Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils Recherche Aide Contact



GéoMag N°1 .pdf



Nom original: GéoMag N°1.pdf
Titre: everyone wants to live on top ofthe mountainbut all thehappiness andgrowth occurs while you're climbing it.
Auteur: Amine Benakhlil

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Canva / Skia/PDF m56, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 05/04/2017 à 20:17, depuis l'adresse IP 105.102.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 533 fois.
Taille du document: 20.8 Mo (12 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


GÉOMAG
VOL. 01 | AVRIL 2017

DOCUMENT

INTERVIEW

DOSSIER

Tout sur l'exploitation
du sable

Interview avec Mme
W.BOUROUIBA

La nappe de l’albien, l’eau
souterraine du Sahara
septentrionale

CONTENTS
pg.04

pg.06

DOCUMENT

INTERVIEW

Tout sur l'exploitation du sable

Un entretient avec une passionnée

pg.08
DOSSIER
La nappe de l’albien, l’eau souterraine du
Sahara septentrionale

GÉOMAG| PAGE 2

 POUR LA TOUTE PREMIÈRE FOIS DE
SON HISTOIRE, LE GÉO CLUB CRÉE
SA PROPRE REVUE SCIENTIFIQUE !
  NOTRE BUT ?
 
  CRÉER UN LIEN ENTRE ÉTUDIANTS
ET ENSEIGNANTS-CHERCHEUR ;
INFORMER L’ÉTUDIANT SUR LE
POTENTIEL DES BRANCHES EN
GÉOLOGIE; CONSTITUER UN
SUPPORT DE DOCUMENTATION À
D'ÉVENTUELLES RECHERCHES ;
AINSI QUE DE TOUCHER UN PLUS
LARGE PUBLIC AFIN DE FAIRE
CONNAÎTRE ET AIMER LA GÉOLOGIE
ET DE LA RENDRE PLUS ACCESSIBLE.

AMINE BENAKHLIL

GÉOMAG| PAGE 3

À Mme Y. MEDDI pour ses encouragement, sa
patience, son sens élevé de la rigueur et de la
responsabilité, pour tous les moyens pédagogiques
mis à notre disposition, pour ses conseils éclairés, son
soutien indéfectible, son assistance, sa disponibilité
et sa générosité ainsi que pour ses qualités
professionnelles et humaines.
Sincères remerciement.

TOUT SUR
L'EXPLOITATION
DU SABLE
Aujourd’hui, le sable est l’une des
ressources naturelles les plus exploitées, il
est utilisé dans l’électronique carte SIM,
téléviseurs, la construction béton, autoroutes,
briques, métallurgie, panneaux solaires et
autres domaines. Son exploitation constitue
donc un grand intérêt économique.Le
sable est une roche sédimentaire meuble
constituée de grains dont la dimension est
comprise entre 0.063mm et 2mm, donc la
classification du sable est surtout
granulométrique.
Minéralogiquement, il est composé de
quartz, c’est-à-dire de silice, qui constitue à
peu près 70 % de la totalité, feldspaths et
micas s’il est issu de l’altération du granite
arénisation, ou calcaire s’il en résulte de
débris de coquilles de bivalves ou de
coraux.Une fois formé, le sable sera
transporté vers son milieux de dépôt, les
océans, les cotes ou dans les dépressions
continentales, et c’est son transport qui
déterminera son exploitabilité.

Le sable est une ressource abondante,
dans les plages, lits de rivières, déserts, au
point où on pourrait croire que cette
ressource naturelle est inépuisable,
cependant si l’eau recouvre 71% de la
terre, seule 1% de cette eau est potable,
c’est la même problématique pour le sable,
seule une mince partie du sable est
exploitable.On aurait du mal à croire que,
pour construire le Palm Jumeirah à Dubaï,
les EAU avaient dû importer du sable, ou
que l’Algérie l’importe d’Espagne pour la
construction des chantiers AADl, et
pourtant c’est vrai ! et cela est dû à la
granulométrie et à la forme des grains de
sable, celui des déserts, représentant la
plus importante quantité de sable, sont
émoussé et présentent une absence
d’angulosité, et cela est le résultat de
l’érosion éolienne.

GÉOMAG| PAGE 4

Lors de cette érosion, les grains néoformés
sont déplacés dans tous les sens, et même
après le dépôt, les grains de sables
continuent de subir les aléas de la force
érosive du vent, il en résulte de ces
phénomènes des grains fins, émoussés et
homogènes, avec une absence de liaison,
ce qui le rend non éligible aux critères
recherchés dans les différents domaines
où il est utilisé.En revanche, le sable issu
d’un transport fluviatile et marin, présente
un grand intérêt, puisque ce dernier
présente des formes hétérogènes et est
nettement plus anguleux, ce qui est plus
propice à la consolidation sans l’ajout
d’une matrice, et donc, beaucoup plus
stable lors du dépôt et de la formation
d’une roche, c’est pour cette raison la que
le sable des rivières et des plages est le
plus exploité et qui est même surexploité.

Ce qui est renouvelable à l’échelle
géologique ne l’est pas forcément à
l’échelle humaine, et tout ce qui se raréfie
devient plus convoitable, ce qui mène à
une pénurie d’après Michael Welland
géologue chercheur. La pénurie se
transforme en pillage illégale du sable des
plages et même à la disparitions des dunes
côtières, ce fut le cas dans les plages de
Sidi Daoud a Boumerdes, et ce pillage n’est
pas sans risque car dans le cas de Sidi
Daoud, dans la saison hivernale qui suivie,
les fortes vagues avaient emportées les
cabanons de pécheurs sur la cote, et ce
n’est nullement un événement isolé, la
disparition des dunes côtières dues au
pillage de sables accroit l’érosions des
côtes, car le sable est un rempart naturelle
des plus efficaces contre les vagues des
tempêtes hivernales, en absorbant les
chocs, or la surexploitation du sable, et
ajoute-on à cela la construction des
barrages qui diminues
l’approvisionnement des plages en sable
issu des reliefs, ainsi que l’urbanisation
intensives des côtes, on obtient un cocktail
dangereux dont les premières victimes
sont les habitants des zones côtières, on
peut citer la destruction des maison au
nord de la France ou à la cote de Ain Taya
Est d’Alger. 

GÉOMAG| PAGE 5

En définitive le sable comme toute
ressource naturelle doit être exploité en
respectant l’équilibre du renouvellement,
si on ne peut pas parler proprement de
disparition, sa raréfaction constitue un
début de bouleversement entre l’équilibre
Homme-Nature.
         
                   Rédacteur : Salim IKHLEF

Mme W.BOUROUIBA
UN ENTRETIENT AVEC UNE PASSIONNÉE

W.BOUROUIBA

Avant toute chose, nous aimerions en savoir un peu
plus sur vous, comment êtes-vous arrivée là ? Quel est
votre parcours ?

Maître-assistante

- Après avoir eu mon bac, je me suis inscrite à
Département de Géologie 
FSTGAT
U.S.T.H.B

l’université dans la filière TCSN qui, à l’époque, était
un tronc commun entre la biologie et la géologie. A
vrai dire, je voulais faire de la biologie mais la
géologie m’a vite plus plu, d’autant qu’au collège et

assistante à l'université des science et
technologie Houari Boumedien, vous
enseignez entre autre, la paléontologie.

GÉOMAG| PAGE 6

Mme Bourouiba bonjour, vous êtes  Maître-

au lycée nous avions eu de bonnes bases.
Après trois année de tronc commun, j’ai opté pour
la spécialité des ensembles sédimentaires et c’est
tout naturellement que j’ai choisi la paléontologie,
qui se rapprochait le plus de la biologie, et plus
précisément j’ai opté pour la macro paléontologie.

Est-ce que vous pouvez nous parler un
peu plus sur vos recherches ?

Qu’est-ce qui vous passionne le plus dans votre travail ?

-L’enseignante a pour passion la transmission d’un certain
- Mon ingéniorat a porté sur les l’étude savoir à ses étudiants et, de faire aimer la paléontologie afin
d’assurer une relève. Le chercheur en moi a pour passion la
des Rudistes Bivalves de la région de
découverte de fossiles, j’aimerais bien découvrir de
Biskra. Pour ma thèse de magister,
nouvelles espèces d’ammonites, je pense que c’est le rêve de
j’ai travaillé sur les ammonites du Crétacé chaque paléontologue.
supérieur de L’Algérie, à cette époque
Pensez-vous que la géologie en Algérie avance, ou, est
notre pays connaissait des moments
difficiles, il nous a été impossible d’aller sur ce que cela piétine un peu ?
le terrain, de ce fait que mon travail
a porté essentiellement sur les ammonites
des collections du musée de la faculté
centrale d’Alger. En fait à cette époque
faire de la géologie était impossible, même
les stages de terrain ont été supprimés.
Mon doctorat qui est en cours, porte
également sur les ammonites du crétacé
supérieur de l’Algérie seulement cette fois
ci l’étude porte sur un matériel que j’ai
moi-même récolté. 

-La géologie en Algérie piétine un peu car, elle reste
encore une science méconnue du public, et de ce fait non
apprécié, il faudrait aussi faire confiance en nos bons
géologues qu’on forme et qu’on accorde plus de crédit à
leurs travaux.
A votre avis pourquoi on n’entend pas beaucoup
parler de la géologie en Algérie ?

-A mon avis, c’est c’est une science qui est méconnue et
pas trop étudiée dans le cycle moyen et secondaire. En
fait, on ne lui accorde pas assez d’importance, ou du
A quel stade en est la recherche ?
moins pas autant d’importance que les autres disciplines
bien qu’elle soit tout aussi essentielle, d’autant plus pour
-La recherche en Algérie n’avance pas
beaucoup faute de moyens. Je crois qu’en un pays comme le nôtre qui possède de nombreuses
paléontologie, c’est encore pire, ça reste ressources naturelles. On espère qu’à l’avenir, on
une science mal aimée et pourtant tout est redonnera à la géologie la place qu’elle mérite.
encore à faire, il y a plusieurs groupes
faunistiques qui n’ont pas de spécialistes. Il Un mot pour la fin ?
faudrait que les jeunes s’y intéressent,
nous essayons mes collègues et moi-même -Les géologues doivent faire entendre la voix de la
géologie et lui donner la place qu’elle mérite, et persévérer
de faire aimer cette branche de la
géologie, j’espère qu’un jour on assurera la dans leur travail et croire en leur potentiel.

Interview réalisé par : Amine benakhlil

GÉOMAG| PAGE 7
REISE | PAGE 4

relève. 

LA NAPPE DE L’ALBIEN
L’EAU

SOUTERRAINE

DU

SAHARA

SEPTENTRIONALE

Le désert du Sahara, qui recouvre une

 le cycle Paléozoïque qui achève

superficie de près de 9millions de Km2,

l’orogenèse hercynienne, au sommet, le

est le plus grand désert chaud du monde,

cycle du Crétacé supérieur. 

il est aussi l’un des plus arides avec une
pluviométrie annuelle quasi nulle.

Le CT est un ensemble peu homogène

Cependant, malgré ces conditions, un bon

comprenant des formations carbonatées

nombre d’oasis, ainsi que le

du Crétacé supérieur et des épisodes

développement de l’agriculture dans ces

détritiques du Tertiaire, notamment du

régions, ce fait grâce à une eau

Miocène. Les couches de roches dont elle

souterraine fossile, celle de la nappe de

est formée datent donc du Mésozoïque,

l’albien, qui compte une superficie de plus

tandis que l’eau en elle-même s’est formé

d’un million de km2 et qui est partagé

lors des périodes humides du

entre l’Algérie à 70% la Libye à 20% et la

Quaternaire, lorsque le Sahara était

Tunisie à 10%, ce système est qualifié de

verdoyant.

Système Aquifère du Sahara
Cette eau s’est retrouvée prisonnière lors

subdivisé en réalité en deux aquifère, 

de la fermeture de l’océan Téthys, qui a

le Complexe Terminal, et le Continental

débuté vers le Crétacé Supérieur, ainsi

Intercalaire.Le terme CI désigne l’épisode

que le soulèvement de l’Afrique du nord,

de sédimentation continental localisé

des forets pluviales et des marécages

entre deux cycles sédimentaires marins :

devaient alors, recouvrir ses terres

à la base,

aujourd’hui désertiques et arides.

GÉOMAG| PAGE 8

Septentrional (SASS).Le SASS est

bénéficiant de point d’eau et de forages
établit.
Cependant les eaux sont essentiellement
fossiles et la pluviométrie étant faible, et
le dégrée d’évapotranspiration élevé, le
déficit du SASS ne peut être comblé,
d’autant que les besoins en eau
s’accentuent, diminuant ainsi
considérablement ses réserves d’une
part. d’autre part, l’exploitation probable
du gaz de schiste dans le futur, menacent
de pollué cette eau à cause de la
fracturation hydraulique, le devenir de la
nappe albienne du Sahara reste alors
incertain.
Bien que des études récentes, publiées
dans les Geophysical Research Letters
pourraient démontrer le renouvellement
de la nappe albienne du Sahara, cette eau
n’en reste pas moins aussi précieuse et sa
préservation d’autant plus importante,
Les ressources du SASS sont très

c’est pour cela que l’amélioration de sa

importantes, et sont exploités a hauteur

gestion et exploitation, ainsi que sa

de 2.2 milliards de m3 pour l’année 2000

préservation de toute pollution ou autre

dont 1.5 m3 rien que pour l’Algérie avec

doivent être une priorité dans les projet à

ses 8800 puits, les principaux utilisateurs

venir.

de cette eau sont les agriculteurs
notamment dans les oasis, où la culture

Rédacteurs: Amine BENAKHLIL

des dattes demande d’importantes

                            Salim IKHLEF

quantités d’eau, mais aussi les industries,
hydrocarbures, ainsi que les éleveurs et
les habitants de ces régions 

GÉOMAG| PAGE 9

comme les entreprises exploitant les

SOURCES
 ET
REFERANCES
BIBLIOGRAPHIQUES

Tout sur l’exploitation du sable :

La nappe de l’albien, l’eau
souterraine du Sahara
septentrionale :

• Commission européenne, 2004. «
Vivre avec l'érosion côtière en
Europe – Sédiments et espace pour
la durabilité ».

• Agence de Bassin Hydrographique
Sahara - Ressources en eau
souterraines au Sahara Algérien
Gestion et impact sur le milieu.

• Sand: A journey through science
and the imagination by Michael
Welland (ISBN: 9780199563180) •
Le soir d’Algérie : numéro du samedi
15 aout 2015

• OSS -RAPPORT DE SYNTHESE JANVIER 2003 - SYSTEME
AQUIFERE DU SAHARA
SEPTENTRIONAL Gestion commune
d’un bassin transfrontière.

• Ressource et contraintes
d’exploitation des sables et graviers
alluvionnaire dans la vallée de
l’Eure par Y. Berton.


Documents similaires


Fichier PDF fichier pdf sans nom 63
Fichier PDF geomag n 1
Fichier PDF cirad gde plaine de la mitidja algerie
Fichier PDF rr 40306 fr
Fichier PDF hi8v1bq
Fichier PDF tp carto


Sur le même sujet..