écologie .pdf


Nom original: écologie.pdf

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Writer / LibreOffice 5.1, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 23/01/2017 à 10:29, depuis l'adresse IP 81.246.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 282 fois.
Taille du document: 339 Ko (2 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Chaque progrès de l'agriculture capitaliste est un progrès non seulement dans l'art 
d'exploiter le travailleur, mais encore dans l'art de dépouiller le sol; chaque progrès 
dans l'art d'accroître sa fertilité pour un temps, un progrès dans la ruine de ses sources
durables de fertilité. Plus un pays, les États­Unis du Nord de l'Amérique, par exemple, 
se développe sur la base de la grande industrie, plus ce procès de destruction 
s'accomplit rapidement. La production capitaliste ne développe donc la technique et la 
combinaison du procès de production sociale qu'en épuisant en même temps les deux 
sources d'où jaillissent toute richesse: la terre et le travailleur. 

K. Marx 

L'écologie peut être prise dans l'hypothèse Gaïa qui voit l'être humain comme un ôte ingrat de son 
vaisseau­terre, elle peut être à l'inverse une préoccupation envers les conditions de vie humaine 
liées à la dégradation de l'environnement.

Dans un cas comme dans l'autre, c'est la production économique qui est au centre de l'enjeu. C'est 
elle qui organise le pillage des ressources naturelles (y compris humaines d'ailleurs) et 
l'externalisation des coûts sur l'environnement, sur la société, sur la communauté.

En économie, face à un dysfonctionnement, on peut avoir deux approches. Soit on regarde les 
consommateurs, la demande. Dans cette optique, on va encadrer l'activité économique par des lois 
et pousser les consommateurs à agir de telle ou telle façon. À ce moment­là, pour pousser la logique
jusqu'au bout, le salaire soutient la demande et ... dégrade la planète. En poussant jusqu'à l'absurde, 
il faudrait tous mourir de faim pour pouvoir soutenir la terre!

C'est la logique des labels, de Greenpeace ou du Grenelle de l'environnement. Culpabiliser le 
consommateur, comprimer le salaire (via les éco­taxes, par exemple) et ne pas réguler les 
entreprises.

Si l'on s'oppose à l'emploi, il faut prendre le problème par l'autre bout, à mon avis (et c'est là le 
débat à faire autour de mes réflexions). C'est l'offre qui doit changer ­ et quand je parle de politique 
de l'offre, ce dont je parle n'a évidement rien à voir avec la soumission servile d'un Hollande au 
productivisme bon marché des patrons­propriétaires qu'on appelle généralement la "politique de 
l'offre".

On peut imaginer moraliser les acteurs économiques, infléchir leurs politiques par la taxe mais on 
ne s'attaque pas au cœur du problème. La logique de l'emploi veut le profit des propriétaires, la 
vente de la force de travail par des gens contraints (l'aiguillon de la nécessité). Les producteurs sont 
donc contraints d'obéir à la logique du profit (dont ils ... ne profitent pas), par la logique de l'emploi.
Or c'est cette logique même qui condamne l'écologie aux intentions pieuses. Dans les mains des 
propriétaires, l'écologie est une publicité, un argument de vente, guère plus puisque le but de la 
société de l'emploi, c'est de faire du profit. Au détriment du reste.

On n'attaquera valablement la question de l'écologie que si l'économie devient démocratique, ce 
qui implique aussi bien la fin de l'emploi que la fin des droits des propriétaires d'entreprises.

Sans cette démocratisation, l'écologie demeurera une gesticulation culpabilisante contre­productive.
Comment adhérer à la compression des salaires (c'est une décroissance!) à l'heure où tant de 
familles, de gens seuls galèrent (hors et dans l'emploi)? comment cette idéologie peut connaître le 
moindre écho si elle recommande tacitement de réduire les salaires, individuels ou sociaux, des plus
pauvres?

Je proposerais de réconcilier l'écologie et le salaire et de prendre acte que l'écologie ­ quelle qu'elle 
soit ­ est incompatible avec l'emploi et qu'elle demande nécessairement une démocratisation de 
l'économie.

La démocratisation de l'économie, c'est le rétablissement de la propriété d'usage des travailleurs 
(contre la propriété lucrative des actionnaires). Concrètement, il s'agit pour eux de décider ce qui 
sera produit, comment, dans quelles conditions, comment sera gérée la production, etc.

Dans des conditions de démocratie économique, on imaginerait mal des propriétaires d'usage (sans 
intéressement à la propriété, à l'activité économique de l'outil de production) décider librement, sans
pression financière, d'abîmer leur santé, d'empoisonner leur lieu de vie ou d'externaliser les coûts de
la production sur les travailleurs!


Aperçu du document écologie.pdf - page 1/2

Aperçu du document écologie.pdf - page 2/2




Télécharger le fichier (PDF)


écologie.pdf (PDF, 339 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


chapvii 2 economie 1
tournant de la relance maintenant la gauche
nuisibles et ravageurs
correction examen macro 2016 2 lae 1
2013 2014 p12 s2 ue7 fc2
theme 1 pdf

Sur le même sujet..