DIAPO DDT38 CDL 20170213 ilovepdf compressed .pdf



Nom original: DIAPO_DDT38_CDL_20170213-ilovepdf-compressed.pdfTitre: DIAPO_DDT38_CDL_20170213Auteur: jerome.patrouiller

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par PDFCreator Version 1.7.2 / ilovepdf.com, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 02/05/2017 à 11:35, depuis l'adresse IP 194.51.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 326 fois.
Taille du document: 1.3 Mo (33 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


COMITE DEPARTEMENTAL LOUP 38
13 février 2017

C O M I T E D É PA R T E M E N TA L
LOUP 38 (BILAN 2016)
Le suivi de population loup
Les constats
La protection des troupeaux
Le protocole de dérogation
Actualités et propositions 2017

Le suivi de population
(bilan 2016)
4 meutes* « historiques »
La meute de Belledonne-nord installée depuis 1998-2000 est à cheval avec la Savoie. 2 loups ont été
prélévés en 2006 sur cette meute de 4 loups. En 2007, le même troupeau subit à nouveau 15 attaques
pour 59 bêtes prédatées. En 2008, cette meute devient la plus grosse meute en France avec 8 loups.
La meute des Hauts-Plateaux du Vercors installée depuis 1998-2000 est à cheval avec la Drôme. Elle
occupait historiquement le bas de la commune de Chichilianne où s’est installée la nouvelle meute des
Balcons-est du Vercors/Trièves-ouest.
La meute de Durbon/Jocou installée depuis 2007-2008 est à cheval avec la Drôme et les Hautes-Alpes.
4 loups ont été prélevés en 2015 sur cette meute dans la Drôme et les Hautes-Alpes.
La meute du Beaumont installée depuis 2014-2015 est à cheval avec les Hautes-Alpes. Un premier loup
avait été abattu dans le Beaumont en 1993. Puis à partir de 2004 des périodes d’attaques ont succédé à
des périodes de calme sans que l’installation de meute n’ai pu être mise en évidence.

* Définition générale de meute = groupe = à partir de 2 individus.Dans le cas particulier des loups, une
meute est une structure familiale avec un couple de dominants reproducteurs.

Le suivi de population
(bilan 2016)
4 « nouvelles » meutes validées en 2016
La meute des Balcons-est du Vercors/Trièves-ouest.
Les balcons-est du Vercors étaient
traditionnellement rattachés à la meute des Hauts-plateaux depuis l’an 2000. En 2009 et 2015, un
individu isolé attaques plus haut sur Château-Bernard. Entre 2015 et 2016, les indices de présence
relevé plus au sud semble finalement indiquer que cette meute est issue de l’éclatement de la meute de
Durbon-Jocou.
La meute du Vercors-nord/Royans. Un loup est présent en permanence sur le Vercors-nord depuis au
moins deux ans. Il a été rejoint par un congénère début 2016 mais aucune reproduction n’a été détectée.
Les premières attaques de loups sur le Vercors-nord datent de 2004.
La meute de l’Obiou a été découverte par hasard lors de hurlements provoqués en août 2016. À cheval
sur le sud-est du Trièves et le nord du Dévoluy dans les Hautes-Alpes, cette meute est passée inaperçue
du fait de la présence d’autres meutes autour.
La meute d’ Arvan/Grandes-Rousses est probablement issue de la meute de Belledonne-sud, qui
existait depuis 2010 et qui en 2014 se serait déplacée vers l’est sur le massif des Grandes-Rousses.

Le suivi de population
(bilan 2016)
Le « front de colonisation »
La Chartreuse. Un loup détecté en mai 2016 mais aucune attaque déclarée pendant l’été côté Isère.
Deux attaques typées loup fin novembre en Chartreuse côté Savoie. Le suivi hivernal permettra peut-être
de savoir s’il s’agit du même individu.
Le Valjouffrey. Les premières attaques dans le Valjouffrey datent de l’an 2000. Deux individus, peut-être
ceux du Taillefer, sont aujourd’hui présents en permanence depuis 2015. Il aura donc fallu 15 ans au loup
pour s’installer sur ce secteur situé en grande partie en zone cœur du Parc national des Écrins.
Le Taillefer. Installée depuis 2001, la meute du Taillefer fait l’objet en 2004 du premier tir de loup en
France par l’ONCFS avec le prélèvement d’un des 4 loups présents. En 2005 le troupeau impacté subit a
nouveau 5 attaques pour 17 victimes. Les attaques touchent maintenant Belledonne-sud où une meute
se constitue en 2010 jusqu’en 2014. En 2015, les attaques s’intensifient avec la présence permanente
d’au moins deux individus, peut-être ceux du Valjouffrey.
Belledonne-sud. Occupé par une meute de 2010 à 2014. Un loup est à nouveau présent depuis 2016 sur
ce secteur favorable à l’installation d’une meute.
Le centre du Trièves. Entouré de meutes sauf au nord, on peut s’attendre aux premières incursions et
attaques de loup dès 2017 puis à l’installation d’une meute dans les prochaines années.

Le suivi de population
(bilan 2016)

Le suivi de population
(bilan 2016)
Rappel
- Le loup parcourt en moyenne 20 à 30 km par jour, jusqu’à 200 km par jour pendant
la dispersion .
- Il est essentiellement nocturne et franchit n’importe quel obstacle (fleuve,
autoroute, col à 2500m...)
- La meute ne chasse pas toujours ensemble, elle se sépare souvent en sousgroupe, voir des individus isolés peuvent rester en marge de la meute.
- Le territoire d’une meute est d’environ 150 à 350 Km² en Europe (par ex :
Belledonne = territoire pour 2 meutes).
- Ce territoire peut bouger d’année en année en fonction du dérangement, des
proies disponibles, de l’installation d’une autre meute à proximité...

Le suivi de population
(bilan 2016)
CONCLUSION
- Le loup est une espèce très difficile à suivre et à dénombrer d’où l’impossibilité
de communiquer des nombres précis, mais seulement des effectifs minimum sure.
- Les territoires des meutes ou d’individu isolés ne peuvent être qu’approximatif.
- Les premiers individus peuvent passer inaperçus, passer pour un individu
d’une meute voisine, ne pas attaquer les animaux domestiques…
- En Isère, le doublement du nombre de meutes ne s’est pas fait en un an, mais
est le résultat d’une colonisation qui s’est faite étape par étape sur plusieurs
années.
- Les départements des Alpes du Sud étant entièrement colonisés, les espaces
interstitiels dans les Alpes du Nord constituent un nouveau front de colonisation
pour les animaux en dispersion.

C O M I T E D E PA R T E M E N TA L
LOUP 38 (BILAN 2016)
Le suivi de population loup
Les constats
La protection des troupeaux
Le protocole de dérogation
Actualités et propositions 2017

Présentation de la situation en Isère
(Evolution des attaques en Isère)

800

Constats retenus
Victimes indemnisées
Dérochements

700

676

659

600
527
500
452

438

400

376

285

300

234
189

200
163

152

225

174

173
131

67
37

97

84

67

48

44

28

117

106

105
100

183 194

191

61
41

37

56

52
31

60
40

102

73
45

47 38

0
1998

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008

2009

2010

2011

2012

2013

2014

2015

2016

Bilan des attaques en Isère en 2016
192 constats indemnisés pour 730 bêtes en 2016
- 30 attaques indemnisées pour 65 bêtes concerne des troupeaux protégés
- 78 attaques indemnisées pour 295 bêtes concerne des troupeaux non protégés
- 86 attaques indemnisées pour 363 bêtes concerne des troupeaux avec une protection incomplète
Les troupeaux non protégés ou ayant une protection incomplète représentent 91 % des attaques et 90 %
des victimes indemnisées.
Les troupeaux protégés ont en moyenne 2,1 victimes par attaque.
Les troupeaux non protégés ont en moyenne 3,78 victimes par attaque.
Les troupeaux ayant une protection incomplète ont en moyenne 4,22 victimes par attaque.
- 18 déclarations d’attaques pour 19 animaux concernent des gros animaux (bovins, équin).
- 12 de ces 18 déclarations ont été indemnisées pour 13 animaux (13 bovins).
- 8 des 12 attaques indemnisées concerne des animaux naissants ou de quelques jours.
- 8 déclarations sur les 13 gros animaux indemnisées ont été indemnisées au bénéfice du doute.
17 attaques écartées pour 34 victimes.
19 déclarations d’attaques indemnisées au bénéfice du doute pour 95 animaux.
18 attaques pour 92 animaux concernent des troupeaux bénéficiant d’un contrat de protection mais n’étaient pas
protégés au moment de l’attaque.
717 ovins indemnisés sur plus de 120 000 ovins présents en zone à loup (0,6%).

Analyse des foyers d’attaques en Isère en 2016

Les territoires «historiques» ont beaucoup d’attaques mais moins de victimes ( Belledonne Nord : 24 troupeaux,
23 contrats d’aide à la protection ; Vercors Hauts-Plateaux : 9 troupeaux, 9 contrats d’aide à la protection) .
Les territoires des «nouvelles» meutes concentrent le plus d’attaques et de victimes.
Les territoires du «front de colonisation» ont moins d’attaques et de victimes. Ces territoires ont déjà subi des
attaques par intermittence depuis de nombreuses années.
72 troupeaux attaqués sur au minimum 200 troupeaux présents en zone à loup.
Sur ces 72 troupeaux attaqués, les 16 troupeaux ovins qui ne contractualisent pas l’aide à la protection
comptabilisent 259 victimes (10 % des troupeaux en zone classée représente 35 % des dégâts).

Point sur l’indemnisation des attaques
en Isère au 2 février 2016






161 dossiers payés
20 dossiers bons à payer à l’ASP (Agence de service et paiement)
88 dossiers en attente de pièces par l’ASP et par la DDT
montant total des indemnisations à payer : 208 309 €
Depuis juillet 2016 l’ASP est chargée des paiements :



Alourdissement de la procédure (justificatifs demandés, délais de
paiement, délais de retours et de correction de erreurs)
Les services de l’État sont intervenus à plusieurs reprises auprès de
l’ASP pour lui demander de tout faire pour régler ces problèmes :



Implication des préfets (Isère et Région), réunions, etc.
Toutes ces relances ont permis d’améliorer la situation mais il
subsiste encore des points de blocages

C O M I T E D E PA R T E M E N TA L
LOUP 38 (BILAN 2016)

Le suivi de population loup
Les constats
La protection des troupeaux
Le protocole de dérogation
Actualités et propositions 2017

La mesure d’aide à la protection des troupeaux
en Isère en 2016 ( Mesure 7.62 du RDR 2015-2020 )
Année

Montants
engagés en
Isère

Nombre
de
contrats

2004

188 469 €

43

2005

259 521 €

57

2006

380 710 €

65

2007

449 155 €

75

Nombre
de
troupeaux

2008

508 408 €

77

86

2009

587 782 €

77

84

2010

620 038 €

82

93

Tableau bilan engagements par option
Options

Nb
d’unité
s payés

Soldes

Montants
d’aides
engagés

Aide à
l’embauche de
berger

82
(bergers
)

+4

733 725 €

- 218 €

Forfait éleveur
/ berger

106

+ 16

641 663 €

+115 549 €

Clôtures
électriques

114

+2

151 740 €

- 2200 €

186

+18

121 272 €

+ 2 288 €
+ 896 €

Soldes

2011

631 332 €

86

99

Forfait chiens
de protection

2012

673 826 €

94

109

Achat chien

32

+3

9 596 €

2013

749 037 €

111

125

Stérilisation
chien

13

+1

2511 €

+ 250 €

2014

794 327 €

115

131

2015

1 286 643 €

136

148

1

+1

2 500 €

+ 2 500 €

2016

1 401 709 €

141

153

Test
évaluation
chien

+ 115 066 €

+5

+5

Analyse de
Vulnérabilité

0

0

0

0

La mesure d’aide à la protection des troupeaux
(Point sur l’instruction en Isère)
PAIEMENTS 2016
103 demandes de paiements reçues sur les 141 contrats d’aide à la protection dont :
- 50 demandes payées pour un montant de 389 138 €,
- 24 demandes de paiements en cours de paiement,
- 13 demandes de paiements en cours d’instruction à la DDT38,
- 16 demandes de paiement incomplètes,

INSTRUCTION 2017
- Les imprimés de demande de subvention ont été envoyés vendredi dernier,
- 18 nouvelles demandes d’aide ont d‘ores et déjà été signalées,
- Début de prise en compte des opérations à la date de réception de la demande en DDT,
- Date limite des dépôts : 30 mai

Bilan et analyse de la protection des troupeaux
en Isère en 2016
Deux priorités
1. Améliorer la protection des troupeaux concernés par une concentration des attaques
L’analyse des foyers d’attaque => un nombre réduit de troupeaux concentrent les attaques et
les victimes. Ces troupeaux ne sont souvent pas ou pas complètement protégés.
2. Améliorer le suivi des chiens de protection et fournir du conseil technique aux
éleveurs et bergers
L’Isère compte 230 chiens de protection pour plus de 120 000 ovins exposés aux loups,
soit une moyenne de 1 chien de protection pour 521 ovins.
Sur les 151 troupeaux bénéficiant de l’aide à la protection, 79 troupeaux ne sont pas
équipés de chien de protection.
Les 72 autres troupeaux équipés de chien de protection ont 186 chiens de protection pour
55 292 ovins, soit 1 chien de protection pour 300 ovins.
Beaucoup d’éleveurs hésitent à prendre des chiens de protection de peur d’avoir des conflits
avec les autres usagers et avec leur voisinage. Enjeu éducation et une bonne sociabilisation
des chiens de protection à l’homme.

C O M I T E D E PA R T E M E N TA L
LOUP 38 (BILAN 2016)

Le suivi de population loup
Les constats
La protection des troupeaux
Le protocole de dérogation
Actualités et propositions 2017

Le protocole loup en Isère
(bilan 2016)














44 arrêtés préfectoraux de tirs ont été pris en 2016 : 38 nouveaux tirs de défense,
4 tirs de défense renforcée, 1 tir de prélèvement simple et 1 tir de prélèvement
renforcé.
L’arrêté de tir de prélèvement renforcé a été attaqué en référé - audience du
13/09/2016 – arrêté non suspendu
Avec les arrêtés préfectoraux de tir de défense simple d’une durée de 5 ans pris les
années précédentes, 62 tirs de défense simple étaient en vigueur en 2016.
La mise en place des tirs de défense se poursuit puisque le nombre de tirs de
défense est passé de 2 tirs de défense en 2013, 11 en 2014, 20 en 2015 à 62 en
2016.
2 louveteaux ont été prélevés dans le cadre du tir de prélèvement renforcé (battue
encadrée par la louveterie) le 3 septembre 2016 sur le versant où se trouvait la
tanière.
1 loup mâle adulte a été prélevé dans le cadre d’une battue ordinaire le 15 novembre
2016 sur la commune de Château-Bernard.
900 chasseurs formés à ce jour par l’ONCFS pour participer aux tirs de défense

Le protocole loup
(bilan national)
33 loups prélevés sur 36 autorisés :


16 loups prélevés par des tirs de prélèvements renforcés.



13 loups prélevés dans le cadre de tirs de défense renforcés (2 en 2015).



4 loups prélevés dans le cadre de tir de défense.
Les tirs de prélèvements sont suspendus. Les trois derniers prélèvements sont
réservés aux tirs de défense.



Si le plafond des 36 loups pouvant être prélevés est atteint, un nouvel arrêté
ministériel, actuellement en consultation public, sera pris pour autoriser le
prélèvement de deux loups supplémentaires dans le cadre des tirs de défense.



Si le plafond des 38 loups pouvant être prélevés est atteint, un nouvel arrêté
ministériel, actuellement en consultation public, sera pris pour autoriser le
prélèvement de deux loups supplémentaires dans le cadre des tirs de défense.

C O M I T E D E PA R T E M E N TA L
LOUP 38 (BILAN 2016)

Le suivi de population loup
Les constats
La protection des troupeaux
Le protocole de dérogation
Actualités et propositions 2017

Actualités régionales


Le groupe de travail chien de protection (29/09 et 17/11/2016)
(DRAAF)



La réunion des préfets des Alpes du nord (20/01/2017)



Le groupes de travail sur la gestion du loup à proximité des
habitations (24/01/2017) (DREAL)



Le groupe de travail sur la gestion des foyers d’attaques (25/01/17)
(DREAL)



Le groupe de travail sur la territorialisation (24/01/17) (DREAL)



Le comité technique départemental loup (6/02/17) (DDT38)



Réunion technique régionale des DDTs AURA (8/03/17)

Propositions 2017 (1/2)







Réunions d’information sur le loup dans les zones de
présence du loup (Trièves, Royans, Belledonne, Chartreuse,
Obiou/Beaumont, Oisans/Valbonnais) – DDT-ONCFS-FDCI-FAICollectivités
Accompagner les éleveurs les plus touchés à mettre en place la
protection effective de leur troupeau en réalisant des analyses de
vulnérabilité avec les OPA
Renforcer la mise en place des tirs de défense par :




l’envoi de l’imprimé de demande de tir de défense avec
l’imprimé de demande d’aide à la protection.
l’Implication des élus locaux et des ACCA, pour aider les
éleveurs à mettre en place du tir de défense simple de manière
effective là où ce sera nécessaire.

Propositions 2017 (2/2)









Si les attaques persistent, faire intervenir la louveterie pour
les tirs de défense renforcés sous le contrôle de l’ONCFS.
Acquisition de matériel par la louveterie et implication plus
ciblée et rapide.
Formation de nouveaux chasseurs, notamment pour
accompagner les louvetiers.
Mise en place du tir interdépartemental lorsque les
conditions du protocole de tir sont réunies.

Projet de protocole
d’effarouchement du loup à
proximité des habitations


Un groupe restreint (Préfecture, DDT, ONCFS, Louveterie) est
chargé de diagnostiquer chaque situation.



Si besoin une opération d’effarouchement est décidée par arrêté
préfectoral au titre de la sécurité publique.



Les louvetiers seraient chargés de ces opérations d’effarouchement
sous contrôle de l’ONCFS.



Il sera proposé aux louvetiers de s’équiper du nouveau matériel
adapté pour ce type de mission (cartouche en caoutchouc à double
bâtons pour augmenter la portée).



Une communication adaptée sera également proposée aux Préfets.



Une communication sera faite dans l’Info Loup.

Les demandes des territoires
en 2016



Avoir l’information sur les attaques => discussion régionale le
08/03



Réactivité des services face aux attaques => nécessité prise de
tirs de défense, organisation de la louveterie, moyens à adapter



Pouvoir agir à proximité des maisons => projet de protocole
d’effarouchement



Affiner la notion de protégeabilité des troupeaux et le
diagnostic de la protection => discussion régionale le 08/03



Problèmes de conflits d’usages à cause des chiens =>
financement possible des tests, réseau des évaluateurs

Merci pour votre attention


Aperçu du document DIAPO_DDT38_CDL_20170213-ilovepdf-compressed.pdf - page 1/33

 
DIAPO_DDT38_CDL_20170213-ilovepdf-compressed.pdf - page 3/33
DIAPO_DDT38_CDL_20170213-ilovepdf-compressed.pdf - page 4/33
DIAPO_DDT38_CDL_20170213-ilovepdf-compressed.pdf - page 5/33
DIAPO_DDT38_CDL_20170213-ilovepdf-compressed.pdf - page 6/33
 




Télécharger le fichier (PDF)





Documents similaires


diapo ddt38 cdl 20170213 ilovepdf compressed
observation texte de jj blanchon output
loup l attaque sur l homme qui change tout wikiagri fr
question didier guillaume loup
expertise du loup oncfs
20161119dp loup

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.029s