Assemblée annuelle des revues 2017 Compte rendu .pdf



Nom original: Assemblée annuelle des revues 2017 Compte rendu.pdf

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par / Skia/PDF m59, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 24/07/2017 à 21:38, depuis l'adresse IP 132.208.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 425 fois.
Taille du document: 236 Ko (10 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Compte rendu 
Assemblée annuelle des revues 
CNRS — Paris, le 26 avril 2017 

 

 

 
 
 
 

⁓ ​Ordre du jour ​⁓
 



OpenEdition. Bilan et perspectives pour l’unité et les plateformes​,  
par​ Marin Dacos​, directeur d’OpenEdition 

⁓ Discussion ⁓ 


La plateforme Revues.org 



Les projets du pôle Édition pour les revues​,  
par ​Marie Pellen​, ​Élodie Picard​ et ​Sandra Guigonis 

De Revues.org vers OpenEdition Journals​, par ​Patrick Gendre 

⁓ Discussion ⁓ 


Indexation et référencement​, par ​Matthieu Andreani 



Des statistiques et des métriques pour les revues​,  
par ​Élodie Faath​, ​Sandra Guigonis​ et ​Jean-Frédéric Vergnies 

⁓ Discussion ⁓ 
 

 
 

 
 

OpenEdition — Compte rendu de l’assemblée annuelle des revues — 26 avril 2017 

 1  

⁓ ​OpenEdition. Bilan de l’année écoulée ⁓ 
par​ Marin Dacos​, directeur d’OpenEdition 
Cette  année,  nous  avons  dépassé  les  71  millions  de visites sur l’ensemble d’OpenEdition et la 
fréquentation  internationale  s’est  confirmée.  Pour  la  première  fois,  la  loi  mentionne  et 
promeut  l’open  access  :  la  loi  République  numérique,  votée  à  l’automne  2016,  favorise  les 
archives  ouvertes  et  est  prolongée  par  un  plan  d’accompagnement  (pour  les  revues)  ainsi 
qu’une  incitation  à  formuler  une  offre  commerciale  auprès  d’​Istex  (pour  les  livres),  ce  que 
nous avons fait. 
Notamment  grâce  à  l’offre  Freemium,  la  proportion de revues en accès ouvert sur ​Revues.org 
ne  cesse  de  progresser  (74  %  en  2016  contre  54  %  en  2011).  Les ventes aux États-Unis se sont 
débloquées  en  2016,  avec  notamment  New  York  University,  University  of  Michigan,  Duke 
University,  University  of  Illinois  Urbana-Champaign,  Columbia  University,  Johns  Hopkins 
University.  Nous  avons  de  bonnes  raisons  de  penser  que  ce  n’est  qu’un  début  et  que  la 
progression  de  notre  offre  Freemium  dans  le  monde  anglo-américain  va  s’accélérer 
fortement. 
Le  changement  principal  à  venir  consiste  en  la  simplification  de  notre  communication.  En 
effet,  au  lieu  de  communiquer  sur un portail et quatre plateformes, nous allons centrer notre 
communication  sur  trois  piliers  :  OpenEdition,  Calenda  et  Hypothèses,  OpenEdition  devenant 
la  marque  unique  portant  les  livres  (plateforme  OpenEdition Books) et les revues (plateforme 
OpenEdition Journals). 
Par  ailleurs,  nous  déménagerons  dans  de  nouveaux  locaux  au  cours  de l’année, atteignant au 
passage 1000 m​2​ au lieu de 600 m​2​.  
Enfin,  nous  avons  soumis  notre  candidature  à  la  reconnaissance  d’​OPERAS  en  tant 
qu’infrastructure  européenne  (pour  2018),  de  la  même  façon  qu’OpenEdition  est  reconnue 
comme infrastructure nationale (depuis 2016). 
Voir la vidéo​ (47min) > ​https://webcast.in2p3.fr/videos-8882 

⁓ ​Discussion ⁓

(​20 min​) 

● OpenEdition et ouverture disciplinaire 
OpenEdition envisage-t-il une ouverture aux autres sciences ? 
R  ​(Marin  Dacos)  :  Le  CNRS  va  demander  une  évaluation  à  une  structure  européenne, 
Research  Consulting  pour  répondre  à  deux questions stratégiques : Est-ce qu’on va au-delà 
des  SHS  ?  Si  on  élargit,  quel  serait  le  périmètre  :  tout  ou  partie  des  STM  ?  Une  question 
stratégique  se  pose  aussi  sur  les  langues.  Doit-on  renforcer  le  multilinguisme  ?  Une étude 
remise fin juin va commencer à apporter des réponses.  
Les  revues  peuvent  nous  écrire  pour  donner  un  avis,  des  idées  afin  que  nous  puissions 
produire  une  synthèse  qui,  en  2018,  pourra  nous  permettre  d’affiner  notre  politique  en 
termes disciplinaires.  
 
OpenEdition — Compte rendu de l’assemblée annuelle des revues — 26 avril 2017 

 2  

Doit-on  avoir  une  politique  scientifique  d’élargissement  ou  pas  ?  Il  est  nécessaire  de  se 
poser  la  question  de  manière  structurée,  et  le  retour  d'expérience  et  le  point  de  vue  des 
revues seront les bienvenus dans cette réflexion. 


À propos du projet HIRMEOS 
Qu’est-ce que le standard DOAB PR Types ? 
R  ​(Marin  Dacos)  :  ​Pour  les  livres,  il  est  nécessaire  de  cartographier  les  catalogues  des 
ouvrages  en  accès  ouvert,  en  se  basant  sur  une  sélection  éditoriale  et  scientifique.  Le 
DOAB  (Directory  of  Open  Access  Books)  est  un  annuaire  de  ce  type  qui  va  se  structurer 
grâce  à  ce  financement  européen  (HIRMEOS).  L’objectif  principal  du  DOAB  est  d’accroître 
la  visibilité  des  livres  en  accès  ouvert  par  le  moissonnage  des  métadonnées  et  la diffusion 
des contenus, de la même façon que le DOAJ pour les revues. 



OpenEdition et les autres plateformes 
Open  Journal  System  (OJS)  est  massivement  implanté  en  Amérique  latine.  Peut-on 
comparer avec Revues.org qui rend de meilleurs services ? 
R  ​(Marin  Dacos)  :  ​Open  Journal  Systems  (​OJS)  est  un  système  de  gestion  du  workflow 
éditorial  développé  au  Canada  par  ​Public  Knowledge  Project  (PKP),  qui  est  notre 
partenaire  notamment  dans  HIRMEOS.  Il  y  a  de  grosses  différences  avec  Lodel  car  OJS  est 
centré  sur  la  première  partie  du  processus  scientifique  —  l’évaluation  par  les  pairs  —  et 
n’est  pas  nativement  XML.  Nous  proposons  un  système  de  publication  pérenne  et 
structurée  en  XML,  alors  que  OJS  opère  plutôt  une  stratégie  de  pépinière  avec  plus  de 
10000 instances dans le monde. Les deux se complètent et peuvent se suivre.  
Est-ce  qu’après  le  projet  Manuscrits,  une  nouvelle  plateforme  de  workflow  pour 
l’évaluation (de type OMP-PKP) est à l’étude ? 
R  ​(Marin Dacos) : ​Ce type de plateforme n’est pas le cœur de notre métier. Les revues sont 
encouragées  à  s’orienter  vers  des  services  externes  car  OpenEdition  ne  prévoit  pas  de 
reproduire un tel projet. 
Certaines  plateformes  anglaises  proposent  des applications spécifiques pour smartphone et 
supports  mobiles  pour  les  revues.  Cela  permet  par  exemple  d’établir  des  listes à partir de 
sa  veille.  Est-ce  que  des  applications  de  ce  type  sont  envisagées  pour  les  revues 
d’OpenEdition ? 
R  ​(Marin  Dacos)  :  ​OpenEdition  travaille  à  une  maquette  responsive  pour  ses  plateformes, 
qui  marchera  mieux  sur  mobile.  Notre  système  d’alerte  permet  de  répondre en partie aux 
besoins  pour  la  veille  :  il  aura  besoin  d’être  refondu  mais  ce  n’est  pas  à  l’ordre  du  jour 
pour  l’instant.  Il  faudra  nous  envoyer  des  exemples  car  nous  sommes  attentifs  aux 
évolutions. 



Les revenus issus du modèle Freemium 
Quels  sont  les  revenus  moyens  du  programme  ?  Peut-on  présenter  un  histogramme  des 
revenus par revue ? 
R  ​(Marin  Dacos)  :  On  calcule  plutôt  le  revenu  médian.  Le  revenu  moyen  est  légèrement 
 

OpenEdition — Compte rendu de l’assemblée annuelle des revues — 26 avril 2017 

 3  

inférieur  à  1000  €.  On  peut  vous  faire  parvenir  une  distribution  des  revenus  sur  les  155 
revues du programme Freemium. 
Comment est calculé le revenu d’une revue ? 
R  ​(Marin  Dacos)  :  ​Au  prorata  des  téléchargements  et  de  la  fréquentation  en  bibliothèque. 
Le  nombre  de  documents  disponibles  a  un  impact  sur  la  fréquentation,  donc 
potentiellement sur les revenus.  
À quel moment le montant est-il reversé ? 
R  ​(Yves  Picard,  Presses  universitaires  de  Rennes)  : Théoriquement avant le 31 janvier mais 
en  pratique  plutôt  vers  mars-avril  de  chaque  année.  Le  versement  est  effectué  par 
Protisvalor  Méditerranée,  une  filiale  d’Aix-Marseille  Université.  Même  en  cas  de  revenus 
modestes, cela peut aider des revues à financer la mise en ligne, ce qui est important. 

⁓ ​La plateforme Revues.org ⁓ 
Les projets du pôle Édition pour les revues 
par  ​Marie  Pellen​,  responsable  du  pôle  Édition,  ​Élodie  Picard​,  responsable  du  service 
Assistance et formations et ​Sandra Guigonis​, responsable du service Revues

 

La plateforme ​Revues.org​ compte aujourd’hui plus de 500 revues adhérentes, dont 455 revues 
en ligne. L’ensemble de l’équipe d’OpenEdition, composée d’une cinquantaine de personnes, 
contribue à la mise en ligne, la diffusion et la valorisation de vos publications. Dans l’équipe, 
vos interlocuteurs réguliers sont plus particulièrement les services Revues et Assistance & 
formations qui vous présentent les projets en cours et les nouvelles fonctionnalités de la 
plateforme. Ce travail de fond vise à faciliter le travail des équipes éditoriales mais aussi à 
harmoniser les pratiques et les sites de revues dans la perspective de la refonte globale de la 
plateforme vers OpenEdition Journals. 
Voir la vidéo​ (29min) > ​https://webcast.in2p3.fr/videos-8883  
 

De Revues.org vers OpenEdition Journals 
par ​Patrick Gendre​, directeur adjoint technique d’OpenEdition 
La  nécessité  de  faire  évoluer ​Revues.org est apparue depuis plusieurs années, afin de prendre 
en  compte  le  besoin  d’internationalisation,  de  rendre  les  sites  de  revues  lisibles sur supports 
mobiles  (tablettes,  smartphones,  etc.),  et  d’harmoniser  la  plateforme  avec  OpenEdition 
Books.  
OpenEdition  Journals  est  le  nouveau  nom  de  Revues.org  ;  plutôt  qu’une refonte complète, le 
projet  est  conçu  comme  une  évolution  en  plusieurs  étapes,  avec  dans  un  premier  temps  les 
adaptations  techniques  minimales  rendant  possible  le  passage  vers  des  sites  «  responsive  ». 
 
OpenEdition — Compte rendu de l’assemblée annuelle des revues — 26 avril 2017 

 4  

L’année  2017  comprend  un  volet  technique  (migrations  et  harmonisation  des  données),  ainsi 
que  l’ouverture  du  domaine  journals.openedition.org,  et  la  conception  initiale de la nouvelle 
maquette,  dont  le  cahier  des  charges  prendra  en  compte  les  attentes  des  utilisateurs  et  des 
revues  adhérentes.  La  nouvelle  maquette  des  sites  de  revues  serait  mise  en  ligne  courant 
2018. 
Voir la vidéo​ (59 min) > ​https://webcast.in2p3.fr/videos-8885  

⁓ ​Discussion ⁓


 

(​37 min​) 

À propos du projet de changement d’URL 
Est-ce que cela implique un changement de domaine pour toutes les adresses ? 
R  ​(Patrick  Gendre)  :  ​Oui.  L’idée  est  de  prendre  le  même  nommage  que  pour  Books.  La 
redirection sera permanente depuis les URL en revues.org. L’objectif est d’harmoniser les 
URL  des  plateformes,  à  l’image  des  livres.  Il  y  aura  donc  le  nom  de  domaine  : 
openedition.org/NOMDELAREVUE 
Ce changement d’URL pour journals ne va-t-il pas entraîner des liens trop longs ? 
R  ​(Marin  Dacos)  :  En  effet,  l’adresse  des  pages  web  d’une  revue  (URL)  va  être  plus 
longue. Mais les solutions alternatives sont trop complexes à développer et déployer.  
N’est-il  pas  dommage  de  perdre  revues.org  dans  l’URL  ?  Car  revues.org  est  plus  parlant 
qu’openedition.org ? 
R  ​(Marin  Dacos)  :  C’est  un  choix  lié  à  un  changement  d’échelle.  Revues.org  est  un  nom 
très  installé  dans  le  monde  francophone.  OpenEdition  nous  décrit  partout  dans le monde 
non-francophone.  Pour  l'internationalisation,  le  changement  de  nom  permettra  de 
dépasser la sphère francophone et de gagner en diffusion à l’étranger.  
L’inversion  de  rang  entre  le  nom  de  domaine  et  le  nom  de  la  revue  ne  risque-t-elle  pas 
d’entraîner une frustration pour les revues ? 
R  ​(Patrick  Gendre  —  Marin  Dacos) : Notre première intention était de garder le nom de la 
revue  en  premier,  mais  cela  posait  de gros problèmes techniques et on a dû renoncer. Le 
référencement sera le même pour le nom de la revue dans les moteurs de recherches. 



À propos du projet OpenEdition Journals 
Un  seul  modèle  éditorial  commun  pour  toutes  les  revues,  c’est  une  bonne  nouvelle. 
Qu’est-il prévu pour les publications de types dictionnaires bibliographiques ? 
R  ​(Marin  Dacos)  :  ​C’est  trop  compliqué  et  pour  l’instant  nous  ne  développons  pas  cette 
forme  éditoriale.  Par  contre,  avec  MÉTOPES,  il  sera  possible  d’explorer  de  nouvelles 
pistes  pour  ce  type  de  projets.  Pour  l’existant,  une  étape  est  prévue  pour  pouvoir 
maintenir ce type d’objets dans Journals mais nous ne monterons pas en puissance.  

 
OpenEdition — Compte rendu de l’assemblée annuelle des revues — 26 avril 2017 

 5  

Quels seront les canaux d’information pour suivre l’évolution des projets ? 
R  ​(Marin  Dacos)  :  Il  n’y  aura  pas  de  canal  spécifique  mais  nous  avons  vos  adresses  dans 
notre base de contact. Les revues seront informées trimestriellement par courriel. 


Stylage et modèles de document 
Y aura-t-il une nouvelle feuille de style pour travailler avec Open Office ? 
R  ​(Élodie Picard) : Les modèles anciens fonctionnent toujours sous OpenOffice mais pas la 
nouvelle  feuille  de  styles.  Il  faudrait  que  l’on  s’y  penche  mais  cela  n’est  pas  dans  la 
feuille de route actuelle. 
Pour les utilisateurs de Word 2016 sur Mac OS, quelle est la solution pour les modèles ?  
R  ​(Élodie  Picard)  :  ​La  seule  solution  aujourd’hui  est  d’utiliser  une  version  antérieure  de 
MS  Word  pour  Mac  OS  ou  de  passer  sous  Windows.  Pour  l’instant,  nous  n’avons  pas  de 
solution  pour  Word  20161.  On  ne  sait  pas  a  quoi  ressemblera  Word  2018,  ni  si  nos 
développements actuels seront compatibles.  
Les  formules mathématiques dans les textes fonctionnent en word .docx. Au passage dans 
.doc elles passent en image. Que faire pour gérer les formules ?  
R  ​(Marie  Pellen  —  Élodie  Picard  —  Sandra  Guigonis)  :  ​La  semaine  prochaine  sort ​BibNum​. 
Textes fondateurs de la science​, qui est la première revue de la plateforme qui contienne 
des  formules  mathématiques  en  texte.  C’est  donc  techniquement  réalisable  mais  avec 
des  limites  :  seul  le  HTML  est  disponible  et  nous  ne  produisons  pas  les  formats 
détachables  PDF  et  ePub.  Il  n’est  donc  pas  possible  de  participer  au  programme  de 
diffusion Freemium. 
Dans  le  futur,  il  sera  possible  d’utiliser  du  .docx,  cependant la question n’est pas liée au 
format  .doc  ou  .docx  mais  au format d’équation de Word. Ici, on s’appuie sur un système 
de rendu en javascript (​MathJax​) d’éléments saisis en LaTeX.  
Est-il prévu un template LaTeX pour les modèles ?  
R  ​(Marin  Dacos)  :  ​Nous  n’en  sommes  pas  à  développer  ce point. La demande est légitime 
mais  il  est  préférable  d’apprendre  la  TEI  plutôt  que le LaTeX. L’alternative est le format 
XML-TEI.  
Quand  nous  avons  un  symbole  d’alphabet  phonétique  directement  dans  le  texte, 
comment l’importer ?  
R  ​(Élodie  Picard)  :  ​L’API  (Alphabet phonétique international) existe en Unicode, à insérer 
directement dans le document MS Word.  



Le stylage et les améliorations souhaitées pour le traitement et le rendu des données 
En-dehors  de  cette  perspective,  quel  serait  l’horizon  temporel  pour  l’implémentation de 
meilleurs outils de traitement de l’écriture scientifique ? 
R  ​(Marin  Dacos)  :  ​Nous  nous  pencherons  sur  des  questions  de  recherche  et  de 

1

Précision : Une solution a été développée suite à une initiative de l’équipe de MÉTOPES. Elle est en cours de tests et nous vous en
tiendrons informé·e·s très prochainement.

 
OpenEdition — Compte rendu de l’assemblée annuelle des revues — 26 avril 2017 

 6  

développement  telles  que  l’intégration  de  formats  dynamiques de cartes pour des revues 
de  géographie  comme  ​Mappemonde​.  Mais  on  ne  peut  se  prononcer  sur  les échéances car 
nous ne développerons pas ces outils en 2017. 
 
Les  illustrations  ou  les  cartes  en  géographie  ne  rendent  pas  bien  en  HTML car la solution 
actuelle est « pauvre », y aura t il des améliorations ? 
R  ​(Élodie  Picard  —  Marie  Pellen)  :  La  solution  est  de  mettre  une  image  de  très  haute 
résolution  dans  MS  Word.  De  fait,  sur  la page HTML, il est possible de zoomer sur l’image 
pour  aller  très  loin en précision sans altérer la qualité. Mais il faut tout de même prendre 
en  considération  les  lecteurs  qui  n’ont  pas  une  bonne  qualité  de  connexion  et  ne  pas 
s’adresser  uniquement  aux  usagers  haut  débit  mais  à tous les lecteurs pour l'affichage de 
toutes les pages. 
Sur  le  HTML,  une  image  peut-elle  apparaître  en  plein  écran  si  on  la  survole  au  lieu  de 
seulement s’agrandir ?  
R ​(Sandra Guigonis) : ​Nous avons bien conscience d’un ensemble de besoins et de souhaits 
d’amélioration  au  sujet  des  illustrations.  Nous  notons  vos  recommandations pour pouvoir 
construire  une  réponse  satisfaisante  dans  nos  futurs  projets.  Nous  avons  donc  besoin  de 
l’intervention  des  lecteurs  et  usagers  pour  connaître  et  analyser  les  besoins.  Par 
exemple,  l’effet  de  réduction/compression  rend  l’affichage  parfois  flou,  nous  le  savons 
et  nous  le  prendrons  en  compte  dans  le  futur  cahier  des  charges  de  la  plateforme 
OpenEdition  Journals,  Nous  ne  savons  pas  aujourd’hui  quelle  seront  les  solutions 
techniques,  mais  nous  gardons  les  doléances  afin  de  pouvoir  y répondre dans le futur car 
nous avons conscience d’avoir de la marge pour faire mieux. 
Les  tableaux  contiennent  des  données.  Quand  ils  sont trop grands, il faut les transformer 
en  images  et  cela  entraîne  une  perte  de  données.  On  sait  de  plus  que  les  articles  avec 
des  données  disponibles  sont  davantage  repris  que  ceux  qui  n’en  ont  pas  car  leurs 
tableaux sont proposés en images. Comment faire pour solutionner ce souci ? 
R  ​(Marin  Dacos  —  Sandra  Guigonis)  :  ​OpenEdition  a  plusieurs  temporalités  pour  les 
projets. 
—  Court  terme  :  il  faut  faire  de  la  donnée  donc  nous  proposons  d’ajouter  en  annexe  un 
fichier .csv ou .xls pour permettre au moins la consultation des données.  
—  Moyen  terme  :  nous  pourrions  envisager  d’offrir  des  solutions  de  redimensionnement 
des images et donc de ces tableaux pour en favoriser la lecture et l’interprétation.  
—  Long  terme  :  dans  les  prochaines  générations  de  sites,  il  faudrait  concevoir  une 
nouvelle  solution,  prendre  en  charge  de  nouveaux  éléments.  Actuellement  nous  faisons 
de  l’iso-fonctionnel  qui  consiste  à  reproduire  la  même  chose  mais  sur de nouvelles bases 
technologiques, avant de pouvoir proposer ce type de nouveautés.  
Ensuite,  les  données  impliquent  un  métier  qui  n’est  pas  et  ne  sera  pas  le  nôtre.  On 
pourra  s’appuyer  sur  d’autres  infrastructures  comme  Huma-Num  ou  Zenodo  par  exemple 
afin  de  pouvoir  encapsuler  les  éléments  contenant  des  données  complexes.  Cela 
nécessite  la  mise  en  place  d’un  écosystème  et  d’échanges  entre les structures afin de se 
 
OpenEdition — Compte rendu de l’assemblée annuelle des revues — 26 avril 2017 

 7  

mettre d’accord et produire ces fonctionnalités.  
Peut-on  prendre  en  charge  des  éditions  archéologiques  complexes  avec études de source 
et double système de notes ? 
R ​(Marin Dacos) : Pour le double système de notes, on le gère déjà. 
R  ​(Dominique  Roux)  :  ​Avec  MÉTOPES,  il  est  possible  de  développer  des  structures  plus 
élaborées  de  description  des  textes  mais  le  souci  est  la perte de ces informations lors de 
la  conversion  vers  Lodel  pour  publication  dans  Revues.org.  On  peut  envisager  des 
extensions  raisonnables  du  schéma TEI d’OpenEdition pour Revues.org mais cela prend du 
temps. La discussion est en cours depuis 2 ans, on progresse doucement.  

⁓ ​Indexation et référencement ⁓ 
par​ Matthieu Andreani,​ chargé de référencement 
L’équipe  d’OpenEdition  mène  un travail constant et régulier de référencement des contenus 
publiés sur la plateforme Revues.org. 
Menée  en  2016,  la  campagne  d’inclusion  des  revues  en  accès  ouvert  dans  le  Directory  of 
Open  Access  Journals  (​DOAJ​)  a  abouti  à  la  labellisation  de  160  revues,  qui  répondent  ainsi 
aux  nouveaux  critères  de  qualité  et  de  transparence  du  processus  éditorial  de  cette  base. 
Les  revues  labellisées  bénéficient  de  la  visibilité  internationale  du  DOAJ  grâce  à  l’inclusion 
du  bouquet  DOAJ  dans  les  bases  de  connaissances  des  principaux  fournisseurs  d’outils  de 
découverte utilisées en bibliothèque. 
Dans  le  cadre  d’un  accord  cadre  entre  le  CNRS  et  l’éditeur  du  Web  of  Science,  signé  en 
2016,  les  revues  de  la  plateforme  sont  évaluées  pour  l’entrée  dans  l’Emerging  Sources 
Citation Index (​ESCI​). 
Depuis  2016,  OpenEdition  accompagne  les  revues  de  la  plateforme  dans  leur  inscription  à 
ERIH  PLUS​,  un  index  de  référence  pour  les  revues  européennes  en  sciences  humaines  et 
sociales. 
En  participant  au  projet  de  Base de Connaissance Nationale (​BACON​), OpenEdition bénéficie 
de l'expertise de l'Agence Bibliographique de l'Enseignement Supérieur pour l'amélioration de 
la  qualité  de  ses  données  de  signalement  dans  les  outils  de  découverte  utilisées  en 
bibliothèques. 
Les  équipes  de  revues  peuvent  consulter  les  bases  de  données  dans  lesquelles  elles  sont 
indexées  à l'aide des outils en ligne ​JournalBase et ​MIAR ​- Information Matrix for the Analysis 
of Journals ou sur la page dédiée aux ​outils de référencement​ sur le portail OpenEdition. 
Pour  toute  question  concernant  le  référencement,  vous  pouvez  contacter  Matthieu 
Andreani​ à l’adresse > matthieu.andreani[at]openedition.org 
 
 
OpenEdition — Compte rendu de l’assemblée annuelle des revues — 26 avril 2017 

 8  

⁓ ​Statistiques et métriques pour les revues ⁓ 
par  Élodie  Faath,  chargé  de  projets R&D, ​Sandra Guigonis​, responsable du service Revues et 
Jean-Frédéric Vergnies​, rédacteur en chef de ​Formation emploi 
Les  usages de lecture dans l’édition scientifique se développent et la production scientifique 
s'appuie  de  plus  en  plus  sur  le  calcul  de nouveaux indicateurs de publication. Pour répondre 
à  ces  pratiques,  nous  présentons  deux  projets  menés  par  OpenEdition  Lab  avec  les  équipes 
des  Pôles  édition  et  informatique.  Le  premier  projet  porte  sur  la  mise  en  place  d’une 
nouvelle  fonctionnalité  sur  les  plateformes  Revues.org  et  OpenEdition  Books,  les  "Cité par". 
La  seconde  présentation  porte  sur  les  travaux  réalisés  dans  le  cadre  du  projet  Statistiques 
publiques  et  privées  qui  consiste  à  rendre  visibles  et  accessibles  les  statistiques  pour  les 
revues et les utilisateurs. 
Voir la vidéo​ (35 min) > ​https://webcast.in2p3.fr/videos-8890  

⁓ ​Discussion ⁓


(​19 min​) 

Indexation et référencement 
L’accompagnement  d’OpenEdition  pour  l’inscription  au  DOAJ  a  beaucoup  aidé  lorsqu’ils 
ont  changé  leurs  critères.  Il  y  a  deux  niveaux  de  référencement  dans  le  DOAJ.  Pour 
l’instant, seul le premier niveau semble possible. Qu’en sera-t-il du second ? 
R  ​(Matthieu  Andreani  —  Marin  Dacos)  :  Le  sceau  du  DOAJ  est  accordé  aux  revues  sous 
licence  CC-BY  et  qui  assurent  l’archivage  pérenne de leurs contenus. En partenariat avec 
le  CINES  et  HumaNum,  nous  essayons  d'archiver  de  façon  pérenne  nos  données,  ce  qui 
permettra  d’obtenir  le  ​Data  Seal  of  Approval​.  Il  faut  que  l’on  s’assure  que  ce  sceau  soit 
reconnu par le DOAJ afin que les revues soient en mesure d’obtenir le sceau DOAJ. 
Envisagez-vous  un  travail  similaire  pour  le  référencement  dans  SCImago,  qui  utilise  les 
données de Scopus ? 
R  ​(Marin  Dacos)  :  ​Scopus  est  un  concurrent  direct  du Web of Science et il est un peu plus 
ouvert. Il n’y a pas d’accord mais nous sommes favorables à aller dans cette direction. 
Que  signifie  la  recommandation  de  faire des résumés plus longs en termes de longueur et 
de nombre de signes ? 
R  ​(Matthieu  Andreani)2  :  ​Au  moins  15  lignes  mais  il  faudrait  actualiser  ces  informations. 
Cela  dépend  des  bases  de  données  car  ce  sont  elles  qui  dictent  ces  critères.  Pour  ces 

​Matthieu Andreani précise que cette recommandation provient du constat de la présence de résumés relativement courts sur la
plateforme. Il faut avoir conscience que de nombreuses bases ne permettent pas une recherche dans le texte intégral mais seulement
dans le titre, les mots-clés et les résumés. C'est le cas des bases de sommaires et du DOAJ. Dans une logique d'indexation, multiplier
les mots-clés à l'intérieur du résumé, en conservant leur pertinence par rapport au contenu de l'article, peut donc constituer un
moyen d'augmenter la possibilité de trouver l'article dans ces bases.
2

 
OpenEdition — Compte rendu de l’assemblée annuelle des revues — 26 avril 2017 

 9  

questions, vous pouvez écrire à Matthieu à l’adresse referencement[at]openedition.org 


Bilbo, les « Cité par » et les outils d’automatisation du ​crosslinking 
Bilbo fonctionne mais pourquoi détecte-t-il moins d’informations que CrossRef ? 
R  ​(Élodie  Faath)  :  Bilbo  a  été développé à partir de corpus d'apprentissage sur revues.org 
selon  un  modèle  probabiliste.  Il  ne  peut  pas  faire  100 % sur l’ensemble des références et 
il  peut  y  avoir  des  erreurs  liées  aux  références,  à  leur  style,  à  un  problème  de 
non-reconnaissance  des  auteurs,  des  titres,  etc.  Nous  connaissons  ces  problèmes  et 
améliorons  le  logiciel.  Les  erreurs  sont  connues  et  certains  DOI  pourtant  présents  chez 
CrossRef  ne  sont  pas  récupérés.  Cette  année  un  cahier  des  charges  pour  travailler  sur  la 
version  2  de  Bilbo  est  en  cours  et  Anaïs  Ollagnier  va  reprendre  des  tests  pour  améliorer 
l'algorithme.  Nous  travaillons  aussi  sur  la  détection des langues pour améliorer les corpus 
d’apprentissage et, par suite, l’annotation.  
Nous  sommes intéressés par vos exemples d’erreurs, utiles pour ce travail d’amélioration. 
Les  erreurs  ne  sont  pas  en  général  des  «  faux  positifs  »  mais  plutôt  du  «  silence  »  (des 
références bibliographiques non détectées).  
Google Scholar a de meilleurs résultats. Pourquoi ne pas le mentionner ? 
R  ​(Marin  Dacos)  :  ​Google  Scholar  n’est  pas  ouvert  et  il  n’y  a  pas  d’API  qui  permette  de 
collecter  les  informations.  Une  possibilité  pourrait  être  de  pointer  vers  Google  Scholar 
pour accéder à cette information. 



Les DOI 
Est-il  prévu  que  l’attribution  automatique  de DOI s’applique rétroactivement aux anciens 
numéros ? 
R  ​(Élodie  Faath)  :  Bilbo  ajoute  automatiquement  les  DOI  au  chargement  des  articles. 
Sinon,  il  faut  voir  si  des  erreurs  dans  la  bibliographie  n'empêchent  pas  cet  ajout. 
Normalement  l’année  de  parution  n’est  pas  un  critère  de  détection  car  à  chaque 
ouverture  de  fenêtre,  le  DOI  s’affiche.  S’il  y  a  des  numéros  sur  lesquels  il  n’y  a  pas  de 
DOI attribués, il faut nous écrire pour qu’on regarde ce qui se passe. 
Parfois, il y a des DOI en double, avec ou sans hyperlien. 
R  ​(Élodie  Faath  —  Marin  Dacos)  :  Dans  Bilbo,  il n’y a pas, pour l’instant, de fonction pour 
savoir  si  il  y  a  déjà  un  DOI  dans  la  référence.  Dans  ce  cas,  Bilbo  ajoute  quand  même  le 
DOI  cliquable.  Il  faudrait  rendre  cliquable  ce  premier  DOI  et  vérifier  si  une  référence en 
contient un pour éviter de doublonner.  



Questions diverses 
Est-il possible de rassembler la communauté des utilisateurs de LaTeX ? 
R ​(Caroline Terrier) : Caroline propose de mettre les personnes en relation. 

 
OpenEdition — Compte rendu de l’assemblée annuelle des revues — 26 avril 2017 

 10  


Assemblée annuelle des revues 2017 Compte rendu.pdf - page 1/10
 
Assemblée annuelle des revues 2017 Compte rendu.pdf - page 2/10
Assemblée annuelle des revues 2017 Compte rendu.pdf - page 3/10
Assemblée annuelle des revues 2017 Compte rendu.pdf - page 4/10
Assemblée annuelle des revues 2017 Compte rendu.pdf - page 5/10
Assemblée annuelle des revues 2017 Compte rendu.pdf - page 6/10
 




Télécharger le fichier (PDF)


Assemblée annuelle des revues 2017 Compte rendu.pdf (PDF, 236 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


assemblee annuelle des revues 2017 compte rendu
bilan revue ere   2019 2020
rapportactivitesrevue ere2017 2018
rapportactivitesrevue ere2017 2018
synavi occitanie   pv assemblee generale   18062020
petit ammi 19