Héritage du Comte Don Gafaro scenario Mordiou.pdf


Aperçu du fichier PDF heritage-du-comte-don-gafaro-scenario-mordiou.pdf

Page 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10




Aperçu texte


L'héritage du comte... (2)
Les faits précédents à l'origine de toute cette affaire :
Il y a 23 ans le comte Enrique Don Gafaro meurt à la chasse à la fin de l'été. Son épouse, Dona
Olivia, alors enceinte, est en proie au désespoir. Elle accouche prématurément au début de
l'automne, éreintée et mourante. Elle confie l'enfant au jeune prêtre récemment ordonné, le père
Francisco afin qu'il le baptise Nuno et qu'il puisse hériter du titre de comte. Le père Francisco
donne alors l'extrême onction à Dona Olivia. Puis il va baptiser l'enfant dans la chapelle du
domaine et rédige les actes de baptême.
Charles, frère cadet du comte Enrique, décide de s'approprier le titre et de changer son destin en
éliminant le nouveau-né. Ses sbires affrontent les partisans fidèles au comte Enrique dans le
château.
Le père Francisco fuit avec Nuno et les registres sacerdotaux, profitant de la confusion des
affrontements. Il passe voir le père Augustin à la maladrerie de San Lazaro, sur les terres du
comte, qui lui conseille de se réfugier au monastère de San Bernardo. Avant de fuir, père
Francisco dissimule les registres dans la maladrerie, dans l'autel de la chapelle.
Père Francisco quitte les terres de Don Gafaro en passant par la forêt de la Vieja Roca. Il remet
Nuno et une bourse de piastres à un couple de charbonniers vivant près du village de Santa
Madalena. Ceux-ci ne pouvaient avoir d'enfant et c'est pour eux une bénédiction enveloppé dans un
linge portant les armes de Don Gafaro. Les époux Benavides cachent le linge et s'occupent du
garçon comme de leur fils. Pour cacher son identité ils l'appellent Pascual.
Charles, nouveau comte de Gafaro, envoie durant des mois ses sbires à la recherche de Francisco,
du bébé et des registres sacerdotaux... en vain... Son fils Felipe a alors 7 ans et a assisté horrifié à
toutes ces manigances...
Charles meurt 8 ans plus tard de pneumonie. Felipe décide de racheter les fautes paternelles en
devenant pieu et miséricordieux auprès des faibles et des persécutés. Il dépense plus que de raison
pour s'occuper des indigents. Nombreux sont ceux qui tentent alors de rallier les terres du comte de
Gafaro pour y trouver une vie moins dure. Felipe ne peut cependant pas réparer la supercherie et la
trahison paternelles sans salir son nom et son honneur en abdiquant ou révélant l'affaire.
Il y a 1 an, mama Benavides se meurt... Avant de trépasser elle révèle à Nuno l'histoire de son
arrivée à leur foyer et lui remet le linge dans lequel il était quand il leur fut confié. Enragé et
désireux d'offrir une sépulture grandiose aux époux Benavides qui l'élevèrent dans le dénuement
mais aussi l'amour Pascual/Nuno décide de se venger et de retrouver la trace des documents du
baptême.
Maladroitement il s'adresse à certains nobliaux locaux qui lui rient au nez alors qu'il pensait que
leur sens de l'honneur serait touché. Ceci parvient aux oreilles de Miranda, une gitane devenue le
bras droit de Felipe Don Gafaro et éprise de lui. Cela parvient aussi à la connaissance de l'abbé
Alfonso du monastère de San Bernardo où vit toujours caché le père Francisco. Le père Alfonso
s'inquiète de voir ressurgir cette affaire (il avait reçu les confessions de Francisco à l'époque) mais y
voit aussi une opportunité pour peut être rénover et agrandir le monastère. Il décide de trahir le père
Francisco et fait parvenir à Miranda une lettre révélant la présence de Francisco à San Bernardo
en échange d'un soutien financier au monastère.
La lettre de dénonciation parvient à Miranda à Saragosse. Illettrée, elle n'en connait pas le contenu
mais on lui a demandé de faire diligence pour une affaire dangereuse de la plus haute importance.
Elle envoie son cocher Alvarez recruter une escorte pour quelques piastres et retourner au plus vite
dans les terres de Don Gafaro remettre le mystérieux message...