LA NOURRITURE ET L'ESPRIT SATHYA SAI BABA .pdf



Nom original: LA NOURRITURE ET L'ESPRIT - SATHYA SAI BABA.pdfTitre: LA NOURRITURE ET L’ESPRITAuteur: pierre

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Conv2pdf.com, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 02/02/2017 à 15:01, depuis l'adresse IP 109.88.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 303 fois.
Taille du document: 165 Ko (5 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


LA NOURRITURE ET L’ESPRIT
Bhagavan Sri Sathya Sai Baba
___________________________________________________________________________

Pas de nourriture, pas de mental
La science attesterait que la nature du mental dépend de la nourriture que nous consommons.
Nous éliminons la partie la plus grossière de la nourriture, mais la partie plus subtile est
utilisée par notre système pour alimenter l’intelligence et la partie la plus subtile devient le
mental. En langage védantique, nous pouvons illustrer ceci par un exemple :
− ‘’Qu’est-ce que je tiens dans la main ?’’
– ‘’Un morceau de tissu.’’
− ‘’Avec quoi le tissu est-il fabriqué ?’’
− ‘’Avec du fil.’’
− ‘’D’où provient le fil ?’’
− ’’Du coton.’’
Tout d’abord, le coton. Puis, le fil. Et finalement, le tissu. Les noms et les formes diffèrent,
mais la matière de base est la même. Sans le coton et sans le fil à la base, nous ne pouvons pas
avoir de tissu. De même, sans la nourriture, nous ne pouvons pas avoir de mental pour exercer
le discernement, pour manifester des préférences et pour juger ce qu’il faut faire et ce qu’il ne
faut pas faire. (Sathya Sai Speaks, XIV, p.46-47)

La nourriture ne devrait pas être négligée
La nourriture est généralement méprisée par les sadhakas et certains chercheurs de tournure
ascétique et traitée comme quelque chose qui ne mérite aucune attention. Mais étant donné
que le corps et l’esprit sont fortement interdépendants, nul ne peut se permettre de la négliger.
Telle nourriture, tel mental ; tel mental, telle pensée ; telle pensée, tel acte. La nourriture est
un facteur important qui détermine la vivacité et la paresse, le tracas et le calme, la clarté et
l’opacité. (Sathya Sai Speaks XIV, p.194-195)

La nourriture, le corps et l’esprit
La nourriture donne sa force au corps de l’homme ; le corps est intimement lié à l’esprit. La
force mentale dépend aussi de la force du corps. La conduite morale, de bonnes habitudes,
l’effort spirituel – tout dépend de la qualité de la nourriture. (Gita Vahini, p.250)

Telle nourriture, telles pensées
Telle farine produira tel gâteau, telle nourriture, tel rot, et telle pensée engendrera telle
expression. Par conséquent, vous devez faire un effort sincère pour purifier vos pensées.

De la nourriture spirituelle pour l’esprit

Le mental est la clé de la santé et du bonheur et donc, il faut choisir la nourriture de façon à ce
que celle-ci n’affecte pas l’esprit négativement. En plus de la nourriture sattvique, le mental
doit aussi avoir un menu spécial, comme Dhyana (la méditation), Japa (la répétition du Nom
de Seigneur), Namasmarana (le souvenir du Nom et de la Forme de Dieu), etc., pour le garder
en bonne santé et stable. (Sathya Sai Speaks, IX, p.70)

Réservez quotidiennement du temps pour nourrir l’esprit
Tout comme vous alimentez le corps et tout comme vous veillez à son entretien et à sa
condition, l’esprit, la pensée et l’intellect doivent aussi être alimentés avec de la bonne
nourriture. Si vous n’avez pas votre tasse de café matinale, vous avez mal à la tête ; qu’en estil si vous manquez votre dose matinale de japam ? Ou peut-être que vous n’en avez pas
encore fait une habitude. A midi, votre estomac vous tire de l’ombre de ces arbres vers
l’endroit où la nourriture vous attend ; mais rien d’aussi puissant ne vous attire vers votre
espace réservé à la méditation ! Peut-être, n’en avez-vous pas, d’ailleurs. Lorsque vous
rentrez dans une maison, même si celle-ci est inoccupée depuis des mois, vous pouvez dire :
‘’Ici, c’est la cuisine !’’, en voyant les murs tâchés de suie et en respirant les relents des
condiments. Pareillement vous pouvez dire, ceci est la pièce réservée à la Puja ou à la
méditation, si vous respirez l’arôme des bâtons d’encens et des fleurs toujours présent dans
l’air. Gardez une pièce séparée pour la Puja (l’adoration rituelle) ou réservez au moins un
petit espace pour la méditation, la récitation du Nom du Seigneur et la Puja. Retirez-vous là,
au moins deux fois par jour, pendant une courte période. L’esprit pourra se recharger pendant
cette période. (Sathya Sai Speaks, II, p.188)

Pourquoi manger ?
Tous les jours, quand vous mangez, vous offrez des aliments au feu que Dieu a mis en vous
pour digérer la nourriture. Vous devez manger sur un mode de prière avec une profonde
gratitude. La Gita dit que le feu qui a cuit le repas est Dieu, que le repas est Dieu, que celui
qui mange est Dieu, que l’on s’alimente pour exécuter le travail confié par Dieu ou pour plaire
à Dieu et que le résultat du travail, c’est le progrès vers Dieu. (Gems of Wisdom, p.182)

La nourriture n’est qu’un remède contre la faim !
La faim est une ‘’maladie’’ et la nourriture est le remède ; la soif est une ‘’maladie’’ et boire
est le remède.
Les aliments et les boissons, le logement et les vêtements doivent être secondaires par rapport
aux besoins de l’esprit, par rapport à l’éducation des émotions, des passions et des pulsions.
(Sathya Sai Speaks, XIV, p.55)

Préservez le calme de l’esprit, quand vous mangez
Quand nous mangeons, nous pensons que nous digérons la nourriture et que la nourriture
soutient le corps. Mais ce n’est pas la nourriture qui nous procure la force et l’énergie. C’est
l’esprit, le responsable. Lorsqu’on consomme de la nourriture, si l’esprit n’est pas calme et

heureux, la nourriture peut devenir toxique. C’est l’esprit qui élève l’homme de l’humain
jusqu’au divin. Il est dès lors essentiel de veiller à la pureté des pensées, des paroles et des
actes. (Sathya Sai Speaks, XXIV, p.196)

La nourriture non végétarienne
Si l’on consomme de la nourriture non végétarienne, on développe des mentalités brutales.
Ceux qui pratiquent la méditation doivent s’abstenir de viande. Nous devrions aussi nous
souvenir en permanence qu’ahimsa ou la non-violence est le suprême dharma. C’est un péché
de tuer des animaux innocents pour remplir notre estomac ! Nous devons nous souvenir que
Dieu réside dans toutes les créatures. (Summer Showers in Brindavan, 1979, p.96)

Ne consommez pas de la nourriture non végétarienne
Toutes les autres espèces vivent avec ce qui est fourni par la Nature. Seul l’homme vit de
nourritures préparées en tous genres. Les oiseaux et les animaux qui vivent d’aliments
naturels ne sont pas sujets aux maladies. Mais l’homme qui est devenu l’esclave de son palais
cultive des goûts variés et consomme différentes sortes de nourriture non végétarienne.
Il est significatif que ceux qui consomment de la nourriture végétarienne soient moins sujets
aux maladies, tandis que les carnivores sont la proie de diverses maladies. L’homme devrait
consommer ce qui est en conformité avec les besoins du corps humain. Les médecins parlent
de protéines. Les légumes, le lait, le lait caillé et les graines de légumineuses ne contiennentils pas des protéines ? La nourriture non végétarienne, non seulement affecte le corps, mais
également l’esprit. La nourriture, l’esprit et Dieu – tous les trois sont reliés. Si l’on consomme
de la nourriture animale, on développe des tendances animales. Telle nourriture, telles pensées.
Aujourd’hui, le comportement des hommes est pire que celui des animaux sauvages de la
forêt. Ils sont devenus cruels, impitoyables et endurcis. Il n’y a ni compassion ni
compréhension entre les hommes. La raison principale de cette situation, c’est le type de
nourriture qu’ils consomment. (Sathya Sai Speaks, XXIII, p.81)

La consommation de viande
Swami dit : La viande convient à ceux qui se focalisent sur le corps et qui veulent avoir de la
force, mais elle ne convient pas aux aspirants spirituels.
Avec la viande, le corps aura des protéines, mais les protéines mentales feront défaut. Si la vie
spirituelle vous motive, manger de la viande n’est pas valable, mais si la vie matérielle vous
passionne, c’est très bien. Il y a une autre raison spirituelle. Quand vous tuez un animal, vous
lui infligez de la souffrance, de la douleur, vous lui faites du mal. Dieu est présent dans
chaque créature, aussi, comment pouvez-vous lui infliger une telle douleur ? Parfois,
lorsqu’on bat un chien, il pleure, il a si mal. Combien plus de douleur alors, y a-t-il dans
l’abattage des animaux ? Les animaux ne sont pas venus pour servir de nourriture aux êtres
humains. Ils sont venus pour vivre leur propre vie dans le monde. Quand un être humain
meurt, les renards et d’autres animaux peuvent le manger, mais nous ne sommes pas venus
pour servir de nourriture à ceux qui mangent le corps humain ; nous ne sommes pas venus

dans cette optique. Pareillement, l’homme mange l’animal, mais l’animal n’est pas venu pour
servir de nourriture à l’homme. Mais nous avons pris l’habitude de manger de la viande.
…Nous pouvons boire le lait, bien qu’il provienne de la vache – un animal. Tout ce qui
provient de la vache, un peu de lait, du beurre, du fromage, convient à l’aspirant spirituel. Il
n’y a rien de nocif dans la vache et il est bénéfique de consommer ce qu’elle produit. (Dr.
John S. Hislop, Conversations with Bhagavan Sri Sathya Sai Baba, p.26-27)

Les effets négatifs des boissons alcoolisées
En buvant des boissons alcoolisées, on perd le contrôle sur les émotions et les passions, les
pulsions et les instincts, la parole et les gestes et on descend même au niveau des bêtes. En
mangeant de la chair, on développe des tendances violentes et des maladies animales. L’esprit
devient plus intraitable, lorsqu’on se laisse tenter par la nourriture rajasique ; il ne peut jamais
être réformé, lorsque l’on consomme avec délectation de la nourriture tamasique. Pour
s’absorber en permanence dans le Principe divin, on doit être vigilant sur la nourriture et les
breuvages consommés par le corps et par l’esprit. (Discours divin du 19/04/1965)

Renoncez à manger de la viande !
Aujourd’hui, que ce soit n’importe qui, qu’il se considère comme un dévot ou pas, il devrait
renoncer à manger de la viande. Pourquoi ? Manger de la viande ne développe que des
qualités animales. Il a bien été dit que la nourriture que l’on consomme détermine les pensées.
En mangeant la chair des animaux, on s’imprègne des qualités de ces animaux. Quel péché de
se nourrir d’animaux qui vivent à partir des mêmes cinq éléments que les êtres humains ! Ceci
génère des tendances démoniaques, en plus de commettre le péché de traiter les animaux avec
cruauté. Ainsi, ceux qui cherchent à devenir d’authentiques dévots de Dieu doivent renoncer à
la nourriture non végétarienne. Certains se nomment ‘’dévots Sai’’ ou dévots de Rama et de
Krishna et ils s’engraissent avec du poulet ! Comment peuvent-ils être considérés comme des
dévots Sai ? Comment Dieu peut-Il accepter comme dévots de telles personnes ? Par
conséquent, que ce soit des dévots indiens ou des dévots étrangers, ils devraient renoncer sur
le champ à manger de la viande. (Discours divin du 23/11/1994)
Nous ne pouvons pas nous nourrir en tuant un autre être. Ce n’est pas bon pour nous. Ce corps
qui est constitué de chair ne devrait pas être nourri avec de la chair. Ce corps devrait être
alimenté avec du nectar et non être nourri de chair. Manger de la chair induira en vous des
sentiments animaux. Vous ne devriez manger que la nourriture végétarienne que Dieu nous a
fournie. (Sathya Sai Speaks, XXXIV, p.281)
Des pensées vulgaires accompagnent le poisson. Bien que le poisson soit toujours dans l’eau,
il sent mauvais. (Dr John S. Hislop, Conversations with Bhagavan Sri Sathya Sai Baba, p.26)

L’homme oublie Dieu à cause des boissons alcoolisées
L’eau que l’on boit donne la vie. Elle est sacrée. Il est mauvais de boire des boissons
alcoolisées à la place d’une boisson aussi saine. L’homme oublie alors quelle est sa vraie
nature. Les boissons alcoolisées sont vraiment infectes. Elles dégradent la personne qui

devient dépendante. Elles lui font oublier Dieu. La personne accro à la boisson n’a pas
conscience de ce qu’elle dit ni de ce qu’elle fait. Rien que voir une telle personne dégoûte. Ce
fléau de la boisson a détruit d’innombrables familles. Des alcooliques ont plongé dans la
misère leur femme et leurs enfants en gaspillant tout leur argent à boire. Quelle est l’utilité de
telles épaves pour le monde ?
La dépendance à la boisson est la cause de nombreux maux. Mais aucun gouvernement ne
peut l’enrayer. Le changement doit venir au niveau individuel. Celui-ci ne pourra advenir que
par une transformation mentale et non via les sermons d’autres personnes. Il faut que chacun
reconnaisse la vérité et se réforme lui-même. (Discours divin, 23/11/1994)

Fumer ruine la santé et réduit la durée de vie
En plus de l’alcool, beaucoup sont accros au tabac. Aujourd’hui, le tabagisme est la cause de
nombreuses maladies, comme l’asthme, le cancer du poumon, l’éosinophilie et les maladies
cardiaques. Les effets nocifs du tabac peuvent facilement être démontrés. Si vous exhalez
dans un mouchoir une bouffée de cigarette, le tissu devient rouge à l’impact. Si la fumée peut
causer un tel dommage à un morceau de tissu, quels dommages ne causera-t-elle pas, quand
elle se retrouvera dans votre flux sanguin ? Elle détruit la santé et elle réduit la durée de vie.
Par conséquent, ceux qui aspirent à devenir des dévots de Dieu authentiques doivent renoncer
à la viande, à l’alcool et au tabac. (Discours divin, 23/11/1994)

Si vous voulez réaliser l’objectif de Swami, renoncez à manger de la viande,
à boire et à fumer, dès maintenant !
Aujourd’hui, comme offrande à Swami, renoncez à manger de la viande, à boire de l’alcool et
à fumer ! En renonçant à ces trois choses, vous en tirerez vous-mêmes bénéfice, tout comme
la société et la nation. Le seul objectif de Swami, c’est de promouvoir le bien-être de la
famille, de la société et de la nation. Si vous voulez réaliser l’objectif de Swami, renoncez dès
maintenant à ces trois mauvaises pratiques. Ne remettez pas cela à demain. Adoptez
immédiatement cette résolution. En espérant que vous réaliserez le vœu de Swami et qu’ainsi
vous favoriserez le bien-être de votre famille et de la nation, Je vous bénis tous. (Discours
divin du 23/11/1994)

Extrait de ‘’Food Is God’’, de Prem Luthra une compilation d’enseignements
de Bhagavan Sri Sathya Sai Baba concernant l’alimentation


LA NOURRITURE ET L'ESPRIT - SATHYA SAI BABA.pdf - page 1/5


LA NOURRITURE ET L'ESPRIT - SATHYA SAI BABA.pdf - page 2/5


LA NOURRITURE ET L'ESPRIT - SATHYA SAI BABA.pdf - page 3/5

LA NOURRITURE ET L'ESPRIT - SATHYA SAI BABA.pdf - page 4/5

LA NOURRITURE ET L'ESPRIT - SATHYA SAI BABA.pdf - page 5/5


Télécharger le fichier (PDF)


LA NOURRITURE ET L'ESPRIT - SATHYA SAI BABA.pdf (PDF, 165 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


la nourriture et l esprit sathya sai baba
les ennemis internes et leurs traitements dr c ghooi
moderer et reguler l alimentation sathya sai baba
l equilibre des connaissances sathya sai baba
trEsor et profondeur de la poEsie sathya sai baba
citations de sathya sai baba sur le silence

Sur le même sujet..