Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils Recherche Aide Contact



cours electronique puissance ch1 .pdf



Nom original: cours electronique puissance ch1.pdf
Titre: cours electronique puissance ch1
Auteur: fabrice sincere

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par PDFCreator Version 0.9.3 / GPL Ghostscript 8.54, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 15/02/2017 à 11:58, depuis l'adresse IP 105.158.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 769 fois.
Taille du document: 254 Ko (20 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Cours d’Electrotechnique
2ème partie : Electronique de puissance
© Fabrice Sincère ; version 2.0
http://perso.orange.fr/fabrice.sincere
1

Chapitre 1 Conversion alternatif / continu
Montages redresseurs
1- Redressement non commandé
On utilise des diodes de redressement.
1-1- Rappel sur la diode
La diode est supposée parfaite (tension de seuil nulle)
- dans l'état passant ⇔ interrupteur fermé
Fig. 1a
u=0
i>0

- dans l'état bloqué ⇔ interrupteur ouvert

Fig. 1b
u<0
2

i=0

En résumé, la diode est un interrupteur électronique :
- unidirectionnel en courant (un seul sens de conduction)
- non commandable (la conduction et le blocage sont imposés par le
reste du circuit)

3

1-2- Exemple de montage redresseur :
le pont de Graëtz monophasé
Ce pont nécessite quatre diodes.
La tension d’alimentation u(t) est alternative :

4

• Analyse du fonctionnement
On suppose que la charge est une résistance R.
a- tension d’entrée positive
D1 et D3 conduisent : v = u

5

b- tension d’entrée négative
D2 et D4 conduisent : v = -u

Le pont de Graëtz permet de " redresser " une tension : v =|u|
La tension de sortie est " continue " : elle ne change pas de signe.
6

1-3- Application : alimentation continue alimentée par le secteur
Le circuit se compose d'un transformateur monophasé suivi d'un
pont de Graëtz :

7

On suppose le transformateur parfait :
u2(t) = mV u1(t)
avec mV le rapport de transformation à vide.
• Pour une charge résistive :
Fig. 4

u2(t)
+

+
t

0
-

-

v(t)
+
0

+

+

+
t

T/2

T
8

• Valeur moyenne de la tension de sortie
2 vˆ
<v>=
π

A.N. transformateur 230 V / 6 V

vˆ = uˆ 2 = 2 U 2 = 8,5 V
2 vˆ
<v>=
= 5,4 V
π

9

• Condensateur de " découplage "
On ajoute un condensateur de forte capacité aux bornes de la
résistance :
A

Fig. 5a
C

+

R

B

Le condensateur de découplage permet de lisser la tension de sortie :
v(t)

0

(1)

(2)
ondulation

t
(1) charge
(2) décharge

Fig. 5b

10

Pour un lissage satisfaisant, il faut choisir C de façon que RC >> T.
Taux d'ondulation :
∆v
1


2RCf

A.N.
R = 47 Ω, C = 3300 µF, f = 50 Hz
⇒ taux d'ondulation de 6 %
⇒ ondulation ∆v = 0,5 V (8,0 < v < 8,5 V)

11

2- Redressement commandé
On utilise des thyristors.
2-1- Le thyristor
C’est un semiconducteur qui possède trois bornes : l'anode (A), la
cathode (C) et la gâchette (G).
u
A

C

i

iG
G
(commande)

Fig. 6a

• Symbole général
Fig. 6b

12

• Caractéristiques électriques
- état passant ⇔ interrupteur fermé

u=0
A

C

i>0
Fig. 6c

- état bloqué ⇔ interrupteur ouvert

A

C

i=0
Fig. 6d

- Mise en conduction du thyristor (initialement bloqué)
2 conditions :
a) u > 0
b) courant de gâchette suffisant (amorçage)
Une fois le thyristor amorcé, on peut supprimer le courant de gâchette.
13

- Blocage du thyristor (initialement conducteur)
Blocage dès que le courant i s'annule (comme pour une diode).

• En résumé, le thyristor est un interrupteur électronique :
- unidirectionnel en courant
- commandable à la fermeture en injectant un courant de gâchette
Le thyristor n'est pas commandable à l'ouverture.

14

2-2- Exemple de redresseur commandé :
le pont mixte symétrique monophasé
La charge est ici un moteur à courant continu qui consomme un
courant I (supposé constant) :

15

• Chronogrammes

Le circuit de commande des
thyristors permet de régler
l'angle de retard à l'amorçage
θ.

16

• Analyse du fonctionnement
- Phase 1 : à l'instant ωt = θ, on amorce Th1 :

- Phase 2 : à l'instant ωt = π, u devient négative.
D2 se bloque et D1 devient conductrice :

C'est une phase de " roue libre ”
(la bobine du moteur se décharge).
17

- Phase 3 : à l'instant ωt = θ + π, on amorce Th2 :

- Phase 4 : à l'instant ωt = 2π, phase de roue libre :

18

• Application : variation de vitesse d'un moteur à courant continu

On montre que :

avec :


< v > = (1 + cos θ)
π

vˆ = uˆ = 2 U
19

Pour un moteur à courant continu à excitation constante :
vitesse de rotation α tension d'induit
Les résultats vus dans le chapitre consacré à la machine à
courant continu restent valables en prenant pour la tension
d'induit sa valeur moyenne :
Ω α < tension d'induit >
Ω α (1 + cosθ)
L'angle de retard à l'amorçage θ commande la vitesse de rotation :

20


Documents similaires


Fichier PDF cours electronique puissance ch1
Fichier PDF cours electronique puissance ch0
Fichier PDF cours electronique puissance ch2
Fichier PDF cour4
Fichier PDF cour3
Fichier PDF ds2 2012


Sur le même sujet..