Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils Recherche Aide Contact



EPINAL 3 MEURTRES NON RESOLUS .pdf



Nom original: EPINAL 3 MEURTRES NON RESOLUS.pdf

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Canon / , et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 14/01/2017 à 16:24, depuis l'adresse IP 81.243.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 566 fois.
Taille du document: 1.2 Mo (5 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


bb16.|-

a hLlst

rJ./..
F-*

r'
:

,-

'

fgrr

-at

:r--Jf_?!r.

trâF'1$rre

/

'I

n faits divers

Evelyne, Marie-Chrisfi ne, Emmanuelle, Brigitte..,

Leurs meurtriers
n'ont famais
éte retrouvés
Harlc-Chrletlne Amet

o Evelyna Elvat: depuls dE ns délà.
o Brlgltle Sourdot (cl-contn) : le trolglème meurtra de l'aulomne E3.

La cremière atlaire remonte au 14 Juin 1978. Ce

iour là deux aoents E.D.F. retrouvent le cadavre d'une
ieune fille disïarue depuis trois semaines' Eveiyne
hivat. dans la iorêl de Tannières, entre Chenimênii e:
Jarménil, à 300 mètres du C.D. 159. Dénudêe celle'ci

montraii un visage tumélié et portait des- traces de
sévices provoqué1 par de nombreuses brÛlures Ses
vêrernents ,êtaient r'etrouvés éparpillés çà et là Elle

avail drsparu depuis le 26 mai. Etucjiante à Mulhouse'
on peroàit sa trâce au buffet de la gare de Belfon où

elle'a''ai: cherché à loindre ses parenis â Mêrrénil
(sans succès) à la suite d'un changement d'hcraire
s.N.c.F
A-i-elie choisi de taire du stop, a-l'elle renconlré
une connarssance ? Toujours êsÎ-ii qir'on ne ia reverrii Jamais vivanle. Ma[gré les innombrables audition: i1u, suivirent jarnais le meunrier ne tui aPprê
heniJé

Trots crlmes â EPlnat en lrols mols
Seplenbre 83, la têle foraifte bat son plein a Eprnai
Au-delâ dÉ la Si-Maurice et de ses flonflons le Cile'
des lmaEes aliait connaÎire le début d'une norre sêrie
de trois Érimes en trois mois. Trois crimes pafir;dlrè
re'r'lenl airoces qui allaienl plonger:Eprnai dans une
gh95Phè'c à la Srmenon

(cn

hauî) :

gl,ssô los ltonltons de la lÔtc...
'Emnpnuoltc
bubr (ct-conao) tuÔo
dctu gcnnlnos r,prùs

C'est le 26 septembre gue disparaf Marie-Christine
Amet. La.jeune filte avait passé la soirée dans la fièvre
de la lêie. Que se Passe-l-il sur le chemin du
relour ?... Son corps est retrouvé onze .iours plus tard
fiottanl entre deux eaux, dans le canal de I'Est, près
de Thaon-les-Vosges. Le médacin lfuiste relàvera
,

Jes traces de strangulation €t de tractures de la
rrâchoire.
Le I octobre. c'est au tour d'Emmanuelle l-auber.
Elle n'a que 17 ans. Elle disparail un samedi soit.
Ouand sa lamille s'aperçoil de son absence, la ville
se mit à trembler. A juste raison. Le corps d'Emmanuelle sera découvert sur les rives de la Moselle près
d'un stade d'entraÎnement de canoèkayak Comme
Marie-Christine, Emmanuelle étail nue sl ponail des
traces de couPs. Deux horribles crimes, avec bien

des similitudes,ei un scénario quasi identique Lâ
même apparence physique aussi (1,55 m, 1,60 m)

Dans les deux cas, les ieunes filles ont étê kappêes
violemmenl et jetées à l'eau

Brtgltte Sourdot: chaz clle
Durant cjeux mois l'enquète s'orientera vers diverses drrections Supputations, quesiions' hypothèses
se succèdent. A quelques iours de Noëi' le 21
déce,"nbre. aux àlenlours de ?2 h. une ieune em'

la Caisse d'Epargrte d'Epinal' Brigitle
SourOot. 27 ans. esl assommêe puis égorgée dans
son apgartement de Golbey cians des conditions toul
aussi'sbrdides que Marie'Cirristine et Emmanuelle'
ployêe de

A Epinal, ou'l'homicide n'esl P.as encore "bana'
lisé", èe troisième m€urtre lail l'etfet d'u-ne bombe'
Employée modèle, vivanl seule' Brigitte Sourdot' ne
uerie ias dans l'excentricilê. Pourtani, elle ouvrira à
son nieurtrier. On connaît la suite. Sa carte bteue'

comme pour Francine Galmiche, sefa dérobée' Elle
sera avâlêe quelques iours plus. tard alors qu'un
individu aura ienté de ietirer de l'argent à l'agence
spinalienne de la Caisse d'Epargne. Comble de
malheur la aamêra ne tonctionnera pas parfaitement
ce jour-là. Caché par un parapluie et utilisani des
ne sera pas ioentifié
oanis.l'assassin
- L, métnorabtdprésumé
"Aftalre Grégory" relèguera ces
ouatre troublantes allaires aux- oubhettes des laits
diuers . Les media onl peu à peu ouFJlie Evelyne'
Marie-Christine, Emmanuelle et B-rigitîe Oualre meurtrJs, non résolus, sÛr des jeunes femmes célibataires
Ouatre énigmes qui ne sorten'i pas d'un roman norf
àe patticia-Hignsmitn. Affrec Hiichcock"leq-ui n'aurar''
Crime êlatl
, pàs tànie un tôisynopsis, aurail pu drre

'' presque

parlail'

Brunc txÊvgxv

La fin traglque de Marie-Christiffe,
let février

Emmanuelle et Brigifre...

A Saint-Dié, une mini-

assassinat des <jomes fittes d'Epinal> à I'automne-hiuu 1983 s'est soldé par trois
gmte bim'
non-lianx.Aujourd'hui urcore,les Spinaliens restent traumatisës par ce tiacé d'un

t* t pt,

particuliex

Marie-Rose Didier d'une balle de carabine, avant de
retoumer I'arme contre lui.

ébranlée par une nouvelle qui va glacer lesVosgiens.

La mémorable aftaire

minuit... Qn. se passe-t-il sur le
chemin du retour ? Son corPs est

Grégory reléguera ces trois
crimes en bas de page chez

retrouvé onze jours plus tard, flottant
entre deux eaux, dans le canal de
I'Est, non loin deThaon. Le médecin

légiste relèvera des traces

nos confrères. Pas de taPage

pour ces non.-lieux. Mêne

de

si, à Ia moindre révélation,

strangulation et une fracture de la

les dossiers peuvent être

mâchoire.

rouverts. Trois crimes

C'est le jeune capitaine Sesmat

qui mène I'enquête Pour la
gendarmerie. Celui-ci, quelques
mois plus tard, aura à faire face à la
tênébreuse affaire Villemin. Son
passâge dans lesVosges,

qu'il quittera

pour Berlin, n'aura pas été de tout
repos ! De même, le juge JeanMichel Lambert est saisi du dossier.

ieunes filles
de Ia fête n'ont Plus la mort

,

-3ux

trousses. Pourtant, Ie ou

les criminels sont en liberté.

Le 8 octobre, c'est au tour d'Emmanuelle
Lauber de disparaître, un samedi soir. Même
scénario de polar. Soirée à la {ête, puis départ vers

minuit. Emmanuelie a dix-sePt ans. Quand
famille signale son absence, la ville se met

sa
à

trembler. A juste titre. Le corps d'Emmanuelle est

découvert au bord de la Moselle, près du stade
d'entraînement de canoë-kayak' Comme MarieChristine, Emmanuelle est retrouvée nue' Elle
porte, elle aussi, des traces de coups. Des coups
violents. Le scénario est quasi identique au
précédent. Dans ies deux cas,les jeunes filles ont été
jetées à I'eau. Et elles ont la même aPParence
physique (1,55-1,60 m). Emmanuelle a-t-elle été
ruée parce qu'elle savait comment Marie-Christine
et par qui ? L enquête s'oriente
alors vers moult directions. La PJ de Nancy reprend
les deux aft-aires. Elle soupçonne l'ami de MarieChristine, Mohamed Moumou, un boxeur, barman
avatt êtê assassinée,

!

,}
t

I
t!
f
n
q

.T
s

I
t
I

Pas

Les eaux continuent de monter dans tout le

retrouvera le lendemain, en chemise

évacuées.

de nuit, morte. Assommée Puis
égorgée dans des conditions tout
aussi sordides. A Epinal, où
I'homicide n'est pas banalisé, ce

A l'usine Montéfibre de Saint-Nabord, la dirætion
annonce 570 licenciements, kndis qu'à la Venerie de
Portieux, ce sont 250 emplois qui sont supprimés.

rroisième assassinat fait I'effet d'une

Grégory. Les journalistes parisiens
descendent. France-Soir, fidèle à sa
politique, titre sur huit colonnes'

les

la moindre Preuve ! Moumou

est pourtant condamné à quatre ans

d'emprisonnement pour proxénétisme aggravê,
peine qu'il purgera à la centrale deToul avant d'être
expulsê et intgrdit de séjour en France' De guerre
lasse, et en I'absence d'éléments nouveaux'
la double enquête s'achève Pâr un non-lieu rendu

0/o
des suffrages exprimés. A Saint-Dié, Maurice
57 ,85
Jeandon est réélu avec un confortable 55,79 %.

I

bombe. Prémices de I'affaire

et

Lors des élections municipales, le député Philippe
Séguin poursuit son ascension politique
départementale en prenant la mairie d'Epinal avæ

employée de la Caisse d'épargne,
Brigitte Sourdot, vingt-sept ans,
ouvre à son assassin la porte de son
petit appartement de Golbey. On la

ironiser. La psychose

a

6 mars

Ce soir-là à 22 hesres. une jeune

presque partaits, Peut-on
disparu,

28|évrier

Une troisième uictime

I'enceinte bruyante du Champ-cleMars pour se fondre dans la nuit. I1

I

bâtiment, mais cinq élèves sont tout de même

Macabre découverte à Longchamp sur la RD 46: deux
corps sont retrouvés avæ la tête déchiquetée. ll s'agit
de Mucel Réveillez, 52 ans, qui a tué sa compagne

1983 s'achève. Les Spinaiiens n'oublient pas

Le 26 septembre disparaît Marie-Christine
Amêt, dix-neuf ans. La jeune fille passe la soirée
dans la fièvre de la Gte. Vêtue de noir, elle quitte

.*

la toiturg du CES

n'est pas de mise.

Marie-Christine et Emmanuelle. Mais les {êtes de
fin d'année approchent et on se réfugiæ dans
I'atmosphère rassurante de Saint-Nicolas et Noël.
Le 2I décembre, cette fausse décontraction est

Simenon.

est

La pubiicité

en 1986 dans ia plus stricte

connaître une série noire de trois crimes qui va
plonger la cité des images dans une atmosphère à la

de la place.

ffH#$iî

.*!,

Souhait. Aucun collégien n'était à l'intérieur du

légèrement blessés.

En septembre 1983,la fête foraine bat son plein
sur le vaste Champ-de-Mars,le long des rives dea
Moselle. Au-delà de la Saint-Maurice et de ses
flonllons et fluos multicolores, Epinal s'apprête à

't

ffi#

-r,....:r::: :-i,;.i31F.;,.:,::

Impressionnant

!

Employée modèle, rangée, Brigitte

Sourdot ne verse pas dans

I'excentricité. Pas de zone d'ombre
autour d'elle. Aucun lien avec Marie-Christine et
Emmanuelle. Ce soir-là, elle ouvre à son meurtrier,
que visiblement elle connaissait. Sa carte bancaire,
celle de son frère, seront dérobées. Lune d'elles est
avalée quelques jours plus tard, alors qu'une nuit, un
individu tente de retirer du iiquide au siège
spinalien de la Caisse d'épargne. Pas de planque,
l'homme s'éloigne, déçu mais libre. Une camêrz a

toutefois frlmé I'opération. Ganté, protégé Par un
parapluie, emmitouflé dans une parka,l'individu est
malin. Sur le ûlm on ne verra que son jean. Bien
mince indice et photo impubliable. La Sûreté
d'Epinal, qui a pris en mains l'affaire, tentera le tout
pour le tout. On s'adresse à un laboratoire spécialisé
4c Baden-Baden. Sans succès.
Quai Juies-Ferry les inspecteurs spinaliens sont
pérsuadés que ce troisième crime n'a rien de
commun avec les deux précédents. Ils persistent,

interrogent les proches, les reiations de Brigitte'
mais ieurs convictions se heurtent à des alibis
inébranlables. Aujourd'hui encore, ils sont d'avis
qu'un petit rien peut relancer cette affaire mais."
En dépit de cette certitude d'aboutir tôt ou tard, un
non-lieu est rendu à Epinal, également dans une
extrême discrétion. Toujours ce refus de toute
publicité (!),le 28 octobre 1987.

avril

département: la Moselle enregistre la plus importante
crue depuis 1972, A Saint-Dié, la passerelle de
I'Epargne, en reconstruction, est emportée par la

Meurhe. Partout. de nombreuses maisons sont

30

I

iuln

aoiit

Lors d'une partie de tennis au Club Med de Vittel,
le célèbre grand chef Jean Troisgros, patron de

l'établissement éponyme multi-étoilé à Roanne,
succombe à une crise cardiaque à l'âge de cinquantesept ans.

12 ocûobre
lJn serial KllerrÔde. Marie-Christine Amet, dix-neuf
ans, est

refouvée morte dans le canal à Golbey'
kuber, dix-sept

quelques jours après Emmanuelle

ans, décédæ dans les mêmes circonstances.
Les deux jeunes filles avaient été vues pour la demière

fois à la fête foraine d'Epinal, dans la soirée.

26 ostobre
Suite à l'explosion du 0G français à Beyrouth, quia
fait deux cents morts, on apprend le décès de PaÛick
Tari, jeune soldat de dix-neuf ans originaire de Grueylès-Suranæ, appanenant au

I

RCP de Pamiers.

26 novombre
15000 manifestants ont rejoint Epinal pour participer
à I'une des sept manifestations régionales organisées
par le Comité national d'action laique' Les laibs
rappellent ainsi les promesses élætorales non tenues
de la gauche en ce qui conceme I'enseignement.

23 décembre
Une jeune fille, Brigitte Sourdot, est retrouvée morte
dans son appaftement au 21 ter rue de Lonaine à
Golbey. Lon reparle du serial killer de la fête foraine. ' .

f.librfud"l'.J
Service Documentolion

Cfuon,qrri d{D the?,

lgqs h.os: )']?il#'tr
ûIr1c

d'a,fu aW^

lI

d.\

'+-13.#d

sl
\/

--1aroO
^^ru
^ii.-;1rfn
i :r atô :ro !

o
Qr

I

J

Ë'=qe-Ë

â iï s ee

o
a
(c
o
a

o)
'+
o

tâi1t11

o

lrp*Ê;1*

ô

a

o
o

t+

inîqî

J)

g oo

;e 'ë; '- Ç

H

o
I

=o
)

-r



?îiËiâËç

lp

ia;; â[?:
i3li7êgo

:il1
tsl

r=l
-bl

o

o
o

I

iÈt-ÊiÊ=

g

i

7',2=t-=r:-â

iËÉ-tsËgËg*

g

ieq s *;:

Ë;
*:c
() O -- (S-

iqâ|i=-*==*É"1
gt-o o
9.o

i lFË$
f,'

)*l
Éî:* îÊi
lÈl
3raË
àE
;^ob- ==3'O
lsl î::i îel L g
;iË o F
=EqÉ
E;;: e'Fe
o
Hï Ë* :Ê*
Ëî:

Êgaçîg

H



U
=o
gq=."rÊËq

.l ^ O É

?3;€ Ë; Èî

iïtâï
oz
s-,3

9;38ôi6,e.,

H:sE.3-q sËAB

aiçiHeîi É fi.

lir1

rAa

-:

;+;.;;

ii-efro

19
l-l
l=
l-.

lo
l=
l<
llo
I

-.

cL

e

rn

v/À

ÊËi

r âF

s)

o
o
f

)

-tJ

' ol+

rc\

-J

t+

(pr

o
o
o

i -o (,
ô'-

NP



ïeïnnÉ1g ïa
îÊiËfaâË,,;V',

È*,EgHEî11i;

c>'Ô

e

Fl

ÉEÉo
J
O
r ÂC)

-\,
C-

a.

3*Ê:Egqa3il

1=€ S€s Ë Êî.;l 6'R31= oËHb

>

='
)

o

o
o
I+

^
-:
âî:e
ir i[s âsË! Éiâig n
L; A*gi
g
o' *
É3-; a B i=A'e ;ËE *Ex .=i 9.
=
=? iFF i i t'a=-F u 6' 7' 6 6 \ o o aa
9 ê É'eË7

li;ii:ËË

3
o

-)II

;

ld-eFPo-â

bl
-l

;

}iî

TËT*Eas

1

âiâiÉË Êîit

=.

o
o
{r
IT
o

ee Ëî îqF: i3 eg;: i E:EâË îË
-'*
àË'
rE
E A: g;â .'É -iE 9
=- ^ ô.eô ô d
n
rlç
o'-=^
6
Ë3ô
:-g q33-, 2 -5 =^*: Y.:Ê:*Ë-P
e
* n E ;- âil ijEi =
;
i
rl
*=E
? ? "= =-o E H' ;'ÉË-'q : ô b : = 6ô ûo b!p
e o; Eeâ:" i: ô€ =.^
:Ë d;Êç8
Ë ii;i j' ËËi
o ;'-t? 7 eE 1 E:
.ù;Ë 8.5 e
F[;?t
*g
*
t
Y
iI.6
lP "'
E.i P,^
-!*:i,96 tB 15 eË'.à

.=ôË-D-9o
,,â-=;:
saË

c)

g

ArÉg:-$: ==3-{g;

I-o

?t 3*? fr?

o

*tffiï
-=.*rnïg
tçXeFiËs

lc

o

-TJ

3-r

Ëu

Io-

iit

o
o
c
o

f+



o
;

O

ffi

@r

o

io:;s Àâ="_
â: rË I Ê',
qAg âE r
,6q-66'
o<(D
Ê

-T1

\5

il.Ë
9,,
â

o
o
II

1*ï11 cl.
:;îË?: o-J
iêîâai

i

îÊîiÊlîïitËa a
\F
l9 'F=EA'=:q=q1, 14
ï=
s
'



ËËËîis*iËË
- c--'=(uS
=É,4É.!

qiî: ËËËÉ *Ë

Ë

lzo;
o
rF
J
I

qt

ê
I

ch

o
$r
o

l=
lo

K

tt

'v o
*r
II

I')

Itr

fr

É

.96
o-g
rI

=o5

-!a


Ltr
HL
EE
itr uJ

Ë ËËË*sËËËffËâgË

-g ct
F
tr

$*
Èi
s$

II-

8E

Es
GQ

OE
E(J

SR

H.g

ËH

4e

ËlffËËËËËgrËffiËËigl

--il

'EËeË-€

ËÈÈ Ë Ê'ËËsËËâË

Ë:gËËË:+ ËgË ËËËË

ct

{o

i

È

so

(.5

\

t

I

€\

â-

!

)

t
D

I

I)

I

ËFffË iffffËsË

a

e
o

.h

ù

I

\rt
ù

È

Qr

\o
t-

;s EËi;:Ëi*5ËË



\s

i*
ffËff
!6 gfilË;ËgËËË Ë[a'=
!g
TI



SF
ù\
O.ur
Ês

D!n



i€ EIËËËgËËÉËË,'gFËE



ô€

rP
grG

.sb
$s

$r
,g -"

Tn

Ë*È

o Sh

Ës€
;Ë$fëËË3'tË::ËËËi

$ËË

îË€ ÈsËË;;FËËËËàËi
ââËËËËË38 âgteË aËj

Ë ÈË
hlL
-

\-g

8sH


Documents similaires


Fichier PDF epinal 3 meurtres non resolus
Fichier PDF sainte brigitte de laval recours civil
Fichier PDF infos pratiques f z
Fichier PDF deliberation8738
Fichier PDF 12
Fichier PDF 13


Sur le même sujet..