inflation .pdf


Nom original: inflation.pdf

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Writer / LibreOffice 5.1, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 23/01/2017 à 13:39, depuis l'adresse IP 81.246.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 370 fois.
Taille du document: 384 Ko (4 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Définition (voir 'argent' pour ce paragraphe) 
L'argent sert d'étalon d'échange mais, comme toute valeur a pour origine le travail, il 
n'est susceptible de représenter quelque chose que dans la mesure où le système 
économique a produit des biens ou des services susceptibles de réaliser l'argent.
L'argent comme étalon a ceci de particulier qu'il peut varier. Qu'on imagine un 
centimètre qui change en fonction d'un marché et l'on aura une idée du caractère peu 
fiable de cette invention humaine. En fait, en dernier ressort, l'argent n'a de valeur que 
parce que les gens croient qu'il en a. Toute monnaie est fiduciaire, toute monnaie repose
sur la confiance. 
Parmi les éléments qui fondent la confiance dans la monnaie, il y a l'ensemble de ce qu'on peut 
acquérir avec de l'argent, soit l'ensemble de la valeur de ce qui est produit par l'économie lucrative.

Ceci explique pourquoi l'inflation est davantage liée à la nature de la production 
économique et moins à la nature de la monnaie en usage. Les conflits armés génèrent 
toujours une forte inflation, les crises de surproduction, les crises de la demande créent 
une forte déflation.
Friedman et l'école néo­classique expliquent l'inflation par cette équation:
(1)
MXV=PXQ

avec la production (Q) d'une économie pendant une période donnée corrigée par 
l'évolution des prix (P) ; et la quantité de d'argent qui a été échangée dans l'économie au
cours de la période représentée par la quantité de monnaie en circulation (M) factorisée 
par sa vitesse de circulation (V).
Cette vision des choses pose que toute dépense augmente V et donc pousse les prix vers 
le haut à production inchangée, que toutes dépense est inflationniste.
Ceci fait l'impasse sur le fait que certaines dépenses augmentent la production Q ­ il 
s'agit alors d'investissements (notamment, la sécurité sociale, l'enseignement, les 
infrastructures publiques et privées) dans un deuxième temps. Par contre, un manque de 
dépense contracte la production et fait baisser le même Q, ce qui est susceptible 
d'affecter les prix également.
• Causes connues de l'inflation 

 Par contre, la guerre diminue la quantité de valeur disponible pour réaliser le capital ­ Q diminue ­ 
à besoins économiques inchangés (M*V), ce qui augmente mécaniquement les prix P. De même, 
favoriser les hauts revenus et les dividendes permet de diminuer le facteur V puisque cet argent est 
épargné plus que dépensé mais, à un moment donné, s'il est réalisé à une grande échelle, il est 
susceptible de déclencher de l'inflation gigantesque à terme. L'épargne, les hauts revenus et les 
dividendes ne sont qu'une façon de postposer un problème rendu plus grave par le caractère 
exponentiel de l'accumulation.
Les dettes libellées en monnaies étrangères baissent artificiellement le cours de la 
monnaie. Une monnaie dont le cours baisse fait monter le prix des produits importés ce 
qui, finalement, fait flamber les prix. Le Q, la valeur produite par le pays est achetée à 
vil prix par les pays étrangers, ce qui diminue la quantité de valeur disponible pour le 
marché domestique. Le déséquilibre entre un Q en chute libre sur le marché domestique 
et une masse monétaire en stagnation voire en augmentation crée l'hyperinflation (c'est 
ce qui s'est passé en Allemagne après la première guerre mondiale). 

Cette hyperinflation a comme cause une dette due à des pays étrangers. Pour la contrer, 
il faut toujours veiller à libeller la dette en monnaie nationale, ce qui permet aux 
pouvoirs publics de profiter de l'inflation pour se débarrasser de la dette (c'est ce qui 
s'est passé en France, par exemple, dans l'après guerre). 
La politique de l'euro fort, sans possibilité de jouer sur l'inflation pour solder les dettes 
pour les pays en cessation de paiement constitue un cas unique: le pays n'a pas la 
maîtrise de la monnaie (comme si c'était une monnaie étrangère) mais ne peut non plus 
jouer sur sa monnaie intérieure et provoquer une hyperinflation. Cette politique rend en 
tout état de cause les dettes nationales de ces pays impayables, elle impose des 
politiques d'austérité contre productives et protège les avoirs des rentiers à travers le 
continent en contractant l'activité économique.

• Critique de l'impact de la quantité de monnaie 
 Dans l'équation de Friedman, le M représente la quantité de monnaie en circulation. On se rend 
compte que cette quantité n'a que peu d'importance puisque, en cas de création monétaire, on peut 
observer un ralentissement du rythme de circulation monétaire (sans inflation donc) alors qu'une 
quantité de monnaie stable peut coïncider avec une période d'inflation ou de déflation.

C'est l'équilibre entre la production de valeur et la demande de valeur pour une unité de temps 
donnée qui va déterminer les prix. Une inflation peut être un très bon signe si elle atteste un 
investissement dans un appareil productif performant, une inflation peut être un mauvais signe si 
elle atteste une crise de surproduction. C'est dire que, en matière d'inflation, ce qui compte, ce n'est 
pas l'inflation mais la pertinence de la politique économique en terme de prospérité général et en 
terme d'ouverture à la créativité humaine.

L'obsession de la lutte contre l'inflation peut amener des dirigeants politiques et économiques à des 
décisions orientées par le NAIRU, le taux optimal de chômage pour éviter l'inflation. De telles 
politiques considèrent la population comme une variable d'ajustement pour la monnaie. 

• Conséquence de l'inflation 

Les dettes perdent de leur valeur, ce qui pénalise les rentiers et les épargnants. Par contre, si les 
salaires sont indexés, l'effet de l'inflation peut être contrôlé ou minimisé. L'inflation diminue le coût
de la main d’œuvre pour exporter des biens et des services, ce qui contribue à relancer la demande 
d'emploi.

Une politique déflationniste­exportatrice pose un problème politique: pourquoi transformer un pays 
en atelier esclavagiste pour le reste du monde? Pourquoi travailler comme des forçats sans avoir de 
quoi vivre?  

•  Conséquence de la socialisation des salaires 
À salaires inchangés, la socialisation n'induit pas d'augmentation des prix (inflation). Comme la 
partie réalisée de la valeur ajoutée produite par unité de temps n'augmente pas (M*V), comme la 
production de valeur ne diminue pas (Q), les prix n'ont pas de raison de bouger.

Par contre, il faut voir ce que recouvre en termes économiques la production de valeur d'échange. 
La valeur économique serait complètement redéfinie par la démocratisation de la production que 
permettrait la socialisation des salaires.

Les gens ne travailleraient vraisemblablement pas moins. La quantité de biens et de services ne 
diminuerait pas. On peut imaginer que les actuels chômeurs, les actuels invalides ou handicapés, les
actuels retraités pourraient s'impliquer de manière volontaire davantage dans les activités 
économiques qu'aujourd'hui ce qui compenserait très largement le besoin de repos des actuels 
employés.

Par contre, la nature de ce qui est produit, la nature des biens et des services disponibles pour les 
consommateurs serait modifiée. Les biens et les services nécessitant une production contraignante, 
aliénante ou peu démocratique deviendraient rapidement impayables alors que les biens et les 
services faciles et agréables à produire deviendraient très bon marchés. La peinture écologique 
deviendrait sans doute infiniment moins chère que la peinture chimique parce qu'elle est beaucoup 
moins désagréable à fabriquer.

• Conséquence de la socialisation de la valeur ajoutée 
Par contre, si on socialise l'intégralité de la valeur ajoutée, la part du capital réalisé est susceptible 
d'augmenter sensiblement, ce qui pousserait les prix à la hausse. Ce phénomène peut être et doit être
jugulé par une politique de modération des prix intelligente et équilibrée. En effet, si la valeur 
ajoutée est socialisée et que la partie 'dividende' de cette valeur ajoutée est distribuée en salaires ou 
en investissements, le total de capital dépensé augmentera (M*V), ce qui augmentera 
mécaniquement les prix. 

Si l'on ampute les prix actuels de la partie de la valeur ajoutée des dividendes, les prix baissent 
(modérément) alors que le taux de réalisation du capital tend vers 100%, le taux d'accumulation 
d'épargne tend vers 0%. La modération de l'accumulation risque d'induire une spirale déflationniste,
au moins aussi dangereuse que l'inflation.

Entre ces deux extrêmes, une sage politique appréciera les poids relatifs des salariés et des 
épargnants, le problème de la concurrence avec les pays étrangers (et en filigrane l'éventuelle 
question du protectionnisme).

• Question des taux de change et du protectionnisme 
Les taux de change et le protectionnisme sont des outils pour contrôler une éventuelle inflation, une 
éventuelle déflation. La TVA, la TIPP (taxe sur les produits pétroliers) ont une influence sur les 
prix.

De nouveau, la politique considérera ces questions en fonction de l'équilibre recherché.

En toute circonstance, nous appelons à la démocratie économique, à l'implication des producteurs 
dans les décisions qui les concernent. En tout état de cause, la prospérité des humbles, les 
conditions de vie et de travail sont plus importants que la stabilité des prix.


Aperçu du document inflation.pdf - page 1/4

Aperçu du document inflation.pdf - page 2/4

Aperçu du document inflation.pdf - page 3/4

Aperçu du document inflation.pdf - page 4/4




Télécharger le fichier (PDF)




Sur le même sujet..





Ce fichier a été mis en ligne par un utilisateur du site. Identifiant unique du document: 00483397.
⚠️  Signaler un contenu illicite
Pour plus d'informations sur notre politique de lutte contre la diffusion illicite de contenus protégés par droit d'auteur, consultez notre page dédiée.