L'OREE DES CHEMINS 2015 .pdf



Nom original: L'OREE DES CHEMINS 2015.pdf

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par pdftk 1.41 - www.pdftk.com / itext-paulo-155 (itextpdf.sf.net-lowagie.com), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 10/02/2017 à 17:33, depuis l'adresse IP 86.193.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 338 fois.
Taille du document: 10.7 Mo (25 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


ESPAGNE

CATALOGNE

1

Dépaysement en catalogne espagnole : du vendredi 30 octobre
au dimanche 1er novembre.
Nous sommes 8 à participer à cette nouvelle aventure en compagnie de Christian, notre guide indispensable... !

1er jour : d’Albanya à la Serra de Bac Grillera (1055m).
Nous allons découvrir ici toute une mosaïque de paysages au sein d’affleurements de roches variées

2

Albanyà est une commune d'Espagne dans la communauté autonome de Catalogne, province de Gérone, de la
comarque d'Alt Empordà. Sur un replat isolé domine l’église romane de San Feliu de Carbonils que nous
apercevons au sommet et qui est l’objectif de notre randonnée d’aujourd’hui.

Il fait un temps superbe et nous pouvons d’ores et déjà admirer le Canigou dans le lointain. Crème solaire et teeshirt sont de rigueur... !

Le pic de Bassegoda marque la frontière avec Montagut i Oix. Nous y monterons demain par la profonde entaille
de la rivière de la Muga et sa vallée sauvage.

3

Il est 15 h 30 quand nous atteignons l’église de San Feliu et la faim commence sérieusement à se faire sentir. Avec
Christian, nous nous mettons rapidement à l’heure espagnole.... !

Nous effectuons le retour par le même chemin avec une arrivée aux alentours de 18 heures, à la tombée de la nuit
donc, pour regagner notre lieu d’hébergement en bungalows au camping d’Albanya.

4

La journée se termine autour d’une bonne table au restaurant du camping. Nous décidons d’y dîner également le
lendemain soir dans la mesure où nos bungalows sont à proximité pour la nuit.

2e jour : ascension du Puig de Bassegoda (1373m)

Au sommet nous attend un des plus surprenants panoramas des Pyrénées.

5

De la Muga au pic de Bassegoda, trois ermitages sont à découvrir, un refuge et une superbe crête avec vue
panoramique sur la mer et le Canigou.

La récompense est à la mesure de l’effort. Les falaises, l’Escaleró, St. Joan de Mussols avec la plaine en toile de
fond sont autant d’éléments d’un paysage envoûtant.

6

L’ermitage s’éloigne .... Nous mesurons le chemin parcouru.... !

Par contre, le Bassegoda se rapproche. Sa silhouette caractéristique en forme de pointe, sa taille et le fait d'être
isolé par rapport aux sommets environnants rendent le pic de Bassegoda facilement identifiable.

Un dernier regard en arrière....puis à l’avant l’objectif à atteindre, la petite pointe tout là-haut... avec le Canigou en
toile de fond...et un petit casse-croûte dans les lapiaz pour se redonner du courage... !

7

Je me présente. Je m'appelle Ramonde mais certains me nomment Ramondie, Ramondia, Ramundia, Ramoundia,
Ramonda ...Pyrenaica. De quoi en perdre son latin. N'est-ce pas les botanistes ? Contentez-vous donc de me
lorgner mais surtout pas de m'enlever, sinon, vous seriez vert balisé. De toute façon, pour ce faire, il faudrait que
vous puissiez m'atteindre. Ce n'est pas gagné, vu que j'habite habituellement des lieux très escarpés, dans
l'anfractuosité ombrée de rochers, à l'abri des hordes de touristes en mal d'herbier.

Nous sommes à présent au pied du géant. Un sentier vif et nerveux se hisse dans la rude montée et vient se casser
le nez sur la barre rocheuse terminale. Il nous faut maintenant grimper en nous aidant des mains, les dix à quinze
derniers mètres de dénivelée.

Des chaînes scellées dans le rocher facilitent grandement une tâche qui en fait, ne se révèle pas particulièrement
compliquée et qui devient même un jeu. Le sommet est vite atteint. C’est une large surface presque plate. De là, le
panorama est grandiose et somptueux. Contemplation et séances photo durent un long moment.

8

C’est un peu à regret qu’il faut se résoudre à redescendre après une agréable pause casse-croûte.... ! Christian en
profite au passage pour adresser ce magnifique bouquet de muflier à Nicole.

9

La descente est tout aussi « amusante » que la montée comme vous pouvez le constater... !

Elle se fait sous le regard admiratif d’un groupe de jeunes qui ne ratent rien du spectacle.

Le plus dur est passé... ! Nous retrouvons le soleil qui a déjà disparu sur les sommets car nous sommes presque en
fin d’après-midi.

Nos jeunes espagnols sont arrivés au
sommet... ! A nous de les admirer à
présent confortablement assis au soleil... !

10

La descente jusqu’au refuge Can Galan de Bassegoda est plus reposante.

Nous nous arrêtons à Can Nou à 820 m d’altitude pour prendre un pot bien mérité chez le seul couple du village.
C’est désert.... ! Il fait nuit à l’arrivée aux voitures.

L’excellent repas qui a suivi a conjugué ses efforts pour effacer la fatigue de cette longue mais fantastique
randonnée et parachevé notre remise en forme.
3e jour : d’Albanya à Lliurona

11

Nous faisons une rapide visite du camping avant de le quitter. Le soleil est toujours au rendez-vous.... mais
l’accordéon aura voyagé pour rien. Dommage car le chapiteau attendait l’artiste mais le retour des randonnées fut
bien trop tardif... !

Nous nous dirigeons ensuite vers Sant Llorenç de la Muga. Un arrêt rapide en cours de route nous permet de
photographier la chapelle de Santa Maria de Palau (XIIIe siècle).

Sant Llorenç de la Muga est situé dans la Haute Vallée de la Muga, dans la région du Haut Ampourdan également
connue comme l’Ampourdan de montagne ou « Garrotxa » d’Ampourdan en raison de son terrain montagneux.

Le centre urbain est situé dans un méandre prononcé de la rivière de la Muga, qui traverse la municipalité sur un
parcours de onze kilomètres où l’on trouve divers bassins qui invitent à la baignade... en été bien sûr... !
L'ermitage de Santa Magdalena, objectif de notre randonnée d’aujourd’hui, est situé sur le versant nord-est de la
montagne de Santa Magdalena.

12

Le démarrage est bien tranquille et apaisant.

Christian nous donne quelques précisions sur le chêne-liège, cet arbre à feuilles persistantes exploité pour son
écorce qui fournit le liège.

Nous apercevons en contrebas le barrage de Boadella dans une zone d’une grande beauté naturelle.

13

C'est une vaste étendue d'eau douce alimentée par La Muga s'étalant sur plusieurs municipalités, celle de Darnius,
où se trouve le barrage, celle de Sant Llorenç de la Muga, celle de Terrades, celle de Maçanet de Cabrenys et celle
de Boadella.

Cette retenue d'environ 100 hectares, édifiée en 1954, constitue désormais un des principaux centres de loisirs de
la zone. Outre la baignade, on peut y pratiquer le canoë et bien d'autres activités nautiques. De surcroît l'endroit est
assez agréable et relativement tranquille hormis en haute saison sans doute, mais néanmoins rien de comparable
avec la côte sur la même période.

14

L’ermitage pointe le bout de son nez.... On prend son temps ....C’est parti pour la cueillette du thym, du romarin et
que sais-je encore... !

Le barrage alimente en eau la capitale de l'Alt Emporda, Figueres et c'est bien là sa fonction première et l'objectif
de sa réalisation.. Les variations de niveau d'eau du barrage et les différences de végétation selon les saisons
donnent à ce lieu une intéressante valeur paysagiste.

Sant Llorenç de la Muga est bien loin à présent. Nous le visiterons au retour. L’ermitage est tout là-haut... !

15

Je crois bien avoir pris la photo ci-dessus car il s’agit, si ma mémoire récente est bonne, du ciste de Montpellier.

L’aster ci-dessus est un genre de plantes dicotylédones de la famille des composées, très important par le nombre
d'espèces et de variétés. Il s'agit d'une plante vivace à floraison automnale. Ceci étant, j’espère ne pas me tromper
sinon je réviserai à la prochaine sortie... !

Nous apercevons enfin la chapelle de Santa Magdalena sur son piton qui surplombe le lac de Boadella, appelée
avant Santa Maria del Codo, construite en 1438 puis consacrée le 8 septembre1681.

16

Ce yorkshire a perdu sa maîtresse qu’il aura le bonheur de retrouver grâce à moi. Ayant moi-même connu une
situation identique à Estartit avec la même race de chien, je suis restée sensible à ce genre de situation.

Dans la sécheresse de ce paysage malgré tout minéral, le barrage de Boadella, aux rives restées sauvages, est une
véritable oasis de sérénité et un repos bienvenu pour le regard.

17

C’est l’heure du casse-croûte, chacun chez soi au milieu des lapiaz et d’une végétation quelque peu hostile.... !

Aucune possibilité de faire la sieste donc, alors autant repartir.... ! Je découvre l’asperge sauvage qui ressemble à
cette période de l’année à l’Asparagus. Je connais par contre ses pousses comestibles du printemps qui peuvent
être bouillies et servies avec de la vinaigrette ou tout simplement agrémenter une omelette.
La période de récolte peut commencer dès mi-février sur les versants ensoleillés près de la côte et s'étaler jusqu'à
fin avril sur les versants plus ombragés à l'intérieur des terres en Provence.

Le globulaire alypon ne se rencontre que dans les lieux arides et secs des régions méditerranéennes jusqu'à 800
mètres. Alypon signifie en grec "qui calme la douleur". On en apprend des choses avec l’Orée des chemins.... !

18

Nous disparaissons dans cette végétation luxuriante.

L'estelada (l'étoilée, en catalan, par rapport au drapeau, qui en cette langue est féminin) est le drapeau qui
symbolise la revendication de l'indépendance de la Catalogne et des pays catalans par rapport à l'Espagne et la
France. Elle se compose d'une senyera à laquelle on a ajouté un triangle au guindant portant une étoile au centre.

Gisèle va conserver sa réputation de dévoreuse d’arbouses.... ! Elle n’est pourtant pas toute seule sur la photo....

19

La salsepareille est un sous-arbrisseau ou liane vivace. Elle mesure de 1 à 3 m de haut et possède une tige volubile,
ligneuse, sarmenteuse et épineuse. Ses feuilles alternes, persistantes et luisantes sont en forme de cœur ou de
pique. Les fruits petits et globuleux, parfois ovales, de couleur rouge foncé, ressemblent à des groseilles. La liane,
trop solide pour être rompue à la main, contribue à rendre la garrigue languedocienne difficilement pénétrable.

Nous retrouvons les rives de la Muga à Sant LLorenç.

20

L’enceinte fortifiée datant de l’époque médiévale se distingue par l’état satisfaisant de sa conservation ainsi que de
celle de la majorité des maisons du centre historique. Tout au long de notre promenade dans le centre du village,
nous découvrons des coins très agréables qui font partie de son histoire.

Avec un peu plus de 230 habitants, Sant Llorenç conserve l’esprit d’un village rural calme et accueillant, ouvert au
visiteur, avec des activités diverses pendant toute l’année.

Hors des murailles, le château de Sant Llorenç, propriété privée et déjà connu au XIIIème siècle et la Tour des
Maures ou Tour de guet terminent de configurer un système défensif complexe pour l’époque.

21

L'église remonte à 972. Au vu de son emplacement latéral, dans un coin du village, elle est certainement ultérieure
au village de Sant Llorenç. Le temple roman possédait trois nefs à l'origine. Avant d'atteindre la structure actuelle,
elle a subi une longue histoire de transformations, de réformes et de destructions partielles : manquent la nef
latérale gauche.

L'abside de la nef droite a été totalement reconstruite et la façade est très transformée et ultérieure à l'église
originale. Les alentours de l'abside sont actuellement aménagés en jardins et ont accès à la Muga et aux petits
lopins de terre situés en dehors de la muraille où l'on cultive les célèbres 'mongetes de Sant Llorenç'.

22

Nous nous arrêtons pour étudier le mécanisme de cette superbe noria.
Ce terme désigne originellement une machine hydraulique permettant
d'élever l'eau en utilisant l'énergie produite par le courant, afin d'irriguer
des cultures vivrières ou alimenter des aqueducs.

23

Le séjour se termine par le pot de l’amitié avant de reprendre la route pour Foix.

Et pour finir, nous n’oublierons pas que ce charmant gros chien a tout simplement levé la patte dans la manche de
la doudoune de madame qui n’a rien vu évidemment.... bien obligés quant à nous de l’en avertir.... après le départ
du chien et de son maître.... !

Bonne continuation à toutes et à tous et à bientôt pour une
nouvelle aventure avec Christian et l’Orée des Chemins... !


Aperçu du document L'OREE DES CHEMINS 2015.pdf - page 1/25

 
L'OREE DES CHEMINS 2015.pdf - page 3/25
L'OREE DES CHEMINS 2015.pdf - page 4/25
L'OREE DES CHEMINS 2015.pdf - page 5/25
L'OREE DES CHEMINS 2015.pdf - page 6/25
 




Télécharger le fichier (PDF)


Télécharger
Formats alternatifs: ZIP Texte



Documents similaires


l oree des chemins 2015
velo route voie verte ppm 2014
programme catalogne en 7 jours en autocar190916
programme catalogne en 5 jours en autocar 190916
004burrto 01 24 compressed
page 20130415 05mz9h 1

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.027s