Patrick Verley, « CRISES ÉCONOMIQUES » .pdf



Nom original: Patrick Verley, « CRISES ÉCONOMIQUES ».pdf
Titre: Microsoft Word - Verley-Crises-EncyclopediaU.docx

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.10.5 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 15/09/2017 à 19:09, depuis l'adresse IP 82.245.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 193 fois.
Taille du document: 164 Ko (12 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


Patrick  Verley,  «  CRISES  ÉCONOMIQUES  »,  Encyclopaedia  
Universalis,  34  p.  
Encylopaedia  Universalis  en  ligne  (SCD  Nanterre)  
 
Introduction  
Les   économistes   de   la   première   moitié   du   xixe  siècle   portèrent   leur   attention   sur   des  
dérèglements   du   fonctionnement   de   l'économie   qui,   par   leur   gravité   et   leur   régularité,  
leur   semblèrent   des   phénomènes   nouveaux.   Les   identifiant   comme   des   désordres  
pathologiques   de   la   circulation   des   marchandises,   du   crédit   et   de   la   monnaie,   ils  
recoururent,   pour   évoquer   ces   «  crises   commerciales  »,   à   une   métaphore   médicale.  
Comme   l'écrivait   Joseph   Garnier   en   1859,   «  les   crises   commerciales   sont   des  
perturbations   soudaines   de   l'état   économique   naturel,   et   plus   particulièrement   des  
perturbations  dans  la  fonction  générale  de  l'échange  aussi  indispensable  à  la  vie  sociale  
que  la  circulation  du  sang  l'est  à  la  vie  animale  et  individuelle  ».  Leur  tardive  apparition  
s'expliquait  donc,  puisque,  selon  Clément  Juglar,  «  les  crises  ne  paraissent  que  chez  les  
peuples   dont   le   commerce   est   très   développé.   Là   où   il   n'y   a   pas   de   division   du   travail,  
pas  de  commerce  extérieur,  le  commerce  intérieur  est  plus  sûr  ;  plus  le  crédit  est  petit,  
moins  on  doit  les  redouter  »  (1862).  
Les   auteurs   de   la   fin   du   siècle   en   vinrent   à   dépasser   cette   analogie   étroitement  
«  circulatoire  »  pour  envisager,  en  particulier  à  la  suite  des  analyses  d'Engels  et  de  Marx,  
des   désadaptations   s'opérant   aussi   bien   à   l'intérieur   de   la   sphère   de   la   production  
qu'entre   les   capacités   productives   et   les   possibilités   d'absorption   des   marchés.   Par   la  
baisse  des  prix  industriels  et  l'effondrement  des  profits,  ces  crises  de  «  surproduction  »  
entraînaient   l'accumulation   des   stocks   et   le   chômage.   Elles   se   communiquaient  
rapidement   entre   les   pays   industriels   tout   en   affectant   aussi,   indirectement   mais  
durement,   les   pays   non   industrialisés   qui   étaient   intégrés   à   l'économie   internationale  
par   leurs   échanges   commerciaux   ou   financiers.   Elles   paraissaient   même,   par   leur  
régularité   et   leur   ubiquité,   si   caractéristiques   de   l'économie   capitaliste   industrielle  
nouvelle   qu'au-­‐delà   de   la   diversité   de   leurs   manifestations,   dans   l'instant,   la   pensée  
économique   tendit   à   les   sublimer   dans   un   concept   théorique   unitaire  :   la   crise   de  
surproduction,   que   l'on   se   préoccupait   plus   de   prévoir,   pour   lui   apporter   les   palliatifs  
appropriés,   que   d'empêcher   d'éclater  ;   conçue   en   effet   comme   moment   nécessaire   du  
cycle   économique   court,   elle   préludait   à   un   «  assainissement  »   indispensable   à   la  
poursuite  de  la  croissance.  
Depuis   que   l'historiographie   a   admis   que   «  les   économies   ont   les   crises   de   leurs  
structures  »  (Labrousse),  les  historiens  sont  incités  à  chercher  comment  le  phénomène,  
que   l'on   appelle   désormais   «  crise   économique  »,   s'est   manifesté   dans   les   sociétés  
préindustrielles.   Ils   ont   opposé   aux   crises   industrielles   de   la   seconde   moitié   du  
xixe  siècle   des   crises   d'«  ancien   type  »,   dans   lesquelles   la   fluctuation   de   la   production   du  
secteur  principal  de  l'économie,  l'agriculture,  imposait  son  mouvement  à  la  conjoncture  
générale.   Mutatis   mutandis,   le   modèle   de   la   crise   de   sous-­‐production   agricole   peut-­‐il  
aider   aussi   à   mieux   comprendre   les   effets   des   mauvaises   récoltes   en   U.R.S.S.   de   1921-­‐
1922  ou  dans  nombre  du  pays  du  Tiers  Monde  ?  

 

1  

Les  crises  du  xxe  siècle  obligent  à  nuancer,  voire  à  compléter  cette  première  et  grossière  
typologie.   La   crise   de   1929   et   la   crise   des   années   1970-­‐1980   peuvent-­‐elles   être  
regroupées   dans   la   même   catégorie   que   celles   de   la   seconde   moitié   du   xixe  siècle  ?   Ou  
présentent-­‐elles  des  caractéristiques  nouvelles  ?  La  première  déconcerta  par  la  durée  de  
la  période  de  dépression  qui  suivit  le  retournement  initial.  Il  semblait  que  la  reprise  ne  
pouvait   parvenir   à   s'affirmer   et   que,   dans   la   dislocation   de   l'économie   mondiale,   dans  
l'absence   de   leadership   international,   dans   l'impossibilité   de   faire   fonctionner   un  
système  des  paiements  internationaux,  les  politiques  n'avaient  que  des  résultats  limités,  
voire   incertains.   La   crise   de   la   théorie   des   crises   déboucha   sur   l'élaboration   d'une  
nouvelle   orthodoxie,   keynésienne,   prônant   un   engagement   massif   des   États   dans  
l'économie.  On  crut,  de  1945  à  la  fin  des  années  1960,  que  l'on  maîtrisait  désormais  les  
accidents   conjoncturels,   réduits   à   de   passagères   récessions.   Le   retour   des   crises   au  
début  des  années  1970  marqua  la  fin  de  cette  heureuse  illusion.  Il  semblait  répéter,  avec  
quarante   ans   de   décalage   et   un   certain   nombre   de   différences,   tant   au   niveau   du  
mouvement   des   prix   que   de   l'évolution   des   relations   économiques   et   financières  
internationales,   un   scénario   déjà   vu.   Il   redonnait   de   l'actualité   à   des   approches  
théoriques  un  peu  oubliées,  comme  celles  de  Kondratieff,  et  incitait  les  historiens  et  les  
économistes  à  se  pencher  de  nouveau  sur  la  crise  de  1929.  
Dérèglement   qui   dépasse   le   niveau   local   ou   sectoriel   pour   gagner   l'ensemble   de  
l'économie  ;  phénomène  brutal  et  de  court  terme  qui  se  distingue  d'une  période  durable  
de  difficultés,  à  laquelle  on  donne  plutôt  le  nom  de  dépression  ;  baisse  de  la  production  
ou   de   la   consommation   nationales,   extension   du   chômage...   en   dehors   de   ces   quelques  
caractéristiques  trop  élémentaires  pour  être  vraiment  éclairantes,  c'est  la  pluralité  des  
crises  qui  semble  l'emporter  sur  l'unicité  :  on  peut  y  voir  le  résultat  de  la  multiplicité  des  
structures  économiques,  sociales  qui  se  sont  succédé  dans  le  temps  et  juxtaposées  dans  
l'espace  et  qui  ont  réagi  différemment  aux  perturbations  initiales.  Plus  que  les  causes  du  
phénomène   importent   donc   les   processus   de   diffusion   et   d'amplification   qui  
généralisent   à   l'ensemble   d'une   économie   nationale   et   à   l'ensemble   de   l'économie  
mondiale  un  déséquilibre  jusqu'alors  circonscrit.  
 
Crises  agricoles  et  crises  économiques  
Dans  les  sociétés  anciennes,  toute  la  vie  économique  et  sociale  dépendait  du  résultat  de  
la   récolte   vivrière,   déjà   à   la   limite   des   besoins   en   année   normale.   Deux   mauvaises  
récoltes   consécutives   signifiaient   la   catastrophe.   Les   crises   agricoles   furent   encore  
responsables   de   véritables   saignées   démographiques   en   France   en   1692-­‐1694   ou   en  
Prusse  orientale  en  1708-­‐1711.  
Crise  sous  l'Ancien  Régime  
Crise   économique   et   crise   démographique   d'Ancien  
Régime  :   prix   du   blé   et   mouvements   de   la   population   à  
Amiens  à  la  fin  du  XVIIe  siècle  (d'après  P.  Deyon,  «  Amiens,  
capitale  provinciale  »,  Paris,  1967).  
 
dessin  

 

Crédits:  Encyclopædia  Universalis  France  

2  

ouvrir  le  média  

Ces   poussées   de   mortalité   résultaient   cependant   moins   d'un   manque   absolu   de  
nourriture   que   d'une   insuffisance   relative  ;   la   hausse   du   prix   du   pain,   qui   avait   pour  
conséquence   une   dégradation   du   régime   alimentaire   des   classes   populaires   des  
campagnes   et   surtout   des   villes,   encourageait   le   développement   de   maladies  
épidémiques  toujours  présentes  à  l'état  latent.  Ce  lien  entre  la  crise  agricole  et  la  crise  
démographique  de  type  ancien  a  été  mis  en  lumière  par  Pierre  Goubert  pour  la  région  de  
Beauvais   à   la   fin   du   xviie   et   dans   la   première   moitié   du   xviiie  siècle.   Des   recherches   plus  
récentes  ont  montré  que  la  relation  causale  pouvait  parfois  s'inverser  :  on  a  ainsi  décrit  
des  cas,  dans  le  midi  de  la  France,  où,  pour  se  protéger  d'épidémies  dont  l'origine  n'était  
pas   à   chercher   dans   une   pénurie   alimentaire,   les   bourgeois   des   villes,   cessant   toute  
activité,  s'enfermaient  dans  leurs  domaines  campagnards  ;  les  paysans  ne  sortaient  plus,  
différant  les  semailles  ou  la  moisson  ;  le  transport  des  marchandises  était  suspendu.  La  
peur   des   «  pestes  »   entraînait   l'arrêt   de   la   vie   économique.   Ces   deux   calamités  
combinées,  la  mauvaise  récolte  et  l'épidémie,  auxquelles  il  faut  ajouter  la  guerre  qui  les  
favorisait,   n'affectaient   pas   seulement   la   vie   économique   dans   l'instant  ;   elles  
compromettaient   tout   progrès   durable,   en   affaiblissant   encore   des   possibilités  
d'épargne,   et   donc   d'investissement,   déjà   limitées   par   la   basse   productivité   de  
l'agriculture.  
Cette   relation   entre   mauvaise   récolte   et   hausse   de   la   mortalité   s'estompa   dès   le  
xviie  siècle   en   Angleterre,   à   partir   des   années   1720   en   France,   plus   tardivement   en  
Europe   méditerranéenne   ou   orientale.   La   famine   irlandaise   de   1846,   liée   à   la   défaillance  
de   la   récolte   de   pommes   de   terre,   fut   une   dernière   et   exceptionnelle   résurgence   de   ce  
mal   séculaire.   Qu'elle   eût   ou   non   des   aspects   démographiques,   la   conjoncture   des  
«  bleds  »  n'en  dominait  pas  moins  encore  la  vie  économique.  Camille-­‐Ernest  Labrousse  a  
proposé   de   construire,   à   partir   de   l'analyse   des   mauvaises   récoltes   de   1788-­‐1789,   un  
modèle   de   la   crise   d'«  ancien   régime   économique  »,   à   l'œuvre   selon   lui   dans   toutes   les  
économies  à  prédominance  agricole  centrées  sur  la  production  alimentaire.  
 
Le  modèle  de  Labrousse  
Selon   lui,   la   crise   de   sous-­‐production   agricole   s'étendait   à   toute   l'activité   économique  
par   la   baisse   des   revenus   des   producteurs,   par   l'augmentation   des   dépenses  
alimentaires   qui   modifiait   la   structure   des   budgets   et   par   une   contraction   de   l'emploi  
agricole  et  industriel.  
Du  fait  de  la  rigidité  de  la  consommation  d'un  produit  de  première  nécessité,  les  prix  des  
céréales   augmentaient   fortement   lorsque   le   niveau   de   la   récolte   avait   régressé.   Cette  
hausse  était  exagérée  par  la  faiblesse  de  la  part  commercialisée  de  la  production,  car  la  
fraction  autoconsommée  par  les  producteurs  ou  réservée  pour  les  semences  était  encore  
moins  élastique  que  la  consommation  globale.  La  variation  des  quantités  vendues  était  
ainsi  plus  forte  que  celle  des  quantités  produites.  Modérée  à  l'automne,  la  hausse  du  prix  
des  grains  s'amplifiait  au  cours  de  l'hiver  pour  atteindre  son  paroxysme  au  printemps,  
lorsque   les   subsistances   venaient   à   faire   défaut.   Le   petit   paysan   exploitant,   qui  
commercialisait   peu   en   année   normale,   ne   vendait   qu'à   peine   les   mauvaises   années,  
voire,   s'il   n'avait   pas   assez   produit,   était   obligé   d'acheter   du   grain.   Les   exploitants  
moyens   voyaient   aussi   leurs   revenus   régresser.   Les   journaliers   agricoles   étaient  
sévèrement   touchés  ;   ils   devaient   acheter   une   grande   partie   de   leur   pain   alors   que   leurs  
revenus  étaient  réduits  par  la  rétraction  de  la  demande  de  travail  entraînée,  d'un  côté,  
 

3  

par   la   diminution   de   la   récolte   et,   de   l'autre,   par   l'ajournement   des   travaux   qui   n'étaient  
pas   strictement   nécessaires.   Nombre   d'entre   eux,   chômeurs,   refluaient   vers   les   villes.  
Les  classes  populaires  urbaines  étaient  les  plus  éprouvées  par  la  cherté  du  pain,  car  elles  
devaient   acheter   la   totalité   de   leur   alimentation   et   subissaient   de   surcroît   le   contrecoup  
du   chômage   qu'entraînait   la   crise   industrielle.   En   effet,   la   contraction   des   revenus   des  
ruraux   et   la   part   grandissante   des   dépenses   alimentaires   dans   les   budgets   des   habitants  
des  villes  avaient  effondré  la  demande  de  produits  industriels  :  les  tissus  ne  se  vendaient  
plus,  les  ateliers  se  fermaient,  les  faillites  se  multipliaient,  le  bâtiment  était  languissant.  
Finalement,   dans   ce   cataclysme   économique   général,   les   seuls   profiteurs   auraient   été  
«  une   poignée   de   fermiers   et   de   féodaux   bénéficiaires   des   hauts   prix   saisonniers   des  
grains  ».  
Selon   Labrousse,   cet   enchaînement   désastreux   n'aurait   pas   seulement   été   propre   à   la  
conjoncture   exceptionnelle   des   années   1788-­‐1790,   mais   serait   une   caractéristique  
permanente   des   économies   préindustrielles,   à   l'œuvre   en   France   jusque   vers   le   milieu  
du   xixe  siècle.   Cette   hypothèse,   acceptée   au   prix   de   quelques   nuances   par   toute   une  
génération  d'historiens  français,  n'a  cependant  pas  fait  l'objet  du  même  consensus  dans  
les  autres  pays.  
 
Nuances  et  antimodèles  
Le  lien  entre  le  revenu  des  producteurs  agricoles  et  le  mouvement  des  prix,  la  définition  
de   cette   crise   comme   caractéristique   de   toute   société   préindustrielle,   le   rapport   enfin  
entre  la  conjoncture  agricole  et  les  crises  industrielles  ont  soulevé  des  objections.  
Premièrement,   le   postulat   d'une   inélasticité   de   la   demande   de   céréales,   cause   de   la  
flambée   des   prix,   pourrait   paraître   contradictoire   avec   l'hypothèse   d'une   baisse   des  
revenus   des   producteurs  :   si   le   prix   s'élève   plus   que   le   volume   de   la   production   ne  
diminue,  la  valeur  de  la  production  augmente.  Mais  ce  dernier  agrégat  n'avait  guère  de  
signification   économique,   car,   ainsi   qu'on   l'a   vu,   seule   une   partie   de   la   récolte   était  
vendue.  Le  mouvement  du  revenu  d'un  producteur  dépendait  donc  de  la  proportion  de  
la   production   qu'il   destinait   habituellement   au   marché.   Cette   proportion   diminuait  
davantage   en   cas   de   mauvaise   récolte   chez   le   petit   exploitant   dont   le   revenu   risquait  
alors   beaucoup   plus   de   pâtir.   Cela   n'impliquait   cependant   pas   une   systématique  
corrélation   inverse   entre   le   revenu   de   l'exploitant   et   les   prix   céréaliers.   Pour   des  
fermiers   dont   le   taux   de   commercialisation   était   plus   élevé,   le   revenu   pouvait   au  
contraire   augmenter   avec   la   cherté.   W.  Abel   a   insisté   sur   l'ancienneté   des   crises  
agricoles   de   bas   prix,   dont   les   contemporains   firent   maintes   fois   mention.   L'auteur  
anonyme   anglais,   qui   déclarait   en   1767  :   «  Les   fermiers   redoutent   toujours   plus   une  
bonne   année   qu'une   mauvaise   [...],   ils   préfèrent   une   demi-­‐récolte,   à   un   prix   qui   s'est  
élevé   en   proportion,   à   une   pleine   récolte  »,   faisait   écho   au   «  Mémoire   qui   fait   voir   en  
abrégé   que   plus   les   blés   sont   à   vil   prix,   plus   les   pauvres   sont   misérables...  »   de  
Boisguilbert  (1707).  
Ces  témoignages  ne  contredisent  pas  l'analyse  de  la  crise  de  sous-­‐production  agricole  ;  
ils   révèlent   plutôt   que,   selon   l'intensité   de   la   hausse   des   prix,   selon   l'élasticité   de   la  
demande,   la   distribution   de   la   taille   des   exploitations,   le   mouvement   des   prix   de   long  
terme,   les   conséquences   sociales   pouvaient   sensiblement   différer.   Mis   à   part   des  
pénuries   exceptionnelles   comme   celles   de   1788-­‐1790   en   France,   ces   crises   céréalières  
 

4  

avaient  sans  doute  plutôt  pour  conséquence  des  transferts  de  revenus  entre  catégories  
sociales  :   des   consommateurs   de   céréales   vers   les   producteurs   et   les   intermédiaires,  
mais   aussi   des   petits   exploitants   ou   propriétaires   vers   les   grands.   Ainsi   s'expliquerait  
mieux   ce   qui,   sans   cela,   serait   contradictoire  :   affirmer   à   la   fois   que   les   revenus  
monétaires  de  tous  les  producteurs  agricoles  baissaient  et  que  l'ensemble  des  dépenses  
d'alimentation  augmentaient  sans  expliquer  l'écart  par  les  importations  frumentaires  ou  
par  les  profits  commerciaux.  Si  l'on  apprécie  l'ampleur  des  crises  à  leur  coût  social,  les  
crises   de   sous-­‐production   restèrent   cependant   les   plus   désastreuses   en   ce   qu'elles  
frappèrent   la   masse   des   consommateurs,   ainsi   que   celle   des   paysans,   tant   que   la  
productivité   agricole   demeura   faible   et   que   la   détérioration   de   l'alimentation   fut   un   mal  
plus  radical  que  la  baisse  des  revenus.  
Deuxièmement,   les   crises   d'«  ancien   régime   économique  »   résultaient   moins   d'une  
fatalité   inhérente   à   toutes   les   économies   préindustrielles   que   de   la   présence   de   deux  
facteurs  aggravants.  D'une  part,  elles  étaient  la  conséquence  d'une  alimentation  fondée  
sur  un  seul  type  de  culture,  caractéristique  des  riches  plaines  céréalières  européennes.  
Que   les   hasards   météorologiques   eussent   compromis   la   récolte,   et   la   subsistance  
risquait   de   ne   plus   être   assurée.   Là,   en   revanche,   où   le   climat   océanique   favorisait  
l'élevage,   dans   les   pays   méditerranéens,   où   à   l'élevage   ovin   s'ajoutaient   l'arboriculture  
et   la   culture   potagère,   là   encore   où   s'étendait   la   châtaigneraie,   des   aliments   d'appoint  
permettaient  de  compenser  la  pénurie  des  blés.  Dans  la  seconde  moitié  du  xviiie  siècle,  
le   progrès   agricole   consista   largement   dans   le   développement   de   cultures   à   fort  
rendement,   la   pomme   de   terre   ou   le   maïs,   qui   contribuèrent   à   régulariser   les  
fluctuations  de  la  production  vivrière.  
D'autre  part,  et  second  facteur  aggravant,  la  crise  de  Labrousse  était  aussi  typique  d'une  
économie  où  les  transports  étaient  coûteux  et  le  commerce  insuffisamment  développé.  
La  mauvaise  récolte  frappait  rarement  tout  le  pays  la  même  année  ;  comme  elle  était  le  
plus   souvent   circonscrite   à   quelques   régions,   ses   effets   pouvaient   être   amortis   par   les  
échanges   interrégionaux.   Or   l'insuffisance   de   ces   derniers   est   prouvée   par   les   grands  
écarts   de   prix   entre   marchés   locaux   –  écarts   en   régression,   certes,   dès   avant   l'âge   des  
chemins  de  fer.  Si  les  populations  des  contrées  excédentaires  s'opposaient,  souvent  avec  
violence,  au  départ  des  céréales,  les  intendants  du  xviiie  siècle,  dont  un  des  principaux  
soucis   était   d'assurer   la   subsistance,   ne   voyaient   de   remède   que   dans   une   meilleure  
circulation  des  blés.  Le  commerce  extérieur  jouait  aussi  un  rôle  régulateur,  si  bien  que  
les   crises   de   subsistance   étaient   fortement   amorties   dans   les   régions   littorales.  
Inversement,  les  effets  pervers  de  trop  bonnes  récoltes  pouvaient  être  atténués  par  les  
opportunités   d'exporter,   ainsi   qu'on   le   constatait   pour   les   grands   fermiers   anglais  
proches   des   ports  ;   la   situation   pouvait   être   particulièrement   fructueuse   pour   eux  
lorsqu'il   y   avait   à   la   fois   abondance   en   Grande-­‐Bretagne   et   pénurie   sur   le   continent,  
comme  en  1734  ou  1737-­‐1738.  
Troisième  objection,  le  lien  entre  la  crise  de  sous-­‐production  agricole  et  la  crise  de  sous-­‐
consommation  industrielle,  dont  le  signe  serait  la  concomitance  entre  la  baisse  des  prix  
industriels   et   la   cherté   des   céréales,   n'est   guère   conforté   par   l'analyse   statistique.  
Observons   que   la   mauvaise   récolte   pouvait   aussi   coïncider   avec   une   crise   de   sous-­‐
production   industrielle,   caractérisée   par   une   hausse   de   prix,   soit   par   effet   direct   des  
perturbations   météorologiques,   soit   par   une   contraction   de   l'offre   de   matières  
premières.   Le   gel   hivernal,   préjudiciable   aux   emblavures,   arrêtait   les   moulins   à   eau,  
sources   majeures   d'énergie   pour   l'industrie,   et   pouvait   entraver   le   transport   des  

 

5  

produits   pondéreux.   Alors   qu'en   1740   la   disette   sévissait   à   Londres,   le   blocage   de   la  
Tamise   par   le   gel   triplait,   selon   T.  S.  Ashton,   les   prix   du   charbon,   indispensable   au  
chauffage   des   particuliers   et   à   de   nombreuses   industries.   La   mauvaise   récolte   céréalière  
renchérissait   l'orge   pour   la   brasserie.   Jusqu'au   milieu   du   xixe  siècle   et   non   seulement  
dans   le   secteur   agroalimentaire,   mais   aussi   dans   le   textile,   le   cuir,   le   suif,   le   savon,  
l'industrie  était  largement  une  activité  de  transformation  de  matières  premières  issues  
de  l'agriculture  ;  elle  ne  pouvait  qu'être  affectée  de  manière  directe  par  les  fluctuations  
de  cette  dernière.  
En   revanche,   le   passage   de   la   crise   agricole   à   la   crise   industrielle   par   la   baisse   des  
revenus   et   de   la   consommation   semble   mal   vérifié.   La   crise   industrielle   de   1788-­‐1790  
était  elle-­‐même  antérieure  aux  mauvaises  récoltes  ;  sans  qu'il  faille  exagérer  les  effets  du  
traité   de   commerce   franco-­‐anglais   de   1786   qui   exposait   le   textile   français,   et   surtout  
l'industrie   cotonnière   normande,   à   la   concurrence   britannique,   la   toilerie   troyenne   ou  
bretonne   ou   encore   la   fabrique   nîmoise   n'en   étaient   pas   moins   déjà   en   plein   marasme  
depuis  la  fermeture  des  marchés  constitués  par  les  colonies  espagnoles  et  portugaises.  
Dans   la   région   de   Caen,   au   xviiie  siècle,   la   conjoncture   industrielle   était   indépendante  
des   prix   céréaliers  :   «  Les   produits   d'exportation   comme   la   dentelle   touchent   une  
clientèle   étendue,   dispersée   sur   la   moitié   du   royaume  ;   les   matières   premières  
consommées  par  l'artisanat  interne  alimentent  des  cycles  de  production  qui  dépassent  
souvent   la   durée   des   crises   agricoles  »   (J.-­‐C.   Perrot).   L'industrie   dépendait   de   marchés  
géographiquement   et   socialement   délimités.   Une   partie   de   la   production   textile  
française   était   exportée   vers   l'Espagne,   vers   le   Levant,   vers   les   Antilles,   soumise   donc  
aux   rythmes   de   la   conjoncture   sucrière   ou   aux   aléas   de   la   concurrence   étrangère.   Une  
partie   était   destinée   à   une   clientèle   aisée   dont   les   achats   étaient   sans   doute   peu  
influencés  par  le  prix  des  blés.  La  fabrique  de  soieries  n'était  pas  affectée  par  les  heurs  et  
malheurs   du   marché   de   consommation   populaire.   Par   ailleurs,   les   revenus   des   ruraux  
n'étaient   pas   non   plus   sous   l'exclusive   dépendance   des   blés,   car,   d'une   part,  
l'urbanisation   et   la   croissance   industrielle   avaient   suscité   le   développement   de   l'élevage  
et   des   cultures   commerciales   (vigne,   lin,   oléagineux,   plantes   tinctoriales,   etc.)   et,   d'autre  
part,   l'extension   rapide   de   la   proto-­‐industrie   dans   les   campagnes   avait   diversifié   les  
sources  de  gain.  
Faudrait-­‐il   inverser   la   relation   comme   le   proposait   D.  S.  Landes  :   «  La   hausse   des   prix  
agricoles   jusqu'à   un   certain   point   encourage   la   demande   de   textiles   et   d'articles  
similaires  en  transférant  du  revenu  des  groupes  les  plus  pauvres  à  ceux  qui  sont  les  plus  
aisés  »  ?   La   propension   marginale   à   épargner   était   sans   doute   assez   forte   dans   ces  
groupes   plus   aisés   pour   qu'une   augmentation   de   leurs   revenus   n'entraîne   pas   ipso   facto  
celle   de   leur   consommation.   La   relation   entre   le   mouvement   des   prix   céréaliers   et   la  
demande   de   produits   industriels   était   sûrement   complexe,   variable   selon   les   types   de  
produits   industriels   et   leurs   marchés,   selon   les   niveaux   et   les   catégories   de   revenus  
populaire,   selon   l'ampleur   de   la   fluctuation   du   prix   des   blés   qui   n'était   pas   lié   au   seul  
hasard  météorologique,  mais  qui  était  lui  aussi  corrélé  à  l'ensemble  du  système  des  prix.  
Les   hauts   prix   céréaliers   purent,   au   xviiie  siècle,   occasionner   des   difficultés  
industrielles  ;   mais   en   Normandie,   lors   des   différentes   crises   qui   se   succédèrent   entre  
1740   et   1790,   ils   n'en   furent   accusés   qu'une   fois   par   les   contemporains   –  en   1770,  
lorsque   l'inspecteur   des   manufactures   de   Rouen   observait   quant   au   commerce   des  
draperies  :   «  Il   est   toujours   bien   languissant...   La   misère   qui   règne   depuis   plusieurs  
années  dans  le  peuple,  ainsi  que  le  peu  d'aisance  des  personnes  ordinaires  en  sont  les  
principales   causes.   Toutes   les   denrées   de   première   nécessité   étant   extrêmement  
 

6  

renchéries,   le   peuple   ne   peut   s'habiller   autant   qu'il   en   aurait   besoin.  »   Il   continuait  
néanmoins  :  «  La  diminution  qui  se  trouve  dans  les  fabriques  fines  paraît  avoir  aussi  une  
seconde   cause  :   c'est   l'introduction   considérable   qui   se   fait   depuis   quelque   temps   des  
étoffes  étrangères...  »  
 
Fluctuations  agricoles  et  crises  au  XIXe  siècle  
Le   mécanisme   de   transmission   mis   en   valeur   par   Labrousse   peut   apparaître   comme  
caractéristique  d'une  situation  de  transition  entre  une  économie  où  il  ne  jouait  pas,  car  
la   clientèle   rurale   avait   des   revenus   monétaires   trop   faibles   pour   acheter   régulièrement  
des   produits   manufacturés,   et   une   économie   où   il   n'allait   plus   jouer,   pour   deux   raisons  :  
parce  que  les  pénuries  tendaient  à  disparaître  grâce  aux  progrès  des  transports,  laissant  
la   place   à   des   crises   agricoles   de   surproduction,   et   aussi   parce   que   la   réduction   du  
nombre  de  personnes  vivant  de  l'agriculture  et  celle  de  la  part  du  produit  agricole  dans  
le  produit  total  allaient  désormais  diminuer  l'importance  de  leur  demande  de  produits  
industriels  par  rapport  à  celle  des  marchés  urbains.  
Ce   mécanisme   suppose   que   la   hausse   des   prix   céréaliers   n'ait   pas   des   effets   entre   eux  
divergents,  dont  la  somme  serait  sans  conséquence  sur  la  demande  globale  de  produits  
industriels.  Sans  doute,  avec  l'industrialisation,  les  crises  de  «  vie  chère  »  pouvaient-­‐elles  
contracter  une  demande  issue  d'un  marché  urbain  de  consommation  populaire,  à  partir  
du  moment  où  ce  dernier  représentait  une  demande  globale  suffisamment  importante  ;  
à   partir   du   moment,   aussi,   où   ce   marché   avait   suffisamment   progressé   en   termes   de  
pouvoir   d'achat   pour   offrir   aux   produits   industriels   de   réels   débouchés,   après   qu'une  
amélioration   qualitative   de   l'alimentation   eut,   dans   une   phase   initiale,   absorbé   les  
premiers   gains   de   revenu.   Mais   il   ne   fallait   pas   qu'en   même   temps   l'accroissement   du  
taux   de   commercialisation   des   céréales   contribuât   à   annuler   ce   premier   effet   en  
augmentant,  les  mauvaises  années,  les  revenus  des  agriculteurs.  
À   côté   du   marché   principal   des   produits   industriels   que   constituaient   les   classes  
moyennes   des   villes,   il   y   avait   en   Angleterre,   dès   la   seconde   moitié   du   xviiie  siècle,   un  
marché   rural  ;   mais   il   déclina   au   xixe  siècle   avec   la   décroissance   rapide   de   la   population  
active   agricole   qui   ôtait   toute   importance   aux   revenus   paysans   comme   moteurs   de   la  
demande   de   produits   manufacturés,   alors   même   que   le   choix   politique   d'importer   des  
céréales   à   bas   prix   rendait   le   coût   de   l'alimentation   populaire   indépendant   des  
fluctuations   de   la   production   agricole   nationale.   En   France,   en   revanche,   des   années  
1820   à   1860,   les   industries   de   consommation   ont   pu   s'appuyer,   à   côté   des   marchés  
traditionnels   du   luxe   et   semi-­‐luxe   et   du   marché   des   classes   moyennes,   sur   un   marché  
paysan  ;   celui-­‐ci   tirait   des   moyens   monétaires   accrus   des   progrès   de   la   production   et   de  
la   commercialisation   comme   d'une   évolution   favorable   du   rapport   entre   prix   agricoles  
et   prix   industriels.   Les   études   régionales   tendent   à   montrer   la   combinaison   entre   une  
crise   de   «  type   ancien  »   et   une   crise   industrielle   qui   acquérait   cependant   de   plus   en   plus  
d'ampleur  avec  l'industrialisation.  Ces  crises  «  mixtes  »  se  seraient  manifestées  dans  la  
première   moitié   du   siècle,   jusqu'en   1857-­‐1858   ou   en   1866-­‐1867.   Il   serait   cependant  
abusif  de  voir  dans  l'antécédent  agricole  la  cause  de  ces  crises  industrielles  ;  mais  il  en  
était   un   facteur   aggravant,   bien   que   les   mécanismes   de   transmission   ne   soient   ni  
parfaitement   clairs   ni   dénués   de   toute   ambiguïté.   Ainsi   la   mauvaise   récolte   de   1846,   qui  
entraîna  la  dernière  crise  de  subsistance  connue  en  France,  durement  ressentie  dans  les  
classes   populaires   des   villes   industrielles,   n'eut-­‐elle   que   peu   d'effet   sur   la   demande   de  
 

7  

produits   manufacturés  :   les   ouvriers,   en   effet,   ne   constituaient   pas   encore   un   marché   de  
consommation  de  produits  industriels  assez  large  et  les  revenus  paysans  n'étaient  pas,  
pour   la   plupart,   perdants.   En   revanche,   les   bas   prix   agricoles   causés   par   les   bonnes  
récoltes   de   1847   à   1850,   s'ils   furent   profitables   aux   consommateurs   urbains,  
contribuèrent   à   prolonger   le   marasme   dans   lequel   la   crise   ferroviaire,   politique,  
financière  plongeait  l'industrie,  en  déprimant  un  marché  rural  important  à  une  époque  
où   l'agriculture   employait   plus   de   55  p.   100   de   la   population   active.   Sans   doute   des  
mécanismes   plus   subtils   jouaient-­‐ils   aussi,   au   xixe  siècle,   dans   les   économies   dont   les  
structures   étaient   déjà   à   forte   dominante   industrielle.   Ainsi,   Wilhelm   Roscher,   au   milieu  
du  siècle,  dans  une  Allemagne  peu  transformée  par  l'industrialisation,  décrivait  encore  
la   crise   de   «  type   ancien  »   (Über   Kornhandel   und   Theuerungspolitik),   et   Courcelle-­‐
Seneuil   notait   toujours   dans   l'édition   de   1858   de   son   Traité   théorique   et   pratique   des  
opérations  de  banque  que  «  la  valeur  de  chacun  des  objets  d'approvisionnement  baisse  
relativement  aux  grains,  parce  que  le  consommateur  ne  peut  augmenter  la  somme  qu'il  
consacre   à   l'acquisition   du   blé   qu'en   réduisant   celle   qu'il   emploie   à   la   satisfaction   de   ses  
autres  besoins...  »  ;  ce  dernier  ne  voyait  plus,  dans  l'édition  de  1876,  de  rapport  entre  le  
déficit  des  récoltes  et  la  conjoncture  générale  que  par  l'effet  déflationniste  du  déficit  de  
la  balance  commerciale  :  «  Qu'une  disette  vienne  à  se  faire  sentir  [...],  il  faut  se  procurer  
des   blés   au   dehors,   c'est-­‐à-­‐dire   déplacer   et   exporter   jusqu'à   cinq   et   six   cents   millions,  
lorsqu'il  s'agit  d'un  pays  comme  la  France  ou  l'Angleterre.  On  prend  cette  somme  sur  les  
capitaux  dont  la  réalisation  est  la  plus  facile,  monnaies,  créances  au  dehors  résultant  de  
l'exportation,  épiceries,  etc.  Les  capitaux  deviennent  rares  [...].  Le  taux  d'intérêt  s'élève,  
et   le   prix   de   toutes   les   marchandises   dont   aucune   cause   particulière   ne   vient   soutenir   le  
cours  tend  à  s'abaisser...  »  
 
Crises  commerciales,  industrielles  et  financières  des  XVIIIe  et  XIXe  siècles  
Au-­‐delà   des   échecs   individuels   et   des   difficultés   sectorielles   et   régionales,   qui   sont  
inhérents  à  la  dynamique  de  la  croissance,  dès  le  xviiie  siècle  des  crises  plus  générales,  
sans  antécédent  agricole,  gonflaient  de  temps  à  autre  le  flux  des  faillites  dans  le  négoce  
et   l'industrie.   À   leur   origine,   il   y   avait   soit   un   accident   financier,   soit   une   soudaine  
modification   des   courants   commerciaux,   des   prix   des   matières   premières,   et   donc   des  
conditions  de  la  concurrence,  souvent  contrecoup  des  guerres.  
 
Les  «  excès  du  crédit  »  et  les  «  engorgements  des  marchés  »  
En  1715,  «  la  désolation  règne  partout  »,  écrivait  John  Law.  Les  expéditions  de  draps  du  
Languedoc   par   le   port   de   Marseille   avaient   chuté   de   moitié  ;   sur   toutes   les   places   de  
commerce,  les  espèces  sortaient  de  la  circulation  et  les  faillites  se  multipliaient  ;  c'était  la  
retombée   d'une   explosion   spéculative   des   affaires   et   des   crédits   née   de   la   paix   avec  
l'Angleterre.   En   1729-­‐1730,   même   emballement   du   crédit,   même   enchaînement   de  
ruines,   mais   désormais   les   places   commerciales   étrangères,   Cadix,   Amsterdam,   Venise  
ou   Londres,   étaient   aussi   touchées.   Les   années   1770   furent   désastreuses   partout   en  
Europe  :  apogée  des  faillites  en  Angleterre  en  1772-­‐1773,  à  Marseille  en  1774,  à  Paris  en  
1777.   Sans   poursuivre   une   fastidieuse   énumération,   on   citera   encore   la   crise   de   1810,  
conséquence   du   blocus   continental   et   d'un   remodelage   de   la   carte   européenne,   qui,  
attisant   l'instabilité   des   prix,   des   approvisionnements   et   des   marchés   multipliaient   les  
 

8  

opportunités  de  gains,  mais  aussi  de  pertes  spéculatives.  La  faillite  du  négociant  Rodde  à  
Lübeck   et   celle   de   la   banque   Smith   &   Atkinson   à   Londres   faisaient   ainsi   tomber   De  
Smeth   à   Amsterdam,   Biderman   à   Paris,   Lousberg   à   Gand...  ;   à   court   de   crédit,   nombre   de  
fabricants   du   textile   devaient   suspendre   leur   activité  :   en   1811,   seules   trois   cents  
filatures  de  coton  sur  mille  sept  cents  étaient  encore  en  activité  en  France  ;  à  Paris,  sur  
cinquante   et   un   mille   ouvriers,   vingt   mille   étaient   au   chômage.   Plus   que   sur   l'accident  
qui   donnait   la   première   impulsion   à   cette   chaîne   d'effondrements,   on   insistera   sur   la  
vulnérabilité   des   structures   commerciales   et   financières   qui   permettaient   une   telle  
amplification  des  dérèglements  initiaux.  
Le   profit   commercial   était   fondé   sur   l'imperfection   des   marchés,   c'est-­‐à-­‐dire   sur   les  
différences   de   prix   des   marchandises,   des   traites,   des   métaux   précieux   entre   places.   Ces  
écarts,   parfois   considérables,   tiraient   leur   origine   non   seulement   de   la   lenteur   des  
transports   de   marchandises   et   de   la   propagation   de   l'information,   mais   aussi   du   faible  
poids  des  opérations  des  arbitragistes.  Qu'une  anticipation  sur  les  cours  ou  sur  l'état  des  
marchés   fût   déjouée,   et   une   ou   plusieurs   maisons   risquaient   de   suspendre   leurs  
paiements.   Comme   la   monnaie   métallique   ne   suffisait   pas   à   financer   les   transactions,   les  
opérations   commerciales   étaient   réglées   par   des   effets,   qui   –  instruments   de   crédit   à  
court   terme  –   maintes   fois   endossés,   puis   escomptés,   jouaient   pour   ainsi   dire   un   rôle   de  
substitut   monétaire.   Des   réseaux   d'engagements   de   paiement   liaient   ainsi   les   grandes  
maisons   de   commerce   dans   chaque   pays,   et   les   marchands-­‐banquiers   de   Londres,  
Amsterdam   ou   Paris   entre   eux.   Il   suffisait   de   la   défaillance   d'un   des   maillons   pour  
interrompre   la   chaîne   des   paiements   et   des   crédits.   Cette   pyramide   de   crédits  
descendait  jusqu'aux  maisons  secondaires  et  aux  fabricants.  La  suspension  d'une  grande  
maison   entraînait   la   perte   de   liquidité   de   tout   le   système   et   une   flambée   des   taux   de  
l'argent,   faute   d'établissements   bancaires   qui,   par   leurs   réescomptes,   auraient   été   des  
«  prêteurs  en  dernier  ressort  ».  
Ces  crises,  qui  affectaient  surtout  la  frange  supérieure  du  grand  capitalisme,  pouvaient  
sembler   de   simples   épiphénomènes   de   la   conjoncture   économique   au   xviiie  siècle  ;  
l'extension   des   échanges   qui   accompagna   au   xixe  siècle   l'industrialisation   leur   donna  
une   importance   croissante   dans   l'économie   globale.   Jusqu'en   1848   cependant,   elles  
parurent   plus   spécifiques   du   secteur   textile,   dont   elles   étaient   originaires,   que  
généralisées.  Par  exemple,  à  la  suite  de  la  commotion  que  firent  subir  au  commerce  les  
troubles   politiques   de   1830-­‐1831   et   que   prolongèrent,   sur   les   marchés   étrangers,   les  
révolutions   de   Rio,   de   Mexico,   et   l'épidémie   de   choléra   de   New   York   en   1832,   de  
nouveau,   en   1837,   les   stocks   de   tissus   invendus   se   gonflèrent  ;   mais   la   crise   était   limitée  
au   marché   des   États-­‐Unis   et   ne   concernait   que   les   articles   de   luxe   de   Mulhouse   et  
surtout  de  Lyon  ;  partie  de  négoce,  elle  remontait  cependant  vers  le  tissage  et  la  filature,  
et,   en   1839,   c'était   tout   le   textile   qui   était   touché.   Liées   à   la   mévente   des   produits   de  
consommation,  ces  crises  de  la  première  moitié  du  xixe  siècle  étaient  toujours  amplifiées  
par  les  insuffisances  du  crédit  et  par  les  solidarités  financières.  Les  maisons  de  banque  
ne   pouvaient   à   la   fois   financer   la   production   et   la   constitution   de   stocks   et   faire   des  
avances   sur   les   créances   impayées  ;   elles   répondaient   aux   difficultés   en   restreignant  
leurs  engagements  par  l'élévation  du  taux  de  l'escompte,  avec  pour  effet  d'accroître  les  
embarras   de   trésorerie   des   entreprises   qui   vendaient   mal   et   d'en   créer   à   celles   qui   se  
portaient   encore   bien.   Comme   au   xviiie  siècle,   la   suspension   de   paiements   d'une   maison  
importante  lançait  une  réaction  en  chaîne  qui,  faute  de  possibilités  de  refinancement,  ne  
s'arrêtait   qu'après   une   vague   de   faillites.   Le   crédit   faisait   défaut.   L'argent   disparaissait  
de  la  circulation.  En  mars  1848,  on  notait  à  Avignon  :  «  La  position  financière  de  notre  
 

9  

place   s'aggrave   de   plus   en   plus.   Toutes   nos   maisons   ont   arrêté   leurs   paiements   faute   de  
numéraire   et   laissent   en   souffrance   même   leurs   propres   obligations   [...].   On   ne  
trouverait  plus  un  sac  de  1  000  francs  sous  les  meilleures  signatures...  »  ;  les  industriels  
étaient   obligés   de   fermer,   n'ayant   pas   le   numéraire   pour   payer   leurs   ouvriers.   La  
création   des   Comptoirs   d'escompte   parut   comme   une   mesure   de   sauvetage   dans   ce  
désastre  financier  et  monétaire.  
Ces   solidarités   financières   fonctionnaient   aussi   à   une   échelle   plus   large   du   fait   du  
développement   du   commerce   international,   et   d'un   rôle   de   banque   centrale   assumé   peu  
ou  prou  par  la  Banque  d'Angleterre  ou  la  Banque  de  France,  sans  que  les  implications  de  
leurs  politiques  fussent  complètement  transparentes  pour  leurs  dirigeants.  Derrière  les  
difficultés   des   fabricants   lyonnais   en   peine   de   vendre   leurs   soieries   aux   États-­‐Unis   en  
1837,  il  y  avait  tout  l'arrière-­‐plan  des  crises  du  commerce  anglo-­‐américain,  telles  que  les  
a   analysées   Maurice   Lévy-­‐Leboyer.   Les   échanges   entre   les   États-­‐Unis   et   la   Grande-­‐
Bretagne   étaient   financés   par   les   maisons   de   Londres,   place   principale   du   clearing  
mondial.   Les   importateurs   américains   y   conservaient   leurs   avoirs,   qui   leur   permettaient  
de   régler   les   soldes   des   balances   négatives   que   les   États-­‐Unis   avaient   avec   l'Extrême-­‐
Orient   ou   la   France.   Un   ensemble   de   facteurs   avaient   convergé   en   1836   pour   provoquer  
une   situation   critique  :   effondrement   du   prix   du   coton,   qui   avait   affecté   la   valeur   des  
exportations   américaines  ;   balances   asiatiques   défavorables  ;   hausse   des   taux   d'intérêt  
américains,   qui   avait   suscité   l'émission   de   traites   financières   sur   Londres  ;   mauvaise  
récolte  enfin  en  Angleterre,  qui  gonflait  les  importations.  La  masse  de  papier  commercial  
présentée   alors   à   Londres   dépréciait   le   sterling   et   occasionnait   des   sorties   de   métal  
précieux.  La  Banque  d'Angleterre,  prise  dans  un  dilemme  entre  soutenir  la  valeur  de  la  
livre  et  fournir  du  crédit  à  la  place,  finit  par  élever  son  taux  d'escompte  pour  défendre  
son   encaisse  ;   tardant   à   intervenir   pour   éviter   une   déflation   du   crédit,   elle   mit,  
lorsqu'elle   le   fit,   en   danger   les   maisons   qui   finançaient   le   commerce   international   et  
contribua  à  provoquer  des  difficultés  dans  l'industrie  anglaise,  des  défaillances  chez  les  
négociants   américains   et   donc,   sans   doute,   indirectement   des   embarras   chez   les  
exportateurs   français.   Dès   les   années   1830,   un   synchronisme   conjoncturel   liait   ainsi  
New   York,   Londres,   Liverpool,   Paris,   Lyon,   Mulhouse,   Lille,   Rouen   et   les   principales  
autres  places  européennes.  
Dans   la   seconde   moitié   du   siècle,   ces   défaillances   du   crédit   national   ou   international  
furent   partiellement   amorties   par   la   naissance   de   systèmes   bancaires   structurés,   aux  
ressources   abondantes,   dans   la   plupart   des   grands   pays   industriels   et   par  
l'apprentissage  d'un  système  hiérarchisé  de  paiements  internationaux  ;  ce  dernier  allait  
disposer   de   liquidités   avec   les   exportations   anglaises   et   françaises   de   capitaux   et  
fonctionner   de   manière   relativement   stable   dans   les   trois   décennies   qui   précédèrent  
1914.  Mais,  à  côté  de  ces  dérèglements  de  la  circulation,  qui  incitaient  Clément  Juglar  à  
accorder  une  attention  particulière  à  l'étude  de  la  marche  des  escomptes,  apparaissaient  
ou   transparaissaient   dès   le   milieu   du   siècle   des   caractéristiques   nouvelles  :   une  
localisation   de   l'origine   des   crises   dans   le   secteur   de   l'infrastructure   et   des   biens   de  
production   et   un   glissement   des   perturbations   «  circulatoires  »   du   domaine   de  
l'escompte  à  celui  du  marché  financier.  
 
Les  crises  du  capitalisme  industriel  

 

10  

L'investissement   industriel   et   infrastructurel   n'imposa   guère   ses   fluctuations   à   la  
conjoncture  générale  tant  que  son  importance  resta  limitée.  En  Grande-­‐Bretagne,  dans  la  
décennie  1830,  l'investissement  en  machines,  dans  les  mines  et  dans  les  chemins  de  fer  
ne  représentaient  que  21  p.  100  de  la  formation  brute  de  capital  fixe  ;  dans  la  décennie  
1840,  en  revanche,  il  s'élevait  à  41  p.  100,  dont  28  p.  100  pour  les  seuls  chemins  de  fer.  
En   France,   l'investissement   net   industriel   faisait   17  p.   100   du   total   de   la   formation   nette  
de   capital   dans   la   décennie   1830   et   25  p.   100,   dont   11  p.   100   pour   les   chemins   de   fer,  
dans   la   décennie   1840.   L'instabilité   engendrée   par   ce   boom   de   la   construction  
ferroviaire,   amplifiée   d'au   moins   trois   manières,   contribua   à   développer   la   crise   de  
1847-­‐1848.  
D'abord,   l'effet   de   ce   gonflement   brutal   de   l'investissement   fut   d'autant   plus   fort   que,  
jusqu'alors,  l'essentiel  de  la  formation  brute  de  capital  fixe,  que  ce  fût  dans  l'industrie,  
dans   l'agriculture   ou   dans   le   bâtiment,   était   financée   directement   par   l'épargne   des  
particuliers  et  l'autofinancement  des  entreprises.  La  construction  ferroviaire  ne  reposa  
au  contraire  que  sur  un  financement  externe  dont  les  circuits  n'étaient  pas  encore  rodés.  
Les   banquiers   maîtrisaient   déjà   bien   les   techniques   de   lancement   d'affaires   et  
d'emprunts,  mais  ils  n'avaient  pas  des  ressources  financières  suffisantes  pour  soutenir  
les   compagnies   en   période   de   difficulté  ;   quant   aux   marchés   financiers,   jusqu'alors  
surtout   consacrés   aux   emprunts   publics,   ils   étaient   animés   par   une   minorité   de   gros  
opérateurs   à   découvert,   et   les   cours   y   étaient   d'autant   plus   instables   que,   faute   d'un  
classement   aisé   des   titres   dans   une   large   clientèle,   le   flottant   était   considérable.   En  
deuxième   lieu,   les   compagnies   de   chemins   de   fer   manquaient   de   capitaux   et   pâtirent  
d'emblée  de  la  contradiction  entre  la  nature  de  leur  activité,  qui  ne  pouvait  procurer  des  
bénéfices  qu'à  terme,  et  l'espoir  que  nourrissaient  promoteurs  et  épargnants  de  tirer  un  
profit  immédiat  et  élevé,  en  rapport  avec  le  risque  nouveau  qu'ils  estimaient  assumer  :  la  
solution   de   facilité   consista   à   lever   de   nouveaux   capitaux   pour   payer   des   dividendes  
fictifs.   Enfin,   la   railway   mania   avait   d'autant   plus   asséché   les   marchés   de   l'argent   que,  
d'une   part,   les   entreprises   et   les   commerçants,   manquant   d'autres   opportunités   de  
placement   à   court   terme,   avaient   sans   doute   engagé   leurs   trésoreries   en   opérations  
boursières  ;   et   que,   d'autre   part,   les   commandes   des   compagnies   de   chemins   de   fer  
avaient   incité   la   sidérurgie   à   procéder,   elle   aussi,   à   de   gros   investissements.   Par   ailleurs,  
même   si   les   versements   de   dividendes   réinjectaient   des   liquidités   sur   le   marché,   les  
capitaux  levés  par  les  compagnies  de  chemins  de  fer  avaient,  en  servant  principalement  
à  payer  des  ouvriers  dont  la  propension  à  l'épargne  était  nulle,  exercé  un  effet  inverse.  
Le   pompage   des   capitaux   favorisait   le   blocage   du   système   du   crédit.   Les   événements  
rebondirent  en  chaîne.  Un  orage  prémonitoire  éclata  à  la  Bourse  de  Londres  en  octobre  
1845,   alors   que   de   nombreux   secteurs   industriels   étaient   déjà   languissants  ;   puis,   en  
1847,   les   marchés   de   Londres   et   de   Paris   s'orientèrent   franchement   à   la   baisse,  
solidaires  à  la  fois  par  les  taux  d'intérêt  et  par  les  ventes  des  Anglais  qui  avaient  investi  
dans   les   chemins   de   fer   français  ;   enfin,   la   raréfaction   du   crédit   et   la   hausse   des   taux  
d'escompte  préludèrent  à  la  succession  des  suspensions  de  paiement  dans  le  commerce,  
au   marasme   des   affaires   et   au   chômage   que   les   révolutions   de   1848   contribuèrent   à  
accentuer  dans  toute  l'Europe.  
De  la  crise  de  1857,  considérée  en  général  comme  la  première  grande  crise  industrielle  
internationale,  à  celle  de  1907,  les  épicentres  des  séismes  économiques  changèrent  à  la  
fois  sectoriellement  et  géographiquement.  Dans  un  cas,  le  foyer  initial  était  une  rupture  
des   approvisionnements   de   coton,   dans   un   autre,   les   embarras   du   commerce   anglo-­‐
argentin,  dans  un  autre  enfin,  le  surinvestissement  dans  les  industries  électriques  et  la  
 

11  

spéculation   sur   le   cuivre.   Reflet   des   changements   de   hiérarchie   entre   puissances  
industrielles   dans   une   économie   mondiale   de   plus   en   plus   intégrée,   il   tendait   à   se  
déplacer   de   l'Angleterre   vers   les   États-­‐Unis   et   l'Allemagne.   Mais   chaque   crise  
particulière   montrait   les   mêmes   préalables   boursiers   et   monétaires,   les   mêmes  
difficultés  dans  des  secteurs  industriels  lourds  et  souvent  nouveaux,  les  mêmes  vagues  
de   faillites   dans   le   petit   commerce   et   les   secteurs   industriels   de   consommation.   Les  
économistes   de   la   fin   du   xixe  siècle   s'ingénièrent   à   trouver   la   vraie   cause   de   la   crise  :  
accident   ou   bien   cause   endogène   faisant   de   la   crise   un   moment   nécessaire   du   cycle  
économique   court,   dit   «  de   Juglar  »,   ainsi   que   son   apparente   périodicité   le   laissait  
penser  ?   Crise   de   sous-­‐consommation  ?   de   surproduction  ?   Venait-­‐elle   du   «  cycle   de  
l'investissement  »  ?   de   l'irrégularité   de   la   croissance   de   la   masse   monétaire  ?   La  
multiplicité  des  théories,  recensées  consciencieusement  par  Jean  Lescure,  rend  perplexe,  
d'autant   qu'avec   le   recul   du   temps   il   peut   sembler   artificiel   de   faire   la   théorie   de   la   crise  
du  capitalisme  industriel  à  partir  de  moins  de  dix  occurrences  :  on  considère  souvent,  en  
effet,   qu'avant   le   milieu   du   xixe  siècle   les   crises   étaient   différentes,   plus   complexes,  
«  mixtes  »,   et   que,   dans   les   années   1930,   on   a   affaire   à   un   phénomène   nouveau   de   par  
son  ampleur  exceptionnelle.  
Cet   unique   souci   ontologique   explique   cependant   que,   en   dehors   des   travaux   de   Jean  
Bouvier   sur   la   conjoncture   lyonnaise   de   1881-­‐1882,   l'essentiel   soit   mal   étudié  :   la  
chronologie  fine  des  enchaînements  ;  les  courroies  de  transmission  qui  amplifiaient  un  
des  déséquilibres  toujours  présents  dans  une  économie  en  croissance  et  généralisaient  
la  crise  sur  les  plans  national  et  international  ;  les  facteurs  favorables,  enfin,  soit  à  une  
réduction,   soit   à   une   amplification   des   disparités   économiques.   Ainsi,   la   quasi-­‐
disparition   du  travail  rural  à   domicile,   qui,   par   sa   flexibilité,   permettait   à   l'entrepreneur  
d'amortir   les   irrégularités   des   commandes,   et   l'extension   à   toute   l'année   du   travail  
industriel,  en  faisant  naître  le  phénomène  du  chômage  sous  sa  forme  moderne,  étaient-­‐
elles   sans   doute,   en   l'absence   de   politique   conjoncturelle   et   sociale,   des   facteurs  
d'approfondissement   des   situations   de   crise.   Mais   quelle   était   la   conséquence   de  
développement  des  grandes  banques  de  dépôts  ?  Au  printemps  de  1882,  quelques  mois  
avant   le   krach   de   l'Union   générale,   le   Crédit   lyonnais   contribua   probablement   à  
précipiter  la  crise  en  «  carguant  les  voiles  »  pour  se  protéger,  renchérissant  les  reports  
boursiers   et   le   crédit   au   petit   commerce.   Mais,   ensuite,   les   grands   établissements   ne  
régularisèrent-­‐ils  pas  la  conjoncture  en  fournissant  un  crédit  à  court  terme  en  quantité  
quasi   illimitée   et   en   jouant   sur   le   marché   financier,   de   concert   avec   le   ministre   des  
Finances,   presque   un   rôle   «  d'institutionnels  »  ?   Sans   aucun   doute,   la   relative   stabilité  
monétaire   –   du   moins   dans   les   pays   industriels   –   et   le   relatif   confinement   des   situations  
économiques  conflictuelles  entre  les  États  jusqu'à  l'explosion  de  1914  allaient-­‐ils  dans  le  
sens  d'une  atténuation  des  crises  ;  l'idée  d'une  désintégration  proche  du  capitalisme  par  
l'aggravation   constante   de   ces   dernières   était   de   plus   en   plus   abandonnée   par   les  
socialistes,  que  ce  fût  par  Bernstein,  Kautsky,  Tugan-­‐Baranowsky  ou  Jaurès.  On  pensait,  
à   la   veille   de   la   guerre,   en   connaître   suffisamment   les   symptômes   pour   pouvoir   les  
prévoir,  et  donc  en  émousser  les  effets  ;  d'aucuns  allaient  jusqu'à  espérer  les  contrôler,  
comme  les  dirigeants  des  cartels  allemands,  partisans  d'un  «  capitalisme  organisé  »  qui  
ne  souffrirait  plus  des  méfaits  de  la  libre  concurrence.  
Patrick  VERLEY  
 

 

12  



Documents similaires


patrick verley crises Economiques
veille
le credit aux entreprises redemarre au premier trimestre
crise financiere automne 2008
01 industrialisation et croissance economique
flyer web de presentation les petits gars de la campagne


Sur le même sujet..