Les 7 cerveaux du corps humain.pdf


Aperçu du fichier PDF les-7-cerveaux-du-corps-humain.pdf - page 2/195

Page 1 234195


Aperçu texte


Ensatine : D'une manière simple : C'est user de mots ou de termes intellectuels,
scientifiques ou religieux que l'utilisateur saura pertinemment que son interlocuteur ne
comprendra certainement pas ces expressions dont il se prémunie d'utiliser dans son
langage ou ses écrits, et dans une position où, il ne se donnera pas la peine d'en donner
une définition par respect pour le lecteur ou l'interlocuteur lambda qui ignore ce que cette
(ou ces) expression(s) représente(nt).
Défini plus en profondeur : Être ensatine, c'est le fait d'utiliser des mots, des termes dont
l'utilisateur qui en possède la connaissance sait pertinemment que la personne confronté à
son élocution1 ne les comprendra pas ; le fait d'adopter un comportement particulier envers
une autre personne, considérant que celle-ci n'a aucunement la capacité de comprendre,
niimême la possibilité, avec son patrimoine génétique, son cadre social ou son inéducation,
d'être capable de se donner les moyens d'émancipation intellectuelle afin de comprendre
une chose, et le fait alors de se moquer d'elle en adoptant un dialecte scientifique ou
intellectuel qui sera nullement compris par cette personne n'ayant, elle, pas suivi d'études
lui permettant de comprendre ces langages qui lui sont inconnus. Comme un étranger
parlant à un autre étranger n'ayant pas le même dialecte, la communication et
compréhension sont alors impossible. Ainsi fait, de la prendre de haut et de la rabaisser en
ces termes, et de par ce principe, présenter dans cette action une position d'une réelle
notion d'irrespect, d'égoïsme, d'égocentrisme, et d’orgueil profond de la part de la personne
qui en joue le rôle d'oration2. Alors que cette personne ensatine pourrait très bien ne plus
l'être en adoptant une comportementale solidaire et éducative, en expliquant à son
interlocuteur les termes qu'elle emploie, plutôt que d'adopter une certaine gymnastique
intellectuelle et prétentieuse, en sachant très bien que certaines personnes seront larguées,
et s'amuser intérieurement de cette situation de prédominance 3, ce qui est clairement antipédagogue, et est souvent mis en pratique par des personnes censées être
professionnellement responsable et bien-vrillantes envers leurs apprentis/élèves, et qui est
ce qui se retrouve profondément également dans la littérature, qui est elle aussi censée
montrer un certain exemple et un certain respect envers les lecteurs.
Ce terme n'est pas à confondre avec la « condescendance », qui est de prendre les gens
de haut sans pour autant avoir un statut intellectuel, ou quelconques autres notions,
permettant de se donner une position prédominante dans un sentiment de supériorité et de
mépris, car dans ce terme, souvent, la personne condescendante n'en a nullement la
légitimité, et se place plus haut qu'elle ne devrait se le permettre ; que dans le terme
« ensatine », ici la personne en a la totale légitimité et se joue de cette position face aux
autres pour les rabaisser, pour la plupart du temps, en utilisant des termes ou mots qui
seront alors incompris par l'interlocuteur ou le lecteur d'un texte à structure intellectuelle,
scientifique ou religieuse.
J'ai alors inventé ce mot pour définir ce comportement, car il n'y a pas de mot qui existe
encore à ce jour pour le définir, j'ai nommé donc ceci « Ensatine ».
1 Élocution : Choix et arrangement des mots dans le discours.
2 Oration : Discourt solennel (discourt public à caractère grave et profond).
3 Prédominer : Prévaloir une position personnelle, se prétendre être le plus important.

-2-