Placenta & Immunologie .pdf



Nom original: Placenta & Immunologie.pdf
Titre: Microsoft Word - Placenta & Immunologie.docx

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.12.3 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 18/03/2017 à 09:48, depuis l'adresse IP 109.18.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 326 fois.
Taille du document: 596 Ko (10 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document





Placenta & Immunologie




I. Introduction

Il est important de comprendre le rôle du placenta : il y a des interfaces entre celui-ci et le tissu
maternel qui sont importantes pour conserver une veille immunologique vis-à-vis des infections ainsi
que pour protéger les tissus fœtaux des effecteurs maternels.
Après l'accouchement toute l'attention est dirigée vers le nouveau-né : le placenta sera un déchet
chirurgical. Pourtant le placenta apporte les fonctions pulmonaire, respiratoire, digestive et
d'épuration des déchets pour le fœtus. C'est un organe très important qui permet les échanges entre
la mère et son fœtus et qui permet de protéger le fœtus de toutes les agressions potentielles.

1. Énigme immunologique de la grossesse

Le placenta est un tissu fœtal qui comprend des gènes d'origine maternelle (50%) et des gènes
d'origine paternelle (50%). Ainsi on pourrait le considérer comme un élément du non soi, et donc
étranger pour la mère, pourtant ce placenta ne sera pas rejeté. Au regard du système immunitaire de
la mère, on parle de « greffe semi- allogénique ».

La réponse inflammatoire est importante durant l'implantation du placenta, et elle joue un rôle
très important pour le développement du placenta et pour le développement des tissus fœtaux.
Ainsi les relations maternelles avec le placenta fœtal sont au centre de ce non-rejet. Le placenta
concerne en effet l'interface majeure entre tissus maternels et tissus fœtaux.

2. Reproduction : Allogreffe ?

De manière générale, la viviparité est une caractéristique unique aux mammifères qui aboutit une
placentation dite haemochoriale. Cette placentation haemochoriale est une association intime
entre les tissus maternels et les tissus fœtaux.

Il y a 2 grandes phases à ce phénomène de placentation, qui correspond à l'invasion de
l'endomètre utérin par les tissus fœtaux/embryonnaires :
• Transformation de l'endométrium en décidua : tissus maternels doivent se préparer à
accueillir le fœtus, il y aura donc une transformation de l’endomètre utérin en décidua, on parle
de décidualisation
• Transformation des artères spiralées utérines : ce qui permettra d'apporter tous les
nutriments nécessaires au fœtus durant la grossesse.
Cela s’accompagne par la formation de villosités et l’implantation du placenta extrêmement
important à la notion d’échange avec le foetus.

Toutes ces transformations des tissus maternels et embryonnaires, toutes ces interfaces créées sont
des phénomènes coordonnés. Ainsi cette placentation haemochoriale va permettre de favoriser :
• Métabolisme
• Fonction endocrine par production d'hormones pour lemaintien de la grossesse et induire la
lactation
• vascularisation
• processus immunitaires

II. Notions structurelles placentaires
1. Prémices de la vie



1




Placenta & Immunologie




Tout commence par la fécondation, puis migration de
l’œuf dans la trompe de Fallope, c'est la période libre de
l'embryon où les cellules vont commencer à se diviser.
Puis il y aura un accolement de l’œuf à la membrane
utérine, correspondant à l'implantation du placenta. Ce
phénomène est la nidation : elle correspond a l'adhésion
du blastocyste à l'épithélium utérin. Cette nidation
permettra ainsi la placentation et la décidualisation.
L'ensemble mènera au développement embryonnaire et
fœtal.

a. Période inflammatoire

La période embryonnaire correspond aux 3 premiers mois de grossesse (premier trimestre).
Durant cette période, l’ébauche de tous les organes est mise en place. Cette période embryonnaire
est favorisée par processus inflammatoire précoce, qui favorisera l'implantation de l’œuf.
En effet, le rôle initial de l’inflammation est de permettre un afflux important de macrophages, de
lymphocytes, et de cytokines pour favoriser l’implantation et le développement du placenta. Le tissu
maternel (décidua) aura une présence prédominante de cellules NK utérines.
La période fœtale est représentée par les 2 derniers trimestres de la grossesse (elle commence
après le premier trimestre). Au cours de cette période l’embryon se développe et les organes
acquièrent une maturité fonctionnelle et histologique.

b. Stades précoces du développement

On a généralement une fécondation qui se fait 2 jours après l'ovulation. Une fois l’œuf fécondé, les
cellules vont migrer dans la trompe de Fallope, c'est la phase migratoire de l’œuf. Pendant cette
migration qui dure environ 1 semaine, on aura des divisions cellulaires : Morula entourée de zone
pellucide. L’œuf s'appelle un blastocyste jusqu'au stade 64 cellules contenant une grande cavité :
Blastocèle.
La zone pellucide va disparaître, et on aura une assise externe appelée le trophectoderme ou
trophoblaste qui va permettre l'émergence du placenta. On a aussi une assise interne appelée
bouton embryonnaire qui va plus tard donner l'embryon puis le fœtus.
Cet œuf s'accole à la membrane utérine, c'est la nidation et s'implante dans les tissus maternels.

c. Implantation & Invasion de la muqueuse utérine

L'assise externe ou trophectoderme va donner des trophoblastes qui vont jouer un rôle moteur
dans l'implantation et dans la formation des interfaces foeto-maternelles. Ces trophoblastes vont
envahir, creuser dans les tissus maternels pour que le placenta et l’œuf puissent se nicher dans les
tissus maternels. Ce phénomène permet l'invasion de l'utérus et la formation du placenta (= tissu
fœtal).
L'assise interne va se différencier en
syncytiotrophoblaste. Ce sont des
cellules très envahissantes pour créer
des brèches dans le tissu maternel
pour permettre à l’œuf de rentrer
dans celui-ci. Au bout de 8 jours dans
cette masse de syncytiotrophoblastes


2




Placenta & Immunologie




qui envahit le tissu utérin, il y a des lacunes qui vont se former et on aura un tissu spongieux. Ces
lacunes vont former des laps sanguins maternels permettant d'apporter des éléments nutritifs.
Tous ces processus d'implantation sont favorisés par une large production de cytokines
inflammatoires telles que :
• IL11
• LIF

Ces cytokines favorisent l'implantation de l’œuf dans les tissus maternels. L'inflammation joue un
rôle très actif pour favoriser l'implantation de l’œuf, elle est donc nécessaire à l'implantation. Il y a
migration et différenciation des trophoblastes dans la muqueuse utérine différenciée en
décidua. La décidua est un tissu maternel riche en cellule inflammatoire très spécialisé pour
accueillir l’œuf, elle est transformée à partir de l'endomètre utérin par un processus de
décidualisation.

d. Formation de l’interface foetomaternel

On a les syncytiotrophoblastes avec les lacunes, ces cellules sont une sorte d'assise externe. Il y a
aussi une assise interne qui va pousser et former des villosités avec des espaces inter-villeux, ces
villosités se forment à partir de l'assise interne du trophoblaste, vont former soit des villosités
flottantes ou des villosité crampons très invasives et qui envahissent l'ensemble de l'endomètre
utérin y compris le myomètre superficiel maternel.

Ces villosités sont composées de 2 couches :
• Couche interne = Cytotrophoblastes, qui se différencieront en Syncytiotrophoblastes
• Couche externe = Syncytiotrophoblaste villeux qui vont être en contact avec les tissus
maternels

Les syncytiotrophoblastes vont aussi avoir une fonction endocrine, notamment permettre la
production d'HCG. L'HCG est produite 12 semaines après la fécondation et permettra de
transformer un corps jaune cyclique en corps jaune gravidique qui va permettre durant 6
semaines de produire de la progestérone et permettra l'implantation de l’œuf et la différenciation
du placenta.

Ces villosités apparaissent au bout de 8 jours. A l'intérieur de celles-ci du mésenchyme apparaîtra, ce
seront des villosités secondaires (la villosité primaire est vide à l'intérieur). C'est une matrice
d'appui tissulaire qui se forme à l'intérieur de ces villosités. Et au bout de 3 semaines on aura
apparition de capillaires fœtaux, formant une unité structurelle et fonctionnelle du placenta.

A la base des villosités crampons, on voit une couche de cytotrophoblastes accrochée à cette villosité
crampon, qui se divisent. Et certains cytotrophoblastes villeux vont se séparer de cette base et vont
envahir l'espace du myomètre utérin pour devenir des cytotrophoblastes extra-villeux. Certains
vont éroder l'extrémité des artères spiralées maternelles, qui vont perdre leur sensibilité vasoactive. Cette érosion et ce remplacement des cellules endothéliales de la paroi des artères par
des cellules trophoblastiques fœtales, vont permettre d'augmenter la perfusion maternelle et
augmenter l'afflux de sang maternel au niveau de la chambre inter-villeuse.

e. Voie de différenciation du cytotrophoblaste

Il y a plusieurs voies de différenciation des trophoblastes :
à Cytotrophoblaste villeux constituent la couche interne. Ils vont former des cellules multi

3




Placenta & Immunologie




nucléées qui sont les syncytiotrophoblastes qui vont border les villosités. Ces cellules sont des lieux
d'échange foeto- maternel, de synthèse, d'hormones notamment. Donc ici, ces 2 couches sont
encore attachées aux villosités.
à Cytotrophoblaste extra-villeux envahit le myomètre, érode les parois endothéliales et forme un
bouchon trophoblastique pour empêcher les hématies d'aller dans la chambre intervilleuse.

Chaque villosité constitue l'unité structurale et fonctionnelle du placenta. Le fait d'éroder les cellules
endothéliales à l'extrémité des artères et de les remplacer par les trophoblastes embryonnaires
constitue un rôle important pour perfuser de manière plus efficace la chambre inter-villeuse.
Ainsi les villosités baignent dans le sang maternel à partir du 2e trimestre.

f. Modification majeure de l’utérus

à Décidualisation = différenciation de l'endomètre utérin maternel en un tissu spécialisé pour
accueillir le placenta et l'embryon.
On y trouve des cytotrophoblastes extra villeux dans la décidua maternelle = cytotrophoblastes
invasifs. Très précocement, il y a un enrichissement très important en lymphocytes NK utérins
caractéristiques de la décidua maternelle. Ils sont très important pour le développement du placenta,
ils ont un rôle physiologique régulateur au niveau de l'équilibre métabolique foeto-maternel.
Il y a une transformation des artères spiralées maternelles par remplacement de la paroi de
l’endothélium par des cellules placentaires fœtales cytotropholaste. L’intérêt et de faciliter le
drainage sanguin surtout à partir du 2e trimestre pour permettre un afflux sanguin au des inter
villosités. Ce sang maternel va donc baigner les villosités pour créer une interface entre la paroi des
villosités et le contenu du sang maternel. En effet pendant le 1e trimestre on a des bouchons des
artères spiralées maternelles qui vont empêcher les éléments du sang (globule rouge) d’aller
dans le l’espace inter villeux engendrant une certaine hypoxie et imperméable aux signaux
vasoactifs pour favoriser l’afflux sanguin maximal.

On aura 2 interfaces majeures :
• Entre syncytiotrophoblastes qui bordent l'extérieur des villosité et l'espace intervilleux
sanguin maternel
• Entre cytotrophoblaste extra-villeux et la décidua

2. Résumé des prémices de la vie

Le 1e trimestre consiste à favoriser le développement du placenta dans un milieu pauvre en oxygène
grâce à un bouchon trophoblastique réalisé par les cytotrophoblastes extra-villeux invasifs qui
vont empêcher les hématies de pénétrer dans les espaces inter-villeux en obstruant les artères
spiralées utérines (à 8 semaine) et remodèlent leur paroi. Cette relative hypoxie est très
importante pour le développement du placenta et pour l'angiogénèse.

A partir du 2e trimestre : ces bouchons vont s'éroder à partir de 8 semaines pour laisser passer le
sang maternel et enrichir les chambres inter-villeuses en oxygène. Les villosités baignent dans le
sang maternel. Cet influx d'oxygène est accompagné d'un influx de nutriments qui vont favoriser le
développement du fœtus..

III. Notions pathologiques : Étiologie de la pré éclampsie précoce

La pré-éclampsie est un état clinique pouvant s'accompagner de problèmes de retard de croissance
intra-utérin, d'avortements précoces et donc de grossesses non abouties si elle n'est pas traitée.


4




Placenta & Immunologie




1. Transformation des artères utérines spiralées maternelles

Le but de cette transformation est d'augmenter le flux sanguin vers le fœtus.
Les artères utérines spiralés maternelles se transforment grâce aux cellules trophoblastiques pour
favoriser un apport optimal d'oxygène au fœtus. Normalement durant le 2e trimestre, on a une
perfusion du sang maternel vers le fœtus.

Lors d'un défaut d'invasion du placenta et notamment lorsque les cellules endothéliales de
l'extrémité des villosités maternelles ne sont pas érodées et ne sont pas remplacées par les cellules
trophoblastiques du fœtus, alors elles vont conserver leur sensibilité aux molécules vaso-actives,
ce qui ne favorisera pas le flux sanguin vers le fœtus. Cela veut dire qu'on va avoir un défaut
d’invasion des cytotrophoblastes
Ce problème est responsable des pré-éclampsies précoces < 34 SA. Cliniquement cela se traduit par la
détection d'une Hypertension artérielle gravidique (>140/90 mmHg) et d'une protéinurie
maternelle (> 300 mg/24h) après 20e SA. Le seul moyen de protéger la mère est de déclencher
l’accouchement.

2. Sites potentiels d’infections bactériennes intra utérine

A l'origine de la pré-éclampsie précoce, on a les infections : celles-ci peuvent perturber
l'environnement inflammatoire. Ces infections activent les cellules de l'immunité, localisées au
niveau du placenta. Le placenta lui aussi exprime des récepteurs de l'immunité innée, donc est aussi
capable de produire des cytokines en réponse à des micro-organismes. La réponse des macrophages
engendre une réponse inflammatoire excessive qui dérègle l'équilibre précaire entre le tissu
maternel et fœtal. Ce déséquilibre altère l'invasion de la paroi utérine par les trophoblastes.

Les micro organismes peuvent venir de :
• Paroi ascendante du col de l'utérus. On a une atteinte des tissus fœtaux :
o Atteinte du chorion (couche externe de la cavité amniotique) = chorioamniotite
o Atteinte de l'amnios (couche interne de la cavité amniotique) = Amniotite
o Infection du cordon ombilical = funiculite
• Cavité péritonéale
• Voie systémique

3. Effets du Syndrome des Anti PhosphoLipide sur le placenta

C'est une pathologie auto immune associée à des avortements fréquents chez les femmes prédestinées à développer ce type de pathologie et des thromboses.
Ce syndrome est associé à la production d'auto-anticorps anti-phospholipides. La thrombose
placentaire va perturber l'invasion trophoblastique, donc les thromboses peuvent causer une prééclampsie (elles altèrent les fonctions des cellules endothéliales).

Les Ac anti phospholipides peuvent se fixer à la surface des trophoblastes et ces anticorps peuvent
activer le complément, ce qui génère une réponse inflammatoire locale qui va altérer l'invasion
trophoblastique et la migration de trophoblastes. On aura aussi une thrombose placentaire qui
altère aussi le milieu hypoxique durant le 1e trimestre.

4. Placenta

Le placenta est un tissu fœtal.


5




Placenta & Immunologie




Il a différents rôles :
• Ancrage du fœtus dans les tissus maternels, et notamment dans la cavité utérine
• Interfaces entre tissus maternels et fœtaux = échange avec la circulation maternelle qui va
apporter de l'oxygène dans la 2e partie de la grossesse
• Rôle digestif pour l’apport de nutriments
• Rôle d'épurateur (rôle de rein)
• Fonction endocrine (Progestérone & HCG) et production de cytokines

Les cellules trophoblastiques vont permettre de définir la barrière entre la mère et le fœtus :
protection contre les germes circulants. Il y a un contact entre cellules fœtales et cellules
maternelles, mais pas de contact direct entre sang fœtal et sang maternel
Il est perméable : passage transplacentaire des IgG. Cette barrière permet l'échange d'électrolytes,
d'anticorps, notamment des IgG. Les IgG sont les seuls anticorps passant la barrière placentaire pour
permettre la protection du fœtus.
Les Ac maternels seront captés par endocytose donc pas de récepteurs à la surface mais plutôt à
l’intérieure des vésicules d’endosome dont le FcγR Néonatal. Leur liaison va protéger l’Ac du milieu
acide de dégradation afin de le faire transloquer par exocytose vers le milieu fœtal.

5. Galette

La galette correspond au placenta, on distingue 2 faces :
• Face fœtale = plaque choriale
• Face maternelle formant des cotylédons séparés par des sillons = plaque basale plus lisse

IV. Paradoxe immunologique de la grossesse

Cet équilibre est le produit de l'action des tissus fœtaux et des tissus maternels qui agissent en
coordination pour éviter le rejet du fœtus. Le fœtus exprime des molécules, des antigènes qui sont
d'origine maternelle (codé par le génome maternel) mais aussi des antigènes codés par le génome
paternel. On peut considérer le placenta comme une forme d'allogreffe (ou transplant) mais qui
n'est pas rejetée.
Les mécanismes de tolérance maternelle sont forcément associés à un profil immunologique
singulier que ce soit au niveau systémique ou que ce soit au niveau du micro-environnement de l'unité
utéro-placentaire. Ces modifications immunitaires sont la conséquence des modifications
hormonales.

Au niveau systémique à partir du 2e trimestre, il y a une orientation vers un profil Th2 avec
production d’IL4 ou l’IL5 :
• Amélioration de la polyarthrite rhumatoïde pendant la grossesse
• Exacerbation du lupus systémique pendant la grossesse
à Les mécanismes immunologiques sont actifs dans les relations mère/fœtus au niveau du
placenta. Les cellules fœtales et maternelles interagissent pour leur bénéfice réciproque.

Il y a différentes modulations du profil immunologique de la mère à partir du 2e trimestre :
• Déclin de l’immunité adaptative
• Renforcement de l’immunité innée
Une femme est bien protéger contre les infections mais reste susceptible contre la grippe, Hépatite E,
Herpès et VIH mais aussi le paludisme. Mais en générale reste bien immunisé grace au
renforcement de l’immunité innée.


6




Placenta & Immunologie




Le placenta est capable de développer une réponse immunitaire car les trophoblastes expriment
des récepteurs de l’immunité innée TOLL qui reconnaisse des motifs conservés des
microorganismes afin de percevoir une infection et d’y répondre. On a TLR2 et TLR4 qui vont
identifier le microorganisme et développer une réponse immunitaire pour permettre
l’activation des caspases pour la mort cellulaire permet l’apoptose de ces cellules. Cette activation
des trophoblastes permet également le recrutement de cellules inflammatoire vers l’élimination du
micro environnement bactérien.
Dans le cas des virus on a des TLR qui se trouve dans des vésicules d’endosomes TLR3 pour
permettre e recruter des cellules inflammatoire et la molécule IDO est capable de participer
l’élimination des virus en privant les cellules de nutriments est utilisé pour maintenir une certaine
tolérance vis à vis des tissus fœtaux.

V. Stratégies pour la tolérance foeto-maternelle
1. Isolement immunologique

L'isolement immunologique, c'est le cloisonnement, la séparation du fœtus vis-à-vis des cellules
effectrices du système maternel. Le fœtus est dans la cavité amniotique, il est protégé par l'interface
placentaire indirectement en contact avec les cellules maternelles.
Cet isolement est effectué par les membranes placentaires dérivés du cytotrophoblaste :
• Amnios à l'intérieur
• Chorion à l'extérieur
Cet isolement immunologique physique est un 1e élément de défense.

2. Modification de l’antigénécité/immunogénécité des cellules placentaires
a. Menaces immunitaires potentielles pour le fœtus

Le fœtus est exposé à de diverses menaces immunitaires comme :
• Allo-anticorps cytotoxiques notamment les anticorps contre les antigènes paternels en fixant le
complément peuvent activer la voie classique et provoquer une cytotoxicité. Ils sont beaucoup
plus présents chez les multipares car sensibilisation dans les grossesses précédentes.
• Lymphocytes T CD8 cytotoxiques reconaissante le CMH1 et peuvent aussi engendrer une
cytotoxicité importante
• Cellules NK tueuses susceptibles d'être extrêmement toxiques vis à vis des cellules
placentaires. Les NK périphérique (dont utérins) ont un rôle de régulation pour la production
de cytokine sinon ils sont plutôt cytotoxiques.
à Malgré ces possibilités cytotoxiques, les menaces immunitaires sont contrôlées, il y a une
forme de tolérance.

Système HLA : Molécules qui participent à la présentation de l'antigène. Les molécules de classe 1 et
de classe 2 sont extrêmement polymorphiques et constituent une carte d'identité biologique et
immunologique. Il y a une distribution unique des molécules de CMH à la surface des cellules
trophoblastiques. Et au niveau du placenta on observe une expression très particulière de ce
système HLA :
• Absence d'expression de molécules de CMH 2
• Absence d'expression de CMH 1 (sauf HLA-C moins polymorphique donc permet de moins bien
présenter l’Ag) : pas d'HLA-A ni HLA-B participe à la présentation de l’Ag au LT CD8
• HLA 1 non classique non polymorphique : HLA-G, HLA-E, HLA-F ont un rôle immuno
modulateur

b. Placenta : Organe immunologiquement neutre


7




Placenta & Immunologie





Il y a 3 couches tissulaires :
• Fœtus exprime ses propres molécules de CMH :
qui viennent du père et de la mère. Ces tissus
expriment les CMH de classe 1 et de classe 2
classiquement.
• Cytotrophoblastes extra-villeux invasifs dans la
décidua libre et qui vont composer la paroi des
artères spiralées maternelles également vont
exprimer des molécules de CMH non classiques
comme HLA-E et HLA-G et expriment aussi HLA-C
• Syncytiotrophoblastes (couche externe des
villosités qui vont être directement en contact avec
le sang maternel et les globules blancs)
n'expriment aucune molécule de CMH

c. Pourquoi le fœtus n’est pas rejeté ?
i. Modulation des allo Ac cytotoxique

Il y a une distribution unique des molécules de CMH à la surface des trophoblastes par absence
d’expression des moélcules de CMH2.
à CMH2 participe à la présentation de l’Ag aux LT C4 donc pas de MCH2 dans les trophoblastes donc
absence de stimulation des LT CD4 mais aussi des LB qui ont besion des LT CD4 pour se
différencier via la coopération cellulaire thymo dépendante.

à Production de molécules inhibitrices du complément MCP, DAF, protéine Crry (souris) qui
inhibe C3 et C4 : Il existe des allo-anticorps cytotoxiques qui sont produits et qui sont capables
d'activer le complément à la surface des trophoblastes donc ces systèmes modulateurs très important
à la surface du trophoblaste. Cette inhibition préserve l'intégrité des cellules trophoblastiques. Les
souris sans protéine Crry et elles ne survivent pas de leur grossesse avec une majeure partie des
souris qi avortent par rejet du placenta.

à Délétion des LcB maternels anti-paternels : mort cellulaire programmée des LB maternels
dirigés contre les antigènes paternels

ii. Régulation de l’activité des LT CD8

On a absence d'expression des molécules de CMH 1 ce qui va impacter les LT CD8.
Les syncytiotrophoblastes n'expriment pas le CMH 1 alors que les cytotrophoblastes extravilleux n'expriment que le HLA-C et des molécules de CMH non classique type HLA - G.
Cette distribution particulière ne va pas favoriser l'activation des LcT CD8.

HLA-G peut être membranaire mais peut être produite sous forme soluble et agir à distance pas
seulement au niveau du micro-environnement placentaire mais aussi au niveau systémique de la
circulation maternelle.

HLA-G possède différentes fonctions modulatrices :
• Capable de réguler la prolifération des Lc T CD4
• Capable d'inhiber l'activité cytotoxique des Lc T CD8 notamment à distance sous forme soluble.
Elle contrôle la voracité des Lc T CD8 vis à vis du trophoblaste


8




Placenta & Immunologie









Capable de contrôler l'activité des Lc NK : Les NK cytotoxiques sera régulé par l’addition de
signaux négatifs et positifs et physiologiquement on a souvent pas d’activation des NK. Les
récepteurs activateurs sont souvent des molécules de stress et les NK peuvent les détecter. E
récepteur KIR génère des signaux négatifs et interagissent avec le CMH1 et à l’interaction le NK
va rester éteint et sera donc contrôlé.
Dans une situation tumorale ou infectieuse on a disparition de l’expression des CMH1 donc
atténuation des signaux négatifs et le NK pourra affecter son activité tueuse sur la tumeur =
Principe du soi manquant.
Dans le placenta, HLA G agit comme générateur de signaux négatifs et KIR interagit avec HLA G
pour être contrôlée.

iii. Régulation de l’activité des cellules NK utérines


Dans la circulation systémique en dehors de la grossesse, on a 2 populations de Lc NK :
• Population majoritaire : Lc NK cytotoxiques
• Population minoritaire : Lc NK qui produisent des cytokines (rôle régulateur)

Au niveau de l'interface foeto-maternelle, on a un afflux très important surtout au premier
trimestre de Lc NK utérin : ce sont des Lc NK qui produisent des cytokines. Le phénotype des
cellules NK utérines de la décidua est non cytotoxique.
Les Lc NK utérins ont un rôle bénéfique dans le développement du placenta.

Les interactions spécifiques HLA-C/KIR des cellules NK utérines jouent un rôle dans la régulation
du développement placentaire et de sa vascularisation (angiogenèse). Il est observé que le risque
de pré-éclampsie est augmentée chez les mères dont le génotype KIR est AA ( faible expression des
récepteurs activateurs) et portant un fœtus homozygote pour HLA-C2 (Génotype particulier).

Certaines combinaisons de KIR maternel et de HLA-C fœtal augmentent la susceptibilité pour la
pré-éclampsie. Quand on a l'homozygote C2/C2 avec le génotype de la mère AA, il y a une génération
majoritaire de signes négatifs des Lc Nk qui favorise l'inactivité des Lc NK utérin. On observe que
cette inactivité des Lc NK utérin provoque un défaut d'invasion trophoblastique et donc
d'angiogenèse. Ils agissent par production des facteurs de croissances pour les cellules endothéliales
VEGF et les IFN γ.

On observe donc le remodelage de l’extrémité de la paroi des artères spiralées avec insertion de
cellules trophoblastiques extra-villeuses invasives qui vont permettre d'augmenter le diamètre de
l'artère spiralée maternelle et favoriser le drainage sanguin vers la chambre villositaire.
On observe la présence de Lc NK utérins qui favorise le remodelage et l'invasion trophoblastique.



9




Placenta & Immunologie




Les macrophages de la décidua provoquent un micro-environnement favorable à l'implantation
et au maintien de la grossesse
• Propriétés de produire des cytokines anti-inflammatoires : tolérance fœtale
• Protection contre les infections localisées au niveau du placenta
• Nettoyage des débris cellulaires : rôle épurateur
• Remodelage tissulaire : facteurs d'angiogenèse, facteurs de croissances, métallo-protéinase...

3. Modulation de l’immunité de la mère
a. Régulation de l’activité inflammatoire des lymphocytes

• Production de TGF β & Progestérone = effets majeurs systémiques sur la réponse de la mère
favorise l'orientation Th-2
• Présence de cellules T régulatrices dans le sang de la mère localement et au niveau systémique
• Expression de Fas-Ligand, PDL1 (Programm Death Ligand 1): apoptose des Lc activés
• Production de galectine-1 pour une inhibition des Lc T maternels et participe à la génération
de LT générateurs pour renforcer l’immunomodulation maternelle
• Production d'une enzyme IDO (indoleamine-2,3-dioxygénase) qui catabolise les tryptophanes
qui est un AA essentiel pour l'activité des cellules. Quand l'IDO est activée, on a un déficit en
tryptophane donc lymphocytes vont mourir par apoptose et les LT effecteurs maternels auront
une capacité de prolifération affectée. Ce catabolisme du trypatophane permet de controler
l’activité immunitaire des LT maternels vis à vis du trophoblaste.

b. Tolérance materno fœtale

Les anomalies de modulation immunologiques vont engendrer un déséquilibre immunitaire et vont
conduire à une pré éclampsie, retard de croissance intra utérin ou avortement spontané.
Cette tolérance materno-foetale se traduit par :
• Une barrière physique entre le fœtus et la mère
• La réduction de l'antigénicité/immunogénicité
• La modulation de la réponse immune de la mère
• Idée de protection placentaire
Or il y a des déséquilibres observés au niveau de cette tolérance :
• Défauts d'invasion du trophoblaste et des défauts de tolérance peuvent impliquer des
anomalies de la grossesse : perturbations de l'équilibre inflammatoire (avortements
spontanées, pré-éclampsie, mort in utéro)
• Placenta ne se développe pas à la bonne position ce qui constitue une anomalie de la grossesse
et donc cela peut perturber l'équilibre inflammatoire et est associé à une pré-éclampsie, retard
de croissance intra- utérin.

Le placenta protège fœtus en interagissant avec les tissus maternels et non de manière
indépendant donc l’équilibre à pour objectif de maintenir les éléments de protection contre les
infections pour la mère et protéger son enfant contre les infections tout en maintenant un processus
imunomodulateur pour éviter de rejeter des tissus fœtaux qui devraient être normalement rejeté.

c. Contexte environnemental pendant la grossesse

L’environnement précoce (nutrition, composés chimique, pollution, style de vie) à un effet à long
terme sur le phénotype de l’individu. En effet cet environnement pour engendrer des changements
épi génétique qui rendront l’individu plus susceptible de développer, par la suite, certaines
pathologies.

10



Documents similaires


placenta
placenta immunologie
physiologie de la grossesse
embryo humaine
6 pr schaeverbeke rhumatosia 2009
le livret de l externe maladies infectieuses


Sur le même sujet..