Expo Bobo Yéyé Cor Justif .pdf


Nom original: Expo-Bobo-Yéyé-Cor-Justif.pdf

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Adobe InDesign CC 2014 (Macintosh) / Mac OS X 10.11.6 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 09/07/2017 à 17:46, depuis l'adresse IP 82.224.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 178 fois.
Taille du document: 2.7 Mo (2 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


exposition

BOBO
YEYE
Une
exposition
toute en sobriété,
sensée et dépaysante
retraçant
l’incroyable travail
du
photographe
Ibrahim Sory Sanlé.
Dans un décor vintage et épuré, l’Ascenseur
Végétal
offre une présentation du
travail
de Sory Sanlé par
Florent Mazzoleni.

Accompagnée du
rythme entraînant
des années 60 et
70, tout droit sortie de Bobo-Dioulasso,
capitale
du Burkina Faso,cette
exposition
vous
immerge
dans un univers
culturel et social insoupçonné.

Exposition
Ibrahim Sory Sanlé
20 juin - 26 août 2017
L’Ascenseur Végétal,
20 rue Bouquière, Bordeaux

Né en 1943 à Nianiagara au
Burkina Faso. Il vit et travaille à
Bobo-Dioulasso.

Il
commence
sa
carrière
photographique
à
BoboDioulasso en 1960, l’année où
la Haute-Volta s’émancipe de
la France. Jeune apprenti, il
s’initie au travail de l’image avec
une chambre photographique
avant de traiter et d’imprimer
ses propres images. Comme
beaucoup de photographes
africains de son époque, il
balbutie avec le format Rolleiflex
6x6. Rapidement, il collecte une
série impressionnante d’images
illustrant l’évolution de la ville
puis de la capitale culturelle et
économique de Haute-Volta.

Initialement reporter/photographe
et illustrateur, il ouvre son studio
Volta Photo — sous le mécénat
de Idrissa Koné — qui devient
bientôt le meilleur studio photo de
la ville, où se conjuguent à la fois
reportages, illustrations de pochettes
de disque, et images officielles.
Entièrement dédié à son art et
son travail, il suit sa propre règle :
« plus
vous
aimez
quelque
chose,
plus
vous
investissez une autre passion ».
Il fait peindre des décors en Côte
d’Ivoire, achète quelques accessoires
que l’on retrouve régulièrement sur ses
clichés (guitare, transistor, téléphone,
pistolet…). On se bouscule pour
s’y faire tirer le portrait. Cent francs
CFA la vue. Sory Sanlé pratique
une
photographie
accessible,
artistique et documentaire à la fois.
« Il montre une jeunesse qui a soif
de cinéma, écoute du funk, danse le
twist », explique Florent Mazzoleni,
qui le représente désormais. Jamais
sans sa mobylette, Sory Sanlé parcourt
Bobo et les villages avoisinants.
Il transporte son studio, se rend dans
les dancings et traduit les aspirations
d’une
société
enfin
libérée.

À l’instar de son contemporain malien
Malick Sidibé, ses sujets évoquent le
quotidien lointain et mélancolique des
villes enclavées du continent africain,
mais aussi la vitalité de la jeunesse
dans les décennies ayant suivi
l’indépendance. On y retrouve alors le
temps des yéyés, du twist, des 45 tours
et une certaine forme d’insouciance.
Inconnu, oublié ou méconnu, l’âge
d’or de la photographie voltaïque
est incarné dans les images d’Ibrahim
Sory Sanlé, collectées et conservées
depuis de nombreuses décennies.

Ces clichés incarnent un regard qui
présente une effervescence sociale
et culturelle unique.


Expo-Bobo-Yéyé-Cor-Justif.pdf - page 1/2
Expo-Bobo-Yéyé-Cor-Justif.pdf - page 2/2

Documents similaires


expo bobo yeye cor justif
clement gerardin portfolio 2016
formulaire street art
book clement gerardin 2015
c32lzkr
yann dante mapra 1


Sur le même sujet..