Le Royaume de Maurétanie sous Juba II et Plotémée.pdf


Aperçu du fichier PDF le-royaume-de-mauretanie-sous-juba-ii-et-plotemee.pdf - page 2/261

Page 1 234261



Aperçu texte


Résumé
Au moment où il réorganise l'espace de l'Empire romain et sa zone d'influence géopolitique,
l'empereur Auguste instaure en Afrique un système de gouvernement qui a déjà fait ses preuves
en Orient mais qui reste encore inédit en Méditerranée occidentale : donner à une dynastie,
africaine cette fois, amie et alliée de Rome, le soin de contrôler et de romaniser un territoire
considérable, propriété du Peuple romain, qui s'étendait sur les deux tiers du Maghreb. Pour
étudier les conditions et les conséquences d'un tel choix politique, l'auteur a tiré parti de toutes les
sources disponibles (littéraires, numismatiques, épigraphiques, archéologiques), permettant de
cerner la réalité maurétanienne. Mais l'étude se devait aussi de sortir du cadre purement africain
pour situer le royaume au sein du vaste domaine qu'était l'Empire : un ensemble de relations
culturelles et diplomatiques où les enjeux politiques se définissaient à Rome bien sûr. mais aussi
dans les provinces et dans les royaumes «clients».

Abstract
At the time when Emperor Augustus is reorganizing the expanse of the Roman Empire and its
geopolitical sphere of influence, the Emperor carries out an original experience to the West of the
Mediterranean. This system of government had already been well-tried in the East. Rome
entrusted an allied African dinasty with the rule and romanization of considerable territories which
belonged to the Roman people and spread over two thirds of Maghreb, North Africa. To analyse
the conditions and consequences of such a political choice, the author had made the most of all
sources available in litterature, numismatics, epigraphs or archeology to help her define the reality
of Mauretania accurately. Yet this study also had to overlap the African frame proper in order to
situate this kingdom in the ambit of cultural and diplomatic relations which made the Roman
Empire a wide domain. Policy was decided in Rome, but also in the provinces and in the «client»
kingdoms.