employismesecte .pdf


Nom original: employismesecte.pdf

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Writer / LibreOffice 5.1, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 23/01/2017 à 13:33, depuis l'adresse IP 81.246.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 238 fois.
Taille du document: 220 Ko (3 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Nous avons voulu analyser le discours employiste du point de vue des sectes.

• Employisme et métaphysique 

L'employisme est l'idéologie qui considère que l'emploi est la solution à toute chose et non le 
problème. Pour les tenants de cette idéologie, il semble parfaitement naturelle de consacrer 
l'essentiel de son talent, de ses ressources à faire valoir le patrimoine d'employeur en soumettant son
travail à la logique du profit. Il faut travailler vite, mal, beaucoup, dans de mauvaises conditions au 
nom de l'emploi. Il faut accepter des baisses de salaire, la pollution, l'abandon des normes 
environnementales ou sociales au nom de l'emploi. Il faut sacrifier les prestations sociales (et leur 
intéressante forme de travail hors emploi), les fonctionnaires, le temps libre, la famille, la 
formation, la science, les ressources naturelles ou le temps à l'emploi. Cette idéologie est une 
métaphysique, une narration du monde qui l'organise ­ à l'instar, d'ailleurs, de l'anti­employisme 
dont nous sommes, la différence entre les deux idéologies est que l'anti­employisme est une 
métaphysique qui s'assume et se revendique en tant que telle. 

Le fait que des employeurs soient employistes est normal: ils défendent leurs intérêts. Ce qui est 
beaucoup plus inquiétant, c'est que les victimes de l'employisme adhérent à sa métaphysique: les 
syndicalistes, les travailleurs, les fonctionnaires réclament de l'emploi et négligent le travail (hors 
emploi) et le salaire.

• Étude de la commission des sectes 

Il faut savoir que ce point de vue est archi dominant de l'extrême gauche à l'extrême droite, qu'il 
règne sans partage sur le microcosme médiatique et exerce un pouvoir considérable, qu'il construit 
la langue de l'emploi. Même si ce pouvoir est omniprésent, invasif et peu sujet à controverse – 
encore une fois même par les militants politiques les plus engagés, les plus sincères – il limite notre 
cadre de pensée, nos existences à des débats oiseux sur les modalités d'exploitation de l'Homme par 
l'Homme en évacuant la question­même de ladite exploitation.
Le MIVILUDES (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires, 
France) a dégagé huit critères de dérives sectaires (selon Wikipédia):
la déstabilisation mentale ;
Fréquemment utilisée dans le cadre de l'employisme : les chômeurs sont 
rendus responsables d'une situation extérieure sur laquelle ils n'ont pas prise 
– c'est une technique de déstabilisation schizophrènogène classique, elle 

génère un sentiment d'impuissance et de culpabilité morbide – et les 
employés sont soumis à l'automatisation des tâches, à la dévalorisation, au 
harcèlement, à toutes sortes de pressions psychiques voire physiques.
le caractère exorbitant des exigences financières ; 
Sans vouloir être technique, la création de valeur ajoutée se fait par les seuls
producteurs. Les producteurs sous contrat d'emploi doivent avoir un 
rendement de 15 % pour leurs investisseurs. Il s'agit de 15 % du capital total
– des investissements, des frais et des salaires – qui doivent, à partir des 
seuls salariés, être produits. Comme la partie du capital dévolue aux salaires
devient de plus en plus faible à mesure que les progrès techniques imposent 
plus d'investissement, les sacrifices financiers demandés aux employés 
deviennent eux aussi, proportionnellement, de plus en plus substantiel. En 
une heure de travail, ils doivent produire deux heures de salaire pour tenir le
taux de profit, puis deux heures et demie, puis trois heures à mesure que la 
part des investissements devient importante dans la valeur ajoutée. 
la rupture avec l’environnement d’origine ;
Les employés doivent agir de manière mécanique, reproduire des gestes 
suivant des protocoles, se plier à une discipline ou à des rythmes qui ne sont
pas les leur. Tout lien avec le milieu d'origine, les goûts, les habitudes de 
l'employé sont bannis dans l'enceinte de l'emploi. De même, les chômeurs 
doivent se conformer au discours employiste, ils doivent chercher à se 
soumettre à l'emploi quand bien même ils n'ont nul goût à la soumission, 
quand bien même ils n'éprouvent aucune sympathie pour l'employisme. 
l’existence d’atteintes à l’intégrité physique ; 
L'employé revêt un uniforme, il doit adopter le discours de l'entreprise. De 
même, le chômeur doit se conformer au discours, aux attitudes, aux 
habitudes vestimentaires, au phrasé, au goût voire aux caprices de 
l'employeur. 
l’embrigadement des enfants, le discours antisocial, les troubles à l’ordre public ;
L'emploi est valorisé alors qu'il dégrade la santé des populations, qu'il 
condamne ceux qu'il exclut à la marginalité ou à la violence. Dans le cadre 
de l'emploi – comme dans le cadre de la recherche d'emploi – les 
comportements agressifs, égoïstes, sociopathes, irresponsables et vénaux 
sont encouragés. Ces comportements troublent la tranquillité publique, ils 
menacent les populations civiles. 
l’importance des démêlés judiciaires ; 
Là aussi, force est de constater que les fraudes au droit social pourtant très 
laxiste sont légion. Ces fraudes tuent chaque année. De même, l'extorsion du
profit donne lieu à des prébendes, de la prévarication, du trafic d'influence à 
une échelle cosmique. 

l’éventuel détournement des circuits économiques traditionnels ;
Le détournement de l'économie productive est le principe même de 
l'employisme. Les coûts sont externalisés – les coûts sociaux, 
environnementaux, humains – sur la collectivité, sur les impôts des classes 
moyennes. Les infrastructures sont construites en fonction des intérêts des 
propriétaires d'entreprise au mépris de celui des gens. L'employisme fait 
également pression sur l'école, les universités, les écoles supérieurs, les 
instituts techniques pour modifier l'offre de formation non en fonction des 
envies des apprenants, non en fonction des besoins sociaux mais en fonction
des intérêts des employeurs.
les tentatives d’infiltration des pouvoirs publics. 
Sur ce point­là, il ne s'agit plus de tentative d'infiltration mais d'occupation 
hégémonique. Allumez votre télévision, lisez votre journal, parcourez la 
presse patronale ou syndicale: non seulement l'employisme est infiltré mais 
il est partout.

En conséquence, l'employisme est certainement une idéologie en proie à une dérive sectaire 
extrême. Malheureusement, le succès institutionnel et médiatique de cette foi dangereuse la place 
dans la catégorie des sectes qui ont réussi.

Nous devrons donc la combattre sur le plan où elle se situe : celui de la métaphysique.


Aperçu du document employismesecte.pdf - page 1/3

Aperçu du document employismesecte.pdf - page 2/3

Aperçu du document employismesecte.pdf - page 3/3




Télécharger le fichier (PDF)


employismesecte.pdf (PDF, 220 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP Texte


Sur le même sujet..