Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils PDF Recherche PDF Aide Contact



7e Mer CoreRuleBook Splitted.pdf


Aperçu du fichier PDF 7e-mer-corerulebook-splitted.pdf

Page 1 2 3 456190

Aperçu texte


Les aléas du métier
O

liver regarda approcher la douzaine d’hommes, leurs
épées au clair. Dans la pénombre de la taverne, leurs
visages affichaient un empressement sinistre. Il
accorda un bref coup d’œil à sa compagne de fortune : une
femme de petite taille, solidement bâtie, mais qui semblait
plus habituée à manier la chopine que les armes.
« J’espère que vous savez vous servir d’une épée », dit-il
sans quitter des yeux le groupe qui se rapprochait.
Sa partenaire renifla. «  J’espère que vous savez vous
battre en robe », répliqua-t-elle nonchalamment en roulant
les « r » de son accent vestenmennavenjar.
Oliver baissa les yeux sur la fine chemise de nuit rose qui
lui arrivait au niveau des mollets et jura à l’encontre des
Sidhes dont le sens de l’humour vicieux l’avait sans aucun
doute mené dans ce pétrin.
Puis il bondit de la table sur laquelle ils étaient juchés et
abattit le pommeau de son arme sur le nez d’un homme
avant de faire virevolter sa lame pour parer le coup
d’un autre.
Il n’eut guère le loisir de se soucier de sa partenaire,
mais estima que le rire bruyant et joyeux qui surnageait
au-dessus du fracas des armes devait lui appartenir.
Cette journée ne se passait pas comme prévu.

ç

4

Les aléas du métier

par Jennifer Mahr

Quatre heures plus tôt, la journée d’Oliver s’annonçait
prometteuse. Entouré de marbre resplendissant et de
draperies de soie épaisses, il se tenait dans le salon
démesurément luxueux du noble montaginois qui l’avait
fait venir. Le seigneur Descoteaux siégeait sur son sofa
rembourré comme un roi sur son trône. Ou plutôt, rectifia
intérieurement Oliver, comme un empereur. L’attention
du marquis était absorbée par le verre de vin qu’il tenait,
la lumière de fin de matinée jouant sur son contenu d’or
pâle. Il l’étudiait avec une attention calculatrice qu’Oliver
avait vu d’autres consacrer à des chevaux ou à des récoltes,
agitant le liquide d’un petit coup de poignet exercé avant
d’y tremper ses lèvres.
Oliver attendit en silence, tout comme le laquais qui
avait apporté le vin et se tenait maintenant au garde à
vous, plateau d’argent en main, invisible tant qu’il n’était
pas requis. Ils étaient similaires au mobilier du salon, à la
différence qu’ils étaient moins intéressants et nettement
moins onéreux. Oliver en aurait pris ombrage s’il n’en avait
pas été prévenu par l’épéiste qui lui avait initialement
recommandé ce travail.
Le seigneur Descoteaux resta sans rien dire, une
gorgée de vin en bouche, fredonna un instant
pensivement, puis avala. Apparemment satisfait, il
eut un geste négligent envers le laquais au plateau d’argent,
le congédiant avant de porter son attention sur Oliver.