Test Rp Sasori .pdf


Nom original: Test_Rp_Sasori.pdfTitre: Microsoft Word - Test Rp2.docxAuteur: Kyou Sunshine

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.8.5 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 13/05/2017 à 23:55, depuis l'adresse IP 176.147.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 281 fois.
Taille du document: 99 Ko (4 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Au   bout   d'un   long   couloir   sombre   se   trouvait   une   petite   pièce   éclairée   d'une   simple   bougie.   Dans   cette   petite  
pièce  se  trouvait  une  silhouette  frêle  et  chétive  assise  devant  un  bureau,  travaillant  sur  de  toutes  petites  pièces  
de   bois.   Sur   le   plan   de   travail  étaient   disposés  plusieurs  outils   de   modelage   qui   servaient  à   cette   main   habile   à  
donner  vie   a   son   œuvre.     Très   vite   une   main   prenait   vie.   Oui   vraiment.   Cette   main   était  rattachée   à   un   avant  bras  
et   bougeait   toute   seule.   Enfin,   presque  toute   seule.   On   pouvait   voir   de   petits   fils   de  chakra  bleuté   reliés   cette  
pièce   de   bois   à   la   main   de   l'artiste,  elle   faite  de   chair   et   d'os.   Un   corps   particulier   était   allongé   sur   une   grande  
table.  C'était  celui    d'un  grand  homme  à  la  chevelure  de  jais.  La  renommé  de  cet  homme  était  elle  que  sa  mort  
allait   semer   un   grand   désordre   dans   le   village.   Cet   homme   était   le  Sandaime  Kazekage  du   village   caché   du  
sable.  Cependant,  son   corps   n'était   déjà   plus   le   même.   Le   bras   articulé   fut  emboîté  sur   le   corps   de   cet   homme,  
clôturant  ainsi  quelques  heures  de  travail.  Il  ne  s'agissait  d’ailleurs  plus  d'un  homme  sur  cette  table,  mais  bel  et  
bien  d'un  pantin.  Cependant  elle  était  différente  des  autres  œuvres  exposées  tout  le  long  du  couloir  qui  séparait  
l’atelier  du  reste  de  la  demeure.  Le  corps  du  Sandaime  était  un  pantin  certes,  mais  un  pantin  humain.  Son  corps  
était  vidé  de  tout  organes  internes  et  était  à  présent  truffé  d’armes  mortelles.  Seule  son  enveloppe  charnelle  était  
encore   en   partie   humaine.   Seulement   la   décomposition   du   corps   était   stoppé   grâce   à   un   savoir   faire  
invraisemblable   et   secret.   Cette   œuvre   était   sans  doute   la   plus  belle   que  Sasori  ait  faite   depuis  que  Chiyo  lui  ai  
appris  l'art   du  marionnettisme.  Oui   vous   l'avez  bien   compris.   Cet   adolescent,  Akasuna  no  Sasori  venait  
d'assassiner   le   protecteur   de   son   village   natal   pour   en   faire   une   arme.   Pourquoi  ?  Comment  ?  Et   bien…  
Retournons  quelques  instants  en  arrière    
 
Une   douce   brise   soulevait   le   sable   du   désert   cette   nuit   là.   La   peine   lune   trônait   fièrement   dans   ce   ciel   étoilé.   Une  
ombre  juvénile  se  déplaçait  lentement  au  travers  des  ruelles  endormies.  Elle  semblait  se  diriger  vers  les  brèches  
du   village.   L'ombre   du   scorpion  des   sables   rouges,  projetée   sur   les   murs,   était   déjà   souillée   par   le   sang   de  
certains  shinobis  de   son   village...  Sasori  n'accordait   aucune   importance   à   la   vie  humaine   et  ceci   depuis   fort  
longtemps.   Si  bien   qu'il   ignorait  les   pleurs   des   villageois   en   deuils   lorsque   leurs   proches   revenaient   de   mission  
sans   vie.  Sasori  méprisait   la   vie   au   plus   au   haut   point   et   trouvait   la   présence  des   autres   comme   insupportable.  
Depuis  la  mort  de  Komushi,  son  seul  ami  au  sein  de  Suna,  Sasori  n'a  eu  de  cesse  de  transformer  des  cadavres  en  
marionnettes.  Cependant  il   s'en   était   vite   lassé.   Il   lui   en   fallait   plus,   bien   plus   que  Suna  ne   pouvait   lui   procurer.   Sa  
collection  de  marionnette  était  fade  à  ses  yeux,  mais  il  était  conscient  de  ce  qu'il  lui  manquait.  L'enfant  prodige  
avait  réussi  à  créer  ses  propres  techniques  de  marionnettisme  et  pouvait  à  présent  conserver  le  chakra  du  défunt,  
pouvant   ainsi  toujours   user  des  Justus  pour   combattre   après   l'avoir   transformé   en   pantin.   Il   lui   fallait   donc  
des  ninjas  puissants  aux  capacités  hors  du  commun  pour  combler  cette  soif  qui  l'animait  secrètement.  Ici  à  Suna,  il  
y  avait  très  peu  de  personnage  capable  d'intéresser  le  petit  génie  qui  s'était  fait  à  l'idée  de  quitter  le  village.  Après  
tout   il  n'avait   besoin  de   personne.   C'est   donc   accompagné   de   parchemin   d'invocation   et   d'un   kit   de   survit  
que  Sasori  comptait  partir  à  la  conquête  du  désert.    
 
Son   voyage   fut  de   courte   durée  puisqu'il   fut   stoppé   par   un  homme   et  pas   n'importe   lequel.   C'était   bien   un   des  
seuls  shinobis  qui   avaient   vu   le   potentiel   du   scorpion.   C'est   d'ailleurs   ce   dernier   qui   l'avait   fait   entrer   dans   la  
brigade   des   Marionnettes   puisqu'il   voyait   en   lui   un   atout   pour   le   village.  Cette   homme  arborait   fièrement   les  
couleurs   de   Sunagakure:   Le  chapeau   blanc   et   azur   ainsi   que   les   vêtements   traditionnels   du   village…  La   renommée  
de  ce  Ninja  d'exception  se  propageait  bien  au-­‐delà  du  désert.  Cet  homme  était  capable  de  manipuler  la  limaille  de  
fer  ainsi   que   le   champ   magnétique.   Ces   capacités   étaient   à   la   fois   effrayantes   et   fascinante.   En   soit   cet   homme  
pouvait  faire  comme  bon  lui  semblait  et  il  était  vu  comme  le  ninja  le  plus  puissant  de  Suna.  Cet  homme  n'était  nul  
autre  que  le  Sandaime  Kazekage  qui  venait  sans  doute  empêcher  le  jeune  shinobi  de  laisser  les  siens  derrière  lui.  
Les   siens  ?  Cette   bande   d'amateur   sans   aucun   amour   pour   son   art  ?  Ces   mêmes   personnes   qui   regardent   un  
simple  enfant  dans  la  rue  avec  frayeur  ou  mépris  ?  Sasori  se  moquait  bien  des  autres.  Il  fit  face  à  son  Sensei  qui  lui  
avait  apprit  beaucoup   de   choses  durant   ses   études.  Ce   dernier   comprit   bien   vite   qu’il   était   inutile   de   parler   et   que  
Sasori  comptait  partir  de  gré  ou  de  force.  C’est  donc  par  la  force  que  tout  allait  se  jouer.  
 
«    Akasuna  no  Sasori,  je  ne  peux  me  résoudre  à  te  laisser  partir  d’ici.  Alors  je  vais  te  donner  un  défi,  si  tu  me  bats,  je  
te  laisse  partir,  si  tu  gagne  tu  pourras  faire  ce  que  bon  te  semble.»    
 

Les   mots   arrogants   du  kage  ne   manquèrent   pas   de   faire   tiquer   le   scorpion   qui,   dans  un   petit   rire  
provocateur,  accepta  le  défi.  Qui  était-­‐il  pour  oser  le  sous  estimer  de  la  sorte  ?  Il  allait  pouvoir  montrer  l'étendue  
de  ses  talents  et  lui  prouver  que  le  village  avait  raison  de  se  méfier  de  lui.    Sasori  glissa  une  main  vers  l'un  de  ses  
parchemins   l'ouvrant   dans   un   mouvement   habile   et   déterminé,   les   yeux   rivés   vers   son   futur   adversaire.  
Les  kanjis  inscrits  sur  ses  derniers  laissaient  penser  à  des  parchemins  d'invocations.  Sasori  confirma  les  pensées  de  
son  professeur  lorsque  d'un  mouvement  sec,  il  s'ouvrit  le  pouce  sous  un  coup  de  dent,  avant  de  poser  sa  main  
ensanglantée  sur  le  rouleau  de  tissus.  Un  nuage  de  fumée  explosa  autour  du  marionnettiste  avant  de  laisser  place  
à  deux  marionnettes.  L'une  d'entre  elle  était  le  corps  du  jeune  Komushi,  la  première  marionnette  humaine  de  sa  
collection.   Il   avait   apporté  quelques   modifications   à  cette   derrière   lorsqu'elle   lui   fut   retournée.   A  
côté  de  Komushi  se   trouvait   une   autre   marionnette,   celle-­‐ci   inconnue   de   tous.   C'était   sa   dernière   œuvre.   La  
carrure   de   cette   marionnette   était   incroyablement   imposante   et   arborait   une   grande   queue   de   scorpion  
métallique.  Son  visage  était  caché  d'un  voilage,  mais  l'esthétique  globale  de  ce  pantin  était  effrayante.  Son  regard,  
sa   cambrure,   ses   armes…   Hiruko   était   sa   dernière   marionnette   humaine.   Il   avait   récupéré   le   corps   d’un   grand  
shinobi   de   Suna   mort   au   combat   et   voulait   préserver   son   incroyable   puissance.   Il   l’avait   évidemment   aménagé  
pour   en   faire   une   marionnette   offensive,   mais   surtout   défensive.   Quoi   de   mieux   qu’une   marionnette   scorpion  
pour  celui  qui  porte  ce  nom.  En  soit,  Hiruko  était  un  vrai  petit  bijou.  Un  fin  rire  mesquin  se  décrocha  des  lèvres  
du  Kage  qui   ne  prit  pas   au  sérieux  l'invocation   du   pantin.   Ils   étaient   aux   portes   de  Suna,   et  Sasori  ne   s'imaginait  
pas  que  dans  la  roche  des  murailles  était  constituée  du  fer,  de  beaucoup  de  fer.  Dans  une  combinaison  de  signes  
complexes,  la  limaille  de  fer  se  décrocha  de  la  paroi  rocheuse  et  vint  entourer  les  deux  shinobis.    
 
Sans   perdre   le   temps  Sasori  envoya  Komushi  au   front   après   avoir   fait   sortir   les   lames   empoisonnées   qui   étaient  
logées  dans  ses  mains.  Le  but  premier  du  marionnettiste  était  de  paralyser  son  ennemi  pour  lui  offrir  une  mort  
lente  et  douloureuse.  Cependant,  son  adversaire  était  bien  digne  de  son  rang  et  évita  sans  peine  les  attaques  du  
jeune   homme,   formant   rapidement   deux  grands   piques  de   limailles  de   fer  au-­‐dessus  de   lui.   Le   scorpion   envoya  
alors  Hiruko  pour  contrer  son  attaque  puisqu'il  avait  créé  ce  pantin  dans  l'espoir  d'en  faire  un  bouclier.  Sa  défense  
était   particulièrement   travaillée.   Ce   qu'il   n'avait   pas   prévu,   c'est   que   les   lames   présentes   dans   son   ami   seraient  
sensible  au  champ  magnétique  du  Kazekage.  Ce  dernier  pu  sans  difficulté  retourner  son  arme  contre  le  rouge,  le  
transperçant   au   ventre.   Le   jeune   homme  poussa   un   petit   gémissement   de   douleur,   crachant   rapidement   du   sang.  
Il  tomba  à  genoux  au  sol  avant  de  s'écrouler  de  tout  son  long,  souffrant  de  cette  attaque  pour  le  moins  mortelle.  
Le  Kazekage  laissa  apparaître  un  petit  sourire  victorieux  alors  qu'il  s'approcha  du  jeune  homme  pour  le  ramener  
sans  plus  tarder  au  village.  Le  Sandaime  savait  que  Sasori  était  un  maitre  des  poisons  et  qu’il  en  imbibait  toutes  
ses  armes,  il  était  donc  urgent  qu'il  l'emmène  auprès  de  Chiyo  pour  qu'il  se  fasse  soigner.  
 
«     Tu  n'as  pas  l'étoffe  de  partir  tout  seul.  Tu  as  beau  être  un  bon  marionnettiste.  Ta  maitrise  des  bases  est  encore  
bien  trop  faible.  »  
 
A  ces  mots,  un  rire  aux  éclats  brisa  le  silence  qui  venait  de  s'installer  entre  eux.  Le  corps  inconscient  de  Sasori     se  
mit   à  fondre  dans   une   cascade   de   sable.   Comment   un  Kage   avait   il   pu   se   laisser   duper   si   facilement  ?  
Komushi  revint  rapidement  à  l'assaut  dans  le  dos  du  ninja  qui,  dans  un  geste  presque  maladroit,  évita  le  coup  de  
justesse.  
 
«    Un  coup  de  ce  genre-­‐là  été  facilement  prévisible  Sensei…  C'est  vous  qui  m'avez  enseigné  les  bases.  »  
 
Le   rouge   rappela   ses   deux   marionnettes   vers   lui   en   un   simple   mouvement   de   doigt.   Chacune   d'elles   étaient  
manipulées   par   une   main.   Son   regard   noisette   était   d'une   noirceur   sans   pareille.   Il   était   bien   décidé   d'en  finir,  
et  ça   ne   se   terminerait   pas   par   simple   défaite.   Il   allait   vraiment   chercher   à   tuer   son   adversaire   peut   importe   le  
prix.      
 
Plus   ce   combat   s’éternisait   et   plus   la   puissance   du   Sandaime   le   fascinait.   Cependant,   comprenant   bien   la  
puissance  et  la  ruse  de  son  adversaire,  ce  combat  allait  être  dur  à  mener.  De  longues  minutes  s'écoulèrent  comme  
des  heures  et  les  coups  se  multipliaient  et  s'annulaient  réciproquement.  Sasori  était  incapable  de  lui  assigner  le  
moindre  coup  alors  que  son  chakra  diminuait  à  vue  d'œil.    

 
Il  est  vrai  que  Sasori  manquait  d'entrainement,  après  tout  il  passait  le  plus  clair  de  son  temps  au  fin  fond  de  son  
atelier   à   travailler   sur   ses   pantins   pour   les   améliorer   ou   effectuer   ses   commandes.   Les   seuls   moments   où   il  
s'entraînait,  c'était  pendant  les  cours  auprès  de  son  Sensei  ou  de  sa  grand  Mère  Chiyo  qui  se  méfiait  quand  même  
de  la  puissance  de  son  petit  fils.  Donc  le  Sandaime  savait  très  bien  prévoir  certaines  attaques  et  les  contrer  sans  
problèmes.  Cependant   il   ne   faut   pas   oublier   le   fait   que   Sasori   est   un   véritable   génie   autodidacte,   et   par  
conséquent   les   informations   dont   disposait   le   shinobi   du   fer   étaient   en   quelques   sortes  
erronées.  L’orphelin  décida   de   prendre   un   peu   de   distances   pour   pouvoir   relancer   une   attaque  
avec  Komushi.  Cependant  il   fut   stoppé   bien   vite   lorsqu'il   remarqua   une   série   de   signe   rapidement   enchaîné   par  
Sandaime.  Les  limailles  de  fer  qui  volaient  autour  d'eux  se  mirent  à  s'élever  dans  le  ciel  à  une  certaine  distance  en  
même  temps  que  l'homme  levait  son  bras.  Un  grand  amas  noir  commença  à  cacher  la  lumière  de  la  lune  avant  de  
s'abattre  telle  une  pluie  battante  sur  le  jeune  homme.  
 
«  Satetsu…  Shigure.  »  
 
Dans   un   mouvement   défensif,  Sasori  se   protégea   avec   ses   bras   de   cette   averse.   En   touchant   violemment   le   sol,   la  
limaille   souleva   le   sable   en   formant   une   épaisse   fumée   autour   des   deux   adversaires.  Il   était   donc   impossible   pour  
le   moment  de   connaitre   l'ampleur   des   dégâts.   Une   fois   la   fumée   dissipée,  Sasori  n'était   plus   en   face   de   son  
professeur,  mais  il  s'agissait  d'Hiruko.  Kumushi  était  plus  loin,  tellement  détruite  par  cette  attaque.  Dieu  sait  si  le  
jeune   aurait   pu   survivre   à   cela.   Sasori  avait   pu   ramener   son   bouclier   vers   lui  pour   se   protéger  des   coupures  
qu'allait  procurer  la  limaille  projetée  à  une  telle  vitesse.  On  pouvait  voir  une  multitude  de  micro  coupures  sur  les  
vêtements   du   pantin.   Le  Sandaime  laissa   échapper   une   petite   remarque   admirative   en   direction   du   jeune   prodige  
du  fait  qu'il  avait  pu  éviter  son  attaque.  Cependant  ce  dernier  n'attendit  pas  une  seconde  avant  de  reformer  un  
grand   pique  de   fer  pour   repasser   à   l’attaque.  Sasori   avait   pu   éviter   l’attaque   certes,   mais   il   était   tout   de   même  
blesser.  On  pouvait  voir  quelques  petites  plaies  ensanglée  au  niveau  de  ses  bras  et  même  de  son  visage.  Il   prit  le  
contrôle   de   sa   marionnette   depuis   l'intérieur   et   envoya   la   grande   queue   métallique   pour   bloquer   cette   arme  
mortelle.   Le   scorpion   remarquait   bien   ses   forces   s'affaiblir   au   fil   des   attaques.  Décidément…   La   réputation   du  
Kage  était  vraiment  à  la  hauteur  de  sa  puissance.  Jamais  de  sa  vie  Sasori  pensait  faire  face  à  un  tel  adversaire.  Il  
allait  bientôt  être  à  court  de  Chakra  tandis  que  Sandaime  avait  l'air  si  fort  et  si  en  forme.  Comment  allait-­‐il  pouvoir  
l'avoir  ?   Il   n’allait   pas   abandonner.   Il   profita   d'un   moment   de   répit   pour   invoquer   d'autres   marionnettes   de   son  
actuelle  collection  pour  attaquer  le  Sandaime  de  tous  les  côtés  du  moins  pour  l'affaiblir.  Ils  étaient  tous  humains,  
crées  à  partir  des  défunts  du  village  et  quelques  ennemis.  Simplement  dotées  d’armes  blanches  empoisonnées,  
ces  marionnettes  ne  servaient  juste  qu’à  tout  ravager  et  à  toute  vitesse.  C’était  avec  horreur  que  le  Kage  faisait  
face  à  ses  anciens  citoyens.  Prendre  quelqu’un  par  les  sentiments  est  une  preuve  de  fourberie,  mais  comme  on  le  
sait,   Sasori   s’en   moquait   éperdument.   Pour   lui,   le   crime   ou   la   mort   était   une   chose   normale.   Il   envoya   ses  
marionnettes  simplement  pour  occuper  le  kage  pendant  qu’il  préparait  une  autre  attaque,  bien  plus  sadique  que  
les  autres.  Résolu,  le  Sandaime  se  battait  aisément  contres  ces  pantins,  les  détruisant  les  unes  après  les  autres.  
 
Il   profita   de   cette   occasion   pour   faire   cracher   à   sa   monstrueuse   créature   humanoïde   une   multitude   d'aiguille  
imbibée  d’un  poison  mortelle  dans  l’angle  mort  du  Shinobi  du  fer.  Sasori  pensa  une  fois  de  plus  que  son  attaque  
était  vaine  du  fait  qu'il  avait  pu  l'esquiver.     Ses  marionnettes  tombaient  vraiment  comme  es  mouches  et  Hiruko  
était  bientôt  à  cours  d’armes.  Sasori  était  a  présent  en  mauvaise  posture.  Il  fallait  tenté  le  tout  pour  le  tour  dans  
les  prochaines  attaques.  Le  Sandaime  essaya  une  nouvelle  fois  de  raisonner  le  jeune  shinobi  aux  cheveux  rouges,  
en  vain.  C’est  alors  qu’il  ressentit  une  étrange  douleur  a  sa  jambe.  Il  pouvait  sentir  son  sang  brulant  couler  le  long  
de  sa  cuisse.  Cette  douleur  était  telle  un  venin.  Elle  se  rependait  a  une  vitesse  folle  dans  tout  son  organisme.  C’est  
avec   effroi   que   le   Kage   comprit   que   la   roue   venait   de   tourner   en   faveur   de   Sasori   qui   lui,   arborait   un   sourire  
sadique.  Oui  Akasuna  no  Sasori  avait  enfin  réussi  toucher  sa  cible.    
 
Cependant,  le  courage  et  la  force  du  Sandaime  le  poussa  a  continuer  de  combattre  de  toutes  ses  forces.  Il  devait  
arrêter   son   élève   coûte   que   coûte,   même   si   sa   vie   en   dépendait.   Cependant   ce   poison   était   bien   trop   puissant  
pour  lui  permettre  quoi  que  ce  soit.  Le  Sandaime  tenta  une   dernière  attaque,  bien  plus  puissantes  que  toutes  les  
autres.   Il   utilisa   son   champ   magnétique   pour   créer   un   dôme   de   limaille   entre   les   deux   shinobis,   maintenant  

prisonnier.  C’était  l’attaque  ultime  du  Kage  et  personne  ne  pouvait  se  protégé  de  cette  attaque.  Il  allait  lancer  son  
Satetsu  Kaihô.  Cette  technique  consistait  à  disperser  la  limaille  dans  toutes  les  directions  possibles.  De  ce  fait  il  
était   sûr   d’atteindre   Sasori.   Sachant   bien   qu’il   allait   y   rester   à   cause   du   poison   qui   courrait   dans   ses   veines,   il  
pouvait   lui   même   rester   dans   sa   propre   technique,   dans   tous   les   cas   son   combat   s’arrêtait   ici.   Il   prononça   une  
dernière  fois  son  jutsu  après  quelques  mots  sincères,  sonnant  presque  comme  une  dernières  volonté,  avant  que  
l’explosion  de  limaille  ne  transperce  les  deux  shinobis.    
 
La   limaille   retomba   lourdement   autour   d’eux.   Hiruko,   complètement   défigurer   par   cette   attaque   s’ouvrit  
difficilement  pour  laisser  sortir  le  marionnettiste.  Ce  dernier  se  traina  lentement  vers  le  Kage,  visiblement  épuisé  
par   le   combat.   Sandaime   était   face   à   lui,   fronçant   les   sourcils   de   voir   que   son   attaque   fut   vaine   une   fois   de   plus.   Il  
était  visiblement  impressionné  de  l’efficacité  de  son  bouclier  et  reconnaissait  la  force  de  son  protégé.  Ce  dernier  
s’avoua   vaincu   avant   de   retomber   sur   le   sol,   foudroyée   par   le   poison.   Le   regard   de  Sasori  était   sans   aucune  
expression  devant  le  corps  sans  vie  de  son  professeur  qui  avait  tant  misé  sur  lui.  Il  avait  ignoré  les  derniers  mots  
qu’il   avait   prononcés,   puisque   pour   lui   plus   rien   n’avait   d’importance.   Sasori   avait   enfin   gagné.   Le  
jeune  Shinobi  haletait   légèrement,   à   bout   de   force.   Il   n'avait   presque   plus   de  Chakra  et   il   avait   enfin   réussi   à  
mettre   fin   à   ce   combat   interminable.   Le  Sandaime  était   vraiment   très   puissant   et  ne   s'imaginait   vraiment   pas   s'en  
tirer  victorieux.  Un  fin  sourire  presque  sadique  se  dessina  sur  le  visage  du  scorpion  alors  qu'il  se  redressait.  Il  allait  
enfin  pouvoir  faire  une  nouvelle  marionnette,  bien  plus  prestigieuse  que  toutes  celles  qu'il  avait  pu  faire  jusqu'à  
présent.   La   puissance   du   Sandaime   était   telle   qu’il   aimait   déjà   sa   nouvelle   œuvre,   alors   qu’il   ne   l’avait   pas   encore  
commencée.  Cette  marionnette  serait  sa  préférée  et  ça  ne  lui   faisait  aucun  doute.  Dans  un  simple  mouvement  de  
doigts,  Hiruko  s'ouvrit   pour   accueillir   le   cadavre   que   le   Shinobi   déposa   avec   précaution   dans   l’habitacle.   Le   pantin  
commença   à  suivre  le   marionnettiste   qui  prit  une   dernière   fois   route   vers   son   atelier.   Retournant   préparer   son  
départ.  Il   ne   se   faisait   aucun   souci,   il   savait   bien   que   Chiyo   ne   mettrait   pas   son   nez   dans   ses   affaires,   alors   il  
pouvait  travailler  en  paix.  Il  ne  savait  pas  ce  qu’allait  lui  réserver  son  futur  en  quittant  une  bonne  fois  pour  toute  
Suna,   mais   une   chose   est   sûr,   c’est   qu’après   ce   combat,   il   était   bien   décidé   d’agrandir   sa   fabuleuse   et   sordide  
collection.  La  nuit  allait  bientôt  laisser  place  à  une  nouvelle  journée,  alors  il  n’avait  pas  de  temps  à  perdre.  

 


Aperçu du document Test_Rp_Sasori.pdf - page 1/4

Aperçu du document Test_Rp_Sasori.pdf - page 2/4

Aperçu du document Test_Rp_Sasori.pdf - page 3/4

Aperçu du document Test_Rp_Sasori.pdf - page 4/4




Télécharger le fichier (PDF)


Test_Rp_Sasori.pdf (PDF, 99 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


test rp sasori
hst
chapitre 1 partie 4
dans les yeux de la folie
l7fyb3v
du ramdam chez ces dames chap 2 2

Sur le même sujet..