La consultation du furet .pdf


Nom original: La consultation du furet.pdfTitre: ESSENTIEL N°40-OKAuteur: Karine Noyon

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par / Acrobat Distiller 7.0.5 pour Macintosh, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 03/05/2017 à 06:41, depuis l'adresse IP 90.10.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 426 fois.
Taille du document: 103 Ko (2 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


SYNTHESE

La consultation du furet
Quelques trucs à connaître
Client de plus en plus habituel de nos cliniques, le furet présente certaines particularités qu’il convient de connaître
pour pratiquer un examen clinique valable. Contention, normes biologiques, reproduction, quelques notions de base
pour aborder cet animal dont les propriétaires sont souvent très « compétents ».

Le furet est un animal très vif. S’il est bien sociabilisé, il
est docile et ne mord que s’il se sent menacé. Le contact
est facile du fait de sa curiosité naturelle. Les mouvements
doivent être doux. Il ne faut pas retirer la main brusquement,
cela peut déclencher un réflexe de prédation. Attention,
le léchage de la main est un prélude à la morsure. On
peut présenter le poing fermé (trop gros pour être mordu)
et se laisser sentir, puis de l’autre main saisir le furet. La
contention du furet est proche de celle du chat. On le
tient suspendu par la peau du cou, il s’immobilise alors
et baille. On peut aussi le coucher sur le dos en le gardant
allongé sur l’avant bras, en maintenant la base de la tête
entre les doigts de la main, ce qui permet un examen de
la tête et l’administration de médicaments per os. (1 ; 4)

Physiologie de la reproduction (1 ; 4)
Maturité sexuelle
(souvent au printemps
suivant la naissance)
Saison sexuelle

Mâle : 5 à 10 mois
Femelle : 6 à 12 mois

Mâle : Décembre à Juillet
Femelle : Mars à Août
Ovulation
Provoquée par la saillie *
Gestation
41 à 42 jours
Taille de la portée
En moyenne 8 (2 à 17)
Poids à la naissance
6 à 12 grammes
Sevrage
6 à 8 semaines
Ne pas toucher aux petits ni déranger la mère :
cannibalisme de la mère

*Le déclenchement des chaleurs est fonction de l’éclairement : lorsque celui-ci dure
plus de 12 h/jour la femelle est en chaleur jusqu’à l’accouplement, ou jusqu’à ce que
la durée d’éclairement redevienne inférieure à 12 h/jour. Les femelles non saillies
présentent donc un hyperœstrogénisme pouvant entraîner une aplasie médullaire qui
peut conduire à la mort de l’animal. Les femelles non destinées à la reproduction
doivent donc être stérilisées. (1 ; 4)

Séverine RAVANAT
Docteur Vétérinaire

Examen complémentaires

Examen clinique
Le furet est un carnivore. Son examen clinique est proche de celui du chien et du chat. On peut noter que l’aire
d’auscultation du cœur est plus caudale que celle du chat
(de la 6e côte au bord caudal de la 7e ou 8e côte), et plutôt
en région sternale(1). Pour la réalisation de gestes désagréables (injections, coupe de griffes) on peut détourner son
attention avec des friandises. (1)

Principaux paramètres biologiques (4)
Longévité
Poids adulte
Température
Fréquence cardiaque
Fréquence respiratoire
Consommation d’eau

5 à 11 ans
Femelle : 0,6 à 0,9 kg
Mâle : 1 à 1,5 kg
38,8°C
250 btm/mn
33 à 36 mvt/mn
75 à 100 ml/ jour

Prélèvement de sang (1 ; 2)
Les prises de sang sont plus difficiles que chez le chien
ou le chat car la peau du furet est très épaisse, il y a une
couche de graisse sous cutanée et le furet est très vif ! Il
faut souvent recourir à une légère sédation (l’idéal est
une anesthésie flash au masque).
Les principaux sites de ponction sont :
• la veine céphalique. Le furet est tenu comme un chat,
dans une serviette (la contention est ainsi plus facile
d’autant qu’il fait souvent ses besoins). En général il se
calme assez vite ce qui permet de piquer : on ponctionne
la peau avec une aiguille de 20 G puis on utilise une
aiguille de 25 à 27 G pour ponctionner la veine, avec une
seringue de 1 ml. Le collapsus est fréquent, ce qui limite le
prélèvement ;
• la veine saphène latérale (même principe) ;
• la veine jugulaire. Elle nécessite une bonne contention
(comme le chat ou couché sur le dos) et la tonte de la
zone (attention les poils peuvent mettre des mois à repousser,
il faut prévenir les propriétaires). La veine est plus latérale
que chez le chien ou le chat. La ponction se fait avec une
aiguille de 20 à 25 G montée sur une seringue de 3 ml ;
• la veine cave crâniale. Le furet est anesthésié et maintenu
en décubitus dorsal, les antérieurs ramenés vers le ventre
sans être tendus. On repère le manubrium sternal et la 1re
côte opposée à l’opérateur. On ponctionne latéralement au
sternum du côté de l’opérateur, dans la direction de la
N°40 du 30 novembre au 6 décembre 2006

22

NAC
côte repérée, avec un angle de 45°. On utilise une aiguille de
25 G montée sur une seringue de 3 à 5 ml. Une fois l’aiguille
enfoncée, on la retire doucement en maintenant une légère
aspiration jusqu’au sang. Le risque de lacération de la
veine est faible si le furet dort correctement. Attention,
cette voie ne doit pas être employée s’il y a trouble de la
coagulation !

Principaux paramètres hématologiques (1 ; 4)
Volume sanguin
Erythrocytes
Hémoglobine
Hématocrite
Leucocytes
Neutrophiles
Eosinophiles
Basophiles
Lymphocytes
Monocytes
Thrombocytes

sur le plancher du vestibule, environ 1 cm crânialement
à la fosse clitoridienne. On utilise un cathéter de 3,5-French
muni d’un mandrin.

Principaux paramètres urinaires (1)
Couleur foncée
pH : 6,5 à 7,5
A l’état physiologique protéinurie faible à moyenne
Attention, la couleur foncée de l’urine peut fausser les valeurs de cétonurie.

60 ml/kg
6,7 à 12.106/mm3
12 à 18 g/dl
43 à 55 %
3,5 à 10.103/mm3
11 à 82 %
0à7%
0à2%
12 à 54 %
0à9%
300 à 750.103/mm3

Voies d’administration
Voie parentérale
Elle doit être utilisée lors de la consultation.

Voies parentérales (1 ; 4)

SC

Attention, lors de prise de sang sous anesthésie, ne pas oublier que l’isoflurane
entraîne une baisse de l’hématocrite, de la numération GR et de l’hémoglobine(1).

IM

Principaux paramètres biochimiques sanguins

(1 ; 4)

Furet putoisé
Furet albinos
Urée (g/l)
0,28
0,22
Créatinine (mg/l)
4
6
Glucose (g/l)
1,01
1,36
Protéines totales (g/l)
59
60
Albumine (g/l)
37
32
PAL (UI/l)
30 à 65
10 à 80
Alat (UI/l)
80 à 150
30 à 120
Bilirubine totale (mg/l)
< 10
Triglycérides (mg/dl)
18
Cholestérol (g/l)
1,2 à 2,1
0,6 à 2,9
Calcium (mg/l)
86 à 105
80 à 118
Phosphore (mg/l)
45 à 77
(bon indicateur d’atteinte rénale)

Prélèvement d’urine (1)
Le prélèvement d’urine peut se faire de différentes façons :
• recueil d’urines émises spontanément (fréquent lors de
contention, notamment lors de prise de sang)
• pression modérée sur la vessie
• cystocentèse : aisée, même technique que le chien ou le chat,
aiguille de 22 à 23 G montée sur une seringue de 3 ml
• cathétérisme urétral : délicat, nécessite une tranquillisation. Chez le mâle, l’os pénien rend difficile la visualisation de l’ouverture urétrale et le passage de la courbure
ischiale est très délicat. On utilise un cathéter sans mandrin.
La femelle est placée en décubitus ventral, arrière train
surélevé. Al’aide d’un spéculum, on localise le méat urinaire

IP
IV

IO

Indications
Limites

Sites
d’injection

Déshydratation
mineure

Abdomen
Flancs

Aiguille
volume
maximum
1 ml/kg
(2)

Bonne contention
Lombes
(avoir un aide)
(Face externe de la cuisse) 0,25 ml/kg
(0,5)
Attention
Sur la ligne blanche en 1 ml/kg
à la rate
dessous de l’ombilic (20)
Déshydratation
Veine céphalique
KT 22
importante,
ou saphène latérale à 24 G
anesthésie prolongée (jugulaire : plus difficile, 2,5 ml/kg
Nécessite
moins confortable) (5)
une anesthésie
Ponctionner la peau
à l’aiguille avant
Réhydratation :
Grand trochanter Aiguille
le cathéter IO
du fémur
spinale
est souvent
Tibia
20 à
mieux toléré que
(via la crête tibiale) 22 G
le cathéter IV

SC : sous cutanée ; IM : intramusculaire ; IP : intra péritonéale ; IV : intraveineuse ;
IO : intra osseuse

• Voie orale
Elle est employée par le propriétaire pour la poursuite du
traitement. On maintient le furet par la peau du cou et on
administre les médicaments à la seringue, directement dans la
gueule. On peut ainsi administrer 5 ml/kg (au maximum 15)(4).
Bibliographie
1. QUINTON J.-F. (2003) Nouveaux animaux de compagnie : petits mammifères.
Masson-AFVAC, Paris, 222 pp.
2. RISI E. (2004) Prélèvements sanguins chez les petits mammifères. Prat. Vét.
Anim. Comp., 1, 9-10.
3. FAYOUX I. (1999) Entretien et pathologie médicale du furet domestique comme
nouvel animal de compagnie. Thèse de doctorat vétérinaire, Nantes, 202 pp.
4. BOUSSARIE D. (2003) Consultation des petits mammifères de compagnie. Ed
du Point Vétérinaire, Maisons-Alfort, 218 pp.

N°40 du 30 novembre au 6 décembre 2006

23


Aperçu du document La consultation du furet.pdf - page 1/2

Aperçu du document La consultation du furet.pdf - page 2/2




Télécharger le fichier (PDF)


La consultation du furet.pdf (PDF, 103 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


la consultation du furet
contention furet
abparent dms creant abord parenteral2013imprimable
extrait recueil nac
abparent dms creant abord parenteral2013 4parpagecouleur
la consultation du furet age

Sur le même sujet..