IE 04 Mai .pdf



Nom original: IE-04-Mai.pdfTitre: Mise en page 1 (Page 1)

Ce document au format PDF 1.6 a été généré par QuarkXPress(R) 12.1 / Acrobat Distiller 8.0.0 (Macintosh), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 15/05/2017 à 15:29, depuis l'adresse IP 194.250.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 809 fois.
Taille du document: 2.2 Mo (8 pages).
Confidentialité: fichier public
Auteur vérifié


Aperçu du document


30e année

n°04 - Mai 2017
GRATUIT

www.info-eco.fr
INFORMATIONS ÉCONOMIQUES DU POITOU ET DES CHARENTES • 1ER MENSUEL RÉGIONAL INDÉPENDANT

DOSSIER

Le PB86, entre sport
et business
LE COIN DES LARDONS

SPORT DE HAUT NIVEAU

Un parc aquatique
flottant au lac de
Saint-Cyr

Pour ses 75 ans, le Creps
de Poitiers se réinvente

Le Creps, le Centre de ressources, d'expertise et de performance sportive situé à
Vouneuil-sous-Biard est en plein renouveau. Projet d'établissement, nouveau logo,
investissements … les projets sont nombreux. Cette nouvelle dynamique doit aussi
accompagner la préparation des prochaines olympiades. PAGE 2


L'entreprise AquaZone va installer des jeux
gonflables et flottants sur le lac de Saint-Cyr pour
début juillet. Entre éclats de rire et d’eau, les aprèsmidis au lac promettent d’être fun ! PAGE 7





# * #( . *$(& " & # $)&# ),
$) ')& +++ # $ $ &
$) # & "%! '' #( ! $# $"" # ''$)'
/ & #*$- & * &0 ! " #(












$ # & *$(& &0 ! " #(
)&$'
. #
3 3 & ' %$&(
/ )!! ( # ( !2 & '' &
1
1 )

Vie des Territoires
I 2 I InfoEco Mai 2017
SPORT DE HAUT NIVEAU — NOUVELLE-AQUITAINE

Sportivement vôtre !
Exit les élections révélatrices d'une grande
tension, en ce joli mois de mai, la rédaction
d'info-éco a mis ses baskets pour trouver un
terrain d'entente avec nos lecteurs et c'est sur
les parquets du PB86 que nous avons réalisé ce
dossier exclusif « Business et sport ». Offrant
un véritable spectacle en Vienne, le PB86 c'est
bien plus qu'un club de basket-ball. Entre
l'engagements des bénévoles, l'implication des
partenaires, les événements fédérateurs, le
PB86 ne tarit pas d'idées pour animer le club
et son territoire. A travers ce dossier exclusif,
retrouvez les enjeux économiques du club et
ses projets à venir, mais également rencontrez
des bénévoles qui accordent de nombreuses
heures au bon déroulement de chaque
manifestation et des portraits de partenaires
fidèles prêts à retrousser leurs manches pour
vous faire vibrer à chaque match. Un dossier
qui parle d'aujourd'hui mais aussi de demain
avec l'arrivée tant attendue de l'Arena.
Pour rester dans le thème du sport, le cahier
Info-éco propose un zoom sur le Creps de
Poitiers qui du haut de ses 75 ans forme les
talents sportifs de demain, Jo-Wilfried Tsonga
et Renaud Lavillenie sont passés par là. Nous
avons également rencontré les associés de
Cariocar, le BlaBlaCar des événements sportifs
et la société Cryo16 qui propose de la
cryothérapie, une source de bien-être pour les
sportifs. Et pour vous booster, le coach
poitevin, Ludovic Leroux, vous demande « A
quoi vous jouez au travail ? » Le jeu stimule la
motivation à travers des hormones qui
procurent de l'adrénaline, de la dopamine et
de la sérotonine, alors qu'attendez-vous pour
organiser le jeu dans votre équipe ? Informez
et dopez aux bonnes hormones, place au jeu
de la réussite dans la bonne humeur !
Bonne lecture
Lydia De Abreu,
rédactrice en chef adjointe

INFO-ÉCO
Siège social :
Public Media
5 impasse du Moulin, 86700 Payré
Informations économiques et échos du Poitou-Charentes
Fondateur :
Michel Geniteau
Directeur de publication / Rédacteur en chef :
Roger Anglument
Rédactrice en chef adjointe / Responsable de la rédaction :
Lydia De Abreu
Rédaction :
Mathilde Wojylac
Contact :
Adresse : 48 rue Jean-Jaurès, 86 000 Poitiers
Tél. : 05 49 42 74 30
Mail : info@publicmedia.fr
Site : www.info-eco.fr
Facebook : Info-eco.fr
Twitter @infoecofr
Publicité :
ComWest 2 : 06 81 14 22 06
Abonnement :
99 euros pour un an
Tél. : 05 45 31 06 05
Imprimerie :
L'Éveil - 43 000 Le Puy-en-Velay

Le Creps de Poitiers
se réinvente
Le Creps, le Centre de ressources, d'expertise et de performance
sportive situé à Vouneuil-sous-Biard est en plein renouveau. Projet
d'établissement, nouveau logo, investissements … les projets sont
nombreux. Retour sur cette nouvelle dynamique avec Patrice
Behague, directeur du Creps de Poitiers.
Info-éco / Pouvez-vous
présenter le site en
quelques chiffres ?
Patrice Behague / L'établissement est implanté
depuis 75 ans sur Vouneuil-sous-Biard, à deux
pas de Poitiers. 70 agents
interviennent sur le site. Le
parc de 42 hectares comprend 15 installations couvertes, 17 terrain de sport
extérieurs, 25 bâtiments
dont la restauration et l'hébergement (270 lits). Le site
accueille 156 sportifs, dont
44 de haut niveau et
66 espoirs.
Nous
accueillons une équipe à
demeure : l'équipe féminine de cyclisme FDJ-Nouvelle-Aquitaine-Futuroscope. Le Creps a quatre
missions principales : l'accompagnement du sport
de haut niveau, la formation professionnelle aux
métiers du sport, de la jeunesse et de la vie associative, la recherche et le soutien à la vie associative
locale. Depuis 2009, les
Creps est le site pour la formation initiale des cadres
du ministère en charge des
sports. Chaque année,
quelques 200 professeurs
de sport, conseillers d'éducation populaire et de jeunesse, conseillers techniques et pédagogiques
supérieurs, inspecteurs de
la jeunesse et des sports
viennent se former.
Info-éco / La loi NOTRe a
eu un impact sur votre
fonctionnement, lequel ?
P. B. / Depuis le 1er janvier 2016, c'est la Région
Nouvelle-Aquitaine qui est
propriétaire du patrimoine
du Creps. Elle a en charge
les agents d'accueil, de restauration, l'entretien et la
maintenance du site. Pour
l'instant 18 personnels ont
changé de statut. Nous
avons préparé cette nouvelle étape en construisant
un nouveau plan. Les choses étaient déjà initiées,
mais nous avons saisi cette
fenêtre pour les concrétiser. En nous appuyant sur
les 75 ans du site, nous

Patrice Behague

“ En nous
appuyant
sur les 75 ans
du site,
nous avons établi
un projet
d'établissement
pour continuer à
progresser, pour
nous projeter
en 2023 ”
avons établi un projet d'établissement avec les
agents, les partenaires, les
usagers pour continuer à
progresser, pour nous projeter en 2023. C'est un projet SMART : simple, mesurable, atteignable, réaliste
et temporel. Il est aussi
évolutif pour s'adapter aux
politiques publiques, à nos
partenaires et à notre environnement.
Info-éco / Pouvez-vous
nous expliquer ce nouveau projet d’établissement ?
P. B. / Ce projet part de
nos forces, de nos faiblesses, des opportunités à saisir. Nous avons mis en
avant des axes stratégiques, des objectifs et mis
en place un plan d'actions.
Il existe des indicateurs de
réussite pour évaluer et
ajuster ensuite ce plan
d'actions. Nous sommes
sur un management par le
projet. Le plus compliqué
est de mobiliser l'ensemble des agents sur ce projet, mais il y a eu une très
bonne adhésion de l'ensemble des équipes. Pour
matérialiser ce changement, nous avons aussi
une nouvelle identité
visuelle avec un nouveau
logo : c'est un diamant
brut à tailler. Nous avons
un slogan, notre triple E :
expertise, exigence, excellence. 2017 est l'année du
changement. Nous avons
maintenant entériné notre
feuille de route pour les
deux olympiades à venir.
Info-éco / Sur la formation,

quelles sont vos marges de
progression ?
P. B. / Nous avons une
charte qualité sur la formation aux métiers du
sport, de la jeunesse et de
la vie associative. Nous
développons la formation
tout au long de la vie.
Info-éco / Vous avez eu le
label Grand Insep, à quoi
cela correspond-t-il ?
P. B. / En matière de sport
de haut niveau, les fédérations sportives souhaitent
regrouper leurs efforts pour
que la France soit dans les
cinq premières nations aux
Jeux olympiques et dans les
dix premières aux Jeux
paralympiques. Collectivement, nous participons à
cet élan. Il y a des paliers,
un peu comme un label de
qualité. Le Creps de Poitiers
a obtenu le bronze. Pour
2021, nous visons l'argent.
C'est en amont qu'il faut
avoir pris les bonnes décisions, si Paris accueille les
Jeux olympiques en 2024.
Nous sommes dans un bon
élan, c'est une démarche
structurante pour tous.
Info-éco / L'une de vos
particularités est d'avoir
créé des partenariats en
recherche. Pouvez-vous
nous en dire plus ?
P. B. / Avec le CRITT
Sport et Loisirs, l'université
de Poitiers et l'institut
Pprime, nous avons développé des programmes au
service de la performance
sportive. Actuellement,
nous travaillons sur trois
appels à projets. Avec l'institut français du cheval et

de l'équitation, basé à Saumur, le sujet est l'analyse
des mouvements du cheval et du cavalier lors d'un
concours complet et plus
largement la biomécanique. Le deuxième projet
est un banc de mesures et
d'analyses des flèches avec
la fédération française de
tir à l'arc. La déclinaison se
fera aussi avec un banc
d'analyses pour les arcs.
Avec la fédération française de cyclisme, nous
sommes sur l'analyse du
départ en BMX, car de
nombreuses chutes interviennent à ce moment là.
Peu d'établissements ont
cette particularité.
Info-éco / La Région a voté
un plan d'investissements
pour les prochaines
années, quels sont-ils ?
P. B. / Un plan pluriannuel d'investissements
de 14,55 millions d'euros a
été voté par la Région Nouvelle-Aquitaine. Il y a
745 000 euros qui seront
consacrés à la rénovation
des halles de tennis. Jusqu'en 2021, il s'agit notamment de travaux de réhabilitation des hébergements
(pour avoir une douche et
des toilettes dans chaque
chambre) et la construction
d'un nouveau bâtiment de
80 lits. Des gymnases seront
aussi reconstruits. Des travaux de mise aux normes
des installations, tant sur la
sécurité que l'accessibilité
sont aussi prévus. ◆
PROPOS RECUEILLIS PAR
MATHILDE WOJYLAC

Plus sur : www.cr086.fr.

Vie des Territoires
I 3 I InfoEco

Mai 2017

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE — NOUVELLE-AQUITAINE

Quelles sont les aides à solliciter
pour les entrepreneurs ?
Quatre défis majeurs, sept principes à respecter, neuf actions stratégiques, le schéma régional de
développement économique d'innovation et d'internationalisation est le fruit d'un important travail de
concertation dont l'objectif est de donner à chacun les moyens d'agir.

P

lus de 8 000 personnes ont été
consultées durant
l'année 2016 lors des cinq
ateliers délocalisés à Bordeaux, Pau, Poitiers, Limoges et La Rochelle, mais
aussi par questionnaire,
au total ce sont 1 500 personnes qui ont contribué
à l’élaboration du schéma
régional de développement économique d'innovation et d'internationalisation
(SRDEII)
actuellement présenté lors
des "Rencontres Économie
& Territoires" qui se déroulent jusqu'au 8 juin.

la Région s'appuie sur : la
création d’emplois, l’aménagement équilibré du territoire, le développement
durable, la recherche de
simplification, une vision
large de l’entrepreneuriat,
l’égalité Femmes-Hommes et une volonté de
coopération permanente
avec les acteurs du territoire. Et pour tenir ce cap,
le schéma adopté fixe
9 orientations stratégiques, feuille de route
pour tous les acteurs économiques.

Descriptif

Les transitions régionales

Le SRDEII proposé par
l'équipe de la NouvelleAquitaine est une vision
pour le développement
économique régional pour
les 10-15 ans à venir, il se
traduit par 4 enjeux, 7 principes, 9 orientations. Les
enjeux prioritaires sont : la
création d’écosystèmes
dynamiques, l’innovation,
le développement solidaire
et la complémentarité des
efforts au service du développement économique.
Les 7 principes d'action
pour lesquels s'est engagée

L’environnement des
entreprises se transforme.
La Nouvelle-Aquitaine
accompagnera les entreprises dans ces mutations,
dans un objectif de performance et de création
d’emplois. Parmi ces évolutions, elle proposera des
réponses adaptées à des
défis en résonance particulière avec le territoire :
la révolution numérique,
la transition énergétique
et le déploiement de mobilités et transports intelligents.

La relance des territoires
Les territoires ne sont
pas égaux dans l’accueil
des activités économiques. Le différentiel
d’attractivité tend à s’accroître sur la dernière
décennie au risque de
créer des espaces purement « résidentiels » à faible potentiel économique.
La vie des entreprises est
parfois marquée de phases délicates liées au
manque d’anticipation. La
Région doit faire preuve de
solidarité vis-à-vis des territoires moins attractifs et
soutenir les entreprises en
phase de redéploiement.

Les 9 orientations
stratégiques

L'internationalisation

Les politiques de filières
Première Région agricole d’Europe et 3e Région
pour sa fréquentation touristique, la Nouvelle-Aquitaine a pour ambition d’organiser et de promouvoir
ses « filières » prioritaires,
de mettre en relation les

Les investissements exogènes français
et étrangers en Nouvelle-Aquitaine

réseaux d’acteurs à l’échelle régionale, mais également nationale, transfrontalière et européenne.
Elle favorisera les synergies entre les initiatives
par une contractualisation
entre les opérateurs.

2030 en se diffusant très
largement dans les entreprises, les structures de
développement économique et auprès des
acteurs publics, avec le
souci d’améliorer la vie des
néo-aquitains.

La performance
industrielle

L'entrepreneuriat

La Nouvelle-Aquitaine
veut montrer que la baisse
des effectifs industriels
n’est pas inéluctable en
engageant une politique
volontariste d’amélioration de la performance
industrielle, vers un nouveau modèle d’usine plus
compétitif, centré sur l’humain et respectueux de
l’environnement. Le programme Usine du futur
connaît déjà un beau succès avec 290 entreprises
accompagnées
et
23 millions d'euros d'engagés.

L'innovation

@INvest Nouvelle-Aquitaine / ADI

L’innovation sous toutes
ses formes (produit, service, procédés, usage, organisationnelle, commerciale, sociétale...), doit
permettre d’assurer la prospérité économique et
sociale des territoires en

L’aménagement du territoire reste porté par une
économie territoriale
dynamique. Les politiques
régionales d’appui à la
création- reprise-transmission jouent un rôle
crucial dans le maintien
de la vitalité des tissus
économiques territoriaux.
Toutes les formes d’entrepreneuriat vont être soutenues.

L'économie sociale
et solidaire
Les nombreuses entreprises de l’ESS contribuent
activement au maillage
économique territorial. La
forte demande des jeunes,
les innovations proposées
(économie circulaire, circuit-court, économie culturelle, finance territoriale…) ouvrent des
possibilités de développement, créatrices d’emplois.

Afin d’assurer leur
croissance, les entreprises
régionales doivent gagner
des parts de marché à l’international. La compétition mondiale impose une
offre performante, différenciée et innovante. Il
importe pour les PME et
ETI régionales de faire de
l’international une stratégie de développement qui
s’ancre dans la durée.
Comment ? En augmentant le nombre d’exportateurs régionaux et en
développant les chiffres
d’affaires réalisé à l’international. L'ambition de la
Région est de devenir leader européen en matière
de recherche et d’innovation et être plus attractive
pour les entreprises et les
talents.

Financement
des entreprises
La Région a complété
son soutien aux entreprises par la mise en place
d’outils financiers adaptés
à leurs besoins. Dans un
contexte d’évolution de la
finance, l’intervention
régionale publique aura
pour objet de faciliter,
d’une part, la mise en relation entre l’offre et la
demande, d’autre part, de
couvrir les défaillances du
marché. ◆

Tout savoir sur les aides de la
Région : les-aides.nouvelleaquitaine.fr.

Vie des Entreprises
I 4 I InfoEco

Mai 2017

INDUSTRIE — THOUARS / 79

CEE Schisler prévoit 11 M¤
d’investissements en deux ans
Après avoir embauché une centaine de personnes en début d'année, CEE Schisler, spécialisé
dans les contenants papier à Thouars prévoit d'investir 11 millions d'euros en deux ans pour renouveler
et moderniser l'ensemble de son parc de machines.

A

ujourd'hui David
Schisler, dirigeant
de CEE Schisler,
dit merci à son ancienne
présidente de Région qui, à
la tête du ministère de l'environnement, a mis fin au
sac plastique car depuis,
ses machines tournent à
pleine turbine. Le spécialiste de l'emballage papier
et carton à Thouars dans
les Deux-Sèvres vient de
recruter une centaine de
personnes en début d'année et compte désormais
460 salariés. « Le marché
change, l'interdiction des sacs
plastiques s'est mondialisée et
nous sommes peu de fabricants. Nous venons d'investir
dans deux nouvelles machines
qui nous permettent de réduire
les délais de 18 à 6 mois. L'année prochaine, nous réintégrons deux autres nouvelles
machines et nous allons
moderniser notre parc. » En

De nouvelles lignes pour la fabrication de gobelets vont être
intégrées.
moyenne, l'entreprise tons aux modes de consomconsacre 2 à 3 millions mation d'aujourd'hui, aux
d'euros d'investissements nouvelles tendances. Nous
par an, entre 2017 et 2019 sommes boostés par des
ce sera 11 millions d'euros. clients très exigents. »
« Nous sommes tirés par la
restauration rapide dont la Du sac au gobelet
croissance atteint les 30 %, en
David Schisler est la
2016 l'entreprise à réalisé un 3e génération a la tête de
chiffre d'affaires de 85 millions l’entreprise. La société a été
d'euros, soit une croissance de fondée par son grand-père
10 % par rapport à 2015. Il en 1950 en région parinous faut investir pour rester sienne. « Il est parti avec
productifs. Nous nous adap- deux idées : il a tout de suite

David Schisler a rejoint l’entreprise en 1998. Il a pris la suite de son
père en 2013.
visé l’export et appelé l’entre- Schisler reprend la société.
prise Compagnie européenne Face aux difficultés dans
des emballages. Et il voulait les années 1975, CEE Schisindustrialiser la fabrication ler se diversifie en fabrid’emballage papier, il s’est quant des sacs plastiques.
donc associé à un fabricant « C’est ce qui a sauvé l’entreanglais de matériel. Il s’est prise, mais nous avons arrêté
attaqué aux grands clients : depuis 15 ans. » Car à la fin
les magasins de la Samari- des années 1970, la restautaine, des Galeries Lafayette, ration rapide se développe
les grandes chaînes d’épice- et les chaînes américaines
ries, Franprix. » En 1970, cherche des sacs en papier.
« Si nous nous sommes
l’entreprise déménage sur
Thouars. Son fils, Jacques développés grâce à la restau-

ration rapide, en fabriquant les
premiers sacs pour McDonald’s, puis les feuilles des
hamburgers et les gobelets
pour Subway, Burger King ou
Quick, aujourd’hui il y a un
renouveau avec cette interdiction, rappelle David Schisler.
Nos sacs papier se retrouvent
dans les drives de Leclerc ou
Carrefour, pour les sandwichs,
les pharmacies, les chaînes s’adaptent comme Monoprix et
ses sacs pour fruits et légumes
ou Naturalia. Et il y a de nouveaux développements et de
nouveaux acteurs qui apparaissent comme par exemple
Picard. » ◆
M. W.

Carte d’identité
Création : 1950
Siège : Thouars
PDG : David Schisler
Effectif : 460 personnes
CA : 85 M¤ dont 30 % à
l’export

EMBALLAGE – MÉDIS / 17

La continuité assurée pour Surfilm
Partout, en grande surface, dans des commerces de centre ville ou même au salon de la BD d'Angoulême,
nous avons tous eu dans les mains un sac fabriqué par Surfilm, à Médis, près de Royan.

N

ous avons trois métiers,
détaille le nouveau
directeur général, Seydou Ouattara. Nous fabriquons des
rouleaux de film plastique neutres,
unis, pour les vendre à des professionnels du packaging. Nous produisons aussi les mêmes bobines, mais
imprimées d'un logo ou d'une publicité pour des fabricants d'engrais ou
l'industrie agroalimentaire (les opercules des barquettes par exemple,
NDLR). Et nous proposons aussi des
produits finis. Des films imprimés et
découpés en sacs pour la grande et
moyenne distribution, les commerçants, les produits locaux, les sacs
isothermes ... » Pour cela, Surfilm
utilise 65 % de film issu du recyclage, notamment du film agricole. Même les sacs contenant
les billes de plastiques qui lui
sont livrés, Surfilm les réutilise.

Choix par « affinité »
La PME saintongeaise compte
plus de 700 clients. « Nous produisons près de 300 millions de sacs et
100 millions de mètres linéaires de
film par an », calcule Seydou

Seydou Ouattara devant une machine de production de film plastique.

Ouattara, qui a racheté Surfilm le
27 février dernier. Après
16 années au sein du géant européen du film technique RKW et
une batterie de diplômes en
poche, le nordiste a su convaincre l'ancien dirigeant Pierre
Schoettel. Quatre groupes et
deux particuliers étaient candidats mais « le choix s'est fait par
affinité, confie ce dernier. J'ai choisi
celui qui me sécurisait dans la pérennité de l'entreprise. Il y a eu un accord
d'homme à homme et son profil issu

du métier me plaisait. »

25 millions dans 5 ans
Pierre Schoettel avait lui-même
repris la PME lorsqu'elle était
basée à Surgères (25 salariés) en
2000 avant la transférer en 2013 à
Médis, lors de sa reprise d'Eco
France (100 employés), qui était en
liquidation judiciaire. La première
était spécialiste des sacs en petite
et moyenne série ; La seconde travaillait pour les grandes séries. Les
deux ont fusionné pour donner

« Certains sacs que nous produisons sont des œuvres d'art » se félicite Seydou
Ouattara devant des modèles conçus pour le salon de la BD d'Angoulême.

Surfilm d'aujourd'hui, qui fournit
tout le monde. Pour autant, « dans
le chiffre d'affaires, le but est de réduire
la part de la grande série — sans en
baisser le volume de production —
pour augmenter celle des petites et
moyennes séries, où les marges sont
meilleures. D'ici 5 ans, je veux atteindre 25 millions de chiffre d'affaires »,
pose Seydou Ouattara, auprès de
qui Pierre Schoettel assure la
transition pendant quelques mois
encore. Ensuite viendra pour ce
dernier l'heure de la retraite. Enfin

... il vient de monter une autre
entreprise, Peter et Sonia, spécialisée dans le commerce de vin à
l'étranger. « J'ai la passion de l'entreprise et je n'aime pas bricoler », plaisante t-il.
O. G.

Carte d’identité
Siège social : Médis
PDG : Seydou Ouattara
Effectif : 75 personnes
CA : 16 millions d’euros

Vie des Entreprises
I 5 I InfoEco

Mai 2017

NUMÉRIQUE — POITIERS / 86

Cariocar, le BlaBlaCar
de l’événement sportif
La société vient de s’installer sur Poitiers. Cariocar est une plate-forme de covoiturage dédiée aux
événements sportifs. Elle a été désigné pour représenter la région Nouvelle-Aquitaine au concours “Startup Interconnectées” grâce à sa solution de gestion des transports pour les clubs et associations sportives.

C

ariocar est un site
de covoiturage
événementiel,
avec pour cible principale
le sport. « C'est quand même
plus pratique et plus fun de
se rendre à un même événement à plusieurs, souligne
Alexandre Galiana, associé
de la start-up. BlaBlaCar a
ouvert un marché qui ne cesse
de progresser. Nous venons
segmenter ce marché. Il y a
plus de 6 500 courses en
France chaque année, cela
représente 6,5 millions de personnes qui peuvent covoiturer.
Le potentiel est énorme, après
il faut travailler sur les habitudes. » Cariocar répond à
plusieurs problématiques
du sportif. « Si vous prenez
un covoiturage classique, en
général le lieu de dépose ne
correspond pas au vôtre, notre
solution permet de résoudre
ce problème du dernier kilomètre et de l'horaire. Et dans
la voiture, pendant le trajet,
vous avez au moins un sujet
de conversation en commun. »

quand nous participons à un
événement, de faire connaître
le site et de créer une communauté autour du site. »

Implantation
et développement

Trois des quatres associés de Cariocar qui sont : Christophe Bodelet, Jonathan Daviaud, Stéphane Lamoureux et
Alexandre Galiana.

Tout est parti d'une
expérience personnelle.
« Nous sommes quatre amis
sportifs. Je pratique le trail et
le triathlon, précise Alexandre Galiana. A chaque fois,
mon souci est le transport de
mon vélo, je ne veux pas l'abîmer. Sur les compétitions,
nous retrouvons souvent les
mêmes têtes. Le covoiturage
était aussi une solution pour
faciliter le transport du maté-

riel (ski, surf, vélo …). Et puis,
c'est un retour aux origines du
covoiturage : nous partageons
les mêmes affinités, nous
mutualisons nos moyens pour
nous déplacer ensemble.
Après c'est un mode de
transport qui doit encore
convaincre et devenir peu à
peu un réflexe. »
Avec Christophe Bodelet, Jonathan Daviaud, Stéphane Lamoureux, les qua-

tre associés travaillent sur
cette idée depuis deux ans
maintenant. « Nous apportons chacun nos compétences,
nous sommes assez complémentaires. » La première
version du site est sortie il
y a un an. Pour faire
connaître leur service, une
team Cariocar s'est constituée, composée d'une
trentaine de coureurs.
« L'objectif est de se réunir

Cariocar a été choisie
parmi plus de 10 start-ups
pour représenter la région
Nouvelle-Aquitaine à la
finale nationale du
concours “Start-up Interconnectées” qui se déroulera en décembre à Lyon.
L’association Les Interconnectés cherchent à faire le
lien entre start-ups, acteurs
du numérique et collectivités. « Nous développons un
service annexe qui peut intéresser les collectivités et les
associations. Les clubs sportifs
ont souvent des problèmes
pour se déplacer. L'idée est de
leur apporter un soutien technique, ainsi qu'aux parents en
gérant les aspects monétaires
notamment. » Parmi les autres débouchés, il y a le service aux organisateurs.

« Nous leur proposons de les
mettre en avant. C'est de l'échange de communication,
cela nous permet de gagner en
notoriété. »
Arrivé en Vienne il y a
quelques mois, Alexandre
Galiana a posé ses valise à
Cobalt. « C'est un espace
extra qui va devenir notre centre de développement. » En
partenariat avec la
Fabrique du numérique,
Cobalt et l'ENI (l'école
informatique de Nantes),
Cariocar intègre deux stagiaires. « Et nous travaillons
à des recrutements locaux. »
Accompagné par le Centre
d'entreprises et d'innovation, l'objectif est de développer le site, de réaliser
une levée de fonds, de
continuer à étoffer leur
carnet de contacts et leur
notoriété. « C'est un changement à long terme sur lequel
nous misons, notre travail
s'inscrit dans la durée. » ◆
MATHILDE WOJYLAC

A découvrir sur www.cariocar.fr.

SPORT — L’ISLE-ESPAGNAC / 16

Cryo16 souffle le froid
Erika et Peter Riffaud ont ouvert le premier centre de cryothérapie de Charente, à l'Isle-d'Espagnac,
en mars dernier. Ils ont déjà une triple clientèle d'habitués.

C

a se passe un peu
comme chez le radiologue, s'amuse
Peter Riffaud, co-créateur
du centre de cryothérapie
Cryo16 à l'Isle-d'Espagnac,
près d'Angoulême, avec
son épouse Erika. On entre
dans une petite cabine où l'on
se met en maillot de bain et en
chaussettes de ski — les
gants, on les fournit — et on
s'installe dans la machine, à
moins 130 degrés pendant
trois minutes. Le froid arrive
progressivement, comme un
nuage glacé. »
Ouvert depuis le mois de
mars dernier, ce centre de
cryothérapie a déjà sa
clientèle d'habitués. Une
clientèle variée, qui peut
prendre conseil, où se rassurer lorsqu'il s'agit d'une
première, auprès de Bruno
Gorce, médecin du sport
aujourd'hui à la retraite.

Médical et bien-être
Au début de la cryothérapie, il y a une vingtaine
d'années, l'immersion un
bref instant dans le grand
froid était réservée aux
sportifs de haut niveau,
pour améliorer la récupération ou la préparation.
C'est comme cela que
Peter, marathonien de
44 ans et toujours professeur de sport dans un centre de formation des
apprentis, l'a découverte.
Mais aujourd'hui les bienfaits du froid sont mieux
connus, ce qui permet à
Cryo16 d'avoir déjà deux
autres types de clientèles,
les gens qui souffrent de
pathologies médicales et
ceux en recherche de bienêtre.
« La cryothérapie améliore
la circulation du sang,
explique Peter Riffaud. ça a

chirurgicale. »

Perte de poids, non

Erika et Peter Riffaud dans la cabine de cryothérapie.

un apport anti-inflammatoire.
Cela aide à soigner les douleurs articulaires, l'arthrose,
les rhumatismes, la polyarthrite rhumatoïde, etc. Avec le

froid, le corps sécrète de l'endorphine naturelle qui autorise la réduction de la posologie. Aujourd'hui certaines
mutuelles remboursent même

les séances. Mais cela a aussi
un effet contre certains problèmes de peau comme le psoriasis, l’acné ou les œdèmes survenus après une opération

Mais cette technologie
apporte aussi du bien-être.
Elle améliore le sommeil —
Erika, toujours DRH dans
une entreprise, peut témoigner —, et raffermit la
peau. En revanche les créateurs de ce centre refuse de
l'utiliser pour la perte de
poids. « Certains mettent cet
argument en avant parce que
nous brûlons environ
600 calories le temps d'une
séance, mais nous, nous refusons », prévient Peter.
Unique centre de cryothérapie de Charente,
Cryo16 est aussi unique en
France pour ses tarifs. D'ordinaire les prix varient
entre 40 et 60 euros la
séance. Ici, c'est 30 euros. ◆
O. G.

Vie pratique
I 6 I InfoEco

Avis d’expert

COACHING AVEC ... Ludovic Leroux

A quoi vous jouez
au travail ?

Motiver une réserve en
cas d’accident du travail
En tant qu’employeur
vous avez le droit d’émettre des réserves sur le
caractère professionnel de
l’accident de travail de
l’un de vos salariés. Pour
être recevable, ces réserves doivent répondre à
des critères très précis.
Voici les différents types
de réserve qui peuvent
être émises :
Sur les circonstances de
temps et de lieu
Florence Grelier, conseillère
Pour motiver votre employeurs à la CPAM
réserve, vous devez indiquer que l’accident a eu lieu en dehors du travail en précisant les circonstances supposées de l’accident ou en
apportant un élément de contexte montrant que l’assuré
n’était pas présent au moment supposé de l’accident.
Sur la cause totalement étrangère au travail
La cause totalement étrangère au travail ne peut résulter que des actes du salarié impliquant une rupture du
lien de subordination.
Sur un état pathologique antérieur
Dans ce cas, vous mettez en cause la réalité du fait
accidentel, vous devez apporter des éléments, par exemple des propos de l’assuré ou de tiers, faisant état d’un
état pathologique antérieur.
Sur l’absence de témoin
Dans votre argumentaire, vous devez t préciser que l’absence de témoin est anormale, au regard du contexte du
travail de la victime.
Sur la déclaration tardive de l’accident par l’assuré
Un sinistre déclaré le lendemain de l’accident ou à l’issue d’un week-end ou d’un jour férié peut faire l’objet
d’une réserve si celui-ci a eu lieu sur une plage horaire
normale de travail ; ou que les membres de l’encadrement
ou des personnes habilitées à rédiger la déclaration d’accident du travail, étaient présents à l’heure supposé de
l’accident.
Sur la faute intentionnelle de la victime
La faute intentionnelle suppose un acte volontaire
accompli avec l’intention de causer des lésions corporelles ; vous devez donc décrire un cas de violence de la victime, à son initiative, dirigée contre elle-même ou un tiers.
Réserves multiples
Dans certains cas, vous pouvez émettre plusieurs réserves qui, prises indépendamment pourraient être considérées comme non motivées mais qui, prises ensemble,
jettent un doute certain sur le caractère professionnel de
l’accident.
Quand la formuler
Il est préférable de formuler une réserve le plus tôt possible, c’est-à-dire lors de la déclaration d’accident de travail
ou de trajet, et dans le 1er délai d’instruction.
Comment procéder sous le site net-entreprises-fr ?
Lors d’une DAT en ligne, il suffit de le préciser dans le
champ libre proposé à l’étape 3, et/ou d’annexer un courrier en pièce jointe (format jpg, pdf, xml, doc) à l’étape 7.
Comment est-elle traitée ?
Une réserve « motivée » va systématiquement attirer
l’attention de la CPAM. Vous recevez alors un questionnaire, ainsi que la victime et éventuellement le témoin
ou à la 1ère personne avisée, adapté aux réserves que
vous avez formulées. Au retour des questionnaires et selon
le cas, une enquête peut être diligentée.
Les deux parties sont ensuite invitées à consulter le
dossier 10 jours avant que la CPAM ne statue définitivement sur l’accident.
Si la réserve est non motivée, la CPAM peut d’emblée
décider de prendre en charge (ou non) un accident du travail selon les éléments figurant sur la déclaration et le certificat médical initial. Elle peut également engager une
instruction contradictoire de sa propre initiative et ce, malgré l’absence de réserve. l’absence de réserve ne vaut pas
reconnaissance tacite du caractère professionnel de l’accident. Par contre, sans réserve sur les circonstances de
temps et de lieu, l’employeur reconnaît implicitement que
l’accident s’est bien produit en temps et lieu du travail.

Contact :
Florence Grelier : contact-employeur@cpampoitiers.cnamts.fr et le site www.dsn-info.fr.

Mai 2017

C

ette question peut
vous surprendre
et pourtant… De
nombreuses entreprises
font appel à mes services
pour les aider à mieux travailler en équipe : Être plus
performant et avoir plus
de cohésion !
Hors pour bien travailler
en équipe, encore faut-il
jouer le même jeu !
Alors, à quoi jouez-vous
au travail ?
Peut-être êtes-vous en
train de vous dire « Le travail, c’est sérieux, on ne
joue pas ! On bosse ! »
J’accompagne depuis
plus de 10 ans des sportifs
de haut-niveau dans leur
préparation mentale et
leur efficacité personnelle
et collective. Pour autant
que je sache, leur métier
est de jouer ! Et je peux
vous assurer que c’est très
sérieux. Passez une
semaine avec eux, vous
verrez si ce n’est pas
sérieux !
Donc nous pouvons
jouer
sérieusement
chaque jour à une activité
professionnelle. Si vous
lisez ou écoutez les témoignages de grands chefs
d’entreprises comme Bill
Gates ou Richard Branson,
vous verrez qu’ils font souvent allusion au jeu, au
plaisir, à la passion !
Quels sont les avantages
à transformer votre entreprise, votre activité en jeu ?

1) Nous jouons tout le
temps, depuis la nuit
des temps !
Nous sommes nés pour
jouer ! C’est la meilleure
façon d’apprendre, les animaux jouent pour apprendre la survie, c’est vraiment inné en nous !
Nous passons notre
temps à jouer de manière
inconsciente dans nos
relations, dans nos activités sportives, en nous donnant des défis, des challenges …
Nous utilisons d’ailleurs
beaucoup de phrases en
lien avec le jeu : « A quoi tu
joues ? », « D’entrée de
jeu… », « C’est un jeu malsain… », « Gagner sa
vie… »...
Puisque nous jouons
tout le temps inconsciemment, autant l’accepter et
de faire de son travail un
jeu professionnel !
Vous allez ainsi avoir
des entreprises qui vont
jouer à des niveaux diffé-

Ludovic Leroux

“ Nous passons
notre temps à jouer
de manière
inconsciente
dans nos relations,
dans nos activités
sportives,
en nous donnant
des défis,
des challenges … ”

rents :
- Des entreprises de
haut-niveau avec des
joueurs professionnels,
consciencieux, conscient
du rôle et du jeu à jouer
chaque jour
- Des entreprises de
niveau semi-professionnel
avec des écarts entre les
objectifs et les résultats,
des écarts entre les joueurs
- Des entreprises amateurs avec des joueurs
amateurs qui n’élèvent pas
le niveau de l’entreprise,
qui se contente de participer à un jeu qui n’ont pas
forcément envie de jouer !

2) Le jeu stimule la
motivation !
Comment êtes-vous
quand vous jouez à un jeu
de société entre amis, ou
que vous allez démarrer
votre match, votre jeu
vidéo… Rappelez-vous
cette énergie qui montait
quand vous alliez commencer un jeu étant
enfant !
Le jeu stimule des hormones dans notre corps :
- L’adrénaline : qui
apporte l’excitation avant
de commencer le jeu ! Ce
qui apporterait aussi l’énergie pour commencer la
journée de travail
- La dopamine : qui stimule votre plaisir à trouver
des solutions pour avancer
et progresser dans votre
activité ! Ce qui apporterait
de la motivation dans la
recherche de solutions
pour atteindre les objectifs
- La sérotonine : qui stimule le besoin d’accomplissement et de fierté à
progresser dans l’entreprise. Ce qui apporterait
l’envie de chacun de progresser et passer à un
niveau supérieur.

- L’ocytocine : qui stimule l’envie de collaborer
et de se soutenir dans les
challenges et défis. Ce qui
apporterait l’entente et
l’esprit d’équipe au sein de
l’entreprise.

3) Appliquer les
mêmes règles du jeu !
Si vous décidez de jouer
à un jeu, autant jouer avec
les mêmes règles ! Cela
paraît évident mais ce
n’est vraiment pas le cas
dans toutes les entreprises !
Les règles du jeu sont un
peu les valeurs de l’entreprise. Elles sont souvent
définies mais pas forcément appliquées par tout
le monde. Vous imaginez
ce que cela peut produire
de jouer à un même jeu
sans avoir les mêmes
règles ? Cela provoque de
l’injustice, de la démotivation …
Il faut mieux passer du
temps à bien expliquer les
règles plutôt que d’être
contraint à donner des cartons jaunes et des cartons
rouges !

4) Organiser le jeu
dans l’équipe !
Si le travail en lui-même
est un jeu, il en existe un
autre au sein du jeu : Les
relations !
Les relations sont le terrain de jeu préféré des
êtres humains. Nous passons notre temps à jouer
des jeux de pouvoir, de
manipulation, de séduction, de protection …
Même si vous avez les
meilleurs joueurs pour
votre entreprise, si vous
n’avez pas de bonnes relations dans l’équipe, vous
n’arriverez jamais à obtenir de bons résultats !

Prêt à jouer le jeu ?
Si vous n’êtes toujours
pas convaincu, observez,
écoutez les gens autour de
vous et vous verrez tous
ces jeux apparaîtrent ! Passez 1 h avec moi et je montrerais comment se créent
les jeux, comment ils s’articulent, pourquoi les gens
ont ces comportements …
Le plus important est de
comprendre que si vous ne
vous mettez pas à jouer
sérieusement dès maintenant avec vos propres
règles, vous rentrerez
inconsciemment dans le
jeu de quelqu’un d’autre,
avec ses règles à lui. Cela
est réel aussi bien dans la
sphère professionnelle que
personnelle.
Si vous êtes convaincu
que vous êtes déjà en train
de jouer mais que vous
souhaitez augmenter votre
niveau de jeu personnel ou
celui de vos équipes,
contactez-moi et je vous
montrerais comment mettre en place un programme
d’entrainement pour progresser très rapidement.
Prêt à relever de nouveaux défis, de nouveaux
challenges ?
Prêt à jouer le jeu à
200 % ?
Alors, à quoi jouez-vous
au travail ? ◆
LUDOVIC LEROUX

Coach, consultant et conférencier
Préparateur mental de sportifs
de haut-niveau
Créateur de « Play The Game »
Mail : ludovic@myasee.com
Tél : 06 22 41 03 75

Tourisme
I 7 I InfoEco

Mai 2017

LOISIRS — VIENNE

Un parc aquatique flottant
au lac de Saint-Cyr

LES BRÈVES

de l’Agence Touristique de la
a Vienne

Drop’In W
WaaterJump de Vivoonne

©Momentum Productions

L'entreprise girondine AquaZone va installer des jeux gonflables
et flottants sur le lac de Saint-Cyr pour une ouverture au public
début juillet. Entre éclats de rire et d’eau, les après-midis
au lac promettent d’être fun !

A

quaZone est une
zone de jeux aquatiques gonflables et
flottants qui mêle des escalades, des glissades, des sauts,
courses, nages ... sur des
trampolines, des balançoires,
des toboggans et catapultes …, explique son président Joël Khamassi. Nous
sommes la première entreprise française qui dispose
d’une expérience de plusieurs
années dans le domaine de
créations de parcs aquatiques
flottants sur plans d'eau
douce ou salée auprès de stations balnéaires**. »
L’entreprise a choisi la
Vienne pour implanter
une de ses créations.
« Dans nos recherches, notre
attention a été attirée par le
lac de Saint-Cyr, le site est
magnifique. Nous débuterons
cette année par une structure
de taille moyenne, 1 500 m2
environ qui sera installée près
de l’actuel toboggan, dans le
prolongement de la plage.
Ensuite, si tout marche bien,
des éléments supplémentaires
seront apportés chaque été. »
A ce titre, une convention
d’occupation et d’exploitation de 3 ans a été signée
avec la société anonyme
pour la gestion et l'anima-

0I TVMRXIQTW IWX Pɦ 4VSƤXI^ IR TSYV EPPIV ZSYW VEJVEɴGLMV
IX HɯTEWWIV ZSW PMQMXIW IR ZSYWW TVSTYPWERX HY TPYW LEYX
XVIQTPMR HI *VERGI EY ;EXIV .YQ
QT HI :MZSRRI
EZVMP PERGI^ ZSYW WY
YV PIW XSFSKKERW
XSFSKKERW TMWXIW
(ɮW PI EZVMP
WYV
GPEWWɯIW HI ZIVXIW ɦ RSMVIW GSQQI TSYV PI WOM MP ] IR E
TSYVXSYWPIWRMZIEY\ ɦTEVXMVHI ERW )RWOM WRS[ FSYɯI







FSH]FSEVH HɯGSYZVI^ HIW WIRWEXMSRW YRMUYIW
Plus d’infos au 05 49 36 83 13
ou sur drropinwaterjump.fr/fr/vivonne

Des pâtes « made in Vienne »
dans vos assiettes

La structure AquaZone sera installé e de` s le mois de juillet.

tion du Parc de loisirs.

Une activité
intergénérationnelle
L’AquaZone assure le
relais ludique et sportif des
clubs de plage pour petits
enfants. Les grandsparents, les parents avec
leurs enfants de plus de six
ans peuvent partager
ensemble des moments
conviviaux et les adolescents sont friands de ce
type de jeux aquatiques,
parfaits pour se dépenser,
se distraire, bronzer et
papoter entre amis. « Nous
proposons une bonne alternative à l’inaction des jeunes
gens sur les plages ou dans

les rues. J’ajoute que les colonies, les associations, les centres aérés, écoles, sont très
intéressés par la formule car
en plus d'amuser les jeunes,
cela rentre dans leur programme de lutte contre l’obésité. Une demi-heure de course
sur les parcours d'obstacles
consomme autant de calories
qu’un footing de trois heures ! » L’AquaZone est
installée et démontée en à
peine trois jours. Parfaitement écologique, elle fonctionne silencieusement,
sans électricité ni carburant, ni émission de CO2, il
y a juste le bruit de l’eau.

La sécurité enjeu n°1
La sécurité est assurée
par des maîtres nageurs
sauveteurs diplômés et
expérimentés, situés de

façon à surveiller tous les
angles. Le port de gilet de
sécurité est obligatoire et
cette prévention continue
durant toute la journée.
« Des encadrements spécialement adaptés pour les handicapés seront proposés afin
que chacun puisse s’amuser
comme tous les autres
enfants », souligne Joël Khamassi. Entre éclats de rire
et éclaboussures, AquaZone promet du fun pour
tous en toute sécurité. ◆
A. R.

A savoir :

La page Facebook d’AquaZone
Saint-Cyr a lancé un appel à
candidatures afin de recruter
des personnels sauveteurs.
Ouvert 7j/7 de 11 h à 19 h, de
juillet à septembre.

Le lac de Saint-Cyr

Pour s’amuser en toute sécurité.

La structuure propose un parcours d’obstacles.

Le lac de Saint-Cyr, c’est un écrin de verdure de 300 hectares
dédiés au sport, à la nature et à la détente autour d'un plan d'eau
de 85 hectares. Il y a des terrains de beach-volley, de football, et
multi-sports, une aire de pique-nique avec barbecues, des sentiers pédestres et de randonnées cyclistes, une aire de jeux pour
enfants, un toboggan aquatique pour les enfants de 4 à 12 ans et
un circuit parcourant la réserve ornithologique. Il est possible de
louer des kayaks, des canoës, des pédalos, des vélos. Le parc de
Saint-Cyr propose trois zones de pêche autour du lac.

Plongez dans le lac de Saint-Cyr.

5YERH SR ZSYW HMX mTɨXIW| ZSYW TIRWI^ ɦ Pŭ-XEPMI # ,ɯ FMIR
HSVɯREZERXZSYWTIRWIVI^EY4SMXSY %ZIGPE*EFVMGŭHŭ





%PMGI
MRWXEPPɯI ɦ 7IRMPPɯ TVɮW HI 'LɨXIPPIVEYPX HɯKYWXI^ HIW TɨXIW
HI GLI^ RSYW MWWYIW HIW GɯVɯEPIW GYPXMZɯIW WYV TPEGI
m(I RSW GLEQTW ɦ ZSXVI EWWMIXXI| GSQQI EMQIRX ɦ PI HMVI
2MGSPEW IX %PMGI UYM GYPXMZIRX PI FPɯ HYV IX TVSHYMWIRX PIYVW
TɨXIW WYV PIYV I\TPSMXEXMSR
'IW TVSHYMXW WSRX IR ZIRXI ɦ PE 1EMWSR HY 8SYVMWQI IX
HY 8IVVSMV HI 4SMXMIVW TPEGI 'LEVPIW HI +EYPPI IX WYV
www
w.boutique-terrrooirr..com
Plus d’infos au 05 17 84 23 23.

Vous n’imaginez
pas ce qui
vous attend.
E
L
L
E
NOUV TION
C
A
R
T
AT

e
r
i
a
n
i
d
r
o
a
r
t
x
E
ge
L’
a
y
o
V

Société du Parc du Futuroscope, capital de 6 504 455 €, siège social : BP 2000 - 86130 Jaunay-Clan, RCS de Poitiers B 444 030 902. Cube Créative/B.Comtesse/Brune/Futuroscope.


Aperçu du document IE-04-Mai.pdf - page 1/8
 
IE-04-Mai.pdf - page 3/8
IE-04-Mai.pdf - page 4/8
IE-04-Mai.pdf - page 5/8
IE-04-Mai.pdf - page 6/8
 




Télécharger le fichier (PDF)


IE-04-Mai.pdf (PDF, 2.2 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


ie 04 mai 1
ie fe vrier
ie2 sports
news otre idf 20 janvier 2016
ie 06 septembre
ie2 silver eco

Sur le même sujet..