Recueil textes .pdf



Nom original: Recueil-textes.pdf
Titre: Microsoft Word - Doc - Seminaire Securite.doc
Auteur: veronique

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par PScript5.dll Version 5.2 / Acrobat Distiller 6.0 (Windows), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 02/04/2017 à 22:18, depuis l'adresse IP 41.105.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 438 fois.
Taille du document: 1.6 Mo (391 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

Séminaire d’information
« La sécurité des salariés : une valeur ajoutée pour
l’entreprise »
15 décembre 2008 – Sofitel d’Alger
Recueil de textes

2008 – Service Appui aux Entreprises

-1–

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

Sommaire

SOMMAIRE................................................................................................................ 2
RATIFICATION DE CONVENTIONS INTERNATIONALES ...................................... 5
Décret présidentiel n° 2005-280 du 14 août 2005 portant ratification de la convention arabe n° 7
concernant l'hygiène et la sécurité professionnelle, adoptée à Alexandrie, en mars 1977, JORA n° 56 du
17 août 2005, p. 3................................................................................................................................................... 5
Décret présidentiel n° 2006-59 du 11 février 2006 portant ratification de la convention 155 concernant la
sécurité, la santé des travailleurs et le milieu de travail, adoptée à Genève le 22 juin 1981, JORA n° 7 du
12 février 2006, p. 5............................................................................................................................................. 12
Décret présidentiel n° 2006-60 du 11 février 2006 portant ratification de la convention 167 concernant la
sécurité et la santé dans la construction, adoptée à Genève le 20 juin 1988, JORA n° 7 du 12 février 2006,
p. 9. ....................................................................................................................................................................... 23
Décret présidentiel n° 2007-171 du 2 juin 2007 modifiant et complétant le décret présidentiel n° 2005-117
du 11 avril 2005 relatif aux mesures de protection contre les rayonnements ionisants, JORA n° 37 du 7
juin 2007, p. 8. ..................................................................................................................................................... 40

CONSTITUTION ALGERIENNE DE 1996 ............................................................... 42
LOIS ......................................................................................................................... 43
Loi n° 83-13 du 2 juillet 1983 relative aux accidents du travail et aux maladies professionnelles, p. 1210,
JO n° 28, du 5 juillet 1983. ................................................................................................................................. 43
Loi n° 83-14 du 2 juillet 1983 relative obligations des assujettis en matière de sécurité sociale, JORA n° 28
du 5 juillet 1983, p. 1217. .................................................................................................................................... 55
Loi n° 88-07 du 26 janvier 1988 relative à l'hygiène, à la sécurité et à la médecine du travail, JORA n° 4
du 27 janvier 1988, p.84...................................................................................................................................... 61
Loi n° 90-11 du 21 avril 1990 relative aux relations de travail, JORA n° 17 du 25 avril 1990, p. 488........ 71
Loi n° 04-17 du 10 novembre 2004 modifiant et complétant la loi n° 83-14 du 2 juillet 1983 relative aux
obligations des assujettis en matière de sécurité sociale, JORA n° 72 du 13 novembre 2004, p.6. .............. 92
Loi n° 2008-08 du 23 février 2008 relative au contentieux en matière de sécurité sociale, JORA n° 11 du 2
mars 2008, p. 7..................................................................................................................................................... 97

ORDONNANCES ................................................................................................... 111
Ordonnance n° 96-17 du 6 juillet 1996 modifiant et complétant la loi n° 83-11 du 2 juillet 1983 relative aux
assurances sociales, JORA n° 42 du 7 juillet 1996, p. 5. ............................................................................... 111
Ordonnance n° 96-19 du 6 juillet 1996 modifiant et complétant la loi n° 83-13 du 2 juillet 1983 relative aux
accidents de travail et au maladies professionnelles, JORA n° 42 du 7 juillet 1996, p. 13. ........................ 120

2008 – Service Appui aux Entreprises

-2–

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

Ordonnance n° 96-21 du 9 juillet 1996 modifiant et complétant la loi n° 90-11 du 21 avril 1990 relative aux
relations de travail, JORA n° 43 du 10 juillet 1996, p.6 ................................................................................ 122

DECRETS PRESIDENTIELS ................................................................................ 126
Décret présidentiel n° 05-117 du 11 avril 2005 relatif aux mesures de protection contre les rayonnements
ionisants, JORA n° 27 du 13 avril 2005, p.3. .................................................................................................. 126
Décret exécutif n° 91-05 du 19 janvier 1991 relatif aux prescriptions générales de protection applicables en
matière d'hygiène et de sécurité en milieu de travail, JORA n° 4 du 23 janvier 1991, p. 63. ..................... 160
Décret exécutif n°97-424 du 11 novembre 1997 fixant les conditions d'application du titre V de la loi n°8313 du 2 juillet 1983 modifiée et complétée, relatif à la prévention des accidents du travail et des maladies
professionnelles, JORA n° 75 du 12 novembre 1997, p.12............................................................................. 177
Décret exécutif n° 2000-253 du 23 août 2000 portant création, organisation et fonctionnement de l'institut
national de la prévention des risques professionnels, JORA n° 53 du 27 août 2000, p 6. ........................... 181
Décret exécutif n° 2001-342 du 28 octobre 2001 relatif aux prescriptions particulières de protection et de
sécurité des travailleurs contre les risques électriques au sein des organismes employeurs, JORA n° 65 du
4 novembre 2001, p.3. ....................................................................................................................................... 193
Décret exécutif n° 2002-427 du 7 décembre 2002 relatif aux conditions d'organisation de l'instruction, de
l'information et de la formation des travailleurs dans le domaine de la prévention des risques
professionnels, JORA n° 82 du 11 décembre 2002, p. 15............................................................................... 228
Décret exécutif n° 05-09 du 8 janvier 2005 relatif aux commissions paritaires et aux préposés à l'hygiène et
à la sécurité, JORA n° 4 du 9 janvier 2005, p.16. ........................................................................................... 233
Décret exécutif n° 05-10 du 8 janvier 2005 fixant les attributions, la composition, l'organisation et le
fonctionnement du comité inter-entreprises d'hygiène et de sécurité, JORA n° 4 du 9 janvier 2005, p.19.
............................................................................................................................................................................ 241
Décret exécutif n° 05-11 du 8 janvier 2005 fixant les conditions de création, d'organisation et de
fonctionnement du service d'hygiène et de sécurité ainsi que ses attributions, JORA n° 4 du 9 janvier
2005, p.21. .......................................................................................................................................................... 246
Décret exécutif n° 05-12 du 8 janvier 2005 relatif aux prescriptions particulières d'hygiène et de sécurité
applicables aux secteurs du bâtiment, des travaux publics et de l'hydraulique, JORA n° 4 du 9 janvier
2005, p.23. ......................................................................................................................................................... 252
Décret exécutif n° 05-102 du 26 mars 2005 fixant le régime spécifique des relations de travail des
personnels navigants des navires de transports maritimes, de commerce ou de pêche, JORA n° 22 du 27
mars 2005, p.3.................................................................................................................................................... 262
Décret exécutif n° 05-171 du 7 mai 2005 fixant les conditions de fonctionnement du contrôle médical des
assurés sociaux, JORA n° 33 du 8 mai 2005, p.8. .......................................................................................... 275
Décret exécutif n° 2006-223 du 21 juin 2006 portant création, attributions, organisation et fonctionnement
de l'organisme de prévention des risques professionnels dans les activités du bâtiment, des travaux publics
et de l'hydraulique, JORA n° 42 du 25 juin 2006, p. 11................................................................................ 279
Décret exécutif n° 2008-125 du 15 avril 2008 portant organisation de l'administration centrale du
ministère du travail, de l'emploi et de la sécurité sociale, JORA n° 22 du 30 avril 2008, p. 9.................... 290

ARRETES .............................................................................................................. 305

2008 – Service Appui aux Entreprises

-3–

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

Arrêté interministériel du 2 décembre 1998 portant approbation du règlement technique et de sécurité des
ouvrages de distribution d'énergie électrique, JORA n° 40 du 20 juin 1999, p. 5 ...................................... 305
Arrêté interministériel du 1er octobre 2003 relatif à la protection des travailleurs contre les risques liés à
l'inhalation de poussières d'amiante, JORA n° 7 du 31 janvier 2004, p. 6................................................... 365
Arrêté du 10 décembre 2006 fixant l'organisation interne de l'organisme de prévention des risques
professionnels dans les activités du bâtiment, des travaux publics et de l'hydraulique, JORA n° 8 du 31
janvier 2007, p. 18. ............................................................................................................................................ 375
Arrêté du 25 novembre 2006 portant organisation interne de l'institut national de la prévention des
risques professionnels, JORA n° 10 du 7 février 2007, p. 18........................................................................ 383

2008 – Service Appui aux Entreprises

-4–

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

RATIFICATION DE CONVENTIONS INTERNATIONALES

Décret présidentiel n° 2005-280 du 14 août 2005 portant ratification de
la convention arabe n° 7 concernant l'hygiène et la sécurité
professionnelle, adoptée à Alexandrie, en mars 1977,
JORA n° 56 du 17 août 2005, p. 3.
Le Président de la République,
Sur le rapport du ministre d'Etat, ministre des affaires étrangères;
Vu la Constitution, notamment son article 77-9°;
Considérant la convention arabe n° 7 concernant l'hygiène et la sécurité
professionnelle, adoptée à Alexandrie, en mars 1977;
Décrète:
Article. 1er. - Est ratifiée et sera publiée au Journal officiel de la
République algérienne démocratique et populaire, la convention arabe n° 7
concernant l'hygiène et la sécurité professionnelle, adoptée à Alexandrie en
mars 1977.
Art. 2. - Le présent décret sera publié au Journal officiel de la
République algérienne démocratique et populaire.
Fait à Alger, le 9 Rajab 1426 correspondant au 14 août 2005.
Abdelaziz BOUTEFLIKA.
Convention arabe du travail n° 7 concernant l'hygiène
et la sécurité professionnelle (1977)
La Conférence arabe du travail réunie en sa sixième session à Alexandrie
- République arabe d'Egypte au mois de mars 1977;
Croyant que la protection de la main d'oeuvre contre les risques
professionnels, et ce, en assurant un milieu sain pour la production, se
répercute positivement sur le produit national dans ses différentes
composantes;

2008 – Service Appui aux Entreprises

-5–

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

Etant donné que le progrès technologique avance à un rythme rapide, ce
qui conduit nécessairement au développement des normes d'hygiène et de
sécurité professionnelle;
Etant donné que les pays arabes s'efforcent de suivre le progrès
technique dans les différents domaines dans l'industrie, l'agriculture, le
transport et les services où les branches d'activités dans ces domaines se
sont développées, ce qui a conduit à l'élargissement du champ des risques
professionnels et à leur diversification;
Etant donné que l'organisation arabe du travail vise à l'amélioration des
conditions de travail et s'emploie, à cet effet, au développement des
législations du travail en vue d'aboutir à des normes uniformes;
La Conférence décide l'adoption de la convention dont la teneur suit et
qui est dénommée "la convention arabe n° 7 concernant l'hygiène et la sécurité
professionnelle année 1977".
Les normes d'hygiène et de la sécurité professionnelle.
Article 1er
Les législations arabes doivent comprendre des dispositions concernant la
sécurité et l'hygiène professionnelle dans tous les domaines et secteurs
d'activité. Elles doivent comprendre également des dispositions relatives à
l'assurance des travailleurs contre les accidents du travail et les maladies
professionnelles.
Article 2
Les travailleurs arabes doivent avoir les mêmes droits que ceux octroyés
aux travailleurs nationaux concernant l'application des dispositions de
sécurité et d'hygiène professionnel, l'assurance contre les accidents du
travail et les maladies professionnelles et les régimes de réadaptation
professionnelle.
Article 3
Les dispositions relatives à la sécurité et à l'hygiène professionnelle
doivent comporter les règles techniques nécessaires pour assurer la sécurité
et la protection, en ce qui concerne:
- le choix de l'emplacement de l'établissement,
- la conception et la construction,
- la prévention contre tous les risques du travail,
2008 – Service Appui aux Entreprises

-6–

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

La législation de chaque Etat détermine les exigences techniques
nécessaires pour l'observation de ces règles.
Article 4
La législation de chaque Etat détermine les mesures et les moyens qui
assurent la salubrité du milieu du travail, la protection de l'environnement
avoisinant et sa sauvegarde contre les risques de l'activité poursuivie, de
manière à ce que le milieu du travail et le voisinage soient à un niveau de
salubrité reconnu scientifiquement.
Article 5
Des efforts doivent être déployés pour assurer la sécurité et l'hygiène
professionnelle et pour atteindre des conditions humaines de travail et ce,
par l'entremise de:
a) la protection du travailleur contre les risques du travail et des
machines ainsi que sa protection contre les dangers touchant sa santé;
b) la formulation de prescriptions nécessaires pour l'amélioration du
milieu et des moyens du travail;
c) la réalisation de l'adaptation, tant du point de vue santé que du
point de vue technique, entre la nature et les conditions de travail et entre
les personnes chargées de ce travail;
d) la sensibilisation et la formation des travailleurs à l'utilisation
des moyens de sécurité ainsi que la fourniture des dispositifs de prévention
individuelle et l'initiation des travailleurs à leur utilisation;
e) la prévention des dommages pouvant être causés physiquement et
socialement au travailleur ou du fait de son travail et remédier à ces
dommages et aux séquelles pouvant en découler;
f) La protection des moyens de production tels que l'installation,
machines, produits et autres.
La législation de chaque Etat détermine les dispositions nécessaires pour
l'organisation de ces précautions.
Article 6
1) Les mineurs des deux sexes ne peuvent être employés dans des activités
2008 – Service Appui aux Entreprises

-7–

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

industrielles avant l'âge de 15 ans à l'exception des apprentis.
2) Les mineurs des deux sexes ne peuvent être employés avant d'atteindre
l'âge de 18 ans dans les industries dangereuses ou insalubres qui seront
fixées par les législations, les arrêtés et les règlements propres à chaque
Etat.
3) Il est interdit d'employer des femmes dans des travaux dangereux,
pénibles ou insalubres qui sont fixés par la législation de chaque Etat.
Article 7
L'institution d'organismes de sécurité et d'hygiène professionnelle dans
les établissements que fixe la législation de chaque Etat doit faire l'objet
d'une préoccupation, et ce en vue de contrôler toutes les conditions de
travail ayant des répercussions sur la sécurité et la santé des travailleurs
et d'assurer l'éducation sanitaire et la sensibilisation préventive.
Article 8
Un examen médical d'embauche doit être effectué lors de l'engagement du
travailleur en vue de l'affecter à un travail qui correspond à ses capacités
physiques, mentales et psychologiques. Le travailleur doit également subir un
examen médical périodique en vue de préserver son aptitude physique d'une
façon régulière et pour la détection précoce des maladies professionnelles qui
peuvent apparaître.
Article 9
Les premiers secours et les soins urgents doivent être dispensés à
l'intérieur de l'établissement. Les services médicaux doivent également être
assurés au sein ou en dehors de l'établissement, soit sous forme de service
autonome soit sous forme de service inter-entreprises, et ce en vue d'assurer
le contrôle médical et la protection de la santé des travailleurs.
Article 10
L'employeur doit procéder à l'enregistrement des accidents du travail et
des maladies professionnelles et en aviser les autorités concernées par ces
questions. Il doit également informer les autorités compétentes des cas
suspects de maladies professionnelles, prendre toutes mesures en vue d'éviter
que ces cas ne surgissent de nouveau et en établir des statistiques.
La législation de chaque Etat fixe les moyens pouvant assurer la
réalisation de ces mesures.
2008 – Service Appui aux Entreprises

-8–

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

Article 11
La législation de chaque Etat détermine les organismes chargés d'établir
et d'appliquer les règles de sécurité et d'hygiène professionnelle ainsi que
les organismes qui procèdent à des recherches, à la planification et à la
formation dans ce domaine et ce, au niveau de l'Etat et au niveau des
établissements concernés.
Article 12
Il doit être institué un organisme d'inspection en matière de sécurité et
d'hygiène professionnelle. Cet organisme doit être renforcé par des cadres
spécialisés, des équipements et matériels de mesure et par tout ce qui est
nécessaire à l'accomplissement de son travail. Cet organisme doit jouir de
l'autorité de verbalisation.
Il doit être associé à l'établissement des prescriptions de sécurité et
d'hygiène professionnelle octroyées lors de l'autorisation de l'implantation
des établissements.
Article 13
Une importance particulière doit être accordée à la formation dans les
domaines de la sécurité et de l'hygiène professionnelle et ce, par la création
d'un centre ou d'un institut national de sécurité et d'hygiène professionnelle
dans chaque Etat arabe, pour procéder à des expériences, l'exposition des
moyens de prévention les plus récents et l'organisation de cycles de
formation.
Article 14
La sécurité et l'hygiène professionnelle, en tant que matières, doivent
être incorporées dans les programmes de l'enseignement au titre des études
théoriques et pratiques ainsi que dans les centres de formation technique et
professionnelle.
Article 15
Un haut comité arabe de sécurité et d'hygiène professionnelle doit être
institué dans le cadre de l'Organisation arabe du travail. Un comité national
et un comité dans chacun des établissements exerçant une activité pouvant
engendrer un danger doivent être institués dans chacun des Etats arabes.
Il doit être tenu compte, dans la composition de ces comités, de la
2008 – Service Appui aux Entreprises

-9–

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

représentation tripartite à l'exception des comités des établissements qui se
caractérisent par la représentation bilatérale (employeurs - travailleurs) et
qui peuvent être assistés par un représentant du gouvernement s'ils le jugent
utile.
Ces comités sont chargés de la conception et de l'harmonisation de la
politique générale concernant la sécurité et l'hygiène professionnelle ainsi
que de la protection des travailleurs contre tout risque pouvant naître du
travail ou les circonstances dans lesquelles il apparaît. Ils sont également
chargés de procéder à des enquêtes concernant les causes des maladies et
accidents et de prendre les précautions nécessaires pour éviter leur
réapparition.
Ces comités s'emploient à aboutir à un niveau le plus élevé possible de
l'aptitude physique, mentale et psychologique pour les travailleurs et à leur
conserver ce niveau.
Dispositions générales
Article 16
Les dispositions prévues par la présente convention constituent un
minimum de ce que la législation doit assurer aux travailleurs. L'adhésion à
la présente convention ne doit entraîner la réduction d'aucun droit prévu par
la législation, les conventions collectives, l'usage ou les décisions
judiciaires en vigueur ou applicables dans n'importe quel Etat des Etats
arabes adhérant à cette convention.
Ratification, entrée en vigueur, application
et dénonciation de la convention.
Article 17 (*)
1 - Les Etats arabes ratifient la présente convention conformément à
leurs systèmes juridiques et procèdent au dépôt des instruments de
ratification auprès du directeur général du bureau arabe du travail qui
établit un procès-verbal de dépôt des instruments de ratification de chaque
Etat et le notifie aux autres Etats arabes.
2 - Si l'Etat choisit de ratifier la convention partiellement, il doit
ratifier entre autres les articles 1, 2, 3, 4, 7, 8, 9 et 10 additionnellement
aux articles de procédure de 16 à 20.
3 - Chaque Etat peut être lié ultérieurement par n'importe quel article
de la convention auquel il n'était pas lié au début, et ce par simple
2008 – Service Appui aux Entreprises

- 10 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

notification au directeur général du bureau arabe du travail. Cela sera
considéré comme partie intégrante de la ratification de la convention.
Article 18
Chaque Etat arabe devient lié par la présente convention dès sa
ratification. La convention entre en vigueur un mois après le dépôt des
instruments de ratification par trois Etats arabes.
Elle s'applique aux autres Etats arabes qui y adhéreront ultérieurement
après un mois à partir de la date de dépôt de l'instrument de ratification.
Article 19
Les dispositions prévues par le règlement des conventions et
recommandations arabes du travail s'appliquent au suivi d'exécution de la
convention.
Article 20
Chaque Etat adhérant à la présente convention peut la dénoncer après cinq
ans à partir de sa date d'effet. La dénonciation prend effet un an après la
date de sa notification au directeur général du bureau arabe du travail qui le
communique aux Etats qui ont ratifié la présente convention.
La dénonciation n'aura pas d'effet sur l'application de la convention aux
autres Etats qui y adhèrent.
______________
(*) Cet article a été modifié par décision du congrès arabe du travail
(n° 1178) lors de la 28ème session (Amman - Royaume hachémite de Jordanie
(avril 2001).

2008 – Service Appui aux Entreprises

- 11 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

Décret présidentiel n° 2006-59 du 11 février 2006 portant ratification
de la convention 155 concernant la sécurité, la santé des travailleurs et
le milieu de travail, adoptée à Genève le 22 juin 1981, JORA n° 7 du 12
février 2006, p. 5.
Le Président de la République,
Sur le rapport du ministre d'Etat, ministre des affaires étrangères,
Vu la Constitution, notamment son article 77-9°;
Considérant la convention 155 concernant la sécurité, la santé des
travailleurs et le milieu de travail, adoptée à Genève le 22 juin 1981;
Décrète:
Article 1er. - Est ratifiée et sera publiée au Journal officiel de la
République algérienne démocratique et populaire la convention 155 concernant
la sécurité, la santé des travailleurs et le milieu de travail, adoptée à
Genève le 22 juin 1981.
Art. 2. - Le présent décret sera publié au Journal officiel de la
République algérienne démocratique et populaire.
Fait à Alger, le 12 Moharram 1427 correspondant au 11 février 2006.
Abdelaziz BOUTEFLIKA.
Convention 155 concernant la sécurité, la santé
des travailleurs et le milieu de travail
La conférence générale de l'Organisation internationale du travail,
convoquée à Genève par le Conseil d'administration du Bureau international du
travail, et s'y étant réunie le 3 juin 1981, en sa soixante-septième session;
après avoir décidé d'adopter diverses propositions relatives à la
sécurité, à l'hygiène et au milieu de travail, question qui constitue le
sixième point à l'ordre du jour de la session;
après avoir décidé que ces propositions prendraient la forme d'une
convention internationale;
adopte, ce vingt-deuxième jour de juin mil neuf cent quatre-vingt-un, la

2008 – Service Appui aux Entreprises

- 12 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

convention ci-après, qui sera dénommée convention sur la sécurité et la santé
des travailleurs, 1981.
PARTIE I
CHAMP D'APPLICATION ET DEFINITIONS
Article 1er
1. La présente convention s'applique à toutes les branches d'activité
économique.
2. Un membre qui ratifie la présente convention peut, après consultation,
la plus précoce possible, des organisations représentatives des employeurs et
des travailleurs intéressées, exclure de son application, soit en partie, soit
en totalité, des branches particulières d'activité économique telles que la
navigation maritime ou la pêche, lorsque cette application soulève des
problèmes spécifiques revêtant une certaine importance.
3. Tout membre qui ratifie la présente convention devra, dans le premier
rapport sur l'application de celle-ci qu'il est tenu de présenter en vertu de
l'article 22 de la Constitution de l'Organisation internationale du travail,
indiquer, avec motifs à l'appui, les branches d'activité qui ont fait l'objet
d'une exclusion en application du paragraphe 2 ci-dessus, en décrivant les
mesures prises pour assurer une protection suffisante des travailleurs dans
les branches exclues, et exposer, dans les rapports ultérieurs, tout progrès
accompli sur la voie d'une plus large application.
Article 2
1. La présente convention s'applique à tous les travailleurs dans les
branches d'activité économique couvertes.
2. Un membre qui ratifie la présente convention peut, après consultation,
la plus précoce possible, des organisations représentatives des employeurs et
des travailleurs intéressées, exclure de son application, soit en partie, soit
en totalité, des catégories limitées de travailleurs pour lesquelles il existe
des problèmes particuliers d'application.
3. Tout membre qui ratifie la présente convention devra, dans le premier
rapport sur l'application de celle-ci qu'il est tenu de présenter en vertu de
l'article 22 de la constitution de l'Organisation internationale du travail,
indiquer, avec motifs à l'appui, les catégories limitées de travailleurs qui
ont fait l'objet d'une exclusion en application du paragraphe 2 ci-dessus et
exposer, dans les rapports ultérieurs, tout progrès accompli sur la voie d'une
plus large application.
2008 – Service Appui aux Entreprises

- 13 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

Article 3
Aux fins de la présente convention:
a) l'expression branches d'activité économique couvre toutes les branches
où des travailleurs sont employés, y compris la fonction publique;
b) le terme travailleurs vise toutes les personnes employées, y compris
les agents publics;
c) l'expression lieu de travail vise tous les endroits où les
travailleurs doivent se trouver ou se rendre du fait de leur travail et qui
sont placés sous le contrôle direct ou indirect de l'employeur;
d) le terme prescription vise toutes les dispositions auxquelles
l'autorité ou les autorités compétentes ont conféré force de loi;
e) le terme santé, en relation avec le travail, ne vise pas seulement
l'absence de maladie ou d'infirmité; il inclut aussi les éléments physiques et
mentaux affectant la santé directement liés à la sécurité et à l'hygiène du
travail.
PARTIE II
PRINCIPES D'UNE POLITIQUE NATIONALE
Article 4
1. Tout membre devra, à la lumière des conditions et de la pratique
nationales et en consultation avec les organisations d'employeurs et de
travailleurs les plus représentatives, définir, mettre en application et
réexaminer périodiquement une politique nationale cohérente en matière de
sécurité, de santé des travailleurs et de milieu de travail.
2. Cette politique aura pour objet de prévenir les accidents et les
atteintes à la santé qui résultent du travail, sont liés au travail ou
surviennent au cours du travail, en réduisant au minimum les causes des
risques inhérents au milieu de travail, dans la mesure où cela est raisonnable
et pratiquement réalisable.
Article 5
La politique mentionnée à l'article 4 devra tenir compte des grandes
sphères d'action ci-après, dans la mesure où elles affectent la sécurité, la
santé des travailleurs et le milieu de travail:
2008 – Service Appui aux Entreprises

- 14 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

a) la conception, l'essai, le choix, le remplacement, l'installation,
l'aménagement, l'utilisation et l'entretien des composantes matérielles du
travail (lieux de travail, milieu de travail, outils, machines et matériels,
substances et agents chimiques, physiques et biologiques, procédés de
travail);
b) les liens qui existent entre les composantes matérielles du travail et
les personnes qui exécutent ou supervisent le travail ainsi que l'adaptation
des machines, des matériels, du temps de travail, de l'organisation du travail
et des procédés de travail aux capacités physiques et mentales des
travailleurs;
c) la formation et la formation complémentaire nécessaire, les
qualifications et la motivation des personnes qui interviennent, à un titre ou
à un autre, pour que des niveaux de sécurité et d'hygiène suffisants soient
atteints;
d) la communication et la coopération au niveau du groupe de travail et
de l'entreprise et à tous les autres niveaux appropriés jusqu'au niveau
national inclus;
e) la protection des travailleurs et de leurs représentants contre toutes
mesures disciplinaires consécutives à des actions effectuées par eux à bon
droit conformément à la politique visée à l'article 4 ci-dessus.
Article 6
La formulation de la politique mentionnée à l'article 4 ci-dessus devra
préciser les fonctions et les responsabilités respectives, en matière de
sécurité, de santé des travailleurs et de milieu de travail, des pouvoirs
publics, des employeurs, des travailleurs et des autres personnes intéressées
en tenant compte du caractère complémentaire de ces responsabilités ainsi que
des conditions et de la pratique nationales.
Article 7
La situation en matière de sécurité, de santé des travailleurs et de
milieu de travail devra faire l'objet, à des intervalles appropriés, d'un
examen d'ensemble ou d'un examen portant sur les secteurs particuliers en vue
d'identifier les grands problèmes, de dégager les moyens efficaces de les
résoudre et l'ordre de priorité des mesures à prendre, et d'évaluer les
résultats.
PARTIE III
2008 – Service Appui aux Entreprises

- 15 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

ACTION AU NIVEAU NATIONAL
Article 8
Tout membre devra, par voie législative ou réglementaire ou par toute
autre méthode conforme aux conditions et à la pratique nationales, et en
consultation avec les organisations représentatives des employeurs et des
travailleurs intéressées, prendre les mesures nécessaires pour donner effet à
l'article 4 ci-dessus.
Article 9
1. Le contrôle de l'application des lois et des prescriptions concernant
la sécurité, l'hygiène et le milieu de travail devra être assuré par un
système d'inspection approprié et suffisant.
2. Le système de contrôle devra prévoir des sanctions appropriées en cas
d'infraction aux lois ou aux prescriptions.
Article 10
Des mesures devront être prises pour fournir des conseils aux employeurs
et aux travailleurs afin de les aider à se conformer à leurs obligations
légales.
Article 11
Au titre des mesures destinées à donner effet à la politique mentionnée à
l'article 4 ci-dessus, l'autorité ou les autorités compétentes devront
progressivement assurer les fonctions suivantes:
a) la détermination, là où la nature et le degré des risques l'exigent,
des conditions régissant la conception, la construction et l'aménagement des
entreprises, leur mise en exploitation, les transformations importantes devant
leur être apportées ou toute modification de leur destination première, ainsi
que la sécurité des matériels techniques utilisés au travail et l'application
de procédures définies par les autorités compétentes;
b) la détermination des procédés de travail qui doivent être interdits,
limités ou soumis à l'autorisation ou au contrôle de l'autorité ou des
autorités compétentes, ainsi que la détermination des substances et des agents
auxquels toute exposition doit être interdite, limitée ou soumise à
l'autorisation ou au contrôle de l'autorité ou des autorités compétentes; les
risques pour la santé qui sont causés par exposition simultanée à plusieurs
substances ou agents doivent être pris en considération;
2008 – Service Appui aux Entreprises

- 16 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

c) l'établissement et l'application de procédures visant la déclaration
des accidents du travail et des cas de maladies professionnelles par les
employeurs et, lorsque cela est approprié, par les institutions d'assurances
et les autres organismes ou personnes directement intéressés; et
l'établissement de statistiques annuelles sur les accidents du travail et les
maladies professionnelles;
d) l'exécution d'enquêtes lorsqu'un accident du travail, un cas de
maladie professionnelle ou toute autre atteinte à la santé survenant au cours
du travail ou ayant un rapport avec celui-ci paraît refléter des situations
graves;
e) la publication annuelle d'informations sur les mesures prises en
application de la politique mentionnée à l'article 4 ci-dessus ainsi que sur
les accidents du travail, les cas de maladies professionnelles et les autres
atteintes à la santé survenant au cours du travail ou ayant un rapport avec
celui-ci;
f) l'introduction ou le développement, compte tenu des conditions et des
possibilités nationales, de systèmes d'investigation des agents chimiques,
physiques ou biologiques, du point de vue de leur risque pour la santé des
travailleurs.
Article 12
Des mesures devront être prises conformément à la législation et à la
pratique nationales afin que les personnes qui conçoivent, fabriquent,
importent, mettent en circulation ou cèdent à un titre quelconque des
machines, des matériels ou des substances à usage professionnel:
a) s'assurent que, dans la mesure où cela est raisonnable et pratiquement
réalisable, les machines, les matériels ou les substances en question ne
présentent pas de danger pour la sécurité et la santé des personnes qui les
utiliseront correctement;
b) fournissent des informations concernant l'installation et
l'utilisation correcte des machines et des matériels ainsi que l'usage correct
des substances, les risques que présentent les machines et les matériels et
les caractéristiques dangereuses des substances chimiques, des agents ou
produits physiques et biologiques, de même que des instructions sur la manière
de se prémunir contre les risques connus;
c) procèdent à des études et à des recherches ou se tiennent au courant
de toute autre manière de l'évolution des connaissances scientifiques et
2008 – Service Appui aux Entreprises

- 17 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

techniques, pour s'acquitter des obligations qui leur incombent en vertu des
alinéas a) et b) ci-dessus.
Article 13
Un travailleur qui s'est retiré d'une situation de travail dont il avait
un motif raisonnable de penser qu'elle présentait un péril imminent et grave
pour sa vie ou sa santé devra être protégé contre des conséquences
injustifiées, conformément aux conditions et à la pratique nationales.
Article 14
Des mesures devront être prises pour encourager, d'une manière conforme
aux conditions et à la pratique nationales, l'inclusion des questions de
sécurité, d'hygiène et de milieu de travail dans les programmes d'éducation et
de formation à tous les niveaux, y compris dans l'enseignement supérieur
technique, médical et professionnel, de manière à répondre aux besoins de
formation de tous les travailleurs.
Article 15
1. En vue d'assurer la cohérence de la politique mentionnée à l'article 4
ci-dessus et des mesures prises en application de cette politique, tout membre
devra, après consultation, la plus précoce possible, avec les organisations
d'employeurs et de travailleurs les plus représentatives, et le cas échéant
avec d'autres organismes appropriés, adopter des dispositions conformes aux
conditions et à la pratique nationales, visant à assurer la coordination
nécessaire entre les diverses autorités et les divers organismes chargés de
donner effet aux parties II et III de la convention.
2. Chaque fois que les circonstances l'exigent et que les conditions et
la pratique nationales le permettent, ces dispositions devront comporter
l'institution d'un organe central.
PARTIE IV
ACTION AU NIVEAU DE L'ENTREPRISE
Article 16
1. Les employeurs devront être tenus de faire en sorte que, dans la
mesure où cela est raisonnable et pratiquement réalisable, les lieux de
travail, les machines, les matériels et les procédés de travail placés sous
leur contrôle ne présentent pas de risque pour la sécurité et la santé des
travailleurs.

2008 – Service Appui aux Entreprises

- 18 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

2. Les employeurs devront être tenus de faire en sorte que, dans la
mesure où cela est raisonnable et pratiquement réalisable, les substances et
les agents chimiques, physiques et biologiques placés sous leur contrôle ne
présentent pas de risque pour la santé lorsqu'une protection appropriée est
assurée.
3. Les employeurs seront tenus de fournir, en cas de besoin, des
vêtements de protection et un équipement de protection appropriés afin de
prévenir, dans la mesure où cela est raisonnable et pratiquement réalisable,
les risques d'accidents ou d'effets préjudiciables à la santé.
Article 17
Chaque fois que plusieurs entreprises se livrent simultanément à des
activités sur un même lieu de travail, elles devront collaborer en vue
d'appliquer les dispositions de la présente convention.
Article 18
Les employeurs devront être tenus de prévoir, en cas de besoin, des
mesures permettant de faire face aux situations d'urgence et aux accidents, y
compris des moyens suffisants pour l'administration des premiers secours.
Article 19
Des dispositions devront être prises au niveau de l'entreprise aux termes
desquels:
a) les travailleurs, dans le cadre de leur travail, coopéreront à
l'accomplissement des obligations incombant à l'employeur;
b) les représentants des travailleurs dans l'entreprise coopéreront avec
l'employeur dans le domaine de la sécurité et de l'hygiène du travail;
c) les représentants des travailleurs dans l'entreprise recevront une
information suffisante concernant les mesures prises par l'employeur pour
garantir la sécurité et la santé; ils pourront consulter leurs organisations
représentatives à propos de cette information, à condition de ne pas divulguer
de secrets commerciaux;
d) les travailleurs et leurs représentants dans l'entreprise recevront
une formation appropriée dans le domaine de la sécurité et de l'hygiène du
travail;
e) les travailleurs ou leurs représentants et, le cas échéant, leurs
2008 – Service Appui aux Entreprises

- 19 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

organisations représentatives dans l'entreprise seront habilités, conformément
à la législation et à la pratique nationales, à examiner tous les aspects de
la sécurité et de la santé liés à leur travail et seront consultés à leur
sujet par l'employeur; à cette fin, il pourra être fait appel, par accord
mutuel à des conseillers techniques pris en dehors de l'entreprise;
f) le travailleur signalera immédiatement à son supérieur hiérarchique
direct toute situation dont il a un motif raisonnable de penser qu'elle
présente un péril imminent et grave pour sa vie ou sa santé et, jusqu'à ce que
l'employeur ait pris des mesures pour y remédier, en cas de besoin celui-ci ne
pourra demander aux travailleurs de reprendre le travail dans une situation où
persiste un péril imminent et grave pour la vie ou la santé.
Article 20
La coopération des employeurs et des travailleurs et/ou leurs
représentants dans l'entreprise devra être un élément essentiel des
dispositions prises en matière d'organisation et dans d'autres domaines, en
application des articles 16 à 19 ci-dessus.
Article 21
Les mesures de sécurité et d'hygiène du travail ne doivent entraîner
aucune dépense pour les travailleurs.
PARTIE V
DISPOSITIONS FINALES
Article 22
La présente convention ne porte révision d'aucune convention ou
recommandation internationale du travail existante.
Article 23
Les ratifications formelles de la présente convention seront communiquées
au directeur général du Bureau international du travail et par lui
enregistrées.
Article 24
1. La présente convention ne liera que les membres de l'Organisation
internationale du travail dont la ratification aura été enregistrée par le
directeur général.

2008 – Service Appui aux Entreprises

- 20 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

2. Elle entrera en vigueur douze (12) mois après que les ratifications de
deux membres auront été enregistrées par le directeur général.
3. Par la suite, cette convention entrera en vigueur pour chaque membre
douze (12) mois après la date où sa ratification aura été enregistrée.
Article 25
1. Tout membre ayant ratifié la présente convention peut la dénoncer à
l'expiration d'une période de dix (10) années après la date de la mise en
vigueur initiale de la convention, par un acte communiqué au directeur général
du Bureau international du travail et par lui enregistré. La dénonciation ne
prendra effet qu'une année après avoir été enregistrée.
2. Tout membre ayant ratifié la présente convention qui, dans le délai
d'une année après l'expiration de la période de dix (10) années mentionnée au
paragraphe précédent, ne fera pas usage de la faculté de dénonciation prévue
par le présent article sera lié par une nouvelle période de dix (10) années
et, par la suite, pourra dénoncer la présente convention à l'expiration de
chaque période de dix (10) années dans les conditions prévues au présent
article.
Article 26
1. Le directeur général du Bureau international du travail notifiera à
tous les membres de l'Organisation internationale du travail l'enregistrement
de toutes les ratifications et dénonciations qui lui seront communiquées par
les membres de l'Organisation.
2. En notifiant aux membres de l'Organisation l'enregistrement de la
deuxième ratification qui lui aura été communiquée, le directeur général
appellera l'attention des membres de l'Organisation sur la date à laquelle la
présente convention entrera en vigueur.
Article 27
Le directeur général du Bureau international du travail communiquera au
secrétaire général des Nations Unies, aux fins d'enregistrement, conformément
à l'article 102 de la Charte des Nations Unies, des renseignements complets au
sujet de toutes ratifications et de tous actes de dénonciation qu'il aura
enregistrés conformément aux articles précédents.
Article 28
Chaque fois qu'il le jugera nécessaire, le Conseil d'administration du
2008 – Service Appui aux Entreprises

- 21 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

Bureau international du travail présentera à la conférence générale un rapport
sur l'application de la présente convention et examinera s'il y a lieu
d'inscrire à l'ordre du jour de la conférence la question de sa révision
totale ou partielle.
Article 29
1. Au cas où la conférence adopterait une nouvelle convention portant
révision totale ou partielle de la présente convention, et à moins que la
nouvelle convention ne dispose autrement:
a) la ratification par un membre de la nouvelle convention portant
révision entraînerait de plein droit, nonobstant l'article 25 ci-dessus,
dénonciation immédiate de la présente convention, sous réserve que la nouvelle
convention portant révision soit entrée en vigueur;
b) à partir de la date de l'entrée en vigueur de la nouvelle convention
portant révision, la présente convention cesserait d'être ouverte à la
ratification des membres.
2. La présente convention demeurerait en tout cas en vigueur dans sa
forme et teneur pour les membres qui l'auraient ratifiée et qui ne
ratifieraient pas la convention portant révision.
Article 30
Les versions française et anglaise du texte de la présente convention
font également foi.

2008 – Service Appui aux Entreprises

- 22 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

Décret présidentiel n° 2006-60 du 11 février 2006 portant ratification
de la convention 167 concernant la sécurité et la santé dans la
construction, adoptée à Genève le 20 juin 1988,
JORA n° 7 du 12 février 2006, p. 9.
Le Président de la République,
Sur le rapport du ministre d'Etat, ministre des affaires étrangères,
Vu la Constitution, notamment son article 77-9°;
Considérant la convention 167 concernant la sécurité et la santé dans la
construction, adoptée à Genève le 20 juin 1988;
Décrète:
Article 1er. - Est ratifiée et sera publiée au Journal officiel de la
République algérienne démocratique et populaire, la convention 167 concernant
la sécurité et la santé dans la construction, adoptée à Genève le 20 juin
1988.
Art. 2. - Le présent décret sera publié au Journal officiel de la
République algérienne démocratique et populaire.
Fait à Alger, le 12 Moharram 1427 correspondant au 11 février 2006.
Abdelaziz BOUTEFLIKA.
Convention 167 concernant la sécurité
et la santé dans la construction
La conférence générale de l'organisation internationale du travail,
convoquée à Genève par le Conseil d'administration du bureau international du
travail, et s'y étant réunie le 1er juin 1988, en sa soixante-quinzième
session;
notant les conventions et les recommandations internationales
pertinentes, en particulier la convention et la recommandation concernant les
prescriptions de sécurité (bâtiment), 1937; la recommandation sur la
collaboration pour la prévention des accidents (bâtiment), 1937; la convention
et la recommandation sur la protection contre les radiations, 1960; la
convention et la recommandation sur la protection des machines, 1963; la
convention et la recommandation sur le poids maximum, 1967; la convention et

2008 – Service Appui aux Entreprises

- 23 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

la recommandation sur le cancer professionnel, 1974; la convention et la
recommandation sur le milieu de travail (pollution de l'air, bruit et
vibrations), 1977; la convention et la recommandation sur la sécurité et la
santé des travailleurs, 1981; la convention et la recommandation sur les
services de santé au travail, 1985; la convention et la recommandation sur
l'amiante, 1986, et la liste des maladies professionnelles telle que révisée
en 1980, annexée à la convention sur les prestations en cas d'accidents du
travail et de maladies professionnelles, 1964;
après avoir décidé d'adopter diverses propositions relatives à la
sécurité et à la santé dans la construction, question qui constitue le
quatrième point à l'ordre du jour de la session;
après avoir décidé que ces propositions prendraient la forme d'une
convention internationale, révisant la convention concernant les prescriptions
de sécurité (bâtiment), 1937;
adopte, ce vingtième jour de juin mil neuf cent quatre-vingt-huit, la
convention ci-après, qui sera dénommée convention sur la sécurité et la santé
dans la construction, 1988.
PARTIE I
CHAMP D'APPLICATION ET DEFINITIONS
Article 1er
1. La convention s'applique à toutes les activités de construction,
c'est-à-dire aux travaux du bâtiment, au génie civil et aux travaux de montage
et de démontage, y compris tout procédé, toute opération ou tout transport sur
un chantier de construction, depuis la préparation du site jusqu'à
l'achèvement du projet.
2. Un membre qui ratifie la convention peut, après consultation des
organisations les plus représentatives d'employeurs et de travailleurs
intéressées, s'il en existe, exclure de l'application de la convention ou de
certaines de ses dispositions des branches d'activité économique déterminées
ou des entreprises déterminées au sujet desquelles se posent des problèmes
particuliers revêtant une certaine importance, à condition qu'un milieu de
travail sûr et salubre y soit assuré.
3. La convention s'applique également aux travailleurs indépendants que
la législation nationale pourrait désigner.
Article 2

2008 – Service Appui aux Entreprises

- 24 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

Aux fins de la convention:
a) le terme construction couvre:
i) le travail du bâtiment, y compris les excavations et la construction,
la transformation des structures, la rénovation, la réparation et l'entretien
(y compris les travaux de nettoyage et de peinture) de même que la démolition
de tous types de bâtiments ou d'ouvrages,
ii) le génie civil, y compris les excavations et la construction, la
transformation des structures, la réparation, l'entretien et la démolition
d'ouvrages tels qu'aéroports, quais, installations portuaires, voies d'eau
intérieures, barrages, ouvrages d'endiguement des cours d'eau et du littoral
ou de protection contre les avalanches, routes et autoroutes, chemins de fer,
ponts, tunnels, viaducs et les ouvrages d'utilité publique servant aux
communications, au drainage, à la collecte des eaux usées et à la distribution
d'eau et d'énergie,
iii) le montage et le démontage de bâtiments et d'ouvrages préfabriqués
de même que la fabrication des éléments préfabriqués sur le chantier de
construction;
b) l'expression chantier de construction désigne tout chantier où l'un
quelconque des travaux ou des opérations décrits à l'alinéa a) ci-dessus est
effectué;
c) l'expression lieu de travail désigne tous les lieux où les
travailleurs doivent se trouver ou se rendre du fait de leur travail et qui
sont placés sous le contrôle d'un employeur au sens de l'alinéa e) ci-dessous;
d) le terme travailleur désigne toute personne occupée dans la
construction;
e) le terme employeur désigne:
i) toute personne physique ou morale qui emploie un ou plusieurs
travailleurs sur un chantier de construction et,
ii) selon le cas, soit l'entrepreneur principal, l'entrepreneur ou le
sous-traitant;
f) l'expression personne compétente désigne une personne possédant des
qualifications suffisantes telles qu'une formation adéquate et des
connaissances, une expérience et les aptitudes suffisantes pour exécuter de
façon sûre les tâches spécifiées. Les autorités compétentes peuvent fixer les
2008 – Service Appui aux Entreprises

- 25 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

critères appropriés pour la désignation de ces personnes et définir les
devoirs qui leur incombent;
g) le terme échafaudage désigne toute structure temporaire, fixe,
suspendue ou mobile, ainsi que la charpente qui la soutient, servant de
support à des travailleurs et à des matériaux, ou permettant d'accéder à une
telle structure, à l'exclusion des appareils de levage au sens de l'alinéa h)
ci-dessous;
h) l'expression appareil de levage désigne tout appareil fixe ou mobile
qui sert à monter ou descendre des personnes ou des charges;
i) l'expression accessoire de levage désigne tout dispositif au moyen
duquel on peut fixer une charge à un appareil de levage, mais qui ne constitue
pas une partie intégrante de l'appareil ou de la charge.
PARTIE II
DISPOSITIONS GENERALES
Article 3
Les organisations les plus représentatives d'employeurs et de
travailleurs intéressées doivent être consultées sur les mesures à prendre
pour donner effet aux dispositions de la convention.
Article 4
Tout membre qui ratifie la convention doit s'engager, sur la base d'une
évaluation des risques qui existent pour la sécurité et la santé, à adopter et
à maintenir en vigueur une législation qui assure l'application des
dispositions de la convention.
Article 5
1. La législation adoptée conformément à l'article 4 ci-dessus peut
prévoir qu'elle sera appliquée en pratique par des normes techniques ou des
recueils de directives pratiques, ou par d'autres moyens appropriés conformes
aux conditions et à la pratique nationales.
2. En donnant effet à l'article 4 et au paragraphe 1 ci-dessus, tout
membre doit dûment tenir compte des normes adoptées en la matière par les
organisations internationales reconnues dans le domaine de la normalisation.
Article 6

2008 – Service Appui aux Entreprises

- 26 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

Des mesures seront prises pour assurer, selon des modalités à définir par
la législation nationale, une coopération entre les employeurs et les
travailleurs en vue de promouvoir la sécurité et la santé sur les chantiers de
construction.
Article 7
La législation nationale stipulera que les employeurs et les travailleurs
indépendants sont tenus de se conformer aux mesures prescrites dans le domaine
de la sécurité et de la santé sur les lieux de travail.
Article 8
1. Chaque fois que deux ou plusieurs employeurs entreprennent
simultanément des travaux sur un chantier:
a) il incombera à l'entrepreneur principal, ou tout autre personne ou
organisme assumant le contrôle effectif ou la responsabilité principale de
l'ensemble des activités du chantier, de coordonner les mesures prescrites,
dans le domaine de la sécurité et de la santé, et que ces mesures soient
respectées pour autant que cela soit compatible avec la législation nationale;
b) lorsque l'entrepreneur principal ou la personne ou l'organisme
assumant le contrôle effectif ou la responsabilité principale de l'ensemble
des activités du chantier n'y est pas présent, il doit, dans la mesure où cela
est compatible avec la législation nationale, désigner une personne ou un
organisme compétent sur place ayant l'autorité et les moyens nécessaires pour
assurer, en son nom, la coordination et l'application des mesures prévues à
l'alinéa a) ci-dessus;
c) chaque employeur restera responsable de l'application des mesures
prescrites pour les travailleurs placés sous son autorité.
2. Chaque fois que des employeurs ou des travailleurs indépendants
entreprennent simultanément des travaux sur un chantier, ils seront tenus de
coopérer à l'application des mesures de sécurité et de santé prescrites selon
ce que pourra prévoir la législation nationale.
Article 9
Les personnes responsables de la conception et de la planification d'un
projet de construction tiendront compte de la sécurité et de la santé des
travailleurs de la construction, conformément à la législation et à la
pratique nationales.

2008 – Service Appui aux Entreprises

- 27 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

Article 10
La législation nationale doit prévoir que sur tous les lieux de travail,
et dans la mesure où ils exercent un contrôle sur le matériel et les méthodes
de travail, les travailleurs doivent avoir le droit et le devoir de contribuer
à la sécurité du travail et d'exprimer des avis sur les procédés de travail
adoptés pour autant qu'ils peuvent affecter la sécurité et la santé.
Article 11
La législation nationale doit prévoir que les travailleurs seront tenus:
a) de coopérer aussi étroitement que possible avec leur employeur à
l'application des mesures prescrites en matière de sécurité et de santé;
b) de prendre raisonnablement soin de leur propre sécurité et de leur
propre santé, et de celles des autres personnes susceptibles d'être affectées
par leurs actes ou leurs omissions au travail;
c) d'utiliser les moyens mis à leur disposition et de ne pas faire
mauvais usage de ce qui leur a été fourni pour leur propre protection ou celle
des autres;
d) de signaler sans délai à leur supérieur hiérarchique direct, et au
délégué des travailleurs à la sécurité lorsqu'il en existe, toute situation
susceptible à leur avis de présenter un risque et à laquelle ils ne sont pas
en mesure de faire face convenablement eux-mêmes;
e) de se conformer aux mesures prescrites en matière de sécurité et de
santé.
Article 12
1. La législation nationale doit prévoir que tout travailleur doit avoir
le droit de s'éloigner d'un danger lorsqu'il a de bonnes raisons de penser
qu'il y a un péril imminent et grave pour sa sécurité ou sa santé et il doit
en informer immédiatement son supérieur hiérarchique.
2. En présence d'un péril imminent pour la sécurité des travailleurs,
l'employeur doit prendre des dispositions immédiates pour arrêter le travail
et, selon le cas, procéder à une évacuation.
PARTIE III
MESURES DE PREVENTION ET DE PROTECTION

2008 – Service Appui aux Entreprises

- 28 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

Article 13
Sécurité sur les lieux de travail
1. Toutes les précautions appropriées doivent être prises pour faire en
sorte que tous les lieux de travail soient sûrs et exempts de risques pour la
sécurité et la santé des travailleurs.
2. Des moyens sûrs d'accéder aux lieux de travail et d'en sortir doivent
être aménagés et entretenus, et signalés où cela est approprié.
3. Toutes les précautions appropriées doivent être prises pour protéger
les personnes qui se trouvent sur un chantier de construction ou à proximité
de celui-ci de tous les risques que ce chantier est susceptible de présenter.
Article 14
Echafaudages et échelles
1. Lorsque le travail ne peut être exécuté en toute sécurité au sol ou à
partir du sol ou à partir d'une partie d'un bâtiment ou d'un autre ouvrage
permanent, un échafaudage approprié et sûr doit être installé et entretenu, ou
tout autre moyen répondant aux mêmes exigences doit être fourni.
2. En l'absence d'autres moyens sûrs d'accès aux postes de travail
surélevés, des échelles appropriées et de bonne qualité doivent être fournies.
Elles doivent être convenablement assujetties pour parer à tout mouvement
involontaire.
3. Tous les échafaudages et toutes les échelles doivent être construits
et utilisés conformément à la législation nationale.
4. Les échafaudages doivent être inspectés par une personne compétente,
dans les cas et aux moments prescrits par la législation nationale.
Article 15
Appareils et accessoires de levage
1. Tout appareil de levage et tout accessoire de levage, y compris leurs
éléments constitutifs, leurs attaches, ancrages et appuis, doivent être:
a) bien conçus et construits en matériaux de bonne qualité et avoir une
résistance suffisante pour l'usage qui en est fait;
b) correctement installés et utilisés;
c) entretenus en bon état de fonctionnement;
2008 – Service Appui aux Entreprises

- 29 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

d) vérifiés et soumis à des essais, par une personne compétente, aux
intervalles et dans les cas prescrits par la législation nationale, et les
résultats de ces vérification et essais seront consignés;
e) manoeuvrés par des travailleurs ayant reçu une formation appropriée
conformément à la législation nationale.
2. Un appareil de levage ne doit monter, descendre ou transporter des
personnes que s'il est construit, installé et utilisé à cet effet conformément
à la législation nationale ou, si tel n'est pas le cas, pour faire face à une
situation d'urgence et parer à un risque de blessure grave ou accident mortel,
lorsque l'appareil de levage peut être utilisé à cet effet en toute sécurité.
Article 16
Matériel de transport, engins de terrassement
et de manutention des matériaux
1. Tous les véhicules et les engins de terrassement et de manutention des
matériaux doivent être:
a) bien conçus et construits en tenant compte, dans la mesure du
possible, des principes de l'ergonomie;
b) maintenus en bon état de fonctionnement;
c) correctement utilisés;
d) manoeuvrés par des travailleurs ayant reçu une formation appropriée,
conformément à la législation nationale.
2. Sur tous les chantiers de construction où l'on utilise des véhicules
ainsi que des engins de terrassement ou de manutention des matériaux:
a) des voies d'accès appropriées et sûres doivent être aménagées pour
eux;
b) la circulation doit être organisée et contrôlée de manière à garantir
leur sécurité d'utilisation.
Article 17
Installations, machines, équipements et outils à main
1. Les installations, machines et équipements, y compris les outils à
main avec ou sans moteur, doivent être:
2008 – Service Appui aux Entreprises

- 30 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

a) bien conçus et construits en tenant compte, dans la mesure du
possible, des principes de l'ergonomie;
b) maintenus en bon état de fonctionnement;
c) utilisés exclusivement pour les travaux pour lesquels ils ont été
conçus, à moins qu'une utilisation à d'autres fins que celles initialement
prévues n'ait fait l'objet d'une évaluation complète par une personne
compétente ayant conclu que cette utilisation est sans danger;
d) manoeuvrés par des travailleurs ayant reçu une formation appropriée.
2. Des instructions adéquates en vue d'une utilisation sûre doivent, dans
les cas appropriés, être fournies par le fabricant ou l'employeur sous une
forme compréhensible pour les utilisateurs.
3. Les installations et les appareils sous pression doivent être vérifiés
et soumis à des essais par une personne compétente, dans les cas et aux
moments prescrits par la législation nationale.
Article 18
Travaux en hauteur, y compris sur les toitures
1. Là où cela est nécessaire pour parer à un risque, ou lorsque la
hauteur ou l'inclinaison de l'ouvrage dépasse les valeurs fixées par la
législation nationale, des dispositions préventives doivent être prises pour
éviter la chute des travailleurs, des outils ou autres objets ou matériaux.
2. Lorsque des travailleurs doivent travailler sur ou à proximité d'un
toit ou de toute autre surface en matériau fragile à travers lequel il est
possible de faire une chute, des mesures préventives doivent être prises pour
qu'ils ne marchent pas, par inadvertance, sur la surface en matériau fragile
ou ne tombent pas à travers.
Article 19
Excavations, puits, terrassements,
travaux souterrains et tunnels
Des précautions adéquates doivent être prises dans une excavation, un
puits, un terrassement, un travail souterrain ou un tunnel:
a) au moyen d'un étaiement approprié ou d'une autre manière pour prévenir
les dangers que les travailleurs pourraient courir au cas où la terre, des
rochers ou d'autres matériaux s'effondreraient ou se détacheraient;
2008 – Service Appui aux Entreprises

- 31 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

b) pour prévenir les dangers liés à la chute d'une personne, de matériaux
ou d'objets, ou l'irruption d'eau dans l'excavation, le puits, le
terrassement, le travail souterrain ou le tunnel;
c) pour assurer une ventilation suffisante à tous les postes de travail
de façon à entretenir une atmosphère respirable et à maintenir les fumées,
gaz, vapeurs, poussières ou autres impuretés à des niveaux qui ne soient pas
dangereux ou nuisibles pour la santé et dans des limites fixées par la
législation nationale;
d) pour permettre aux travailleurs de se mettre en lieu sûr en cas
d'incendie ou d'irruption d'eau ou de matériaux;
e) pour éviter aux travailleurs les risques provenant de dangers
souterrains possibles, notamment la circulation de fluides ou la présence de
poches de gaz, en procédant à des investigations appropriées afin de les
localiser.
Article 20
Batardeaux et caissons
1. Tous les batardeaux et caissons doivent être:
a) bien construits, avec des matériaux appropriés et solides, et avoir
une résistance suffisante;
b) pourvus d'un équipement suffisant pour que les travailleurs puissent
se mettre à l'abri en cas d'irruption d'eau ou de matériaux.
2. La construction, la mise en place, la transformation ou le démontage
d'un batardeau ou d'un caisson ne doivent avoir lieu que sous la surveillance
directe d'une personne compétente.
3. Tous les batardeaux et tous les caissons doivent être inspectés par
une personne compétente à des intervalles prescrits.
Article 21
Travail dans l'air comprimé
1. Le travail dans l'air comprimé ne doit être effectué que selon les
dispositions prévues par la législation nationale.
2. Le travail dans l'air comprimé ne doit être effectué que par des
travailleurs dont l'aptitude physique à ce travail a été établie par un examen
2008 – Service Appui aux Entreprises

- 32 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

médical, et en présence d'une personne compétente pour surveiller le
déroulement des opérations.
Article 22
Charpentes et coffrages
1. Les charpentes et les éléments de charpente, les coffrages, les
supports temporaires et les étaiements ne doivent être montés que sous la
surveillance d'une personne compétente.
2. Des précautions suffisantes doivent être prises pour protéger les
travailleurs contre les dangers provenant de la fragilité ou de l'instabilité
temporaire d'un ouvrage.
3. Les coffrages, les supports temporaires et les étaiements doivent être
conçus, construits et entretenus de manière à pouvoir supporter sans risque
toutes les charges qui peuvent leur être imposées.
Article 23
Travail au-dessus d'un plan d'eau
Si un travail est exécuté au-dessus ou à proximité immédiate d'un plan
d'eau, des dispositions appropriées doivent être prises:
a) pour empêcher les travailleurs de tomber à l'eau;
b) pour procéder au sauvetage de travailleurs en danger de noyade;
c) pour fournir des moyens de transport sûrs et suffisants.
Article 24
Travaux de démolition
Lorsque la démolition d'un bâtiment ou d'un ouvrage peut présenter un
danger pour les travailleurs ou le public:
a) des précautions, méthodes et procédures appropriées, y compris pour
l'évacuation des déchets ou résidus, doivent être adoptées conformément à la
législation nationale;
b) les travaux ne doivent être planifiés et entrepris que sous la
surveillance d'une personne compétente.
Article 25
Eclairage
2008 – Service Appui aux Entreprises

- 33 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

Un éclairage suffisant et approprié, comportant, le cas échéant, des
sources de lumières portatives, doit être assuré à chaque poste de travail
ainsi qu'en tout autre lieu du chantier de construction où un travailleur peut
avoir à passer.
Article 26
Electricité
1. Tous les matériels et installations électriques doivent être
construits, montés et entretenus par une personne compétente, et utilisés de
manière à prévenir tout danger.
2. Avant d'entreprendre des travaux de construction et pendant la durée
de ceux-ci, des mesures appropriées doivent être prises pour vérifier si un
câble ou un appareil électrique sous tension se trouve au-dessous ou au-dessus
du chantier, ou sur celui-ci, et pour prévenir tout danger que sa présence
peut faire courir aux travailleurs.
3. La poste et l'entretien des câbles et appareils électriques sur les
chantiers doivent répondre aux normes et règles techniques appliquées au
niveau national.
Article 27
Explosifs
Les explosifs ne doivent être entreposés, transportés, manipulés ou
utilisés que:
a) dans les conditions prescrites par la législation nationale;
b) par une personne compétente, qui doit prendre les mesures nécessaires
pour empêcher que des travailleurs ou d'autres personnes ne soient exposés à
un risque de lésion.
Article 28
Risques pour la santé
1. Lorsqu'un travailleur peut être exposé à un risque chimique, physique
ou biologique au point que sa santé puisse être mise en danger, des mesures
préventives appropriées doivent être prises pour éviter une telle exposition.
2. Afin de prévenir l'exposition visées au paragraphe 1 ci-dessus:
a) les substances dangereuses doivent être remplacées par des substances
2008 – Service Appui aux Entreprises

- 34 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

sans danger ou moins dangereuses chaque fois que cela est possible; ou
b) des mesures techniques doivent être appliquées à la machine, à
l'installation, à l'équipement ou au procédé; ou
c) s'il n'est pas possible de se conformer aux dispositions des alinéas
a) ou b) ci-dessus, d'autres mesures efficaces, telles que l'utilisation d'un
équipement de protection individuelle et de vêtements protecteurs, doivent
être prises.
3. Si des travailleurs doivent pénétrer dans une zone dont l'atmosphère
est susceptible de contenir une substance toxique ou nocive, ou d'être d'une
teneur insuffisante en oxygène ou, encore, d'être inflammable, des mesures
appropriées doivent être prises pour prévenir tout danger.
4. Les déchets ne doivent pas être détruits sur le chantier de
construction ou y être éliminés d'une autre manière si cela risque d'être
nuisible pour la santé.
Article 29
Précautions contre l'incendie
1. L'employeur doit prendre toutes les mesures appropriées pour:
a) éviter le risque d'incendie;
b) combattre rapidement et efficacement tout début d'incendie;
c) assurer l'évacuation rapide et sûre des personnes.
2. Des moyens suffisants et appropriés doivent être aménagés pour le
stockage des liquides, des solides et des gaz inflammables.
Article 30
Equipement de protection individuelle
et vêtements protecteurs
1. Là où il n'est pas possible de protéger de manière suffisante, par
d'autres moyens, les travailleurs contre les risques d'accidents ou les
atteintes à la santé, y compris l'exposition à des conditions défavorables, un
équipement de protection individuelle et des vêtements protecteurs appropriés
tenant compte de la nature du travail et des risques, doivent être fournis et
entretenus par les employeurs sans frais pour les travailleurs, selon ce qui
peut être prescrit par la législation nationale.

2008 – Service Appui aux Entreprises

- 35 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

2. L'employeur doit fournir aux travailleurs les moyens appropriés leur
permettant de faire usage de l'équipement de protection individuelle et
s'assurer qu'ils en fassent un usage correct.
3. L'équipement de protection et les vêtements protecteurs doivent être
conformes aux normes établies par l'autorité compétente en tenant compte,
autant que possible, des principes de l'ergonomie.
4. Les travailleurs doivent être tenus d'utiliser convenablement
l'équipement de protection individuelle et les vêtements protecteurs mis à
leur disposition, et d'en prendre soin.
Article 31
Premiers secours
Il doit incomber à l'employeur de s'assurer que les premiers secours, y
compris le personnel formé à cette fin, puissent être fournis à tout moment.
Des mesures doivent être prises pour assurer l'évacuation, pour soins
médicaux, des travailleurs accidentés ou victimes d'une maladie soudaine.
Article 32
Bien-être
1. L'eau potable doit être fournie en quantité suffisante sur les lieux
mêmes ou à proximité de tout chantier de construction.
2. Selon le nombre de travailleurs et la durée des travaux, les
installations suivantes doivent être fournies et entretenues sur les lieux
mêmes ou à proximité de tout chantier de construction:
a) des cabinets d'aisance et des installations permettant aux
travailleurs de se laver;
b) des installations pour permettre aux travailleurs de se changer, de
faire sécher leurs vêtements et de les ranger;
c) des locaux pour permettre aux travailleurs de prendre leurs repas et
de se mettre à l'abri en cas d'interruption du travail pour cause
d'intempéries.
3. Des installations sanitaires et des salles d'eau séparées devraient
être prévues pour les travailleurs et les travailleuses.
Article 33
Information et formation
2008 – Service Appui aux Entreprises

- 36 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

Les travailleurs doivent être, de manière suffisante et appropriée:
a) informés des risques possibles d'accident ou d'atteinte à la santé
auxquels ils peuvent être exposés sur leur lieu de travail;
b) instruits sur les moyens mis à leur disposition pour prévenir et
maîtriser ces risques et pour s'en protéger, et être formés à cet effet.
Article 34
Déclaration des accidents et des maladies
La législation nationale doit prévoir que seront déclarés à l'autorité
compétente dans un délai prescrit les cas d'accidents du travail et de
maladies professionnelles.
PARTIE IV
APPLICATION
Article 35
Tout membre doit:
a) prendre toutes les mesures nécessaires, notamment les sanctions et les
mesures correctives appropriées, en vue d'assurer l'application effective des
dispositions de la convention;
b) mettre en place des services d'inspection appropriés pour le contrôle
de l'application des mesures à prendre conformément aux dispositions de la
convention et doter ces services des moyens nécessaires à l'accomplissement de
leur tâche ou s'assurer qu'une inspection appropriée est effectuée.
PARTIE V
DISPOSITIONS FINALES
Article 36
La présente convention révise la convention concernant les prescriptions
de sécurité (bâtiment), 1937.
Article 37
Les ratifications formelles de la présente convention seront communiquées
au directeur général du bureau international du travail et par lui
enregistrées.
2008 – Service Appui aux Entreprises

- 37 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

Article 38
1. La présente convention ne liera que les membres de l'organisation
internationale du travail dont la ratification aura été enregistrée par le
directeur général.
2. Elle entrera en vigueur douze mois après que les ratifications de deux
membres auront été enregistrées par le directeur général.
3. Par la suite, cette convention entrera en vigueur pour chaque membre,
douze mois après la date où sa ratification aura été enregistrée.
Article 39
1. Tout membre ayant ratifié la présente convention peut la dénoncer à
l'expiration d'une période de dix (10) années après la date de la mise en
vigueur initiale de la convention, par un acte communiqué au directeur général
du Bureau international du travail et par lui enregistré. La dénonciation ne
prendra effet qu'une année après avoir été enregistrée.
2. Tout membre ayant ratifié la présente convention qui, dans le délai
d'une année après l'expiration de la période de dix (10) années mentionnée au
paragraphe précédent, ne fera pas usage de la faculté de dénonciation prévue
par le présent article sera lié pour une nouvelle période de dix années et,
par la suite, pourra dénoncer la présente convention à l'expiration de chaque
période de dix (10) années dans les conditions prévues au présent article.
Article 40
1. Le directeur général du Bureau international du travail notifiera à
tous les membres de l'organisation internationale du travail l'enregistrement
de toutes les ratifications et dénonciations qui lui seront communiquées par
les membres de l'organisation.
2. En notifiant aux membres de l'organisation, l'enregistrement de la
deuxième ratification qui lui aura été communiquée, le directeur général
appellera l'attention des membres de l'organisation sur la date à laquelle la
présente convention entrera en vigueur.
Article 41
Le directeur général du Bureau international du travail communiquera au
secrétaire général des Nations unies, aux fins d'enregistrement, conformément
à l'article 102 de la Charte des Nations unies, des renseignements complets au
2008 – Service Appui aux Entreprises

- 38 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

sujet de toutes ratifications et de tous actes de dénonciation qu'il aura
enregistrés conformément aux articles précédents.
Article 42
Chaque fois qu'il le jugera nécessaire, le conseil d'administration du
bureau international du travail présentera à la conférence générale un rapport
sur l'application de la présente convention et examinera s'il y a lieu
d'inscrire à l'ordre du jour de la conférence la question de sa révision
totale ou partielle.
Article 43
1. Au cas où la conférence adopterait une nouvelle convention portant
révision totale ou partielle de la présente convention, et à moins que la
nouvelle convention ne dispose autrement:
a) la ratification par un membre de la nouvelle convention portant
révision entraînerait de plein droit, nonobstant l'article 39 ci-dessus,
dénonciation immédiate de la présente convention, sous réserve que la nouvelle
convention portant révision soit entrée en vigueur;
b) à partir de la date de l'entrée en vigueur de la nouvelle convention
portant révision, la présente convention cesserait d'être ouverte à la
ratification des membres.
2. La présente convention demeurerait en tout cas en vigueur dans sa
forme et teneur pour les membres qui l'auraient ratifiée et qui ne
ratifieraient pas la convention portant révision.
Article 44
Les versions française et anglaise du texte de la présente convention
font également foi.

2008 – Service Appui aux Entreprises

- 39 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

Décret présidentiel n° 2007-171 du 2 juin 2007 modifiant et complétant
le décret présidentiel n° 2005-117 du 11 avril 2005 relatif aux mesures de
protection contre les rayonnements ionisants,
JORA n° 37 du 7 juin 2007, p. 8.
Le Président de la République,
Vu la Constitution, notamment ses articles 77-6° et 125 (alinéa 1er);
Vu le décret présidentiel n° 2005-117 du 2 Rabie El Aouel 1426 correspondant au 11 avril
2005 relatif aux mesures de protection contre les rayonnements ionisants;
Décrète:
Article 1er. - Le présent décret a pour objet de modifier et compléter le décret présidentiel
n° 2005-117 du 2 Rabie El Aouel 1426 correspondant au 11 avril 2005 relatif aux mesures de
protection contre les rayonnements ionisants.
Art. 2. - L'article 1er du décret présidentiel n° 2005-117 du 11 avril 2005, susvisé, est
modifié, complété et rédigé comme suit:
«Article 1er. - Le présent décret a pour objet:
- de fixer les règles générales de protection contre les risques des rayonnements ionisants,
en particulier lors des opérations d'importation, de transit, de fabrication, de transformation,
d'utilisation, de manipulation, de transport, d'entreposage, de stockage, d'évacuation,
d'élimination et d'exportation des substances radioactives et de toute autre pratique qui
implique un risque résultant des:
- expositions professionnelles;
- expositions potentielles;
- expositions médicales;
- expositions du public;
- situations d'exposition d'urgence.
Sont exclues du champ d'application du présent décret les expositions dues aux
radionucléides naturellement présents dans le corps humain, aux rayonnements cosmiques à
la surface de la terre et à des concentrations non modifiées de radionucléides dans les
matières premières:
- de fixer les règles d'autorisation de la détention et de l'utilisation des substances
naturelles ou artificielles et des appareils émettant des rayonnements ionisants destinés à des
fins industrielles, agricoles, médicales et scientifiques;
- d'instituer le contrôle réglementaire des sources de rayonnements ionisants depuis leur
importation ou fabrication jusqu'à leur évacuation, élimination ou exportation».

2008 – Service Appui aux Entreprises

- 40 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

Art. 3. - Le présent décret sera publié au Journal officiel de la République algérienne
démocratique et populaire.
Fait à Alger, le 16 Joumada El Oula 1428 correspondant au 2 juin 2007.
Abdelaziz BOUTEFLIKA.

2008 – Service Appui aux Entreprises

- 41 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

Constitution algérienne de 1996
Article 54. Tous les citoyens ont droit à la protection de leur santé.
L’Etat assure la prévention et la lutte contre les maladies épidémiques et endémiques.
Article 55. Tous les citoyens ont droit au travail.
Le droit à la protection, à la sécurité et à l’hygiène dans le travail est garanti.
Le droit au repos est garanti, la loi en détermine les modalités d’exercice.
Article 56. Le droit syndical est reconnu à tous les citoyens.
Article 57. Le droit de grève est reconnu. Il s’exerce dans le cadre de la loi.
Celle-ci peut interdire ou en limiter l’exercice dans les domaines de défense nationale et de
sécurité, ou pour tous services ou activités publics d’intérêt vital pour la communauté.
Article 58. La famille bénéficie de la protection de l’Etat et de la société.
Article 59. Les conditions de vie des citoyens qui ne peuvent pas encore, qui ne peuvent plus
ou qui ne pourront jamais travailler, sont garanties.

2008 – Service Appui aux Entreprises

- 42 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

LOIS

Loi n° 83-13 du 2 juillet 1983 relative aux accidents du travail et aux
maladies professionnelles, p. 1210, JO n° 28, du 5 juillet 1983.
Le Président de la République,
Vu la Charte nationale, notamment son titre sixième V, 7°;
Vu la Constitution, notamment ses articles 151, 154 et 155;
Vu la loi n°78-2 du 5 août 1978 relative au statut général du travailleur, notamment ses
articles 1er, 9, 129, 141 à 144, 146, 187 à 192, 196, 212 et 216;
Vu la loi n°83-11 du 2 juillet 1983 relative aux assurances sociales;
Vu la loi n°83-12 du 2 juillet 1983 relative à la retraite;
Vu l'ordonnance n°74-8 du 30 janvier 1974 relative à la tutelle des organismes de sécurité
sociale;
Après adoption par l'assemblée populaire nationale,
Promulgue la loi dont la teneur suit:
TITRE I. CHAMP D'APPLICATION
Chapitre I. Principes généraux
Article 1er. - Les dispositions de la présente loi visent l'institution d'un régime unique en
matière d'accidents du travail et de maladies professionnelles.
Art. 2. - Les dispositions de la présente loi sont applicables aux accidents du travail et aux
maladies professionnelles auxquels s'expose le travailleur, quel que soit le secteur d'activité
auquel il appartient.
Chapitre II. Bénéficiaires
Art. 3. - Tout travailleur assujetti aux assurances sociales, au titre des articles 3 et 6 de la
loi n° 83-11 du 2 juillet 1983 relative aux assurances sociales, bénéficie des dispositions de la
présente loi.
Art. 4. - Sont également couvertes par les dispositions de la présente loi, les personnes
désignées ci-après:
1°) les élèves des établissements d'enseignement technique,
2008 – Service Appui aux Entreprises

- 43 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

2°) les personnes accomplissant un stage de rééducation fonctionnelle ou de réadaptation
professionnelle,
3°) les personnes qui participent bénévolement au fonctionnement d'organismes de
sécurité sociale,
4°) les pupilles relevant de la sauvegarde de la jeunesse pour les accidents survenus par le
fait ou à l'occasion d'un travail commandé,
5°) les détenus qui exécutent un travail pendant la durée de leur peine,
6°) les étudiants,
7°) les personnes participant aux actions prévues aux articles 7 et 8 ci-dessous.
La liste des personnes susvisées peut être complétée et fixée par décret.
Art. 5. - Un décret précisera les conditions dans lesquelles les personnes visées à l'article 4
ci-dessus, bénéficient des dispositions de la présente loi et les obligations de l'employeur, et
fixera les bases des cotisations et des prestations.
Chapitre III. Accidents indemnisés
Art. 6. - Est considéré comme accident du travail, tout accident ayant entraîné une lésion
corporelle, imputable à une cause soudaine, extérieure, et survenu dans le cadre de la
relation de travail.
Art. 7. - Est également considéré comme accident du travail, l'accident survenu au cours:
- d'une mission à caractère exceptionnel ou permanent, accomplie hors de l'établissement
conformément aux instructions de l'employeur;
- de l'exercice ou à l'occasion de l'exercice d'un mandat politique électoral, ou bien au titre
d'une organisation de masse;
- de cours d'études suivis régulièrement en dehors des heures de travail.
Art. 8. - Est, en outre considéré comme accident du travail, même si l'intéressé n'a pas la
qualité d'assuré social, l'accident survenu au cours;
- d'actions et d'activités commandées, qu'organisent le Parti, les organisations de masse et
les unions professionnelles;
- d'activités sportives organisées dans le cadre d'associations;
- de l'accomplissement d'un acte de dévouement dans un intérêt public ou de sauvetage
d'une personne en danger.
Art. 9. - La lésion se produisant ou le décès survenant, soit au lieu et au temps du travail,
soit en un temps voisin de l'accident, soit au cours du traitement consécutif à l'accident,
doivent être considérés, sauf preuve contraire, comme résultat du travail.
Art. 10. - Toute affection préexistante dont la preuve est administrée qu'elle n'a été ni
aggravée, ni provoquée, ni révélée par l'accident, ne peut être prise en charge au titre de la
présente loi.
Art. 11. - La présomption d'imputabilité du décès au travail ou à l'accident tombe, si les
ayants droit de la victime s'opposent à ce qu'il soit procédé à l'autopsie demandée par
l'organisme de sécurité sociale, à moins qu'ils n'apportent la preuve du lien de causalité entre
l'accident et le décès.
2008 – Service Appui aux Entreprises

- 44 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

Art. 12. - Est assimilé à un accident du travail, l'accident survenu pendant le trajet effectué
par l'assuré pour se rendre à son travail ou en revenir, quelque soit le mode de transport
utilisée, à condition que le parcours n'ait pas été, sauf urgence ou nécessité, cas fortuit ou
force majeure, interrompu ou détourné.
Le parcours ainsi garanti est compris entre, d'une part, le lieu du travail et, d'autre part, le
lieu de résidence ou un lieu assimilé, tel que celui où le travailleur se rend habituellement,
soit pour prendre ses repas, soit pour des motifs d'ordre familial.
TITRE II. CONSTATATION
Chapitre I. Constatation de l'accident
Section I. Déclaration de l'accident
Art. 13. - L'accident du travail doit être immédiatement déclaré:
- par la victime ou ses représentants, à l'employeur, dans les vingt quatre (24) heures, sauf
cas de force majeure, les jours non ouvrables n'étant pas comptés;
- par l'employeur, à compter de la date où il en a eu connaissance, à l'organisme de sécurité
sociale, dans les quarante huit (48) heures, les jours non ouvrables n'étant pas comptés;
- par l'organisme de sécurité sociale à l'inspecteur du travail dont relève l'entreprise ou au
fonctionnaire qui en exerce les attributions en vertu d'une législation spéciale.
Art. 14. - En cas de carence de l'employeur, la déclaration à l'organisme de sécurité sociale
peut être faite par la victime ou ses ayants droit, par l'organisation syndicale et par
l'inspection du travail, dans un délai de quatre (04) ans à compter du jour de l'accident.
Art. 15. - L'obligation faite à l'employeur de souscrire une déclaration s'impose, même si
l'accident n'a pas entraîné d'incapacité de travail ou ne paraît pas être imputable au travail.
Dans ce dernier cas, l'employeur fait assortir sa déclaration de réserves.
SECTION II. Instruction du dossier
Art. 16. - Lorsque l'organisme de sécurité sociale est en possession des éléments du dossier
et, notamment, de la déclaration d'accident, il doit se prononcer sur le caractère
professionnel de l'accident dans un délai de vingt (20) jours.
Art. 17. - En cas de contestation du caractère professionnel de l'accident par l'organisme de
sécurité sociale, celui-ci doit notifier sa décision à la victime ou à ses ayants droit dans un
délai de vingt (20) jours, à compter de la date à laquelle il a eu connaissance de l'accident par
quelque moyen que ce soit.

2008 – Service Appui aux Entreprises

- 45 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

Les prestations des assurances sociales sont servies à titre provisionnel, tant que
l'organisme de sécurité sociale n'a pas notifié sa décision, à la victime ou à ses ayants droit,
par lettre recommandée avec demande d'avis de réception.
Dans le cas où l'organisme de sécurité sociale n'a pas usé de la faculté prévue au 1er alinéa
du présent article, le caractère professionnel de l'accident est considéré comme établi à son
égard.
Art. 18. - Lorsqu'il est fait état, pour la première fois, d'une lésion ou d'une maladie
présentée par l'intéressé comme se rattachant à un accident du travail, l'organisme de
sécurité sociale peut en contester le caractère professionnel, dans les conditions prévues par
l'article précédent.
Le délai de vingtaine court à compter de la date à laquelle il a été fait état, pour la première
fois, de cette lésion ou de cette maladie.
Art. 19. - En vue de l'instruction du dossier, l'organisme de sécurité sociale est habilité à
effectuer, au sein de l'organisme qui emploie la victime, une enquête administrative
permettant de déterminer, notamment, le caractère professionnel de l'accident.
L'employeur est tenu d'apporter toute aide nécessaire aux agents chargés de cette enquête.
Les conditions d'application du présent article seront fixées par voie réglementaire.
Art. 20. - En cas d'accident de trajet, une copie du procès-verbal établi par l'autorité
administrative ou judiciaire, doit être obligatoirement transmise dans un délai de dix (10)
jours, à l'organisme de sécurité sociale du lieu de l'accident.
Une copie de ce procès-verbal doit être délivrée, sur leur demande, à la victime, à ses
ayants droit et à l'organisation syndicale concernée.
Art. 21. - Lorsqu'un accident met en jeu la responsabilité pénale de son auteur, l'organisme
de sécurité sociale obtient du ministère public ou du magistrat saisi du dossier,
communication des pièces de la procédure suivie.
Chapitre II. Constatation des lésions
Art. 22. - Un praticien, choisi par la victime, établit deux certificats:
- le certificat initial lors du premier examen médical qui suit l'accident;
- le certificat de guérison, s'il n'y a pas incapacité permanente, ou le certificat de
consolidation, s'il y a incapacité permanente.
Art. 23. - Le certificat initial doit écrire l'état de la victime et indiquer, éventuellement, la
durée probable de l'incapacité temporaire.
Il mentionne, également, les constatations qui pourraient présenter une importance pour
la détermination de l'origine traumatique ou morbide des lésions.

2008 – Service Appui aux Entreprises

- 46 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

Art. 24. - Les deuxième certificat indique soit la guérison, soit les conséquences définitives
de l'accident, si elles n'avaient pu être antérieurement constatées.
Il fixe, éventuellement, la date de consolidation et décrit l'état de la victime après cette
consolidation.
Il peut, à titre indicatif, préciser le taux d'incapacité.
Art. 25. - Chacun des deux certificats est établi en deux exemplaires, dont l'un est adressé
immédiatement à l'organisme de sécurité sociale, par le praticien, et l'autre remis à la
victime.
Art. 26. - L'organisme de sécurité sociale peut, dans tous les cas, prendre l'avis du contrôle
médical.
Il doit prendre l'avis du contrôle médical, lorsque l'accident a entraîné, ou est susceptible
d'entraîner, la mort ou une incapacité permanente.
TITRE III. PRESTATIONS
Art. 27. - Le droit aux prestations, quelle qu'en soit la nature, est ouvert indépendamment
de toute condition de période de travail.
Chapitre I. Prestations d'incapacité temporaire
Art. 28. - Les prestations d'incapacité temporaire, allouées en cas d'accident du travail,
sont, sous les réserves énoncées dans les articles du présent chapitre, de même nature et
montant que les prestations allouées au titre des assurances sociales.
Section I. Soins - Appareillage – Rééducation fonctionnelle - Réadaptation professionnelle
Art. 29. - Les prestations relatives aux soins nécessités par le traitement de la victime sont
dues, qu'il y ait ou non interruption de travail et sans limitation de durée.
Art. 30. - La victime a droit à la fourniture, à la réparation et au renouvellement des
appareils de prothèse et d'orthopédie nécessaires en raison de son infirmité.
Art. 31. - La victime a droit au bénéfice d'un traitement spécial en vue de sa rééducation
fonctionnelle; le traitement peut comporter l'admission dans un établissement public ou dans
un établissement privé agréé.
Le bénéficiaire des dispositions du présent article a droit:
- aux frais de rééducation, si celle-ci n'est pas dispensée dans un établissement,
- aux frais de séjour, si la rééducation a lieu dans un établissement,
- aux frais de déplacement,
- aux indemnités journalières en cas de non consolidation, ou à la fraction d'indemnité
journalière excédant le montant correspondant de la rente si, la consolidation étant
intervenue, la victime est titulaire d'une rente d'incapacité permanente.

2008 – Service Appui aux Entreprises

- 47 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

Art. 32. - La victime qui, du fait de l'accident, devient inapte à exercer sa profession, on ne
peut le faire qu'après une nouvelle adaptation, a droit à la réadaptation professionnelle, dans
un établissement ou chez un employeur, en vue d'y apprendre l'exercice d'une profession de
son choix.
Art. 33. - Les prestataires prévus dans la présente section sont servies sur la base de 100%
des tarifs réglementaire prévus en matière d'assurances sociales.
Art. 34. - Les modalités d'application des articles 30, 31 et 32 ci-dessus, seront fixées par
voie réglementaire.
Section II. Indemnités journalières
Art. 35. - La journée de travail au cours de laquelle l'accident s'est produit est, quel que soit
le mode de paiement du salaire, intégralement à la charge de l'employeur.
Art. 36. - Une indemnité journalière est payée à la victime, à partir du premier jour qui suit
l'arrêt du travail consécutif à l'accident, pendant toute la période d'incapacité de travail qui
précède soit la guérison complète, soit la consolidation de la blessure, soit le décès, ainsi que
dans le cas de rechute ou d'aggravation prévu à l'article 62 de la présente loi.
Elle peut être maintenue, en tout ou en partie, en cas de reprise d'un travail léger autorisé
par le médecin-traitant, si cette reprise est reconnue par le médecin-conseil de l'organisme de
sécurité sociale, comme de nature à favoriser la guérison ou de l'indemnité maintenue et du
salaire ne peut dépasser le salaire normal des travailleurs de la même catégorie
Professionnelle ou, s'il est plus élevé le salaire sur lequel a été calculé l'indemnité journalière
est réduite en conséquence.
Art. 37. - L'indemnité journalière est égale au salaire de poste journalier perçu, sans
pouvoir être supérieure au 30ème (1/30) du salaire de poste mensuel perçu.
Le taux d'indemnité journalière ne peut être inférieur à huit (8) fois le montant net du taux
horaire du salaire national minimum garanti.
Elle est payable dans les mêmes conditions que l'indemnité allouée en cas de maladie.
Chapitre II. Prestations d'incapacité permanente
Art. 38. - La victime atteinte d'une incapacité permanente de travail a droit à une rente
dont le montant est calculé dans les conditions énoncées par les dispositions du présent
chapitre.
Section I. Salaire de référence
Art. 39. - La rente est calculée d'après le salaire de poste moyen perçu par la victime, chez
un ou plusieurs employeurs, au cours des douze (12) mois qui ont précédé l'arrêt de travail
consécutif à l'accident.
Art. 40. - Les modalités suivant lesquelles le salaire servant de base au calcul de la rente est
déterminé, au cas où la victime n'a pas travaillé pendant les douze (12) mois précédant l'arrêt
de travail, seront fixées par voie réglementaire.
2008 – Service Appui aux Entreprises

- 48 –

Séminaire Sécurité des Salariés
Documentation – 15 décembre 2008
Sofitel Alger - CFCIA

Art. 41. - La rente est, quel que soit le montant de la rémunération réelle, calculée sur un
salaire annuel qui ne peut être inférieur à 2.300 fois le taux horaire du salaire national
minimum garanti.
Section II. Taux d'incapacité
Art. 42. - Le taux de l'incapacité de travail est fixé par le médecin-conseil de l'organisme de
sécurité social, selon un barème fixé par voie réglementaire.
Ce barème est fixé après avis d'une commission dont la composition et le fonctionnement
sont précisés par voie réglementaire.
Toutefois, le taux du barème peut être augmenté d'un taux social destiné à tenir compte,
notamment de l'âge, des aptitudes, de la qualification professionnelle, et de la situation
familiale et sociale de la victime.
Le taux social est compris entre 1% et 10%.
Art. 43. - En cas d'infirmités multiples ou d'infirmités antérieures, il est fait application des
règles énoncées dans le barème visé à l'article précédent.
Le total de la rente qui sera attribuée en raison du dernier accident et des rentes
précédemment allouées en réparation d'un ou plusieurs accidents antérieurs, ne peut être
inférieur à la rente calculée sur la base de la réduction totale de la capacité de travail et du
salaire national minimum garanti.
Art. 44. - Il n'est alloué aucune rente si le taux d'incapacité, fixé dans les conditions de
l'article 42 ci-dessus, est inférieur à 10%.
Toutefois, lorsque le taux d'incapacité est inférieur à 10%, la victime peut prétendre à un
capital représentatif déterminé d'après un barème fixé par voie réglementaire.
En cas de nouvel accident ou d'aggravation de la blessure conduisant à un taux
d'incapacité global égal ou supérieur à 10%, la victime a droit à l'attribution d'une rente,
après déduction du capital.
Le montant du capital prévu au présent article ne peut être supérieur à un plafond fixé par
voie réglementaire.
Les dispositions des deuxième, troisième et quatrième alinéas du présent article sont
applicables aux accidents du travail survenus avant la date d'effet de la présente loi.
Section III. Montant de la rente
Art. 45. - Le montant de la rente est égal au salaire visé aux articles 39 à 42 ci-dessus,
multiplié par le taux d'incapacité.
Art. 46. - Dans le cas où l'incapacité permanente est totale et oblige la victime, pour
effectuer les actes ordinaires de la vie, à recourir à l'assistance d'une tierce personne, le
montant de la rente est majoré à 40%.
En aucun cas, cette majoration ne peut être inférieure à un montant fixé par voie
réglementaire.
Art. 47. - Lorsque l'incapacité permanente, appréciée conformément aux dispositions de la
présente loi, est susceptible d'ouvrir droit, si l'état de la victime relevait de l'assurance2008 – Service Appui aux Entreprises

- 49 –



Documents similaires


recueil textes
conges payes
cas pratiques
gatineau categorie 2 et 3
code du travail
politique d achat du five seas hotel cannes


Sur le même sujet..