francais.medscape .pdf


Nom original: francais.medscape.pdf

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Mozilla/5.0 (Windows NT 6.1) AppleWebKit/537.36 (KHTML, like Gecko) Chrome/57.0.2987.98 Safari/537.36 OPR/44.0.2510.857 / Skia/PDF m57, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 12/04/2017 à 23:40, depuis l'adresse IP 105.98.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 803 fois.
Taille du document: 95 Ko (3 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


12/04/2017

francais.medscape.com/voirarticle/3603009_print

francais.medscape.com

Bronchiolite du nourrisson : aperçu des futures recommandations
2017
Aude Lecrubier

|16 février 2017

Marseille, France — Les dernières recommandations françaises sur la prise en charge de la bronchiolite aiguë du
nourrisson datent de l’an 2000 [1].
Or, en 17 ans, la prise en charge de cette affection infection virale, principale cause d’hospitalisation des enfants de moins
d’un an, a évolué.
« Nous devrions publier de nouvelles recommandations actualisées cette année », a indiqué le Dr Ralph Epaud (pédiatre
au Centre Intercommunal de Créteil) à Medscape à l’occasion du Congrès de Pneumologie de Langue Française
(CPLF) 2017 [2].
En substance, si rien n’a beaucoup bougé sur le plan pharmacologique, la place attribuée à la kinésithérapie respiratoire a,
elle, profondément changé.
 
Nous devrions publier de nouvelles recommandations actualisées cette année – Dr Ralph Epaud
 
Pas de traitement médicamenteux spécifique
En termes de traitement médicamenteux, aucun n’est indiqué dans la prise en charge de la bronchiolite hormis les
antipyrétiques.
Les bronchodilatateurs (salbutamol ou terbutaline) et les corticoïdes oraux ne sont pas recommandés.
Les antibiotiques sont inefficaces en dehors des complications (otites moyennes aigües ou surinfections pulmonaires).
Les sirops antitussifs ne sont pas indiqués, voire sont même désormais contre­indiqués chez les moins de deux ans.
Aussi, à l’hôpital, l’utilisation de la solution saline hypertonique en nébulisation a fait l’objet de nombreuses études sans
convaincre de son réel intérêt.
Des recherches sur les antiviraux et sur les vaccins anti­VRS (le principal virus impliqué dans la bronchiolite), notamment
chez la femme enceinte, sont en cours mais n’aboutiront pas avant plusieurs années. Pour l’instant, l’alivizumab, un
anticorps anti­VRS peut être administré en prévention des infections respiratoires basses dues au VRS chez les
prématurés et chez certains enfants à risque.
La fin de la kinésithérapie respiratoire systématique
Le vrai changement de ces futures recommandations par rapport à celles de l’an 2000 concerne en premier lieu l’utilisation
de la kinésithérapie respiratoire.
 
Le vrai changement de ces futures recommandations concerne en premier lieu l’utilisation de la kinésithérapie respiratoire.
 
En quelques années, plusieurs études ont démontré l’absence d’efficacité de la kinésithérapie respiratoire systématique à
l’hôpital.
D’après une revue de la Bibliothèque Cochrane de 2016 [3], la kinésithérapie respiratoire ne diminue pas la gravité de la
maladie, n'améliore pas les paramètres respiratoires, ne réduit pas la durée du séjour à l'hôpital ni les besoins en oxygène
chez les nourrissons hospitalisés atteints de bronchiolite aiguë n'étant pas sous ventilation mécanique. Aucune différence
significative n’a été observée en fonction des modalités de la kinésithérapie respiratoire (les vibrations et la percussion ou
les techniques expiratoires passives).
D’ailleurs, outre Atlantique, les recommandations de l’ American Academy of Pediatrics ne la recommandent plus depuis
2014 [4].
http://francais.medscape.com/voirarticle/3603009_print

1/3

12/04/2017

francais.medscape.com/voirarticle/3603009_print

En France, « l’étude BRONKINOU [5] réalisée dans des hôpitaux en Ile de France et à laquelle j’ai participé n’a pas
montré, non plus, de supériorité de la kinésithérapie respiratoire par rapport à la désobstruction nasale simple sur des
critères comme la durée d’hospitalisation, la durée d’oxygénation, les problèmes d’alimentation, quel que soit l’âge ou la
technique utilisée », commente le Dr Epaud.
 
En ville, elle peut toutefois avoir un intérêt en cas d’encombrement bronchique important ­­ Dr Epaud
 
Mais que penser de son utilisation en ville ? « Les études réalisées sur son intérêt en ambulatoire sont de moins bonne
qualité », indique le Dr Epaud. « En ville, elle peut toutefois avoir un intérêt en cas d’encombrement bronchique important
pour améliorer l’expectoration et faciliter l’alimentation, notamment. Aussi, elle peut permettre de mieux surveiller les
enfants. Le kinésithérapeute qui va ausculter l’enfant pourra éventuellement conseiller aux parents d’aller aux urgences.
Après, est­ce que cela doit justifier une prescription systématique, je ne pense pas », ajoute­t­il.
Quelques règles à respecter
Au final, le traitement de la bronchiolite comporte des mesures d’ordre général :
­maintien d’un niveau d’hydratation correct (nutrition entérale si nécessaire) ;
­désobstruction nasopharyngée au sérum physiologique avant l’alimentation et aussi souvent que nécessaire ;
­fractionnement des repas et éventuellement épaississement des biberons (en cas de vomissements) ;
­couchage en proclive à 30°;
­aération correcte de la chambre avec une température ambiante n’excédant pas 19°C ;
­éviter le tabagisme passif.
Quand emmener les enfants aux urgences et quand les hospitaliser ?
Il faut porter une attention particulière aux enfants de moins de 6 mois car l’évolution de la maladie peut être rapide. Il ne
faut pas oublier que chez les moins de 6 semaines, les signes respiratoires sont difficiles à repérer. Chez les tous petits, la
recommandation est de surveiller l’alimentation.
 
Chez les tous petits, la recommandation est de surveiller l’alimentation.
 
« Il faut emmener les tous petits aux urgences s’ils mangent moins de la moitié des quantités habituelles sur un ou deux
jours, s’ils ont des signes respiratoires qui se majorent ou s’ils ont de la fièvre qui est mal tolérée. Les grands ont des
signes respiratoires qui sont souvent impressionnants mais qui sont en général tout à fait bien tolérés », indique le
pédiatre.
L’hospitalisation s’impose en présence d’un des critères de gravité suivants :
­aspect “toxique” (altération importante de l’état général) ;
­survenue d’apnée, présence d’une cyanose ;
­fréquence respiratoire > 60/minute ;
­âge < 6 semaines ;
­prématurité < 34 semaines d’aménorrhée, âge corrigé < 3 mois ;
­cardiopathie sous­jacente, pathologie pulmonaire chronique grave ;
­saturation artérielle transcutanée en oxygène (SpO²tc) < 94 % sous air et au repos ou lors de la prise des biberons ;
­troubles digestifs compromettant l’hydratation, déshydratation avec perte de poids > 5 % ;
http://francais.medscape.com/voirarticle/3603009_print

2/3

12/04/2017

francais.medscape.com/voirarticle/3603009_print

­difficultés psychosociales ;
­présence d’un trouble ventilatoire détecté par une radiographie thoracique, pratiquée sur des arguments cliniques.
 

Le Dr Epaud n’a pas de liens d’intérêts en rapport avec le sujet.
 
REFERENCES :
1. Anaes, UMRL. Conférence de consensus. Prise en charge de la bronchiolite du nourrisson. Septembre 2000
2. Marguet C. Urgences respiratoires de l’enfant. CPLF 2017.
3. Roqué I et coll. Chest physiotherapy for acute bronchiolitis in children younger than two years of age. Cochrane Library.
February 2016
4. From the American Academy of Pediatrics. Shawn L. Ralston, Clinical Practice Guideline: The Diagnosis, Management,
and Prevention of Bronchiolitis. Pediatrics October 2014
5. Effectiveness of chest physiotherapy in infants hospitalized with acute bronchiolitis: a multicenter, randomized controlled
trial. Gadjos et coll. PLoS Med. 2010 Sep 28;7(9).
Liens
Bronchiolite : pourquoi hospitaliser ?
Bronchiolite du nourrisson aux Urgences
Haro sur la kiné respiratoire de la bronchiolite : le vrai du faux
Actualités Medscape © 2017  WebMD, LLC 
Citer cet article: Aude Lecrubier. Bronchiolite du nourrisson : aperçu des futures recommandations
2017. Medscape. 16 févr 2017.

This website uses cookies to deliver its services as described in our Cookie Policy. By using this website, you agree to the use of
cookies.
close

http://francais.medscape.com/voirarticle/3603009_print

3/3


Aperçu du document francais.medscape.pdf - page 1/3

Aperçu du document francais.medscape.pdf - page 2/3

Aperçu du document francais.medscape.pdf - page 3/3




Télécharger le fichier (PDF)


francais.medscape.pdf (PDF, 95 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP Texte



Documents similaires


francais medscape
rhinite asthme desensibilisation
tfe julie
infections broncho pulmonaires du nourrisson et de l enfant rdp 2011 6 859
conf pedia 2 m2 2016 2017 re
plaquette jpim 11oct

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.01s