ISF Nord Senegal 2017 .pdf



Nom original: ISF Nord Senegal 2017.pdfTitre: Présentation voyage SénégalAuteur: Jean ROBIN

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Microsoft Word / Mac OS X 10.6.8 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 11/09/2017 à 16:05, depuis l'adresse IP 83.198.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 486 fois.
Taille du document: 17.8 Mo (28 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


ISF Nord
Juillet 2017

Mais que sont allés faire trois toubabs dans le village de
Valel, au Sénégal ?

TASKE

ISF Nord
Juillet 2017
Ce que nous avons vécu cette année, et ce qu’ont vécu les 4 autres membres d’ISF partis à
Valel les années précédentes, c’est inoubliable, c’est enrichissant, c’est aussi incroyable.
Mais ce n’est pas normal.

« La finalité de l’accompagnement, c’est de disparaître »
Abdramane Diaw, ADOS.

« La grande difficulté du continent tient au fait qu’on lui a toujours dit que son
présent n’était pas appréciable. L’Afrique a rarement vécu sur le mode de la «
présence à soi ». À aucun moment, ces cinq derniers siècles, elle n’a pu être sa
lumière propre, afin d’éclairer ses réalités en fonction de ses propres critères
d’évaluation. Au lendemain de la décolonisation, les pays africains ont gagné le
droit à l’autodétermination, certes, mais pas à l’autodénomination. En apposant
après les Indépendances aux pays d’Afrique et d’Asie le label générique de «
sous-développés » ou de « Tiers-monde », l’Occident les a tout de suite inscrits
dans une perspective limitée. Ces sociétés devaient tout d’un coup ressembler à
l’Amérique ou à l’Occident. »
Felwine Sarr

ISF Nord
Juillet 2017

Le contexte :
Il y a trois ans, l’association de femmes migrantes TASKE se rapproche d’Ingénieurs sans
Frontières Nord en passant par le GRDR, groupement de recherche pour le développement
rural. Dès lors, la présidente de TASKE nous fait part de son projet que tous les membres de
son association approuvent : développer une activité maraîchère dans le village de Valel au
Sénégal, son village d’origine.
ISF Nord accepte et un partenariat se met en place pour réfléchir et voir comment pourrait se
mettre en place une telle activité.
2015 : A cette date est acquis uniquement la création d’un groupement d’intérêt économique
(le GIE Féddé Nénam) rattaché au village et qui vise à promouvoir le maraîchage, avec un but
de rentabilité.
Les membres d’ISF de la promo 2018 préparent un départ pour mieux comprendre le contexte
et cerner les difficultés potentielles. Rencontrer la population, les acteurs locaux, demander
conseil1.
Le retour en France permet de prendre du recul et de constituer un état des lieux et une liste
de priorités pour avancer dans le projet.
Techniquement tout est assez bien identifié : un grillage pour protéger le terrain des animaux,
un système d’adduction d’eau pour permettre d’irriguer pendant la saison sèche (comprenant
une pompe).
Mais ce terrain s’étend sur 4 hectares, surface immense comparé à ce qui est habituellement
cultivé par les villageois. Il est donc indispensable de savoir comment s’organise la gestion
d’une telle surface.
En plus de demande de subventions durant l’année pour anticiper l’achat d’un grillage, c’est
surtout sur ce point que se sont penchés certains membres de la promotion suivante. Les
objectifs de ce deuxième départ tournent donc autour de l’agriculture à proprement parler. En
effet, les exemples de GIE en activité et vivant du maraîchage sont assez nombreux dans la
région de Matam. De plus, un certain nombre d’associations travaillent beaucoup autour de ce
sujet. Dans l’année sont donc prévus plusieurs visites pour accumuler le plus d’informations
autour de l’organisation : qui cotise, quand, combien. Comment devient-on membre du GIE,
quelles plantes cultiver…
En plus de l’acquisition du grillage, ce sont donc plusieurs visites qui furent organisés. Travail
moins concret mais indispensable.
Malheureusement, la saison des pluies fut particulièrement violente au mois d’août, et toutes
les rencontres n’ont pas pu se faire.
De leur séjour là-bas, les deux membres d’ISF Nord ont par ailleurs rapporté cette
information, la solution d’adduction d’eau voulue par le village est un puits, pas un forage ou
autres alternatives, et une pompe extérieure (ie pas une pompe mécanique) est indispensable
pour un tel terrain.
En tout cas, on en est là : au bout de deux ans, la connaissance du village et de la population
est très bonne. Une chose est sûre, la population est motivée. Que ce soit le chef du village,
les comptables (responsables du village), les membres du bureau de Féddé Nénam, on sent
que ce projet est intégré et pourrait aller plus loin sans être lâché.

ISF Nord
Juillet 2017
Mais ils attendent. Ils attendent un puits, et il semble évident que c’est nous, sans qu’ils ne
s’impliquent en amont plus que ça, qui allons leur apporter.
Est-ce évident ?
Quoi qu’il en soit, nous avons beaucoup discuté avec la présidente de Taske cette année. On a
fait le bilan. Et on a beaucoup hésité à organiser un nouveau départ. Ce qu’il faut maintenant,
c’est de l’argent pour construire un puits. On n’avait pas d’argent.
Combien faut-il pour un puits ? On ne savait pas.
Si on a de l’argent, comment l’envoie-t-on au Sénégal, sur quel compte ? On ne savait pas.
Qui utilisera l’argent, qui construira le puits, qui posera les pompes, les bassins d’irrigations ?
On ne savait pas.
Pourquoi ça n’a pas plus avancé depuis l’année précédente… ? Principalement à cause du fait
que le village soit au Sénégal, au bout du bout du Sénégal même, et que les membres d’ISF
Nord et de TASKE soient en France. L’éloignement géographique est décisif.
Et finalement, lorsqu’il y aura un puits, comment savoir si tout se passe bien ?
Il y avait d’autres questions, mais celles-ci nous ont paru prioritaires. Plus on discutait avec la
présidente de TASKE, plus on avait envie de continuer ce projet, donc de repartir. On a donc
tenté de clarifier au mieux nos objectifs.
1) Rencontrer des acteurs locaux pour faire des devis de puits, de pompe solaire et de système
d’irrigation (bassin...)
2) Parler avec le village de l’organisation du projet en amont, et en particulier, de
l’organisation autour de la structure fondée pour le maraîchage : comment fonctionnera le
GIE Féddé Nénam (qui sera responsable de telle ou telle chose, qui s’occupera de la partie
financière…)
3) Rencontrer des associations locales capables d’accompagner de manière continue ce GIE
sur le moyen et long terme.
Enfin, sans en faire le cœur de notre départ, nous avions prévu de rencontrer une association
travaillant autour des questions d’agroforesterie. Car il faut avoir en tête que l’existence d’un
tel projet (et il est plongé dans une multitude d’autres projets de ce type, la plupart financés
par des organisations étrangères) n’est pas évidente, n’est même pas souhaitable en soi : il
signifierait que le Sénégal a besoin d’aide extérieure ? Pourquoi ? Pour combien de temps ?
Ne faudrait-il pas aussi prendre le temps de se renseigner sur les difficultés rencontrées par ce
pays du Sahel et relier notre projet aux enjeux mondiaux actuels2 ?
Avant de commencer un petit aperçu de cet été 2017, précisons d’abord qu’une grande partie
de notre vécu là-bas se rapporte à l’interculturalité. Car avant tout, avant même nos objectifs,
c’est cette notion qui est au centre d’un tel voyage. On a vécu dans un village traditionnel,
dans la famille de la présidente de TASKE qui a bien voulu nous accueillir, et qui a d’ailleurs
fait beaucoup plus. On n’aurait rien pu faire sans la bonne volonté des villageois. On a donc
passé beaucoup de temps au sein de la population.
L’aperçu qui suit ne donne pas les détails de nos actions ni énonce clairement nos avancées.
On vous donnera progressivement les détails et perspectives de ce projet !

ISF Nord
Juillet 2017

Allez, on y va…

Bene Barack
Après le premier petit déjeuner au Sénégal, avec la présidente de TASKE et son frère qui
nous a hébergé avant de partir pour Valel.

Bene Barack, en direction du grand marché de Pikine. Nous allions prendre le bus.

ISF Nord
Juillet 2017

Pikine
Sur un axe principal du marché

ISF Nord
Juillet 2017

Bene Barack
L’immeuble où nous logions pour deux nuits encore.

ISF Nord
Juillet 2017

Dakar
Juste avant de rencontrer France Volontaires à Dakar.

Bene Barack
La ville depuis le haut de l’immeuble

ISF Nord
Juillet 2017

A l’aube, un baobab sur la route pour Mbour (côte ouest)

ISF Nord
Juillet 2017

Mbour
Lézard, lors de notre visite d’une parcelle d’agroforesterie, à l’occasion de la rencontre avec
le directeur executif de l’APAF Sénégal (association pour la promotion de l’agroforesterie et
de la foresterie).

ISF Nord
Juillet 2017

Mbour
Le directeur de l’association APAF Sénégal, nous expliquant les principes et les méthodes de
l’agroforesterie.

ISF Nord
Juillet 2017

En quittant Mbour
Orange qui nous souhaite bonne route pour les 14h qui nous attendent avant Valel, merci
Orange !

ISF Nord
Juillet 2017

Sur la route Mbour - Valel
Lors d’une pause sur la route, avec notre chauffeur.

ISF Nord
Juillet 2017

Valel
Première nuit au village, soir de pleine lune.

Valel
La famille chez qui nous logions

ISF Nord
Juillet 2017

Sur la route (toute neuve…) pour Matam
Nous allions rencontrer la direction régionale de l’hydraulique, l’ADOS et un représentant du
GIE Farlou, spécialisé dans les puits.

Valel
Le puits de la famille Ba, d’une profondeur de 30 m. Il y a un forage au village, mais il n’est
pas toujours fonctionnel.

ISF Nord
Juillet 2017

Forêt de Valel
Dans la « forêt » près de Valel, où nous sommes allés chercher du bois.

ISF Nord
Juillet 2017

Valel
Sur la charrette tirée par un âne, et qui nous a conduit dans la forêt

ISF Nord
Juillet 2017

Valel
En route vers le terrain de maraîchage, vierge pour le moment

Valel
Le terrain de maraîchage, de 4 hectares. (ah oui en effet, c’est sec !)

ISF Nord
Juillet 2017

Valel
Le village de Valel vu du haut du forage

Yérimalé
Le terrain de maraîchage à Yérimalé, une idée du terrain visé à Valel

ISF Nord
Juillet 2017

Yérimalé
Merci les US pour le forage et les pompes solaires.

Valel
Lors de la réunion avec les femmes du village, pour expliquer nos avancées. Nous étions
aidés par un interprète.

ISF Nord
Juillet 2017

Orkadiéré
A côté du marché, un dimanche à Orkadiéré.

ISF Nord
Juillet 2017

Valel, un soir

Valel
Juste avant la pluie. Fin juillet, nous arrivions en pleine saison des pluies. Juillet, Août et
septembre sont les seuls mois où il pleut.

ISF Nord
Juillet 2017

Bakel
En revenant de notre rencontre avec le GRDR (groupement de recherche pour le
développement rural)

ISF Nord
Juillet 2017

Valel
Le dernier jour au village.

De gauche à droite : Jean ROBIN, Hugo ROUILLARD, Arthur BONTEMPS.

ISF Nord
Juillet 2017

Bus typique à Dakar

Dakar
Les publicités…
On aperçoit la statue de la renaissance africaine au loin

ISF Nord
Juillet 2017

La statue de la renaissance africaine, à Dakar

ISF Nord
Juillet 2017

Dakar
Quelques heures avant notre vol..

Dakar
Un dernier regard sur cette ville, sur ce pays où nous avons tant découvert !

ISF Nord
Juillet 2017

[1] Première question : pourquoi est-ce légitime que des ingénieurs français se chargent de cette mission ? N’y
a-t-il pas dans la population sénégalaise des gens capables de monter un tel projet ? Ou même les membres de
TASKE directement ? La question de la légitimité est essentielle, pour en savoir plus, vous pouvez venir nous en
parler directement !
[2] Nous sommes partis sans se poser toutes ces questions aussi clairement, mais au fil des rencontres sur place,
nous avons été confronté aux réalités du pays, et à la conscience de ces réalités.

Avec le soutien de


Aperçu du document ISF Nord Senegal 2017.pdf - page 1/28
 
ISF Nord Senegal 2017.pdf - page 3/28
ISF Nord Senegal 2017.pdf - page 4/28
ISF Nord Senegal 2017.pdf - page 5/28
ISF Nord Senegal 2017.pdf - page 6/28
 




Télécharger le fichier (PDF)


Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


isf nord senegal 2017
bulletinrse109
gestion des mangroves pierrick francois
2017 programme dialogues en humanite web
n 63 nov 2017
asso karime kanore

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.271s