1 s2.0 S0370447577800129 main .pdf



Nom original: 1-s2.0-S0370447577800129-main.pdf
Titre: PII: S0370-4475(77)80012-9

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par 430472012.TIF / PageGenie PDFGenerator, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 12/05/2017 à 15:04, depuis l'adresse IP 105.106.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 478 fois.
Taille du document: 634 Ko (11 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


Rev. E.E.G. Neurophysiol., 1977, 7, 3, 335-345.

]~LECTROENCI~PHALOGRAMME

DU

ENTRE
D. S A M S O N - D O L L F U S ,

SOMMEIL

5 MOIS

335

DE L'ENFANT

NORMAL

ET 3 ANS

B. N O G U E S , A. V E R D U R E - P O U S S I N

et F. M A L L E V I L L E

Service d'Explorations neurologiques, C.H.U., 76 038 Rouen Cedex, France.

SUMMARY
Normal children sleep E.E, Gs f r o m 5 months to 3 years old.
The sleep E.E.G. of the child under 3 years old is characteristic from several points of view :
Drowsiness : The hypersynchrony is"always observed. It is more continuous in younger children,
than in the older one, where only bursts of hypersynchrony are seen. The Just rhythms of low amplitude may exist, during stage I sleep, but they are rare.
Calm Sleep (C. S.) : The vertex humps are more and more acute and sharper from 18 months. The
sleep spindles are of high amplitude and frequent at 6 and 8 months. They diminish later. It may
be for that reason that I I I and I V sleep stages seem to be more important after 12 months than
before. From 21 months, we have observed an unusual pattern during C,S. : rhythmic and diffuse
thgta rhythms of about 6 e/s.
Paradoxal sleep (P.S.) : I f it is possible to observe P.S. during day-naps before 8 or 9 months, i
is rare later and for recording P.S., it is necessary to record E.E.G.s at night.
The E.E.Gs are either a little like stage I E.E.G, or consistent of high and monomorphic delta
waves.
I f it is possible to observe at least 3 complete sleep cycles, the proportion of P.S. is about 20 p. 100
of the total length ~of the sleep.
At least, it is very important, even in medical practice, to record not only E.E.G. but also polygraphic leads : breathing, eleetro-myogram, electrocardiogram, and to notice also the rapid eyes
movements.

INTRODUCTION.
A cinq mois, d ' i m p o r t a n t e s 6tapes m a t u r a t i v e s du s o m m e i l d u n o u r r i s s o n sont d6j~. intervenues
(voir MONOD et CURZ~-DASCALOVA, p. 302 et 316 de ce num6ro). M a i s I'E.E.G. de l ' e n f a n t
c o n t i n u e ~t se modifier. A p r o p o s de c h a q u e s t a d e de s o m m e i l n o u s v e r r o n s les caract~res E.E.G. et
p o l y g r a p h i q u e s du s o m m e i l de l'enfant, d a n s la t r a n c h e d'fige : cinq m o i s ~. trois ans, puis l ' o r g a n i s a t i o n du sommeil, et s o n 6ventuelle m a t u r a t i o n .
MATI~RIEL ET MI~THODES.
Notre apport personnel consistera dans l'6tude de 58 trac6s de sommeil d'enfants indemnes de toute
affection neurologique ou psychiatrique et ne recevant aucun traitement s6datif. Le sommeil a toujours
6t6 un sommeil spontan6. Les premiers examens ont 6t6 r6alis6s avec la technique expos6e pr6c6demment

Travail r6alis6 avee l'aide de I'INSERM : A T P 17-75-40 n ° 8.
Texte pr6sent6 "5. la Socidtd d'E.E.G, et de Neurophysiologie elinique de [angue franeaise le 30-11-1976,
remis le 30-11-1976, d6finitivement accept6 le 1%2-1977.
Tir~s h part : D. SAMSON-Dor~LvUS(~. l'adresse ci-dessus).

336

D. SAMSON-DOLLFUS~ B. NOGUES~ A. VERDURE-POUSSIN ET F. MALLEVILLE

(SAMSON-DOLLFUS et VERDURE-PouSSIN, 1973). Les examens plus r6cents ont 6t6 plus complets au point de

vue polygraphie. 58 enregistrements comportent outre I'E.E.G. (2 5. 8 chaines) l'61ectrocardiogramme
(E.K.G.), les moavements oculaires (M.O). et l'61ectromyogramme (E. M.G.), au niveau du menton. La respiration abdominale a 6t6 enregistr6e dans tous les cas. Mais chez 24 enfants le flux nasal et la respiration
thoracique ont 6t6 en plus analys6s. Les conditions d'enregistrement par rapport ~ l'fige des enfants figurent
dans le tableau I, Les enfants sont observ6s pendant leur sommeii par une (ou deux) technicienne(s) qui
note(n0 directement sur le papier, ou transmet(tent)/t u n clavier tousles 6v6nements particuliers du comportement du b6b6. Cette notation est mise en m6moire dans une machine qui peut restituer en quelques instants un diagramme de la polygraphie/t la fin de l'enregistrement. L'existence de ce diagramme aide beaucoup l'exploitation de ces trac6s de sommeil, et 24 analyses de trac6s ont pu b6n6ficier de cette am61ioration.
Enfin, quelques enregistrements ont 6t6 parallblement soumis 5. l'analyse spectrale.

RI~SULTATS.
I. - - L'ENDORMISSEMENT.
1) DOfinition.
D a n s cette t r a n c h e d'gtge, l'6tat transitionnel qui caract6rise le passage de la veille a u s o m m e i l
m6rite d ' e t r e d6fini : p6riode qui suit i m m 6 d i a t e m e n t la f e r m e t u r e s p o n t a n 6 e des yeux et c o n d u i r a
a u s o m m e i l calme. L ' e n f a n t n o r m a l de plus de 5 m o i s ne s ' e n d o r t en effet plus j a m a i s en s o m m e i l
paradoxal. L a limite E.E.G. entre cet 6tat transitionnel et le s o m m e i l calme est donn6e par l ' a p p a rition des premi6res bouff~es de spindles. D e n o m b r e u x a u t e u r s (SMITH, 1938 ; G m n s a n d GIBBS,
1950 ; DREYFUS-BRISA¢ et coll., 1958 ; FISCHGOLD et coll., 1963 ; SAMSON-DOLLFUS et coll., 1964 ;
MONODetDucAS, 1968 ; PARMELEEet coll., 1969 ; PETERSEN et Eeg-OLorsoN, 1971 ; PARMELEE et
coll., 1974 ; ELLINGSON, 1975) se s o n t int6ress6s h cette p6riode d u sommeil. L a p l u p a r t d ' e n t r e eux
n o t e n t l'existence de l ' h y p e r s y n c h r o n i e d ' e n d o r m i s s e m e n t sur laquelle n o u s reviendrons, m a i s
certains (MONOD et DUCAS, 1968) consid6rent que celle-ci n ' e s t pas a b s o l u m e n t c o n s t a n t e ,
m ~ m e ~t 8 tools. Le classique s t a d e I sera d o n c englob6, lorsqu'il existe, d a n s la p6riode dite
d'endormissement.
2) Caractkres E.E.G.
U n s t a d e II de s o m m e i l lent p e u t suivre i m m 6 d i a t e m e n t la s6quence d ' h y p e r s y n c h r o n i e , ou s ' e n
t r o n v e r s6par6 p a r u n e p6riode de trac~ d6synchronis6 et de faible amplitude c o n e s p o n d a n t ~t u n
s t a d e I classique. Ainsi du point de vue 61ectrographique l ' e n d o r m i s s e m e n t se traduit-il p a r u n e
p6riode isol6e d ' h y p e r s y n c h r o n i e o u p a r u n e s6quence d ' o n d e s h y p e r s y n c h r o n e s snivie d ' u n stade I,
o u directement p a r la d6synchronisation d u s t a d e I.
L a fr6quence des ondes de l ' h y p e r s y n c h r o n i e est en m o y e n n e de 4,5 c/s et l ' a m p l i t u d e de 135 ~zV ;
ces r y t h m e s s o n t diffus o u ~t p r 6 d o m i n a n c e post6rieure. C h e z les sujets n o r m a u x o n ne les observe
j a m a i s , u n i q u e m e n t sur les d6rivations ant6rieures. L ' h y p e r s y n c h r o n i e peut ~tre continue o u discontinue.
L ' a s p e c t p e u a m p l e et irr6gulier de I'E.E.G., qui c o r r e s p o n d en fait a u stade I d u s o m m e i l a 6t6
retrouv6 28 fois s u r 43 enfants. L o r s q u ' i l existe o n observe s o u v e n t d@t, des pointes vertex et des
pointes r o l a n d i q u e s (fig. 1) alors que les spindles (par d6finition) ne sont pas encore apparus. Ces
pointes s o n t le plus s o u v e n t sym6triques (25 sur 28 enfants) ; de plus, si l ' o n peut voir des r y t h m e s
rapides de faible a m p l i t u d e (KELLAWAY, 1957 ; SAMSON-DOLLFUS et coll., 1964) ceux-ci s o n t rares
(7 sur 28).
L a dur6e de cet e n d o r m i s s e m e n t est en g6ndral br6ve : infdrieure ~. 10 m i n u t e s d a n s 37 des 43 endorm i s s e m e n t s observ6s ; p a r m i les 6 autres, seuls 2 o n t eu u n e dur6e d ' e n d o r m i s s e m e n t sup6rieure ~t
20 minutes.

E.E.G.

DE

SOMMEIL

NORMAL

DE

5 MOIS

A

3

337

ANS

e'q

O

.~'7.

¢'q

t-..q

e,q

,~ t-,I

~

t'Q

¢e3

o

o

e.


~<

~

o

,-"

"F0

o

o
[-.,
o

E
.<

",-7
2:

338

D. SAMSON-DOLLFUS~ B. NOGUES, A. VERDURE-POUSSIN ET F. MALLEVILLE

Le temps d'endormissement ne semble pas lib/t la maturation. Bien que le temps moyen d ' e n d o r missement soit plus long chez les enfants de 12 ou de moins de 12 mois, ceci n ' e s t pas significatif
(test de MANN et WHITNEY). Ni la frbquence de l'hypersynchronie, ni son amplitude, ni sa localisation n'6voluent avec l'fige, entre 5 mois et 3 ans. Par contre ~tmesure que le bdb6 grandit, eUe devient
plus souvent discontinue : de 5 ~. 12 mois, 1 enfant sur 25 seulement a prbsentb des bouffdes alors
que de 18 ~. 33 mois, 11 sur 18 avaient une hypersynchronie discontinue,
3) Caract~res polygraphiques de l'endormissement.
A u d6but de l'endormissement, la respiration est souvent irrdgulibre, parfois entrecoup~e de sanglots, mais elle devient ensuite progressivement plus rbgulibre. L'dlectromyogramme n ' e s t jamais
totalement inactif, les mouvements globaux ou distaux, souvent/t type de sursauts ou de petites myoclonies so•t frdquents. On peut enregistrer soit des secousses palpbbrales soit des m o u v e m e n t s lents
des globes oculaires ; rien de ceci ne peut 6tre c o n f o n d u avec les m o u v e m e n t s oculaires rapides
( M O R ) du sommeil paradoxal.
I1. - - LE SOMMEILCALMEOU SOMMEILLENT.
I1 fait suite imm6diatement ~ l'endormissement et englobe les stades lI, III et IV.
1) Aspects E.E.G.
Le stade II est caractdris6 par l'existence de (( spindles )> ou rythmes en fuseaux, qui surviennent
sur le fond d ' o n d e s lentes. Ils out 6t6 bien 6tudi6s par plusieurs auteurs (MONOD et DUCAS, 1968 ;
LENARD, 1970 ; SCHULTE et BELL, 1973 ; PARMELEEet coll., 1974 ; TANGUAY et coll., 1975). Tous
sont d ' a c c o r d pour consid6rer que la frdquence des fuseaux est voisine de 13, 14 c/s dans la tranche
d'fige qui nous int6resse. SCHULTE et BELL (1973) avec les m6thodes prdcises de l'analyse spectrale,
TANGUAY et coll. (1975) confirment les observations de Gl~ns and GraBS (1950), ~. savoir l ' a b o n d a n c e
des fuseaux/~ 14 c/s vers l'gtge de 6 mois et leur progressive diminution jusqu'~, deux ans.
Les pointes vertex et les pointes rolandiques sont a p p a r e m m e n t spontan~es, ou 6voqu~es par les
bruits. Existant dbs le stade I, c c m m e nous l'avons d6jS. vu, elles persistent dans le stade II, sont plus
rares dans le stade III et ne sont jamais retrouvdes au stade IV. Les ~( trains de pointes >>physiologiques (DREYFUS-BRISAC et coll., 1958) que l'on observe surtout au dbbut du stade II apparaissent
/t partir de l'ftge de 18 mois et deviennent une figure caractbristique entre 2 et 3 ans. Tous ces 61dments
sont absolument n o r m a u x (fig. 1) et ne doivent pas 6tre confondus avec des pointes pathologiques
(celles-ci ont d'ailleurs en g6nbral une autre localisation).
Les complexes K, au sens strict de leur dbfinition : onde lente suivie de rythmes rapides, en gbn6ral favorisbs par les bruits n ' o n t pas 6t6 retrouv6s chez les enfants n o r m a u x de moins de trois ans.
DUMERMHUTH (1975) et LAGEr et SALBREUX (1967) ne m o n t r e n t de figures typiques qu'au-del~, de
4 ans.
U n aspect assez particulier est l'existence de bouffdes rythmiques rolandiques 6, 7 c/s, donc un
peu plus rapides que l'hypersynchronie d ' e n d o r m i s s e m e n t , qui e n t r e c o u p e n t le stade II du sommeil
lent et que nous avons observdes aprbs l'fige de 21 mois (fig. 2). Ce type de figure semble survenir
s p o n t a n d m e n t en dehors de toute stimulation et ne dolt pas 6tre confondu avec une rdaction d'bveil
ou un 6tat transitionnel encadrant le sommeil paradoxal (S.P.) Cet aspect rend encore plus difficile
une classification E.E.G. de certains sommeils lents, mais d o n n e l'impression que de nouvelles
structures fonctionnelles apparaissent apr6s 18 mois.
La distinction E.E.G. des stades If, llI, IV, repose d ' u n e part, sur l ' a b o n d a n c e plus ou moins
grande des spindles (LENARD, 1970), d ' a u t r e part sur la quantitb d ' o n d e s lentes ; au stade III, les

E.E.G. DE SOMMEIL NORMAL DE 5 MOIS A

3

339

ANS

spindles se rardfient, les ondes lentes deviennent plus a m p l e s ; a u stade IV les spindles s o n t exceptionnels ( m o i n s de 1 bouff6e p a r m i n u t e ) et des o n d e s lentes diffusent a u x rdgions ant6rieures. Pr6ciser la dur6e de c h a c u n de ces stades chez c h a q u e e n f a n t et en faire u n e 6tude en relation avec la
m a t u r a t i o n , parait bien difficile actuellement, 6rant donn6 la subjectivit6 des crit6res.

- - .7.

" ~ - - T _ _ C _ _ Z ~

2

--__--

T ~-

~
"x~
l~
/l A"~g~g~

~W"~V~~
/4EK
,G
,,
FIG. 1.

L

EIF],[~,

~
lspY
,H.

I~Sp'~rl'
RESP,A,~

I'~.L~v,

--

M.0,

E&C,

"

-

RESmAI~
, II/HS.

E,K,G,

FIG. 2.

Fig. 1. - - Pointes-vertex, commencant 5, se grouper en <<trains de pointes >) physiologiques.
t~chelle de temps : 1 seconde ; 6chelle d'amplitude : 100 ~V.
Vertex humps beginning to group themselves into physiological <<runs of sharp waves >>,
Time scale : 1 second : amplitude 100 microvolts.

FIG. 2. - - Stade lI atypique : les spindles s'intriquent ~t des fr6quences rythmiques de 5-6 c/s, la polygraphie correspond ~t un sommeil calme, l~chelle de temps : 1 seconde ; 6chelle d'amplitude : 100 [xV.
Atypical stage 2 : the spindles intermingle with rhythmic 5-6 c/s frequency waves, the polygraph
corresponding to calm sleep. Time scale : 1 second ; amplitude : 100 microvolts.

2) Aspects polygraphiques.
Les crit~res d6finis p a r RECHTSCHAFFEN et KALES chez l ' a d u l t e (1968) s o n t dans l ' e n s e m b l e respect6s chez le n o u r r i s s o n . M a i s l ' e n f a n t b o u g e p r o b a b l e m e n t plus dans le s o m m e i l calme que ne le
fait l'adulte. Chez 14 e n f a n t s enregistr6s p e n d a n t la premiere moiti6 de la nuit, on a observ6 en
m o y e n n e a u m o i n s u n m o u v e m e n t distal p a r m i n u t e p e n d a n t 37 p. 100 et a u m o i n s u n m o u v e m e n t
global p e n d a n t 20 p. 100 d u t e m p s de S.C. P a r ailleurs, I ' E . M . G . p e u t devenir tout /~ fait nul
p e n d a n t le S.C. et en d e h o r s m ~ m e d ' u n 6tat t r a n s i t i o n n e l a b o u t i s s a n t a u S.P. Par contre, la
r e s p i r a t i o n est t o u j o u r s trbs r6guli6re et les pauses respiratoires m ~ m e br6ves a b s o l u m e n t exceptionnelles (NOGUES et coll., 1976).

340

D. SAMSON-DOLLFUS, B. NOGUES, A. VERDURE-POUSSIN ET F. MALLEVILLE

III. - - LE SOMMEIL PARADOXAL.
P o u r observer d u S.P. chez u n n o u r r i s s o n n o r m a l , il est indispensable de disposer d ' u n enregistrem e n t de dur6e suffisante et de pr6f6rence pratiqu6 la nuit.
1) Aspect dleetroencdphalographique.
L'entr~e d a n s le S.P. est parfois annonc6e p a r u n e g r a n d e bouff6e lente ;2, 3 c/s c o n c o m i t a n t e le
plus s o u v e n t d ' u n m o u v e m e n t global (PAssOUANT et coll., 1965 ; SAMSON-DOLLFUSet POUSSlN, 1973).
N o u s avions eu l'impression q u e ce type d'entr6e d a n s le S.P. 6tait plus habituel ~ 8 et 18 mois. E n
fait, il est i n c o n s t a n t , m a i s n o u s l ' a v o n s observ6 aussi bien chez les plus jeunes q u e chez les plus ~g~s
des b6b6s.

E.~,g,

?~.L1.
s,g,

2

t

t

~

E,K.5,

FIG. 3. - - Deux types E.E.G. de sommeil paradoxal observ6s chez deux enfants de 12 mois : d gauche le
S.P. est de faible amplitude et rappelle le stade I ; gt droite, le S.P. est tr6s ample et pourrait 6tre confondu
avec une r6action d'6veil pathologique, l~chelle de temps : 1 seconde ; 6chelle d'amplitude : 100 [zV.
Two types c~f paradoxicaI sleep as shown on the E.E.G. seen in two children aged 12 months : on
the left the paradoxical sleep is of low amplitude and resembles stage 1 sleep ; on the right, the paraxical sleep is o f very large amplitude and could be confused with a pathological arousal. Time scale :
1 second ; amplitude : 100 microvolts.

Ainsi q u e PASSOUANTet coll. (1965) l ' o n t dOjh m o n t r 6 , le S.P. du n o u r r i s s o n est caractdris6 p a r des
r y t h m e s s o u v e n t amples et lents de 2 ~t 4 c/s et dOs l'fige de 12 m o i s par u n aspect 6 v o q u a n t les <<d e n t s
de scie >>. Selon TANGUAY et coll. (1974) le S.P. ressemble b e a u c o u p 5. u n stade II sans spindles. L a
q u a n t i f i c a t i o n rdalisde p a r ces a u t e u r s et p a r SCHULTE et BELL (1973) au m o y e n de l'analyse spectrale,
e t n o s premiers essais dans le mOme d o m a i n e m o n t r e n t que, si en gdndral l'6nergie de la b a n d e delta
a p l u t 6 t t e n d a n c e 5, diminuer p e n d a n t le S.P., p a r r a p p o r t a u S.C., on peut parfois observer dans
cette b a n d e de fr6quence u n e 6nergie 6gale ou m 6 m e plus 61evde dar~s le S.P. que d a n s le S.C.
Les n o u r r i s s o n s chez lesquels n o u s a v o n s p e r s o n n e l l e m e n t observ6 du S.P. n o u s o n t bien m o n t r 6
les aspects d6j~ dOcrits, m a i s la p r o p o r t i o n de S.P. r e s s e m b l a n t au stade I ou II, et celui corresp o n d a n t ~, d ' a m p l e s ondes lerttes est tr6s variable d ' u n sujet ~, l'autre. E n t r e 5 m o i s et 3 a n s n o u s
a v o n s p u observer l ' u n e t / o u l ' a u t r e aspect (fig. 3).

E.E.G. DE SOMMEIL NORMAL DE 5 MOIS A 3 ANS

341

C e r t a i n s (ORNITZ et coll., 1969, 1971) o n t parl6 de <<spindles >> 10 5. 15 c/s p e n d a n t le S.P. E n fait
il semble bien que ces bouffdes de r y t h m e s rapides r a p p e l a n t les f u s e a u x s o n t diffdrents des v6ritables
spindles 5. 13-14 c/s caract6ristiques du S.C. A u cours des stades E.E.G. p o u v a n t ~tre rattach6s a u
S.P. on p e u t voir des bouff6es d ' o n d e s r y t h m i q u e s f r o n t o - r o l a n d i q u e s de 10-12 c/s, m a i s il f a u t souligner que ces figures a p p a r a i s s e n t soit au ddbut, soit 5. la fin de la phase de S.P., et font peut-~tre
alors partie d ' u n 6tat transitionnel.
2) A~pects polygraphiques.
C o m m e p o u r le S.C., les donndes polygraphiques, se r a p p r o c h e n t de celles fournies p a r RECHTcriarrzN et KALES (1968).
Ainsi que cela est bien c o n n u le crit~re M O R est indispensable 5. la d6finition de S.P. P a r contre,
chez trois e n f a n t s (deux ~t 6 et 7 mois et u n 5. 32 mois) le t o n u s m u s c u l a i r e a u niveau du m e n t o n ne
s ' e s t j a m a i s c o m p l 6 t e m e n abolit. Q u a n t a u x m o u v e m e n t s globaux o u distaux, s'ils sont b e a u c o u p
plus n o m b r e u x que p e n d a n t le S.C., ils ne s o n t p a s u n excellent crit6re de S.P. puisque n o u s a v o n s
vu qu'ils existaient aussi p e n d a n t le S.C.
IV. --

L E S P O I N T E S E T P O I N T E S O N D E S C H E Z DES SUJETS N O R M A U X .

T o u s l e s a u t e u r s qui o n t 6tudi6 des groupes de sujets n o r m a u x ou devenus n o r m a u x , o n t signal6
u n faible p o u r c e n t a g e de trac6s c o m p o r t a n t des 61dments paroxystiques, localis6s (pointes rolandiques
unilat6rales), ou diffus : ddcharges de pointes-ondes 5. l ' e n d o r m i s s e m e n t en particulier. N o u s m e n t i o n n o n s ces faits ici, p o u r rappeler, que s'ils s o n t inddniables et doivent 6tre c o n n u s , ils n ' e n restent p a s
m o i n s exceptionnels a v a n t 3 a n s : les tableaux de PETERSE• et al. (1968) m o n t r e n t l'absence de pointes
localis6es a v a n t 2 a n s et u n chiffre infdrieur 5. 2 p. 100 entre 2 et 3 arts, l'absence de pointes-ondes
diffuses a v a n t 1 a n et des chiffres voisins de 6 p. 100 e n t r e 1 et 3 ans. MONOD (1963) et MONOD
et DOCAS (1968), r a p p o r t e n t des chiffres tr6s voisins p o u r les e n f a n t s a y a n t eu des incidents n6on a t a u x m a i s n o r m a u x a u m o m e n t de l'examen. Sur 58 tracds d ' e n f a n t s n o r m a u x enregistr6s entre
5 m o i s et 3 ans, n o u s n ' a v o n s observ6 a u c u n e figure pathologique.
V. --

L ' O R G A N I S A T I O N D U SOMMEIL,

P o u r 6tudier l ' o r g a n i s a t i o n du sommeil, il est ndcessaire, h partir de l'fige de 5 tools, de disposer
d ' e n r e g i s t r e m e n t s de longue durge et les t r a v a u x c o n c e r n a n t l ' o r g a n i s a t i o n du sommeil de l ' e n f a n t
s o n t b e a u c o u p plus rares que ceux concernant l ' e n d o r m i s s e m e n t ou le S.C.
PASSOUANT et coll. (1965) font r e m a r q u e r q u e les cycles deviennent de m o i n s en m o i n s n o m b r e u x
avec l'gtge, q u e la durde des S.P. est variable m a i s encore i m p o r t a n t e 5- u n an. KLIGMAN et coll. (1975)
rel6vent j u s q u ' h cinq m o i s a u moins, la possibilit6 d ' e n d o r m i s s e m e n t en S.P. D a n s notre s6rie de
58 sujets n o r m a u x , m a i s d a n s des conditions d ' o b s e r v a t i o n tr~s diffdrentes de celles de KLIGMA~
et coll., n o u s n ' a v o n s j a m a i s vu u n seul e n d o r m i s s e m e n t en S.P. P a r c o n t r e lorsque l ' e n f a n t s'est
6veill6 p e n d a n t son sommeil, le r d e n d o r m i s s e m e n t en S.P. peut 6tre observ6.
Darts cette 6tude, seuls s o n t retenus les tracds c o m p o r t a n t au m o i n s deux ou trois phases de S.P.,
soit 32 enregistrements.
L a dur6e m o y e n n e des cycles a u g m e n t e avec l'gtge (tableau II) et il existe sur l'ensemble des cycles
u n e tendance 5. la d i m i n u t i o n du sommeil calme a u profit du s o m m e i l transitionnel, par c o n t r e la
dur6e m o y e n n e du S.P. repr6sente environ 20 p. 100 du s o m m e i l total, quel que soit l'fige (tableau liD.
Le premier cycle a des caract6res particuliers : le stade lI du s o m m e i l lent semble plus a m p l e et
plus lent p e n d a n t le p r e m i e r cycle q u ' u l t 6 r i e u r e m e n t . Ceci a 6t6 c o n f i r m 6 p a r l'analyse spectrale de
6 tracds d a n s lesquels o n a not6 que l'6nergie de la b a n d e delta 6tait plus 61ev6e a v a n t le premier S.P.

Rev. E.E.G. Neurophysiol., 1977, t. 7, n ° 3.

23

342

D. SAMSON-DOLLFUS, B. NOGUES~ A. VERDURE-POUSSIN ET F. MALLEVILLE

qu'ensuite. Le temps d'apparitiort du premier S.P. est extr~mement variable d ' u n sujet /~ l'autre.
Dix fois celui-ci a 6t6 sup&ieur/a 60 minutes et neuf de ces dix enfants ont pr~sent6 a u p a r a v a n t une
phase de S.P. rathe. Les premiers cycles de durde infdrieure ~t une heure sont de plus en plus rares 5,
mesure que l'enfant grandit. Ils deviennent exceptionnels ~t partir de l'gtge de 21 tools. Ainsi la prop o r t i o n du sommeil calme au cours du premier cycle augmente-t-elle avec l'fige, contrairement ~t ce
qui se passe p o u r les autres cycles.
TABLEAU I I . -

Durde des cycles en fonction de l'dge. Noter l'augmentation de leur durde avec l'dge.

Duration of cycles as a function of age. Note the incrcase in duration with age.
1er cycle

Moyenne des cycles

8 mois

50 MN
N = 11

50 Mn
N=
30

8/t 18 mois

55 Mn
N -- 10

62 Mn
N = 42

18 mois

89 Mn
N -- 11

78 Mn
N=35

TABLEAU III. - - Proportion des diffdrents sommeils en fonction de l'dge. La proportion du S.P. reste f i x de
d 20 p. 100 environ dans toutes les tranehes d'dge Otudides clans ee travail.
Proportion of different sleep patterns with respect to age. The proportion of paradoxical
sleep remains fixed at around 20 p. 100 in all ~ge groups studied.
S. calme

S. Paradoxal

8 mois
N=
11

64,5 ~

19,1 ~

9-18 mois
N=
10

59,4 ~

20,6 ~

20

59,8 ~

20

20,2

18 mois
N = 1l

~

S. lnterm6diaire
16,4

Des 6veils cliniques, des r6actions d'6veil E.E.G., ont 6t6 observ6s chez tous les enfants enregistr6s
au laboratoire. Par contre, chez les 6 enfants enregistr& dans leur creche, bien que le local air 6t6
beaucoup plus bruyant, il n ' y a eu aucun 6veil (sauf chez un enfant qui a touss6 toute la nuit). Lorsqu'eIles existent, les r6actions d'6veil E.E.G. sont toujours observdes au cours de l'endormissement,
ou dans le S.C. Elles consistent en une bouffde ample, hypersynchrone, de fr6quences rythmiques
et diffuses, concomitantes d ' u n mouvement. Parfois, c o m m e nous l'avons vu, elles annoncent le
passage au S.P.
DISCUSSION,
Plusieurs points mSritent d'etre discut6s :

l) L'existence de l'hypersynchronie, en bouffdes ou continue, nous parait &re un 616ment constant
chez les enfants n o r m a u x de moins de trois ans. On peut done se demander p o u r quelles raisons certains auteurs paraissent ne pas la retrouver de fagon aussi constante. S'agit-il d ' u n e s~quelle mineure,
d ' u n incident n6o-natal (MoNoD et DUCAS, 1968), ou d ' u n e difficult6 d'interprdtation li& aux conditions d'enregistrement (bercement).

E.E.G. DE SOMMEIL NORMAL DE 5 MOIS A 3 ANS

343

2) D6s le j e u n e fige on observe 5. l ' e n d o r m i s s e m e n t des p h a s e s d ' a c t i v a t i o n transitoire qui se traduisent p a r la r6apparition de bouff6es amples et lentes, 5. l ' o c c a s i o n des bruits ; celles-ci p r e n n e n t
ici s o u v e n t u n aspect tr6s a i g u et u n e figure t o u t 5. fait n o r m a l e p o u r r a i t 6tre qualifide de pathologique (fig. 4).
3) L ' i m p o r t a n c e de l ' e n r e g i s t r e m e n t du s t a d e II, avec l'existence des spindles est capitale. I1 faut
d o n c avoir la patience, mfime si l'enfant a b e a u c o u p pleur6, d ' a t t e n d r e ce stade. ( L ' e n d o r m i s s e m e n t
lui-m~me 6 t a n t assez s o u v e n t relativement bref, c o m m e n o u s l ' a v o n s m o n t r & ) D a n s l'interpr6tation
des r y t h m e s en fuseaux, il f a u t tenir c o m p t e des n o t i o n s de m a t u r a t i o n : ils sont particuli6rement
amples et a b o n d a n t s vers 6 ou 8 mois alors qu'ils d e v i e n n e n t m o i n s nets et plus rares entre 1 et 3 ans.

~

P~sPrH
,,
~FSp,/~

M,L,

az

,

'

:

'

,

E,K,6,

Fro. 4. - - Cet endormissement chez un enfant de 12 mois montre une phase d'activation transitoire it
l'occasion d ' u n bruit. Malgr6 l'aspect ample et aigu, cette figure est tout it fait normale, t~chelle
de temps : 1 seconde ; l~chelle d'amplitude : 100 [JN.
This sleep in a child aged 12 months shows transient activation f r o m noise. Despite o f the acute and
large amplitude appearance, this is entirely normal. Time scale : 1 second ; amplitude : tlO0 microvolts.

4) Le S.P. m o n t r e des figures E.E.G. tr6s diffdrentes de celles qui s e r o n t rencontrdes 5. d ' a u t r e s
gtges de la vie : ces ondes s o n t assez amples, b e a u c o u p plus lentes que chez l'adulte, s o u v e n t m o n o m o r p h e s , diff6rentes 6 g a l e m e m du t h a t a r y t h m i q u e retrouv6 chez le n o u v e a u - n 6 et si l ' o n m 6 c o n n a R
les crit6res p o l y g r a p h i q u e s (ce qui est encore fr6quent d a n s les [aboratoires de clinique E.E.G.)
on risque de prendre ces aspects physiologiques p o u r des figures anormales.
A l'int6rieur de la t r a n c h e d'fige 6tudi6e il est difficile d ' o b s e r v e r u n e m a t u r a t i o n des caract6res
61ectrographiques du S.P. M a i s le t e m p s de latence du premier S.P. s'allonge avec l'ftge. Des 6bauches

344

D. SAMSON-DOLLFUS, B. NOGUES, A. VERDURE-POUSSIN ET F. MALLEVILLE

de S.P., o u 6tats transitionnels qui c o r r e s p o n d e n t g u n S.P. ~ rat6 ~) peuvent ~tre d ' i n t e r p r 6 t a t i o n
difficile. Ceci est particuli6rement net /~ partir de l'fige de 10 mois. L ' a u g m e n t a t i o n du t e m p s de
latence de la premiere phase de S.P. explique p a r ailleurs que le S.P. devienne de plus en plus difficile
/a obtenir dans la journde, ~ m e s u r e que l ' e n f a n t grandit. I1 est possible que des m ~ c a n i s m e s en relation avec les aff6rences ext6rieures auxquelles l ' e n f a n t devient plus sensible ~_ m e s u r e qu'il grandit,
bloquent, a u m o i n s a u d6but du s o m m e i l l'installation du S.P.
5) Si les g r a n d e s lignes de l ' o r g a n i s a t i o n du s o m m e i l p e u v e n t ~tre d6crites, les divergences qui
s ' o b s e r v e n t d ' u n a u t e u r h l'autre, et d ' u n e n f a n t ~ l'autre, tiennent p r o b a b l e m e n t aux diff6rentes
c o n d i t i o n s d ' e n r e g i s t r e m e n t . L ' e n f a n t observ6 g la m a i s o n par sa m6re (KLIGMAN et coll., 1975) se
c o m p o r t e r a diff6remment de l ' e n f a n t n o r m a l que l ' o n t r a n s p o r t e a u laboratoire p o u r l'enregistrer,
et du n o u r r i s s o n , n o r m a l lui anssi, m a i s qui vit dn cr6che et est d6j/~ trop adapt6 a u milieu hospitalier.
Le premier cycle a des caract6res particuliers, et il 6volue avec la m a t u r a t i o n d i f f e r e m m e n t de l'ensemble des cycles de la nuit, il sera donc indispensable p o u r parler d ' o r g a n i s a t i o n de sommeil d ' e n r e gistrer a u m o i n s deux, et de pr6f6rence trois cycles cons6cutifs chez le m 6 m e enfant.
6) Le r e c r u t e m e n t et les c o n d i t i o n s d ' e n r e g i s t r e m e n t s des e n f a n t s n o r m a u x utilis6s p o u r cette 6tude
o n t 6t6 vari6s, ce qui n o u s a permis de faire des c o m p a r a i s o n s : il appara~t que la p r o p o r t i o n SP/
s o m m e i l total et S C / s o m m e i l total est la m~me, que l ' o n ait enregistr6 la nuit enti6re ou u n e deminuit, c o m p o r t a n t a u m o i n s 3 cycles de sommeil.
CONCLUSIONS.
U n certain n o m b r e d ' a s p e c t s 61ectrographiques caract6risent le trac6 de l ' e n f a n t n o r m a l entre
cinq m o i s et trois ans. L ' e n d o r m i s s e m e n t est m a r q u ~ p a r l ' h y p e r s y n c h r o n i e t a n t 6 t continue, t a n t 6 t
en bouff6es. Elle se retrouve chez la p l u p a r t des enfants, d a n s t o u t e cette t r a n c h e d'fige. Les pointes
vertex et les pointes rolandiques subissent u n e incontestable 6volution : d ' a b o r d isol6es, elles
deviennent ensuite rdpdtitives et se g r o u p e n t en ~ train de pointes >~tr6s caract6ristiques du ddbut du
s o m m e i l calme, ~ partir de deux ans. Les f u s e a u x ~t 13-14 c/s s o n t particuli6rement amples et a b o n d a n t s vers 6-8 mois, m a i s o n t ensuite tendance ~ d i m i n u e r en a b o n d a n c e et en amplitude.
L ' 6 t u d e de l ' o r g a n i s a t i o n du s o m m e i l a m o n t r 6 les caract6res particuliers du premier cycle : augm e n t a t i o n incontestable avec l'~tge du t e m p s de latence qui sdpare la veille du premier S.P. P a r contre,
le t e m p s total de SIP., p a r r a p p o r t a u t e m p s total de s o m m e i l (6tudi6 sur au m o i n s trois cycles cons6cutifs) est en m o y e n n e de 20 p. 100 avec des variations interindividuelles qui ne semblent pas lides
5, la m a t u r a t i o n .
BIBLIOGRAPHIE
DREYFUSS-BRISAC (C.), SAMSON (D.) et MONOD (N.). L'61ectroenc6phalogramme normal de l'enfant de
moins de trois ans. Etudes n~o-natales, 1958, 7, 143-175.
DUMnnMOXH (G.). Elektroencephalographie im Kindesalter. G. T. Verlag, ed. Stuttgart, 1965, p. 76.
ELLINaSON (R. J.). Ontogenesis of sleep in the h u m a n . In : ~( Experimental Study of h u m a n sleep : methodological problems. ~) LAIRY G. C. and SALZAr~rLO P. ed., Elsevier, Amsterdam, 1975, 129-149.
FISCItOOLD (l-I.), DREYFUS-BRISAC(C.), MONOD (N.), SAMSON-DOLLFUS(D.), KRAMARZ(P.) et BLANC (CI.)
L'6lectroenc6phalogramme au cours de la maturation c6r6brale. XVII e Congr6s de l'association
des P6diatres de langue frangaise. Montpellier, Dehan, 6dit., 1963, 9-37.
GraBS (F. A.) and GIBES (E. L.). Atlas of electroencephalography. Addison Wesley press, Cambridge, 1950,
vol. I, 90-94.
KLIGMAN (D.), SMYnL (R.) and EMDE (R. A.). <~N o n intrusive >~longitudinal study of infant sleep. Psychosore. Med., 1975, 37, 448-453.
KELLAWAY(P.). Ontogenic evolution of the electrical activity of the brain in m a n and in animals. IV international Cong. E.E.G. Acta Med. Belg., edit., Bruxelles, 1957, 141-154.

E.E.G. DE SOMMEIL NORMAL DE 5 MOIS A

3 ANS

345

LAGET (P.) et SALBREUX(R.). Atlas d'61ectroenc6phalographie infantile. Masson, 6dit., Paris, 1967, 71-72.
LENAI/D (H. G.). The development of sleep spindles in the E.E.G. during the first two years of life. Neuropddiatrie, 1970, i, 264-276.
MONOD (N.). Les bouff6es paroxystiques au cours du sommeil de l'enfant de 2 fi 8 ans. Rev. NeuroL, 1963,
109, 340-341.
MONOD (N.) and DUCAS (P.). The prognostic value of the E.E.G. on the first two years of iife. In : <<Clinical E.E.G. of children. >>Almquist et Wilcsell, edit., Stockholm, 1968, 61-76.
NoouEs (B.), SAMSON-DOLLFUS(D.) et VERDURE-PoussIN (A.). 12tude du rythme respiratoire et des pauses
au cours des trac6s E.E.G. de sommeil che7 les enfants de 8, 18 et 30 mois. Rev. E.E.G. Neurophysiol., 1976, 6, 111-115.
ORNITZ (E. M.), RIrvo (E. R.), PARMELEE(T. M.) and WALTER (R.D.). The E.E.G. and rapid eyes movements during REM sleep in babies. Electroenceph. clin. Neurophysiol., 1971, 30, 350-353.
PARMELEE (A. H.), AKIYAIVIA(J. Y.), SCHULTZ (M. A.), WENNER (W. H.), SCHULTE (F. J.) and STERN (E.).
The electroencephalogram in active and quiet sleep in Infants. In : <<Clinical E.E.G. of children. >>
Almquist et Wil<sell, edit., Stockholm, 1968, 77-96.
PARMELEE (A. H.), AKIYAMA(J. Y.), SCHULTZ (M. A.), WennER (W. H.) and SCHULTE (F. J.). Analysis of
the electroencephalogram of sleeping infants. Aetivitas nervosa superior, 1969, 11, 111-115.
PARMELEE (A. H.), BROWN (M. B.) and LA FRANCm (S.). Ontogeny of sleep patterns and associated periodicities in infants. (< Mod. ProbI. Paediat. )~, Karger, edit., Bfde, 1974, 13, 298-311.
PASSOUANT(P.), CADILHAC(J.), DELANGE(M.), CALLAMAND(M.) et EL KASSABGUI (M.). Le sommeil de
l'enfant. In : <<Le sommeiI de nuit normal et pathologique >~, 1965, Masson, 6dit., Paris, 389 p.
PETERSEN (l.), EE~-OLoFSSON (O.) and SELLOEN (U.). Paroxysmal activity in E.E.G. of normal children.
In : <<Clinical E.E.G. of children >~. Almquist et Wiksell, edit., Stockholm, 1968, 167-187.
PETERSEN (I.) and EEG-OLOFSSON (O.). The development of the electroencephalogram in normal children
from the age of 1 through 15 years : non paroxysmal activity. Neuropiidiatrie, 1971, 3, 247-304.
RECHTSCHAVVEN(A.) and KALES (A.). A manual of standardized terminology, techniques and scoring system for sleep stages of human subjects. NIH, Bethesda, 1968, 13 p. off-set.
SAMSON-DOLLFUS(D.) et POUSSIN(A.). Les 6tats transitionnels pr6c6dant et suivant les phases de sommeil
rapide avec mouvements oculaires chez l'enfant de 8 /l 30 mois. Rev. E.E.G. Neurophysiol., 1973, 3,
97-I02.
SAMSON-DOLLFUS (D.), FORTHOMME (J.) and CAPRON (E.). E.E.G. of the human infant during sleep and
wakefulness during the first year of life. <<Neurological and E.E.G. correlative studies in Infancy )).
Griine and Stratton, New-York, 1964, 208-229.
SeHULTE (F. J.) and BELL (E. F.). Bioelectric brain development. An atlas of E.E.G. power spectra in infants
and young children. Neuropiidiatrie, t973, 4, 30-45.
SMITH (J. R.). The electroencephalogram during normal infancy and childhood. Preliminary observation
on the pattern sequence during sleep, J. Gen. psychol., 1938, 53, 471-482.
TANOUAY(P. E.), ORNITZ (E. M.), BOZZO (E.) and DOUBLEDAY(C.). E.E.G. spectra in children during REM
and stage 2 sleep, in Sleep Research, Chase, Stern, Walter, ed. it, U.C.L.A., 1974.3, 81.
TANOUAY (P. E.), ORNITZ (E. M.), KAPLAN (A.) and Bozzo (E. S.). Evolution of sleep spindles in childhood. Electroenceph. clin. Neurophysiol., 1975, 38, 113-124.



Documents similaires


1 s2 0 s0370447577800129 main
1 s2 0 s0370447577800105 main
michel baulac manuel d eeg de l adulte veille et sommeil
travail sommeil vigilance horaires 1
notions sur le sommeil0001
guidelines for the perioperative management saos


Sur le même sujet..