Mémoire Master 1 Franck BERNARD.pdf


Aperçu du fichier PDF memoire-master-1-franck-bernard.pdf

Page 1...3 4 56750


Aperçu texte


-1-

Introduction
Je suis Franck Bernard et j'expose ici les raisons pour lesquelles j'ai choisi de traiter
ce sujet. J'ai grandi en banlieue grenobloise, je suis donc issu des classes
populaires, du prolétariat. Je n'ai jamais été excellent à l'école mais toujours
passionné par les questions sociétales, avec l'insatiable curiosité de comprendre
précisément les rouages et mécanismes qui dessinent la face du monde. J'ai
compris qu'une meilleure connaissance de mon environnement direct (micro) et
indirect (macro) me permettrait d'avoir toujours un coup d'avance et d'y répondre
en adoptant une attitude avisée et en faisant les choix les plus adaptés. Après un
début de formation en commerce international, j’ai été assez marqué par le
caractère des logiques lucratives qui dessinent la face du monde.
L’expérience qui m’a définitivement convaincu d’intégrer un master à vocation
sociale est le tour du monde que j’ai eu la chance de réaliser durant huit mois en
solitaire entre 2010 et 2011. J’ai eu là un regard unique des multiples facettes de
notre monde et ses continents, chacun présentant des réalités sociales, culturelles,
économiques et politiques aussi différentes qu'intéressantes. J'ai compris à quel
point la recherche des savoirs et leur répartition définit la structure même des
sociétés, car nous ne sommes finalement rien d'autre que ce que nous savons.
Qu'il soit éprouvé par la force de l'expérience (savoir-faire) ou acquis par la
transmission (éducation), le savoir joue un rôle fondamental dans la structuration
de nos sociétés et de leurs transformations. J'ai choisis la question de l'éducation
car elle est fondamentale et s'applique à tout puisqu'elle est transversale, ce qui me
permet une totale liberté d'investigation lors de mes recherches. Je ne suis donc
pas enfermé dans un domaine précis.
Alors est venu le moment d'intégrer ce master en développement social et de
choisir un sujet de mémoire. Mon principal critère de choix fut le plaisir et la
conviction que j'aurais à réaliser ce travail. Je me suis alors demandé ce qui était le
plus fondamental et ma conclusion fut la même que François Rabelais, d'après qui
« l'ignorance est mère de tous les maux ». Ces maux sont donc conséquences d'un
déficit de savoir. En effet, je crois qu’il n'existe pas un procédé, une invention, une
méthode, une machine, un produit, une théorie qui ne soit pas l'application plus ou
moins direct d'une certaine forme de savoir. Sans connaitre la nature et les
propriétés de n'importe quelle ressource on ne saurait la mobiliser, et l'application