couille1 .pdf



Nom original: couille1.pdf

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Zamzar, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 28/05/2017 à 21:03, depuis l'adresse IP 85.26.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 346 fois.
Taille du document: 249 Ko (44 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Partie Q1
Réponses implicites
Aucune  N

Toutes  T

Chapitre 1
Questions


A propos de l’organisation générale d’un individu
• Un plan sagittal partage le corps en deux moitiés antérieure et postérieure
• La cavité dorsale comprend les cavités crânienne et vertébrale
• Le médiastin ne fait pas partie de la cavité thoracique
• L’hypogastre est situé dans le quadrant supérieur droit de la cavité abdominale



Concernant les systèmes de régulation physiologique
• Le contrôle de la fréquence cardiaque est un exemple de contrôle antagoniste
• L’homéostasie dépend principalement de mécanismes de rétroaction négative
• Un mécanisme de rétrocontrôle positif n’est pas nécessairement pathologique
(accouchement par exemple)
• Comme mécanisme de contrôle, le système nerveux est plus spécifique que le système
endocrinien



A propos de l’étude des phénomènes biologiques
• L’approche mécanistique analyse le processus et répond à la question pourquoi
• Une propriété émergente est prévisible à partir de l’analyse des constituants d’un système
• Il est impossible de prédire une propriété résultante
• Selon l’émergence, le tout est plus que la somme de ses parties



Le glucagon :
• Stimule la néoglucogenèse
• Inhibe la glycogénolyse (=conversion glycogène en glucose)
• Exerce un effet synergique à celui de l’insuline
• Est synthétisé par des cellules beta des îlots de Langerhans (pas vu en cours ?)



En cas d’élévation de la pression artérielle, les barorécepteurs :
• Transmettent des influx inhibiteurs au centre vasomoteur mésencéphalique
• Induisent une vasodilatation des artérioles




Stimulent l’activité orthosympathique
Augmentent la force de contraction cardiaque

Réponses
Q
1

R
B

Q
2

R
T

Q
3

R
D

Q
4

R
A

Q
5

R
B

Explications


A propos de l’organisation générale d’un individu
• Faux, partie droite et gauche
• Oui
• Faux, fait partie de la cavité thoracique, dans la cavité centrale
• Faux, entre le quadrant inférieur droit et gauche



Concernant les systèmes de régulation physiologique
Réponses à partir de la page I-20



A propos de l'étude des phénomènes biologiques
• Non, le processus répond à la question "comment" ? (page I-16)
• Ne sont pas directement déductibles des propriétés de ses composantes
• Elles sont prévisibles par calcul de la somme des caractéristiques de tous les éléments
• Réponses page I-2



Le glucagon :
• Réponse page I-32
• Faux, stimule
• Faux, antagoniste
• Est synthétisé par des cellules alpha



En cas d’élévation de la pression artérielle, les barorécepteurs :
• Dans le bulbe rachidien = myélencéphale
• Réponse page I-31
• Inhibent l’activité orthosympathique
• Diminuent la force de contraction cardiaque

Chapitre 2

Questions


A propos des membranes cellulaires
• Les glucides sont localisés sur la face intracellulaire
• Les protéines intrinsèques ne se déplacent pas dans la couche bipidique
• La queue des phospholipides sont hydrophobes
• Elles ne contiennent que très peu de cholestérol



Le liquide interstitiel
• Est pauvre en sodium
• Est pauvre en ions chlore
• Contient moins de 5% de l’eau totale de l’organisme
• Est riche en albumine



Au travers des membranes cellulaires, la vitesse de diffusion (simple) est directement
proportionnelle à
• La surface de la membrane
• L’épaisseur de la membrane
• La taille de la molécule
• La distance à parcourir



La vitesse de diffusion d’une substance au travers d’une membrane est directement
proportionnelle
• À la taille de la substance






À l’épaisseur de la membrane
À l’hydrosolubilité de la substance
À la température locale

A propos du compartiment liquidien intracellulaire :
• Sa concentration en ions Ca+ est plus élevée que celle du liquide extracellulaire
• Son volume est plus élevé que celui du compartiment extracellulaire
• Sa concentration en ions K+ est plus faible que celle en ions Na+
• Sa concentration en ions Cl- est plus faible que celle du compartiment extracellulaire

Réponses
Q
1

R
C

Explications

Q
2

R
N

Q
3

R
A

Q
4

R
D

Q
5

R
D



A propos des membranes cellulaires
• Non, à la surface extracellulaire
• Elles traversent la membrane de part en part
• Réponses page II-3
• Faux, c’est la source de plusieurs substances fabriquées par la cellule. Il joue un rôle très
important



Le liquide interstitiel
• Riche en sodium
• Riche en chlore
• Composé à 90% d'eau
• Protéine plasmatique produite par le foie, maintient la pression osmotique



Au travers des membranes cellulaires, la vitesse de diffusion (simple) est directement
proportionnelle à :
• Réponses pages II-10 et 11
• Faux, INVERSEMENT proportionnelle à l’épaisseur
• Faux, INVERSEMENT proportionnelle à la taille
• Faux, INVERSEMENT proportionnelle au carré de la distance



La vitesse de diffusion d’une substance au travers d’une membrane est directement
proportionnelle
• Inverse
• Inverse
• Inverse
• Oui



A propos du compartiment liquidien intracellulaire :
Réponse page II-21

Chapitre 3
Questions


Au cours de la phase descendante du potentiel d’action
• La perméabilité au sodium est élevée
• Les mouvements de potassium sont faibles
• Une grande quantité de chlore entre dans la cellule
• Le neurone est en période réfractaire



Parmi les cellules gliales, citons
• Les cellules de Schwann qui synthétisent les gaines de myéline du système nerveux central
• Les astrocytes qui régulent la concentration de K+ (potassium) du liquide interstitiel autour des
neurones
• Les oligodendrocytes qui fabriquent la gaine de myéline dans le système nerveux
périphérique
• Les microglies dont la fonction principale est de fabriquer des anticorps



Dans un neurone, le cône d’implantation :
• Est situé à la jonction du corps cellulaire et de l’axone
• Génère le potentiel d’action
• N’est pas entouré d’une gaine de myéline
• Possède, sur sa membrane plasmique, de nombreux canaux à Na+



Le potentiel d’action d’un neurone
• Dépend essentiellement du fonctionnement de la Na+, K ATPase
• Est conditionné par la présence de canaux calciques
• Peut avoir une amplitude variable
• Ne s’observe pas sur les dendrites



A propos des dendrites
• Ils sont riches en mitochondries
• Ils sont parcourus par un potentiel d’action
• Ils peuvent exprimer, sur leur membrane plasmique, des récepteurs cholinergiques
• Les interneurones hippocampiques en sont pauvres



Les neurones moteurs somatiques :
• Sont multipolaires
• Ont toujours un corps cellulaire logé dans le système nerveux central (dans la moelle)
• Sont cholinergiques (récepteur de l’Ach)
• Peuvent être pourvus d’un axone atteignant une longueur d’un mètre (nerf sciatique)



Le potentiel de repos d’une cellule excitable peut être augmenté par :
• Une augmentation de la perméabilité au chlore
• Une ouverture des canaux potassiques
• Une fermeture des canaux au sodium
• Une fixation membranaire de certains ligands



Le potentiel gradué
• Nait au cône d’implantation de l’axone





Peut se déplacer sur une distance de 20 cm
Peut être dû à une ouverture de canaux au K+
Ne s’observe que dans le système nerveux périphérique



Le potentiel d’action d’un neurone du cortex moteur
• Se propage toujours à la même vitesse
• Parcourt l’axolemme
• Ne répond pas à la loi de la sommation spatiale
• Est suivi d’une période réfractaire absolue, due à l’inactivation des canaux au Na+



A propos des synapses
• Dans les synapses chimiques rapides, le récepteur post-synaptique est couplé à une prot. G
• Les synapses électriques font intervenir l’AMP cyclique
• Le neuromédiateur ne peut jamais être récupéré par la cellule présynaptique
• L’arrivée du potentiel d’action au bouton terminal présynaptique provoque une ouverture de
canaux calciques



La sérotonine
• N’est pas une amine biogène
• Intervient dans la potentialisation à long terme
• Est abondante dans la substance noire mésencéphalique
• Joue un rôle important dans le cycle veille sommeil



A propos du potentiel de repos du neurone
• Il ne dépend aucunement de la Na+ K- ATPase
• Il peut être calculé grâce à l’équation de Nernst pour le Na+
• Il est augmenté (hyperpolarisation) par une ouverture des canaux Cl• Il est diminué (dépolarisation) par une ouverture des canaux K+



A propos des neurotransmetteurs :
• L’acétylcholine libérée dans les terminaisons neuromusculaires se fixe sur des récepteurs
muscariniques
• La dopamine est en quantité excessive dans la maladie de Parkinson





L’acide Gamma-aminobutyrique est un acide aminé généralement responsable de potentiels
postsynaptiques inhibiteurs (du SNC)
Les endorphines augmentent l’anxiété

A propos des neurotransmetteurs :
• La sérotonine est une amine biogène intervenant dans la régulation de l’horloge biologique





Le glutamate est un acide aminé intervenant dans le mécanisme de la potentiation à long
terme
L’acétylcholine est abondamment libérée dans le SNC
La substance P est un peptide, médiateur des messages douloureux



Concernant la potentialisation avec émission d’un signal rétrograde :
• Elle repose sur une transmission de noradrénaline
• Le récepteur Non-NMDA laisse passer tant des ions Na+ que des ions Ca2+
• Elle se retrouve notamment dans les neurones hippocampiques
• Le NO (monoxyde de carbone) diffuse de la cellule présynaptique vers la cellule
postsynaptique



Concernant les synapses :
• Les synapses électriques sont plus rapides que les synapses chimiques
• Dans les synapses chimiques rapides, la fixation du neurotransmetteur provoque l'ouverture de
canaux ioniques
• L'arrivée du potentiel d'action au bouton terminal présynaptique provoque une ouverture des
canaux calciques dans les synapses chimiques lentes,


Le récepteur postsynaptique est couplé à une protéine G

Réponses
Q
1
6
11
16

R
D
T
D
T

Q
2
7
12

R
B
T
C

Q
3
8
13

R
T
N
C

Q
4
9
14

R
D
T
T

Explications


Au cours de la phase descendante du potentiel d’action (REPOLARISATION)
• Diminution de la perméabilité au Na+ >< perméabilité++ du K+
• Accroissement bref de la perméabilité au K+
• Concerne Na+ et K+
• Période réfractaire absolue et par la suite, relative



Parmi les cellules gliales citons
• Faux, du SNP
• Oui
• Faux, ce sont les CELLULES DE SCHWANN qui les fabriquent
• Pas indiqué mais participe à la défense immunitaire du SNC

Q
5
10
15

R
C
D
C



Dans un neurone, le cône d'implantation
Réponses page III-6



Le potentiel d’action d’un neurone
• Ne joue pas un rôle direct dans le potentiel d’action
• Faux, canaux à Na+ et K+ voltage dépendants
• Faux, amplitude constante/tout ou rien, fréquence varie
• Oui



A propos des dendrites
• Terminaisons
• Pot gradué
• Oui
• Hippocampe = nombre de dendrites



Les neurones moteurs somatiques :
• Sont multipolaires
• Dans la moelle
• Récepteur de l’Ach
• Nerf sciatique



Voir chap. 3



Le potentiel gradué
• Pour les neurones efférents moteurs aussi dendrites + corps cellulaire + récepteurs
périphériques
• Quelques millimètres
• Seulement une entrée d'ions peur déclencher, Na+
• Non



Voir chap. 3



A propos des synapses
• Synapses chimiques lentes
• Synapses chimiques, pas électriques
• Faux, il peut être partiellement récupéré
• Oui



La sérotonine
• Est une amine biogène
• Faux, c'est le glutamate, la sérotonine intervient dans la facilitation

• Faux, c'est la dopamine
• Horloge biologique



A propos du potentiel de repos du neurone
• Essentielle à l'équilibre électrochimique
• K+
• Oui
• Na+



A propos des neurotransmetteurs :
• Faux, nicotiniques
• Faux, déficit
• Oui  page III-28
• Faux, libérées lors de douleur, excitation => agréable, détente



A propos des neurotransmetteurs :
Réponse pages III-26 et 27



Concernant la potentialisation avec émission d’un signal rétrograde :
• Transmission par le GLUTAMATE
• Faux, c’est le NMDA
• Oui
• Faux, diffuse de manière RETROGRADE



Concernant les synapses
Réponses chap. 3

Chapitre 4
Questions


Concernant les aires associatives corticales
• L’air gnosique occupe des portions des lobes temporal, pariétal et occipital mais pas du lobe
frontal
• Le cortex préfrontal permet notamment la production d’idées abstraites, le raisonnement et
l’altruisme



Elles communiquent avec les aires sensitives primaires, entre elles et avec l’aire motrice
L’une d’elles, l’aire de Wernicke, est généralement localisée dans la partie postérieure de
l’hémisphère gauche



A propos des aires sensitives corticales
• L’aire auditive primaire est localisée dans le lobe pariétal
• L’aire somesthésique est située dans le gyrus précentral
• L’aire visuelle primaire est localisée dans le sillon calcarin
• L’aire olfactive est située dans le lobe frontal



Concernant les ventricules cérébraux
• L’aqueduc de Sylvius relie le 4e ventricule au canal épendymaire médullaire
• Les thalamus forment les parois supéro-latérales du 3e ventricule
• Les trous de Luschka relient les ventricules latéraux au 3e ventricule
• Les trous de Monro sont dans le bulbe rachidien



A propos du bulbe rachidien
• Il est relié au cervelet par les pédoncules cérébelleux supérieurs
• Il contient les noyaux olivaires qui exercent une activité motrice
• On y trouve le noyau nerf trijumeau
• La voie lemniscale y fait relais



A propos du cervelet
• Les parties latérales des hémisphères reçoivent l’information sensorielle des aires corticales
associatives
• Le vermis module l’activité motrice des muscles des ceintures scapulaire et pelvienne





Les parties intermédiaires des hémisphères sont associées aux mouvements fins
Les lobes flocculo nodulaires reçoivent l’information sensorielle de l’oreille interne

Comparé au plasma, le liquide céphalo rachidien est plus riche en :
• Ions Sodium + chlorure
• Potassium
• Protéines
• Calcium



Le liquide céphalo rachidien
• Est formé par les plexus choroïdes présents dans chaque ventricule cérébral
• Forme un volume d’environ 150 ml
• Est complètement renouvelé six à huit fois pendant un nycthémère
• Est drainé vers les sinus veineux par les villosités arachnoïdiennes



A propos du développement de l’encéphale
• Le tissu nerveux apparait dès la troisième semaine de grossesse





L’hypothalamus est issu de télencéphale
Le cervelet est issu du mésencéphale
Les noyaux basaux sont issus du diencéphale



A propos du bulbe rachidien
• Il est relié au cervelet par les pédoncules cérébelleux moyens
• Il contient les noyaux olivaires qui relaient au cervelet des informations sensorielles
• On y trouve le noyau du nerf trijumeau
• La voie sensitive par laquelle passent les informations sensorielles venant de la moelle
épinière n’y fait pas relais



A propos du cervelet
• Il est logé dans la fosse crânienne moyenne
• Le vermis module l'activité motrice des muscles des ceintures scapulaire et pelvienne
• Il a plusieurs liens directs avec le cortex cérébral
• Les lobes flocculo-nodulaires contrôlent les mouvements fins



A propos des aires motrices corticales :







L’aire motrice primaire est située dans la circonvolution pariétale ascendante
L’aire prémotrice loge les noyaux des faisceaux pyramidaux
L’aire motrice du langage est située en arrière de l’aire prémotrice
L’aire oculo-motrice frontale commande les muscles du bulbe oculaire
Les noyaux basaux :






Sont des structures télencéphaliques
Ne communiquent pas directement avec les voies motrices
Reçoivent des informations sensorielles du cortex cérébral
Interviennent surtout dans des mouvements lents ou stéréotypés

Réponses
Q
1
6
11

R
T
A
D

Q
2
7
12

R
C
T
T

Q
3
8

Explications


Concernant les aires associatives corticales
Réponses page IV-9

R
B
A

Q
4
9

R
D
B

Q
5
10

R
T
B



A propos des aires sensitives corticales
• Non, dans le lobe temporal
• Non, dans le gyrus postcentral
• Réponse page IV-8
• Non, dans le lobe temporal



Concernant les ventricules cérébraux
• L'aqueduc de Sylvius est le lien entre les 3e et 4e ventricules
• Oui
• Trou de Luschka = ouvertures latérales du 4° ventricule. Ici, on parle des trous de
Monro.
• Les trous de Monro sont dans le diencéphale.



A propos du bulbe rachidien (page IV-18)
• Non, inférieurs
• Non, relaient au cervelet les informations sensorielles relatives à l’étirement des muscles et
articulations
• Faux, il est dans le pont
• Oui



A propos du cervelet
Réponses page IV-21



Comparé au plasma, le LCR est plus riche en
• Oui
• LCR < plasma
• LCR < plasma / mais plus de vitamine C
• LCR < plasma



Le LCR
Réponses IV-25



A propos du développement de l’encéphale
• Plaque neurale / forme tube neural à la 4° semaine
• Diencéphale
• Métencéphale
• Télencéphale



A propos du bulbe rachidien






Faux, pédoncules cérébelleux inférieurs
Réponses pages IV-18 et 19
Faux, ce noyau se trouve dans le pont
Faux



A propos du cervelet
• Le cervelet est à l'arrière dans la fosse crânienne postérieure
• Oui
• Les liens ne sont pas directs, le cervelet et les noyaux de la base modulent l'activité
motrice à travers des synapses
• Non



A propos des aires motrices corticales :
• Non, circonvolution frontale ascendante
• Aire motrice primaire
• Pas de langage dans aire motrice primaire
• Réponse pages IV-6 à 8



Les noyaux basaux :
Réponse page IV-12

Chapitre 5
Questions


A propos des nerfs crâniens
• Le nerf olfactif ne contient que des fibres sensorielles
• Le nerf oculomoteur commun contient des fibres parasympathiques
• Le nerf facial contient des fibres motrices
• Le nerf hypoglosse ne contient que des fibres motrices



Le nerf spinal
• Mesure généralement plus de 20 cm
• Est mixte (afférents + efférents), riche en fibres sensitives et motrices
• Contient d’abondantes fibres parasympathiques
• N’est pas myélinisé



Les récepteurs cutanés au toucher fin ont les caractéristiques suivantes
• Ils sont souvent constitués de terminaisons dendritiques capsulées
• Ils appartiennent à la catégorie des photorécepteurs
• Leur stimulation se projette dans le gyrus précentral



Ce sont des propriocepteurs



Les nerfs suivants contiennent des fibres parasympathiques
• Le nerf trochléaire
• Le nerf hypoglosse
• Le nerf trijumeau
• Le nerf oculo-moteur



Le nerf spinal
• Est formé de racines dont la longueur diminue progressivement de haut en bas dans le canal
rachidien
• Donne naissance à un rameau dorsal, qui ne contient que des fibres sensitives



Est relié au système parasympathique par des rameaux communicants
Ne mesure pas plus de 2 cm



Lors de la transduction
• L’ouverture de canaux ioniques produit une dépolarisation par entrée de Na+
• L’énergie absorbée par le récepteur est transformée en énergie électrique
• Le potentiel a une durée identique à celle du stimulus, tandis que son amplitude croit avec
l’intensité du stimulus
• Les distorsions du récepteur provoquées par le stimulus modifient la perméabilité ionique de la
membrane cellulaire du récepteur, au niveau des extrémités dendritiques



Les terminaisons des fibres motrices somatiques :
• Libèrent de l’acétylcholine qui se fixe sur des récepteurs nicotiniques
• Libèrent le neuromédiateur par un mécanisme d’exocytose
• Contiennent de nombreuses mitochondries
• Ne sont pas parcourues par un potentiel gradué

Réponses
Q
1
6

R
T
T

Q
2
7

R
B
T

Explications


A propos des nerfs crâniens
Réponses page V-7

Q
3

R
A

Q
4

R
D

Q
5

R
D



Le nerf spinal
• Non, 1 à 2 cm
• Réponses page V-8
• Contient d’abondantes fibres sympathiques
• Est myélinisé



Les récepteurs cutanés au toucher fin ont les caractéristiques suivantes
• Réponses page V-2
• Faux, des mécanorécepteurs
• Faux, dans le cortex cérébral
• Faux, des extérocepteurs



Les nerfs suivants contiennent des fibres parasympathiques
Oculomoteur, facial, glossopharyngien, vague



Le nerf spinal
• Est formé de racines dont la longueur augmente
• Chaque rameau est mixte
• Contiennent des neurofibres autonomes (motrice) et connectent les ganglions
sympathiques et les rameaux ventraux)
• Oui



Lors de la transduction
Réponses page V-3

Chapitre 6
Questions


A propos du système nerveux autonome
• L’acétylcholine est libérée par les fibres postganglionnaires sympathiques
• Les récepteurs de l’acétylcholine dans le cœur et le tube digestif sont nicotiniques
• La médullo-surrénale n’est innervée que par le système sympathique
• Le nerf vague contient 90% des fibres sympathiques de l’organisme



Concernant les effets du système nerveux autonome
• La fixation de la noradrénaline sur des récepteurs bêta des vaisseaux provoque une
vasoconstriction
• Le système parasympathique est tachycardisant


L’acétylcholine augmente la contraction du muscle cardiaque




A propos de l’organisation générale du système nerveux autonome
• Le corps cellulaire du neurone préganglionnaire orthosympathique est situé dans les cornes
latérales de la moelle thoracique
• Le corps cellulaire du neurone postganglionnaire parasympathique est localisé dans la chaine
paravertébrale
• Le neurone postganglionnaire parasympathique libère de l’acétylcholine qui se fixe sur des
récepteurs nicotiniques




Le système parasympathique est activé pendant la digestion

Le neurone préganglionnaire orthosympathique libère de l’acétylcholine qui se fixe sur des
récepteurs muscariniques

A propos de la régulation du système nerveux autonome
• La formation réticulaire du tronc cérébral influence directement la fonction autonome
• Ce sont les mêmes noyaux hypothalamiques qui contrôlent les systèmes orthosympathique et
parasympathique
• Le cortex occipital peut modifier le fonctionnement du système nerveux autonome


Le mésencéphale ne participe aucunement à la fonction nerveuse autonome



Les nerfs suivants contiennent des fibres parasympathiques :
• Le nerf trochléaire
• Le nerf hypoglosse
• Le nerf trijumeau
• Les nerfs oculo-moteur + facial + glossopharyngien + vague
• Le système nerveux parasympathique innerve :
• Les glandes sudoripares
• Les cellules musculaires lisses des parois artérielles
• Les glandes lacrymales
• La médullo-surrénale

• A propos de la régulation du système nerveux autonome :




La formation réticulaire du tronc cérébral influence directement la fonction autonome
Ce sont les mêmes noyaux hypothalamiques qui contrôlent les systèmes orthosympathique et
parasympathique
Le cortex occipital peut modifier le fonctionnement du système nerveux autonome



Le mésencéphale ne participe aucunement à la fonction nerveuse autonome

Réponses
Q
1

R
C

Q
2

R
D

Q
3

R
A

Q
4

R
A

Q
5

R
D

6

C

7

A

Explications


A propos du système nerveux autonome
• Non, parasympathique
• Non, muscarinique
• Réponse page VI-9
• Non, parasympathique



Concernant les effets du système nerveux autonome





La fixation de la noradrénaline se fait sur des récepteurs alpha  voir page VI-7
Non, ralentit
Non, ralentit la contraction
Oui



A propos de l’organisation générale du système nerveux autonome (correction dias du prof)
• Oui
• Non, car neurone postganglionnaire orthosympathique
• Non, car muscariniques
• Non, car nicotiniques



A propos de la régulation du système nerveux autonome
• Oui
• Non
• Cortex cérébral
• Noyaux des nerfs oculomoteurs



Les nerfs suivants contiennent des fibres parasympathiques :
Réponse page VI-3



Le système nerveux parasympathique innerve :
• Sympathique
• Sympathique
• OUI
• Sympathique



A propos de la régulation du système nerveux autonome :
• Oui
• Non
• Cortex cérébral

• Y participe

Sans chapitre
Questions


L’œsophage :
• Est situé entre la trachée et la colonne vertébrale
• Est parcouru d’ondes péristaltiques
• Est innervé par le nerf vague
• Est un organe principalement intrathoracique



La peur fait intervenir les structures encéphaliques suivantes :
• Le cortex préfrontal
• Le corps amygdaloïde
• L’hypothalamus
• L’adénohypophyse



Les terminaisons des fibres motrices somatiques :
• Libèrent de l’acétylcholine qui se fixe sur des récepteurs nicotiniques
• Libèrent le neuromédiateur par un mécanisme d’exocytose
• Contiennent de nombreuses mitochondries
• Ne sont pas parcourues par un potentiel gradué

Q
1

R
T

Q
2

R
T

Q
3

R
T

Q
4

R

Q
5

R

Explications




L'œsophage :
Parce que le Japon
La peur fait intervenir les structures encéphaliques suivantes :
C'est comme ça ne demandez pas pourquoi
Les terminaisons des fibres motrices somatiques
Je vous jure je ne le fais pas exprès que tout soit juste à chaque fois

Partie Q2
Chapitre 7

Questions


A propos de l’électroencéphalogramme
• Les ondes beta sont plus régulières et de fréquence plus faible que les ondes alpha
• Les ondes alpha traduisent un état de concentration intense
• Les ondes thêta sont associées au sommeil paradoxal
• Les ondes delta sont de grande amplitude et de faible fréquence



Concernant les phénomènes d’apprentissage
• Le réflexe de Pavlov est une forme d’apprentissage associatif
• La capacité de la mémoire à court terme est limitée
• La répétition des données augmente le transfert entre les mémoires à court terme et à long
terme
• La mémoire procédurale est moins liée à la conscience que la mémoire déclarative



A propos des réflexes neuronaux
• Les réseaux divergents produisent une amplification
• Les réseaux convergents ne se rencontrent que dans les voies sensitives
• Les réseaux divergents se rencontrent tant dans les voies motrices que sensitives
• Dans les réseaux réverbérants, les neurones établissent des synapses collatérales avec les
neurones les précédant



Concernant les réflexes
• Les réflexes d’étirement sont généralement monosynaptiques et homolatéraux
• Les réflexes tendineux préviennent une lésion musculaire par étirement trop important
• L’inhibition réciproque repose sur une voie polysynaptique et homolatérale
• L’unité myotatique est constituée de groupes musculaires synergiques et antagonistes



La voie extralemniscale (antéro-latérale) :
• Est formée de faisceaux gracile et cunéiforme
• Véhicule principalement les influx thermo (t°) et algiques (douleurs)
• N’a pas de relais avec les noyaux thalamiques
• N’est jamais activée simultanément à la voie lemniscale



A propos de l’électroencéphalogramme :
• Les ondes cérébrales sont d’autant plus semblables que le sujet est en activité
• Les ondes thêtas ont une fréquence plus grande que les ondes alpha
• Les ondes delta s’observent lors du sommeil profond
• Il est très différent dans le sommeil paradoxal par rapport à celui de l’état de veille



A propos des réflexes :
• Les réflexes viscéraux sont polysynaptiques
• Le réflexe de flexion s’accompagne souvent d’un réflexe extenseur croisé
• Les réflexes polysynaptiques se produisent plus lentement que les réflexes monosynaptiques
• Les réflexes viscéraux peuvent être intégrés dans la moelle épinière, l’hypothalamus, le
thalamus ou le système limbique, par exemple

Réponses
Q
1
6

R
D
C

Q
2
7

R
T
T

Q
3

R
T

Q
4

R
T

Q
5

Explications


A propos de l’électroencéphalogramme
• Non, plus irrégulière et plus grande
• Non, relaxation mentale
• Les ondes thêta sont associées au sommeil paradoxal
• Réponses page VII-17



Concernant les phénomènes d'apprentissage
Réponses pages VII-20, 21, 22



A propos des réflexes neuronaux
Réponses page VII-1



Concernant les réflexes
Réponses page VII-5



La voie extralemniscale (antéro-latérale) :
• Non, c’est la voie LEMNISCALE
• Oui, perception sensorielle + formulation réponse sensorielle  voir page VII-10
• Faisceaux spino-thalamiques  ont des relais dans des noyaux thalamiques et avec la
formation réticulaire du tronc cérébral VS faisceaux spino-cérébelleux
• Faux, sont activées simultanément



A propos de l’électroencéphalogramme :
Réponses page VII-17



A propos des réflexes :

R
B

Réponses pages VII 6, 7, 8

Chapitre 8
Questions


La neurohypophyse :
• Est issue embryologiquement de la poche de Rathke
• Contient les noyaux paraventriculaire et supraoptique
• Est une structure télencéphalique
• Reçoit les hormones hypothalamiques par le système porte



L’AMP cyclique :
• Est produit par activation de l’adénylate cyclase
• Active des protéines kinases
• Est le médiateur intracellulaire de nombreuses hormones protéiques
• N’est pas le médiateur des hormones stéroïdes



L’insuffisance d’hormones thyroïdiennes :
• Chez l’enfant, affecte le développement du système nerveux central et la croissance
• Chez l’adulte, peut provoquer un myxoedème
• D’origine thyroïdienne, sera associée à un taux sanguin élevé de TSH
• Se manifestera notamment par une constipation



Concernant les hormones :
• La calcitonine et la parathormone ont des effets synergiques sur le métabolisme du
calcium
• Le glucagon et la cortisol ont des effets synergiques sur la glycémie





Le glucagon et l’hormone de croissance sont produits par la même glande
L’insuline est produite par les cellules alpha des ilots de Langerhans

A propos des dysfonctionnements endocriniens :
• La maladie d’Addison, due à une insuffisance cortico-surrénalienne, se manifeste
notamment par une hyperpigmentation et une perte de poids
• Un manque important d’hormones thyroïdiennes chez l’adulte provoque notamment des
oedèmes et une diminution des aptitudes mentales
• L’acromégalie, caractérisée par une hypertrophie des os des mains, des pieds et du
visage, est due à une hypersécrétion d’hormone de croissance chez l’adulte


L’hypersécrétion de prolactine chez la femme engendre galactorrhée, aménorrhée et
infertilité



L’hormone folliculo stimulante (FSH) :
• Exerce un effet antagoniste à celui de l’hormone lutéinisante
• Favorise la production d’hormones gonadiques
• Déclenche l’ovulation
• Stimule la production des gamètes (ovule, spermatozoides) + fonctionnement des
gonades



L’hormone de croissance (somatotrophine) :
• Est produite par les cellules somatotropes de la neurohypophyse
• Stimule la libération de somatomédines hépatiques
• Inhibe l’hypophyse
• Est libérés sous l’effet de la somatostatine (GH-IH) hypothalamique



L’hormone adénocorticotrope (ACTH) :
• Est libérée selon un rythme circadien
• Inhibe la sécrétion hypothalamique de TRH
• Stimule principalement la médullosurrénale
• Est une hormone stéroïde



La libération de l’hormone antidiurétique (ADH) :
• Est augmentée par une hypovolémie
• Est contrôlée par des osmorécepteurs télencéphaliques
• Augmente la résorption de NA+ par le tube contourné proximal
• Stimule directement le cortex surrénalien



Les hormones :
• N’ont d’effet que sur un nombre très limité de cellules
• Ne contrôlent pas le développement de l’organisme
• Maintiennent l’équilibre de l’eau et des électrolytes
• Sont toujours des peptides



Une stimulation hormonale est susceptible :
• D’inhiber des enzymes
• De stimuler la mitose
• De fermer des canaux ioniques
• De réduire le diamètre d’un vaisseau



L’AMP cyclique :
• Est produit par l’activation de la guanylate cyclase
• Active des protéines kinases




Est activé par des protéines kinases
Est le médiateur des hormones stéroïdes



La neurohypophyse :
• Est issue embryologiquement de la poche de Rathke
• Contient les noyaux supraoptique et paraventriculaire
• Est une structure télencéphalique
• Reçoit les hormones hypothalamiques par le système porte



L’hormone de croissance :
• Est produite par les cellules somatotropes de la neurohypophyse
• Stimule la libération de somatomédines
• Inhibe la lipolyse
• Est libérée sous l’effet de la somatostatine hypothalamique



L’hormone lutéinisante :
• N’est pas une protéine
• Stimule la production des gamètes
• Antagonise l’effet de l’hormone folliculo stimulante
• Déclenche l’ovulation + stimule synthèse et libération des hormones ovariennes (+
stimule production de testostérone chez l’homme)



La libération de l’hormone antidiurétique :
• Est augmentée par une hypovolémie
• Est contrôlée par des osmorécepteurs hypothalamiques
• Augmente la perméabilité du canal collecteur à l’eau
• Provoque, à hautes concentration, une vasoconstriction



La thyroxine :
• Contient trois atomes d’iode
• Est produite par l’adénohypophyse
• Est moins active que la triiodotyronine



La parathormone :
• Stimule l’action des ostéoblastes (= synthétisent l’os)
• Augmente la phosphatémie
• Exerce une action synergique à celle de la calcitonine
• Active la vitamine D



L’hormone adénocorticotrope (ACTH) :






Est libérée selon un rythme circadien
Inhibe la sécrétion hypothalamique de TRH
Stimule principalement la médullosurrénale
Est une hormone stéroïde



Parmi les stimuli de la sécrétion d’aldostérone, citons :
• L’hypernatriémie
• Le facteur natriurétique auriculaire
• L’hyperkaliémie
• L’hypertension artérielle



L’excès de cortisol provoque :
• Une fonte osseuse
• Une inhibition de la réaction inflammatoire
• Une dépression du système immunitaire
• Une redistribution de graisses dans l’abdomen



Le glucagon :
• Stimule la néoglucogenèse
• Inhibe la glycogénolyse (=conversion glycogène en glucose)
• Exerce un effet synergique à celui de l’insuline
• Est synthétisé par des cellules bêta des îlots de Langerhans



La peur fait intervenir les structures encéphaliques suivantes :
• Le cortex préfrontal
• Le corps amygdaloïde
• L’hypothalamus
• L’adénohypophyse



L’adénohypophyse :
• Est issue embryologiquement de la poche de Rathke
• Héberge les noyaux supraoptique et paraventriculaire
• Est une structure télencéphalique
• Reçoit les neurohormones hypothalamiques par transport axonal antérograde



A propos des hormones :
• Les hormones stéroïdes franchissent les membranes cellulaires et déclenchent la
production d’mRNA (ARNm)
• La rétroinhibition limite les fluctuations nycthémérales importantes des taux d’hormones




La thyroïde et le cortex surrénalien sont toutes deux stimulées par des hormones
produites par l’hypophyse antérieure
Le glucagon et l’adrénaline ont des effets synergiques sur la glycémie



Le cortisol :
• Inhibe la néoglucogenèse
• N’est pas indispensable à la vie
• Est synthétisée par la zone glomérulée de la corticosurrénale
• En quantité excessive, ralentit la formation des os et du cartillage



La libération de l’hormone antidiurétique (ADH) :
• Est augmentée par une hypervolémie
• Est contrôlée par des osmorécepteurs mésencéphaliques
• Augmente la résorption de NA+ par le tube contourné distal
• Provoque, à haute concentration, une vasoconstriction



L’adénohypophyse :
• N’est pas issue embryologiquement de la poche de rathke
• Contient les noyaux supraoptique et paraventriculaire
• Est une structure télencéphalique
• Reçoit les hormones hypothalamiques par le système porte



A propos de la glande thyroide :
• Ses deux lobes latéraux sont reliés par l’isthme
• Elle synthétise la calcitonine, hormone hypocalcémiante
• Les effets des hormones thyroïdiennes comprennent une augmentation de la
consommation d’oxygène et de la production de chaleur par l’organisme
• Elle est directement stimulée par la TSH hypophysaire



Parmi les stimuli de sécrétion de l’aldostérone, citons :
• L’hypernatriémie
• Le facteur natriurétique auriculaire
• L’hyperkaliémie
• L’hypertension artérielle



A propos de la glande thyroïde :
• Elle est située dans le thorax
• Elle synthétise la calcitonine, hormone hypercalcémiante



Les effets des hormones thyroïdiennes comprennent une diminution de la
consommation d’oxygène et de la production de chaleur par l’organisme
Elle est directement stimulée par le TRH hypothalamique



Réponses
Q
1
6
11
16
21
26
31

R
B
D
T
T
T
D
N

Q
2
7
12
17
22
27

R
T
B
B
C
A
D

Q
3
8
13
18
23
28

R
T
A
B
D
T
D

Q
4
9
14
19
24
29

R
B
A
B
A
A
T

Q
5
10
15
20
25
30

R
T
C
D
C
T
C

Explications


La neurohypophyse :
• Faux, l’adénohypophyse
• Réponse pages VIII-9 à 13
• Est une structure du diencéphale
• Reçoit les hormones hypothalamiques par les microtubules des axones du tractus
hypothalamique



L’AMP cyclique : Réponse pages VIII-3 et 4



L’insuffisance d’hormones thyroïdiennes : Réponse pages VIII-18 et 19



Concernant les hormones :
• La calcitonine (baisse le taux de calcium dans le sang) et la parathormone (élève le taux
sanguin de calcium) ont des effets antagonistes sur le métabolisme du calcium
• Réponse pages VIII-8, 21 et 25
• Le glucagon (pancréas) et l’hormone de croissance (adénohypophyse) ne sont pas
produits par la même glande
• Faux c’est le glucagon



A propos des dysfonctionnements endocriniens : Réponse pages VIII-13, 18, 23



L’hormone folliculo stimulante (FSH) :
• Chez la femme, effets synergiques pour la maturation du follicule ovarien
• Faux, c’est la LH / mais les 2 régissent le FONCTIONNEMENT des gonades





Faux, c’est l’HORMONE LUTÉINISANTE + stimule synthèse et libération des hormones
ovariennes –oestrogènes et progestérone / chez l’homme, stimule production
testostérone
Voir page VIII-11



L’hormone de croissance (somatotrophine) :
• Faux, de l’adenohypophyse
• Stimule la libération de somatomédines hépatiques
• Inhibe l’hypophyse
• Faux, sous l’effet de l’hormone GH-RH



L’hormone adénocorticotrope (ACTH) : Voir page VIII-11



La libération de l’hormone antidiurétique (ADH) :
• Voir page VIII-14
• Faux, osmorécepteurs HYPOTHALAMIQUES
• Faux, augmente la perméabilité du canal collecteur à l’eau
• Faux, les reins



Les hormones : Voir page VIII-1



Une stimulation hormonale est susceptible : Voir VIII-2



L’AMP cyclique :
• Faux, car c’est de l’adénylate cyclase
• Voir page VIII-3
• Faux
• Faux, n’est pas médiateur des hormones stéroïdes



La neurohypophyse :
• Faux, il s’agit de l’adénohypophyse
• Voir page VIII-9
• Est une structure du diencéphale
• Reçoit les hormones hypothalamiques par les microtubules des axones du tractus
hypothalamique



L’hormone de croissance :
• Est produite par les cellules somatotropes de l’adénohypophyse
• Voir pages VIII-11, 12
• Faux



Faux, libérée par GH-RH / inhibée par somatostatine = GH-IH



L’hormone lutéinisante :
• Glycoprotéine
• Faux, il s’agit de l’hormone folliculo-stimulante
• Faux, effets synergiques chez la femme
• Voir page VIII-11



La libération de l’hormone antidiurétique : Voir page VIII-14



La thyroxine :
• Faux, 4 atomes iode
• Glande thyroïde / sécrétée par les follicules thyroïdiens
• 10x moins, voir pages VIII-16 et 17



La parathormone :
• Stimule action des ostéoclastes (= résorbent l’os)
• Faux, élimination de phosphates
• Effets antagonistes
• Voir pages VIII-20 et 21 (=> absorption intestinale du calcium)



L’hormone adénocorticotrope (ACTH) :
• Voir page VIII-11
• Faux, hormones thyroïdiennes / FSH qui inhibent TRH
• Faux, cortex surrénal
• Faux, polypeptides



Parmi les stimuli de la sécrétion d’aldostérone, citons :
• Faux, manque de sodium –conduit à une réabsorption
• FNA inhibe l’aldostérone
• Voir page VIII-22
• Faux, baisse de la pression artérielle et du volume sanguin



L’excès de cortisol provoque : Voir page VIII-23



Le glucagon :
• Voir page VIII-25 et 26
• Faux, stimule
• Faux, antagoniste



Est synthétisé par des cellules alpha des îlots de Langerhans



La peur fait intervenir les structures encéphaliques suivantes : Voir page VIII-28



L’adénohypophyse :
• Voir pages VIII-9 et 10
• Faux, sont hébergés par la neurohypophyse
• Faux, diencéphale
• Faux, par le système porte



A propos des hormones : Réponses dispersées dans le chapitre VIII



Le cortisol :
• Stimule la néoglucogenèse
• Faux
• Faux, zone fasciculée
• Voir page VIII-23



La libération de l’hormone antidiurétique (ADH) :
• Faux, une hypovolémie
• Faux, osmorécepteurs hypothalamiques
• Résorption d’eau
• Voir page VIII-14



L’adénohypophyse :
• Faux, est issue
• Faux, il s’agit de la neurohypophyse
• Est une structure du diencéphale
• Voir pages VIII-9 et 10



A propos de la glande thyroide : Voir page VIII-15



Parmi les stimuli de sécrétion de l’aldostérone, citons : Voir pages VIII-22, 23



A propos de la glande thyroïde : Voir pages VIII-17, 18, 19
• Faux, dans le cou
• Faux, hypocalcémiante
• Faux, hormones thyroïdiennes = augmentation du métabolisme
• Faux, il y a d’abord une stimulation de l’hypophyse et effet TSH sur la thyroïde

Chapitre 9
Questions


La résistance vasculaire est directement proportionnelle :
• À la viscosité sanguine
• Au diamètre du vaisseau
• Au tonus parasympathique
• Au relâchement des muscles lisses vasculaires



Une hausse de la pression artérielle induit :
• Une vasoconstriction
• Une tachycardie
• Une augmentation de l’inotropisme cardiaque
• Une augmentation de libération de rénine par le rein



Le débit cardiaque est diminué par :
• Les hormones thyroïdiennes
• La fièvre
• Les catécholamines
• La diminution du retour veineux



Concernant le cycle cardiaque
• La valve mitrale est ouverte au cours de la systole auriculaire
• La valve aortique est fermée au cours de la diastole ventriculaire
• L’oreillette droite se contracte en fin de diastole ventriculaire
• Les valves auriculo ventriculaires sont fermées au cours de la systole ventriculaire


Les globules rouges comprennent :
• Les lymphocytes dotés de propriétés de phagocytose
• Les éosinophiles impliqués dans la défense contre certains parasites
• Les érythrocytes contenant l’hémoglobine
• Les granulocytes libérant l’histamine



La veine cave supérieure :
• Ramène le sang des régions infradiaphragmatiques
• Contient du sang dont la pression partielle en oxygène égale 100 mmHg
• Est situé à droite de l’aorte descendante
• Se jette dans la fosse ovale



Une chute de la pression artérielle provoque :
• Une bradycardie





Une vasodilatation splanchnique
Une diminution de l’inotropisme cardiaque
Une formation d’angiotensine II



La valvule aortique :
• Est fermée lorsque la pression aortique est supérieure à la pression ventriculaire gauche
• Sépare le ventricule droit de l’aorte
• Est située à droite de la veine cave supérieure
• S’ouvre au cours de la systole isovolumique



Le potentiel d’action qui parcourt la membrane des myocytes cardiaques :
• Se propage en profondeur le long des tubules transverses
• Provoque une sortie de calcium du réticulum endoplasmique
• Est à l’origine de la contraction cardiaque
• Est provoquée par une entrée de NA+ dans la cellule



Le débit cardiaque :
• Est directement proportionnel au volume systolique + à la fréquence cardiaque
• Est directement proportionnel à la postcharge
• Diminue parallèlement au volume télédiastolique
• Est mesuré grâce au sphygmomanomètre



Augmente la fréquence cardiaque :
• La triiodotyronine
• L’hypocalcémie
• L’âge
• Le froid



La média des artères :
• Ne comprend pas de fibres élastiques
• Est parcourue de minuscules vaisseaux sanguins, les vasa vasorum
• Peut se contracter sous l’effet de la noradrénaline
• Comporte une couche de cellules endothéliales



La résistance vasculaire est inversement proportionnelle :
• À la longueur des vaisseaux
• À la viscosité du sang
• Au diamètre des vaisseaux
• Au tonus orthosympathique



En cas d’élévation de la pression artérielle, les barorécepteurs :
• Transmettent des influx inhibiteurs au centre vasomoteur mésencéphalique
• Induisent une vasodilatation des artérioles
• Stimulent l’activité orthosympathique
• Augmentent la force de contraction cardiaque



Les érythrocytes :
• Peuvent se diviser
• Sont moins nombreux que les neutrophiles
• Sont riches en mitochondries
• Contiennent plus de 97% d’hémoglobines



Dans la dégradation de l’hémoglobine :
• Le fer est emmagasiné en association avec la ferritine
• L’hème est dégradé en bilirubine
• La bilirubine est transformée en urobilinogène



Le débit cardiaque est augmenté par :
• Un accroissement de retour veineux
• La stimulation parasympathique
• L’acétylcholine
• Une vasoconstriction splanchnique



Concernant la révolution cardiaque :
• Toutes les valves sont ouvertes lors de la contraction isovolumique
• Pendant la systole ventriculaire, la valve aortique est ouverte, tandis que la valve
pulmonaire est fermée
• Au cours de la diastole ventriculaire, la pression dans l’aorte est supérieure à celle du
ventricule gauche
• L’oreillette gauche se contracte immédiatement après la systole ventriculaire gauche



Le débit cardiaque :
• Est inversement proportionnel au volume systolique
• Est directement proportionnel à la postcharge
• Diminue parallèlement au volume télédiastolique
• Est mesuré grâce au sphygmomanomètre



Les érythrocytes :
• Peuvent se diviser






Sont moins nombreux que les neutrophiles
Sont riches en mitochondries
Contiennent plus de 97% d’hémoglobines

Une hausse de la pression artérielle induit :
• Une bradychardie
• Une vasodilatation splanchique
• Une diminution de l’inotropisme cardiaque
• Une diminution de la libération de rénine par le rein



Le débit cardiaque est directement proportionnel :
• À la postcharge
• À la précharge (+ précharge est importante, + force de contraction
Importante, + volume systolique et débit cardiaque seront grands)
• À la viscosité sanguine
• Au tonus parasympathique



Parmi les éléments figurés sanguins qui sont de véritables cellules, citons :
• Les lymphocytes
• Les plaquettes
• Les hématies
• Les érythrocytes

Réponses
Q
1
6
11
16
21

R
A
C
A
T
T

Q
2
7
12
17
22

R
N
D
C
A
B

Q
3
8
13
18
23

R
D
A
C
C
A

Q
4
9
14
19

R
T
T
B
N

Q
5
10
15
20

R
C
A
D
D

Explications


La résistance vasculaire est directement proportionnelle :



Voir page IX-24
Résistance vasculaire inversement proportionnelle à la quatrième puissance du rayon du
vaisseau



Tonus sympathique  effet vasoconstricteur du sympathique provient de la fixation de
noradrénaline sur récepteurs alpha





Non



Une hausse de la pression artérielle induit :
• Faux, une vasodilatation splanchnique
• Faux, une bradycardie
• Faux, une diminution de l’inotropisme
• Faux, une diminution de la libération



Le débit cardiaque est diminué par :
• Les hormones thyroïdiennes augmentent débit cardiaque par accélération du rythme et
accroissement de force de contraction
• La fièvre augmente la fréquence cardiaque
• Adrénaline : contraction ++ c musculaires / noradrénaline : augmentation PA
• Proportionnel

Concernant le cycle cardiaque  Réponses page IX-13
• La valve mitrale est ouverte au cours de la systole auriculaire
• La valve aortique est fermée au cours de la diastole ventriculaire
• L’oreillette droite se contracte en fin de diastole ventriculaire
• Les valves auriculo ventriculaires sont fermées au cours de la systole ventriculaire
 rappel : elles sont ouvertes au cours du mésodiastole et télédiastole



Les globules rouges comprennent :


Les lymphocytes  lignée des globules blancs




Les éosinophiles  lignée des globules blancs
Voir page IX-37



Les granulocytes  lignée des globules blancs



La veine cave supérieure :
• Faux, ramène sang des régions suprediaphragmatiques
• Faux, <100mmHg car sang désoxygéné
• Est situé à droite de l’aorte descendante
• Faux, oreillette droite



Une chute de la pression artérielle provoque :
• Faux, est provoqué lors d’une hausse de la pression. Il s’agit d’une tachychardie
• Faux, une vasoconstriction
• Faux, une augmentation
• Une formation d’angiotensine II



La valvule aortique :
• Voir pages IX-7, 14 et 15
• Sépare le ventricule gauche de l’aorte
• Est située à gauche de la veine cave supérieure
• Est fermée au cours de la systole isovolumique



Le potentiel d’action qui parcourt la membrane des myocytes cardiaques : Pages IX-9, 10



Le débit cardiaque :
• Voir page IX-16
• Est inversement proportionnel au VS, donc DC
• Faux, parallèlement au volume systolique
• Faux, mesure la pression artérielle



Augmente la fréquence cardiaque :
• Voir page IX-19
• L’hypocalcémie diminue
• L’âge diminue
• Le froid diminue



La média des artères :
• Si, en plus de cellules musculaires lisses
• Dans l’adventice
• Peut se contracter sous l’effet de la noradrénaline
• Intima



La résistance vasculaire est inversement proportionnelle : Voir page IX-24



En cas d’élévation de la pression artérielle, les barorécepteurs :
• Dans le bulbe rachidien = myélencéphale
• Voir page IX-30
• Inhibent l’activité orthosympathique
• Diminuent la force de contraction cardiaque



Les érythrocytes : Voir page IX-37



Dans la dégradation de l’hémoglobine : Voir page IX-39



Le débit cardiaque est augmenté par : Réponses dispersées dans le chapitre



Concernant la révolution cardiaque :
• Faux, valves fermées
• Faux, valves aortiques et pulmonaires ouvertes
• Voir page IX-13



Le débit cardiaque : Voir page IX-16
• Faux, est directement proportionnel au volume systolique + fréquence cardiaque
• Faux, inversement
• Faux, voir page IX-16
• Faux, le shygmo mesure la tension



Les érythrocytes :
• Faux, pas de noyau
• Faux, sont les plus nombreux
• Peu d’organites et pas de mitochondries
• Voir page IX-37



Une hausse de la pression artérielle induit : Réponses dispersées dans le chapitre IX



Le débit cardiaque est directement proportionnel : Réponses dispersées dans le chapitre IX
• Faux, inversement proportionnel
• Plus la précharge est importante, plus la force de contraction est importante, plus le volume
systolique et débit cardiaque seront grands
• Directement proportionnel par rapport à la résistance


Faux, para => bradycardie = diminution débit cardiaque



Parmi les éléments figurés sanguins qui sont de véritables cellules, citons :
• Voir page IX-35
• Thrombocytes / pas de noyau, pas reproduction
• Idem globules rouges
• Globules rouges / pas de noyau, pas reproduction

Chapitre 10
Questions


Le transport du gaz carbonique (CO2) dans le sang
• Est principalement assuré sous forme dissoute
• Est partiellement assuré fixe à l’hème de l’hémoglobine
• Se fait partiellement sous forme d’ions bicarbonates



Ne dépend pas de la présence d’anhydrase carbonique



A propos de la mécanique ventilatoire
• La pression intra alvéolaire n’est jamais égale à la pression atmosphérique
• La pression intra pleurale est parfois égale à la pression intra-alvéolaire
• La pression transpulmonaire tend à fermer les espaces aériens
• La loi de Boyle Mariotte stipule que la pression d’un gaz est inversement proportionnelle à
son volume



Concernant les volumes pulmonaires :
• La capacité vitale est le volume maximal d’air qui peut être inspiré après une expiration
maximale
• En cas de relaxation complète des muscles respiratoires, la quantité d’air contenue dans les
poumons est égale à la capacité résiduelle fonctionnelle
• Le volume d’air contenu dans les poumons après une inspiration maximale


Il est physiologiquement impossible d’expulser le volume résiduel



Dans l’anatomie du système respiratoire :
• Le poumon gauche est constitué de 3 lobes
• La trachée se divise en bronches lobaires
• Le sterno-cléido-mastoïdien est un muscle respiratoire accessoire
• Les bronches ne sont pas soutenues par des cartilages



Les alvéoles pulmonaires :
• Sont bordées de cellules épaisses, les pneumocytes I
• Ont une surface vitale de section de plus de 100 m²
• Contiennent des cellules caliciformes
• Sont séparées par des cloisons très peu riches en fibres élastiques



Les veines pulmonaires :
• Contiennent du sang désoxygéné
• Sont au nombre de deux
• Ont un débit total de 5l/min
• Contiennent du sang dont la pression partielle en CO2 est de 46 mmHg



A propos de la mécanique ventilatoire :
• La pression intra-alvéolaire n’est jamais égale à la pression atmosphérique
• La pression intra pleurale est toujours inférieure à la pression intrapulmonaire
• La pression transpulmonaire tend à fermer les espaces aériens



La loi de Boyle-Mariotte stipule que la pression d’un gaz est directement proportionnelle à
son volume, à température constante



La courbe de saturation de l’hémoglobine est déplacée vers la droite sous l’effet de :
• L’hypocapnie (PCO2)
• L’hypothermie
• L’alcalinisation
• La diminution de la concentration de 2,3 diphosphoglycérate



A propos de la régulation de la respiration :
• Le réflexe de Hering-Breuer est déclenché lors de la distension pulmonaire
• Le centre régulateur principal est localisé dans la partie dorsale du bulbe rachidien
• Le centre pneumotaxique inhibe les centres respiratoires bulbaires
• L’hypercapnie est le principal stimulus de la respiration



Le sang véhiculé par le système porte hépatique :
• Est artériel
• Est riche en triglycérides
• Est pauvre en acides aminés
• Contient de chylomicrons



Le surfactant pulmonaire :
• Est formé par les pneumocytes II
• Diminue la tension superficielle
• Contient des phospholipides
• Augmente la compliance pulmonaire

Réponses
Q
1
6
11

R
C
C
T

Q
2
7

R
D
B

Q
3
8

R
D
N

Q
4
9

R
C
T

Explications


Le transport du gaz carbonique (CO2) dans le sang
Réponses page X-20, 21
• 7 à 10% transporté simplement dissous dans le plasma
• Se lie directement à des acides aminés de la globine, et non pas à l'hème C.
60 à 70%

Q
5
10

R
B
???

D. L'anhydrase carbonique est une enzyme qui accélère la conversion du gaz carbonique dans les
globules rouges


A propos de la mécanique ventilatoire
• Elle devient toujours égale à la pression atmosphérique
• Faux, elle est toujours inférieure d’environ 4mm Hg à la pression intraalvéolaire/intrapulmonaire
• Faux, elle ouvre les espaces aériens
• La loi de Boyle Mariotte stipule que la pression d’un gaz est inversement proportionnelle à son
volume  voir page X-7, 8



Concernant les volumes pulmonaires :
• Capacité vitale = quantité d’air totale qu’on peut échanger
• ??
• Volume de réserve inspiratoire = quantité d’air supplémentaire pouvant être inspirée en faisant
un effort / Capacité inspiratoire = quantité d’air totales pouvant être inspirée après une expiration
normale, somme du volume courant et du volume de réserve inspiratoire / Capacité pulmonaire
totale = somme de tous les volumes pulmonaires
• Réponses page X-13



Dans l’anatomie du système respiratoire :
• Faux, de 2
• Faux, bronches souches
• Voir pages X-3 et 4
• Faux, soutenues par des cartilages


Les alvéoles pulmonaires :
• Faux, cellules fines
• Voir page X-5
• Faux, se trouvent sur les glandes exocrines, ou dans les épithéliums absorbants de
l’intestin et des voies respiratoires



Les veines pulmonaires :
• Faux, des poumons vers l’oreillette gauche=> riche en dioxygène qui rejoint la circulation
systémique
• Faux, 4





Ont un débit total de 5l/min au repos
Faux

A propos de la mécanique ventilatoire :







Elle devient toujours égale à la pression atmosphérique
Voir page X-8
Faux, elle ouvre les espaces aériens
Inversement proportionnelle

La courbe de saturation de l’hémoglobine est déplacée vers la droite sous l’effet de : Voir
page X-20
• Gauche




Gauche
Gauche
Gauche



A propos de la régulation de la respiration : Voir pages X-23, 24, 25



Le sang véhiculé par le système porte hépatique :
• Est artériel
• Est riche en triglycérides
• Est pauvre en acides aminés
• Contient de chylomicrons



Le surfactant pulmonaire : Voir page X-12

Chapitre 13
Questions


L’œsophage :
• Est situé entre la trachée et la colonne vertébrale
• Est parcouru d’ondes péristaltiques
• Est innervé par le nerf vague
• Est un organe principalement intrathoracique



Le pancréas :
• Libère l’insuline sous l’effet de l’hypoglycémie
• Synthétise le trypsinogène, enzyme protéolytique
• Est relié au jéjunum par le canal de Wirsung
• Est localisé dans l’hypochondre droit



La pepsine :
• Est synthétisée par les cellules pariétales gastriques
• Est libérée en cas de stimulation du nerf vague
• Constitue un exemple de rétro-inhibition



Clive les triglycérides en glycérol et en acides gras



A propos de la digestion des hydrates de carbone :
• L’amylase salivaire digère le glycogène des aliments
• L’intestin grêle synthétise des enzymes nécessaires à la résorption du galactose et du
glucose
• L’estomac ne libère pas d’enzymes dégradant l’amidon
• La résorption du glucose est liée à celle du NA+



La faim est augmentée par :
• La contraction gastrique à vide
• L’hypoglycémie
• Une baisse de la température hypothalamique
• Une fonte des tissus graisseux



Concernant les volumes pulmonaires :
• La capacité vitale est le volume maximal d’air qui peut être inspiré après une expiration
normale
• En as de relaxation complète des muscles respiratoires, la quantité d’air contenue dans les
poumons est égale au volume résiduel


Le volume d’air contenu dans le système respiratoire après une respiration maximale est la
capacité pulmonaire totale
Le volume courant d’un homme normal au repos est de l’ordre de 2 litres




A propos de la régulation de la respiration :
• Le réflexe de Hering-Breuer est déclenché en fin d’expiration
• Le centre régulateur principal est localisé dans la partie ventrale du bulbe rachidien
• Le centre pneumotoxique stimule les centres respiratoires bulbaires
• L’hypoxie est le principal stimulus de la respiration

Réponses
Q
1
6

R
T
N

Q
2
7

R
B
N

Q
3

Explications


L’œsophage : Dispersées dans tout le chapitre



Le pancréas :

R
B

Q
4

R
T

Q
5

R
T






Faux, c’est le glucagon
Voir page XIII-10, 11
Relié au duodénum par le canal de Wirsung
Faux



La pepsine :
• Faux, les cellules principales
• Voir page XIII-9
• Faux, rétro-activation
• Faux, c’est la lipase linguale



A propos de la digestion des hydrates de carbone : Voir page XIII-3



La faim est augmentée par : Voir page XIII-14



Concernant les volumes pulmonaires :
• Faux, quantité d’air totale qu’on peut échanger
• Faux, expiration = contraction des muscles abdominaux
• Capacité pulmonaire totale = somme de tous les volumes pulmonaires
• Faux, 500 mL



A propos de la régulation de la respiration :
• Faux, lors de la distension pulmonaire
• Faux, partie dorsale
• Faux, inhibe
• Faux, l’hypercapnie

Chapitre 14
Questions




Les lymphocytes T :
• Peuvent se différencier en plasmocytes, cellules produisant les anticorps
• Acquièrent leur immunocompétence dans les ganglions lymphatiques
• Comprennent notamment des lymphocytes auxiliaires et suppresseurs
• Ne sont pas présents dans la rate
Les anticorps sont :







Sécrétés par les plasmocytes
Souvent composés de deux chaines lourdes et de deux chaines légères
Nécessaires à la lutte contre la plupart des bactéries
Notamment produits dans la pulpe blanche de la rate

La rate :
• Est localisée dans l’hypochondre gauche
• Participe à la destruction des bactéries sanguines
• Comprend une pulpe blanche, riche en cellules immonucompétentes
• Jouxte la queue du pancréas

Réponses
Q
1

R
C

Q
2

R
T

Q
3

R
T

Q
4

R

Q
5

R

Explications


Les lymphocytes T :
• Faux, il s’agit des lymphocytes B
• Faux, dans le thymus
• Voir page XIV-4 à 6
• Migrent vers les tissus lymphoïdes dont la rate



Les anticorps sont : Voir pages XIV-2, 4, 5



La rate : Voir page XIV-4

Questions sans chapitre
Questions


Concernant les fuseaux neuromusculaires :
• Les myocytes intrafusoriaux sont constitués de fibrilles permettant la contraction musculaire [SONT
DEPOURVUS DE FIBRILLES]
• Les extrémités des myocytes intrafusoriaux sont innervées par des fibres motrices alpha [GAMMA]
• Les fibres motrices gamma déclenchent la contraction des cellules musculaires situées en
dehors des fuseaux [ALPHA]
• Si le muscle est étiré, les neurones sensoriels émettent des influx en direction de la moelle,
déclenchant ainsi un étirement musculaire encore plus important [CONTRACTION]



La courbe de saturation en oxygène de l’hémoglobine est déplacée vers la droite par :
• L’alcalose
• L’hypothermie
• L’hypocapnie
• L’augmentation de la concentration sanguine en H+

Réponses
Q
1

R
N

Q
2

R
D

Q
3

R

Q
4

R

Q
5

R

Explications




Concernant les fuseaux neuromusculaires :
• Faux, ils sont dépourvus de fibrilles
• Non, Gamma
• Non, Alpha
• S’oppose à un étirement plus important et déclenchent donc une contraction
La courbe de saturation en oxygène de l’hémoglobine est déplacée vers la droite par :


Hausse du pH  déviation gauche



Baisse température  déviation gauche
PCO2 baisse  déviation gauche


D. = Diminution pH

(EFFET BOHR = Déplacement vers la droite = l'hémoglobine libère plus d'oxygène et son affinité pour l’O2
diminue VS. Déplacement vers la gauche = elle en libère moins et son affinité augmente)


Aperçu du document couille1.pdf - page 1/44

 
couille1.pdf - page 3/44
couille1.pdf - page 4/44
couille1.pdf - page 5/44
couille1.pdf - page 6/44
 




Télécharger le fichier (PDF)


couille1.pdf (PDF, 249 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP Texte



Documents similaires


surrenales
couille1
la chimie du cerveau
cours 2 endocrinologie pr psb
svt c 3
fdc hbdd 2

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.013s