THEME 1 EPISODE 1 .pdf



Nom original: THEME 1 EPISODE 1.pdf
Titre: Microsoft Word - LAURENT
Auteur: afpal

Ce document au format PDF 1.7 a été généré par / Microsoft: Print To PDF, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 01/03/2017 à 19:58, depuis l'adresse IP 92.88.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 251 fois.
Taille du document: 14.9 Mo (11 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


THEME 1 : PREMIERS TEMPS CHRETIEN

/

EPISODE 1 : Crypte des Carmélites

1/ Rappel historique
Antiquité
Une cavité est creusée dans le banc de marne à 10m de profondeur (le banc de calcaire étant situé à 28m par rapport au
sol) dans le périmètre d'un cimetière gallo-romain. Extraction de pierre ou/et catacombes ? (état 0)
IIIème siècle
Selon la Tradition, vers 250-260, Saint Denis fut envoyé en Gaule avec six autres évêques pour l'évangéliser. Il se fixa à Lutèce et avec ses compagnons, le prêtre Eleuthère et le diacre Rustique, il commença l'évangélisation des Lutéciens, dans
la clandestinité, en disant la messe dans cette cavité souterraine, leur servant probablement également de refuge pendant les persécutions des empereurs DECE (249-251) ou VALERIEN (253-260). (état 1)
Ces premières réunions de fidèles provoquèrent la réaction du Préfet romain SISINNIUS FESCENINUS, hostile au nouveau
culte, qui aurait fait arrêter Saint Denis et deux compagnons dans cette même crypte, premier lieu de son martyre.
Vème siècle
400-500
redécouverte de la carrière donc du premier sanctuaire parisien par Sainte Geneviève (423-512) selon Grégoire
de TOURS ; elle fait construire, sur le sanctuaire souterrain dédié à Saint Denis, un oratoire en l'honneur de Marie, la carrière
devient crypte (état 2).
VIème siècle
Cette légende est amorcée au début du siècle. La chapelle dédiée à Notre Dame, dite des Vignes devint un lieu de pèlerinage.
VIIIème siècle
L'abbé de Saint Denis FULRAD (710-784) remplace l'oratoire du Vème siècle par une église; agrandie par l'abbé HILDUIN
(775-855).
IXème siècle
Cette légende est reprise et développée par HILDUIN, abbé de Saint Denis qui a fait rédiger une singulière hagiographie de saint Denis
XIème siècle
1033
mention de l'existence de l'église Notre-Dame des Champs
MONASTERE DES BENEDICTINS
Geoffroy de Boulogne, évêque de Paris de 1061 à 1095, fit don des bâtiments aux Bénédictins de l'abbaye de
MARMOUTIERS qui fondèrent un monastère et qui le gardèrent jusqu'en 1603. L'accès à la crypte subsiste.
XIIème siècle
1130
assignation sur le douaire de la reine Adélaïde, la rente nécessaire à la fourniture des luminaires de la crypte par
Louis VI
1144
l'abbé SUGER (1080-1151) conçoit la façade de l'église
XIIIème siècle
Cette légende de Saint Denis fut largement diffusée par l'ouvrage « La Légende Dorée de Jacques de VORAGINE ».
Réginald d'Orléans (1183-1220), compagnon de Saint Dominique, fut enterré dans la crypte.
1085

Lieu de pèlerinage : Saint Denis, copie d'une image de la Vierge attribuée à Saint Luc, tombeau du dominicain Réginald;

Construction du portail de l'église; confrérie dite de Notre Dame du Chapelet
Monastère des Bénédictins de 1085 à 1603

Extrait du plan dit de Saint Victor 1550
Abandon du monastère pendant les guerres de religion

1

XVIIème siècle
1603
1604

COUVENT DES CARMELITES

fondation officielle du monastère dit de l'Incarnation
Reconstruction suivant les plans des Carmélites d'Espagne
vente par les Bénédictins à la duchesse de LONGEVILLE, Anne-Geneviève de BOURBON-CONDE (1619-1679),
installation des Carmélites provenant du Carmel d'Espagne (1er couvent français de l'Ordre depuis la réforme théré-

sienne)

1605

installation des six religieuses espagnoles dont deux soeurs Anne de Jésus et Anne de Saint Barthélémy
ayant connu Sainte Thérèse d’Avila ; berceau de la Réforme thérésienne en France donnant naissance aux 62
autres carmels de 1605 à 1668
Vestiges subsistants du cloître, du dortoir et du réfectoire; voûtes de l'église à ciel ouvert; restauration de l'église par
Marie de MEDICIS
Extrait du plan dit de QUESNEL 1609

Extrait du plan dit de VASSALIEU 1609

1627
transformation de la chapelle par les religieuses « désirant renouveler en quelque sorte l'ancienne dévotion de
cette chapelle et la rendre plus aisée tant pour la célébration des messes que pour les visites des fidèles, l'ont fait disposer
de sorte qu'au lieu de l'obscurité et de l'humidité qui l'incommodaient grandement, elle se trouve de présent fort claire et
bien saine, outre quantité de peintures et autres enrichissements qui la rendaient fort agréable. » extrait du récit de Claude
MALINGRE (1580-1653); (état 3)
Extrait du plan dit de MERIAN 1615

Extrait du plan dit de TAVERNIER 1630

2

1637 conservation de la crypte romane et accès réservé aux seules cloîtrées

Eglise Notre Dame des Champs
Couvent des Carmélites

Le Carmel du faubourg Saint Jacques a été
pour la France ce que celui d'Avila avait été
pour l'Espagne: le berceau de la réforme thérésienne.» L'ancien Carmel du faubourg Saint
Jacques 1604-1792 de Jean-Baptiste ERIAU
1929 chez PICARD

gravure de Matthaus MERIAN (1593-1650)

Une décoration originale fut faite au milieu du
XVIIème siècle, par les soins d'une carmélite,
Louise de Jésus Maria: « Les chapelles, autels,
façades et pilastres sont recouverts de coquillages ou de morceaux de verre, de fragment
de poterie, plaqués avec de la terre glaise et
formant une mosaïque où l'on remarque tant
d'art et de goût que, lorsque le caveau est
illuminé, le coup d'oeil en est des plus curieux et
tout à fait capable d'élever l'âme à Dieu. Les
chapelles, ainsi que toutes les murailles de la
voûte de ce sanctuaire sont revêtues d'ouvrages de la même matière.../... » (état 4)
gravure d'Israel SILVESTRE (1621-1691)

XVIIIème siècle

1728 plan dit DELAGRIVE

1730 plan dit ROUSSEL
3

1739 plan dit de TURGOT

1775 plan dit JAILLOT
église des Carmélites (façade Ouest)

dessin XVIIIème siècle

1839-40 extrait de l'ouvrage de TAYLOR

4

superposition du plan de VERNIQUET 1789-90
sur celui des carrières état début xxème siècle
Sur ce plan, la crypte n'est pas représentée,
mais les deux carrés noirs dans le périmètre
de l'église dessinée en rouge représentent
ses conduits de ventilation et permettent
donc de la situer.

1792

expulsion des religieuses,
fermeture du couvent, abandon des
bâtiments, lotissement
1795
vente des bâtiments du couvent
1797-98 destruction des bâtiments, notamment
de l'église par une mine, comblement
de la crypte avec les gravats de l'église,
percement de la rue du Val-de-Grâce;

XIXème siècle
1802
1804

reconstitution de la communauté
rachat par les Carmélites d'une partie
de leur domaine, terrain situé au-dessus
de la crypte et reconstitution d'un nouveau
Carmel;

1817

restitution des objets d'art en
provenance de l'ancienne église
par Louis XVIII

Cadastre napoléonien 1810-1836
1855-56 reconstruction du monastère à
l'exception de deux chapelles;
subsistance de l'église du Carmel;
chapelle située à l'emplacement de
l'actuelle:
« Celle-ci, d'un dessin beaucoup plus
simple, affectait la forme d'un plan
circulaire ayant environ 6 mètres de
diamètre sur 4,80m de hauteur et
était surmontée d'un dôme de 5,82m
qui aboutissait au sol du jardin et
qui était couronné d'un lanternon
vitré donnant l'éclairage.
La construction avait été exécutée au
moyen d'une fouille en tronc de cône
renversé et sans recherche artistiques
.../... » (procès verbal de la Commission du Vieux Paris du 20/11/1915) (état 5)

5

1864

percement de la rue Pierre NICOLE (section rue du Val de Grâce-Boulevard Port Royal)

1870-71 épisode de la Commune passé dans les caves et voeu de reconstruction de la crypte; détérioration par l'humidité
et
l'explosion de la poudrière du Luxembourg;
1893

redécouverte de la crypte sous la direction de la mère Agnès

1895
restauration de la crypte, déblaiement des galeries d'accès, de la crypte, réfection des décors (état 6)
«La construction que la Commission a visitée date de 1895; elle n'a aucun caractère architectonique; elle résout très
agréablement un ensemble de problèmes de stéréotomie. Elle est l'oeuvre de l'entrepreneur des travaux de la congrégation, oeuvre accomplie sans le concours d'aucun architecte. Cette construction, toute en longueur, a environ 28mètres
d'étendue sur une largeur de 2,39m, et de 4 mètres dans la chapelle du fond. Deux escaliers y donnent accès: celui des
religieuses en compte 55; des niches latérales ont été aménagées pour l'usage rituel. La hauteur sous voûte est de 4,50m et
le sol de la chapelle est à 9,20m du niveau du jardin qui la recouvre. » (procès verbal de la Commission du Vieux Paris du
20/11/1915)
1896/01/29 bénédiction par Monseigneur d'HULST Maurice Le Sage d'HAUTEROCHE d'HULST (1841-1896)
plan de 1896

6

XXème siècle
1901/10/01
expulsion des Carmélites et départ pour la Belgique
1908
percement de la rue Pierre NICOLE (vers la
relevé du 14/12/1908

rue

Saint

Jacques

à

travers

1910/11/09
communication de Mr Lucien LAMBEAU (procès-verbal de la Commission
servitude de descente à ses deux extrémités; voeu de conservation par la Commission du Vieux Paris
1911

les

du

bâtiments)

Vieux

Paris)

nouvelle liquidation par les Domaines avec l'ouverture de la rue Pierre Nicole

1911/07/04 et 1911/12
jugements soumettant l'immeuble aux dispositions d'un cahier des charges de la vente des biens de la congrégation des
Dames Carmélites comportant les clauses suivantes: "qu'ils demeurent frappés des servitudes suivantes: tant que la question n’aura pas été définitivement tranchée, et perpétuellement dans le sas où elle serait tranchée dans le sens de la conservation de la crypte, ces lots devront supporter l'existence de cette crypte dans leur sous-sol et continuer à assurer la
ventilation par le maintien et le prolongement des cheminées d'aération actuelles. De plus, le 5ème lot de l'îlot A devra
conserver le libre accès même public à cette crypte à l'aide de l'un des deux escaliers existants, à son choix, mais sans
pouvoir néanmoins détruire l'escalier auquel l'accès aura été supprimé on se servit de cet escalier. En tout cas les acquéreurs de cas lots devraient faire leur affaire personnelle et sans recours contre les vendeurs es-qualités de toutes questions
relatives à cette crypte, quelles que soient les éventualités qui se présenteront: expropriation par la Ville» accès public, entretien des cheminées d’aération, suppression de la crypte, bouchement au droit de la voie publique, etc... »
relevé du 18/12/1908 du Service du Plan de Paris:
Ce relevé prend en compte le percement de la section nord de la rue Pierre Nicole en 1908, au droit des jardins, à l'extérieur des bâtiments conventuels.

7

La crypte est symétrique suivant un axe Ouest-Est, à la verticale de l'ancienne église des Carmélites et dans l'axe de la galerie septentrionale du cloître reconstitué. La partie occidentale de la crypte, le couloir d'accès, était à l'aplomb de cette
galerie.
OUEST

8

1908 plan de lotissement

1955 projet de construction d'un immeuble
1956/01/20 reportage photographique de la Commission du Vieux Paris avant la construction de l'immeuble

angle Sud-Est du cloître

aile Sud du cloître

vue de la crypte vers l'Ouest
1956/02/01
lettre de

voeu de la CVP en faveur du maintien de la servitude de conservation de la chapelle souterraine (extrait
Michel FLEURY du 26/12/1957)
9

1956
1960

projet des architectes VIOLLET et HOUILLIER
fouilles par la CVP

1960/06/22

lettre de Mr Claude BALICK architecte au maire du Vème arrondissement : travaux en cours

OUEST

1991

EST

fouilles par la CVP (archéologue Madame Catherine BRUT)

1956/01/20 reportage photographique
10

1999/06/14
lettre de Mr Michel FLEURY: avis favorable à son inscription pour son caractère de lieu de mémoire actuel
règlement de copropriété: «Cette partie concerne une crypte dont la conservation a été imposée à titre de servitude perpétuelle.
En conclusion de ce rappel historique nécessaire pour comprendre la configuration actuelle de la crypte sous l'emprise des
fronts bâtis de la rue Pierre Nicole, l'édifice actuel est constitué d'une enveloppe en pierre construite en 1895 à l'intérieur
d'une cavité souterraine creusée à l'époque romaine, située à 10m de profondeur, au-dessus du banc calcaire.
La crypte actuelle a-t-elle été construite au-dessus de la crypte « légendaire » de Saint Denis, ou à l'intérieur? Seules des
fouilles pourraient répondre à cette question.
Témoignage de la communauté religieuse de la fin du XIXème siècle, cet édifice transmet également le souvenir de plusieurs états d'une « première cathédrale » où Saint Denis aurait célébré la messe. A cet égard, il a été inscrit au casier archéologique de la Commission du Vieux Paris. Des demandes de protection monument historique ont recueilli des avis favorables mais la procédure n'a pas été mené à son terme. Pour autant, deux jugements de 1911 ont imposé dans le règlement de copropriété la conservation de la crypte avec ses ventilations et l'accès du public.
Bibliographie:
Source pour le rappel historique: notice de Madame KUPPERSCHMITT
1929: Jean-Baptiste ERIAU « L'ancien Carmel du faubourg Saint Jacques 1604-1792 » chez PICARD
Victor COUSIN : « Carnet du faubourg Saint Jacques »
Abbé HOUSSAYE : « Histoire de la fondation et des 25ème années »
François ROUSSEAU mémoire en 1917
Carmélites de CLAMART
Etude réalisée par l’Atelier des Feuillantines Patrimoine et Architecture / M&L MEDER ARCHITECTES

11




Télécharger le fichier (PDF)

THEME 1 EPISODE 1.pdf (PDF, 14.9 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP







Documents similaires


theme 1 episode 1
2011 12 priereavecleschantsdetaize 2
tract lisieux 2016 web
programme journees patrimoine pays bellemois
depliant 2014 st victor
brochure 2013 2014

Sur le même sujet..