Zion.pdf


Aperçu du fichier PDF zion.pdf - page 4/20

Page 1 2 3 45620



Aperçu texte


Le District 1
Député : Le District 1 n’a pas de député car chaque membre du Conseil Pirate est reconnu comme
étant impliqué dans son bon fonctionnement.
Population : 30 personnes environs + beaucoup de passage
Description : Ce District est une sorte de place centrale pour la station. Les logements y sont
inexistants, ce qui n’empêche pas les personnes les plus en vogues de la station d’y crécher, que ce
soit dans leurs commerces, dans les onéreuses chambres du Holly-Wood Hotel ou encore, pour ceux
qui disposent d’une dérogation du Conseil, dans le couloir. A quelques pas de la place centrale, le
couloir est un lieu emblématique de la station, et il illustre à merveille le mode de vie des habitants de
Zion. Bourgeois, squatteurs et commerçants s’y partagent les quelques mètres carrés, mais cela est
considéré comme un privilège, et nombreux sont ceux qui se battraient pour obtenir ces places qui
malgré tout, par bien des aspects, sont plus confortables que dans les étages inférieurs.
La décoration a beaucoup évolué depuis l’installation des pirates. Chacun y va depuis une vingtaine
d’année de sa culture, de sa petite déco particulière qui donne vie au lieu. L’époque est cosmopolite,
c’est ainsi, et la station ne déroge pas à cette règle. L’ambiance Bandulu qui y règne côtoie les peintures
asiatiques, les tags de la rue ou encore les quelques expositions de monstres marins, tout cela nimbé
dans une lumière bleutée. Cette ambiance est fixée sur une toile métallique froide et abyssale qui sans
ce maquillage déprimerait le plus heureux des clowns.
La musique passe en continue sur la place centrale. Elle est variée, on y entend souvent du reggae,
parfois du ska, régulièrement de l’électro. Le volume comme les choix sont du ressort de J.A.C.O.B. qui
va piocher dans une playlist qui semble se remplir avec le temps, preuve de la connectivité ambiante.
L’endroit est animé par les arrivées d’équipages, les déchargements et autres marchés à la criée. Le
Sayan offre l’occasion de boire un verre en terrasse, face au quai de la douane d’où le vieux Adama
vous regarde d’un air patibulaire. Parfois, les filtres déconnent et l’alarme s’enclenche, alors il faut
mettre un masque ou rentrer dans un commerce à l’abri des poussières balancées par les gaines de
ventilation. Il parait qu’elles sont très peu cancéreuses, mais bordel, elles font un mal de chien.
Parfois, c’est l’alarme principale qui s’active, cela veut dire que la base est attaquée. C’est toutefois
devenu rare avec les années. On déplore quand même quelques tentatives par an.
Histoire : le District 1 est le coeur de la station, il est celui par lequel tout a commencé. Au départ, il y
régnait une certaine neutralité, une ambiance presque mortifère. Ce cadre témoignait d’une certaine
rigueur de la population d’origine de la station. Rapidement, des rumeurs en sont nées : station
scientifique ? Militaire ? Corporatiste ? Rien de tout cela probablement.
En découvrant les autres quartiers, en explorant les notes écrites et en découvrant la présence de
JACOB, l’hypothèse la plus vraisemblable fut celle d’un Kolkhoze israélien. La station semblait être une
sorte d’alternative au monde connu, et à en croire l’ambiance du lieu, la pureté devait être au centre
de la réflexion de cette communauté. Mais rapidement, l’installation des pirates changea tout cela, et
par-dessus les murs froids de la base s’amoncelèrent des éléments culturels de tous les horizons.
Particularité : Contrairement au reste de la station, le District 1 n’est pas dévolu à une catégorie de la
population. Tous s’y retrouvent pour y vivre quelques heures, que ce soit dans les commerces, pour
partir en campagne ou rejoindre le quai pour aller à la mine. Il faut garder à l’esprit que le seul quai de
chargement se trouve là, aussi, il est fréquent que celui-ci soit surpeuplé. C’est alors à l’agent du poste
de douane de faire la régulation, lorsqu’il n’est pas déjà afféré à compter les caisses ou à organiser une