant les chambres, le roi rejoint immédiatement le grand quartier-général et prend le commandement effectif de l'armée[28] . L'armée belge résiste
à l'attaque allemande, notamment par des combats menés par les troupes de campagne devant les forts de Liège.
L'armée belge retient ainsi 150 000 soldats ennemis qui
manquent au haut commandement allemand pour mener
pleinement son offensive contre la France. Après avoir dû
abandonner les forts de Liège et remporté une victoire à la
bataille de Haelen, l'armée belge se retire à la fin août dans
la place forte d'Anvers, réputée la plus forte d'Europe
avec ses trois ceintures concentriques de forteresses. Au
cours de trois sorties, les troupes de campagne s’appuyant
sur les forts parviennent à tenir l'armée allemande en respect. Puis, pour échapper à l'encerclement, les renforts
promis par le Royaume-Uni n'arrivant pas, le roi Albert
ordonne la retraite. Certains auteurs, dont Marie-Rose
Thielemans, avancent qu'à cette occasion le roi avait envisagé de capituler. Henri Haag affirme le contraire, en se
basant sur une riche documentation[29] . L’armée belge se
retranche finalement derrière l’Yser, le 15 octobre. Elle
y résistera quatre années aux côtés des Britanniques et
des Français jusqu'à l'offensive victorieuse qui libérera la
Belgique en 1918.

7
ticles[33] . Cependant, la Belgique se devait d'être fidèle
aux alliés britannique et français qui lui avaient porté secours en tant que garants et, à ce titre, de rester liée à
eux jusqu'à la libération de son territoire, à l'exclusion
d'une paix séparée. C'est ainsi que, dès 1914, en application de cette solidarité, le roi décide d'envoyer des troupes
du Congo belge pour appuyer les Français en lutte avec
les Allemands au Togo. En 1915 et 1916, agissant en
toute indépendance dans l'ouest de l'Afrique orientale allemande, les troupes coloniales belges remportent les victoires de Tabora et de Mahenge, tandis que les Britanniques s’emparent du nord et de l'est.
En avril 1915, il autorise son fils le prince Léopold, alors
âgé de treize ans, à s’engager dans le 12e régiment de
ligne[34] .
De bonne heure, il se montre partisan de l'élargissement
du gouvernement à des membres de l'opposition libérale
et socialiste. Charles de Broqueville fait finalement entrer le 18 janvier 1916 des ministres d'État de l'opposition
dans son gouvernement. Mécontents, deux ministres catholiques, Georges Helleputte et Armand Hubert, remettent leur démission au roi, qui la refuse[35] . La même
année, les Allemands, qui occupent les neuf dixièmes de
la Belgique et y imposent un gouverneur, décrètent la scission administrative entre la Flandre et la Wallonie[36] . En
1917, le Conseil de Flandre instauré par l'occupant proclama la déchéance du roi Albert, suivant les arguments
juridiques d'Alfons Jonckx à propos de la prétendue illégalité de son accession au trône[37] .

Le 11 juillet 1917, des frontistes adressent au roi une
lettre ouverte réclamant une réforme linguistique au sein
de l'armée. En effet, la langue du commandement était
exclusivement le français. Le roi n'y donnera pas suite,
Pendant toute la guerre, le roi refuse de suivre le gou- car il estimait que cette réforme était impossible à mener
[38]
vernement belge à Sainte-Adresse, dans la banlieue du en temps de guerre .
Havre et reste à la tête de l’armée pour la diriger. Il éta- Jusqu'à la fin de 1918, il ne croyait pas certaine la vicblit son quartier-général à La Panne et visite fréquemment toire alliée car l'échec des grandes offensives avec leurs
le front. En tant que commandant en chef de l'armée, hécatombes inutiles montraient, pensait-il, que la guerre
il croyait pouvoir la diriger sous sa seule responsabili- ne pourrait être gagnée sur le terrain[39] . Déjà, en 1915té, c'est-à-dire sans contreseing. En effet, l'article 68 de 1916, il contacte secrètement son beau-frère le comte de
la constitution disait : « le roi commande les forces de Törring-Jettenbach (de), pour connaître les intentions de
terre et de mer, déclare la guerre, fait des traités de paix, l'Allemagne. Des tentatives furent également entreprises
d'alliance et de commerce […][30] . » Charles de Broque- par l'entremise du prince Sixte de Bourbon-Parme et de
ville n'était pas du même avis et pensait qu'en tant que mi- son frère François-Xavier de Bourbon-Parme qui comnistre de la Guerre il était responsable devant le pays des battaient tous deux dans l'armée belge mais qui avaient
actes posés par le roi. Cette différence d'interprétation de la famille dans le camp des empires centraux. C'est
causa de fréquentes dissensions entre le chef de cabinet un discours du chancelier autrichien Czernin qui rendit
et l'état-major, voire le roi lui-même[31] . Progressivement la tentative impossible en révélant ces contacts et en y
un modus vivendi s’établit : le roi prenait les décisions mi- impliquant le Premier ministre français Clemenceau qui
litaires en se passant du contreseing ministériel, mais il s’empressa de démentir toute implication[40] . Marie-Rose
consultait son ministre[32] .
Thielemans voit dans ces tractations des négociations seDurant tout le conflit, le roi défend un statut particulier crètes de paix, alors que pour Henri Haag, il ne s’agissait
pour la Belgique vis-à-vis des Alliés : selon lui elle n'était que d'évaluer les conditions nécessaires à une paix de répas un Allié en tant que tel, mais un État neutre secouru conciliation générale, sans que la Belgique ne prenne aupar ses garants à la suite de l'agression allemande, confor- cun engagement, si ce n'est celui d'exiger la reconquête de
mément à ce qui était prescrit par le traité des XXIV ar- son indépendance et l'indemnisation des pertes considé-

8
rables humaines et matérielles que l'invasion allemande
avait causées[41] . Il tentait également de convaincre le
Royaume-Uni de négocier une paix de compromis[40] .
En 1916, Alphonse XIII d'Espagne demanda à Albert
Ier une audience pour son ambassadeur le marquis de
Villalobar. Celui-ci avait reçu du chancelier allemand
Bethmann Hollweg une proposition de paix séparée entre
l'Allemagne et la Belgique : les troupes allemandes évacueraient la Belgique, lui rendraient son indépendance
et l'Allemagne l'indemniserait pour les dommages subis.
Le roi, qui était pourtant partisan d'une paix de compromis, refusa, en accord avec son gouvernement, de recevoir le diplomate espagnol, par loyauté envers les Alliés
et parce qu'il croyait qu'une paix séparée était irréalisable
pratiquement[42] . On a su, après la guerre, que des socialistes des deux camps ennemis, voulant raviver la camaraderie de l'Internationale, avaient eu des contacts à
Stockholm, mais sans suite. Du côté belge, le négociateur
était Camille Huysmans[réf. nécessaire] .
Le 31 mai 1918, Charles de Broqueville remet la démission de son cabinet, probablement à cause du mécontentement du roi. Début octobre 1918, il reçoit pourtant un
message du roi qui lui témoigne sa reconnaissance pour
les services rendus[43] . Albert Ier charge alors Gérard Cooreman de former un nouveau cabinet. Celui-ci accepte
par devoir patriotique et en précisant qu'il remettrait sa
démission dès la fin des hostilités. Contrairement à son
prédécesseur, il laisse le roi conduire seul les affaires
militaires[44] . En juillet 1918, sans en avertir son gouvernement, le souverain plaide devant le cabinet de la guerre
britannique pour une paix de compromis[40] .
Jusqu'en 1918, il refuse de rejoindre le commandement
unique interallié et de participer aux grandes offensives
meurtrières de la Somme, de Verdun et de Passchendaele,
ce qui permet de limiter le taux de mortalité dans l'armée
belge à 1 sur 50[45] . En septembre 1918, lorsqu'il est enfin convaincu de la victoire finale des Alliés à la suite
de leur offensive victorieuse, il accepte, sur l'avis de son
conseiller constitutionnel et diplomatique Pierre Orts[46] ,
le commandement unique interallié[40] et ordonne en septembre 1918 d'engager l'offensive contre l'armée allemande dans les Flandres. Après la victoire de la forêt
d'Houthulst et au bout de deux mois de combats qui
avaient repoussé l'ennemi jusqu'à Gand, l'armée belge et
le roi entrent dans cette ville où leur parvient la nouvelle
que l'Allemagne venait de signer l'armistice de Compiègne.
L'entrevue de Loppem
Le soir du 11 novembre 1918, le roi reçoit au château
de Loppem, chez les barons van Caloen, Gérard Cooreman, chef de cabinet, Paul-Émile Janson, député libéral
de Bruxelles, et Édouard Anseele, député socialiste de
Gand. Après le départ de Janson et d'Anseele, le roi demande à Cooreman de convoquer le surlendemain des
hommes politiques et des personnalités influentes res-

CHAPITRE 2. ALBERT IER (ROI DES BELGES)
tées au pays pendant la guerre. Ces personnalités appartiennent presque toutes à la gauche. À la suite de
ces consultations, le roi propose, probablement à la suite
d'une suggestion d'Émile Francqui, de confier à Léon Delacroix la mission de constituer un gouvernement d'union
nationale. Tous les conseillers se rallient à cette proposition. Ce gouvernement reçoit pour mission de reconstruire le pays, de réformer la constitution (instauration
du suffrage universel pur et simple à vingt et un ans) et
d'établir un enseignement supérieur en néerlandais[47] . Le
roi était en effet un partisan du suffrage universel pur et
simple dès avant le conflit[40] .
Après quarante-huit heures de réflexion, Léon Delacroix
accepte et constitue un cabinet d'union nationale. Charles
de Broqueville accepte le portefeuille de l'Intérieur, à la
suite de la demande expresse du roi[48] . Le 22 novembre,
la famille royale rentre à Bruxelles où elle est accueillie
par une foule enthousiaste. Le roi se rend au Parlement et
annonce que son gouvernement fera adopter le suffrage
universel, créera une université flamande, autorisera les
coalitions d'ouvriers et étendra les lois sociales[49] . Dans
son discours, le roi insiste notamment sur l'hygiène sociale, la lutte contre l'alcoolisme et la nécessité d'une répartition plus équitable des richesses[50] .
Conformément à ce qui avait été annoncé dans le discours
royal, on vote en effet une loi organisant l'élection immédiate d'une constituante au suffrage universel[51] pur et
simple. Les élections ont lieu en novembre 1919. Cependant, un respect strict de la constitution aurait exigé que
ces élections se fassent au suffrage plural et que la nouvelle assemblée élue révise la constitution afin d'octroyer
le suffrage universel. C'est cet événement que les catholiques conservateurs ont appelé « le coup de Loppem ».
Par contre, la création d'une université flamande à Gand
sera retardée jusqu'en 1930[52] .
Le « coup de Loppem » est dénoncé dans la presse conservatrice, surtout catholique, mais aussi libérale, en 1921 et
en 1930, à la suite de révélations sur les consultations de
1918. C'est le caractère inconstitutionnel de l'octroi du
suffrage universel et la création de l'université flamande à
Gand qui furent principalement critiqués et attribués à la
peur de troubles. Le 11 février 1930, le roi écrit une lettre
publique au Premier ministre Henri Jaspar pour mettre fin
à cette polémique. Il y affirme notamment que ce n'est
ni un chantage, ni la peur de troubles qui ont motivé les
décisions prises à Loppem. Par ailleurs, le retard dans
la création de l'université flamande aliéna au roi les extrémistes flamands, qui lui reprocheront d'avoir promis
quelque chose qu'il ne pouvait octroyer[53] .

L'union nationale de l'après-guerre
Après la guerre, le roi Albert va intervenir plus fréquemment dans la politique. Son prestige acquis pendant le
conflit et l'évolution des mentalités lui valent de ne pas
être accusé d'exercer un pouvoir personnel, contraire-

2.3. BIOGRAPHIE

Le prince Léopold (à gauche) avec son père, Albert Ier

9
grandes puissances, Paul Hymans fait appel au roi en avril.
Celui-ci s’apprête alors à partir pour Londres, mais il décide de se rendre à Paris sans délai quand il reçoit le
message de son ministre. Du 2 au 5 avril, il séjourne
dans la capitale française et il réclame des indemnités de
guerre et la révision du traité des XXIV articles concernant le statut de l'Escaut. Il ne semble pas avoir réclamé le
Limbourg néerlandais et le grand-duché de Luxembourg,
ni même Eupen et Malmedy[55] . La conférence lui accorde les cantons de l'Est, la tutelle sur le Ruanda-Urundi
(« accords Orts-Milner »), ainsi qu'une indemnité prioritaire de deux milliards et demi de marks[56] . Il tente aussi, mais en vain, de s’opposer à la politique d'humiliation
excessive de l'Allemagne. Il se montre réticent quant à
la participation de la Belgique à l'occupation de la rive
gauche du Rhin. Celle-ci a cependant lieu, de concert avec
les Français[57] . Par ailleurs, le roi refuse que la diplomatie belge instrumentalise les atrocités allemandes d'août
1914, car il estime qu'il ne faut pas accabler l'Allemagne,
avec laquelle il serait judicieux de reprendre des relations
économiques[40] .
Du 23 septembre au 13 novembre 1919, le roi, la reine et
le prince Léopold se rendent en visite officielle aux ÉtatsUnis[58] . Lors d'une visite dans le pueblo indien d'Isleta au
Nouveau-Mexique, le roi décore de l'ordre de Léopold le
père Anton Docher[59] , qui lui offre une croix d'argent et
de turquoise faite par les Indiens Tiwas[60],[61] .
En 1920, la Belgique conclut un accord militaire avec la
France. Le roi juge que cet accord doit être complété par
un traité similaire avec le Royaume-Uni, faute de quoi
le royaume paraîtrait inféodé à la France. Il tente donc
entre 1920 et 1922 d'obtenir un accord militaire avec le
Royaume-Uni, sans succès[62] .
Fin octobre 1920, au retour d'une visite officielle au
Brésil, il reçoit la démission du cabinet Delacroix. Le roi
demande à Paul Segers de constituer un gouvernement,
mais celui-ci refuse. Albert Ier se tourne alors vers Henry
Carton de Wiart[63] .
En 1920, Albert Ier fonde l'Académie royale de langue et
littérature françaises[64] .

Le Roi et la Reine en visite à Isleta (Nouveau-Mexique), en 1919

Le souverain soutient le ministre du Travail Joseph Wauters quand il fait voter la loi des huit heures en 1921. Cette
loi limite le temps de travail à huit heures par jour et
quarante-huit heures par semaine[65] .

ment à son prédécesseur[13] . Il va également consacrer
une partie de ses efforts à favoriser la reconstruction et le
redressement économique du pays par de multiples ini- Le temps des crises
tiatives et interventions dans les domaines économique et
social[54] .
Après la démission de Henry Carton de Wiart à la suite
Après les élections de novembre 1919, les premières au des élections de novembre 1921, le roi choisit Georges
suffrage universel, Léon Delacroix remet sa démission au Theunis comme Premier ministre, sur les conseils de
roi, qui lui demande de former un nouveau gouvernement. Charles Woeste.
Après la Première Guerre mondiale, la Belgique est représentée en 1919 aux négociations de paix à Paris par
Paul Hymans, Émile Vandervelde et Jules Van den Heuvel. À court d'argument lors des négociations avec les

En 1923, le gouvernement décide de participer à
l'occupation de la Ruhr, contre l'avis du souverain[57] . La
même année, le roi intervient en faveur de la prolongation
du service militaire en écrivant une lettre, qui sera rendue

10

CHAPITRE 2. ALBERT IER (ROI DES BELGES)

publique, à son ministre de la Défense, Albert Devèze, privé, au service d’une science utile, sociale, pacifique et
pour défendre la proposition de ce dernier[66] .
patriotique : le Fonds national de la recherche scientiEn mars 1924, Theunis remet sa démission au roi, à la fique. L'idée du recours à des fonds privés pour soutenir
suite du rejet par le Parlement d'un traité de commerce la recherche revient à Émile Francqui, mais c'est grâce au
franco-belge. Le roi la refuse et Theunis reste Premier discours royal que des fonds suffisants (plus de cent milministre après un remaniement ministériel. Le roi pro- lions de franc belges) peuvent être collectés. En effet, dès
roi annonce la création du fonds, qui
met à Theunis de dissoudre les chambres et de convo- le 26 novembre, le [73]
1928
.
sera
fondé
en
quer des élections dès février 1925. Après ces élections,
Theunis démissionne une seconde fois[67] et le roi charge
Émile Vandervelde de former un gouvernement. Celuici tente de rassembler les socialistes et les plus progressistes parmi les libéraux et les catholiques, mais il échoue.
Le roi rappelle alors Charles de Broqueville, qui abandonne lui aussi après quelques jours. Albert Ier désigne
alors Aloys Vande Vyvere, qui constitue un gouvernement catholique homogène renversé par le Parlement dix
jours après sa constitution[68] . Le souverain fait alors appel à Prosper Poullet, qui constitue un gouvernement
catholique-socialiste[69] .

Le 8 octobre 1927, par un discours à Tribomont (GrandRechain), Émile Vandervelde réclame le service militaire
de six mois[74] , politique à laquelle le roi est totalement
opposé. Le roi charge alors Jaspar de constituer un cabinet bipartite catholique-libéral et concocte lui-même le
programme du gouvernement[75] .

Le 11 octobre 1927, le souverain devient grand-père
pour la première fois, avec la naissance de JoséphineCharlotte. En réponse aux délégations du Parlement venues le féliciter, il prononce un discours en faveur du renforcement de l'armée, qui sera critiqué par la presse soLe jour des noces d'argent du couple royal, le 2 octobre cialiste, surtout flamande[76] .
1925, celui-ci se trouve en voyage privé aux Indes. À leur En 1928, le couple royal visite le Congo belge[36] .
retour cent mille Belges les acclament pour célébrer leur
anniversaire de mariage[70] .
Au début de mai 1926, le gouvernement Poullet présente sa démission. Le roi charge alors Émile Brunet
de constituer un gouvernement, mais celui-ci échoue. La
crise économique est alors particulièrement sévère et le
cours du franc belge chute. Le roi convoque alors au
palais de Bruxelles Émile Vandervelde, Paul Hymans et
Aloys Vande Vyvere et les convainc de soutenir un gouvernement d'union nationale, dont il confie la direction à
Henri Jaspar, afin de rassurer l'opinion conservatrice. Le
20 mai 1926, peu après la constitution du gouvernement
Jaspar, le roi lui adresse une lettre publique dans laquelle
il exprime tous ses vœux de succès et appelle la population à s’unir derrière le gouvernement. Cette lettre et la Marche-les-Dames, le monument.
réaction unanimement positive de la presse ont une influence sur l'opinion publique et assurent la légitimité du
gouvernement[71] .
Les années 1930
En novembre 1926, le fils aîné du Roi, Léopold, épouse
Au début de 1930, la polémique à propos de l'entrevue
la princesse Astrid de Suède[36] .
de Loppem reprend dans la presse, à la suite de nouvelles
En 1927, le montant de la liste civile est ajusté. En ef- révélations, et le roi doit écrire une lettre publique le 11
fet, la constitution (article 77) prévoyait que ce montant février pour y mettre fin[77] .
soit fixé au début de chaque règne. Or la valeur du franc
belge avait été divisée par sept. Les députés décident En 1930, le roi participe aux festivités organisées à
de l'augmenter sans passer par une révision constitution- l'occasion du centenaire de la Belgique. La même année,
aux expositions universelles d'Anvers et de
nelle. Le roi accepte que la liste civile soit seulement mul- il participe
[54]
Liège
et
inaugure
dans la Cité Ardente les débuts des
[72]
tipliée par trois .
travaux du canal Albert, qui reliera les ports de Liège et
Le 1er octobre 1927, le roi prononce un discours dans d'Anvers[54] .
les grands halls de Cockerill à Seraing, à l'occasion du
cent-dixième anniversaire de l'usine. Le roi présente la À partir de 1930, comme la situation internationale se
science non seulement comme un levier pour l'industrie, dégrade, le roi use de son influence sur la politique extédans un
mais comme un instrument du prestige de la nation. Il dé- rieure du royaume pour éviter qu'il soit entraîné
[78]
.
conflit
au
nom
de
la
défense
d'un
autre
État
crit la pauvreté des laboratoires belges et lance un appel à
la générosité du privé. Ce discours donne l'impulsion né- Jaspar remet sa démission au roi en 1931, à la suite de son
cessaire à la création d'une institution nouvelle, de droit échec dans le dossier du bilinguisme dans l'enseignement.

2.3. BIOGRAPHIE

11

Le roi fait alors appel à Prosper Poullet, qui décline l'offre, clare que face à la menace du réarmement allemand il
malgré l'insistance du souverain. Celui-ci se tourne alors faut choisir entre la guerre préventive ou la limitation gévers Jules Renkin[79] .
néralisée des armements et qu'il vaut mieux négocier avec
plutôt que de subir une nouvelle course aux
Le 20 juin 1932, alors que se tient la conférence de Lau- l'Allemagne,
[84]
armements
.
sanne, le roi écrit à son Premier ministre une lettre qui
est rendue publique dans laquelle il appelle à la solidari- En mai 1934, la diplomatie et l'opinion belges sont scanté internationale. Cet appel sera bien perçu par la presse dalisées par les propos du fasciste britannique Hutchison,
internationale[80] .
qui prétend que le roi ne serait pas mort accidentellement
opposition à une
Vers septembre 1932, il apparaît que les libéraux, coa- mais aurait été assassiné en raison de son
[85]
éventuelle
guerre
contre
l'Allemagne
.
lisés avec les catholiques, souhaitent la dissolution des
Chambres avant le vote d'une série de mesures économiques impopulaires. Le roi est du même avis et tente de
convaincre son Premier ministre Jules Renkin en lui écrivant plusieurs lettres à ce sujet. Celui-ci maintient sa position. En octobre 1932, après les élections communales,
les libéraux réclament à nouveau avec force au Parlement
la dissolution. Le souverain adresse alors à Renkin une
lettre qui lui fait comprendre qu'il a perdu sa confiance.
Ce courrier provoque la démission du Premier ministre,
qui ne révèle cependant pas aux membres du gouvernement la raison de son retrait[81] .

2.3.3 L'alpiniste
Albert Ier manifeste tout au long de sa vie une vive passion pour l'alpinisme. Il a une préférence marquée pour
les massifs du Mont-Blanc, du Valais, des Dolomites. Le
29 août 1930 il inaugure le nouveau refuge du glacier du
Tour, le refuge Albert-Ier , offert par le Club alpin belge au
Club alpin français. Albert Ier a laissé son nom à l'aiguille
Torre Re Alberto au passage terminal extrêmement difficile. Il était membre du Groupe de haute montagne[86]

Le roi rappelle alors au pouvoir Charles de Broqueville.
Celui-ci obtient du souverain la dissolution du parlement.
Le soutien public du roi au gouvernement de Broqueville Ascensions
est décisif. Le roi refuse ainsi une première démission
• 1919 - Aiguille du Grépon
du cabinet à la suite d'un vote au cours duquel la majorité du groupe libéral avait voté contre une décision
• 1920 - Aiguille du Moine (massif du Mont-Blanc)
de Prosper Poullet, ministre de l'Intérieur. Il écrit le 15
février 1933 une lettre publique au gouvernement, dans
• 1921 - Aiguilles de Chamonix
laquelle il estime que le gouvernement n'a pas de raison
suffisante pour démissionner. Les ministres demeurent
• 1922 - Traversée des Drus et de l'aiguille des Grands
donc en place et la Chambre apporte sa confiance. Le
Charmoz
roi intervient encore dans les affaires publiques sur la
• 1933 - Torre Re Alberto (Alpes centrales), avec
question du sort des fonctionnaires qui ont collaboré avec
Aldo Bonacossa et Giusto Gervasutti
l'occupant allemand. Ce problème divise le pays. Le 31
décembre 1933 les anciens combattants manifestent à
• 1933 - Face sud-ouest du Croz dell'Altissimo
Bruxelles pour faire savoir leur indignation. Albert Ier re(Dolomites) avec Hans Steger[87]
çoit une de leurs délégations. Le 3 janvier 1934, le roi propose dans une lettre à Charles de Broqueville de confier ce
problème à une commission de hauts magistrats indépendants de l'administration. Cette proposition est approuvée
à l'unanimité par le gouvernement le lendemain et après
la publication de la lettre royale, les esprits se calment[82] .
À la fin de son règne, son chef de cabinet, Louis Wodon
fait parvenir, probablement avec l'assentiment du roi, à
certains ministres un document dans lequel il fait une interprétation autoritaire de la constitution, renforçant les
pouvoirs de l'exécutif[83] .



Buste à Gembloux (province
de Namur, Belgique).

Féru d'alpinisme, le Roi meurt à la suite d'une chute dans
les rochers de Marche-les-Dames, dans la vallée de la
Meuse, près de Namur, le 17 février 1934. Il est inhumé auprès de ses ancêtres dans la crypte royale de l'église
Notre-Dame de Laeken.
Le 6 mars 1934, Charles de Broqueville prononce un discours de politique internationale qu'il avait en fait préparé
avec Albert Ier avant son décès. Dans ce discours, il dé-



Buste à Chimay (province de
Hainaut, Belgique).

12



CHAPITRE 2. ALBERT IER (ROI DES BELGES)

Buste à Jemappes (province de
Hainaut, Belgique).

2.4 Opinions politiques d'Albert Ier
En 1979 dans Albert Ier , roi des Belges, Jacques Willequet
présente Albert Ier comme un aristocrate cosmopolite, ne
se sentant pas belge, mais lié aux Belges par son serment.
Selon lui, guidé par le principe de l'équilibre européen,
le roi était favorable à une paix de statu quo ante bellum.
Willequet avance aussi qu'Albert voulait mettre fin à la
majorité absolue catholique et que c'est dans ce but qu'il
plaida pour la formation d'un cabinet d'union nationale et
l'introduction du suffrage universel[88] .
Marie-Rose Thielemans le décrit comme « un conservateur habile, sachant humer le vent, secret, ne laissant
pas percer ses véritables sentiments » et « un homme
d'État d'envergure, guidé de bonne foi par ce qu'il considère comme l'intérêt fondamental du pays : la neutralité
et l'unité dans un climat social et linguistique apaisé »[89] . Elle le décrit aussi comme un pacifiste, voire un
défaitiste[88] .

Monument Albert Ier , place du 8 octobre 1870 à Saint-Quentin
(Aisne, France).

n’aimait pas cette épithète de « Roi Chevalier ». En effet,
tous ses contemporains s’accordent sur sa modestie[93] .
Par ailleurs Patrick Roegiers note qu'il était un cavalier
médiocre[94] .
Selon Laurence Van Ypersele, le mythe du roi Albert
est né en Belgique dès les premiers jours d'août 1914 :
les journalistes et les écrivains belges le présentèrent
alors comme l'incarnation de la Belgique, le chevalier
de l'honneur, le défenseur du droit. Selon cette historienne, ce n'est qu'ensuite que la propagande française et
surtout anglaise a repris le mythe tel quel et l'a diffusé
internationalement[95] .

Selon Marie-Rose Thielemans, par contre, l'utilisation
Luc Schepens avance qu'en matière linguistique la poli- à des fins de propagande de l'image du roi débute au
tique du roi Albert n'était pas claire, mais guidée par l'idée Royaume-Uni, qui entendait mobiliser sa population pour
un motif noble et désintéressé tel que la défense d’un petit
de l'unité du pays[29] .
pays inoffensif injustement attaqué. Cela permettait surLe roi avait des idées proches de celles des libéraux[14] .
tout d’occulter les vrais enjeux pragmatiques de leur enIl n'estimait pas la démocratie pour elle-même, mais il la
trée en guerre : arrêter l’Allemagne qui menaçait l’Empire
considérait comme une contrainte à laquelle il fallait se
britannique par sa suprématie en Europe et par le déveplier. Il exerça des pressions en faveur du suffrage univerloppement de sa Kaiserliche Marine[96] . C’est ainsi que
sel, non parce qu'il le considérait comme un bien en soi,
le Daily Telegraph demanda à un romancier de réunir,
mais parce qu'il pensait que c'était une nécessité pour la
avant la fin de l’année 1914, des textes à la gloire de la
stabilité du pays[90] .
Belgique et de son roi dans un livre nommé King Albert’s
Book (publié en décembre), auquel collaborèrent de nombreuses personnalités[96] . C'est grâce à cet ouvrage que
2.5 Postérité
l'expression « Roi Chevalier » se répandit[97] . Voici un
extrait écrit par Vicente Blasco Ibáñez, qui était pourtant
un antimonarchiste notoire : « Il est un héros sans le dési2.5.1 La légende du Roi Chevalier
rer, sans chercher à le devenir ; il est le héros le plus grand
de tout le vingtième siècle. Il est le
Dès le début de la Première Guerre mondiale, se déve- et le plus sympathique
[98]
.
roi-chevalier…
»
loppe une identification entre le peuple belge et son souverain, qui aboutit à une sorte de culte de la personnalité : dans la Belgique occupée, des pièces d'or à son effigie
sont utilisées comme bijoux. Après la guerre des porcelaines, des cartes postales, des boîtes de biscuit à l’effigie du roi en uniforme sont produites[91] . D'après Patrick
Roegiers, le roi se prête de son plein gré à l'édification de
sa légende en posant pour les artistes[92] . Pourtant le roi

Selon Pierre Orts, plénipotentiaire et conseiller diplomatique et constitutionnel d'Albert Ier de 1917 à 1919 (une
trentaine d'audiences à La Panne puis autant à Bruxelles),
l'épithète « Roi Chevalier » ne s’accorde pas du tout avec
la personnalité d'Albert Ier : « Le Roi-Chevalier ! Celui
qui, le premier, en forme d’hommage, accola ce vocable
au nom d’Albert Ier se rendit coupable d’un véritable at-

2.6. ASCENDANCE
tentat à sa personnalité. Puisse la postérité ne point le retenir ; ce serait à désespérer de la vérité historique. Chevalier, le mot n’évoque-t-il pas un aimable mélange de panache, de folle bravoure, de soumission à des servitudes
morales périmées, voire de frivolité ? Et il était tout le
contraire de cela. L’un de ses biographes, en insistant sur
son « sérieux » a résumé en un mot la somme des dons que
ce roi mit au service de la fonction royale : la conscience,
le sentiment du devoir, la réflexion, la prudence, le sens
des possibilités, la patience »[46] .
Sa mort tragique et inopinée va donner une vigueur nouvelle à la légende : des rues et des places sont nommées
en son honneur et de nombreuses statues sont élevées,
de préférence représentant un roi casqué et à cheval[99] .
En 1934, un poème de Rodan publié par Le Courrier
de l'Armée lui donne les qualificatifs suivants : Albert
l'Inoubliable, Albert le Modeste, Albert le Charitable, Albert le Sage, Albert le Bon, le Roi Sublime, le Roi Martyr, le Roi Viril, Albert le Grand, Albert le Bien-Aimé[99] .
Pierre Daye, dans Vie et mort d'Albert Ier lui prête un comportement chevaleresque qui confine à la sainteté[99] . La
France aussi a connu une grande vague de sympathie envers Albert Ier peu après son décès : des statues furent
érigées et de nombreuses voies reçurent son nom. Il est à
noter qu'à cette époque la France craignait une dénonciation par la Belgique de l'accord militaire franco-belge de
1920[100] . Ainsi, en hommage à cette figure, la promotion
1933-1935 de l'École spéciale de Saint-Cyr porte son
nom.

2.5.2

Monuments

• 1910 : Monument à LL.MM. Albert et Elisabeth. La
Commune d'Aywaille. 31 juillet 1910, à Aywaille.
• 1936 : Monument au Roi Albert Ier . Juin 1936, à
Metz.
• 1936 : Monument au roi Albert , par Ernest-Charles
Diosi, à Saint-Quentin.
• 1938 :

13
• 1951 : Statue équestre du roi Albert Ier , par Alfred
Courtens, au Mont des Arts, à Bruxelles.
• 1954 : Statue équestre du roi Albert Ier , par Victor
Demanet, à Namur.
• 1958 : Buste du roi Albert Ier , à Gembloux.
• 1964 : Statue équestre du roi Albert Ier , par Charles
Leplae, à Liège.
• Au Roi Albert, relief, par E. Falise, à Amay.
• Mémorial Albert Ier , relief par Albert Brichant, rue
Albert Ier , à La Louvière.

2.5.3 Hommage
Une rue et un pont de Dunkerque portent son nom depuis
le 16 novembre 1918[101] . Une avenue de Grenoble porte
également son nom.

2.6 Ascendance
Ascendance d'Albert Ier de Belgique

2.7 Notes et références
[1] Damien Bilteryst, Le prince Baudouin, frère du RoiChevalier, Bruxelles, Editions Racine, 2013, 336 p.
[2] Damien Bilteryst, Le prince Baudouin, frère du RoiChevalier, Bruxelles, Editions Racine, 2013, op. cit.,
p.259
[3] Laurence Van Ypersele, Le Roi Albert, Histoire d'un
mythe, Mons, éditions Labor, 2006, 532 p. (ISBN 28040-2176-9), p. 23,

• Monument au roi Albert Ier , roi des Belges, par
Armand Martial, à Paris.

[4] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 23.

• Monument au roi Albert Ier , par Karel Aubroeck (sculpteur) et Julien de Ridder, à
Nieuport.

[5] Archives du Palais Royal de Bruxelles, Secrétariat du
prince Albert, lettres du prince Albert à sa sœur la princesse Joséphine, mars à juin 1898.

• 1939 :
• Statue monumentale du roi Albert Ier , par Louis
Dupont, à l'entrée du Canal Albert, à Liège.
• Monument à Albert Ier , par Victor Demanet,
avec René Schoentjes (architecte), à Kinshasa.
• Stèle Albert Ier , par Schmidt-Hény, à Gryon.

[6] Marie-Rose Thielemans, Emile Vandewoude, Le Roi
Albert au travers de ses lettres inédites (1882-1916),
Bruxelles, 1982, p.28
[7] La duchesse d'Alençon était la tante d'Élisabeth de Bavière.
[8] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 83 et note 212.
[9] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 158.

• 1950 : Buste du roi Albert Ier , par Gustave Jacob, sur
le square La Cloque au Feu à Jemappes.
[10] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 134, note 443.

14
[11] Marie-France Cros, « Albert Ier au Congo : acerbe », dans
La Libre Belgique, 26 décembre 2008 [lire en ligne] et
Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 116, note 367.
[12] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 92.
[13] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 40.
[14] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 66.
[15] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 155.
[16] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 135.
[17] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 43-46.
[18] Jean Bartelous, Nos Premiers Ministres, de Léopold Ier à
Albert Ier , 1983, Bruxelles, éd. J.M. Collet, p. 258-259.

CHAPITRE 2. ALBERT IER (ROI DES BELGES)

[41] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 286.
[42] Jean Bartelous, op. cit., p. 274-275 et Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 286.
[43] Jean Bartelous, op. cit., p. 279-280.
[44] Jean Bartelous, op. cit., p. 289.
[45] Contre par exemple 1 sur 6 dans l'armée française. Voir
Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 12 et note 12.
[46] Pierre Orts, Souvenir de ma carrière, écrit de 1938 à 1947,
Archives Générales du Royaume (AGR : Papiers ORTS,
pièce no 389, 211 pages et XVI annexes).
[47] Jean Bartelous, op. cit., p. 290-293.
[48] Jean Bartelous, op. cit., p. 280.

[19] Jean Bartelous, op. cit., p. 264.
[20] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 103, note 307.
[21] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 120 et notes 387-388.
[22] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 85-86.
[23] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 99.
[24] Jean Bartelous, op. cit., p. 271.
[25] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 288 et 326, MarieRose Thielemans, « Albert Ier et sa légende », dans Anne
Morelli (dir.), Les grands mythes de l'histoire de Belgique,
de Flandre et de Wallonie, Bruxelles, Editions Vie ouvrière, 1995 (ISBN 287003301X), p. 186.

[49] Jean Bartelous, op. cit., p. 296.
[50] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 139.
[51] Il faut toutefois noter qu'il n'est accordé qu'aux hommes.
Le droit de vote ne sera accordé aux femmes qu'en 1946.
[52] Marie-Rose Thielemans, op. cit., p. 186 et Laurence Van
Ypersele, op. cit., p. 52.
[53] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 51-58.
[54] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 142.
[55] Jean Bartelous, op. cit., p. 301 et Laurence Van Ypersele,
op. cit., p. 98, note 279.

[26] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 29 et 326.

[56] Jean Bartelous, op. cit., p. 301.

[27] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 104.

[57] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 98, note 279.

[28] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 178.
[29] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 288.
[30] Marie-Rose Thielemans, op. cit., p. 184 et Laurence Van
Ypersele, op. cit., p. 121.
[31] Jean Bartelous, op. cit., p. 278-279.
[32] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 121.

[58] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 109.
[59] Keleher and Chant. The Padre of Isleta. Sunstone Press,
2009, p. 94.
[60] Samuel Gance, Anton ou la trajectoire d'un père,
L'Harmattan, 2013, p. 174.
[61] W.A.Keleher, The Indian sentinel, 1920, vol.2. p. 23-24

[33] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 186, note 689.

[62] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 98-99 et notes 279280.

[34] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 188.

[63] Jean Bartelous, op. cit., p. 311.

[35] Jean Bartelous, op. cit., p. 272-273 et Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 24.

[64] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 147.

[36] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 24.

[66] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 128 et note 423.

[37] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 85 et note 212.

[67] Jean Bartelous, op. cit., p. 325-327.

[38] Fred Stevens et Axel Tixhon, L'histoire de la Belgique
pour les nuls, Paris, First, coll. « Pour les Nuls », 2010,
445 p. (ISBN 9782754014823), p. 293.

[68] Jean Bartelous, op. cit., p. 331-336.

[39] Marie-Rose Thielemans, op. cit., p. 186 et Laurence Van
Ypersele, op. cit., p. 346, note 67.

[70] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 157-158.

[40] Marie-Rose Thielemans, op. cit., p. 186.

[65] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 143, note 481.

[69] Jean Bartelous, op. cit., p. 346-349.

[71] Jean Bartelous, op. cit., p. 357-358 et Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 60-62.

2.8. ANNEXES

[72] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 73 et note 172.
[73] Elisa Di Pietro, « Le Discours de Seraing, l'Impulsion
royale qui favorisa la recherche », dans Le 15e Jour du
mois, no 166, septembre 2007 [lire en ligne] et Laurence
Van Ypersele, op. cit., p. 147, note 497 et p. 151-152.

15

2.8 Annexes
2.8.1 Articles connexes
• Belgique

[74] Jean Bartelous, op. cit., p. 359.

• Roi des Belges

[75] Marie-Rose Thielemans, op. cit., p. 186 et Jean Bartelous,
op. cit., p. 359.

• Liste des chefs de l'État belge

[76] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 89, note 243.

• Liste des reines des Belges

[77] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 51.

• Arbre généalogique de la famille royale belge

[78] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 282.

• Famille royale belge

[79] Jean Bartelous, op. cit., p. 380.

• Monarchie belge

[80] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 110-111.

• Histoire de la monarchie belge

[81] Marie-Rose Thielemans, op. cit., p. 186 et Jean Bartelous,
op. cit., p. 383-385.
[82] Jean Bartelous, op. cit., p. 282-283 et Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 62-63.
[83] Marie-Rose Thielemans, op. cit., p. 186-187.
[84] Jean Bartelous, op. cit., p. 284.
[85] « D'étranges “révélations” sur la mort du roi Albert Ier »,
Le Matin, 6 mai 1934, p. 3.
[86] Annuaire du Groupe de haute montagne
[87]

• Gérard Bordes, Grande Encyclopédie de la Montagne, t. 1, Paris, Atlas, 1976, 2400 p.

[88] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 287.
[89] Marie-Rose Thielemans, op. cit., p. 187.
[90] Patrick Roegiers, La Spectaculaire Histoire des rois des
Belges, Perrin, Paris, 2007, p. 178 et Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 88 et note 236.
[91] Marie-Rose Thielemans, op. cit., p. 175-176.
[92] Patrick Roegiers, op. cit., p. 170.
[93] Marie-Rose Thielemans, op. cit., p. 184.
[94] Patrick Roegiers, op. cit., p. 178.
[95] Laurence Van Ypersele, op. cit., p. 181-182. Elle a dispensé un cycle de conférences consacré à la création des
mythes contemporains et des héros belges de la Première
Guerre, en particulier du roi Albert Ier , au Collège Belgique. Ce cycle peut être écouté sur le site de l'Académie
royale de Belgique.

• Politique en Belgique
• Roi casqué (philatélie)

2.8.2 Bibliographie
• Notices d'autorité : Fichier d'autorité international
virtuel • International Standard Name Identifier
• Bibliothèque nationale de France (données)
• Système universitaire de documentation •
Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei
• WorldCat
• Marie-Rose Thielemans et Émile Vandewoude.- Le
roi Albert au travers de ses lettres inédites (18821916).- Bruxelles : Office international de librairie,
1982
• Laurence van Ypersele, Le roi Albert - Histoire
d'un mythe, Quorum, Ottignies - Louvain-la-Neuve,
1995 (ISBN 2-930014-46-6) (rééd. aux Éditions Labor, Loverval, 2006 (ISBN 2-8040-2176-9))
• Esmeralda de Belgique et Christophe Vachaudez,
Albert et Elisabeth, Bruxelles, Racine, octobre 2014.

2.8.3 Filmographie
• Sur les pas du Roi Albert et de la Reine Elisabeth,
mes grands-parents, documentaire de 140 minutes
réalisé par Nicolas Delvaulx pour la RTBF en 2014.

[96] Marie-Rose Thielemans, op. cit., p. 178.
[97] Marie-Rose Thielemans, op. cit., p. 179.
[98] Vicente Blasco Ibáñez, King’s Albert Book, cité par MarieRose Thielemans, op. cit., p. 179.

2.8.4 Liens externes


[99] Marie-Rose Thielemans, op. cit., p. 181.

Conférence consacrée à la construction des
mythes belges de la Grande Guerre et du Roi Chevalier (2009).

[100] Marie-Rose Thielemans, op. cit., p. 183.
[101] [PDF] Rues de Dunkerque



Portail de la Belgique

16



CHAPITRE 2. ALBERT IER (ROI DES BELGES)

Portail de la monarchie



Portail de l’alpinisme et de l’escalade



Portail de la montagne

Chapitre 3

Albert II (roi des Belges)
aspirant en 1953, enseigne de vaisseau en 1954, lieutenant de vaisseau en 1957, capitaine de frégate en 1959,
capitaine de vaisseau en 1964 et enfin amiral de flotille
Albert II de Belgique, de son nom complet Albert Félix
en 1971.
Humbert Théodore Christian Eugène Marie de Belgique, né le 6 juin 1934 au château du Stuyvenberg, est En 1954, il obtient son premier rôle officiel : la présile 6e roi des Belges après la mort de son frère Baudouin et dence du conseil général de la Caisse générale d'épargne
jusqu'à son abdication le 21 juillet 2013. Titré à sa nais- et de retraite (CGER). Il y restera jusqu'à sa suppression
sance prince de Liège[1] , il est le second fils du roi Léopold en 1991.
III et de la reine Astrid, née princesse de Suède[2] . Il est Le prince de Liège[1] devient le parrain de son neveu,
le frère cadet de la grande-duchesse Joséphine-Charlotte le grand-duc Henri de Luxembourg (né en 1955) et de
et de Baudouin. Il est actuellement le dernier enfant de sa demi-sœur, la princesse Maria-Esméralda de Belgique
Léopold III et d'Astrid de Suède encore vivant.
(née en 1956).
Pour les articles homonymes, voir Albert II.

Il prête serment devant les Chambres réunies le 9 août
1993 en néerlandais, français et allemand. Le 3 juillet
2013, il annonce sa décision d'abdiquer le 21 juillet 2013,
jour de la fête nationale belge. Son fils aîné le prince
Philippe, duc de Brabant, lui succède.

3.1 Biographie
3.1.1

Jeunesse (1934-1951)

Son enfance et son adolescence sont marquées par la mort
accidentelle de sa mère, le 29 août 1935, à Küssnacht,
en Suisse et par la Seconde Guerre mondiale. Il passera
celle-ci en France, en Espagne mais surtout à Bruxelles.
Le 6 juin 1944 marque le dixième anniversaire du jeune
prince mais aussi le débarquement de Normandie. La
famille royale est alors emmenée en Allemagne, puis en
Autriche, où elle est libérée le 7 mai 1945 par les troupes
américaines. Cette libération ne signifie pas le retour au
pays. La « question royale » oblige la famille royale à
s’exiler en Suisse jusqu'en juillet 1950. Le 11 août 1950,
le frère aîné d'Albert, le prince Baudouin, duc de Brabant,
devient prince royal, puis roi des Belges le 17 juillet 1951,
le lendemain de l'abdication de son père, le roi Léopold
III.

3.1.2

Le 2 juillet 1959, il épouse à Bruxelles Paola Ruffo di
Calabria, issue d'une famille princière italienne. Ils s’installent au château du Belvédère. À la suite de l'absence
d'héritier du couple royal, ce sont le prince Albert et la
princesse Paola qui vont assurer l'avenir de la dynastie
avec leurs trois enfants : Philippe (né le 15 avril 1960),
Astrid (née le 5 juin 1962) et Laurent (né le 19 octobre
1963). À la fin des années 1960, le couple princier connaîtra une crise conjugale, à la suite de la liaison d'Albert
avec la baronne Sybille de Sélys Longchamps[3] , et un divorce sera envisagé avant leur réconciliation.
En 1958, il devient président de la Croix-Rouge de Belgique, sénateur de droit et président d'honneur du Comité
olympique et interfédéral belge (COIB). En 1962, il accepte la présidence d'honneur de l'Office belge du commerce extérieur et effectue une centaine de missions économiques partout dans le monde. Le prince Albert occupe ces fonctions jusqu'à son accession au trône.
Afin de lui rendre hommage, la Fédération des Entreprises de Belgique et la fondation Roi Baudouin créent
en 1984 le fonds Prince Albert, qui remet chaque année
des bourses pour la formation de jeunes cadres belges qui
ont l'intention de se lancer dans l'exportation.

3.1.3 Albert II, sixième roi des Belges
(1993-2013)

Le prince de Liège (1951-1993)

À la suite du décès de son frère Baudouin, Albert prête
De retour en Belgique, le prince Albert entreprend sa for- serment le 9 août 1993 comme sixième roi des Belges.
mation militaire dans la force navale belge. Il sera promu Contrairement à ses cinq prédécesseurs, il règne sur un
17

18

CHAPITRE 3. ALBERT II (ROI DES BELGES)
II garde ses convictions religieuses sur le plan privé et
respecte les choix démocratiques du Parlement : il a ainsi apposé sa signature sur la loi dépénalisant l'euthanasie
et sur la loi autorisant les mariages homosexuels, malgré
l'opposition de l'Église catholique. Les baptêmes de tous
ses petits-enfants sont célébrés en privé et ne donnent lieu
à aucune cérémonie officielle. Cette attitude est conforme
aux vues des défenseurs de la laïcité de l'État.

Durant la crise politique de 2010-2011 qui dura 541 jours
(la plus longue de l'histoire politique belge), Albert II
montra son agacement dans son discours traditionnel prononcé lors de la Fête Nationale belge, le 21 juillet 2011.
Il y rappela fortement son rôle constitutionnel en tenant à
mettre en garde sur l'attitude des responsables politiques
belges peu favorables à s’entendre pour former un gouvernement et ainsi à trouver un compromis pour sauvegarder l'avenir du pays. Il s’impliqua avec ténacité et fermeté pour aboutir à une issue à cette crise en se présentant comme le dernier rempart contre l'éclatement de la
Étendard personnel du roi Albert II.
Belgique en deux entités flamande et wallonne. La crise
se termina, au grand soulagement d'Albert II, par la noÉtat fédéral, dont il a signé la nouvelle constitution le 17 mination du socialiste Elio Di Rupo au poste de Premier
février 1994. Albert II estime que son rôle principal est ministre le 5 décembre 2011.
d'encourager et de soutenir l'entente entre le niveau fé- Dans le domaine culturel, la reine Paola crée un comidéral, les trois régions et les trois communautés. Il prône té artistique chargé d'intégrer l'art contemporain belge au
une meilleure connaissance des trois langues nationales et Palais royal de Bruxelles, construit au XIXe siècle. Des
dénonce en 2006 le « séparatisme explicite ou feutré ».
œuvres de Jan Fabre, Marthe Wéry, Dirk Braeckman et
Partisan d'une société multiculturelle, il dénonce régulièrement dans ses discours le racisme et la xénophobie et
soutient activement le Centre pour l'égalité des chances et
la lutte contre le racisme. Depuis son accession au trône,
il n'a reçu en audience aucun représentant de l'extrêmedroite et ne les convie pas aux réceptions du Palais royal.
Le roi préside chaque année la cérémonie du 11 novembre à la Colonne du Congrès et accorde son haut
patronage à diverses associations patriotiques, comme le
Comité national belge du Souvenir et la Ligue royale
belge des Vétérans du roi Léopold III.
Lors de l'affaire Dutroux en 1996, le couple royal reçoit
durant une semaine tous les parents d'enfants disparus.
Le roi prononce ensuite des discours très critiques envers la police et la justice, sans pour autant se fâcher avec
le gouvernement Dehaene II. Il milite pour la création à
Bruxelles de Child Focus, le centre européen pour enfants
disparus et sexuellement exploités, dont la reine Paola devient présidente d'honneur. Au cours de ces mois mouvementés, la monarchie est la seule institution belge à sortir
renforcée.
Comme son frère, Albert II est un européen convaincu
qui soutient toutes les initiatives en faveur de la construction européenne, comme le passage du franc belge à l'euro
ou la création d'une future armée commune. Il accorde
aussi beaucoup d'attention aux anciennes colonies belges
d'Afrique centrale et à l'image de la Belgique à l'étranger.
Sur le plan religieux, le couple royal est croyant et pratiquant mais, contrairement au roi Baudouin, le roi Albert

Patrick Corillon sont inaugurées en 2002 et 2004. Le
roi Albert II accorde notamment son haut patronage aux
Amis des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, à
la Fédération nationale des compagnies dramatiques, à
l'Union des Entomologistes belges, au Cercle d'art théâtral de Bruxelles et à l'Association royale Dynastie et Patrimoine culturel.
Avec son épouse, il a considérablement modernisé la monarchie belge et l'a ouverte aux médias. En 2006, il a
supprimé le poste de Grand Maréchal de la Cour, jugé
désuet.
Comme la Constitution belge l'y autorise, le roi accorde
chaque année une quinzaine de titres de noblesse à des
Belges méritants. Voici quelques exemples : les astronautes Dirk Frimout et Frank De Winne, le président
du Comité international olympique Jacques Rogge, les
hommes d'affaires Maurice Lippens, Albert Frère et Aldo
Vastapane, le dessinateur François Schuiten, la chorégraphe Anne Teresa De Keersmaeker, le peintre Roger
Raveel, le cinéaste André Delvaux, la chanteuse populaire
Annie Cordy, le musicien de jazz Toots Thielemans, le
champion cycliste Eddy Merckx, le mathématicien Pierre
Deligne, etc. Il y a toutefois lieu de noter qu'il ne s’agit pas
d'une prérogative du roi en tant que personne, mais de
l'institution royale, c'est-à-dire du roi et de ses ministres.
Les anoblissements se font après avis de la Commission
consultative pour les faveurs nobiliaires et sur proposition
du ministre des Affaires étrangères.

3.4. DÉCORATIONS ET DISTINCTIONS
Voyages à l'étranger
Article détaillé : Liste des visites d'État du roi Albert II
de Belgique.

19
• 9 août 1993 — 21 juillet 2013 : Sa Majesté le roi des
Belges
• depuis le 21 juillet 2013 : Sa Majesté le roi Albert

Après son abdication, le roi Albert garde le prédicat de
Comme son frère avant lui, Albert II profita de son règne
majesté.
pour mettre en avant la Belgique sur la scène internationale.

3.4 Décorations et distinctions
3.2 Abdication

3.4.1 Distinctions

Article détaillé : Passation de pouvoir entre Albert II et Belges
Philippe de Belgique.
• Grand-cordon de l’ordre de Léopold
Le roi Albert II est depuis 2010 l'objet de rumeurs
(toujours démenties officiellement) sur une éventuelle
abdication en faveur du prince héritier Philippe, son fils
aîné, duc de Brabant. Le journal Le Soir s’est fait plus insistant dans sa parution du 2 mars 2012[4] en évoquant
l'idée d'une possible abdication le 21 juillet 2013, sans
doute due aux conséquences de récents problèmes de santé et d'ordre privé rencontrés par le souverain.
Le 3 juillet 2013, le roi Albert II annonce finalement son
abdication par ces mots : « Je constate que mon âge et
ma santé ne me permettent plus d'exercer ma fonction
comme je le voudrais. Ce serait manquer à mes devoirs
et à ma conception de la fonction royale que de vouloir me maintenir en exercice à tout prix. Sans être en
mesure d'assumer pleinement mon rôle, c'est une question élémentaire de respect envers les institutions et envers vous, chers concitoyens. Après vingt ans de règne,
j'estime donc que le moment est venu de passer le flambeau à la génération suivante. Je constate que le prince
Philippe est bien préparé pour me succéder. » Le bilan de
son règne est salué par la presse belge, le Soir saluant son
« sens aigu des responsabilités dans des crises politiques
d'une profonde gravité », la Libre Belgique déclarant qu'il
a « incarné un règne fort, courageux et chaleureux »[5] .
Le roi Albert II signe l'acte d'abdication le 21 juillet 2013,
jour de la fête nationale belge, à 10 h 45[6] . Son fils
Philippe lui succède le même jour en prêtant serment
devant les chambres réunies. Albert II est le second roi
des Belges à abdiquer après Léopold III, qui l'avait fait en
1951 en faveur de son fils Baudouin, frère et prédécesseur
d'Albert II.

3.3 Titulature

• Grand-croix de l’ordre de Léopold II
• Grand-croix de l’ordre de la Couronne
• Grand-croix de l’ordre de l’Étoile africaine
• Grand-croix de l’ordre royal du Lion
Il était grand maître de ces cinq ordres pendant la durée
de son règne.
Étrangères
Récipiendaire de nombreuses décorations étrangères, Albert II est l’un des seuls chefs d’État européens à être à la
fois chevalier de la Toison d’or autrichienne (décernée en
1962 par l’archiduc Otto de Habsbourg) et chevalier de la
Toison d’or espagnole (décernée en 1994 par le roi Juan
Carlos).
• Bailli grand-croix d'honneur et de dévotion de
l'ordre souverain, militaire et hospitalier de SaintJean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte
• Chevalier grand-croix de l’ordre royal de Victoria
(royaumes du Commonwealth)
• Chevalier de l’ordre de l’Éléphant (Danemark)
• Grand-croix de l’ordre du Dannebrog (Danemark)
• Chevalier de collier de l'ordre équestre du Saint Sépulcre de Jérusalem (Vatican)
• Chevalier grand-croix avec collier de l’ordre du Mérite de la République italienne
• Grand-croix de l'ordre de Saint-Charles (Monaco)

• 6 juin 1934 — 7 juin 1934 : Son Altesse royale le
prince Albert de Belgique

• Chevalier grand-croix de l’ordre d’Orange-Nassau
(Pays-Bas)

• 7 juin 1934 — 9 août 1993 : Son Altesse royale le
prince de Liège, prince de Belgique[1]

• Grand-croix avec collier de l’ordre de Saint-Olav
(Norvège)

20

CHAPITRE 3. ALBERT II (ROI DES BELGES)

• Grand-croix de l’ordre des Trois Étoiles (Lettonie)

3.8 Sources

• Grand collier de l’ordre de Vytautas le Grand
3.8.1
(Lituanie)
• Huissier de justice et de grand croix de chevalier
d’honneur et dévotion de l’ordre militaire souverain
de Malte
• Chevalier grand-croix de l’ordre de l’Aigle blanc
(Pologne)
• Grand collier de l’ordre de l’Infante-Dom-Henrique
(2000, Portugal)
• Chevalier de l’ordre de la Toison d’or (Espagne)
• Grand-croix avec collier de l’ordre de Charles-III
(Espagne)
• Chevalier de l’ordre des Séraphins (Suède)
• Chevalier de l’ordre de Saint-Michel (Maison de
Bourbon)
• Chevalier de l’ordre de la Toison d’or (Maison de
Habsbourg)
• Chevalier de l’ordre de la Sainte-Annonciation

3.4.2

Grades honorifiques

Le roi Albert II est docteur honoris causa de l'université
catholique de Louvain, l'université Saint-Louis de Baguio
City (Philippines), l'université de Gand, université libre
de Bruxelles, l'université catholique de Mons et la faculté
polytechnique de Mons.

Références

[1] Bien qu'historiquement le titre prenne un accent aigu
(prince de Liége) la graphie moderne (prince de Liège) est
officiellement utilisée. Voir à cet effet la notice biographique du roi Albert II sur le site officiel de la Monarchie
belge.
[2] Jiri Louda et Michael MacLagan, Les Dynasties d'Europe,
Bordas, 1995 (ISBN 2-04-027115-5), tableau 82 p. 40
[3] Mario Danneels, Paola, de la dolce vita à la couronne, Pire
Luc éd., 2002 (ISBN 978-2930240824)
[4] Autre Roi, autre entourage, autre monarchie, Le Soir, édition du 3 mars 2012.
[5] http://www.lematin.ch/monde/europe/
albert-ii-roi-parle-yeux-yeux/story/21378671?track
[6] Succession royale : Albert II a signé l'acte officiel de son
abdication, Le Vif/L'Express en ligne, 21 juillet 2013

3.8.2 Bibliographie
• Notices d'autorité : Fichier d'autorité international virtuel • Bibliothèque nationale de France
(données) • Système universitaire de documentation
• Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • WorldCat
• Martin Buxant-Steven Samyn, Belgique, un roi sans
pays, Plon, Paris, 2011

3.5 Ascendance

• Jo Gérard, Albert II et sa famille, éditions J-M Collet,
1993 (ISBN 2-87367-020-7)

Ascendance d'Albert II de Belgique

• Christian Laporte, Albert II - Premier roi fédéral, Racine, 2003 (ISBN 2-87386-318-8)
• Vincent Leroy, Chroniques du règne d'Albert II, éditions Azimuts, 2006 (ISBN 2-87471-004-0)

3.6 Ordre de succession au trône de
Belgique
3.7 Iconographie
• 1937 : Statue en pied de la reine Astrid présentant le
prince de Liège, 1,90 m, marbre blanc, par Adelin
Salle, à l'Hôtel de ville de Liège
• 2013 : Buste, par Wilfried Pas, au Sénat de Belgique.

• André Molitor, La fonction royale en Belgique, éd.
Crisp, 1978
• Patrick Roegiers, La Spectaculaire histoire des rois
des Belges, Perrin, 2007 (ISBN 2-262-02451-0)
• Charles-Emmanuel Schelfhout, Albert de Belgique Périples économiques (1960-1993), La Dyle, 2004
• Vincent Leroy, Le règne d'Albert II, Imprimages,
2013

3.9. ANNEXES

3.9 Annexes
3.9.1

Articles connexes

• Belgique
• Roi des Belges
• Liste des chefs de l'État belge
• Liste des reines des Belges
• Arbre généalogique de la famille royale belge
• Famille royale belge
• Monarchie belge
• Histoire de la monarchie belge
• Politique en Belgique
• Passation de pouvoir entre Albert II et Philippe de
Belgique
• Albert II de Belgique (timbre)

3.9.2

Liens externes

• Notices d'autorité : Fichier d'autorité international virtuel • Bibliothèque nationale de France
(données) • Système universitaire de documentation
• Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • WorldCat
• Site officiel de la Monarchie belge
• Fiche généalogique dans la base roglo de l'INRIA
• Titres Royaux en Belgique
• « Intronisation d'Albert II » [vidéo], sur ina.fr


Portail de la Belgique



Portail de la monarchie

21

Chapitre 4

Anvers
Pour les articles homonymes, voir Anvers (homony- Les codes postaux vont de 2000 à 2600 à l’intérieur du
district de la ville d’Anvers, située principalement sur la
mie).
rive droite de l’Escaut et connue pour son port international de marchandises extrêmement développé.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources
Les Anversois sont aussi appelés les Sinjoren, de l’espagnol señor. La ville est souvent appelée ’t Stad (« La
Ville ») et parfois de koekenstad (« la Ville des biscuits »)
par allusion aux koffiekoeken (viennoiseries) d’Anvers,
par les Anversois.

4.1 Histoire
Article détaillé : République d'Anvers.
D'un petit village, Anvers est devenue, lors de la guerre

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.

(juillet 2009).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou
si vous connaissez des sites web de qualité traitant du
thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant
à la section « Notes et références » (modifier l'article,
comment ajouter mes sources ?).
Anvers (prononcé [ɑ̃ .vɛʁs] ou [ɑ̃ .vɛʁ][1] , en néerlandais :
Antwerpen) est une ville belge dans la Région flamande,
chef-lieu de la province d'Anvers et de l'arrondissement
administratif du même nom.
Au 1er janvier 2015, la commune d’Anvers était la plus
peuplée de Belgique avec 601 257 habitants, 289 123
hommes et 289 143 femmes. L’agglomération anversoise
compte 1 250 000 habitants. C'est également la première
commune et ville de Belgique pour ce qui est de la superficie, avec 204,51 km2 .

La cathédrale Notre-Dame et le Boerentoren vues de la rive
gauche de l'Escaut

de Quatre-Vingts Ans, la plus grande ville des Dix-Sept
Provinces et une des plus grandes villes d'Europe, avec
une population de 150 000 habitants[2] .
Toute l’histoire d’Anvers a été déterminée par sa situation le long de l’Escaut. Sa véritable création ne remonte
qu’aux alentours de l’an 900, lorsque les villageois s’établirent sur l’Aanwerp, terrain surélevé qui donna son nom
à Anvers. En 970, Anvers devient poste frontière de
l’Empire germanique, on y construit des fortifications en
bois, remplacées plus tard par un château fort en pierre
(le Steen). L’extension de la ville se poursuit par le sud,
saint Norbert fait construire au XIIe siècle l’abbaye SaintMichel. Par la suite, les chanoines de la petite église se

22

4.1. HISTOIRE

23

déplacent vers le nord et fondent une nouvelle paroisse,
avec au centre l’église Notre-Dame, ancêtre de la cathédrale actuelle. Dans les années qui suivirent, la ville continua à se développer en vagues concentriques créant une
succession de remparts que l’on devine encore dans sa topographie.
La ville d'Anvers obtint en 1312 une charte qui fit d'elle
une commune démocratique. Au siècle suivant, la ville et
son port prirent leur essor, car la grande rivale, Bruges, est
condamnée par l'ensablement du bras de mer qui mène à
Damme, l'avant-port de cette ville.
On considère que la première bourse des valeurs anversoise (au sens moderne), est fondée en 1531, animée par
des négociants qui relient l'Inde à l'Amérique[3] . La première bourse de commerce d'Europe y est aussi fondée
en 1460.
La Feitoria de Flandres, fondée en 1508 à Anvers[4] , fût
la principale tête de pont de l'empire commercial portugais, la Casa da Guiné, devenue en 1503 Casa da India, à
l'intersection des chemins commerciaux des colonies du
Brésil, de l'Afrique et des Indes orientales.

Carte d'Anvers (Antwerp) en 1740

Entraînée dans la guerre, la ville connut plusieurs épisodes dramatiques. Entre le 4 novembre et le 7 novembre
1576, une partie des soldats espagnols mutinés mirent à
sac la ville. Au cours de cet épisode, moururent plusieurs
milliers d'habitants et ce drame fût l'élément déclenchant
du soulèvement des provinces du sud des Pays-Bas espagnols qui restaient encore loyales à la couronne espagnole.
En janvier 1583, François d'Anjou ordonna à 4 000 de
ses soldats d'attaquer Anvers ; à défaut d'une garnison de
défenseurs, les citoyens d'Anvers repoussèrent l'attaque,
mettant en déroute l'armée française.

Puis, jusqu’à la moitié du XVIIe siècle, elle profita de la
présence d’artistes tels que Rubens, Van Dyck, Jordaens
et Teniers ou encore les familles de sculpteurs Quellin et
Verbrugghen ainsi que plusieurs imprimeurs et célèbres
facteurs de clavecins anversois.

tages de leur victoire, ce qui naturellement eut des conséquences catastrophiques sur l’économie de la ville. Abandonnée par les protestants, que Philippe II visait plus parAu milieu du XVIe siècle, les Pays-Bas du sud profitèrent ticulièrement et qui constituaient une très large part de
du rôle dominant de la ville, qui était alors une des plus l’élite commerciale et intellectuelle de la ville, Anvers vit
grandes villes d'Europe et qui resta pendant longtemps un sa population se réduire de moitié en moins de 20 ans[5] .
très grand centre culturel et artistique. Dans la deuxième
partie du siècle, Anvers fut le théâtre d’une lutte politicoreligieuse entre le Nord, protestant, et le Sud associé à la
très catholique Espagne. Devant la dureté de la répression
espagnole contre les protestants, avec les menaces qui en
résultaient contre les vieilles franchises accordées jadis
par des chartes, les nobles modérés réunis à Bruxelles présentèrent un compromis à la gouvernante des Pays-Bas
siégeant dans cette ville. Devant le mépris d'un conseiller
de la gouvernante, qui traita les pétitionnaires de gueux,
ceux-ci tinrent, par défi, un banquet connu sous le nom de
banquet des gueux. Ce fut le début de la guerre de QuatreVingts Ans - qui éclata à la suite de l'exécution capitale
à Bruxelles des comtes d'Egmont et de Horne qui avaient
Lancement du Friedland le 2 mai 1811 à Anvers, en présence de
pris la tête de l'opposition de la noblesse et du peuple aux Napoléon.
excès du pouvoir de Philippe II d'Espagne.

En 1585, la ville tomba aux mains de Philippe II à
l'issue d'un siège de treize mois, la ville étant défendue
par Philippe de Marnix de Sainte-Aldegonde. En conséquence, les Provinces-Unies du nord fermèrent l’accès à
l’Escaut dans le but de priver les Espagnols des avan-

À l'issue de la guerre, la royauté des Habsbourg espagnols sur les Pays-Bas du Sud finit par être transférée,
par accord féodal, aux Habsbourg d'Autriche. Une opposition à ceux-ci se développa, comme sous les Habsbourgs
d'Espagne. Il en résulta finalement un soulèvement en
1787-1789 et les Autrichiens furent battus. L'État indépendant des États belgiques unis fut proclamé à Bruxelles
et Anvers y participa. Mais le retour en force des Autrichiens en 1790 et l'attaque des armées républicaines de la
Révolution française mit fin à cette brève indépendance
en 1792.

24

CHAPITRE 4. ANVERS

Anvers fut occupée une première fois par les armées de la
Révolution le 30 septembre 1792[6] . L’Escaut fut rouvert
(1795), et l’ébauche d’un port moderne vit le jour : Napoléon demanda à Charles-François Beautemps-Beaupré
d'établir ce qui sera la première carte des bouches de
l'Escaut, et fit réaliser deux bassins achevés en 1811 (le
Petit Bassin et le Grand Bassin - rebaptisés bassin Bonaparte et bassin Guillaume en 1903, ils abritent maintenant
le Museum aan de Stroom ou musée sur le cours d'eau)[7] ;
toutefois, l’embargo anglais ainsi que les guerres napoléoniennes empêchèrent toute évolution, et la ville subit de
nombreux pillages et destructions.

En septembre 1944, le mouvement de résistance des
Witte Brigade (les brigades blanches) parvint à localiser
les sabotages allemands dans la ville et les installations
portuaires, et guida l'avant-garde canadienne qui libéra
la ville et sauva le port de la destruction. Cela s’avéra
vite de première importance pour le ravitaillement des
armées alliées. Aussi, les Allemands lancèrent-ils V1 et
V2, des missiles qui plurent sur la ville, d'octobre 1944
à janvier 1945, visant le port qui travaillait jour et nuit
à l'approvisionnement des armées alliées. Il en résulta de
nombreuses victimes civiles.

Au début du XXIe siècle, le port d'Anvers est le deuxième
Après la défaite de Napoléon à Waterloo (1815) a lieu port d'Europe, après Rotterdam. La réputation des diaune brève réunification avec les Pays-Bas septentrionaux mantaires anversois fait de cette ville la première place
et une période de développement, qui s’achèvera avec mondiale de taille et de négociation du diamant.
la Révolution belge (1830) et une nouvelle fermeture de
l’Escaut. Il faudra attendre 1863 pour que la navigation
soit définitivement libre après le rachat forfaitaire du droit
4.2 Héraldique
de navigation par le ministre Charles Rogier.
[8]

La croissance d’Anvers reprit et se développa à la fin du
XIXe siècle avec la colonisation du Congo. Le Congo
fournit en effet quantité de matières premières (caoutchouc, ivoire, minerais) et stimula le trafic portuaire ainsi
que les activités industrielles.

De gueules au château à trois tours ouvertes crénelées en
argent, ajourées et maçonnées de sable, la tour du milieu
accompagnée en chef de deux mains appaumées, celle à
dextre en bande, celle à senestre en barre, toutes les deux
en argent.

En 1914, la ville subit le siège de l'armée allemande pendant trois semaines à compter du début de septembre.
L'armée belge, sous les ordres directs du roi Albert Ier ,
se replia après les combats des forts de Liège en août
1914. Les troupes belges se répartirent entre les forts des
deux lignes concentriques de fortifications dont la ville est
entourée depuis la fin du XIXe siècle. C'est de cette position qu'elles exécutèrent deux sorties qui repoussèrent
chaque fois les troupes allemandes. Mais, finalement, le 8 Pendant le Premier Empire, Anvers fut au nombre des
octobre, Anvers vit entrer les soldats allemands après la bonnes villes et autorisée à ce titre à demander des armoiretraite belge vers la côte et l'Yser.
ries au nouveau pouvoir : elles devenaient : De gueules au
En 1940, la ville fut occupée par l'armée allemande jus- château à trois tours d'argent de cinq pièces, ouvert, ajouqu'en septembre 1944, subissant, en 1943, les bombar- ré et maçonné de sable, surmonté de deux mains appaudements américains qui visaient les usines de General mées, celle à dextre en bande, celle à senestre en barre
Motors qui travaillaient pour l'armée allemande, avec d'argent, soutenu d'une rivière en fasce alaisée du même,
de trois abeilles d'or, qui est des
des pertes dans la population civile. En avril 1941, une au chef de gueules chargé [12]
bonnes
villes
de
l'Empire
.
émeute antisémite ébranle le quartier de la gare centrale.
La commune a été décorée de la croix de guerre 19141918[9] .
En mai 1942 l'administration communale sous la direction du bourgmestre Leo Delwaide et à la suite de
l'ordonnance allemande imposant le port de l'étoile jaune
à tous les ressortissants juifs, organise la distribution des
étoiles de David. La police communale d'Anvers s’implique également lors des rafles d'août 1942. La coresponsabilité des protagonistes belges de la Shoah en Belgique fait l'objet d'un rapport commandité par le sénat :
La Belgique docile. La Belgique présentera officiellement
ses excuses à la communauté juive pour le rôle qu'a pu 4.3 Toponymie
jouer son administration et ses forces de police dans la
déportation des Juifs de Belgique[10],[11] .
Selon la légende populaire, un pirate géant et méchant
brigand, Druoon Antigoon, collectait un droit de passage

4.4. GÉOGRAPHIE

25
L'interprétation se justifie par le doublon flamand Antwerpen ou Andwerpen de la ville. La traduction prosaïque
de “aan het werpen” indique la jetée d'un port, mais, de
manière plus complexe, le toponyme flamand désigne ce
qui est jeté (werpen) contre (and ou ant) le milieu eau
ou pour repousser l'eau (non mentionnée). Même si le toponyme anversois est antérieur à la formation des langues
germaniques, il est étonnant que nombre de digues locales
se nommait autrefois en flamand Andwerpen ou Antwerpen. Les paysans flamands les ont sans doute érigées et
construites avec leurs outils manuels et leurs bras, sur
ordre des donneurs d'ordre, seigneurs et marchands de la
ville médiévale.

4.4 Géographie
4.4.1 Communes limitrophes
4.4.2 Répartition administrative
Fusion des communes et formation des districts

Brabo jetant la main d'Antigone.

totalement prohibitif sur les bateaux qui passaient et coupait sans pitié la main de ceux qui refusaient de payer.
Un soldat romain, moins couard que les habitants, Silvius
Brabo, tua l'ogre, lui coupa à son tour la main et la jeta
dans l'Escaut. D'où le nom populaire flamand « Hantwerpen » ou Handwerpen signifiant “jet de la main ou des
mains” (« hand » : « main », « werpen » : « jeter »), devenu Antwerpen.

Le 1er janvier 1983, le territoire de la commune d'Anvers
a été étendu aux sept communes périphériques (Berchem,
Borgerhout, Deurne, Ekeren, Hoboken, Merksem et
Wilrijk). Les anciennes communes annexées furent transformées en districts anversois, comme l'était déjà depuis
1958, celui Berendrecht-Zandvliet-Lillo.
Il y a une grande différence au niveau de la gestion hiérarchique des entités par rapport aux autres communes
belges : elles sont administrées par le conseil du district
et le collège du district.

Il s’agit d'une belle étymologie populaire, qui est à
l'origine d'un rituel du carnaval et de nombreuses œuvres
d'art locales, en particulier une statue emblématique de
la ville d'Anvers. Le toponyme Anvers est attesté au VIIe
siècle et VIIIe siècle par les formes latines in Antwerpo, Antwerpis, in Andwerpo. La ville se voit attribué au
moyen-âge classique des formes néolatines Antwerpae et
Andwerpae.
Ainsi la graphie Anvers proviendrait de l'accusatif antverpas ou Andwerpas en latin médiéval. Une explication plausible est le postulat d'une forme ancienne gallo- Anvers depuis le ciel
romaine antewersis ou anteversas, soit littéralement ante
versas, avant la ligne de rivage ou devant le flot. L'entité Carte
urbaine et le port d'Anvers sont probablement érigés à
partir de monticules îliens au-delà du rivage ferme de Liste des communes voisines
l'Escaut. Cette création en milieu fluvial ou temporairement marécageux nécessite de soustraire à l'écoulement
(versadura) en amoncelant les alluvions présents et en les 4.5 Démographie
consolidant par des digues.


Aperçu du document La Belgique.pdf - page 1/437

 
La Belgique.pdf - page 3/437
La Belgique.pdf - page 4/437
La Belgique.pdf - page 5/437
La Belgique.pdf - page 6/437
 




Télécharger le fichier (PDF)


La Belgique.pdf (PDF, 48.1 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP Texte



Documents similaires


la belgique
fichier le 15 novembre et la dynastie belge
histoirebelgique
tam tam 2012 3 juillet septembre
histoire partie deux
la journee du 21 juillet 2013

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.033s