Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils Recherche Aide Contact



Otite chronique chez le chat .pdf


Nom original: Otite chronique chez le chat.pdf
Titre: Mise en page 1

Ce document au format PDF 1.6 a été généré par QuarkXPress(R) 8.16, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 25/05/2017 à 10:51, depuis l'adresse IP 90.10.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 473 fois.
Taille du document: 339 Ko (2 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


N 435-EXE_Mise en page 1 27/01/17 11:24 Page14

Chat

CONGRÈS

Otites chroniques
Les spécificités de l’espèce féline
En otologie aussi, le Chat est loin d’être un petit chien ! En effet, les otites chroniques du Chat et du Chien différent
considérablement, tant du point de vue étiologique que clinique. À l’occasion du congrès national de l’Afvac 2016,
le Dr Pascal Prélaud a fait le point sur les diverses causes d’otite chronique chez le Chat.

L’oreille moyenne (la bulle tympanique) du chat se caractérise par la présence d’un septum osseux qui la divise
en deux compartiments distincts. Ce septum est absent
chez le chien. Chez le chat, les otites allergiques sont rares
alors qu’elles sont prépondérantes chez le chien (dermatite atopique notamment). De plus, le conduit auditif
externe du chat n’a pas tendance à se fermer par sténose
inflammatoire comme chez le chien. Enfin, la fréquence
des otites moyennes est élevée dans l’espèce féline (otite
sécrétoire ou suppurée, polypes nasopharyngés).

2
Aspect typique d’un polype dans le conduit auditif externe.

Les quatre causes d’otite chronique chez le chat sont,
par ordre de fréquence :
• les bouchons cérumineux proximaux (au tympan), générés par une accumulation de cérumen ;
• les polypes nasopharyngés qui prennent naissance dans
l’oreille moyenne et sortent dans le conduit auditif externe
(CAE) ou dans la cavité buccale, sous le voile du palais.
Les jeunes chats sont les plus concernés et une prédisposition raciale est clairement établie pour le Maine coon ;

1

Les examens complémentaires nécessaires en otologie
féline sont la cytologie, l’oto-endoscopie et la tomodensitométrie qui permet un diagnostic de certitude (notamment lors d’otite moyenne) ainsi qu’un bilan d’extension
loco-régional des lésions (lyse osseuse, atteinte des tissus
adjacents).

Approches thérapeutiques
Après nettoyage du CAE sous anesthésie générale, un
polype a un aspect assez typique : généralement ovoïde,
lisse et pédiculé, non adhérent aux parois du méat acoustique (photo 2). L’examen tomodensitométrique permet
de définir l’ampleur de l’otite moyenne associée (et de
vérifier l’oreille moyenne controlatérale). L’extraction du

© Clinique Advetia

Pascal Prélaud
Diplômé du Collège
Européen de
Dermatologie Vétérinaire
Spécialiste en
Dermatologie Vétérinaire
Clinique Advetia
Paris (75)
prelaud@advetia.fr

L’otodectose n’est pas abordée ici car il s’agit d’une otite
parasitaire aiguë dont la prise en charge ne pose pas de problème particulier.

© Clinique Advetia

Étiologie des otites chroniques

• les otites moyennes sécrétoires ou suppurées, asymptomatiques en début d’évolution, puis responsables de prurit et/ou de signes neurologiques par la suite ;
• les tumeurs de l’oreille externe ou moyenne (carcinome
épidermoïde, céruminome, cystadénocarcinosarcome).

© Clinique Advetia

Une prédisposition raciale est avérée pour les polypes nasopharyngés.

3
Masse tumorale d’aspect polypeux (céruminome malin).

N°435 du 2 au 8 février 2017

14

N 435-EXE_Mise en page 1 27/01/17 11:26 Page16

Chat

CONGRÈS

polype est possible par traction douce sur le pédicule s’il
est accessible. Le nettoyage du CAE et de la bulle est
ensuite réalisé (après intubation systématique du chat)
avec du liquide physiologique. L’approche par bullotomie
ventrale est également envisageable : elle permet de retirer l’intégralité du polype et du pédicule et de bien nettoyer la bulle tympanique. Les complications (syndrome
Claude Bernard Horner essentiellement) sont cependant
plus nombreuses avec cette dernière technique (50 % vs
8 %), mais sont réversibles en quelques semaines. Le
polype est soumis à l’analyse histologique. L’antibiothérapie est adaptée à l’antibiogramme (prélèvement du pus
avant nettoyage) et poursuivie jusqu’à la guérison complète
de l’oreille. Des corticoïdes sont prescrits une semaine. Les
risques de récidive ne sont pas négligeables (15 %, par voie
endoscopique transtympanique ou par bullotomie ventrale)
et la cicatrisation du tympan n’est pas systématique.
L’examen tomodensitométrique est indispensable lors
de suspicion tumorale : il permet de visualiser la tumeur
et son extension locale et régionale (hypertrophie des
nœuds lymphatiques de drainage). Les tumeurs du CAE
chez le chat sont le plus souvent malignes et le pronostic
est réservé (photo 3). Le traitement consiste en l’ablation totale du CAE associé à une bullotomie ventrale.
Après analyses bactériologique du pus et histologique
de la masse ou du CAE ôté, un traitement adjuvant de
radiothérapie peut parfois être proposé.

pour évaluer les deux oreilles moyennes et distinguer
d’éventuelles néoformations. Lorsque le tympan est intact,
on réalise une paracentèse à l’aide d’une sonde urinaire
en partie caudale de la pars tensa puis le pus est récolté stérilement et soumis à l’examen cytologique et à la culture
bactériologique. La bulle tympanique est ensuite irriguée
par du NaCl jusqu’à l’obtention d’un liquide clair. L’antibiothérapie est adaptée à l’antibiogramme, des corticoïdes
sont prescrits une semaine.

Les otites moyennes sécrétoires ont divers aspects : la pars
tensa du tympan apparaît opacifiée, granuleuse, gonflée
par la présence de pus dans l’oreille moyenne (photo 4).

Bouchon cérumineux proximal.

Otite moyenne : opacification tympanique et contenu purulent visible dans l’oreille
moyenne.

Parfois, des bulles d’air emprisonnées dans le liquide sont
visibles par transparence.
Si le tympan est rompu, l’écoulement de pus peut être
visualisé. L’examen tomodensitométrique est nécessaire

© Clinique Advetia

5
Lorsqu’ils sont petits et peu gênants, l’instillation d’un produit
céruminolytique deux fois / semaine pendant deux mois peut
être tenté. Si cela ne suffit pas ou lors de bouchons volumineux et douloureux pour le chat, une extraction sous anesthésie générale est préconisée. Pour les retirer, il est préférable d’irriguer le CAE avec du NaCl, au plus près du bouchon
jusqu’à ce que celui-ci soit délogé. Son extraction est ainsi facilitée et le tympan ne risque pas d’être endommagé. Si la
cytologie révèle la présence de levures ou de bactéries, le
traitement topique est adapté. Pour éviter les récidives, il
convient de nettoyer et lubrifier le CAE régulièrement.
© Clinique Advetia

4

Les bouchons cérumineux sont très fréquents dans l’espèce féline. Le plus souvent coincés au fond du CAE,
ils apparaissent sous forme de masses noirâtres, dures
et friables (photo 5).

Les otites chroniques du chat ne ressemblent donc pas à
celles du chien. La tomodensitométrie apporte une aide
précieuse et permet une prise en charge adaptée à chaque
cas. n
Caroline Siméon
Docteur vétérinaire
L’auteure et la rédaction remercient
le Dr Prélaud pour la relecture attentive
et le prêt des illustrations.
N°435 du 2 au 8 février 2017

16


Otite chronique chez le chat.pdf - page 1/2
Otite chronique chez le chat.pdf - page 2/2

Documents similaires


Fichier PDF otite chronique chez le chat
Fichier PDF byebye vol21vol3 vf 002
Fichier PDF greiveldinger zoe bac 3 groupe 9 acces a la bulle tympanique
Fichier PDF acces a la bulle tympanique szymezak marie
Fichier PDF oreille
Fichier PDF fiche r v otites


Sur le même sujet..