rapport lacs Saint Point & Remoray sans annexes .pdf



Nom original: rapport lacs Saint-Point & Remoray sans annexes.pdf

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par pdfsam-console (Ver. 2.4.0e) / iText 2.1.7 by 1T3XT, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 21/02/2017 à 18:07, depuis l'adresse IP 90.48.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 461 fois.
Taille du document: 6 Mo (84 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


+

DIAGNOSES PISCICOLES
- LACS DE SAINT-POINT ET DE REMORAY –
Investigations 2012-2013

V1, Mai 2015

DIAGNOSES PISCICOLES
- LACS DE SAINT-POINT ET DE REMORAY –
Investigations 2012-2013

 Etude réalisée par :
La Fédération du Doubs pour la Pêche et la Protection des Milieux Aquatiques
J.S. BROCARD / A. CHEVAL / T.GROUBATCH (rapporteur) / J.NICOLET / T.PERRINE / T.
POULLEAU / C. ROSSIGNON et M.BOICHOT (stagiaire)

 En collaboration avec :
L’équipe du Projet Lac de l’EAWAG (G.PERIAT et P. VONLENTHEN accompagnés de Diego,
Joannes & Jonaz)
L’Université de Franche-Comté (F.DEGIORGI, A.BOLARD & E.CHANEZ, les étudiants du M2
QUEST)
BE TELEOS (H.DECOURCIERE / M.GOGUILLY / J.PARIS / G.TOURREAU)
La Fédération du Jura pour la Pêche et la Protection des Milieux Aquatiques (JB.FAGOT /
P.MOUGIN)

 Avec la participation de:
JJ.CLAUSSE (FD25, AAPPMA « l’Amicale des Pêcheurs à la ligne »), C.DENISOT (FD25, AAPPMA
« la Concorde du Doubs »).
La MNEP d’Ornans (JF.FROGET et ses stagiaires)
La RNN Remoray (B.TISSOT et ses collègues).
Le SMMAHD (JN.RESCH)
A.ROUSSELET & P.GINDRE
JC. POUX et les quelques bénévoles de l’AAPPMA « la truite pontissalienne » alertés par tout
ce remue-ménage…
Alexandre C., l’apprenti Jacques Mayol de Remoray.

Fédération du Doubs pour la Pêche et la Protection des Milieux Aquatiques
4, rue du docteur Morel 25720 BEURE - Tél. : 03.81.41.19.09 /Fax. : 03.81.41.19.29 / Mail. : fede@federation-peche-doubs.org

Si nous même ne rêvons pas, qui pourrait bien le faire ?

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

SOMMAIRE
CONTEXTE INTRODUCTIF ET OBJECTIFS DE L’ETUDE ............................................................................ 1

METHODOLOGIE D’ETUDE ...................................................................................................................... 3
I.1 Recherches bibliographiques ................................................................................................... 4
I.2 Physico-chimie............................................................................................................................. 4
I.3 Cartographie des habitats et bathymétrie ............................................................................... 4
I.4 Inventaires piscicoles estivaux .................................................................................................. 5
I.5 Investigations piscicoles hivernales ......................................................................................... 7

LE LAC DE REMORAY .............................................................................................................................. 8
II.1 Résultats estivaux, interprétations et tendances évolutives ................................................ 9
II.1.1 Physico-chimie classique en fin de stratification estivale ............................................. 9
II.1.2 Cartographie des pôles d’attraction et caractéristiques de l’effort de pêche ........... 13
II.1.3 Diversité piscicole ............................................................................................................. 15
II.1.3 Rendements de pêche issus du protocole filets verticaux ......................................... 15
II.1.5 Occupation du plan lacustre et rôle des habitats ......................................................... 17
II.1.5 Répartition verticale .......................................................................................................... 18
II.1.7 Approche de la structure des populations..................................................................... 21
II.2 Résultats hivernaux et interprétations .................................................................................. 25
II.2.1 Suivi de l’oxygène dissous .............................................................................................. 25
II.2.2 Caractéristiques de l’effort de pêche ............................................................................. 26
II.2.2 Fréquentation des habitats littoraux............................................................................... 26
II.2.3 Suivi de la reproduction des corégones ........................................................................ 28
II.3 Caractérisation scalimétrique de la population de corégones .......................................... 31
II.4 Aspects morphologiques et habitationnels .......................................................................... 33
II.5 Synthèse et perspectives ........................................................................................................ 35

LE LAC DE SAINT-POINT ....................................................................................................................... 38
III.1 Résultats estivaux, interprétations et tendances évolutives............................................. 39
III.1.1 Physico-chimie classique en fin de stratification estivale .......................................... 39
III.1.2 Cartographie des pôles d’attraction et caractéristiques de l’effort de pêche .......... 43

0

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

III.1.3 Diversité piscicole ............................................................................................................ 45
III.1.4 Rendements de pêche issus du protocole filets verticaux ........................................ 45
III.1.5 Occupation du plan lacustre et rôle des habitats ........................................................ 47
III.1.6 Répartition verticale......................................................................................................... 47
III.1.7 Approche de la structure des populations ................................................................... 50
III.2 Résultats hivernaux et interprétations ................................................................................. 55
III.2.1 Suivi de l’oxygène dissous ............................................................................................. 55
III.2.2 Caractéristiques de l’effort de pêche ............................................................................ 56
III.2.3 Fréquentation des habitats littoraux.............................................................................. 57
III.2.4 Suivi de la reproduction des corégones ....................................................................... 58
III.3 Caractérisation scalimétrique de la population de corégones ......................................... 61
III.4 Aspects morphologiques et habitationnels ......................................................................... 63
III.5 Suivi des variations du niveau du lac................................................................................... 71
III.6 Synthèse et perspectives....................................................................................................... 74

CONCLUSION GENERALE ...................................................................................................................... 76

BIBLIOGRAPHIE ..................................................................................................................................... 77

ANNEXES ............................................................................................................................................... 79

1

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

Contexte introductif et objectifs de l’étude
D’après le Code de l’Environnement, les Fédérations Départementales pour la Pêche et la Protection
du Milieu Aquatique et les AAPPMA qu’elles fédèrent sont chargées de mettre en place un plan de
gestion pour les eaux dont elles ont la charge en contrepartie du droit de pêche. L’objectif étant
d’assurer une gestion durable de l’exploitation des milieux aquatiques notamment via leur
réhabilitation, afin notamment de préserver leur biodiversité, conformément aux directives
européennes et à la législation nationale en la matière.
Pour ce faire, une connaissance approfondie de l’état de conservation du patrimoine aquatique est
indispensable. Il convient en effet de séparer les secteurs non perturbés, pour lesquels une
conservation s’impose, des zones dégradées à restaurer.
Pour les eaux courantes, de nombreux outils administratifs contribuent à atteindre ces objectifs
(Contrats de rivières, SDAGE/SAGE, programmes européens Natura 2000/ LIFE,...). Les exemples
régionaux sont nombreux réjouissant les Fédérations de Pêche : contrats de rivière Doubs, Ognon,
Loue, Orain, Bienne, Projet LIFE Drugeon, ou encore tête de bassin et faune associée.
En revanche, alors que leur intérêt halieutique est hautement prisé, force est de constater que les
lacs restent plus que jamais le parent pauvre de la politique départementale en matière de
protection de l’environnement aquatique. Si leur qualité d’eau est suivie dans le cadre de
l’alimentation en eau potable, il n’en va pas de même de leur communauté biologique ni de leur
qualité habitationnelle. Quelques données ponctuelles, essentiellement issues des travaux de
l’Université de Besançon ou de l’ONEMA, sont disponibles mais insuffisantes.
En outre l’application de la Directive Cadre Européenne (DCE) sur les plans d’eau supérieurs à 50 ha
ne permettra vraisemblablement pas d’émettre des propositions objectives pouvant être mises en
œuvre par les Fédérations de Pêche dans le cadre d’un plan de gestion et notamment du PDPG. En
effet, à titre d’exemple pour les poissons, le protocole CEN choisi ne tient compte ni des habitats
représentés ni de leur état de conservation. Les données sur les lacs issues de la DCE ne sont donc
pour l’essentiel que purement descriptives et ne permettront pas d’élucider les causes potentielles
des dysfonctionnements. La définition de solutions concrètes de réhabilitation sera ainsi difficilement
réalisable.
La Fédération de Pêche du Doubs a donc décidé, dans le cadre de la mise à jour permanente de son
plan de gestion piscicole et de restauration des milieux, de s’intéresser activement aux 2 lacs naturels
les plus importants du département : Le lac de Remoray et celui de Saint-Point.
Ainsi et dans un premier temps entre 2012 et 2014, des mesures habitationnelles, physico-chimiques
et des inventaires piscicoles complémentaires aux données issues de la DCE et de la littérature seront
menés afin d’établir objectivement l’état de conservation du patrimoine aquatique. Les éventuels
dysfonctionnements seront circonscrits, les principales causes de perturbations déterminées avec un
accent particulier sur la morphologie global des lacs et de leurs affluents principaux.
Dans un second temps, un document reprendra de manière synthétique les principales informations
apportées, proposera un panel de mesures concrètes et pragmatiques adaptées aux lacs de Saint-

1

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

Point et de Remoray. Les interventions qui viseront la restauration physique ou l’amélioration des
fonctionnalités du milieu lacustre y seront précisées.
Afin de réduire les coûts des opérations d’échantillonnage, la Fédération s’est rapprochée de
l’Université de Franche-Comté et de l’EAWAG et en particulier du groupe responsable du « Projet
Lac ». Cet institut national suisse de recherche en limnologie, a lancé une étude internationale de
grande envergure sur les caractéristiques des peuplements pisciaires lacustres. Leur objectif est
d’établir une collection de référence des peuplements des lacs européens à l’échelle des arcs alpins
et jurassiens qui sera in fine gérée par le Muséum d’Histoire Naturelle de la ville de Berne.

2

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

PARTIE I
METHODOLOGIE D’ETUDE

3

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

I.1 Recherches bibliographiques
Le recensement et la synthèse des études diagnostiques (poissons, végétations, physico-chimie,…)
réalisées sur les lacs de Saint-Point et de Remoray permettront d’évaluer les tendances évolutives
des habitats structurant chacun d’entre eux et des peuplements piscicoles qui y évoluent.
Les documents d’archives, disponibles notamment aux Archives Départementales du Doubs, ont été
consultés (cadastre napoléonien, cartes bathymétriques anciennes, projets d’utilisations des eaux, …)
afin de tracer les évolutions morphologiques globales des lacs et de leurs afférences principales.
De même les données relatives aux variations de niveau principalement sur Saint-Point ont été
recueillies auprès du Syndicat des Milieux Aquatiques du Haut Doubs, de la DREAL Franche-Comté et
de l’EPTB Saône et Doubs (SAGE Haut Doubs-Haute Loue).
Ces éléments bibliographiques ne feront pas systématiquement l’objet d’une partie spécifique au
sein du présent rapport, mais seront intégrés à mesure que leur utilité sera requise.

I.2 Physico-chimie
Des mesures sur la colonne d’eau ont été réalisées le 3 octobre 2012. Des échantillons d’eau
(prélevés en surface, à -4 m, -12 m et 1 m au dessus du fond) ont été confiés pour analyses au
laboratoire de chimie des eaux de l’Université de Franche-Comté (SERAC). Les paramètres recherchés
portent sur les différentes formes de l’azote et du phosphore, la turbidité, les matières en
suspension, la Demande Biologique en Oxygène sur 5 jours, le Carbone Organique Total et Dissous.
Des mesures in situ, notamment de l’oxygène dissous, sur toute la colonne d’eau de la surface au
point de plus grande profondeur ont été réalisées à cette occasion mais également lors de chacune
des interventions hivernales en parallèle des échantillonnages piscicoles.
Enfin un suivi thermique a été mis en place entre juillet 2011 et février 2013 sur chacun des lacs.
Malheureusement les sondes placées sur le lac de Remoray n’ont pas été retrouvées. Seul le lac de
Saint-Point dispose d’un jeu de données de température, une sonde ayant été placée à -7m, l’autre à
-32m.

I.3 Cartographie des habitats et bathymétrie
Les investigations visant à caractériser l’état de l’ichtyofaune et mises en œuvre sur chacun des lacs
nécessites au préalable la réalisation d’une cartographie habitationnelle et bathymétrique.
Concernant les habitats, la méthodologie suivie a été celle dite des pôles d’attraction (substratsupport / hauteur d’eau) développée par DEGIORGI et GRANDMOTTET en 1993. Elle consiste en la
distinction des trois grands compartiments structurant l’espace lacustre :
 La zone littorale ou beine, délimitée par la rupture de pente et généralement
comprise entre 0 et 3-5 mètres de profondeur. C’est dans cette zone que la diversité
des substrats-supports s’exprime pleinement.

4

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

 La zone centrale constitutive de la masse d’eau située au dessus de la plaine lacustre.
 La zone sub-littorale ou talus, zone de transition entre la beine et la plaine.
Les cartes bathymétriques existantes ont été recueillies auprès des services de l’Office Nationale de
l’Eau et des Milieux Aquatiques.
Outre l’application directe des protocoles d’échantillonnages et la définition des stratégies de
prospections de l’espace lacustre, ces différents éléments cartographiques permettront d’affiner
l’interprétation des données récoltées.

I.4 Inventaires piscicoles estivaux
Trois protocoles complémentaires ont été appliqués simultanément sur chacun des lacs en fin de
stratification estivale (entre le 19 et le 23 août 2012), cette période représentant notamment le pic
maximal d’activité de la faune piscicole.
Equipe démaillage,
biométrie et
conditionnement

Equipage
protocole
pêche
électrique /
habitat

Equipage pose /
récupération filets
verticaux littoraux
Filets
verticaux
Littoraux
Filets
Verticaux
profonds
Equipage pose /
récupération /
démaillage filets
verticaux

Filets
CEN
pose / récupération
filets CEN

Figure 1: Synoptique des investigations piscicoles estivales (dessin: M.GOGUILY).

 Protocole filets verticaux (DEGIORGI ET GRANDMOTTET, 1993 ; DEGIORGI, 1994 ; DEGIORGI ET AL, 2001) :
Utilisé sur les deux lacs en 1991-1992 et 2003-2004, sa stratégie d’échantillonnage est de prospecter
simultanément les 3 zones morpho-structurales décrites précédemment (§I.2) à l’aide de batterie de
filets verticaux à enrouleur et d’araignées verticales multi-mailles.
L’unité d’échantillonnage se compose ici de 7 filets verticaux (= 1 batterie), à chacun correspondant
un vide de mailles spécifique (10, 15, 20, 30 40, 50 et 60 mm). A titre expérimental, une nappe de 6m

5

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

de long présentant une maille de 70 mm a été ajoutée sur certains filets. Pour une juste comparaison
des résultats de 2012 avec ceux recueillis antérieurement (rendements de captures par unité d’effort
notamment), les prises réalisées par cette nappe de maille 70 mm ont été soustraites des résultats
présentés dans ce rapport (rendements de captures). Elles ont néanmoins été prises en compte afin
d’affiner la structure globale des différentes populations de poissons.
Une batterie de filets est disposée durant 9 à 12h (= une séquence) et prospecte l’ensemble de la
colonne d’eau sur un même site en zone centrale et sub-littorale, de la surface jusqu’au fond. En
zone littorale, les araignées verticales multi-mailles, d’une hauteur variant de 1 à 3 mètres possèdent
7 nappes de mailles équivalentes à celles des filets verticaux évoquées précédemment. L’annexe 1
propose une représentation schématique de ces engins d’échantillonnage. Ces deux types de
dispositifs produisent des efforts de pêche similaires (DEGIORGI, 1994). Une araignée verticale multimailles est donc considérée comme équivalente à une batterie de 7 filets verticaux.
Enfin, cet effort global est répété à 3 reprises dans chaque pôles d’attraction définis afin d’obtenir
une variabilité des rendements numériques et pondéraux acceptable inférieure à 20% (prise en
compte de la période de mobilité des poissons,…).
 Sondage à l’électricité:
Parallèlement et afin de compléter les pêches réalisées au moyen de filets, une campagne
d’inventaire par pêche électrique d’ambiance (application d’un Echantillonnage Continu par
Distance) a été réalisée par triple prospection sur chaque pôle de la zone littorale. La mise en œuvre
de cette technique permet notamment d’affiner les informations relatives aux alevins (abondance,
croissance, répartition spatiale) et de compléter l’approche structurelle des populations pisciaires.
 Protocole CEN (prEN 14757):
Dans le contexte de la mise en œuvre de la Directive Cadre sur l’Eau, c’est désormais un protocole
scandinave qui est employé afin de suivre l’évolution des peuplements piscicoles lacustres.
Concrètement, chaque lac fait au préalable l’objet d’un découpage par strates de profondeurs et la
répartition de filets benthiques (1,5 mètre de hauteur par 30 m de long) est opérée de manière
aléatoire dans chacune de ces strates. Le nombre de filets benthiques est fonction de la superficie et
de la profondeur de chaque lac. Chaque filet est composé de 12 nappes de 2,5 m de largeur
constituée successivement de mailles de : 43, 19.5, 6.25, 10, 55, 8, 12.5, 24, 15.5, 5, 35 et 29 mm.
Un second type d’engins, un groupe de 2 filets pélagiques contigus (2 fois 6 mètres de hauteur par
27,5m de long), est disposé de façon à prospecter la totalité de la colonne d’eau à minima oxygénée.
Ces résultats sont consignés en annexe 2.
 Démaillage, biométrie, conditionnement:
L’ensemble des poissons capturés a été mesuré, pesé, photographié, conditionné et congelé pour
une conservation durable au Muséum d’Histoire Naturelle de Berne afin de constituer une collection
de référence.

6

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

I.5 Investigations piscicoles hivernales
Idéalement le protocole filets verticaux préconise l’échantillonnage de
la faune pisciaire de manière multi-saisonnière afin de prendre en
compte la variabilité de la répartition spatio-temporelle de
l’ichtyofaune lacustre. Néanmoins, le budget global alloué à la
présente étude ainsi que les investigations concomitantes du lac de
Saint-Point et de celui de Remoray n’ont pas permis de réaliser des
échantillonnages hivernaux de la totalité des pôles d’attraction.
Toutefois et à titre expérimental, les pôles présents sur la zone
littorale des deux lacs ont fait l’objet d’un suivi sur 8 à 9 tendues de
12h entre le 19/11/2012 et le 04/02/2013 (période froide). La
prospection des pôles à substrat-support végétal, à durée de vie
éphémère, a été réalisée jusqu’à ce que ceux-ci ne remplissent plus leurs rôles fonctionnels de façon
significative (abris, caches). Des araignées verticales multi-mailles identiques à celles utilisées lors de
l’application stricte du protocole filets verticaux ont été employées. La mobilité accrue de certaines
espèces, particulièrement durant cette période froide, facilite potentiellement leur échantillonnage.
C’est notamment le cas du brochet activement à la recherche de ses proies, qui elles sont moins
mobiles. La capture d’éventuelles formes lacustres de truites fario en migration vers leurs sites de
reproductions en eaux courantes est également ciblée.
Cette campagne hivernale a été par ailleurs l’occasion de réaliser un suivi permettant de caractériser
la phase de reproduction des corégones (début, fin, pic, localisation/profondeur,…). Un transect de
filets benthiques de type CEN sur Remoray et deux sur Saint-Point ont été disposés selon un gradient
de profondeur sur des sites de reproduction avérés (informations prises auprès d’André ROUSSELET,
ancien agent de l’ONEMA). Des prélèvements d’écailles sur les corégones ont par ailleurs été opérés
afin de mener une scalimétrie par lecture simple (sans retro-calcul) et cerner l’âge des poissons.
Celui-ci sera mis en relation avec la taille effective et la maturité sexuelle des individus prélevés. Dans
cette optique, les corégones capturés ont été autopsiés afin réaliser un sexage et évaluer leur degré
de maturité. Leur contenu stomacal a été apprécié de façon macroscopique.

Figure 2: Echantillonnage des corégones en période de reproduction (dessin M.GOGUILLY).

7

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

PARTIE II
LE LAC DE REMORAY

8

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

II.1 Résultats estivaux, interprétations et tendances évolutives
II.1.1 Physico-chimie classique en fin de stratification estivale
 Température et Oxygène dissous

0

1

2

3

4

5

6

7

8

Oxygène dissous (mg/l)
Température (°C)
9 10 11 12 13 14

0

Le lac de Remoray apparait toujours structuré en
cette toute fin d’été 2012.
La thermocline se situe entre -10 et -12 mètres.
-6

Le refroidissement des strates superficielles de
l’épilimnion semble s’opérer annonçant le
brassage automnal prochain, étape première du
cycle holomictique-dimictique de second ordre
auquel appartient le lac de Remoray.

-12

Nous noterons une tendance anormale à la
raréfaction de l’oxygène avec la profondeur et un
cap en deçà de 4 mg/L franchi à partir de -18
mètres.

-18

Ce déficit s’accentue à mesure que l’on s’enfonce
dans l’hypolimnion pour atteindre une valeur
d’oxygène dissous un mètre au dessus du fond de
2,6 mg/L.

Profondeur (m)

-24

Figure 3: Profil thermique et valeurs d'oxygène dissous
le 3 octobre 2012.

-30

 Les différentes formes de l’azote et du phosphore
Tableau 1: Teneurs en matières nutrimentielles dissoutes mesurées le 03/10/2012 sur le lac de Remoray.

Ammonium
Nitrites
Nitrates
Nk

surface
0.01
0.013
1.2
<1

Phosphates
Phosphore

<0.02
<0.02

03/10/2012
-4
-12
0.02
<0.01
0.013
<0.01
1.3
1.8
1.2
1.2

fond
0.54
0.036
<0.5
1.8

<0.02
<0.02

<0.02
0.08

<0.02
<0.02

unités
mg/L
mg/L
mg/L
mg/L
mg/L
mg/L

Toutes les formes de l’azote minéral sont décelées de la surface aux couches les plus profondes.
Notons la seule présence des formes non ou non-complètement oxydées au fond (ammonium et

9

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

nitrites). L’azote organique est présent notamment en profondeur. C’est deux dernières remarques
étant à mettre en parallèle avec les observations faites précédemment concernant la quantité
d’oxygène au fond. La minéralisation semble ainsi perturbée en profondeur. Les taux de nitrates y
sont par conséquent limités. Parallèlement ce manque d’oxygène en profondeur peut expliquer les
teneurs en phosphores issus probablement d’un relargage depuis les sédiments.
 Evolution des conditions physico-chimiques
La figure ci-dessous retrace l’évolution des conditions d’oxygénation sur la colonne d’eau du lac de
Remoray. La limite admissible des teneurs en O2 pour le corégone est représentée pour mémoire.
Oxygène dissous (mg/l)
0

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

0

-6

-12

19/09/1989
19/10/2004
08/09/2009
-18

03/10/2012
26/09/2013
07/11/2014
limite corégone:

Profondeur (m)

-24

-12 m en 1989
-13 m en 2004
-13 m en 2009
-18 m en 2012
-17 m en 2013
-10 m en 2014

-30

Figure 4: Evolution pluriannuelle des teneurs en oxygène dissous en fonction de la profondeur.

L’année 2012 semble être marginale dans le sens où l’oxygène dissous était présent jusque dans les
couches profondes de l’hypolimnion, conséquence probable des conditions hydroclimatiques de
cette année fraîche et pluvieuse. Cette configuration est identique à celle observée en 1989.
Néanmoins en 2013 et 2014, les suivis réalisés par le laboratoire Chrono-Environnement de
l’Université de Franche-Comté présentent des teneurs en oxygène plus alarmantes proches de 0. On

10

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

constate bien ici l’intérêt d’un monitoring à pas de temps annuel afin d’évaluer une tendance fiable.
En l’occurrence, la tendance actuelle n’est pas à l’amélioration des conditions d’oxygénations en
profondeur. Le raisonnement inverse aurait pu être suivi avec la seule mesure de 2012.
Par ailleurs, l’utilisation des strates situées entre -10 et -28 mètres est limitée si l’on se réfère au seuil
admissible d’oxygénation fixé à 4 mg/L pour le corégone, espèce pélagique par excellence, cité dans
la littérature (DEGIORGI, 2005). Cette limite oscille entre -10 (2014) et -18 mètres (2012).

P total en µg/L

L’évolution des concentrations en phosphore total (fig.5) montre des valeurs importantes en
profondeur pour les différentes campagnes de suivi.
120
110

QUALITÉ
TROPHIQUE

100
90

80

MAUVAISE

70
60
50

40

MÉDIOCRE

30

MOYENNE
20

BONNE
10
TRÈS

0

BONNE

Figure 5: Evolution des teneurs en phosphore total dans les couches profondes du lac de Remoray et seuils de qualité
trophique de l'OCDE (tirés de EAWAG, 2012, 2013, 2014).

Alors que la résorption des principales sources de phosphores a été engagée ces 15 dernières années
(assainissement collectif, fosses à lisier), force est de constater que les teneurs en phosphore total
stagnent voire augmentent si l’on considère les données disponibles. Le déficit en oxygène dissous
provoquant le relargage du phosphore séquestré dans les sédiments à des concentrations élevées de
plus de 2g/kg MS (AERMC, 2009) semble effectif.

Le tableau suivant présente l’évolution des teneurs relatives aux différentes formes de l’azote
décelées dans les eaux du lac de Remoray.

11

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

Tableau 2: Evolution des différentes formes de l'azote présentes dans le lac de Remoray.

1977/1978
Ammonium
Nitrites
Nitrates
Nk

Ammonium
Nitrites
Nitrates
Nk

0.05

SURFACE
1989
2004

2.8

0.02
0.006
0.029

1977/1978

1989

0.54

0.229
0.038
0.085

2.1

0.05
2.2
5.4
FOND
2004
0.48
2.6
2.7

2009 (intégré)

2012

<0.05
<0.02
1.2
<1

0.01
0.013
1.2
<1

2009

2012

0.76
<0.02
<1
1

0.54
0.036
<0.5
1.8

Le blocage du processus de minéralisation en profondeur est toujours d’actualité sur le lac de
Remoray. La désoxygénation décrite précédemment limite ainsi la présence de nitrates, forme ultime
du mécanisme d’oxydation de l’azote, et provoque le relargage et l’accumulation d’ammonium en
profondeur ([Nk]sédiments > 6,5g/kg MS ; AERMC, 2009).
Le cycle suivant semble donc se réaliser au sein du lac de Remoray. Cette vision simplifiée ne prend
toutefois pas en compte la présence suspectée de substances toxiques (lac et affluents)
potentiellement inhibitrices des transferts de matière (DEGIORGI, 2005).

EAU
Désoxygénation de
l’hypolimnion et des
sédiments

Minéralisation
intense

Relargage Phosphore
séquestré dans les
sédiments

SEDIMENT

Relargage et
accumulation NH4+

stockage

12

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

II.1.2 Cartographie des pôles d’attraction et caractéristiques de l’effort de pêche
La cartographie présentée figure 6 fait état de 10 pôles d’attraction littoraux. Dominés par un
substrat minéral, de nombreux complexes végétaux de différentes natures structurelles s’associent
aux affluents et à l’efférente pour constituer la diversité des pôles littoraux.

Figure 6: Cartographie des pôles d'attraction présents sur le lac de Remoray.

En conséquence, le nombre de batteries de filets verticaux disposées lors de cette campagne estivale
est détaillé au tableau 3 page suivante.

13

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

Tableau 3: Description de l’effort de pêche appliqué sur la campagne estivale effectuée à
l'aide de filets verticaux sur le lac de Remoray.

Zone
Centrale
Sublittorale

Littorale

TOTAL

Pôle
C max
C med
C min
T sup
T inf
L aff
L eff
L fnm
L fno
L hhf
L hld
L hle
L hyf
Lhyi
14 pôles

Profondeur
mètres
27-28
23-25
18-20
10-12
5
1-3
1-3
1-3
1-3
1-3
1-3
1-3
1-3
1-3

Jour 1

Jour 2

420
378
308
168
70
42
28
28
14
28
28
42
28

Surf.de filet m
406
350
280
154
70
14
28
28
14
42
28
28
14
28

1582

1484

Jour 3
420
350
294
140
70
56
42
14
56
28
14
-

TOTAL
Surf.de filet m2
1246
1078
882
462
210
112
98
70
14
112
56
84
70
56

1484

4550

2

La spatialisation de l’effort de pêche des trois protocoles d’investigations ichtyologiques menés de
front sur Remoray est présentée à la figure suivante.

Protocole ECD
Protocole filets verticaux
Protocole CEN

Figure 7: Spatialisation de l'effort de pêche lié à l’application des 3 protocoles d'inventaires piscicoles entre le 20 et le 23
août 2012 sur le lac de Remoray (période estivale).

14

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

II.1.3 Diversité piscicole
L’application des protocoles ECD, filets Verticaux et CEN a permis de capturer 6 espèces de poissons.
Celles-ci sont consignées au tableau 4 suivant.
Tableau 4: Liste des espèces de poissons capturées dans le lac de Remoray en 2012 et comparaison avec les listes de
1937, 1991, 2001 et 2003-2004.
CODE

Nom vernaculaire

Nom latin

Statut de l'espèce

Degrés global d'exigence écologique
de l'espèce

BRO
COR
GAR
PER
ROT
TAN

Espèces capturées (2012)
Brochet
Corégone
Gardon
Perche
Rotengle
Tanche

Esox lucius
Coregonus sp.
Rutilus rutilus
Perca fluviatilis
Scadinuis sp.
Tinca tinca

Autochtone
Acclimatée
Autochtone
Autochtone
Autochtone
Autochtone

Moyennement exigeante
Exigeante
Peu exigeante
Moyennement exigeante
Très peu exigeante
Moyennement exigeante

CMO
CHE
GOU
TDL
VAI
VAN

Espèces signalées ou capturées antérieurement
Carpe miroir (1991)
Cyprinus carpio
Chevesne (2003)
Leuciscus cephalus
Goujon (1991)
Gobio gobio
Truite de lac (1991-2003) Salmo trutta lacustris
Vairon (1937)
Phoxinus phoxinus
Vandoise (1937-2001-2003) Leuciscus leuciscus

Acclimatée
Autochtone
Autochtone
Autochtone
Autochtone
Autochtone

Peu exigeante
Peu exigeante
Exigeante
Très exigeante
Très exigeante en lac
Très exigeante en lac

Comparativement à la dernière campagne d’échantillonnage à l’aide de filets verticaux sur Remoray
en 2003-2004, deux espèces n’ont pas été capturées, la truite de lac (Salmo trutta lacustris) et le
chevesne (Leuciscus cephalus).
Il semblerait que la carpe miroir (Cyprinus carpio), capturée en 1991 et issue probablement de
déversements au milieu des années 80 dans le plan d’eau de gravière connectif au lac de Remoray,
n’ait pas fait souche. Les conditions thermiques requises à l’installation d’une population viable
n’étant probablement pas réunis sur le Lac de Remoray actuellement.
Aucun individu représentant l’espèce goujon (Gobio gobio), vandoise (Leuciscus leuciscus) et vairon
(Phoxinus phoxinus) n’a été contacté alors que chacune de ces espèces était signalée historiquement
au sein de l’ensemble Saint-Point – Remoray par KREITMANN en 1937 et DEGIORGI en 1991 et 2001.

II.1.3 Rendements de pêche issus du protocole filets verticaux
Les résultats globaux issus de la campagne d’inventaire aux filets verticaux sont consignés au tableau
page suivante.

15

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

Tableau 5: Rendements de captures observés à l'aide de filets verticaux sur la campagne estivale de 2012 menée sur le
lac de Remoray.
Résultats Bruts
Espèces
Brochet
Corégone
Gardon
Perche
Rotengle
Tanche
Total

numérique

Proportions

pondéraux Numériques

Rendements surfaciques

Pondéraux

Numériques

Pondéraux

Rendements par séquence Rendements / 10 batteries
Numériques

Pondéraux

Numériques

Pondéraux

ind.

gr

%

%

ind/1000 m 2

gr/1000 m 2

ind/séq

gr/séq

ind/10 batt

gr/10 batt

1
98
320
119
217
11
766

32.0
30 940.0
6 096.5
8 516.2
26 709.6
19 092.0
91 386.3

0.1
12.8
41.8
15.5
28.3
1.4
100

0.04
33.9
6.7
9.3
29.2
20.9
100

0.2
21.5
70.3
26.2
47.7
2.4
168.4

7.0
6 800.0
1 339.9
1 871.7
5 870.2
4 196.0
20 084.9

0.3
32.7
106.7
39.7
72.3
3.7
255.3

10.7
10 313.3
2 032.2
2 838.7
8 903.2
6 364.0
30 462.1

0.3
25.8
84.2
31.3
57.1
2.9
182.4

8.4
8 142.1
1 604.3
2 241.1
7 028.8
5 024.2
24 049.0

L’examen des rendements de pêches est révélateur d’une biomasse piscicole très moyenne au sein
du lac de Remoray. Corégone (Coregonus sp.) et rotengle (Scardinius sp.) sont les deux taxa
majoritaires peuplant le lac. De gros sujets de l’espèce tanche (Tinca tinca) pèsent pour plus de 20%
de la masse brute totale échantillonnée. Les densités des carnassiers inventoriés, brochets et
perches, sont jugés respectivement très faibles et faibles.

300

250

200

150

100

50

0

Brochet

grammes/1000 m 2 de filet

ind/1000m2 de filet

La figure suivante propose une confrontation des rendements de captures numériques et pondéraux
obtenus à partir des échantillonnages par filets verticaux en 1991, 2003 et 2012.

Chevesne

Corégone

Gardon

Perche

Rotengle

Perche

Rotengle

Tanche

Rendement total

Tanche

Rendement total

30000

25000

20000

15000

10000

5000

0

Brochet

Chevesne

Corégone

Gardon

Figure 8: Evolution des rendements de captures obtenus en 1991, 2003 et 2012.

16

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

Les rendements de captures toutes espèces confondues étaient un peu plus faibles en 2003 qu’en
1991 mais restaient du même ordre de grandeur. DEGIORGI (2005) précisait néanmoins à l’époque
que cette abondance globale était nettement déficitaire si l’on considérait les potentiels piscicoles
optimaux mesurés sur le lac de Saint-Point au même moment (rendement 2 à 3 fois supérieurs selon
l’espèce considérée). Par ailleurs, la composition quantitative spécifique du peuplement évoluait. Le
corégone régressait quelque peu et le rotengle progressait particulièrement.

Tableau 6: Comparaison des rendements de captures estivaux obtenus par application du même protocole en 1991, 2003
et 2012 sur Remoray (filets verticaux). Seules les espèces communes au 3 campagnes ont été gardées.

Rendements de captures

Rendements de captures

2

Espèces

TENDANCE

numériques (ind/1000 m )
1991
2003
2012
0.3
0.9
0.2
21.6
19.8
21.5
29.4
31.7
70.3
48.0
174.4
26.2
0.8
24.6
47.7
2.4
1.3
2.4
102.5
252.7
168.4

Brochet
Corégone
Gardon
Perche
Rotengle
Tanche
Total


=



variable



pondéraux (gr/1000 m2 )
1991
2003
2012
200
174.9
7
14 750
11 261.9
6 800
2 300
1 371.9
1 339.9
4 700
5 881.2
1 871.7
300
5 521.7
5 870.2
4 100
1 563.8
4 196.0
26 350
25 775.4
20 084.9

TENDANCE



=


variable



Cette tendance est confirmée en 2012 avec des rendements pondéraux concernant le corégone qui
diminuent d’un peu plus de 25 % entre chaque campagne d’échantillonnage relativement à 1991.

II.1.5 Occupation du plan lacustre et rôle des habitats
Le tableau suivant permet d’observer la répartition des rendements de captures par espèce et par
pôle d’attraction échantillonné.
Tableau 7: Répartition des CPUE numériques et pondérales selon les différents pôles d'attraction prospectés au cours de
la campagne estivale 2012 sur le lac de Remoray.
Rendements surfaciques
Numériques

Variété

Rendements surfaciques
Pondéraux

ind/1000 m 2 de filet
gr/1000 m 2 de filet
nb esp. Brochet Corégone Gardon Perche Rotengle Tanche TOTAL Brochet Corégone Gardon Perche Rotengle Tanche

TOTAL

Centrale

4
4
4

9.9
6.8
3.5

12.1
8.6
7.9

0.2
1.1
0.9

5.7
2.4
2.6

27.9
18.9
14.9

3 162.6
2 210.6
1 237.5

88.3
55.7
55.8

7.9
18.5
6.3

354.3
89.1
155.9

3 613.1
2 373.9
1 455.5

TINF
TSUP

3
4

1.3

5.7
5.7

0.4
1.8

1.5
4.2

7.7
13.0

189.3

186.2
156.6

8.8
1 030.9

73.4
86.9

268.4
1 463.7

L EFF
L AFF
L HLD
L HYI
L HYF
L FNM
L FNO
L HLE
L HHF
TOTAL

2
5
3
4
4
4
3
3
4
6

21.5

1.5
4.6
0.7
7.3
7.9
1.3
1.8
4.0
1.3
70.3

9.9
1.3
1.1
2.6
1.8
0.7
1.1
3.3
26.2

3.3
5.3
2.0
2.9
3.1
0.9
1.5
4.8
7.5
47.7

Littorale

CMAX
CMED
CMIN

Sub littorale

Zone Pôle

0.2

0.2

0.7
0.4
0.7
0.2

0.4
2.4

4.8
20.7
4.0
11.6
14.3
4.2
4.0
9.9
12.5
168.4

7.0

7.0

6 800

15.4
1 369.7
1 385.1
149.9 303.5 519.1 1 198.2 2 177.8
14.1
36.9
679.1
730.1
148.1 102.9 211.9
676.9 1 139.8
83.1
36.5
57.1 1 235.6 1 412.3
14.1
217.1 660.7
368.8 1 260.7
35.6
24.2
75.8
135.6
232.1
13.6 1 056.3
1 302.0
105.1
64.6
480.9
716.5 1 367.0
1 339.9 1 871.7 5 870.2 4 196 20 084.9

17

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

La zone centrale, comptabilisant 70 % de la surface totale de filets tendus, ne concentre qu’environ
37 % du total des rendements numériques et pondéraux.
La zone littorale (15 % de la surface totale de filets tendus) totalise plus de 50% du total des
rendements surfaciques numériques comme pondéraux. D’où l’importance pour la faune piscicole de
cette zone morpho-structurale en particulier constituant une zone de développant de pôles
extrêmement attractifs et biogènes (hydrophytes immergés et flottants, hélophytes épars).
L’attractivité exercée par les afférences du lac, et sans doute l’effet de leur restauration récente
(Drésine notamment), permet l’expression de la plus forte variété spécifique.
A l’inverse, la Taverne, constituant l’émissaire du plan d’eau, s’avère très peu attractive en terme de
diversité et de rendements numériques comme pondéraux.

II.1.5 Répartition verticale

Les graphiques présentés à la
verticales des captures.

page suivante proposent une représentation des répartitions

La zone littorale étant essentiellement constitués de profondeurs d’eau comprises entre 0 et 3m de
hauteur d’eau et considérant l’attractivité forte sur les poissons qu’exercent les substrats-supports
sur cette zone (l’autre composante combinatoire d’un même pôle d’attraction), cette représentation
de la répartition verticale ne prend en compte que les pôles centraux et sublittoraux. Ainsi, l’effet
substrats-supports évident n’influence pas, ou en tout cas n’accentue pas, cette représentation de la
répartition verticale des espèces piscicoles.

18

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

Nombre d’individus / 3 séquences tendus à
Cmax de 0 et -28m
0

5

10

15

20

25

30

35

-1
-4
-7

Corégone
Gardon

-10

Perche

-13

Rotengle

-16
-19
-22
-25
-28

Profondeur en mètres
Nombre d’individus / 3 séquences tendus à
Cmed de 0 et -25m
0

2

4

6

8

10

12

14

16

18

20

-1
-4
Corégone

-7

Gardon
-10

Perche
Rotengle

-13
-16
-19
-22
-25

Profondeur en mètres
Nombre d’individus / 3 séquences tendus à
Cmin de 0 et -19m
0

5

10

15

20

25

-1

-4
Corégone
Gardon

-7

Perche
Rotengle

-10

-13

-16

-19

Profondeur en mètres
Figure 9: Répartition des effectifs pour 3 séquences par type de pôle central prospecté.

19

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

Les captures issues des prospections sub-littorales et notamment du talus inférieur (de 0 à -7m) n’ont
malheureusement pas fait l’objet d’une caractérisation rigoureuse relative aux profondeurs de
captures. Seuls les résultats complets concernant la répartition des rendements de captures
numériques pour le talus supérieur (de 0 à -12m) permettent cette représentation (figure 10).
Nombre d’individus / 3 séquences tendus à
Tsup de 0 et -12m
0

5

10

15

20

25

30

35

-1

Corégone

-4

Gardon
Perche
Rotengle

-7

-10

Profondeur en mètres

Figure 10: Répartition des effectifs pour 3 séquences au niveau du talus supérieur.

L’examen de la répartition des captures selon la profondeur montre que :
- les poissons, toutes espèces confondues, se répartissent de façon décroissante entre Cmax et Cmin
avant de croitre à nouveau au niveau du talus supérieur (toutes proportions de surface de filets
tendus par pôle gardées).
- Aucun poisson n’a été échantillonné en dessous de 21 mètres.
- les corégones occupent en proportion préférentiellement les zones centrales et médianes entre - 5
et -21 mètres de profondeur confirmant le comportement pélagique de l’espèce. Les effectifs les plus
forts sont localisés entre -13 et -17 mètres en dessous de la thermocline probable comme c’est
souvent le cas.
- les rotengles colonisent les couches superficielles du lac entre la surface et -5 mètres en tout point
de la zone centrale.
- les gardons occupent préférentiellement cette même strate partout en zone centrale avec toutefois
une préférence à Cmax mais sont également échantillonnés jusqu’à -9 mètres dans des quantités
moindres.

20

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

- les perches se tiennent à proximité des gardons partout sauf en Cmax. Elles semblent affecter
particulièrement la zone sublittorale caractérisée par une rupture de pente.

II.1.7 Approche de la structure des populations
Afin d’affiner la vision globale de la structure des différentes populations piscicoles peuplant le lac de
Remoray, les effectifs totaux récoltés entre les 20 et 23 août 2012 via l’application des trois
protocoles d’échantillonnage ont été sommés et sont décrits ci-après espèce par espèce. Les
captures réalisées par la maille de 70 mm sur les araignées verticales sont également comprises sauf
lors des comparaisons avec les résultats des années antérieures.
 Les corégones

Figure 11: Répartition en classes de tailles des échantillons de corégones.

Taille en cm

Le graphique fig.11 montre de fortes proportions d’individus adultes (limite réglementaire de
capture >30 cm) et immatures (20-29 cm), respectivement 54 et 37 %. Il apparait que les effectifs
concernant les juvéniles de l’année 2012 sont limités et quasi inexistant pour la cohorte 2011. La
photographie 2012 de la structure globale de la population de corégone du lac de Remoray présente
donc un déséquilibre important.

Effectif

Les rendements de captures pondéraux concernant le corégone (espèce d’eau froide et exigeante en
oxygène) ont ainsi été diminués de moitié en 20 ans. Parallèlement, les rendements de captures
numériques étant relativement stables, on peut penser logiquement que la population se compose
d’individu de plus petite taille qu’auparavant sans pour autant que ceux-ci soient des juvéniles.
Autrement dit, les grands corégones faisant la réputation halieutique du lac de Remoray semblent
disparaitre si l’on considère l’évolution des résultats strictement liés au protocole filets verticaux
(fig.16).
14
13
12
11
10
9
8
7
6
5
4
3
2
1
0

effectifs F.Verticaux 2012 (n=99)
effectifs F.Verticaux 2003 (n=91)

10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59
Taille (cm)

Figure 12: Histogrammes taille-fréquence comparés de la population de corégones sur le lac de Remoray. Données
issues de l'application du même protocole.

21

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

Considérant la très faible pression de pêche exercée sur le lac de Remoray (limitation à 10 barques
par jour, capture de 8 corégones/jour/pêcheur de plus de 30cm et cota annuel à 200 individus tous
sites de pêche confondus dans le département), il semble que nous puissions éluder prudemment
l’hypothèse d’un déséquilibre lié à l’halieutisme.
Si l’on observe en revanche d’une part la répartition verticale des captures et l’absence de corégone
en dessous de 21 mètres de profondeur pendant la campagne d’échantillonnage fin août 2012, et
d’autre part les teneurs en oxygène dissous d’octobre 2012 inférieures à 4mg/L en deçà de 18 mètres
(§II.1.7), il apparaît que :




Les zones profondes sont apiscicoles suite à la raréfaction progressive de la quantité
d’oxygène dissous disponible.
La limite des 4 mg/L d’O2 nécessaire à minima dans les eaux fréquentées par les corégones a
semble-t-il progressée de 3 mètres vers la surface en un peu plus d’un mois.
Les corégones voient leur espace vital fluctuer au cours des saisons, déstabilisant très de
facto l’équilibre de leur population.

La capacité d’accueil relative à l’oxygénation du lac de Remoray vis-à-vis du corégone se voit
amputée d’un volume important d’un peu plus d’un tiers. La ressource trophique dans cet espace
restreint ne peut ainsi nourrir qu’une partie de la population. Une sélection drastique s’opère donc
inévitablement sur une partie des effectifs.

 Les gardons

Taille en cm

Figure 13: Répartition en classes de tailles des échantillons de gardons.

Le graphique précédent figure 13 montrent une structuration satisfaisante en termes de proportions.
Notons néanmoins l’absence d’individus adultes de tailles comprises entre 22 et 31 cm.
Le déclin des populations de gardons constaté en 2003, espèce aux exigences typologiques
équivalentes à celle du rotengle, paraît se stabiliser.

22

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

 Les rotengles
Malgré sa tendance thermophile marquée, la population de rotengles présente une structure
correctement proportionnée révélatrice d’un ensemble de conditions satisfaisantes offert par le lac
de Remoray permettant le développement de cette espèce.
La population de rotengle, espèce polluo-résistante, continue sa progression.

Taille en cm

Figure 14: Répartition en classes de tailles des échantillons de rotengles.

 Les tanches

Taille en cm

Figure 15: Répartition en classes de tailles des échantillons de tanches.

On pourrait conclure de prime abord à un large déficit des juvéniles et immatures de tanches sur le
lac de Remoray. Dans les faits, ce déficit apparent est très certainement lié à la difficulté
d’échantillonner les jeunes stades. Les juvéniles demeurent en effet tapis dans la végétation
aquatique ou enfouis dans les vases rendant leur délogement délicat et aléatoire.
Il est par ailleurs à considérer le comportement de fuite exacerbé par une perception sensitive très
développée comme un facteur amenuisant considérablement la capturabilité de cette espèce.

23

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

 Les perches

Effectif

Comme nous l’avons vu précédemment, la perche entame un déclin prononcé et inquiétant tant en
terme de rendements numériques que pondéraux.
340

N= 1132

320

effectifs F.CEN

300
effectifs PE

280
260

effectifs F.Verticaux

240
220
200
180
160

140
120
100

80
60
40

20

1

0
5

10

15

2

2

3

3
20

1

2
25

2

1

3

1

2
30

35

1
40

1
45

Taille en cm

Figure 16: Répartition en classes de tailles des échantillons de perches.

La structure de la population de perches du lac de Remoray à l’été 2012 dénote un potentiel de
reproduction très important au regard des effectifs de juvéniles échantillonnés et la proportion qu’ils
représentent au sein de la population globale. Ceci étant dit, la survie de ces juvéniles semble remise
en question puisque les effectifs d’individus de tailles supérieures à 6-7 cm chute drastiquement. Le
nombre d’adultes capturés est d’autant plus faible si l’on considère l’effort d’échantillonnage pluriprotocolaire relativement conséquent.
 Les brochets
A l’instar des campagnes de 1991 et de 2003, le brochet ne semble toujours pas suffisamment
représenté pour être significativement capturé.

Figure 17: Répartition en classes de tailles des échantillons de brochets.

Taille en cm

Les juvéniles de l’année et ceux l’année précédente sont représentés dans des quantités très
modestes. Cette observation est transposable pour les cohortes suivantes ce qui semble indiquer une
certaine récurrence de la perturbation frappant les brochets après leur première année de vie. Enfin,
les résultats de pêche électrique, technique de captures active, font état d’une densité de 15
individus/1000 m2. A titre de comparaison les estimations sur Saint-Point se montent à 13
individus/1000 m2

24

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

II.2 Résultats hivernaux et interprétations
II.2.1 Suivi de l’oxygène dissous

La figure 18 suivante présente l’évolution des teneurs en oxygène dissous le long de la colonne d’eau
au point de plus grande profondeur.
O2 (mg/l)
0

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

0

-5

-10

C1 3 octobre 2012
-15

C617 décembre2012

C4 4 décembre 2012

-20

C220 novembre 2012

Profondeur (m)

C327 novembre 2012
-25

-30

C511 décembre 2012

-35

Figure 18: Evolution des conditions d'oxygénation de la colonne d'eau entre le 3 octobre et le 17 décembre 2012 sur le lac
de Remoray.

La bascule automnale a eu lieu entre le 27 novembre et le 4 décembre 2012 entraînant notamment
l’homogénéisation des concentrations en oxygène dissous entre la surface et le fond du lac. Ce
phénomène est lié aux conditions de température régnant à cette période. Les strates superficielles
subissent un refroidissement progressif jusqu’à environ 4°C, température à laquelle l’eau est à son
maximum de densité, et coulent schématiquement vers le fond.
Signalons dès à présent que la ré-oxygénation de l’hypolimnion coïncide avec le début de la période
significative de reproduction des corégones, plus particulièrement dans les zones profondes. On peut
ainsi penser que les corégones « attendent » que les conditions soient optimales dans les
profondeurs privilégiées pour se reproduire. A ce titre, FLUCHTER (1980) signale que l’embryon de
corégone manque généralement d’oxygène dès que la concentration de ce gaz passe sous le seuil des
8 mg/L.

25

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

II.2.2 Caractéristiques de l’effort de pêche
Les investigations hivernales ont eu lieu sur 8 sessions entre le 19 novembre 2012 et le 14 janvier
2013. La figure et le tableau suivants présentent la répartition et les caractéristiques de l’effort de
pêche. Les données utilisées par la suite seront principalement les données brutes issues des 8
sessions de prospection.
Filets Verticaux littoraux
Filets CEN benthiques

Figure 19: Spatialisation de l'effort de pêche relatif aux investigations hivernales sur le lac de Remoray.

S1

Tableau 8: Caractéristiques de l'effort de pêche hivernale.
FILETS VERTICAUX zone littorale
S2
S3
S4
S5
S6
S7

S8

Pôle

19/11/2012 27/11/2012 03/12/2012 10/12/2012 17/12/2012 27/12/2012 07/01/2013 14/01/2013

L aff
L eff
L fnm
L fno
L ggr
L hhf
L hld
L hle
L hyf
Lhyi

Surf.de filet m2
68
68
28
40
40
28
40
14
14
60
40
14
14
40
40
28
40
40

TOTAL

54
20
60
14
28
40
40
40
20
40

42
40
40
40
40
40
40
28
40
14

40
40
40
40
14
40
40
14
28
40

356

364

336

S1

S2

324

332

TOTAL

80
14
40
28
28
60
14
40
40

100
28
40
28
14
14
40
14
60

40
40
40
28
-

Surf.de filet m2
492
210
328
244
226
248
228
204
88
274

344

338

148

2542

FILETS CEN BENTHIQUES suivi reproduction corégones
S3
S4
S5
S6
S7

S8
TOTAL
Profondeur
19/11/2012 27/11/2012 03/12/2012 10/12/2012 17/12/2012 27/12/2012 07/01/2013 14/01/2013
de pose
Surf.de filet m2
Surf.de filet m2
0-3
45
45
45
45
45
45
45
45
360
3-6
45
45
45
45
45
45
45
45
360
6-12
45
45
45
45
45
45
45
45
360
12-20
45
45
45
45
45
45
45
45
360
20-28
45
45
45
45
45
45
45
45
360

II.2.2TOTAL
Fréquentation
des
habitats
littoraux
225
225
225
225

225

225

225

225

1800

26

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

Nombre d'individus capturés

Les investigations piscicoles hivernales n’ont pas permis de contacter d’espèce nouvelle. Toutes
celles échantillonnées à l’été 2012 ont été capturées.
9

L aff

L eff
8

L fnm

L fno
7

L ggr

L hhf

6

L hld

L hle

5

L hyf

Lhyi

4

3

2

1

brochet
corégone
gardon
perche
rotengle
tanche
brochet
corégone
gardon
perche
rotengle
tanche
brochet
corégone
gardon
perche
rotengle
tanche
brochet
corégone
gardon
perche
rotengle
tanche
brochet
corégone
gardon
perche
rotengle
tanche
brochet
corégone
gardon
perche
rotengle
tanche
brochet
corégone
gardon
perche
rotengle
tanche
brochet
corégone
gardon
perche
rotengle
tanche

0

S1 (19/11/2012)

S2 (27/11/2012)

S3 (03/12/2012)

S4 (10/12/2012)

S5 (17/12/2012)

S6 (27/12/2012)

S7 (07/01/2013)

S8 (14/01/2013)

Figure 20: Evolution des captures selon la période d'échantillonnage et le pôle prospecté par araignées verticales.

Nombre d'individus

Hormis sur la dernière session (S8) où la zone littorale commençait à prendre en glace, fait ne
permettant pas une prospection optimale, entre 3 et 6 espèces ont été capturées lors de chaque
session.
Il est intéressant de noter la capture de corégones dans des pôles d’ordinaire non fréquentés par
cette espèce, hélophytes et hydrophytes notamment. Un état physiologique pré-frai explique
probablement ce comportement. Les seuls rotengles ont été systématiquement capturés à chacune
des sessions hivernales.
9

L aff
L eff
L fnm
L fno
L ggr
L hhf
L hld
L hle
L hyf
Lhyi

8
7
6
5
4
3
2
1

S1
S2
S3
S4
S5
S6
S7
S8
S1
S2
S3
S4
S5
S6
S7
S8
S1
S2
S3
S4
S5
S6
S7
S8
S1
S2
S3
S4
S5
S6
S7
S8
S1
S2
S3
S4
S5
S6
S7
S8
S1
S2
S3
S4
S5
S6
S7
S8

0
Brochet

Corégone

Gardon

Perche

Rotengle

Tanche

Figure 21: Répartition des captures par espèces selon la période et le pôle littorale prospecté par araignées verticales.

27

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

II.2.3 Suivi de la reproduction des corégones

Pour une bonne compréhension des figures et commentaires qui suivront, il est utile de définir au
préalable le vocabulaire employé.
Femelle mature = femelle dont les œufs sont expulsables par pressage soutenu.
Femelle mure = femelle qui expulse ses œufs au moindre pressage.
Femelle immature = femelle qui ne se reproduira pas durant cette campagne.
Mâle mature = mâle dont le sperme est expulsable par pressage soutenu.
Male spermiant = mâle qui expulse son sperme au moindre pressage.
Mâle immature= mâle qui ne se reproduira pas durant cette campagne.
Mâles/femelles reproduit (-e)s = individus ayant effectivement frayé.

Nombre d'individus capturés

La figure suivante permet de suivre l’évolution temporelle de la fréquentation des secteurs
échantillonnés sur le lac de Remoray par les différents écostades de corégones.
35
S1 (19/11/2012)

S2 (27/11/2012)

30

S3 (03/12/2012)
S4 (10/12/2012)

S5 (17/12/2012)

25

S6 (27/12/2012)
S7 (07/01/2013)

S8 (14/01/2013)

20

15

10

5

0
Juvéniles

immatures

matures

mures

Femelles

reproduites

immatures

matures

spermiants

reproduits

Mâles

Figure 22: Evolution temporelle des captures des différents écostades échantillonnés sur le lac de Remoray à l’aide
d’araignées verticales et de filets CEN.

Les individus matures semblent se mettre à la recherche de sites de reproduction dès la minovembre. Rappelons que la pêche de ce poisson est interdite par ARP après le 1er novembre. Les
captures de femelles mures et de mâles spermiants intervient à la toute fin novembre dans des
proportions similaires. Sur les sites prospectés, les femelles aptes à la reproduction sont présentes
sur 3 semaines alors que les mâles reproducteurs le sont sur une période plus longue (6 semaines).
Les seuls adultes reproduits capturés, des mâles, apparaissent dans les captures dès fin décembre. La
période de reproduction semble se dérouler principalement sur les 3 premières semaine de
décembre.

28

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

Nombre brute d'individus capturés

La figure suivante présente le nombre de captures brutes, femelles mures et mâles spermiants
uniquement, selon la profondeur et le substrat prospectés. Elle permet notamment d’observer
l’évolution temporelle de la fréquentation des couples substrat-profondeur.
9

S1 (19/11/2012)
S2 (27/11/2012)

8

S3 (03/12/2012)
7

S4 (10/12/2012)

S5 (17/12/2012)
6

S6 (27/12/2012)

S7 (07/01/2013)

5

S8 (14/01/2013)

4
3

2
1

fonds nus

fonds nus

fonds nus

fonds nus

0-3

Galets-graviers

Hydrophytes

Hélophytes

Galets-graviers

Fonds nus organiques

Fonds nus minéraux

Afférences

Efférences

0

0-3

3-6

6-12

12-20

20-28

F.Verticaux

F.CEN

Figure 23: Evolution temporelle de la fréquentation des couples substrats-profondeurs prospectés par les individus mures
et spermiants.

On observe que la fréquentation des zones peu profondes par des corégones se reproduisant,
quelque soit le substrat considéré, semble n’être que très limité dans le temps : 2 semaines
globalement pour les profondeurs comprises entre 0 et 3 mètres ; jusqu’à 5 semaine sur les sites
profonds.

nombre d'individus

La répartion mâles/femelles des captures sur le transect prospectés au cours des différentes sessions
de suivi est présentée ci-dessous.
20
sexe ratio global femelle/mâle = 1/4.8
18
Femelles
16

Mâles

14
12
10
8
6
4
2
0

19/11

27/11

03/12

10/12

17/12

27/12

07/01

14/01

Figure 24: Evolution des captures d'individus reproducteurs de l’hiver 2012-2013 et répartition par sexe (F.CEN).

29

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

Le sexe ratio moyen sur la période d’échantillonnage est de 1 femelle pour 4.8 mâles. Ce sexe ratio
est néanmoins variable selon la session considérée. Les femelles semblent fréquenter les zones de
fraies plus précocement que les mâles. Remarquons qu’aucun individu reproducteur femelle n’a été
échantillonné après le 17 décembre 2012 (session 5) sur les sites prospectés.

9

mâles/1000 m2 de F.Verticaux ou de F.CEN

8

femelles/1000 m2 de F.Verticaux ou de F.CEN

7
6
5
4
3
2
1

F.Verticaux

fonds nus

fonds nus

fonds nus

fonds nus

Hydrophytes

Hélophytes

Galets-graviers

0-3

Galets-graviers

Fonds nus organiques

Fonds nus minéraux

Efférences

0

Afférences

Nombre d'individus capturés/1000m2

Si l’on considère les captures réalisées en zone littorale par les araignées verticales disposées en
suivant une logique habitationnelle (fig.25), il apparait que les afférences semblent les plus
attractives pour les géniteurs.

0-3

3-6

6-12

12-20

20-28

F.CEN

Figure 25: Mise en relation entre le nombre de géniteurs de corégones capturés, la profondeur de capture et le substrat
associé sur le lac de Remoray. Les rendements sont calculés pour 1000 m2 de filets Verticaux d’une part et pour 1000
m2 de filets CEN d’autre part. Ces deux types de filets n’ayant pas les mêmes caractéristiques, leurs rendements ne sont
donc pas comparables.

Parmi les prises réalisées au moyen de filets CEN réparties selon des profondeurs variables, plus de
50% des captures ont été réalisées entre 6 et 20 mètres de profondeur, l’effort d’échantillonnage par
strate étant par ailleurs le même.

30

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

II.3 Caractérisation scalimétrique de la population de corégones
Les prélèvements d’écailles ont au total porté sur 66 corégones. Quatre écailles ont été
systématiquement montées pour lecture portant le nombre total d’écailles lues à 264. La lecture n’a
pas été possible pour 9 individus.
La date anniversaire relative aux différentes cohortes a été comptée par rapport au premier hiver
comme c’est généralement le cas et à partir de la date d’éclosion estimée. Les différentes dates
prises en compte ont été les suivantes :




La date de ponte moyenne estimée à partir des informations issues du suivi de la
reproduction des corégones précisée précédemment et notamment du pic de reproduction
observé. La date retenue est fixée au 15 décembre. Nous partirons du principe que cette
date est la même chaque année, ce qui semble être le cas à ± 5 jours selon les témoignages
recueillis.
La date d’éclosion calculée à partir de la durée d’incubation moyenne des œufs annoncés
par SPILLMANN (1961) soit 190° jour et du suivi thermique hivernal réalisé par nos soins.

La date d’émergence des corégones intervient ainsi en moyenne le 1er février de chaque année.
0+

Ponte au 15
décembre
année N-1

éclosion
1er février
année N

1+

1er février N+1

2+

1er février N+2

3+

1er février N+3

4+

1er février N+4

1er février N+5

Figure 26: Synopsis estimé de l'évolution en âge des corégones de Remoray.

Les prélèvements ayant été réalisés avant la date anniversaire de chacune des cohortes, nous
garderons à l’esprit que les classes d’âge annoncées sont strictement basées sur le schéma
précédent. Clairement, les individus nés en février 2012 sont noté 0+ mais sont dans les faits plus
proches de la classe d’âge 1+ puisque l’échantillonnage à été réalisé entre décembre 2012 et janvier
2013, et ainsi de suite pour les cohortes précédentes.
Tableau 9: Récapitulatif des résultats de scalimétrie sur les corégones de Remoray.

Nombre de corégone
Taille moyenne (mm)
Min
Max
Taille médiane (mm)

0+
1
78
-

1+
7
161
155
180
158

Classe d'âge estimée
2+
3+
21
18
319
384
263
287
365
495
327
373

4+
8
453
389
560
436

5+
2
480
460
501
480

Un seul juvénile de l’année (0+) a été échantillonné par les filets benthiques, résultat assez logique
puisque ce n’est pas cette tranche d’âge qui était visée par les investigations hivernales. La très large
majorité des corégones échantillonnés présente une taille supérieure à 15 cm.

31

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

Par ailleurs, on peut constater la grande variabilité dans la croissance des corégones issus d’une
même cohorte.
77% de corégones prélevés présentaient une taille supérieure ou égale à la limite réglementaire de
capture (30cm). Cette taille réglementaire issue de la loi pêche a été fixée, quoi que l’on puisse en
penser, selon le raisonnement suivant : un individu peut être prélevé s’il s’est reproduit au moins une
fois. Si l’on croise cette taille règlementaire avec la maturité observé des corégones prélevés et
autopsiés, on obtient le tableau suivant.
Tableau 10: Age estimée et maturité sexuelle des corégones de Remoray.

Age estimée
1+
2+
3+
4+
5+

< 30 cm
Immatures
Matures
100%
10%
14%
5%
-

> 30 cm
Immatures Matures
76%
95%
100%
100%

Taille en mm

Si l’on considère le jeu de données disponible, on peut constater que la règlementation vis-à-vis de la
taille de capture appliquée sur le lac de Remoray est relativement cohérente avec l’objectif formulé
par la loi. En effet, tous les poissons capturés à l’hiver 2012-2013 et supérieur à 30 cm sont matures.
La maturité sexuelle a lieu en fin de seconde année pour les 2/3 des corégones. 100% des individus
d’une même cohorte se reproduisent en fin de quatrième année.
La figure suivante propose une courbe de croissance établie en fonction du nombre de jours après
l’éclosion. Ce graphique permet d’évaluer indirectement l’âge d’un corégone de Remoray d’après sa
taille.
600

Taille = -0.0001(nb jours après éclosion)2 + 0.5286(nb jours après éclosion) - 121.14
R² = 0.7925

500

400

300

200

100

0

0

500

0+

1+

1000

2+

1500

3+

2000
2500
Nombre de jours après éclosion
4+

5+

6+
Age estimé

Figure 27: Courbe de croissance des corégones du lac de Remoray.

32

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

II.4 Aspects morphologiques et habitationnels
 Aperçu de l’état de conservation de la végétation aquatique
Malgré l’état de conservation de la végétation aquatique jugé bon, l’étude de la flore et de la
végétation du lac de Remoray (CBFC, 2007) met en avant le développement de Chara contraria
pouvant être le symptôme d’une eutrophisation localisée ou de l’utilisation de substances
phytocides. Cette étude montre également l’appauvrissement et la banalisation de la végétation
aquatique de la Taverne, ce dernier phénomène pouvant partiellement expliquer les mauvais
rendements de captures obtenus sur ce pôle.
 Evolution morphologique et habitationnelle du lac de Remoray

Proportions de la superficie littorale

Le graphique suivant présente l’évolution des surfaces relatives de chaque pôle littoral entre le début
des années 90 et 2012.

60
1990

50

2004
2012

40

30

20

10

Habitats minéraux

Habitats végétaux

Habitats d'eaux
courantes

Fonds nus organiques (fno)

Efférence (eff)

Afférences (aff)

Hydrophytes immergés (hyi)

Hydrophytes flottants (hyf)

Hélophytes et Hydrophytes (hhf)

Hélophytes épars (hle)

Hélophytes denses (hld)

Fonds nus minéraux (fnm)

Graviers (gra)

0

autres

Figure 28: Évolution spatio-temporelle des pôles littoraux du lac de Remoray.

Globalement la tendance évolutive des habitats est à la stabilité sur le lac de Remoray. Nous
noterons néanmoins une certaine régression des hydrophytes flottants (nénuphars, potamots) et
l’augmentation des hydrophytes immergés (groupement à hippuris notamment).
Une tendance au colmatage des substrats de bordure est toutefois observée. La limitation des
variations naturelles de niveau du lac, régulé indirectement par le barrage de Oye-et-Pallet
matérialisant l’exutoire du lac de Saint-Point, est potentiellement une des causes de ce phénomène.

33

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

Cette stabilité permet le développement des ceintures végétales rivulaires, notamment
hélophytiques.
Les zones de reproduction, entre autre du brochet, sont largement représentées (marais, végétation
aquatique).

Naturelles
Artificielles

Le lac de Remoray apparaît
globalement bien conservé au
niveau de sa morphologie. Une
zone de baignade et une
d’habitation
privée
ont
toutefois été aménagées sur
son versant Est (fig.29 cicontre). Ce secteur représente
tout de même près de 20 % du
linéaire de berges.

Figure 29: Dégré d'artificialisation des rives
du lac de Remoray.

Plus
en
détails,
cette
artificialisation des berges n’est
1958
que
la
conséquence
de
2006
l’exploitation d’un ancien site
d’extraction de granulats mis en
place dans les années 70. Cette
zone constitue aujourd’hui un
plan d’eau annexe mais faisait
originellement
partie
quasi
intégralement du lac de Remoray
si l’on se réfère aux clichés
aériens de 1958. Le lac a été
amputée à l’époque de près de 9
% de sa surface et d’environ 100
mètres de berges. On peut
également ajouter l’assèchement Figure 30: Contour historique et actuel du lac de Remoray (orthophotos de 1958
et 2006).
partiel de 10 hectares de zones
humides fonctionnelles associées.
Si l’on replace ces événements dans le contexte de l’époque, il est à mettre en relation
l’augmentation de la surface en eau avec la gestion du barrage de Oye-et-Pallet. Le lac de Saint-Point
était néanmoins en 1958 « contenu » dans ses berges de l’époque et le marais interlac n’était pas
submergé. Ceci laisse suggérer la véracité des propos tenus plus haut relatifs à la figure 30.

34

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

Enfin les afférences du lac, le complexe Drésine-Vurpillère-ruisseau de Remoray et le ruisseau du
Lhaut, ont fait l’objet de profondes rectifications au niveau du marais et de leurs confluences avec le
lac. Aujourd’hui, chacun de ces ruisseaux a été restaurés morphologiquement et de façon optimale
sur ces secteurs. Néanmoins, la restauration des habitats aquatiques et de la continuité piscicole n’a
pas été réalisée sur l’amont de ces ruisseaux, notamment sur la Drésine et le ruisseau de Remoray.
Les processus d’autoépuration ne sont donc pas efficients sur ces secteurs. Nous serons amenés à en
parler au paragraphe suivant.

II.5 Synthèse et perspectives
Le lac de Remoray souffre d’un mal profond et chronique mis en lumière depuis que les premières
études se sont attachées à évaluer et suivre son état de santé.
Bien que de nombreux efforts aient été consentis par la collectivité, notamment en matière
d’assainissement des eaux usées domestiques et de stockage des résidus issus de l’élevage bovin,
force est de constater que les effets sur l’oxygénation, liée à la dégradation de la matière organique
du lac de Remoray, tardent à ce faire ressentir. Alors que cette hystérèse apparente n’a pas eu lieu
sur les lacs du Bourget ou d’Annecy, conséquemment à des travaux similaires afin de réduire
substantiellement les apports de nutriments vers ces grands lacs alpins, celui de Remoray semble en
proie à ce phénomène préoccupant.
A en juger par les développements algaux importants à toutes saisons, aux confluences de la Drésine
et du Lhaut dans une moindre mesure, des apports de nutriments vers le lac semblent toujours
problématiques. Aucune tergiversation n’est possible à ce niveau : soit les pratiques d’épandages
agricoles sont inadaptées à la situation du bassin versant du lac de Remoray, soit les raccordements
aux systèmes d’épurations ont été mal établis. Il est enfin possible que l’épuration ne soit pas
optimale.
Une hypothèse, relative à la présence de substances toxiques, a été avancée pour expliquer une
possible inhibition des processus de transferts trophiques sans pour autant être vérifiée avec
certitude, ni par le passé ni suite à la présente étude. Les protocoles employés, tant lors des
échantillonnages (prélèvement au point de plus grande profondeur) que des analyses (types multirésidus), sont réellement inadaptés à rechercher des produits probablement non spatialement
répartis de façon homogène, présents à très faibles concentrations et produisant des effets délétères
dès celles-ci. A ce titre, des recherches spécifiques doivent être mise en œuvre afin de cesser
d’éluder indéfiniment cette question. Il est par exemple difficilement imaginable que l’ancienne
décharge de Remoray, léchée allègrement et continuellement par le ruisseau du même nom et
affluent indirect du lac, ne libère pas ponctuellement certaines substances indésirables. De même
que le fonctionnement de la scierie de Boujeons, aujourd’hui en inactivité, n’ait pas pendant
plusieurs décennie contribué à alimenter le lac en pesticides alors que la Drésine subissait les salves à
répétitions de cyperméthrine et propiconazole (GOGUILLY, 2000). Il est possible qu’encore
aujourd’hui, les résidus de ces substances soient piégés dans les sols alentours et relargués
ponctuellement.
Par ailleurs, les nombreux travaux de restauration des affluents du lac de Remoray dans le marais des
Vurpillières et la tourbière du Crossat, habillement engagés depuis cette dernière trentaine d’années
par la RNN de Remoray, semblent porter leurs fruits.

35

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

Leurs cours en amont, hors Réserve, n’ont néanmoins fait l’objet d’aucune réhabilitation privant ainsi
la plus large partie de leurs linéaires d’un fonctionnement optimal et grevant d’autant les capacités
de régénération des secteurs réhabilités. Pourtant le Lhaut, le ruisseau de Remoray et la Drésine
présentent des secteurs morphologiquement perturbés sur lesquels il serait nécessaire d’intervenir.
Pour illustrer ces propos, le ruisseau
de la Drésine a fait l’objet d’une
restauration morphologique sur
15% de son linéaire aval, les 85% en
amont et l’un de ses affluents
principaux, le ruisseau des Petits
Biefs, sont restés dans un état
dégradé,
conséquence
de
l’utilisation passée des terrains
riverains et de la force hydraulique
laissant aujourd’hui de nombreux
stigmates:
drainage,
érosion,
incision, mises sous terre et seuils,
absence de ripisylve, ou encore
assèchements précoces. On trouve
Figure 31: Seuil infranchissable du Franois sur la Drésine située à 2,5 km en
par exemple plusieurs obstacles à la
amont du lac de Remoray.
libre circulation des poissons
interdisant strictement l’accès à de potentielles truites lacustres à la recherche de leurs zones de
frayères privilégiées. Il est néanmoins certains qu’actuellement les zones favorables de reproduction
ne sont pas légions sur les secteurs en amont.

Figure 32: Illustrations photographiques de secteurs de la Drésine amont (clichés André Rousselet).

Il parait évident à la vue de la figure 32 qu’avec de telles configurations morphologiques limitantes, le
ruisseau de la Drésine ne peut fonctionner de manière optimale. Ce constat amène une question :
comment peut-on espérer que le lac de Remoray retrouve un bon état écologique général alors que
les eaux affluentes s’écoulent au préalable au milieu d’un tel chaos aquatique?
Même s’il est à saluer le travail mené sur le marais des Vurpillières et les complexes tourbeux
associés afin de rétablir un fonctionnement hydrique optimal, il semble toutefois urgent d’engager
des projets complémentaires notamment en termes de restauration physique des affluents sur leurs
cours hors Réserve Naturelle.

36

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

Enfin, les difficultés d’interprétation des données sont effectives. Le pas de temps importants entre
chaque campagne de mesures, la disparité et la difficulté de comparaison des protocoles utilisés
(physico-chimie, poissons) sont autant de freins majeurs à l’évaluation fiable de l’état de santé du lac
et à l’appréciation de l’efficacité des programmes curatifs mis en œuvre.

37

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

PARTIE III
LE LAC DE SAINT-POINT

38

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

III.1 Résultats estivaux, interprétations et tendances évolutives
III.1.1 Physico-chimie classique en fin de stratification estivale

 Température et Oxygène dissous

Oxygène dissous (mg/l) le 12/09/12 et le 03/10/12
Température (°C) le 12/09/12 et le 03/10/12
0

1

2

3

4

5

6

7

8

9 10 11 12 13 14 15 16 17 18

0

-6

-12

-18

-24

-30

Profonderu (m)

-36

-42

A l’instar du lac de Remoray,
celui de Saint-Point est
toujours structuré en ce tout
début d’automne 2012.
La thermocline se situe entre
-11 et -15 mètres. Elle est
nette au mois de septembre
mais déjà plus difficilement
perceptible un mois plus tard.
Les
strates
superficielles
entrent
en
phase
de
refroidissement
automnal
initiant dès le mois d’octobre
la première bascule propre au
cycle holomictique-dimictique
de second ordre.
La raréfaction de l’oxygène
dissous s’opère anormalement
avec la profondeur. Les
valeurs sont supérieures à 4
mg/l entre la surface et les
environs de -31 mètres.
Début
octobre,
la
concentration en oxygène
dissous est de 3 mg/L à 40
mètres de profondeur. Un
mois plus tôt elle n’atteignait
que 1,5 mg/L à la même
profondeur.

Figure 33: Profil thermique et valeurs d'oxygène dissous le 12 septembre 2012
(AERMC, 2012) et le 3 octobre 2012.

39

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

 Les différentes formes de l’azote et du phosphore
Tableau 11: Teneurs en matières nutrimentielles dissoutes mesurées le 12/09/2012 et le 03/10/2012 sur le lac de
Saint-Point.

12/09/2012 (suivi DCE)
Surface (intégré)
Fond
<0.05
0.13
0.03
0.03
1.3
2.2
<1
<1

Ammonium
Nitrites
Nitrates
Nk
Phosphates
Phosphore

<0.015
0.02

surface
<0.01
0.026
1.9
<1

<0.015
0.025

<0.02
<0.02

03/10/2012
-4
-12
0.02
<0.01
0.024
0.014
2.2
2.7
2.4
1

fond
<0.01
0.018
2.6
1

<0.02
<0.02

<0.02
<0.02

<0.02
<0.02

unités
mg/L
mg/L
mg/L
mg/L
mg/L
mg/L

Toutes les formes de l’azote minéral sont présentes au fond du lac au mois de septembre. Ce n’est
plus le cas au mois d’octobre, probablement suite à la ré-oxygénation relative des fonds.
Les seuils de détection ne permettent pas de révéler la présence de phosphates. Les teneurs en
phosphore total sont limitées en septembre et non décelable en octobre.

 Evolution des conditions physico-chimiques
Oxygène dissous (mg/l)
0

1

2

3

4

5

6

7

8

9

-5

-11

28/09/1976
-17

06/10/1977

10

Aucune désoxygénation totale des fonds ne
semble être intervenue depuis 1992.
Signalons toutefois que les mesures
effectuées en 1976 et 1977 n’ont pas été
effectuées jusqu’au fond. Elles se sont
cantonnées
respectivement
à
des
profondeurs de 20 mètres (4mg/L) et 30
mètres (4,1mg/L).
Le profil de 2012 se rapproche de celui
observé en 1992.

fin d'été 1992
08/2001
-23

07/09/2009

12/09/2012
limite corégone:

Profondeur (m)

-29

-35

-41

-20 m en 1976
-30 m en 1977
-30 m en 1992
-13 m en 2001
-10 m en 2009
-30 m en 2012

Nous remarquerons que l’année 2009
présente l’année la plus contraignante pour
les corégones. En effet la valeur minimale
d’oxygène acceptable pour cette espèce (> 4
mg/L) a été atteinte 10 mètres seulement
sous la surface du lac en fin d’été.

Figure 34: Evolution pluriannuelle des teneurs en oxygène
dissous en fonction de la profondeur.

40

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

Tableau 12: Evolution des différentes formes de l'azote présentes dans le lac de Saint-Point.

Ammonium
Nitrites
Nitrates
Nk

Ammonium
Nitrites
Nitrates
Nk

1976

1978

0.1
0.03
1.8

0.03
0.02
1.6

1976

1978

0.04
0.01
3.1

0.02
0.01
2

SURFACE
1992

FOND
1992
0.12
3.6

2009 (intégré) 2012 (intégré)
<0.05
0.03
1.8
<1

<0.05
0.03
1.3
<1

2009

2012

<0.05
0.03
3.2
<1

0.13
0.03
2.2
<1

Dans une mesure moindre que sur Remoray et même si aucune désoxygénation totale des fonds n’a
été observée d’après les données de monitoring disponibles, il semble que le blocage de la
minéralisation soit toujours d’actualité à certaines périodes sur le lac de Saint-Point.
Le relargage du phosphore contenu dans les sédiments (3 g/kg MS en 2009 et 2.9 g/kg MS en 2012 ;
AERMC) semble par ailleurs limité. Ce fait conforte l’hypothèse de périodes de désoxygénation totale
assez courtes dans le temps si elles existent.

Tableau 13: Evolution des phosphates et du phosphore total présents dans le lac de Saint-Point.

Phosphates
Phosphore

1976

SURFACE
1978
1992

0.01

<0.01

1976
Phosphates
Phosphore

1978
0.11

FOND
1992

2009 (intégré) 2012 (intégré)
<0.015
0.025

<0.015
0.02

2009

2012

0.018
0.037

<0.015
0.025

 Suivi thermique
Les sondes enregistreuses de température ont été disposées à -7 et -32 mètres entre le 11 juillet
2011 et le 3 février 2013, soient 573 jours de suivi au total. Le pas de mesure a été fixé à 30 minutes.
L’objectif de ce suivi est dans un premier temps purement descriptif. En effet, hormis un suivi
thermique réalisé par l’ONEMA en 2001-2002 en surface, aucun autre n’a été réalisé sur le long
terme permettant de dégager les principales tendances évolutives du métabolisme thermique du lac
de Saint-Point. C’est fort de ce constat que la Fédération de Pêche disposera dans le lac de SaintPoint un train de sondes dès 2015 afin de suivre sur le long terme ce paramètre important que
constitue la température (un suivi équivalent devrait être mis en place sur Remoray par la Réserve et
l’Université de Franche-Comté).

41

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

22

-7 mètres

20
18

Température (°C)

16
14
12
10
8
6
4

2

Température (°C)

0

9

-32 mètres

8
7
6
5
4
3
2
1
0

Figure 35: Profil thermique du lac de Saint-Point à 7 et 32 mètres de profondeur (du 11/07/11 au 03/02/13).

Tableau 14: Principales valeurs remarquables arrondies issues du suivi thermique entre 2011 et 2013 du lac de Saint-Point.

Minimum

de 07/2011 au
02/2013

profondeur -7m
Amplitude
pluriMaximum
journalière
max

2.3°C

19.6°C

(11/02/2012)

(17/07/2011)

2011 (partielle)

4.2°C

19.6°C

2012

2.3°C

18.6°C

8.15°C

été 2011
(de 07/2011 à 10/2011)

été 2012
(de 07/2012 à 10/2012)

hiver 2011
(de 10/2011 à 02/2012)

hiver 2012
(de 10/2012 à 02/2013)

Amplitude
journalière
max

Minimum

profondeur -32m
Amplitude
pluriMaximum
journalière
max

Amplitude
journalière
max

9.8°C

2.8°C

8.45°C

(17/07/2011)

(04/02/2012)

(03/11/2012)

15.3°C

9.8°C

4.25°C

8.45°C

2.2°C

1.1°C

16.3°C

7.9°C

2.8°C

6.4°C

5.6°C

1.55°C

19.6°C

11.4°C

9.8°C

4.8°C

5.25°C

0.4°C

0.1°C

10.1°C

18.6°C

8.55°C

7°C

6.25°C

6.8°C

0.55°C

0.4°C

3.1°C

16.2°C

13.15°C

3.9°C

3.25°C

6.4°C

3.2°C

1.1°C

2.6°C

13.25°C

16.3°C

1.6°C

2.85°C

8.45°C

5.6°C

1.45°C

17.3°C

5.65°C

1.1°C
(05/12/2011)

Globalement, l’année 2012 a été plus fraîche que l’année 2011. Ce rafraîchissement est visible à -7
mètres comme à -32 mètres avec toutefois des variations moins marquées en profondeur. Les
amplitudes maximales étant par ailleurs nettement moins importantes en profondeur qu’en surface.

42

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

III.1.2 Cartographie des pôles d’attraction et caractéristiques de l’effort de pêche

Figure 36: Cartographie des pôles d'attraction présents sur le lac de Saint-Point.

43

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

La carte présentée précédemment figure 36 fait état de 9 pôles d’attraction littoraux.
L’effort de pêche déployé lors des prospections estivales sur le lac de Saint-Point a donc été le
suivant.
Tableau 15: Description de l'effort de pêche appliqué sur la campagne estivale effectuée à l'aide de filets verticaux sur
le lac de Saint-Point.

Zone
Centrale
Sublittorale

Littorale

Pôle
C max
C med
C min
T sup
T inf
L aff
L blo
L eff
L fnm
L hhf
L hld
L hle
L hyf
L hyi

TOTAL 14 pôles

Prodondeur
mètres
38-40
31-35
25-27
10-11
5
1-3
1-3
1-3
1-3
1-3
1-3
1-3
1-3
1-3

Jour 1

Jour 2

574
504
392
168
70
42
14
28
14
14
14
28
28
14

Surf.de filet m
574
504
392
168
70
42
28
14
56
28
42
42
28
28

1904

2016

Jour 3
2

TOTAL

560
448
364
154
70
28
14
28
28
42
28
28
28

Surf.de filet m2
1708
1456
1148
490
210
112
56
70
98
42
98
98
84
70

1820

5740

La répartition spatiale de l’effort de pêche des trois protocoles d’investigations ichtyologiques
menées de front sur le lac de Saint-Point est présentée à la figure suivante.
Protocole ECD
Protocole filets verticaux
Protocole CEN

Figure 37: Spatialisation de l'effort de pêche lié à
l'application des 3 protocoles d'inventaires piscicoles
entre le 19 et le 23 août 2012 sur le lac de Saint-Point
(période estivale).

44

Diagnoses piscicoles – lacs de Saint-Point et de Remoray

III.1.3 Diversité piscicole
L’application des protocoles ECD, filets Verticaux et CEN a permis de capturer 8 espèces lors de cette
campagne 2012, soit une de moins qu’en 2002, l’ablette (Alburnus alburnus) néanmoins très
minoritaire lors de la campagne de 2002. La capture de cette espèce étant probablement liée à la
pratique de pêche amateur sur le lac (utilisation de vifs pour la pêche du brochet). L’érosion de la
diversité piscicole semble continuer sa lente progression. Première en lice, la truite lacustre,
probable prochaine espèce sur la liste des disparues. De manière générale, les espèces piscicoles
inféodées aux milieux d’eaux courantes durant une partie de leur cycle biologique ont disparu ou
sont peu représentées (vairons, vandoises, truites de lac, goujons).
Tableau 16:Liste des espèces de poissons capturées dans le lac de Saint-point en 2012 et comparaison avec les listes de
1937,1978 et 1992.
CODE

Nom vernaculaire

Nom latin

Statut de l'espèce

Degrés global d'exigence écologique
de l'espèce

BRO
CHE
COR
GAR
PER
ROT
TAN
TDL

Espèces capturées (2012)
Brochet
Chevesne
Corégone
Gardon
Perche
Rotengle
Tanche
Truite de lac

Esox lucius
Leuciscus cephalus
Coregonus sp.
Rutilus rutilus
Perca fluviatilis
Scadinuis sp.
Tinca tinca
Salmo trutta lacustris

Autochtone
Autochtone
Acclimatée
Autochtone
Autochtone
Autochtone
Autochtone
Autochtone

Moyennement exigeante
Peu exigeante
Exigeante
Peu exigeante
Moyennement exigeante
Très peu exigeante
Moyennement exigeante
Très exigeante

ABL
GOU
SAN
VAI
VAN

Espèces signalées ou capturées antérieurement
Ablette (2002)
Alburnus alburnus
Goujon (1992)
Gobio gobio
Sandre (1978)
Sander lucioperca
Vairon (1937, L. Remoray) Phoxinus phoxinus
Vandoise (1978)
Leuciscus leuciscus

Autochtone
Autochtone
Non acclimatée
Autochtone
Autochtone

Peu exigeante
Exigeante
Moyennement exigeante
Très exigeante en lac
Très exigeante en lac

III.1.4 Rendements de pêche issus du protocole filets verticaux
Les principaux résultats relatifs à l’application du protocole Filet Verticaux sont consignés dans le
tableau suivant.
Tableau 17: Rendements de captures observés à l'aide de filets verticaux sur la campagne estivale de 2012 menée sur le
lac de Saint-Point.
Résultats Bruts
Proportions
Rendements surfaciques
Rendements par séquence Rendements / 10 batteries
numériques pondéraux Numériques (%) Pondéraux (%)
Numériques
Pondéraux
Numériques Pondéraux
Numériques Pondéraux
ind.
gr
%
%
ind/séq
gr/séq
ind/10 batt
gr/10 batt
ind/1000 m 2 de filet gr/1000 m 2 de filet
Brochet
2
71
0.2
0.04
0.3
12.4
0.7
23.7
0.5
16.9
Chevesne
2
2766
0.2
1.6
0.3
481.9
0.7
922.0
0.5
658.6
Corégone
181
91999
21.9
52.3
31.5
16027.7
60.3
30666.3
43.1
21904.5
Gardon
239
4314
29.0
2.5
41.6
751.6
79.7
1438.0
56.9
1027.1
Perche
247
16245
29.9
9.2
43.0
2830.1
82.3
5415.0
58.8
3867.9
Rotengle
145
48944
17.6
27.8
25.3
8526.8
48.3
16314.7
34.5
11653.3
Tanche
8
11094
1.0
6.3
1.4
1932.8
2.7
3698.0
1.9
2641.4
Truite de Lac
1
600
0.1
0.3
0.2
104.5
0.3
200.0
0.2
142.9
Total
825
176 033
100
100
143.7
30 667.8
275
58 677.7
196.4
41 912.6
Espèces

45


Aperçu du document rapport lacs Saint-Point & Remoray sans annexes.pdf - page 1/84
 
rapport lacs Saint-Point & Remoray sans annexes.pdf - page 3/84
rapport lacs Saint-Point & Remoray sans annexes.pdf - page 4/84
rapport lacs Saint-Point & Remoray sans annexes.pdf - page 5/84
rapport lacs Saint-Point & Remoray sans annexes.pdf - page 6/84
 




Télécharger le fichier (PDF)






Documents similaires


rapport lacs saint point remoray sans annexes
etangs federaux
rapportstageimmersiondomice
guide peche 2018
depliant peche aisne 2018
ddt02 201501 03 l d affiche peche 2015 modif

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.263s