portfolio Camille Desoroux 2017 .pdf



Nom original: portfolio Camille Desoroux - 2017.pdf

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Adobe InDesign CS6 (Windows) / Adobe PDF Library 10.0.1, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 28/02/2017 à 15:22, depuis l'adresse IP 37.26.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 625 fois.
Taille du document: 56.4 Mo (32 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


O
I
L
O
PORTF
s
t
e
j
o
r
p
tion de

Sélec

DESOROUX Camille
Tél : 06 66 45 94 13
cams-des@hotmail.fr

14

20
à
9
0
0
de 2

ENSA MARSEILLE
ENSA PARIS VAL-DE-SEINE

sommaire
projets de 2e année
Curriculum Vitae

4

projets de 5e année

Initiation au musée : La lumière

44

Le musée

46

Logements collectifs : le plaisir d’habiter

48

Perspective extérieure

PFE : Une ferme à la Barasse

Plan masse

échelle 1/500ème

8
Perspective intérieure

E

E

E

E

E
E

14

Diagnostic : la végétation de Saint-Loup à la Barasse

E

E

E
E

E

Coupe CC'

échelle 1/200ème

DESOROUX Camille

Exercice n° 3 : LE MUSÉE

L,2 S,1
ENSAPVS

Projet urbain : Densification à Saint-Loup

16

5h

Enseignants :
Dominique PINON
Olivier Madelin

6h

Travaux divers
7h

projets de 4e année
UN PROJET

RE, VILLE ET TERRITOIRE

Jéhanne DELBE,

Gilles SENSINI

ARCHITECTU

DE PLACES

Camille DESOROUX,

Caroline MAURAN,

Kewin TOGNETTI

1

ARCHITECTURE,

VILLE ET TERRITOIRE

UN PROJET
Jéhanne DELBE,

Gilles SENSINI

DE PLACES

Camille DESOROUX,

Kewin TOGNETTI

2

ARCHITECTURE,

VILLE ET TERRITOIRE

UN PROJET
Jéhanne DELBE,

Gilles SENSINI

DE PLACES

Camille DESOROUX,

Caroline MAURAN,

Kewin TOGNETTI

3

A

PLACE
DU MARCHE

PLACE
PUBLIQUE

COURS

B’
SQUARE

quotidien.

B

PLACE...

Projet urbain théorique : un jeu de places

20

P

50%

P

50%

P

45%

55%

29%

Profil_ Allée

71%

29%

14%

piétonne

Profil _ Rue

VOIES
PROFILS DES DIFFERENTES

LA VILLE EST DANS LE PRÉ
Jéhanne DELBE, Camille DESOROUX,

Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI

1

ARCHITECTURE, VILLE ET TERRITOIRE
Gilles SENSINI

LA VILLE EST DANS LE PRÉ
Jéhanne DELBE, Camille DESOROUX,

Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI

Ruelle
Allée piétonne

Avenue
Rue

Légende :

HIERARCHIE DES

Gilles SENSINI

VOIES

2

ARCHITECTURE, VILLE ET TERRITOIRE
Gilles SENSINI

LA PLACE PUBLIQUE

N

... PAR DES BOUCLES...

VOLUMETRIE

Ilots Collectifs

Profil _ Avenue

ARCHITECTURE, VILLE ET TERRITOIRE
Semestre 8

JARDIN

VOLUMETRIE

JARDIN

BATI

PARCELLAIRE

... MISES EN RESEAU...

BATI

PARCELLAIRE

Profil_Ruelle

57%

LA VILLE EST DANS LE PRÉ
Jéhanne DELBE, Camille DESOROUX,

3

Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI

A’

PLAN DE MASSE

PARCELLAIRE

VUE SUR LE COURS

PRISE DE MESURE
S
Etude de l’ensoleil
lement global au
S7-S9 OPTION Ambia
nces Urbaines -

C.DESAUROUX,

Ilots Mixtes

VUE SUR LE PARC

VUE SUR LA PLACE

11h

COMMERCES ET

LA PLACE DU MARCHE
LA PROMENADE SOUS LES PLATANES

Légende :

R+1
R+2

R+3
R+4

R+5
R+6

R+7
R+8

Projet urbain à Miramas : la ville est dans le pré
LA PROMENADE LE LONG DU CANAL

UN PARC APPROPRIABLE POUR LA DÉTENTE

DENSITE DU BATI

Ilots Individuels

& Intermédiaires

SQUARE

VUE D’ENSEMBLE

DU BATI DENSE

COUPE AA’

SUR LA PLACE...

UN PARC APPROPRIABLE POUR LES

LOISIRS

1

VOLUMETRIE ET TYPOLOGIE

N

DIVERSITE DES

56

Art et Paysage : land’art

58

Mémoires de recherche

60

13h

une dem

ie-journée
HEMAOUI, M.JAY
, C.MAURAN

DE SERVICES.

PLACE DU MARCHE

Ambiances urbaines : la place des Moulins
12h

solstice d’hiver sur

V.GRIMA, S.HAC

LE COURS

... EQUIPEES DE

52

10h

projet urbain dans
une portion de
il y a ceconsiste à concevoir
inexistant, mais
Ce travail théorique 300 mètres. Le contexte est
le projet.
par
qui orienteront
un terrain de 300
directives à respecter
pendant certaines
où 50% du bâti
un bout de ville
enjeux
directives de concevoirdes commerces. L’un de nos
serait
Nous avions pour
logement et comet 50% du bâti
serait du logement, urbain assez compact, mélangeant
soient moins
un tissu
afin que les déplacements portion de
était de créer
de mêmes bâtiments, plus courtes. Ainsi, chaque
merces au sein
proximité.
distances effectuées franchisé, de détail ou de
fréquents et les
qu’il soit
de commerces,
ville a son type
ou un boulevard
passer une avenue
avenue
demandé de faire avons décidé d’en faire une
Il était également
: nous
les véhicules peuvent
dans le projet
dans
de 20m de large
piétonne. En effet,
et majoritairement à reléguer tous les stationnements
la
commerçante
afin de rendre
nous avons tenu
à cette avenue,
d’alila parcourir mais
et perpendiculaires
avenue est bordée de
les voiries parallèles et cycliste plus agréable. Cette
piétonnes et créent
promenade piétonne qui protègent les circulations
gnements de platanes
l’ombre en été.
avons réalisé un
centre ville, nous
du lien social
échantillon de
et
un
étant
l’urbanité
Notre projet urbain espaces publics participent de
en implantant
Les
à travers ce projet son identité
projet de places.
avons voulu retranscrire
chacune ayant
; c’est ce que nous
le tissu urbain,
la ville. A
publiques dans
publiques dans
types de places
plusieurs places
détermiil existe plusieurs et supports pour des activités
Nous
propre. En effet,
de construction
du Marché et Square.circule
la fois vides entourés tantôt Grande Place, Place
habite et
on
sont
dont
sur la façon
nées, nos places
dialoguent entre
également questionnés
dont ces derniers
nous sommes
et un point de
ou encore la façon
autour de ces espaces,effet, à la fois un lieu de convergence
en
les flux.
eux. La place est,
partent et viennent
à l’emdivergence, d’où
rues, découpe
accidentel de
événements du
volontaire ou
des
scènes
en
Ilot évidé, élargissement sont le lieu de mises
places
porte-pièce... Les

Semestre 8

UN PROJET DE

Caroline MAURAN,

Séminaire Atlas Métropolitain : les monuments des Bouches-du-Rhône
8h

24

TYPOLOGIES

Logements individuels
Logements intermédiaires

DENSITE VEGETALE

PLACE

Logements collectifs
Commerces en Rdc

1

2

VOLUMETRIE ET TYPOLOGIE

3

PARKING EN SOUS-TERRAIN

Public
Privé
PLACE DU MARCHE

...A UNE VEGETATION

ABONDANTE VERS

LE SQUARE.

N

COUPE BB’

VUE DEPUIS L’ILOT PLATANE
2

PLAN DE MASSE TECHNIQUE
1

3

PRINCIPE DE COMPOSITION DE L’ILOT

PLATANE

COUPE DE PRINCIPE - VUES SUR LA

VÉGÉTATION
2

1

VOLUMETRIE ET TYPOLOGIE
Logements individuels
Logements intermédiaires
Logements collectifs
Commerces en Rdc

COUPE SUR LE PARC
COUPE SUR L’AVENUE

COUPE SUR LE COURS

2

VOLUMETRIE ET TYPOLOGIE

3

PARKING EN SOUS-TERRAIN

Logements collectifs : densification à la Penne-sur-Huveaune
3

Public

PLAN DE MASSE PAYSAGER

Privé

VUE DEPUIS L’ILOT PARC

PRINCIPE DE COMPOSITION DE L’ILOT

PARC

28

projets de 3e année
Centre de technologies de l’image et de l’information : un équipement singulier 34
70 logements sur l’île Saint-Denis

38

2

3

12, rue Louis Plumeré
90 000 BELFORT
cams-des@hotmail.fr
06 66 45 94 13
https://issuu.com/desoroux/docs
28 ans
Permis B avec véhicule

cv

Diplômes
2015 > Habilitation à la
maîtrise d’œuvre en son
nom propre
ENSA Marseille (13)
2014 > Diplôme d’état
d’architecte
ENSA Marseille (13)
2012 > Licence en architecture
ENSA Paris Val-de-Seine (75)
2009 > BTS Aménagements
Paysagers
LEGTA Valdoie (90)

CURRICULUM
VITAE

Camille DESOROUX
Architecte HMONP
expériences professionnelles
2016
Juillet
2016
à auj.

> Agence d’architecture (Franche-Comté) - Salariée
Chef de projet : Etudes urbaines, phase conception, permis de
construire, plans d’exécution.
Type de projets - publics et privés : Bâtiments d’activités,
bâtiments commerciaux, équipement public, équipement de
santé, concours.

2014-16
Nov.
2014
à Juillet
2016

> Agence Roccaro Architecture (13) - Formation à l’Habilitation
de la Maîtrise d’œuvre en son Nom Propre puis salariée
Collaboratrice d’architecte : Etudes de faisabilité, phase
conception, permis de construire, plans d’exécution, dossier de
consultation des entreprises, phase chantier.
Type de projets - privés : logements collectifs, maisons
individuelles, bâtiments d’activités, réhabilitations et extensions,
aménagements paysagers.

2013
Juillet

> Conseil Général des Bouches-du-Rhône (13) - Stage Master
Au sein de l’Atlier études :
Réalisation des études de faisabilité sur des problématiques
patrimoniales variées.
Réalisation de fiches d’identités bâtiment pour les collèges du
Conseil Général.

2013
Février

> Atelier Pascal CAMLITI Architecte (13) - Stage Master
Conception de maisons individuelles.
Réalisation de permis de construire.
Plans de conception générale.

2011
Août

> Atelier Philippe Freiman Architectes (75) - Stage Licence
Réalisation du portfolio de l’agence.
Réponse aux appels d’offres.
Suivi de chantiers.
Conception paysagère.

2006 > Baccalauréat scientifique
Lycée Sainte-Marie (90)

Compétences
> logiciels
Archicad (formation
professionnelle)
Adobe Photoshop
Adobe In Design
Allplan
Revit Architecture
Pack Office
Sketchup
Adobe Illustrator
Artlantis
Autocad 2D
Quantum Gis (QGIS)
Cinéma 4D
> Langues

2010
Juillet

> 2 ED, maîtrise d’œuvre (90) - Stage Licence
Ordonnancement, Pilotage et Coordination de chantiers

2009
Janvier

> Neveux-Rouyer, paysagistes DPLG (75) - Stage libre
Réalisations de photos montages.
Dessins techniques paysagers.

2008
Juillet
Août

> Floralies, paysagistes (Tunis) - Stage de BTS
Conception paysagère
Suivis de chantiers

2008
Avril

> Bernard Bilger, paysagiste (90) - Stage de BTS
Conception paysagère
Entretiens d’espaces verts

Espagnol
Anglais

Centres d’intérêt
Voyages (Asie, Afrique, Amérique latine, Europe)
équitation (galop 7)
Expositions
Photographie
4

5

ème

5

e

é
ann

39

Le c hoix
d
partie int u programme fa
é
is
• un ce grante du projet ait
ntre d’ac
:
cueil de c
vertes
las
• une s avec hébergemen ses
tructure
pour l’éle t
caprin
vage
p
pastorali our rétablir le
sme
• des
écuries
pour d
promena
es
de
National s dans le Par
c
des Ca
• une s
alle d’ex lanques
position
• un re
staurant

Programme

PROJET DE FIN D’ETUDE :
UN équipement PUBLIC

(13).
la Barasseproximité avec la
e
d
r
ie
s
s
enne
Le Cra se, par sa
ille et la P
La Baras située entre Marse tratégique aux
Valentine, une, est un secteur s
s
sur Huvea tropolitains.
sentant de
é
r
p
l
é
ie
m
c
fi
x
été
arti
enjeu
est un site
alistes. Il a
Le crassier mystérieux et surré ues rouges des
paysages l’épandage des bo
créée par mine Pechiney.
usines d’alu

SITE

44

45

Protéger, découvrir, partager

Une ferme à la Barasse

Un tel programme a pour but de révéler le site,
de redonner une identité à cette zone du Parc National
des Calanques, aujourd’hui sous-utilisée, à travers d’autres
éléments que le littoral.

Un téléphérique assure l’accès à la ferme et à un
centre de sport développé par un autre étudiant sur une
plate-forme en contrebas.

La cour de ferme est revisitée. Le bâtiment
présente 3 cours bien distinctes : une publique, une dédiée
aux classes vertes et une plus technique liée aux activités
de la ferme.

L’édifice est mystérieux, à l’image de ce site
artificiel. Il se dissimule à travers la végétation existante.

Il doit être une forme de cocon, élément protecteur
contre l’immensité du site, les aléas climatiques tel que le
mistral et l’isolement dans ce milieu naturel.

Métaphore de la forteresse, le bâtiment semble
intégralement fermé de l’extérieur, les ouvertures étant
recouvertes d’un moucharabieh.
Des fenêtres toute hauteur induisent une perte de l’échelle
et accentuent cet effet mystérieux.
L’ARRIVÉE DU TÉLÉPHÉRIQUE : LE POINT DE CONVERGENCE DES FLUX

1

Niveau 0

2

Ech : 1 : 500

Niveau 1 (4m)
Ech : 1 : 500

LES FLUX PIÉTONS
2 accès posssibles :

N

la promenade sur le toit et sa vue panoramique : un parcours mystérieux dont on ne devine pas la fin. Une fusion entre le bâti et le paysage

un site rond : créer son le téléphérique : le point de
• Un accès par le téléphérique, sur le toit du bâtiment ferme
centre de gravité
convergence des flux
50 m

150 m

• Un accès piéton

3

Niveau 2 (6.5m)

4

Ech : 1 : 500

Copie du Niveau 2 (6.5m)
Ech : 1 : 500

1

stocks

Ech : 1 : 1

5

pm 1 1000e
Ech : 1 : 500

Ech : 1 : 50

le cycle du foin
Sauvegardé dans:

6

Coupe 22

Sauvegardé dans:

axo promenade

D:\Documents\cours\0 2013-2014\projet\s 2\2014 04 29\plans pour schéma power point.rvt

une promenade sur le toit
1

D:\Documents\cours\0 2013-2014\projet\s 2\2014 04 29\courbe 45 facades pour schéma.rvt

2

N

N

50 m

150 m

un projet d’ensemble : de la Barasse Gare jusqu’en coeur de Parc

Enseignants : Stéphane HANROT
Nicolas MASSON

un édifice mystérieux

une position centrée radicale, à l’image du site

46

20 m

60 m

des volumes qui glissent les uns derrières les autres créent le centre de gravité du site

PFE Juin 2014
Durée : 16 semaines / Projet individuel

47

Protéger, découvrir, partager

Une ferme à la Barasse

5m

15 m

R+2

l’arrivée du téléphérique

un jeu de cours et une gradation des hauteurs du public au privé

R+1

RDC

Espaces extérieurs en présence de
classes vertes

la salle d’exposition et sa lumière tamisée induite par le moucharabieh

Espaces extérieurs en absence de
classes vertes
10 m 30 m
Public
Classes vertes
Ferme
Personnel

N

N

la répartition des espaces

Enseignants : Stéphane HANROT
Nicolas MASSON

5m

15 m

des espaces spécifiques pour chaque public

la cour des clases vertes

48

maquette du projet

PFE Juin 2014
Durée : 16 semaines / Projet individuel

49

La végétation de Saint-Loup à la Barasse

E

établir
un diag
nost
végétatio
n en co ic sur la
eur du
National
Parc
des cala
nques, d
sa zone
ans
d’adhésio
n et sur
territoire
urbanisé.
le

E

E

entrées de Parc majeures

E

E

lande

E

E

E

E
E

E

La Valbarelle

forêt ouverte

La Barasse

Saint-Marcel

E

forêt fermée de feuillus

Saint-Loup

E
E

E

E

forêt fermée de conifères

E

E

E

forêt fermée mixte

E

bois et haies

E

incendie de 2009

Programme
N

500 m

1 km

Le Parc National des Calanques se constitue essentiellement de landes ligneuses. En bordure de Parc, on retrouve des forêts souvent constituées
de conifères. Ces-dernières investissent parfois les vallons. Le territoire urbanisé présente plutôt une végétation basse.

E

(13).
la Barasseen frange du
à
p
u
o
L
tDe Sain ire en mutation .
Un territo nal des Calanques ec, du Sud
Parc Nationgitudinalement, av r d’habitat
Il se lit lo le parc, un secteue traversé
au Nord, ment pavillonnair is une zone
essentielle al de Marseille, pu et la voie
par le can entre l’Huveaune
industrielle
ferrée.

E

entrées de Parc majeures

E

nature
Nature «naturelle»
«naturelle»

E

E

E

E

Saint-Marcel

Nature «cultivée»
«cultivée»
nature

E

E
E

La Valbarelle

E
E

E

La Barasse

E

E
E

E

E

E

Saint-Loup

E

E

N

500 m

SITE

1 km

On retrouve une transition brutale entre la végatation naturelle du Parc National de Calanques et celle du territoire urbanisé. Le végétation est
souvent cultivée et exogène dans les parcelles privées. Cela pose question du choix des essences par les particuliers.

40

Enseignants : Stéphane HANROT

Julien MONFORT

Novembre 2013
Durée : 2 semaines / Projet en binôme

41

Densification à Saint-Loup
L’A50
permet
la
connexion
entre A 50
Marseille et Aubagne

Proposer
une
d’aména
stratégie
gement
densifica
p
o
ur
tion de S
la
aint-Loup
.

L’Huveaune

L’Huveaune

La
RN8,
souvent RN 8
encombrée, connecte
Marseille à Aubagne

E

E

Le Boulevard Urbain
Sud en construction.
Relié à la L2, il connecte
le Nord et le Sud de
Marseille
BUS

Programme

La U 430 en projet, une
voie de désserte locale

E

N

U 430

Le Canal

200 m

400 m

L’Huveaune et le canal de Marseille constituent des élements remarquables, ils sont reliés par un cours d’eau aujourd’hui busé.

(13).
frange du
Saint-Loupire stratégique en est sujet à
Ce territo nal des Calanques. Il recevra
Parc Natiots de densification boulevard
des proje ment le métro 2, le à la L2,
proc haine ud qui, raccordé Nord et le
Urbain S de connecter le
permettraarseille.
Sud de M

SITE
N

100 m 200 m

Une boucle verte assure des liaisons entre l’Huveaune, le métro, le Canal et le Parc. Les abords de cette dernière pourront recevoir de
l’habitat dense. Une trame est mise en place aux abords du cours d’eau découvert et s’adapte à l’existant.

42

Enseignants : Stéphane HANROT

Julien MONFORT

Décembre 2013
Durée : 3 semaines / Projet en binôme

43

LA

E
ILL

V

EST
nne

Jéha

E,
DELB

NS

DA
lle

Cami

UX,

RO

DESO

LE
ine

Carol

PR

AN,

UR

MA

Kew

I

NSIN

s SE

Gille

LE ET

E, VIL
TUR

IRE

RITO

TER

HITEC

ARC

ST

EE

ILL

V
LA

nne

Jéha

S
AN

D
mille

E, Ca

UX,

RO

DESO

LE
ine

Carol

MA

2

PRÉ

AN,

UR

ETTI

GN

n TO

Kewi

DELB

I

NSIN

s SE

Gille

LE

LA

LE

VIL

EST
nne

Jéha

UX,

RO

mille

E, Ca

DESO



EP

SL

N
DA

roline

AN,

UR

MA

HITEC

ARC

1

ETTI

GN

n TO

Kewi

E, VIL
TUR

IRE

RITO

ER
ET T

Ca

UN

I

E,
TUR

HITEC

ARC

stre

ET
VILLE

E
ENAD

VUE

SUR

SUR

2

LE LO

VOLU

VUE

RAIN

ING

PARK

A

PL
LOT

IS L’I

DEPU

ER
US-T

EN SO

1

S PL
US LE

E SO

ENAD

OM
LA PR

GIE

POLO
ET TY

c

Publi

Privé

ES
ATAN

ACE

LA PL

RIE

MET

AL

CAN

3

VUE

LE

BLE

SEM

D’EN

POLO
ET TY

uels
ivid
ts ind
es
emen
édiair
Log
erm
ts int
emen
Log
lectifs
ts col
emen
c
Log
en Rd
erces
Comm

OM
LA PR

8

SUR

DU
NG

RIE

MET

VOLU

1

VUE

Seme

VUE

LA DÉ

PA

NSIN

IRE

ITO
ERR

T

UR

E PO

IABL

PR
PRO
RC AP

s SE

Gille

GIE

TE

TEN

DELB

URS

LE CO

2

S
ISIR

PARC
PARC

OPR
APPR

UR

E PO

IABL

UN

E DE

LO
LES

COUP

CIPE

PRIN

E
ATAN

3

DE
CIPE

N DE

TIO

POSI

COM

T PL
L’ILO

PRIN

RC

VUE

ASSE

PLAN

IQUE

ASSE

PLAN

DE M

N
TECH

E
COUP

UE

VEN
R L’A

SUR

URS
LE CO

DE M

AGER
PAYS

ème

4

PA
LOT

IS L’I

DEPU

e

é
ann

E SU

COUP

R LE

E SU

COUP

R LA

ES SU

- VU

PARC

25

TAT
VÉGÉ

Sur un ter
rit
mètres sur oire immatériel de
4
4
différente 00 mètres, expérim 00
enter
s formes
quartier ré
urbaines
s
d’un
Répartitio identiel.
n du prog
• 1/3 p
r
ublic don amme :
t
:
-1/3 d’é
quipeme
nts pub
-2/3
• 2/3 p d’espaces publics lics
r
• densit ivé
é
• 1/3 c : COS 2
ommerce
s
• 2/3 lo
gements

Programme

projet urbain

30

31

2

ARCHITECTURE, VILLE ET TERRITOIRE

UN PROJET DE PLACES

Gilles SENSINI

Projet urbain théorique

Jéhanne DELBE, Camille DESOROUX, Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI

3

Un projet de places

COURS

Ce travail théorique consiste à concevoir une portion de projet urbain dans
un terrain de 300 par 300 mètres. Le contexte est inexistant, mais il y a cependant certaines directives à respecter qui orienteront le projet.

N

Nous avions pour directives de concevoir un bout de ville où 50% du bâti
serait du logement, et 50% du bâti serait des commerces. L’un de nos enjeux
était de créer un tissu urbain assez compact, mélangeant logement et commerces au sein de mêmes bâtiments, afin que les déplacements soient moins
fréquents et les distances effectuées plus courtes. Ainsi, chaque portion de
SQUARE
ville a son type de commerces, qu’il soit franchisé, de détail ou de proximité.

ARCHITECTURE, VILLE ET TERRITOIRE

A’

Jéhanne DELBE, Camille DESOROUX, Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI

Semestre 8

UNPAR
PROJET
DE PLACE...
...
DES BOUCLES...

A

Square
SQUARE

50%

un projet de places

Semestre 8

LA PLACE DU MARCHE
Parcellaire
Bâti
PARCELLAIRE

Ilots collectifs

Ruelle
Allée piétonne

BATI

Jardin
JARDIN

Volumétrie
VOLUMETRIE

Parcellaire Bâti
BATI

PARCELLAIRE

Jardin
JARDIN

2
2

JET DE PLACES
JET mises
DEenPLACES
réseau par des boucles
DELBE, Camille DESOROUX, Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI

B’

VOLUMETRIE

UN PROJET DE PLACES
UN PROJET DE PLACES

Gilles SENSINI
SENSINI
Gilles

Jéhanne DELBE,
DELBE, Camille
Camille DESOROUX,
DESOROUX, Caroline
Caroline MAURAN,
MAURAN, Kewin
Kewin TOGNETTI
TOGNETTI
Jéhanne
Profil _ Avenue

Gilles SENSINI

Jéhanne DELBE, Camille DESOROUX, Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI
PLACE DU MARCHE

A

P

29%

57%

50%

45%

71%

50%

55%

Légende :

Profil _ Rue

Profil_Ruelle

Profil_ Allée piétonne

R+1
R+2

R+3
R+4

R+5
R+6

R+7
R+8

DENSITE DU BATI

SQUARE

SQUARE

UN PROJET DE PLACE...

Ilots Mixtes
Ilots Individuels & Intermédiaires

N

B

B’
Légende :

Avenue
Rue

Ruelle
Allée piétonne

HIERARCHIE DES VOIES

PLACE DU MARCHE

PLACE

LE COURS
LA PLACE PUBLIQUE

A’

DENSITE VEGETALE

PLACE DU MARCHE

ARCHITECTURE, VILLE ET TERRITOIRE

PLACE

UN PROJET DE PLACES

3

expérimentation de
différentes
typologies
... MISES
EN RESEAU...

Gilles SENSINI

DIVERSITE DES TYPOLOGIES

Jéhanne DELBE, Camille DESOROUX, Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI

PARCELLAIRE
Légende :

R+1
R+2

R+3
R+4

R+5
R+6

R+7
R+8

DENSITE DU BATI

... EQUIPEES DE COMMERCES ET DE SERVICES.
Nous avions pour directives de concevoir un bout de ville où 50% du bâti
DU BATI
DENSE
SUR
LAduPLACE...
serait
du logement,
et 50%
bâti serait des commerces. L’un de nos enjeux

PARCELLAIRE
PARCELLAIRE

était de créer un tissu urbain assez compact, mélangeant logement et commerces au sein de mêmes bâtiments, afin que les déplacements soient moins
fréquents et les distances effectuées plus courtes. Ainsi, chaque portion de
ville a son type de commerces, qu’il soit franchisé, de détail ou de proximité.
Avenue
avenue
rue

Ruelle
Allée piétonne

P

P

29%

14%

LA PLACE PUBLIQUE

PLACE DU MARCHE

Ilots mixtes

3
3

Avenue
Rue

HIERARCHIE DES VOIES

Ce travail théorique consiste à concevoir une portion de projet urbain dans
un terrain de 300 par 300 mètres. Le contexte est inexistant, mais il y a cependant certaines directives à respecter qui orienteront le projet.

Légende ::
Légende

coupe sur le cours

plusieurs places publiques dans le tissu urbain, chacune ayant son identité
propre. En effet, il existe plusieurs types de places publiques dans la ville. A
la fois vides entourés de construction et supports pour des activités déterminées, nos places sont tantôt Grande Place, Place du Marché et Square. Nous
nous sommes également questionnés sur la façon dont on habite et circule
autour de ces espaces, ou encore la façon dont ces derniers dialoguent entre
eux. La place est, en effet, à la fois un lieu de convergence et un point de
divergence, d’où partent et viennent les flux.

Profil_ Allée piétonne

PROFILS DES DIFFERENTES VOIES

SQUARE

A’

COUPE BB’
LA PLACE DU MARCHE
PLAN DE MASSE

Ilots individuels

COUPE BB’

2

Profil_Ruelle

Profil _ Rue

N

N

Ilot évidé, élargissement volontaire ou accidentel de rues, découpe à l’emporte-pièce... Les places sont le lieu de mises en scènes des événements du
quotidien.

Jéhanne DELBE, Camille DESOROUX,
MAURAN, Kewin TOGNETTI
DENSITE Caroline
VEGETALE

50%

PARCELLAIRE

végétation dense vers le square

PROJET DE PLACES

projet de places. Les espaces publics participent de l’urbanité et du lien social
Jéhanne DELBE, Camille DESOROUX, Caroline
MAURAN,
Kewin
TOGNETTI
; c’est ce que
nous avons voulu
retranscrire
à travers ce projet en implantant

55%

PROFILSLE
DES
DIFFERENTES VOIES
COURS

Volumétrie

COURS

ARCHITECTURE, VILLE ET TERRITOIRE

PLAN DE MASSE

était de créer un tissu urbain assez compact, mélangeant logement et cométait également
également
demandé
de faire
faireafin
passer
unedéplacements
avenue ou
ou un
un
boulevard
IlIlmerces
était
demandé
de
passer
une
avenue
boulevard
au sein de mêmes
bâtiments,
que les
soient
moins
de
20m
dans
:: nous
avons
décidé
d’en
faire
avenue
de
20m de
deetlarge
large
dans le
le projet
projet
nousplus
avons
décidé
d’enchaque
faire une
une
avenue
fréquents
les distances
effectuées
courtes.
Ainsi,
portion
de
commerçante
En
les
peuvent
commerçante
etdemajoritairement
majoritairement
piétonne.
En effet,
effet,
les véhicules
véhicules
peuvent
ville a son typeet
commerces, qu’ilpiétonne.
soit franchisé,
de détail
ou de proximité.
la
parcourir
mais
nous
avons
tenu
à
reléguer
tous
les
stationnements
la parcourir mais nous avons tenu à reléguer tous les stationnements dans
dans
les
voiries
parallèles
et
perpendiculaires
à
cette
avenue,
afin
de
rendre
les
voiries
parallèles
et perpendiculaires
à cette
de boulevard
rendre la
la
Il était
également
demandé
de faire passer
uneavenue,
avenue afin
ou un
promenade
piétonne
et
cycliste
plus
agréable.
Cette
avenue
est
bordée
d’alipromenade
agréable.
est bordée
d’alide 20m de piétonne
large dansetlecycliste
projetplus
: nous
avons Cette
décidéavenue
d’en faire
une avenue
gnements
de
qui
les
piétonnes et
de
gnements
de platanes
platanes
qui protègent
protègent
les circulations
circulations
et créent
créent
de
commerçante
et majoritairement
piétonne.
En effet,piétonnes
les véhicules
peuvent
l’ombre
en
l’ombre
en été.
été.
la parcourir
mais nous avons tenu à reléguer tous les stationnements dans
les voiries parallèles et perpendiculaires à cette avenue, afin de rendre la
Notre
projet
urbain
un
de
ville,
nous
avons
réalisé
un
Notre
projet piétonne
urbain étant
étant
un échantillon
échantillon
de centre
centre
ville,
nous est
avons
réalisé
un
promenade
et cycliste
plus agréable.
Cette
avenue
bordée
d’aliprojet
de
Les
publics
de
et
lien social
projet
de places.
places.
Les espaces
espaces
publics participent
participent
de l’urbanité
l’urbanité
et du
du
social
gnements
de platanes
qui protègent
les circulations
piétonnes
et lien
créent
de
;; c’est
que
nous
c’est ce
ceen
que
nous avons
avons voulu
voulu retranscrire
retranscrire àà travers
travers ce
ce projet
projet en
en implantant
implantant
l’ombre
été.
plusieurs places
places publiques
publiques dans
dans le
le tissu
tissu urbain,
urbain, chacune
chacune ayant
ayant son
son identité
identité
plusieurs
propre. En
En effet,
effet, ilil existe
existe plusieurs types
types de
de places
places publiques
publiques dans
dans la
la ville.
ville. A
A
propre.
Notre projet
urbain étant plusieurs
un échantillon de
centre ville,
nous avons réalisé
un
Légende :
R+1
R+3
R+5 activités R+7
la fois
fois vides entourés
entourés
de construction
construction
et supports
supports
pour des
des
détermila
de
et
activités
détermiprojetvides
de places. Les espaces
publics
participent
depour
l’urbanité
et du lien
R+2
R+4
R+6
R+8 social
nées,
nos places
places
sont
tantôt Grande
Grande
Place, Place
Place
du Marché
Marché
et Square.
Square.
Nous
nées,
nos
sont
tantôt
Place,
du
et
Nous
PAR
DES
BOUCLES...
;...
c’est
ce que
nous
avons
voulu retranscrire
à travers
ce projet
en implantant
nous sommes
sommes
également
questionnés sur
sur la
la façon
façon dont
dont on habite
habite et circule
circule
DENSITE
DU BATI
nous
également
plusieurs places
publiquesquestionnés
dans le tissu urbain,
chacuneon
ayant sonetidentité
autour
de ces
ces espaces,
espaces,
ou
encore la
la façon
façon dont
dont
ces
derniers
dialoguent entre
entre
... EQUIPEES
DEou
COMMERCES
ET
DEderniers
SERVICES.
autour
encore
ces
dialoguent
propre.de
En effet,
il existe
plusieurs
types de
places
publiques
dans la ville. A
eux. La
La place
place est,
est, en
en effet,
effet, àà la
la fois
fois un
un lieu
lieu de
de convergence
convergence et
et un
un point
point de
de
eux.
la fois vides
entourés
de construction
et supports
pour des activités
détermidivergence, d’où
d’où partent
partent et
et viennent les
les flux.
flux.
divergence,
nées, UNE
nos places
sont tantôtviennent
Grande
Place,
Place duVERS
MarchéLE
et Square.
Nous
...A
VEGETATION
ABONDANTE
SQUARE.
nous sommes également questionnés sur la façon dont on habite et circule
Ilot évidé,
évidé, élargissement
élargissement volontaire
volontaire ou
ou accidentel
accidentel de
de rues,
rues, découpe
découpe à l’eml’emIlot
autour de ces
espaces, ou encore la façon
dont ces derniers
dialoguentà entre
porte-pièce... Les
Les places sont
sont le lieu
lieu de mises
mises en scènes
scènes des
des événements
événements du
du
porte-pièce...
eux. La place est,places
en effet, à le
la fois de
un lieu deenconvergence
et un point de
quotidien.
quotidien.
divergence, d’où partent et viennent les flux.

N

LE COURS

71%

Légende :

COUPE AA’

COUPE AA’

Profil _ Avenue

Notre projet urbain étant un échantillon de centre ville, nous avons réalisé un

50%

45%

PLACE
PUBLIQUE

N

Nous
avions
pour directives
directives
de
concevoirune
un portion
bout de
dede
ville
où 50%
50%
dudans
bâti
Ce travail
théorique
consiste de
à concevoir
projet
urbain
Nous
avions
pour
concevoir
un
bout
ville

du
bâti
serait
du logement,
logement,
et 50%
50%
du bâti
bâti serait
serait
des commerces.
commerces.
L’un de
de
nos
enjeux
serait
du
et
du
des
L’un
nos
un terrain
de 300 par
300 mètres.
Le contexte
est inexistant,
mais
il enjeux
y a ceétait
de créer
créer
un tissu
tissu
urbainàassez
assez
compact,
mélangeantlelogement
logement
et comcométait
de
un
urbain
compact,
mélangeant
pendant
certaines
directives
respecter
qui orienteront
projet. et
merces au
au sein
sein de
de mêmes
mêmes bâtiments,
bâtiments, afin
afin que
que les
les déplacements
déplacements soient
soient moins
moins
merces
fréquents
et les
les
distances
effectuées
plus courtes.
courtes.
Ainsi,
chaque
portion
de
fréquents
et
distances
effectuées
plus
chaque
portion
de
Nous avions
pour
directives
de concevoir
un boutAinsi,
de ville
où 50%
du bâti
ville
son
type de
de commerces,
commerces,
qu’ilserait
soit franchisé,
franchisé,
de détail
détail
oude
denos
proximité.
ville
type
qu’il
soit
de
ou
de
proximité.
seraitaa son
du logement,
et 50% du bâti
des commerces.
L’un
enjeux

ONDANTE VERS LE SQUARE.

29%

1

UN PROJET DE PLACES

P

P

Gilles SENSINI

PLACE
DU MARCHE

ARCHITECTURE, VILLE ET TERRITOIRE

DU
BATI
DENSE
SURàà LA
PLACE...
Ce
travail
théorique
consiste
concevoir
une portion
portion de
de projet
projet urbain
urbain dans
dans
Ce
travail
théorique
consiste
concevoir
une
un terrain
terrain de
de 300
300 par
par 300
300 mètres.
mètres. Le
Le contexte
contexte est
est inexistant,
inexistant, mais
mais ilil yy aa ceceun
PARCELLAIRE
pendant certaines
certaines
directives àà respecter
respecter qui
qui orienteront
orienteront le
le projet.
projet.
pendant
directives

PLACE...

P

14%

Il était également demandé de faire passer une avenue ou un boulevard
de 20m de large dans le projet : nous avons décidé d’en faire une avenue
commerçante et majoritairement piétonne. En effet, les véhicules peuvent
la parcourir mais nous avons tenu à reléguer tous les stationnements dans
les voiries parallèles et perpendiculaires à cette avenue, afin de rendre la
promenade piétonne et cycliste plus agréable. Cette avenue est bordée d’alignements de platanes qui protègent les circulations piétonnes et créent de
l’ombrePARCELLAIRE
en été.

Ilot évidé, élargissement volontaire ou accidentel de rues, découpe à l’emporte-pièce... Les places sont le lieu de mises en scènes des événements du
quotidien.

Ilots Collectifs

HIERARCHIE DES VOIES

... MISES EN RESEAU...
... PAR DES BOUCLES...

autour de ces espaces, ou encore la façon dont ces derniers dialoguent entre
pour
dede
concevoir
un bout
depoint
ville de
où 50% du bâti
eux. La placeNous
est, avions
en effet,
à ladirectives
fois un lieu
convergence
et un
seraitpartent
du logement,
et 50%
bâti serait des commerces. L’un de nos enjeux
divergence, d’où
et viennent
les du
flux.
était de créer un tissu urbain assez compact, mélangeant logement et commerces au sein
de mêmes
que les
déplacements
Ilot évidé, élargissement
volontaire
oubâtiments,
accidentel afin
de rues,
découpe
à l’em- soient moins
etsont
les distances
plus courtes.
Ainsi, chaque
porte-pièce...fréquents
Les places
le lieu de effectuées
mises en scènes
des événements
du portion de
quotidien. ville a son type de commerces, qu’il soit franchisé, de détail ou de proximité.

57%

B

2

projet de places. Les espaces publics participent de l’urbanité et du lien social
; c’est ce que nous avons voulu retranscrire à travers ce projet en implantant
plusieurs places publiques dans le tissu urbain, chacune ayant son identité
propre. En effet, il existe plusieurs types de places publiques dans la ville. A
Ce travailde
théorique
consiste
à concevoir
uneactivités
portion détermide projet urbain dans
la fois vides entourés
construction
et supports
pour des
un terrain
de 300
par 300
mètres.
estSquare.
inexistant,
nées, nos places
sont tantôt
Grande
Place,
PlaceLe
ducontexte
Marché et
Nousmais il y a cependant
certaines
directives
quion
orienteront
le projet.
nous sommes
également
questionnés
suràlarespecter
façon dont
habite et circule

B’

LA PLACE DU MARCHE

DELBE, Camille
Camille DESOROUX,
DESOROUX, Caroline
Caroline MAURAN,
MAURAN, Kewin
Kewin TOGNETTI
TOGNETTI
DELBE,

UN PROJET DE PLACES

Jéhanne DELBE, Camille
DESOROUX, Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI
Notre projet urbain étant un échantillon de centre ville, nous avons réalisé un

29%

UN PROJET DE PLACE...
... MISES EN RESEAU...
... EQUIPEES DE COMMERCES ET DE SERVICES.

Avenue
Rue

Gilles SENSINI

Il était également demandé
une avenue ou un boulevard
Légende : de faire passerAvenue
Ruelle
de 20m de large dans le projet : nous avonsRuedécidé d’en faire une avenue
Allée piétonne
commerçante et majoritairement piétonne. En effet, les véhicules peuvent
HIERARCHIE
VOIES
la parcourir mais nous
avons tenu àDES
reléguer
tous les stationnements dans
les voiries parallèles et perpendiculaires à cette avenue, afin de rendre la
promenade piétonne et cycliste plus agréable. Cette avenue est bordée d’alignements de platanes qui protègent les circulations piétonnes et créent de
l’ombre en été.

A’

Marché
Cours

Légende :

ARCHITECTURE, VILLE ET TERRITOIRE

LA PLACE PUBLIQUE

2m 6m

Le projet s’articule autours de 4 espaces publics principaux : la place de
PLAN DE MASSE
LA PLACE PUBLIQUE
marché,
le cours, le square et la place publique. Ces 4 espaces sont reliés entre
eux par une boucle piétonne mais aussi par un réseau de voiries automobiles.

à l’inverse de la végétation, le bâti est de plus en plus dense au fur et à
mesure qu’il s’éloigne du square.

Différents types d’îlots et de découpages parcellaires ont été expérimentés
: les maisons individuelles et les logements intérmédiaires se situent plutôt en
ARCHITECTURE,
VILLE ET TERRITOIRE
frange du square. Les logements collectifs, plus denses, sont plutôt en bordure
du
boulevard urbain.

Ilot évidé, élargissement volontaire ou accidentel de rues, découpe à l’emporte-pièce... Les places sont le lieu de mises en scènesCOURS
des événements du
quotidien.

ERCES
ET DE SERVICES.
e

N

B

Notre projet urbain étant un échantillon de centre ville, nous avons réalisé un
projet de places. Les espaces publics participent de l’urbanité et du lien social
; c’est ce que nous avons voulu retranscrire à travers ce projet en implantant
plusieurs places publiques dans le tissu urbain, chacune ayant son identité
propre. En effet, il existe plusieurs types de places publiques dans la ville. A
la fois vides entourés de construction et supports pour des activités déterminées, nos places sont tantôt Grande Place, Place du Marché
PLACE et Square. Nous
MARCHE
nous sommes également questionnés sur la façonDU
dont
on habite et circule
autour de ces espaces, ou encore la façon dont ces derniers dialoguent entre
PLACE
eux. La place est, en effet, à la fois un lieu de convergence et un point de
PUBLIQUE
divergence, d’où partent et viennent les flux.

Place
publique

1

UN PROJET DE PLACES

Gilles SENSINI

PLAN DE MASSE

Il était également demandé de faire passer une avenue ou un boulevard
de 20m de large dans le projet : nous avons décidé d’en faire une avenue
commerçante et majoritairement piétonne. En effet, les véhicules peuvent
la parcourir mais nous avons tenu à reléguer tous les stationnements dans
les voiries parallèles et perpendiculaires à cette avenue, afin de rendre la
promenade piétonne et cycliste plus agréable. Cette avenue est bordée d’alignements de platanes qui protègent les circulations piétonnes et créent de
l’ombre en été.

serait du logement, et 50% du bâti serait des commerces. L’un de nos enjeux
était de créer un tissu urbain assez compact, mélangeant logement et commerces au sein de mêmes bâtiments, afin que les déplacements soient moins
fréquents et les distances effectuées plus courtes. Ainsi, chaque portion de
ville a son type de commerces, qu’il soit franchisé, de détail ou de proximité.

Ilots Collectifs

PLACE
DU MARCHE

PLACE
PUBLIQUE

Jéhanne DELBE, Camille DESOROUX, Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI

Ilots Mixtes

PROJET DE PLACES

BATI
BATI

COUPE AA’
LA PLACE DU MARCHE

Ruelle
ruelle
allée piétonne

VOLUMETRIE
VOLUMETRIE

BATI
BATI

PARCELLAIRE
PARCELLAIRE

PLACE DU MARCHE

VOLUMETRIE
VOLUMETRIE

JARDIN
JARDIN

SQUARE

LE COURS

PARCELLAIRE

Avenue
Il était également
demandé de faire passer uneRuelle
avenue ou un boulevard
Rue
Allée piétonne
piétonne
Allée
de 20m de largeRue
dans le projet : nous avons décidé
d’en faire une avenue

JARDIN
JARDIN

BATI

JARDIN

VOLUMETRIE

BATI

PARCELLAIRE

VOLUMETRIE

JARDIN

hiérarchie des voies
Ilots Collectifs
Ilots
IlotsCollectifs
Collectifs

les voiries parallèles et perpendiculaires à cette avenue, afin de rendre la
promenade piétonne et cycliste plus agréable. Cette avenue est bordée d’aliLégende :
Avenue
Ruelle
gnements de platanes qui protègent les circulations piétonnes et créent de
Rue
Allée piétonne
l’ombre en été.

Ilots Individuels & Intermédiaires

commerçante et majoritairement piétonne. En effet, les véhicules peuvent
HIERARCHIE
DES mais
VOIES
HIERARCHIE
DES
VOIES
la parcourir
nous avons tenu à reléguer tous les stationnements dans

HIERARCHIE
DES VOIES
Notre projet urbain étant un échantillon de centre ville, nous avons réalisé un

projet de places. Les espaces publics participent de l’urbanité et du lien social
; c’est ce que nous avons voulu retranscrire à travers ce projet en implantant
plusieurs places publiques dans le tissu urbain, chacune ayant son identité
propre. En effet, il existe plusieurs types de places publiques dans la ville. A
la fois vides entourés de construction et supports pour des activités déterminées, nos places sont tantôt Grande Place, Place du Marché et Square. Nous
nous sommes également questionnés sur la façon dont on habite et circule
autour de ces espaces, ou encore la façon dont ces derniers dialoguent entre
eux. La place est, en effet, à la fois un lieu de convergence et un point de
divergence, d’où partent et viennent les flux.
Ilot évidé, élargissement volontaire ou accidentel de rues, découpe à l’emporte-pièce... Les places sont le lieu de mises en scènes des événements du
quotidien.

Légende :

R+1
R+2

R+3
R+4

R+5
R+6

R+7
R+8

DENSITE DU BATI
DU BATI DENSE SUR LA PLACE...
...A UNE VEGETATION ABONDANTE VERS LE SQUARE.

N

PLACE DU MARCHE

COUPE BB’
COUPE AA’

N

PLACE

SQUARE

PLACE DU MARCHE

... PAR DES BOUCLES...

N

50%

PARCELLAIRE
PARCELLAIRE

10 m

Avenue
Rue

Ruelle
Allée piétonne

HIERARCHIE DES VOIES

Ilots Mixtes Ilots
IlotsMixtes
Mixtes

Légende :

les espaces publics

Parcellaire

PARCELLAIRE

PARCELLAIRE

BATI

Ilots Collectifs

Enseignants : Gilles SENSINI
Géraldine
VIEILLEPEAU
N
COUPE BB’

...A UNE VEGETATION ABONDANTE VERS LE SQUARE.

JARDIN

VOLUMETRIE

PARCELLAIRE

BATI

JARDIN

DIV

DENSITE VEGETALE

30 m

plan A’d’ensemble : des espaces publics mis en réseau

PLAN DE MASSE

VOLUMETRIE

PLACE DU MARCHE

PLACE

32

Avril 2013
Durée : 4 semaines / Projet en binôme
DENSITE VEGETALE

33

N

Avec po
ur
europan références les
projets
, dévelop
urbain
p
e
r
u
n
p
: celle qui tresse 3 é rojet
c helles
du territ
quartier
o
et l’éc he ire, celle du
pour s’in
lle dome
te
s
d’habiter rroger sur les q tique,
u
Développ et de pratiquer la alités
er un qua
avec :
rtier résid ville.
entiel
• densit
é : COS
2
• 1/3 d
• 2/3 d e commerces et s
er vices
e logeme
nts

Programme

projet urbain
.
e mutation
3).
Miramas ti(1te ville est en pleuines comme la
Cette peipements stratégiqt de cette ville
Ces équ me ferroviaire, fonpolitain.
platefor e du puzzle métrote construction
une pièc st vierge de tou ts paysagers
Le site entient des élémendes platanes
mais co ables tels que n petit cours
remarqu es ou encore u
centenair
d’eau.

SITE

34

35

ARCHITECTURE,
ARCHITECTURE,
VILLE VILLE
ET TERRITOIRE
ET TERRITOIRE

Projet
1 urbain à Miramas

MIRAMAS

Semestre
Semestre
8
8

ARCHITECTURE, VILLE ET TERRITOIRE

ARCHITECTURE, VILLE ET TERRITOIRE

LA PROMENADE SOUS LES PLATANES

LA PROMENADE LE LONG DU CANAL

UN PARC APPROPRIABLE POUR LA DÉTENTE

Gilles SENSINI

oline MAURAN, Kewin TOGNETTI

Gilles SENSINI
Gilles SENSINI

LALA
VILLE
VILLE
EST
EST
DANS
DANS
LELE
PRÉ
PRÉ

MIRAMAS

Gilles SENSINI

2

2

11

ARCHITECTURE,
ARCHITECTURE,
VILLE VILLE
ET TERRITOIRE
ET TERRITOIRE

Gilles SENSINI
Gilles SENSINI

MIRAMAS
ARCHITECTURE, VILLE ET TERRITOIRE
ARCHITECTURE, VILLE ET TERRITOIRE

Jéhanne DELBE, Camille DESOROUX, Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI
Jéhanne DELBE, Camille DESOROUX, Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI

LALA
VILLE
VILLE
EST
EST
DANS
DANS
LELE
PRÉ
PRÉ

La ville est dans le pré

Jéhanne DELBE,
JéhanneCamille
DELBE,DESOROUX,
Camille DESOROUX,
Caroline MAURAN,
Caroline MAURAN,
Kewin TOGNETTI
Kewin TOGNETTI

MIRAMAS

Gilles SENSINI

Gilles SENSINI

3

Jéhanne DELBE,
JéhanneCamille
DELBE,DESOROUX,
Camille DESOROUX,
Caroline MAURAN,
Caroline MAURAN,
Kewin TOGNETTI
Kewin TOGNETTI

22

MIRAMAS

Jéhanne DELBE, Camille DESOROUX, Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI
Jéhanne DELBE, Camille DESOROUX, Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI

3

UNE BOUCLE STRUCTURANTE
Légende :

VUE D’ENSEMBLE

Avenue
Rue

Ruelle
Allée piétonne

HIERARCHIE DES VOIES
1

UN PARC APPROPRIABLE POUR LES LOISIRS

VOLUMETRIE ET TYPOLOGIE
Logements individuels


Le projet révèle les éléments naturels existants. Le
ARCHITECTURE, VILLE ET TERRITOIRE
cours d’eau traverse le site du Nord au Sud et ses berges
VUE SUR
LE SUR
PARCLE PARC
VUE SUR
LE SUR
COURS
VUE SUR
LA SUR
PLACE
VUE
VUE
LE COURS
VUE
LA PLACE
COUPE SUR PARC
sont aménagées en promenade piétonne.
Semestre 8
MIRAMAS
ARCHITECTURE, VILLE ET TERRITOIRE
ARCHITECTURE,
VILLE ET TERRITOIRE

Un boulevard urbain MIRAMAS
boucle le site. Son front bâti
ARCHITECTURE, VILLE ET TERRITOIRE
ARCHITECTURE, VILLE ET TERRITOIRE
accueille des logements collectifs denses et des commerces
en rez-de-chaussée.

Un parc public est aménagé au centre et la végétation
pénètre au coeur des îlots.
LA PROMENADE
SOUS LES
PLATANES
LA PROMENADE
SOUS
LES PLATANES

Au Nord, une place publique fait face à la salle des
fêtes exsitante.

Un cours longe le ruissellement d’eau existant.
COUPE SUR PARC
COUPE SUR PARC

Le parc, le cours et la place publique sont connectés
N
ARCHITECTURE, VILLE ET TERRITOIRE
ARCHITECTURE, VILLE ET TERRITOIRE
par une promenade piétonne. MIRAMAS
Logements intermédiaires
Logements collectifs
Commerces en Rdc

1

2

1

MIRAMAS

oline MAURAN, Kewin TOGNETTI

VOLUMETRIE ET TYPOLOGIE
Public

3

PARKING EN SOUS-TERRAIN

VUE DEPUIS L’ILOT PLATANE

Gilles SENSINI

Gilles SENSINI

2

2

2

Privé

Jéhanne DELBE, Camille DESOROUX, Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI
Jéhanne DELBE, Camille DESOROUX, Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI

Gilles SENSINI

LA VILLE EST DANS LE PRÉ

3

3

MIRAMAS

Jéhanne DELBE, Camille DESOROUX, Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI

MIRAMAS

Gilles SENSINI

Gilles SENSINI

Jéhanne DELBE, Camille DESOROUX, Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI
Jéhanne DELBE, Camille DESOROUX, Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI

1

RELEVER
UN POTENTIEL
EXISTANT...
UNE BOUCLE
STRUCTURANTE

UNE BOUCLE STRUCTURANTE

1

Légende :
Légende :

Avenue
Rue

3

PRINCIPE DE COMPOSITION DE L’ILOT PLATANE

COUPE DE PRINCIPE - VUES SUR LA VÉGÉTATION

LA PROMENADE
LE LONGLEDU
CANAL
LA PROMENADE
LONG
DU CANAL

2

1

Ruelle
Allée piétonne

UN PARC
POUR LA
DÉTENTE
UNAPPROPRIABLE
PARC APPROPRIABLE
POUR
LA DÉTENTE

VOLUMETRIE ET TYPOLOGIE

S
COUR

Logements intermédiaires

2

Logements collectifs
Commerces en Rdc

2

VOLUMETRIE ET TYPOLOGIE
Public
Privé

Gilles SENSINI

3

RELEVER
UN STRUCTURANTE
POTENTIEL EXISTANT...
UNE
BOUCLE
ARCHITECTURE,
VILLE
ET TERRITOIRE
... AU TRAVERS D’ESPACES PUBLICS
ARCHITECTURE,
VILLE ET TERRITOIRE

Gilles SENSINI
Gilles SENSINI

PU PLAC
BLI E
QU
E

PARKING EN SOUS-TERRAIN

Gilles SENSINI

3
3

LA
LA VILLE
VILLE EST
EST DANS
DANS LE
LE PRÉ
PRÉ

N

Jéhanne DELBE, Camille DESOROUX, Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI
Jéhanne DELBE, Camille DESOROUX, Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI

3

MIRAMAS

3

Jéhanne DELBE, Camille DESOROUX, Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI
PRINCIPE DE COMPOSITION DE L’ILOT PARC

VUE DEPUIS L’ILOT PARC

PLAN DE MASSE PAYSAGER

PU PLAC
BLI E
QU
E

Avenue
Rue

HIERARCHIE DES VOIES

Logements individuels

PARC

RELEVER UN POTENTIEL EXISTANT...
UNE BOUCLE Ech.
STRUCTURANTE
1/5000ème

Ruelle
Allée piétonne

HIERARCHIE DES VOIES

PU PLAC
BLI E
QU
E

PARCELLAIRE

les logements collectifs sur la place publique

les logements intermédiaires vers le parc

Jéhanne DELBE, Camille DESOROUX, Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI

VUE SUR LE PARC

VUE SUR LE COURS

VUE D’ENSEMBLE
VUE D’ENSEMBLE

VUE SUR LA PLACE
Légende :

COUPE SUR AVENUE

Légende :

COUPE SUR COURS

Avenue
Rue

Ruelle
Allée piétonne

Ruelle
Allée piétonne

HIERARCHIE DES VOIES

HIERARCHIE DES VOIES

PLAN DE MASSE

Avenue
Rue

UN PARC
POUR LES
LOISIRS
UNAPPROPRIABLE
PARC APPROPRIABLE
POUR
LES LOISIRS
S
COUR

S
COUR

PARC

PARC

COUPE SUR PARC

COUPE SUR PARC

Autres Voies

Jéhanne DELBE, Camille DESOROUX, Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI

OGNETTI

OGNETTI



GNETTI

3

RELEVER UN POTENTIEL
EXISTANT... existant
révéler
un potentiel
... AU TRAVERS D’ESPACES PUBLICS

CIRCULATIONS
AUTOMOBILE
ET PIETONNE
ARCHITECTURE,
VILLE
ET TERRITOIRE
N
ARCHITECTURE, VILLE ET TERRITOIRE
PU PLAC
BLI E
QU
E

PU PLAC
BLI E
QU
E

Gilles SENSINI

N
LA VILLE
EST DANS LE PRÉ
LA VILLE EST DANS LE PRÉ

Gilles SENSINI

LA VILLE EST DANS LE PRÉ

Gilles SENSINI

Jéhanne DELBE, Camille DESOROUX, Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI

PLAN DEJéhanne
MASSE
DELBE, Camille DESOROUX, Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI

PLAN DE MASSE

ARCHITECTURE, VILLE ET TERRITOIRE

Jéhanne DELBE, Camille DESOROUX, Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI

S
COUR

S
COUR

2
2
2

une boucle structurante

UNE BOUCLE
STRUCTURANTE
ème
RELEVER
UN POTENTIEL
EXISTANT...
Ech. 1/5000
... AU TRAVERS D’ESPACES
PUBLICS
Voies Secondaires

Voies Inter-quartiers
Voies Principales

Territoriales

3
3
3

Légende :

COUPE SUR AVENUE
COUPE SUR COURS

COUPE SUR AVENUE

COUPE SUR COURS

Avenue
Rue

Ech. 1/5000

2

Voies Territoriales
artisanal
ou industrielle

au travers d’espaces publics

... AU TRAVERS D’ESPACES
PUBLICS
Autres
Commerce
de Voies
proximité
CIRCULATIONS AUTOMOBILE ET PIETONNE

Voies Principales
Equipements
scolaires

R+4
R+5

2

3

3

R+6

PARCELLAIRE

3
vue d’ensemble, une plus grande densité le long du boulevard

LA VILLE EST DANS LE PRÉ

PLAN DE
MASSE
TECHNIQUE
PLAN
DE MASSE
TECHNIQUE

ARCHITECTURE, VILLE ET TERRITOIRE

Gilles SENSINI
... AU TRAVERS D’ESPACES PUBLICS
CIRCULATIONS AUTOMOBILE ET PIETONNE
N
TRAMES

circulations

PU PLAC
BLI E
QU
E

R+2
R+3

COUPE SUR PARC

PARCELLAIRE

Jéhanne DELBE, Camille
DESOROUX,
Caroline MAURAN,Equipements
KewinVoies
TOGNETTI
Inter-quartiers
Secondaires
Loisirs
/Voies
Sorties
sportifs

RdC
R+1

DENSITE DU BATI

PARC

RELEVER
UN POTENTIEL
ILLE EST DANS
LE
PRÉ EXISTANT...
ème

2

Ruelle
Allée piétonne

HIERARCHIE DES VOIES

Légende :

PARC

VOIES
MES

1

PARCELLAIRE

PARCELLAIRE

ILLE EST DANS LE PRÉ



1

N

Jéhanne DELBE, Camille DESOROUX, Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI

PLAN DE MASSE

COUPE SUR AVENUE
COUPE SUR COURS

COUPE SUR AVENUE

PLAN DE MASSE

PRINCIPE
DE COMPOSITION
DE L’ILOT
PRINCIPE
DE COMPOSITION
DE

COUPE SUR COURS

Légende :
Légende :

RdC
R+1

R+2
R+3

R+4
R+5

RdC
R+1

R+6

R+2
R+3

R+4
R+5

R+6

DENSITE DU BATI

S
COUR

DENSITE DU BATI

PARC

PARCELLAIRE

UN PARC APPROPRIABLE POUR LA DÉTENTE
VUE D’ENSEMBLE
... AU TRAVERS D’ESPACES PUBLICS
VUE D’ENSEMBLE

GRAMMES
OIES

Loisirs / Sorties
Voies Inter-quartiers
Equipements scolaires
Voies Principales

Equipements sportifs
Voies Secondaires
Commerce de proximité
Autres Voies

1

1

N

1

2

2

2

3

3

3

N
LA VILLE
EST DANS LA
LE VILLE
PRÉ AFFIRMER
ESTrévéler
DANS
LE
PRÉ
LA
VILLE ESTARCHITECTURE,
DANSVILLE
LE
PRÉ
VILLE EST DANS
LA
LEVILLE
VILLE
PRÉ
EST DANS LE PRÉ
LA VILLE EST DANS LE PRÉ
ARCHITECTURE,
VILLE ET TERRITOIRE
ARCHITECTURE, VILLELA
ET TERRITOIRE
ARCHITECTURE,
ET TERRITOIRE
LA
VILLE EST DANS
LA
LEVILLE
VILLE
PRÉ
EST DANS LE PRÉ
LA
VILLE
EST
DANS LE PRÉ
ARCHITECTURE,
VILLE
ET TERRITOIRE
ET TERRITOIRE
ARCHITECTURE,
ET TERRITOIRE
LA PRESENCE DUle
PAYSAGE
DANS LE SITE.
TRAMES
trames
paysage
le parc
le boulevard

Zone artisanal ou industrielle
Voies Territoriales

CIRCULATIONS AUTOMOBILE ET PIETONNE

CIRCULATIONS AUTOMOBILE
ET PIETONNEVILLE ET TERRITOIRE
TRAMES
VILLE ET TERRITOIRE
ARCHITECTURE,
Gilles SENSINI
VUE D’ENSEMBLE

Jéhanne DELBE, Camille DESOROUX, Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI

Semestre 8

VUE D’ENSEMBLE

Gilles SENSINI

COUPE
SURCamille
LE SUR
PARC
COUPE
LE PARC
Jéhanne DELBE,
DESOROUX,
Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI
PLAN DE MASSE
VOLUMETRIE ET TYPOLOGIE
VOLUMETRIE ET TYPOLOGIE

Jéhanne DELBE, Camille DESOROUX, Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI

1
1

VUE D’ENSEMBLE

1

VUE D’ENSEMBLE

1

1

Gilles SENSINI

Gilles SENSINI

Jéhanne DELBE, Camille DESOROUX, Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI

Gilles SENSINI

COUPE COUPE
SUR L’AVENUE
SUR L’AVENUE

Jéhanne DELBE, Camille DESOROUX, Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI

Gilles SENSINI

Gilles SENSINI

AVENUE
SUR
LE SUR
COURS
COUPE COUPE
SUR LECOUPE
COURS

Jéhanne DELBE, Camille DESOROUX, Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI

COUPE
SURPAYSAGER
COURS
PLAN
DE MASSE
PLAN DE
MASSE
PAYSAGER

Jéhanne DELBE, Camille DESOROUX, Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI

Jéhanne DELBE, Camille DESOROUX, Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI

Jéhanne DELBE, Camille DESOROUX, Caroline MAURAN, Kewin TOGNETTI

Légende :

Commerces en RdC
Equipements scolaires

PROGRAMME

VUE DEPUIS
L’ILOT PARC
VUE DEPUIS
L’ILOT PARC

Légende :

VOLUMETRIE ET TYPOLOGIE

Légende :

Logements individuels

VOLUMETRIE ET TYPOLOGIE

VOLUMETRIE
ETindividuels
TYPOLOGIE
Logements
Logements
individuels
Logements individuels

RdC
R+1

R+2
R+3

R+4
R+5

R+6

Logements intermédiaires

RdC
R+1

R+2
R+3

R+4
R+5

R+6

DENSITE DU BATI

DENSITE DU BATI

Logements intermédiaires

1

Gilles SENSINI

Logements intermédiaires
Logements
individuels
Logements
collectifs
Logements
intermédiaires

Logements collectifs
Logements
Commerces en Rdccollectifs
Logements intermédiaires

1

1

1

1

VOLUMETRIE ET TYPOLOGIE
VUE DEPUIS L’ILOT PLATANE
collectifs
VUE SUR LA PLACE
2 Logements
VOLUMETRIE
ET TYPOLOGIE
Privé
Public
3

VUE
VUESUR
SURLELACOURS
PLACE
VUE SUR LE PARC

VUE SUR LA PLACE
VUE SUR LE COURS

Zone artisanal
ou industrielle
Logements
collectifs

Commerces en Rdc

VOLUMETRIE ET TYPOLOGIE

1
Loisirs / Sorties
Equipements scolaires

Equipements sportifs
Commerce de proximité

CIRCULATIONS AUTOMOBILE ET PIETONNE

TRAMES
3
AFFIRMER LA PRESENCE DU PAYSAGE DANS
LE SITE.

N TRAMES

Privé

2

PARKING EN SOUS-TERRAIN

2

Public

Privé EN SOUS-TERRAIN
PARKING
VOLUMETRIE ET TYPOLOGIE
Privé
PARKING EN SOUS-TERRAIN

3
3

3

3

PARKING EN SOUS-TERRAIN
PARKING EN SOUS-TERRAIN

Privé

PRINCIPE DE COMPOSITION DE L’ILOT PLATANE

N

VUE DEPUIS L’ILOT PLATANE

LA PROMENADE
SOUS LES PLATANES
COUPE DE PRINCIPE - VUES SUR LA VÉGÉTATION

1

VUE DEPUIS L’ILOT PLATANE
VUE DEPUIS L’ILOT PLATANE

VUE DEPUIS L’ILOT PLATANE

2

LA PROMENADE
SOUS
PLATANES
LA PROMENADE
LE LES
LONG
DU CANAL

PROMENADE
LES
LA PROMENADE
UN PARCLAAPPROPRIABLE
LE LONG DUSOUS
POUR
CANAL
LA PLATANES
DÉTENTE
2

1

Légende :

N

VUE DEPUIS L’ILOT PLATANE

PARKING EN SOUS-TERRAIN

principe de composition de îlots «Platane» et «Parc»

PRINCIPE DE COMPOSITION DE L’ILOT PARC

2

3
2
3

AFFIRMER LA PRESENCEPublic
DU PAYSAGE DANS LE SITE.

2

Public

PARKING EN intermédiaires
SOUS-TERRAIN
Logements
Public
VOLUMETRIE
ET TYPOLOGIE

Publicen Rdc
Commerces
Privé

2

Logements intermédiaires

en Rdc

Privé

Logements
individuels
VOLUMETRIE
ET TYPOLOGIE

22

VOLUMETRIE ET TYPOLOGIE

RAMMES

Commerces en Rdc

Public

2

Logements individuels

Logements
Commerces
en Rdc collectifs

Logements
collectifs
VOLUMETRIE ET
TYPOLOGIE
VOLUMETRIE
ET TYPOLOGIE

Commerces
Commerces
en Rdc

2

1

1

2

VOLUMETRIE ET TYPOLOGIE

des espaces publics appropriables
UN PARC APPROPRIABLE
LA PROMENADE
POUR
LE LONG
LA DÉTENTE
DU CANAL

Légende :

Commerces en RdC
Equipements scolaires

Légende :

RdC
R+1

UN PARC APPROPRIABLE POUR LA DÉTENTE

DENSITE DU BATI

PLAN DE MASSE TECHNIQUE

Commerces en RdC
Equipements scolaires

PROGRAMME

PROGRAMME

R+2
R+3

R+4
R+5

50 m

R+6

150 m

plan masse, un aménagement autours des espaces verts

1

Logements individuels

1

Logements intermédiaires
Logements collectifs
Commerces en Rdc

3

3

2

VOLUMETRIE ET TYPOLOGIE

3

PARKING EN SOUS-TERRAIN

Public

3

PRINCIPE DE COMPOSITION DE
PLATANE
VUEL’ILOT
DEPUIS L’ILOT
PARC

COUPE DE PRINCIPE - VUES SUR LA VÉGÉTATION

PRINCIPE DE COMPOSITION DE L’ILOT PLATANE

COUPE DE PRINCIPE - VUES SUR LA VÉGÉTATION

3

TRAMES
AFFIRMER LA PRESENCE DU PAYSAGE DANS LE SITE.

1

Privé

Enseignants : Gilles SENSINI
N
Géraldine
VIEILLEPEAUN
UN PARC APPROPRIABLE POUR LES LOISIRS

AFFIRMER LA PRESENCE DU PAYSAGE DANS LE SITE.

2

UN PARC APPROPRIABLE POUR LES LOISIRS

1

VOLUMETRIE ET TYPOLOGIE

1

VOLUMETRIE
ET TYPOLOGIE
Logements individuels

VUE D’ENSEMBLE

VUE D’ENSEMBLE

VUE D’ENSEMBLE

1

PRINCIPE DE COMPOSITION DE L’ILOT PARC

UN PARC APPROPRIABLE POUR LES LOISIRS

2

1

1

VOLUMETRIE ET TYPOLOGIE

1

VOLUMETRIE ET TYPOLOGIE

1

Légende :
Logements individuels

Logements individuels

Logements individuels

Logements intermédiaires

Logements intermédiaires

Logements intermédiaires

Logements collectifs

Logements collectifs

Logements collectifs

Commerces en Rdc

Commerces en Rdc

Commerces en Rdc

36

Juin 2013
Durée : 10 semaines / Projet en binôme
Légende :

VOLUMETRIE ET TYPOLOGIE

PROGRAMME

Commerces en RdC
Equipements scolaires

PROGRAMME

Commerces en RdC
Equipements scolaires

37

• proje
t urba
un proje in : développer
t
vallée d urbain dans la
e l’Huve
aune da
le cadre
ns
d’une de
nsificatio
importan
n
te
• déve
lopper
logemen
ts

un

îlot

de

Programme

logements

3).
uveaune (1e site en
H
l’
e
d
e
é
ll
c
l,
La va
urbain
i industrie
Aujourd’hu présente un tissu vec un
mutation , lié à l‘activité, a souvent
déstructuré ire se terminant par un
sytème viaes. Il est traversé amway
en impass u, l’Huveaune. Un tr arseille
cours d’ea liaison Aubagne - M veaune
assurant la nt la vallée de l’Hu
et traversa t mis en place.
sera biento

SITE

26

27

Densification à la Penne-sur-Huveaune

N

3m

9m

l’îlot ouvert : entre logements et activités


Le projet urbain met en scène un vaste parc, traversé par
l’Huveaune, en continuité avec les paysages naturels existants au
Nord du territoire. Il crée une transition entre les logements et la
voie ferrée.

Des cheminements piétons et des voiries automobiles, en
continuité avec les tracés existants, assurent le franchissement du
parc du Nord au Sud. Les berges de l’Huveaune sont aménagées
en promenade piétonne.

Les logements se situent entre le parc et l’avenue recevant
le tramway. Les îlots ouverts permettent à la végétation de
pénétrer jusqu’à l’avenue.

Les activités présentes sur site sont en partie conservées,
elles forment le soubassement des logements ou sont parsemées
dans le parc.

N

T5 type

N

20 m

100 m 300 m

l’îlot ouvert, les activités en rez-de-chaussée

les terrasses au Sud, côté rue

Enseignants : Pascal URBAIN
Alexandre CHAPUIS

5m

60 m

la continuité du parc en coeur d’îlot

une lecture longitudinale : l’habitat, le parc, l’Huveaune, la voie ferrée, le paysage naturel

15 m

Plan d’étage courant, R+3

T3 type

les parties nuit en coeur d’îlot, orientées Nord-Est

28

Décembre 2012
Durée : 10 semaines / Projet individuel

29

ème

3

e

é
ann

15

Concevoir
un
centre
technolo
gies de
de
l’image
l’informa
e
t
de
tio
• centre n :
d
• atelie e documentation
rs d’artis
tes
• centre
de produ
ction
• base
internet
• salle
d’exposit
ion
• base
matériell
e
• cafét
éria

Programme

équipement
13e.
eine, Paris
S
la
e
d
s
deux
Berge
titue de
s
n
o
c
e
s
éservé
Le site
ai haut r
u
q
le
t
:
quais
véhicules, e
x
u
a
t
n
e
m
tons.
essentielle
né aux pié
ti
s
e
d
s
a
b
le.
le quai
nt inondab
ta
é
r
ie
n
r
e
Ce d

SITE

16

17

Un équipement singulier

N

5 000 m² dédiés aux arts électroniques


Le site étant inondable, le bâtiment se développe au fil des
étages.

Chaque espace, possède un volume qui lui est propre et qui vient
se greffer à un volume commun contenant les circulations et les espaces
techniques. Depuis l’extérieur, les fonctions sont concrètement distinctes.
On retrouve une gradation du public au privé du bas vers le haut.

Une rue intérieure, en continuité avec la voirie éxistante, permet
la connexion entre le quai haut et le quai bas tout en assurant l’accès
au bâtiment.

Des terrasses offrent de superbes vues sur la Seine et tout le
paysage urbain parisien.

salle de lecture
2m

plateau d’enregistrement

8m

l’accès en continuité avec la voirie existante
desserte et
services
expositions

espaces
communs
production

médias

un volume pour chaque fonction

la distinction des volumes par une alternace plein - vide

la rue intérieure, liaison quait haut - quai bas

plan d’étage R+4

des fonctions bien distinctes

Enseignants : Philippe ROUSSEL
Rémi LACAU

2m

le programme se développe au fil des étages

8m

un objet architectural sur les quais de Seine

plan d’étage Quai haut

18

Janvier 2012
Durée : 13 semaines / Projet individuel

19

Création
de 70
sociaux
logemen
:
ts
• 40%
de T4
• 30%
de T5
• 30 %
de T3

Programme

logements
Denis (93).
L’ile Saint- arcelle de 4000
p
Une petite ite indistriel en
n s
m² sur u lusieurs projets
P
sont
mutation.
t
n
e
m
e
g
a
d’amén
’étude.
en cours d
t
n
e
m
e
ll
e
actu

SITE

20

21

70 logements sur l’île Saint-Denis

Densité et mixité


La parcelle étant petite, une certaine densité est recherchée. Le
projet se développe donc en hauteur.

Le site est aujourd’hui constitué de hangars sous forme de voûtes
de faible hauteur. En continuité avec ces derniers, un soubassement de
logements individuels est réalisé, il est le support de deux tours.

Les tours forment une quinconce avec le bâti existant pour des
questions de vis-à-vis. Elles se constituent d’un corps de bâtiment principal,
comprenant les parties communes, sur lequel viennent se greffer différents
volumes comprenant des pièces d’habitations.

Les hangars, sous forme de voûtes, sont transformés en logements
intérmédiaires.

Un espace public est aménagé en coeur d’îlot. Ouvert à tous, il
créer un espace de rencontres et permet de cadrer les vues sur la Seine.

N

5m

10 m

40 m

une continuité avec les hangars existants à travers un soubassement

1

15 m

différentes typologies

2

collectifs

individuels
intermédiaires
3

un jeu de volumes

T5 type

2m

création d’un espace public accessible à tous
5m

les voûtes transformées en logements

Enseignants : Philippe ROUSSEL
Rémi LACAU

6m

RDC, logements intermédiaires et individuels
2m

15 m

6m

étage courant R+6, des volumes qui se greffent à un corps de bâtiment principal

le soubasssement, support de deux tours

22

Juin 2012
Durée : 10 semaines / Projet individuel

23

ème

2

e

é
n
n
a

7

A

Initiation au musée : La lumière
La lumière
1

2


à travers un travail de manipulation de maquettes, ce projet a pour
objectif
d’établir un système
d’éclairage
zénithal4.Cycle
valorisant les5.oeuvres
et
3. Pablo
2. Pablo
Robert Delauney,
1. Pablo
5 Picasso,
Tingari,
Rythme,
joie
conférant
à la piècePicasso,
un éclairagePicasso,
optimal. Ce dispositif
met en
scène
lade vivre,
Arlequin et femme
Australie,
femme nue au
femme en
centre Pompidou
au collier, centre
lumière
du
Nord,
indirecte
et
pure.
Elle
valorise
les
peintures
sans
créer
Quai Branly
bonnet turc,
bleu,
Pompidou
centre
centre
de reflet et permet aux
spectateurs
de contempler les tableaux sans être
Pompidou
Pompidou
éblouis.

A

La lumière

3

1

A

Réaliser
une salle
d
de 10
mètres s ’exposition
u
r
comprena
10 mètr
es
nt 5
œuvres
c hoix et
aux
travailler
u
d’éclaira
ge zénith n dispositif
al perme
de valoris
ttant
er ces oe
uvres.

2

4

1

2

3

La lumière

3

1. Pablo
5 Picasso,
Arlequin et femme
au collier, centre
Pompidou

4

La lumière

1. Pablo
5 Picasso,
Arlequin et femme
au collier, centre
Pompidou

5

A'

2. Pablo
Picasso,
femme en
bleu,
centre
Pompidou

4

4.Cycle
Tingari,
Australie,
Quai Branly

3. Pablo
Picasso,
femme nue au
bonnet turc,
centre
Pompidou

5. Robert Delauney,
Rythme, joie de vivre,
centre Pompidou

3. Pablo
Picasso,
femme nue au
bonnet turc,
centre
Pompidou

2. Pablo
Picasso,
femme en
bleu,
centre
Pompidou

4.Cycle
Tingari,
Australie,
Quai Branly

5. Robert Delauney,
Rythme, joie de vivre,
centre Pompidou

5

5

N

mière

Plan

A

Plan

Echelle 1/50ème

Plan

1

4m

1m

Echelle
1/50ème
N
A'

A'

la maquette : un objet d’expérimentation

N
Echelle 1/50ème

1.

2

Pablo PICASSO

Programme

Arlequin et femme
au collier

A

Maquettes intermédiaires

Centre Pompidou

3

1

1. Pablo
5 Picasso,
Arlequin et femme
au collier, centre
Pompidou

2
4

A

2. Pablo
Picasso,
femme en
bleu,
centre
Pompidou
2.

3. Pablo
Picasso,
femme nue au
bonnet turc,
centre
Pompidou

4.Cycle
Tingari,
Australie,
Quai Branly

5. Robert Delauney,
Rythme, joie de vivre,
centre Pompidou

Maquettes intermédiaires

Maquettes intermédiaires

Pablo PICASSO
Coupe AA'

La lumière

1

Echelle 1/20ème

5

Femme en bleu
Vues intérieures de la maquette

Centre Pompidou

2

ENSAPVS
L2. S1
DESOROUX Camille

A'

3
Plan

Coupe AA'

4

2. Pablo
Picasso,
femme en
bleu,
centre
Pompidou

1. Pablo
5 Picasso,
N Arlequin
et femme
au collier, centre
Echelle 1/50ème
Pompidou

Echelle 1/20ème

A

1

Coupe AA'

3ENSAPVS
L2. S1

Echelle 1/20ème

La lumière
DESOROUX Camille

A'
N

4

SAPVS
S1
SOROUX Camille

1. Pablo
5 Picasso,
Arlequin et femme
au collier, centre
Pompidou

3

A

Plan

Echelle 1/50ème

1

2

1. Pablo
5 Picasso,
Arlequin et femme
au collier, centre
Pompidou

4

Picasso,
femme nue au
bonnet turc,
centre
Pompidou

Tingari,
Australie,
Quai Branly

Femme nue au
bonnet turc

Vues intérieures de la maquette

4

A'

1. Pablo
5 Picasso,
Arlequin et femme
au collier, centre
Pompidou

2. Pablo
Picasso,
femme en
bleu,
centre
Pompidou

3. Pablo
Picasso,
femme nue au
bonnet turc,
centre
Pompidou

A'

N

N
Plan

5

Echelle 1/50ème

8

4.Cycle
Tingari,
Australie,
Quai Branly

05/11/10

A

de porjet n°2
1 Exercice
m
3m
La lumière

1

5

A'
Plan

R. DELAUNEY

les oeuvres exposées

5. Robert Delauney,
Rythme, joie de vivre,
centre Pompidou

éclairer sans éblouir

la lumière indirecte du Nord
Coupe AA'

Echelle 1/20ème

ENSAPVS
L2. S1
DESOROUX Camille

Enseignants : Dominique PINON
Olivier MADELIN

Eche

05/11/10
Exercice de porjet n
La lumière

Rythme, joie de vivre,
centre
Pompidou
5.

Centre Pompidou

3

La lumiè

l’absence de reflet sur les oeuvres

Rythme, joie de
vivre

5
5

5. Robert Delauney,
Rythme, joie de vivre,
centre Pompidou

4.Cycle
3. Pablo
5. Robert Delauney,
4. Tingari,
Picasso,
Rythme, joie de vivre,
Australie,
femme nueCyc
aule Tingari,
centre Pompidou
Australie Quai
Branly
bonnet turc,
Vues
intérieures de la maquette
centre
Quai Branly Maquettes intermédiaires
Pompidou
4.Cycle
5. Robert Delauney,

2. Pablo
Picasso,
femme en
bleu,
centre
Pompidou
3. Pablo
2. Pablo
Picasso,
femme en
bleu,
centre
Pompidou

4.Cycle
Tingari,
Australie,
Quai Branly

3. Pablo
Picasso,
femme
nue au
3.
bonnet turc,
Pablocentre
PICASSO
Pompidou

Centre Pompidou

5

2

05/11/10
Exercice de porjet n°2
La lumière

Octobre 2010
Durée : 3 semaines / Projet individuel

9

Le musée

DESOROUX Camille

L,2 S,1

ENSAPVS

DESOROUX Camille

l’édifice occupe l’intégralité de la parcelle

Perspective extérieure

Plan masse

les terrasses tournées vers le Canal
5m

15 m

Pe

échelle : 1/200ème

échelle : 1/200ème

1/200ème

Exercice
Enseignants : Dominique PINON
Olivier MADELIN

Coupe BB'

Coupe BB'

Plan 1er étage

une entrée en triple hauteur

1/200ème

Enseignants :

Dominique PINON

Olivier Madelin

10

Perspective extérieure

échelle 1/500ème

Plan 1er étage

1/200ème

1/200ème

ENSAPVS

Enseignants :

Dominique PINON

Olivier Madelin

L,2 S,1

échelle 1/200ème

échelle 1/200ème

plan d’étage R+1

Coupe CC'

DESOROUX Camille

Coupe AA'

1/200ème

Coupe AA'

Plan rez-de-chaussée bas

10 m

Plan 2ème étage

échelle 1/500ème

1/200ème

Exercice n° 3 : LE MUSÉE

Plan masse

5m

Plan 2ème étage

SITE

Expositions temporaires

1/200ème

1/200ème

Exercice n° 3 : LE MUSÉE

au
Paris 4e.
ngulaire
ia
tr
e
ll
e
c
q dans
Une par
l de l’Ourc
a
n
a
c
u
d
bord
.
isien dense
r
a
p
u
s
s
ti
un

Expositions
permanentes

Plan rez-de-chaussée bas

Plan rez-de-chaussée haut

Programme

N

Bibliothèque

Plan rez-de-chaussée haut

L’édifice
com
• une b prendra :
ibliothèq
ue,
• une c
afétéria,
• des e
xp
• des e ositions temporair
xposition
es,
s perman
entes.

L,2 S,1

ENSAPVS

Concevoir
un
comprena musée de 1 500

nt 500
m² d’esp
extérieur
aces
s.


L’édifice, tourné vers le canal, met en scène de vastes terrasses
qui offrent des vues sur le paysage parisien et notamment le canal
de l’Ourcq.

L’entrée en triple hauteur créée un espace de transition entre
l’espace public et l’espace privé et admet à l’édifice une certaine
importance. Les fenêtres en bandeaux marquent l’angle de la rue.

Au dernier étage, la salle d’exposition bénéficie d’un
éclairage naturel zénithal. Provenant du Nord, la lumière indirecte
éclaire les oeuvres de façon optimale.

la hauteur sous plafond varie en fonction des expositions

échelle 1/200ème

E

n° 3 : LE MUSÉE
Janvier 2011

Perspective intérieuD

Durée : 9 semaines / Projet individuel

O

11

Le plaisir d’habiter

Concevoir
23 logem
parcelle
ents sur u
rectangu
laire étro ne
en milieu
ite et
urbain de
nse.
Il est imp
osé :
• 8 T2
• 3 T3
• 9 T4
• 3 T5

N


Le projet se constitue de 5 maisons individuelles et de 2
bâtiments de logements collectifs. La parcelle étant étroite, un
décalage des volumes permet d’offrir une double orientation à
chaque logement.

Les deux bâtiments de logements collectifs présentent
une entrée et une desserte verticale communes complétées par
un système de passerelles permettant la desserte de chaque
logement. Ces dernières, en double hauteur grâce à une
alternance entre duplex et simplex, permettent de conserver une
architecture légère.

Les maisons individuelles se développent sur un étage et
possèdent leur propre jardin privé.

Programme

un rez de chaussée vitré pour laisser passer les vues

ite
Paris 13e.
ire et étro
a
é
n
li
e
ll
e
c
risien
Une par
urbain pa
u
s
s
ti
n
u
dans
omposé.
dense et c

1m

3m

les T4 duplex bénéficient d’une double hauteur
N

2m

6m

plan d’étage R+2. 4 logements par étage

un éclairage optimal est assuré par des glissements entre les bâtiments
2m

6m

SITE

une désserte assurée par des passerelles en double hauteur

12

Enseignants : Dominique BRARD

Simon RODRIGUEZ

Juin 2011
Durée : 8 semaines / Projet individuel

13

rs
e
v
i
xd

u
a
v
a
Tr

51

Après av
oir défin
i ce qu’e
monumen
st u
t, établir
un diagn n
sur les
ostic
m
métropole onuments de
.
la

Programme

cartographie :
l’atlas métropolitain
es-dut de Bouch
n
e
m
te
r
a
p
le dé
Rhône

SITE

52

53

Séminaire de l’atlas métropolitain

Les monuments des Bouches-du-Rhône

La question du monument dans la métropole nous a amenées à définir ce qu’est un monument à l’échelle
d’un territoire. Alois Riegl en distingue différentes catégories :

Monument message : Notre-Dame de La Garde

Le monument message
Il se rapporte à un événement passé, réel ou mythique. Son
propre n’est pas la valeur artistique ni la valeur d’ancienneté.
Il n’a d’usage autre que symbolique : stipuler une cérémonie,
soutenir un rituel, interpeller une postérité. C’est une lettre sous
enveloppe dûment adressée par une époque à la suivante.
C’est le monument au sens premier entendu comme « marque
publique destinée à transmettre à la postérité la mémoire de
quelque personne illustre ou de quelque action célèbre ».

Monuments traces
Monuments traces
- zones
Monuments formes

Le monument forme
Il est le « monument historique » traditionnel. Fait architectural,
civil ou religieux, ancien ou contemporain, il s’impose par
ses qualités intrinsèques, d’ordre esthétique ou décoratif,
indépendamment de ses fonctions utilitaires ou de sa valeur
de témoignage. Le monument forme, c’est un édifice qui n’a
pas été conçu pour véhiculer un message moral ni perpétuer un
souvenir quelconque. Il a le plus souvent une fonction utilitaire.

Monuments messages
Monuments messages
- zones
1 : 150 000

1 cm = 1,5 km

Monuments naturels
Voies ferrées

N

Routes primaires

1 : 150 000

Le monument trace
C’est un monument sans motivation éthique ou esthétique. Non
intentionnel, il n’a pas été fait pour qu’on se souvienne de lui mais
pour être utile, et ne prétend pas au statut d’œuvre originale
ou esthétique. Contrairement au précédent, il ne dénote pas
de volonté d’art explicite, et est d’un intérêt architectural
présupposé nul.

les différents types de monuments

1 cm = 1,5 km

Exploration du territoire Marseille-Provence

ATLAS METROPOLITAIN
1 : 150 000

1 cm = 1,5 km

ATLAS METROPOLITAIN
Exploration du territoire Marseille-Provence

FNAC
M

LES MONUMENTS DE LA METROPOLE
Exploration du territoire Marseille-Provence

ATLAS METROPOLITAIN

Monument forme : Acqueduc de Roquefavour

Monuments formes
- zones

Les monuments de la métropole se définissent en quatre catégories, à savoir
monuments messages, monuments formes, monuments traces et monuments naturels. Cette carte complémentaire à la première qui recense les
éléments par catégories, permet de montrer la forme de chaque objet. En
effet, si les monuments sont reconnus comme tels grâce à leur taille, leur
importance politique, économique ou symbolique. Ils sont aussi reconnus en
tant qu’objets singuliers. Un monument est aussi monumental de part sa
forme. Il est une entité visuelle et fait office de repère dans le paysage. Les
monuments, sur cette carte sont représentés à l’aide de logos simplifiés qui
Exploration du territoire Marseille-Provence
permettent de donner un aperçu des zones, objets ou réseaux d’objets
répertoriés sur la première carte.
Les monuments formes et messages se situent essentiellement en centre ville
tandis que les monuments traces sont plutôt en périphérie et à proximité des
éléments naturels. Il ressort également des deux cartes, que les monuments
traces s’accrochent pour la plupart aux voies ferrées et sont même alimentés
par ces dernières.

ATLAS METROPOLITAIN
Exploration du territoire Marseille-Provence

ATLAS METROPOLITAIN

Monument trace : Usine d’alumine de Gardanne

Le monument naturel
C’est une identité paysagère qui a formé le territoire en
influençant la façon dont l’homme a investi ce-dernier : en
découlent son implantation, ses activités, ses déplacements ou
encore les ouvrages qu’il a pu réaliser.

ATLAS METROPOLITAIN
Exploration du territoire Marseille-Provence

Échelle 1 : 100 000
1 cm sur la carte représente 1 kilomètres
0

1

N

5

10

SMART

Chaque icône symbolise un monument de la métropole. Certains monuments sont des objets uniques qui, à eux seuls, réussissent à répondre au
critère «monumental»; tandis que d’autres deviennent monuments par la
répétition d’un ou plusieurs éléments reconnaissables sur une grande
étendue. L’icône agit en tant que repère visuel, facilitant la compréhension de
la carte et permettant à l’observateur d’identifier aisément et rapidement les
différentes entités du paysage métropolitain.

M

Monuments traces
- zones

FNAC
M

LES MONUMENTS DE LA METROPOLE

Canal de Marseille

Les monuments
de la métropole
se définissent
en quatre catégories, à savoir
Monuments
Traces
- Zones
monuments messages, monuments formes, monuments traces et monuments naturels. Cette carte complémentaire à la première qui recense les
éléments par catégories,
de montrer la forme de chaque objet. En
Canal depermet
Marseille
effet, si les monuments sont reconnus comme tels grâce à leur taille, leur
importance politique, économique ou symbolique. Ils sont aussi reconnus en
tant qu’objets singuliers. Un monument est aussi monumental de part sa
Voies ferrées
forme. Il est une entité visuelle et fait office de repère dans le paysage. Les
monuments, sur cette carte sont représentés à l’aide de logos simplifiés qui
permettent
de donner
un aperçu
des zones,enobjets
réseaux d’objets
Les
monuments
de la métropole
se définissent
quatreoucatégories,
à savoir
Routes
primaires
répertoriés surmessages,
la
première
carte.
monuments
monuments
formes, monuments traces et monuLes monuments
et messages
se situent àessentiellement
enrecense
centre ville
ments
naturels. formes
Cette carte
complémentaire
la première qui
les
tandis
quepar
les catégories,
monumentspermet
traces sont
plutôt enlapériphérie
à proximité
éléments
de montrer
forme de et
chaque
objet.des
En
éléments
naturels.
Il ressort
deux tels
cartes,
queà les
effet,
si les
monuments
sontégalement
reconnus des
comme
grâce
leurmonuments
taille, leur
traces s’accrochent
pour
la plupart aux
voies ferréesIlsetsont
sontaussi
même
alimentés
importance
politique,
économique
ou symbolique.
reconnus
en
par ces
dernières.
tant
qu’objets
singuliers. Un monument est aussi monumental de part sa

FNAC
M

LES MONUMENTS DE LA METROPOLE

Voies ferrées

Monument naturel : La Sainte-Victoire

forme. Il est une entité visuelle et fait office de repère dans le paysage. Les
monuments, sur cette carte sont représentés à l’aide de logos simplifiés qui
permettent de donner un aperçu des zones, objets ou réseaux d’objets
répertoriés sur la première carte.
Les monuments formes et messages se situent essentiellement en centre ville
tandis que les monuments traces sont plutôt en périphérie et à proximité des
éléments naturels. Il ressort également
Échelle 1 :des
100deux
000 cartes, que les monuments
traces s’accrochent pour la1 cm
plupart
aux
voies1ferrées
sur la carte
représente
kilomètres et sont
N même alimentés
par ces dernières.

Routes primaires

Le critère métropolitain
Notre dernier critère de sélection fut l’impact du monument
dans le territoire métropolitain, que ce soit au niveau des
pratiques humaines qu’il génère, de son irradiation économique
ou encore de son échelle. Le monument métropolitain assure
sa fonction essentielle de repère identitaire et de jalon de la
composition urbaine.

0

1

5

10

SMART

Chaque
icône
symbolise
monument
Réalisé
et édité par
: MAURAN
Carolineun
- DESOROUX
Camillede

la métropole. Certains monuments sont des objets uniques qui, à eux seuls, réussissent à répondre au
critère «monumental»; tandis que d’autres deviennent monuments par la

M

Échelle
1sous
: 100
000forme et par quelque
Touterépétition
reproductiond’un
ou adaptation,
même
patielle,
quelque
procédé
ou plusieurs
éléments
reconnaissables
une
grande
1 cmsans
sur laautorisation
carte représente
kilomètres
que ce soit est interdite pour tous pays,
de1l’IGN
et éventuellement,
autres
N surdes
étendue.
L’icône
en tant
auteurs
mentionnés
par lesagit
copyrights
© que repère visuel, facilitant la compréhension de
0la

5
carte 1et permettant à l’observateur d’identifier
aisément et rapidement les10
différentes entités du paysage métropolitain.

SMART

Chaque icône symbolise un monument de la métropole. Certains monuments sont des objets uniques qui, à eux seuls, réussissent à répondre au
critère «monumental»; tandis que d’autres deviennent monuments par la
répétition d’un ou plusieurs éléments reconnaissables sur une grande
étendue. L’icône agit en tant que repère visuel, facilitant la compréhension de
la carte et permettant à l’observateur d’identifier aisément et rapidement les
différentes entités du paysage métropolitain.

M

Monuments Traces - Zones
Canal de Marseille
Voies ferrées
Monuments
Traces - Zones
Routes primaires
Canal de Marseille
Voies ferrées
Routes primaires

N
Réalisé et édité par : MAURAN Caroline - DESOROUX Camille

Toute reproduction ou adaptation, même patielle, sous quelque forme et par quelque procédé
que ce soit est interdite pour tous pays, sans autorisation de l’IGN et éventuellement, des autres
auteurs mentionnés par les copyrights ©

Réalisé et édité par : MAURAN Caroline - DESOROUX Camille

les monuments dans la Métropole une concentration autours de l’étang de Berre

Toute reproduction ou adaptation, même patielle, sous quelque forme et par quelque procédé
que ce soit est interdite pour tous pays, sans autorisation de l’IGN et éventuellement, des autres
auteurs mentionnés par les copyrights ©

Enseignants : Laurent HODEBERT
Alexandre FIELD

54

Juin 2013
Durée : 12 semaines / Séminaire en binôme

55

Amiances urbaines

établir un
diagnost
ic
Place de
s Moulins précis de la
et propo
aménage
ser un
ment.

5h


Un travail de relevés a d’abord été réalisé (température, lumière,
ensoleillement) afin de bien cerner les enjeux de la place.

Dans un second temps, un projet de réaménagement de la place a été
proposé. Il semblait indispensable de conserver le caractère historique du lieu.
L’automobile, omniprésente sur le site notamment à travers le stationnement
sauvage doit être régulée. 7h

Cette place doit devenir un lieu d’échanges, de loisirs et de rencontres.

6h

Partie Nord de la place des Moulins, état actuel

Partie Nord de la place des Moulins, état actuel

5h

8h

6h

10h

secteur Nord : un boulodrome

7h

la matérialité

Programme

11h

12h

Elévation Est
soltice d’hiver, ensoleillement à 8h et à 13h

10h

13h

8h

PRISE DE MESURES
Etude de l’ensoleillement
global au solstice d’hiver sur une demie-journée
le

S7-S9 OPTION
ansAmbiances Urbaines - C.DESAUROUX, V.GRIMA, S.HACHEMAOUI, M.JAY, C.MAURAN
Moulins, d
s
e
d
e
c
La pla u Panier (13)
quartier d

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT
N

Elévation Ouest

11h
PRISE DE MESURES
TH en degrés Celcius

Mesures au raz du sol
Mesures à 1m
Mesures à 2m

PRISE DE MESURES
Etude de l’ensoleillement global au solstice d’hiver sur une demie-journée

S7-S9 OPTION Ambiances Urbaines - C.DESAUROUX, V.GRIMA, S.HACHEMAOUI, M.JAY, C.MAURAN

S7-S9 OPTION Ambiances Urbaines - C.DESAUROUX, V.GRIMA, S.HACHEMAOUI, M.JAY, C.MAURAN

10 m
Grille d'aspiration
d'air

S

Grille de soufflage
d'air

S

Circulations
verticales /
gaines VMC

A

30 m

plan d’ensemble
S

S

S

Circulations
verticales /
gaines VMC

A

S

S
Grille de soufflage
d'air

S

Grille de soufflage
d'air

Grille de soufflage
d'air

S

Coffret
VMC en
faux-plafond

S

12h
Circulations
verticales /
gaines VMC

A

Grille d'aspiration
d'air

S
A

Grille d'aspiration
d'air

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

prise de mesures : température (°C)

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

N

13h

REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT

SITE

étude d’ensoleillement sur les façades

Enseignant : Marc-André VELEY-DABAT
56

PRISE DE MESURES
Etude de l’ensoleillement sur les façades de la place

Décembre 2012
Durée : 6 semaines / Projet en trinôme

57

Land’Art

Des parasols s’implantent dans un petit cours d’eau du Bois de
Vincennes. Le but recherché étant de tromper le spectateur et de réaliser
une oeuvre à petite échelle en simulant un aménagement monumental
qui pourrait prendre place sur une grosse cascade.

Cette oeuvre n’a aucun impact sur le site, puisqu’il a retrouvé son
état initial à la fin du projet.

Réaliser
un proje
t de lan
dans le c
d’art
adre de
l’
option A
Paysage.
rt et

Programme

s
petit cour s
n
u
t
s
e
i
ois
ne
Le site c h s le bois de Vincen
n
a
d
d’eau

SITE

Enseignante : Florence GILLET
58

Décembre 2012
Durée : 6 semaines / Projet individuel

59

Mémoires de recherche
• La ZAC de Bercy : un ensemble urbain facteur de mixité sociale ?
La ZAC d
e Bercy
: un ense
urbain fa
mble
cteur de
mixité so
ciale ?

mémoire


La ZAC de Bercy est un quartier mixte et autonome aménagée par Jean-Pierre Buffi de 1988 à
2005 et dans lequel les logements sociaux sont omniprésents. A travers cette étude, j’ai tenté de définir
si cet ensemble urbain qui respecte fortement son patrimoine historique est facteur de mixité sociale ;
comment certains éléments engendrent des échanges entre les habitants et permettent donc une cohabitation
harmonieuse. A travers le point de vue des habitants, j’ai essayé de comprendre si cette mixité est bénéfique
pour tous ou bien si elle relève d’une utopie. Elle est en effet source de beaucoup de polémiques aujourd’hui
et ce depuis la fin du XXe siècle. Elle a pourtant toujours existé, l’immeuble haussmannien constitue d’ailleurs
un exemple concret de mixité verticale.

de 3 e ann

ée

• Comment les morphotypes mis en place lors d’une opération de
résidentialisation, dans un Projet de Rénovation Urbaine, sont-ils vécus
par les habitants ?


es mis
morphotyp
s
le
t
n
e
Comm
n de
e opératio
n
’u
d
s
r
lo
t
en place
ns un Proje
a
d
,
n
o
ti
a
lis
résidentia
nt-ils
rbaine, so
U
n
o
ti
a
v
de Réno
nts ?
les habita
vécus par

de
mémoire


Dès le début des années 70, un rejet des grands ensembles apparaît. Différentes interventions sont
alors entreprises par l’État pour requalifier et revaloriser les quartiers dit « sensibles ». En 2003, L’Agence
Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU) voit le jour et met en œuvre un programme conséquent visant
à la rénovation des zones urbaines sensibles. Des opérations lourdes sont donc appliquées aux quartiers
les plus fragiles, dans le but de les transformer en quartiers « ordinaires ». Pour ce faire, la stratégie la
plus répandue est la résidentialisation. A travers la mise en place de clôtures, elle permet de clarifier les
domanialités, et de redéfinir le statut de chaque espace. En transformant les quartiers de grands ensembles
en résidences facilement appropriables, elle redéfinit une échelle qui correspondrait d’avantage à la taille
humaine. Malgré des objectifs cohérents, celle-ci est sujet à polémiques.
Un Projet de Rénovation Urbaine (PRU) a été appliqué au quartier Saint-Paul (Marseille 13e). Si dans ce
cas, la mise en place de la résidentialisation a permis de normaliser le site, elle a aussi bouleversé les modes
de vie de ses habitants. Bien qu’elle offre des aménagements de qualité, elle s’est imposée aux résidents et
certains demeurent insatisfaits. La résidentialisation nécessite une extrême rigueur lors de sa mise en œuvre
et une cohésion entre les différents acteurs. À travers la communication et la concertation avec les habitants,
cette dernière ne doit pas s’imposer à eux mais doit répondre à leurs besoins et leurs attentes.

5e année

64

Enseignant : Philippe ROUSSEL (3e année)

Stéphane HANROT (5e année)

Juin 2012 et Décembre 2013
Durée : 15 semaines / recherches individuelles
65

mille

X Ca
U
O
R
O
DES

4 13

45 9
6
6
6
0
:
él

T

.fr

cams

tmail
o
h
@
s
e
-d

arseille
ENSA M -de-Seine
aris Val
ENSA P


Aperçu du document portfolio Camille Desoroux - 2017.pdf - page 1/32
 
portfolio Camille Desoroux - 2017.pdf - page 2/32
portfolio Camille Desoroux - 2017.pdf - page 3/32
portfolio Camille Desoroux - 2017.pdf - page 4/32
portfolio Camille Desoroux - 2017.pdf - page 5/32
portfolio Camille Desoroux - 2017.pdf - page 6/32
 




Télécharger le fichier (PDF)


portfolio Camille Desoroux - 2017.pdf (PDF, 56.4 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


portfolio camille desoroux 2017
terraza
318 programme semaine bleu 2017 w
cv pierre allal
cv pierre allal sept 2016 hd
book thomas camille

Sur le même sujet..