messagesinterventions.pdf


Aperçu du fichier PDF messagesinterventions.pdf

Page 1...5 6 78948




Aperçu texte


Bloc Rouge (Unification des maoïstes) - France
Tout d’abord, merci à tous et toutes d’être venus participer à ce meeting. Des Camarades se sont même
déplacés d’autres pays, d’autres ont envoyé des messages.
Pour nous, maoïstes, la révolte des banlieues de 2005 fait partie des événements marquants de l’histoire des
mouvements populaires de notre pays. Et même au-delà, puisque cette révolte a fait la Une des journaux de
tous les pays du monde.
Bien des choses ont été dites sur la révolte des banlieues, et notamment beaucoup de conneries. Ce qui n’est
pas si étonnant vu que c’est le message de l’appareil idéologique bourgeois qui est dominant, au travers entre
autres des radios, journaux et programmes télé.
Avant de donner notre point de vue, on a préparé un petit florilège des stupidités des différents partis et
organisations de France, de l’extrême droite à l’extrême gauche.
Jeunes Communistes liés au PCF
« Stop à toutes les violences s’insurge le texte. Celles des casseurs, celles du ministre de l’Intérieur, celles
du Medef. Des voitures, des gymnases, des bus, des quartiers s’enflamment depuis quelques jours. Des
personnes sont agressées physiquement. C’est inacceptable. (…) Cette violence touche d’abord les habitants
des quartiers eux-mêmes. C’est une bouffée de désespoir qui n’amène rien si ce n’est la destruction et les
divisions ».
« les incivilités, la violence diffuse, sont l’apanage d’une minorité de personnes [dans les quartiers]. Mais cela
suffit pour gâcher la vie (…), d’autant plus que ce sont le plus souvent les personnes en situation de précarité
qui subissent le plus ces violences. Des réponses de police et de justice sont nécessaires »
PCF
« Le Parti communiste condamne la violence, quelle que soit son origine ». Sur la question de la répression,
le PCF salue l’action « courageuse » de la force publique.
Lutte Ouvrière
« Bien sûr, les principales victimes de ces violences sont les habitants de ces banlieues. Les voitures qui
brûlent ne sont pas des voitures de milliardaires ou de ministres, mais celles de travailleurs qui vivent dans
ces quartiers. C’est pourquoi, lorsque les jeunes s’en prennent aux pompiers en tant que représentants de
l’autorité, cela ne montre pas une bien grande conscience. »
« La violence au quotidien dans ces quartiers est peut-être le fait de voyous ou de trafiquants. »
« Les travailleurs n’ont pas à se réjouir de la forme que prend cette explosion, et pas seulement parce qu’ils
sont les premiers à en souffrir. La jeunesse, c’est
l’avenir. Mais de quel avenir une jeunesse déboussolée
peut-elle être l’artisan ? »
LCR
« 
Si la colère de jeunes, sans formation, sans
emploi (Citroën Aulnay vient de renvoyer 700
jeunes intérimaires), victimes du racisme et de la
discrimination est compréhensible, ils se trompent de
cibles lorsqu’ils incendient les voitures des habitants,
des écoles, des gymnases ou des crèches. »
Parti Socialiste
« 
Quelles

que

soient

les

fautes
7