Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils PDF Recherche PDF Aide Contact



Synthese rencontres pauvrete OK.pdf


Aperçu du fichier PDF synthese-rencontres-pauvrete-ok.pdf

Page 1...3 4 56735

Aperçu texte


Préambule
L’ESSENTIEL DE L’AIDE SOCIALE AUX PERSONNES LES PLUS DÉMUNIES SE
DÉPLOIE DANS 2 DOMAINES :
L’ACCÈS À L’EMPLOI,
L’ACCÈS AUX DROITS ET AUX BIENS ESSENTIELS.
Les mesures du plan de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale abordent
ces deux domaines tout en cherchant à optimiser les mécanismes de soutien.
a. Renforcement de l’employabilité,
b. Soutien à l’apprentissage, à l’embauche, à l’insertion,
c. Soutien au développement de l’activité économique et à la création d’entreprise,
d. Pondération du coût de certains produits, comme le logement par l’État ou la
restauration scolaire par les collectivités,
e. Octroi d’un revenu minimum indispensable,
f. Allègement de difficultés supplémentaires, spécifiques à certaines personnes ou
catégories sociales.

Le taux local
de pauvreté est
de 42%. Sans
l’aide sociale il
serait de 46%.
(INSEE 2013)

La conduite de ces aides est différente selon
les domaines.
Pour l’accès à l’emploi, il s’agit avant tout
d’être facilitateur.
Pour l’accès aux droits et aux biens essentiels,
on parle de garantie, de bouclier, contre les
déséquilibres et les inégalités.
Elle est également différente selon la
situation des personnes vis-à-vis de l’emploi.

Pour les personnes en âge et en capacité de
travailler, la plupart des soutiens sont vus
comme précurseurs d’un retour à une
situation normale, et sont assortis de limites de durée et d’une réciprocité de la part
du bénéficiaire.
Pour les autres, les aides et leurs modalités d’attribution sont souvent fixées et
gérées de façon autonome par l’organisme qui les porte. Les critères utilisés par
l’État servent néanmoins de référence commune.
Plusieurs acteurs institutionnels interviennent selon leurs
attributions et leurs moyens. Mais des conceptions parfois
différentes des priorités et des stratégies peuvent se
traduire par :
o un empilement d’aides sur certaines problématiques ou,
au contraire, des carences sur d’autres,
o des ruptures dans la prise en charge de certains parcours
de réinsertion,
o des aides plus correctives que préventives, plus
fragmentaires qu’intégrées.


Répartition des allocataires des principaux minima sociaux
au 1 janvier 2012 (source CAF, Pôle emploi, CGSS)

Plan contre la pauvreté - Synthèse des rencontres territoriales de La Réunion

5