lettres de saint louis de gonzague .pdf



Nom original: lettres_de_saint_louis_de_gonzague.pdf

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Writer / LibreOffice 5.2, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 23/08/2017 à 17:53, depuis l'adresse IP 208.67.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 194 fois.
Taille du document: 74 Ko (3 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


Voici les deux dernières lettres rédigées par saint Louis de Gonzague à sa mère Marta
Tana de Santena, grand saint du 16e siècle décédé à l’âge de 23 ans en soignant les
pauvres malades de la peste. Son histoire mérite d’être connue. Nous recommandons la
lecture de l’excellent ouvrage « vie de saint Louis de Gonzague » du père Virgile Cepari.
Première lettre
Quand Louis fut revenu du grand danger où il s'était trouvé au commencement de sa
maladie, il écrivit deux lettres à la marquise, sa mère. Dans la première, après l'avoir
consolée et exhortée à la patience dans les adversités, il ajoutait ces paroles :
« Il y a un mois que je fus sur le point de recevoir de Dieu Notre-Seigneur la plus
précieuse des grâces, celle, comme je l'espérais, de mourir dans son amour : j'avais reçu le
saint Viatique et l'extrême-onction. Mais la maladie s'est changée en fièvre lente. Les
médecins ne savent pas quand elle finira ; ils sont tous occupés à me faire des remèdes
pour rétablir ma santé corporelle, et moi, je prends plaisir à me persuader que Dieu
https://lafrancechretienne.wordpress.com/2017/08/23/lettres-de-saint-louis-de-gonzague-10-juin-1591/

23 août 2017

Notre-Seigneur veut me donner une santé bien plus précieuse que celle que les médecins
travaillent à me procurer.
Ainsi je vis content, et j'espère que dans quelques mois il plaira à Dieu Notre-Seigneur de
m'appeler de cette terre des morts à celle des vivants, de la compagnie des hommes d’icibas à celle des anges et des Saints du ciel ; enfin de la vue des choses terrestres et
périssables à la vision et à la contemplation de Dieu qui est le souverain bien. En cela
vous pourrez trouver des motifs de consolation, puisque vous m'aimez et que vous
souhaitez mon plus grand avantage. Je vous prie de prier pour moi, afin que, pendant le
peu de temps que j'ai à naviguer sur cette mer du monde, le Seigneur daigne, par
l'intercession de son Fils unique et de sa sainte Mère, noyer dans la mer Rouge de sa trèssacrée passion, toutes mes iniquités ; pour que, libre de mes ennemis, je puisse arriver à
la terre de promission, voir Dieu et en jouir. »
Seconde lettre
La seconde lettre fut écrite peu avant sa mort, quand il eut appris par révélation le temps
précis auquel il quitterait la terre pour le ciel. Voici comment il consolait la marquise :
« Madame et très vénérée mère en Jésus-Christ. Pax Christi.
Que la grâce et la consolation de l'Esprit-Saint soient toujours avec vous.
Votre lettre m'a trouvé encore vivant dans cette région des morts, mais prêt à partir pour
aller à jamais louer Dieu dans la terre des vivants. Je croyais avoir à cette heure déjà fait le
pas ; mais la violence de la fièvre, comme je l'ai déjà dit, ayant un peu diminué, je suis
heureusement parvenu jusqu'au jour de l'Ascension. Depuis ce temps, un rhume a fait
redoubler la fièvre ; de sorte que je vais peu à peu au-devant des doux et chers
embrassements du Père céleste, dans le sein duquel j'espère pouvoir me reposer en
sûreté et pour toujours. Et ainsi s'accordent les diverses nouvelles données à mon sujet,
comme je l'écris encore au seigneur marquis (son frère Rodolphe). Or, si la charité,
comme dit saint Paul, fait pleurer avec ceux qui pleurent, et se réjouir avec ceux qui sont
dans la joie, votre consolation sera donc bien grande, ma très chère mère, pour la grâce
que le Seigneur vous fait dans ma personne, me conduisant au vrai bonheur, et
m'assurant contre tout danger de le perdre. Je vous avoue que je m'égare et me perds
dans la considération de la bonté divine, mer immense, sans rivage et sans fond. Cette
divine bonté m'appelle à un repos éternel après de bien légères fatigues. Elle m'invite du
ciel à ce souverain bonheur que j'ai cherché si négligemment. Elle me promet la
récompense du peu de larmes que j'ai versées. Prenez donc garde de faire injure à cette
infinie bonté ; ce qui arriverait sûrement, si vous veniez à pleurer comme mort votre fils,
qui doit vivre en la présence de Dieu, et qui vous servira plus par ses prières qu'il le ne
faisait ici-bas.

https://lafrancechretienne.wordpress.com/2017/08/23/lettres-de-saint-louis-de-gonzague-10-juin-1591/

23 août 2017

Notre séparation ne sera pas longue, nous nous reverrons au ciel ; et unis ensemble pour
ne plus nous séparer, nous jouirons de notre Rédempteur, nous le louerons de toutes nos
forces, et chanterons éternellement ses infinies miséricordes. Je ne doute pas que,
méprisant tout ce qu'inspirent la chair et le sang, nous ne donnions aisément accès à la
Foi et à cette pure et simple obéissance que nous devons à Dieu, lui offrant librement et
promptement ce qui lui appartient, et d'autant plus volontiers que ce qu'il prend nous est
plus cher ; tenant pour certain que tout ce qu'il fait est bien fait, puisqu'en nous enlevant
ce qu'il nous avait donné, c'est pour le mettre en lieu sûr et nous rendre ce que tous nous
désirons davantage.
Je vous écris tout cela uniquement, par le désir que j'ai que vous, ma très-chère mère, et
toute la famille, receviez ma mort comme une grande faveur. Que votre bénédiction
maternelle m'accompagne et me dirige dans le passage de la mer de ce monde, et me
fasse arriver heureusement au port de mes désirs et de mes espérances. Je vous écris avec
d'autant plus de plaisir, qu'il ne me restait plus d'autres preuves à vous donner de mon
amour et du profond respect que je vous dois.
Je finis en vous demandant de nouveau humblement votre bénédiction.
Rome, le 10 juin 1591.
Votre fils en Notre Seigneur très-obéissant, Louis Gonzague. »

https://lafrancechretienne.wordpress.com/2017/08/23/lettres-de-saint-louis-de-gonzague-10-juin-1591/

23 août 2017


lettres_de_saint_louis_de_gonzague.pdf - page 1/3
lettres_de_saint_louis_de_gonzague.pdf - page 2/3
lettres_de_saint_louis_de_gonzague.pdf - page 3/3

Documents similaires


lettres de saint louis de gonzague
la saintete de louis de gonzague
les miracles posthumes de saint louis de gonzague
neuvaine de penteco te 2017
pe4
feuille de messe du dimanche 16 juin  copiepdf ok


Sur le même sujet..