alternative sante n 47 .pdf



Nom original: alternative-sante-n-47.pdf.pdf

Ce document au format PDF 1.6 a été généré par Adobe InDesign CS6 (Macintosh) / Adobe PDF Library 10.0.1, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 31/10/2017 à 21:28, depuis l'adresse IP 176.181.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1538 fois.
Taille du document: 3.3 Mo (32 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


juin 2017 • numéro 47

DOSSIER

Bactéries

TRAITEMENT

Découvrez les
nouvelles pistes contre
la maladie de Crohn

INTERVIEW

La moisissure, la
fermentation ? Mais
non, ce n’est pas sale !

BONNES FEUILLES

Quand la médecine
chinoise offre des
trésors contre le cancer

www.alternativesante.fr

ennemies
ou alliées ?

édito

sommaire
4 actualités
8 fiche thérapeutique
L’angoisse

9 dossier

Les biofilms,
anges ou démons ?
Ces colonies de micro-organismes jouent
parfois un rôle protecteur, mais peuvent
aussi être la cause d’inflammations
chroniques. Insuffisants, les traitements
conventionnels doivent être complétés
par des précautions d’hygiène et des
remèdes naturels.

15 énergie

Étirer le psoas, muscle de l’âme

16 interview

Marie-Claire Frédéric : « La fermentation,
c’est du vivant à l’état pur ! »

18 traitement

Maladie de Crohn, la piste
de la contagion bovine

20 bonnes feuilles
La MTC  face au cancer

22 bonnes idées
23 courrier des lecteurs
25 carnet d’adresses
26 à lire… ou pas
27 astrosanté
28 petites annonces
30 la vie naturelle
32 boîte à outils
De la maca noire, et la libido repart

automassage
Varicelle

Service Abonnements
Alternative Santé, Service Abonnements
4, rue de Mouchy, 60438 Noailles Cedex
Tél. : 01 55 56 70 51. Mél : alternative.sante@groupe-gli.com
Rédaction
101, rue de Patay, CS 71419, 75214 Paris CEDEX 13.
Tél. : 01 40 46 00 46. Fax : 01 40 46 05 93.
Mél : alternativesante@santeportroyal.com
Édité par SANTÉ PORT-ROYAL SAS,

L’aventure continue

p

our grandir et s’épanouir, on est parfois obligé de changer,
de se renouveler. Cette nécessité de s’adapter pour affronter
l’avenir, chacun s’y trouve confronté dans sa vie personnelle. Elle
n’épargne pas non plus les groupes de presse. Or, on le sait bien,
le changement fait peur. Peur de l’inconnu, de la nouveauté,
manque de confiance en soi : autant de facteurs qui minent notre désir
d’évolution et nous freinent dans notre élan.
Ces peurs, ces craintes, je les connais bien, et c’est pour les surmonter
que je prends la plume pour cet éditorial. Voilà plus de quinze ans que la
société Santé Port-Royal, éditrice d’Alternative Santé, existe. Au cours des
années, nous avons dû relever de nombreux défis et nous montrer à l’écoute
de nos lecteurs ainsi que des évolutions du marché de la presse et du secteur
des médecines alternatives. Nous nous sommes toujours efforcés d’aller de
l’avant sans pour autant perdre nos convictions premières et nos exigences.
Je tenais donc à vous faire part des changements qui touchent
aujourd’hui Santé Port-Royal. J’ai le plaisir et la lourde tâche de prendre la
suite d’Alexandre Imbert, qui a dirigé cette société pendant dix ans. Depuis
mon entrée dans la société en 2009, Alexandre m’a prodigué sa confiance,
et c’est fort de son expérience et de ses conseils que je prends la relève
aujourd’hui. Hasard du calendrier, ma prise de fonction s’est effectuée en
même temps que le déménagement du siège de notre société. Nous avons
en effet quitté nos locaux du Ve arrondissement de Paris pour nous installer
dans XIIIe arrondissement, au 101, rue de Patay. Je vous encourage à venir
nous rendre visite, c’est avec plaisir que nous vous accueillerons.
Enfin, afin d’être plus cohérents avec notre image, plus transparents
sur notre activité et d’incarner ce changement qui touche notre société,
nous avons décidé de changer le nom de Santé Port-Royal pour celui
de Ginkgo Media. Il était important pour nous de prendre un nom plus
en lien avec notre activité de créateurs de contenu et avec le monde de
la médecine naturelle. Le choix du Ginkgo biloba comme symbole s’est
imposé de lui-même. Cet arbre présent depuis des millénaires dans la
médecine chinoise est un symbole sacré de longévité. Qualifié d’« arbre
fossile » par Darwin, il a résisté à la disparition des dinosaures, à la bombe
atomique d’Hiroshima et se révèle un véritable rempart à la pollution
citadine. Ses vertus sont nombreuses et le ginkgo est souvent préconisé
pour lutter contre les radicaux libres, les problèmes circulatoires ou cognitifs
(mémoire, concentration, prévention d’Alzheimer). Enfin, d’un point de vue
énergétique, le Ginkgo biloba est un arbre particulier aux vibrations à la
fois douces et puissantes, complémentaires et qui appellent à accepter nos
évolutions intérieures et à devenir nous-mêmes.
C’est avec sérénité et confiance en l’avenir que nous abordons ces
changements et j’espère que vous nous accompagnerez longtemps encore
dans ce formidable voyage. l
Thomas Frangin,


RCS Paris B 434 728 952.
Également éditeur de Plantes & Santé.
ISSN : 2430-9419
Directeur de la publication : Thomas Frangin.
Rédacteur en chef : Jean-Baptiste Talmont.
Rédaction : Dr Paul Alimi, Dr Naïma Bauplé, Joëlle Bensimon,
Dr  Paul Dupont, Patrick Hoor, Erwann Kersaintgilly, Gary Laski,
François Lehn, Catherine Lyr, Dr Bruno Meurice, Lucile de la
Reberdière, Dr Thierry Schmitz, Vittoria Siegel.

directeur général de Ginkgo Media

Secrétaire de rédaction : Arnaud Gancel.
Maquette : Sabrina Pezzot.
Imprimé en France par Chevillon, Sens (89).
Distribué par France Routage,
Bussy-Saint-Georges (77).

Abonnement annuel : 48 x.
Prix au numéro : 4 x.

actualités
Nouveau médicament ?
Gare aux effets indésirables sévères

Du rififi dans la recherche

E

ntre 2001 et 2010, la Food and Drugs Administration
américaine (FDA) a accordé l’Autorisation de Mise sur le
Marché (le Graal pour l’industrie pharmaceutique) à pas moins
de 222 nouvelles spécialités. Une autorisation attribuée un
peu trop facilement, semble-t-il, car 32 % de ces produits
ont induit des effets indésirables graves et jusque là inconnus
dans les quatre premières années de leur commercialisation.
Étaient particulièrement concernés les médicaments à visée
immunologique (dits « biologiques ») et psychiatrique. Par
ailleurs, un lien statistiquement significatif a été établi entre
l’émergence de ces accidents et la procédure qui permet à
certaines molécules d’être approuvées plus rapidement que ce
qui est habituellement recommandé.  l

L

N. S. Downing, N. D. Shah, et coll. dans JAMA, mai 2017.

T. Stigbrand  dans Tumor Biology, avril 2017.

e 20 avril dernier, la revue médicale en ligne d’accès gratuit,
Tumor Biology, a retiré 107 études. Raison invoquée : les
auteurs alléguaient des examens critiques de leurs résultats par
des pairs dont les adresses avaient été purement et simplement
inventées ! Chaque année, quelque 2,5 millions de publications
médicales sont proposées à travers le monde. Il est donc très
facile pour les personnes indélicates de passer entre les mailles
des organismes dédiés à l’examen du sérieux des travaux
qui leur sont soumis et débordés par la charge de travail que
cela représente. Pour garantir la qualité de tous les papiers
scientifiques, il faudrait créer des escouades de personnels
spécialement formés à cela, comme un équivalent des équipes
de douaniers dotés de chiens renifleurs. Douce utopie.  l

Méfaits du sucre (suite)

AINS : c’est pire que ce qu’on pensait !

L’

expérimentation animale avait déjà montré que la
consommation excessive de boissons sucrées était associée
à un surrisque d’Alzheimer. Afin de vérifier si l’extrapolation à
l’être humain est valable, le même type d’étude a été mené au
sein de la cohorte de volontaires participants à la Framingham
Heart Study. Si la consommation de boissons sucrées n’a
pu être reliée à des altérations vasculaires cérébrales, elle
a été associée à une élévation des marqueurs précliniques
(neuropsychiatriques et picturaux à l’IRM) de cette forme
de démence, une élévation d’autant plus importante que la
consommation était elle-même plus importante.  l

Q

M. P. Pase, J. J. Himali, P. F. Jacques, et coll. dans Alzheimer’s Dementia,
mai 2017.

M. Bally, N. Dendukuri, B. Rich, et coll.  dans British Medical Journal,
mai 2017.

uelle que soit la classe des anti-inflammatoires (autres que
corticoïdes), le risque d’infarctus dès la première semaine
serait loin d’être négligeable, surtout si la posologie est élevée.
En cas de traitement au long cours, le cap du premier mois
passé, le risque ne semble pas s’aggraver. Un risque qui reste
significatif, si on se réfère à leurs « rapports des chances »
(odds ratio) respectifs : rofécoxib (1,58), naproxène (1,53),
diclofénac (1,50), ibuprofène (1,48) et célécoxib (1,24).
Non seulement les médecines naturelles sont souvent aussi
efficaces que l’allopathie, mais elles n’augmentent pas la
probabilité de crises cardiaques. À bon entendeur, salut !  l

Nutrition
Nos menus pour

affronter les
allergies printanières
On en parle
Tour de France
des plus beaux
séjours détox

N° 178 – avril 2017


Système hormonal

Réagir et retrouver

l’équilibre
Aromathérapie
Des huiles
pour sublimer
votre chevelure

4

Jardin médicinal
Savoirs & culture
Le bacopa, une plante
Afrique du Sud,
qui dope
la terre où le rooibos aquatique
votre mémoire
puise ses vertus

n°47

• juin 2017 • Alternative Santé

actualités

Les approches alternatives
des MICI à l’honneur

EN BREF…
Ça rend les jeunes fadas

Le 19 mai est déclaré journée mondiale de lutte contre les maladies
inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI). Pour l’association François Aupetit,
c’est l’occasion de mettre en avant des pratiques complémentaires
aux traitements allopathiques : sophrologie, shiatsu et automassage.

S

ix millions de personnes souffrent de
maladies inflammatoires chroniques
de l’intestin (MICI) dans le monde (en
France, plus de 130 000 personnes). Ces
pathologies restent pourtant peu connues.
L’association François Aupetit est
aujourd’hui la seule organisation française
(reconnue d’utilité publique) à se consacrer
aux personnes atteintes de maladie de
Crohn ou de rectocolite hémorragique.
Depuis les années 1980, la structure œuvre
à l’amélioration du parcours de soins des
malades, s’efforce de les soutenir grâce à
un réseau de bénévoles, et les représente
auprès des décideurs politiques. Tous les
19 mai, journée mondiale de lutte contre
les MICI, elle est présente dans plusieurs
villes françaises pour informer les malades
et sensibiliser le grand public. Nous sommes
allés à leur rencontre à Paris, place de la
République.

Des pratiques tournées
vers le bien-être et la relaxation
Par leur chronicité et leur intensité, les MICI
sont particulièrement éprouvantes et
confrontent les malades à de graves troubles
intestinaux : diarrhées extrêmes et prolongées, pertes de sang et de mucus, et douleurs abdominales intenses. Toute la journée, les visiteurs ont pu poser leurs questions
aux bénévoles, à une nutritionniste, mais
surtout découvrir l’intérêt de certaines pratiques comme la sophrologie, l’automassage, le tai chi ou encore le shiatsu.
L’association tente en effet placer sur le
devant de la scène ces pratiques complémentaires tournées vers le bien-être et la
relaxation. Si ces méthodes laissent dubitatifs certains patients, elles suscitent un intérêt croissant chez d’autres, en désarroi face
à l’insuffisance des traitements. Pour certains patients, ces solutions qui se veulent
respectueuses du corps, et qui se tournent

Alternative Santé

• juin 2017 • n°47

vers l’esprit pour une approche globale permet de reprendre prise sur la pathologie et
le quotidien. Cette vision « holistique » du
soin cherche à apaiser les maux du corps
grâce à une mise en condition de l’esprit par
la méditation et des techniques de respiration. Une méthode qui donne de plus en
plus d’espoir aux patients. En gérant le
stress, facteur important dans la déclaration
et la durée des crises, la sophrologie fait ses
preuves dans des rémissions durables.

« On se construit
une forteresse »
Pour Chantal, sophrologue atteinte de la
maladie de Crohn et mobilisée en ce 19 mai,
il faut développer ces approches. Il s’agirait
de renouer avec un corps qui, parfois,
échappe à celui qui souffre de ces manifestations chroniques très handicapantes. Pour
la sophrologue, en rémission depuis de
nombreuses années, le travail de la respiration a été salvateur : « Quand on se
concentre sur notre respiration, on se maintient dans une posture droite, on s’ancre
dans le sol et on se recentre. Le corps a ses
propres ressources, qui nous rendent
acteurs de la maladie. On se construit une
forteresse et on éloigne symboliquement le
stress. Il y a une part importante de méditation dans la sophrologie. » Les ateliers
découverte et l’espace détente, qui dispensait entre autres des séances d’automassage, ont initié les visiteurs à ces soins censés
apaiser les douleurs et permettre de mieux
accepter les traitements qui souvent, ne
peuvent être arrêtés.
À l’heure où aucun traitement ne guérit
ces pathologies, cette journée de mobilisation contre les MICI a permis aux malades
d’envisager ces thérapies alternatives avec
optimisme, et démontre la volonté générale
d’élargir le champ des possibles. l

Selon une étude britannique, les
réseaux sociaux ne sont pas sans
risques pour la santé mentale
des jeunes. Portant sur un panel
de 1 500 jeunes gens âgés de
14 à 24 ans, elle montre que sur
les cinq réseaux sociaux les plus
populaires (Snapchat, Instagram,
Facebook, Twitter et YouTube),
seul ce dernier aurait un impact
positif. Les quatre autres –
Instagram en tête – ont un impact
négatif sur la santé mentale
des jeunes, en exacerbant les
problèmes d’image corporelle,
les troubles du sommeil, les
sentiments d’anxiété, de
dépression et de solitude.

Ibrutinib, l’autorisation
abusive dans la leucémie
lymphoïde chronique

Les patients souffrant de
leucémie lymphoïde chronique se
verront à présent potentiellement
prescrire l’Ibrutinib (Imbruvica),
malgré des paramètres
d’évaluation du médicament
plus qu’alambiqué. En ne
tenant pas compte des facteurs
déterminants chez chaque patient
(stade de la maladie ou état
général) l’Agence européenne du
médicament élargit abusivement
la prescription d’un médicament
possiblement inadapté à de
nombreux malades.

TDAH : la guanfacine
dangereuse

Dans le cas des troubles du
déficit de l’attention avec ou
sans hyperactivité (TDAH), on
avait tendance à avoir la main
lourde sur le méthylphénidate (la
bien connue Ritaline). Celui-ci ne
devrait être prescrit que dans des
cas exceptionnels. Et encore, elle
se révèle inefficace chez environ
un quart des enfants. Sans
compter ses nombreux effets
indésirables, parfois graves.
On a cru que la guanfacine
(Intuniv) allait résoudre les
problèmes. Il n’en est rien. Les
essais cliniques révèlent son
absence d’efficacité sur les
relations sociales et familiales,
et ses effets indésirables
(somnolence excessive, troubles
cardiovasculaires graves…).

Joëlle Bensimon

5

actualités
BILLET D’HUMEUR

Faites la paix avec la nourriture

R

égime de « l’hôtesse de l’air » qui
vous promet de perdre un kilo par
jour sur quatre jours, régime super
IG que Femme actuelle s’empresse de
promouvoir, régime pro-sirtuines, diète
d’après ADN, diète de protéines biofermentées, régime Thonon qui vous
ferait perdre 10 kg en 14 jours (rien
que ça)… Taper les mots « régime d’été
2017 » sur un moteur de recherche bien
connu des internautes, c’est prendre
conscience de la concurrence qui
oppose aussi bien la presse (disons-le
féminine majoritairement) que des sites
commerciaux dédiés auxdits régimes.
Les plus malins matraquent sur le
registre de la perte de poids dès janvier.
Bah oui, en janvier, on se dresse une
liste de bonnes résolutions longue
comme un dimanche de pluie en

Sologne. Cette surenchère prend de
telles proportions qu’on en viendrait à
s’excuser de vous rebattre les oreilles
avec nos conseils alimentaires pour
vous maintenir en bonne santé. Mais
puisqu’en se comparant, on se console,
nous évacuons tous scrupules puisque
nous sommes dans le registre santé et
non esthétique.
Bien sûr que nous sommes les
premiers à inciter à la perte de poids,
mais dans un registre sanitaire. Nous
proposons des « médicamentations »
sans médicament, juste en opposant
à la facilité offerte par l’industrie
agroalimentaire le fait de consentir
aux efforts qu’exige le respect que l’on
se doit – aussi bien à soi-même, qu’à la
nature en particulier et qu’au soin du
travail bien fait de l’agriculture paysanne.

Pourquoi ce billet en forme de
justification ? Parce que derrière ces
nombreux articles saisonniers de nos
confrères et consœurs, se cachent les
germes d’un grave syndrome : ne plus
aimer manger, suspecter la nourriture à
chaque bouchée et l’accuser de tous les
maux. Et au final, voire se désoler des
personnes qui finissent par abdiquer
en pestant que de toute manière, on
finira bien par mourir, alors autant
se faire plaisir. Et devinez vers quoi ils
abandonneront leurs velléités d’efforts
pour mieux se nourrir ? Les plats tout
faits, le tout-transformé, le tout-sucré de
l’industrie agro-alimentaire. À croire que
J.-B. Talmont
c’est un fait exprès. l
Commentez cet article sur

Trouvez la formation qui vous correspond !
www.devenir-therapeute.fr
6

n°47

• juin 2017 • Alternative Santé

actualités
Le vaccin antigrippal
en mal d’allégations

Corticoïdes : dangereux
même en cures courtes

EN BREF…

est un fait maintenant établi, le vaccin
antigrippal n’assure une protection que
dans moins d’un cas sur deux. Il restait toutefois
l’espoir qu’il diminue la gravité des symptômes.
Or, la validité de cette allégation n’aurait pas fait
l’objet d’études poussées. Une équipe française
a récemment relevé le défi et ses conclusions
sont consternantes : si, effectivement, la
vaccination diminue la sévérité des symptômes
grippaux, ce n’est pas de façon significative,
excepté au niveau des maux de tête.
Néanmoins, l’industrie continue de posséder un
argument de choc : la vaccination protège des
surinfections microbiennes ou en diminue la
gravité au point d’éviter un certain nombre de
décès prématurés. Et si on vérifiait ?  l

C’

I

Les MOAH, c’est MOSH

A. Monnier, I. Daviaud, S. Caini, et coll. dans Vaccine,
avril 2017.

K. Waljee, M. A. Rogers, P. Lin, et coll. dans British
Medical Journal, avril 2017.

l est encore fréquent de prescrire cette
classe d’anti-inflammatoires par voie orale
pendant quelques jours, notamment à
l’occasion d’une infection ORL, d’une allergie
sévère ou d’une pathologie rachidienne
douloureuse. Cette croyance vient d’être
sérieusement mise à mal suite à la publication
des résultats d’une étude menée pendant
trois ans sur 1,5 million d’adultes américains
de moins de 64 ans : en effet, dans le mois
qui a suivi cette prescription, le nombre de
septicémies, de phlébites compliquées ou non
d’embolies et de fractures osseuses augmente
significativement en comparaison avec leurs
incidences dans la population qui n’a pas reçu
ce genre de traitements.  l

À quand la fin de la sponsorisation
par l’industrie ?

L

a Société française de l’hypertension artérielle (SFHTA) a récemment publié une fiche mémo qui
a été validée par le Collège de la haute autorité de santé (HAS) le 22 mars dernier. Validation
à laquelle l’association FORMINDEP (collectif travaillant à l’indépendance au service de la santé) a
réagi en adressant le 9 mai à la présidente de la HAS une lettre ouverte dans laquelle elle déclare
que « la SFHTA est en situation structurelle de conflits d’intérêts, étant financée par des entreprises
commercialisant des produits concernés par cette fiche mémo ».  D’où réaction de la SFHTA par un
communiqué de presse réfutant une telle accusation, arguant ne pas recevoir le moindre financement
public et mettant en avant le bénévolat de tous les membres de son conseil. De plus, elle déplore
« l’impact des polémiques récentes qui, selon elle, ont été responsables d’une diminution de la
prévention et d’une augmentation de la mortalité cardiovasculaire en raison des arrêts de traitements
provoqués par des campagnes de défiance ». La solution pour sortir de cet imbroglio et redonner
confiance aux patients ne serait-elle pas que les associations de santé trouvent une autre source de
financement ?  l
FORMINDEP : « Experts sous influence : bis repetita à la HAS - Lettre ouverte à Madame la Présidente de la Haute
Autorité de santé » ; SFHTA : « Communiqué de presse ».

Consommer du sel…
pour éviter l’hypertension

S

uivre un régime pauvre en sel serait néfaste, notamment lorsque l’on souffre d’hypertension
artérielle. Menée pendant 16 ans sur des individus ne souffrant d’aucun trouble de la pression
artérielle, une expérimentation met au jour des faits surprenants : l’hypertension artérielle et les
maladies cardiovasculaires se sont davantage développées chez les personnes ayant suivi des
régimes pauvres en sel. La clé résiderait dans un équilibre sodium/potassium équivalent à 3,7 g de
sodium associés à 3,2 g de potassium journalier. Les participants ayant suivi ce ratio ont montré les
taux d’hypertension et de maladies cardiovasculaires les plus faibles à l’issue de l’étude. En France,
l’INPES conseille cependant de ne pas dépasser un taux de sodium journalier de 2,4 g. Ces récents
résultats posent des questions quant au bien-fondé des politiques de prévention nutritionnelles
alarmistes, en particulier chez les individus sensibles souffrant d’hypertension artérielle. l
Alternative Santé

• juin 2017 • n°47

Le 9 mai dernier, l’Anses (les
gendarmes de l’alimentation)
publiait des recommandations
pour réduire la contamination
des denrées alimentaires par
les huiles minérales, mettant
en évidence les risques liés à
ces huiles. L’Anses a révélé que
les huiles minérales présentes
dans les encres et adhésifs des
conditionnements en papier et
en carton se répandent dans
les aliments qui se trouvent en
contact avec les emballages.
Deux catégories d’huiles
constituées d’hydrocarbures
sont dans le collimateur des
experts, les MOAH (mineral
oil aromatic hydrocarbons)
et les MOSH (mineral oil
satured hydrocarbons) pour
leur « caractère génotoxique et
mutagène » des MOAH.
www.anses.fr

Le sélexipag
à retirer du marché ?

En janvier dernier, l’Agence
nationale de sécurité
du médicament (ANSM)
communiquait déjà ses
inquiétudes quant au sélexipag,
molécule de l’Uptravi. Disponible
en France depuis mai 2016,
le sélexipag, prescrit pour des
patients souffrant de certains
cas d’hypertensions artérielles
pulmonaires, serait responsable
d’effets secondaires graves
ayant conduit à la mort de
plusieurs patients. L’hypertension
artérielle pulmonaire est une
maladie grave pouvant se révéler
mortelle, et qui se manifeste
par l’élévation de la pression
sanguine au sein de l’artère
pulmonaire. Les patients peuvent
en conséquence ressentir des
douleurs thoraciques et des
dyspnées (essoufflement à
l’effort) qui impactent lourdement
leur quotidien en réduisant
leur mobilité. Parallèlement
à plusieurs signalements de
décès, un essai clinique et une
évaluation en cours ont tranché
en faveur de son retrait imminent
du marché.
Prescrire n° 403.

7

fiche thérapeutique

L’angoisse

Par Patrick Hoor,
ostéopathe DO,
thérapeute
de BioSanté.

www.biosanté.fr

L

a belle saison émerge enfin. Le soleil
brille, les oiseaux chantent, l’été est
là ! Les terrasses des cafés se colorent
des atours bariolés des robes légères, les
rires fusent. On reprend vie, tout semble
beaucoup plus léger. Et pourtant, malgré
cette montée d’énergie débordante, certains d’entre vous (assez nombreux tout de
même : lire l’encadré ci-dessous) vont subir
psychiquement et physiquement les affres
de l’angoisse : sueurs froides incontrôlées,
manque d’appétit et bouche sèche, boule
à la gorge et dans la poitrine. Ces crises
d’angoisse apparaissent sans crier gare et
sans raison apparente à la différence de
l’anxiété qui répond à une situation de
stress. L’angoisse perturbe l’énergie du
binôme cœur/intestin grêle, responsable
du bon fonctionnement de votre corps en
cette belle saison.

Quelques chiffres
Les crises d’angoisse et les états
anxieux concernent en majorité les
femmes (1,5 à 2 femmes pour un
homme). Ils concernent surtout les
adultes jeunes (25 à 44 ans). Si on
considère la population générale âgée
de 18 à 65 ans sur une année, 3 à
5 % présenteront une crise d’angoisse
et 15 % un trouble anxieux.

SOLUTIONS NATURELLES
Consultez un ostéopathe qui, par ses techniques myotensives de détente appliquées
sur le diaphragme (le muscle principal du
thorax), les épaules et le cou, vous permettra de gérer ces crises d’angoisses.
Malgré votre manque d’appétit, je
vous propose une alimentation légère, en
petites quantités, basée sur des salades
d’été et des poissons blancs (sardine, lieu
et cabillaud sont à privilégier pour leur
apport en oméga 3). Ne négligez pas les
fruits secs, les amandes ou les noisettes,
riches en magnésium, accompagnés d’un
carré de chocolat noir !
L’huile essentielle de petit-grain clémentinier (Labo ENC) est souveraine (1 goutte)
dès l’apparition des premiers signes. Mettez quelques gouttes (3 à 6) au creux de
votre plexus solaire au coucher (21 jours et
recommencez après une semaine d’arrêt).
Le complexe de plantes Sérénité (labo
Phytosud / 2 gélules au dîner et 2 au coucher) avec sa passiflore et son magnésium,
permettra un traitement de fond sur les
angoisses. L’associer au complexe oméga 3
DHA (labo Phytosud / 2 gélules au petit-déjeuner) renforcera l’efficacité de ce traitement naturel de deux mois.
À ne pas oublier : l’homéopathie.
Elle joue un rôle déterminant sur les
crises d’angoisses, leurs causes et leurs
symptômes. Aurum Métallicum (en

dose de 15 CH/une par semaine pendant deux mois) est le « maître-remède »
de l’été alors qu’Arsenicum Album, à raison de 8 granules au coucher, vous détendra. Si votre angoisse s’accompagne de
tremblements, Gelsémium semble tout
indiqué ! Pour lutter contre les sueurs
froides pendant la crise, prenez Veratrum
Album. Argentum Nitricum, lui, traite les
angoisses liées à l’appréhension d’un événement à venir alors qu’Aconit Nepellum
réduira les angoisses liées à la peur de la
mort. Ces remèdes sont à prendre en tube
de granules 9 CH à raison de 3 granules
toutes les 5 minutes pendant la crise. Il ne
faut pas hésiter à associer deux ou trois
remèdes selon les symptômes.
C’est l’association de ces conseils en
BioSanté qui est source d’efficacité.

À RETENIR
En cas de crise, asseyez-vous dans un
endroit calme, aéré et respirez (par le
ventre) tranquillement… prenez homéopathie et huile essentielle. Si une personne
de confiance peut vous aider dans votre
entourage, écoutez-la ! « Toute angoisse
est imaginaire, le réel son antidote » André
Comte-Sponville l
http://www.phytosud.com/
http://essences-naturelles-corses.fr/fr/
www.biosanté.fr/
VOIR ADRESSES P. 25



Bulletin d’abonnement

À retourner à : Alternative Santé, Service abonnement,
4, rue de Mouchy, 60438 Noailles Cedex.  Tél. : 01 55 56 70 51.

OUI, je m’abonne pour 1 an (soit 11 numéros) à Alternative Santé au tarif de 48 x ( version papier et numérique).
Mes coordonnées :

  Mme 

  Mlle 

  M.

Mon règlement :

Nom :. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Chèque à l’ordre d’ Alternative Santé

Prénom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Carte bancaire :

Adresse :. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
.................................................................................................

Code postal :

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Ville :

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Validité :

/

Cryptogramme :

Date et signature obligatoires :

Tél. :

( pour recevoir en plus de votre exemplaire papier, la version numérique )

SP47

Mél. :

LE DOSSIER

Les biofilms

anges ou démons ?
Les biofilms, colonies de micro-organismes liés les uns aux autres par une matrice protectrice, jouent parfois
un rôle protecteur, mais peuvent aussi être la cause d’inflammations chroniques. Insuffisants, les traitements
conventionnels doivent être complétés par des précautions d’hygiène et des remèdes naturels.
Dossier réalisé avec le concours du Dr Naïma Bauplé et de Vittoria Siegel (conseil en médecine nutritionnelle).

l

e terme de biofilm désigne toute communauté de micro-organismes (algues, bactéries, champignons, protozoaires…) appartenant à une ou plusieurs espèces. Pour se
développer et résister le plus efficacement
possible au stress environnemental, ceux-ci
adhèrent fortement à un support et se lient étroitement les uns aux autres grâce à la matrice qu’ils
synthétisent et dont ils s’entourent.
Les biofilms qui se développent sur les surfaces éclairées et émergentes sont essentiellement
constitués d’algues et de bactéries. Ceux qui se
développent dans des milieux immergés (bois, lit
de feuilles) ou dans les sédiments sont principalement constitués de bactéries et de champignons.
Les biofilms sont omniprésents : dans les
milieux liquides et les sols, sur les végétaux, les
animaux et la plupart des objets du quotidien.

Biofilms et maladies
Comme de très nombreux micro-organismes
recourent au biofilm pour survivre et se reproduire,
la liste des maladies dans lesquelles ils sont
impliqués est très longue. En voici un aperçu :
Peau : plaie chronique
ORL : carie dentaire, parodontopathie, otite
chronique
Respiratoire : aspergillose, légionellose, infection
à Pseudomonas aeruginosa (notamment au cours
de la mucoviscidose)
Digestif : candidose, péritonite
Cœur : endocardite infectieuse
Urinaire : infections à répétition, prostatite
Multiloculaire : maladie de Lyme
Affections nosocomiales liées aux implants
médicaux (cathéter, sonde, prothèse, valve et
stimulateur cardiaques)

Alternative Santé

• juin 2017 • n° 47

Ainsi, chez l’être humain, les biofilms recouvrent
autant la peau que les différentes muqueuses.
Seuls milieux dont ils sont absents, les endroits
parfaitement secs et totalement dépourvus de
sources de nourriture. En réalité, une exception
des plus rares !
Dans des conditions très favorables (nourriture abondante), les biofilms deviennent visibles.
Ils peuvent alors acquérir une taille monstrueuse,
leur épaisseur atteignant voire dépassant le mètre !
À ce stade, ils deviennent une source importante
de nutriments pour de nombreux animaux (larves
de parasites, escargots, crustacés, poissons, etc.).

UNE HYGIÈNE INTELLIGENTE
Si certains biofilms exercent une action bénéfique
(le film cutané, la flore intestinale saine), d’autres
sont pathogènes dès que leur empreinte sur le
milieu dépasse un certain seuil (la flore intestinale
bouleversée par certains traitements antibiotiques,
la plaque dentaire) ou lorsqu’ils colonisent accidentellement les plaies et les dispositifs médicaux
(cathéter, drain, implant, prothèse, respirateur).
Jusque très récemment, la microbiologie n’étudiait les micro-organismes qu’en les isolant de leur
milieu. L’antibiorésistance d’un nombre croissant
de souches bactériennes a certainement favorisé la
prise en compte des interactions de ces organismes
avec leur environnement direct. En France, cela a
conduit à la création du Réseau national biofilm
(RNB), pour lequel travaillent plusieurs organismes
de recherche tels que le CNRS, l’Ifremer et l’INRA.
Comme il ne nous est pas encore possible de
détecter les biofilms nuisibles avant qu’ils aient
induit l’apparition de symptômes, le mieux est de
respecter les règles d’une hygiène intelligente (permettant la régénération des biofilms bénéfiques et
prévenant le développement des autres).

Parasites
Les protozoaires
sont des animaux
le plus souvent
unicellulaires qui
vivent essentiellement en milieu
liquide. Parmi ceux
qui parasitent
l’être humain, certains sont responsables de pathologies parfois
sévères, voire mortelles : amibiase,
leishmaniose,
maladie de Chagas, maladie du
sommeil, paludisme, etc.

9

LE DOSSIER LES BIOFILMS

●●Genèse et structure du biofilm
Biofilms
dans l’eau
du robinet
La chloration systématique de l’eau
pour la rendre
potable a généré
une résistance à
son action chez des
souches bactériennes agglomérées en biofilms.
Ainsi, en 2003,
malgré une chloration constante, les
biofilms présents
dans les canalisations d’eau atteignaient une densité
de 10 milliards de
bactéries au cm2
dont au moins 1 %
étaient parfaitement viables !

i

solés, les micro-organismes ne peuvent
survivre longtemps. Pour échapper aux
dangers, ils disposent toutefois de moyens
variés. De toutes les classes de micro-organismes, ce sont les bactéries qui ont développé le plus grand nombre de stratégies
efficaces. Les excroissances filamenteuses dont
certaines sont recouvertes leur permettent de se
déplacer, de s’agglutiner les unes aux autres et
d’adhérer à un substrat minéral ou organique.

MATRICE PROTECTRICE
Dès qu’elles sont fixées à un support, les bactéries se multiplient. Lorsque leur nombre devient
conséquent, elles s’enveloppent d’une pellicule,
le biofilm, qu’elles fabriquent à partir de certains
de leurs propres constituants (protéines, lipides,
etc.) et de déchets métaboliques produits par ellesmêmes ou par leurs hôtes vivants.
Dans cette matrice protectrice, elles peuvent
désormais se reproduire facilement et donner naissance à des colonies plus ou moins intriquées. À
mesure que le biofilm s’épaissit, d’autres micro-organismes (bactéries, champignons, parasites,
virus…) viennent grossir sa population.
Parmi ces nouvelles souches, des bactéries
dites compagnonnes qui ne sécrètent pas de biofilm, mais qui, par leur présence, renforcent la
résistance des bactéries productrices.
XX
Deux phénomènes limitent cependant

l’expansion de ce petit écosystème :
●● Certains

des nouveaux arrivés sont des prédateurs et opèrent des coupes plus ou moins sévères.
●● Diverses forces (pression, chaud, froid, pH)

Les biofilms seraient-ils nos plus
anciens ancêtres ?
Présents en grande quantité dans les fossiles de stromatolithes
(structure laminaire souvent calcaire) datant de quelque 3,5 milliards
d’années, ils représentent à ce jour la plus ancienne forme connue de
vie organique sur notre planète. Les bactéries qui les composaient ont
participé à l’enrichissement en oxygène et en ozone de l’atmosphère
terrestre, favorisant ainsi l’apparition et le développement de formes de
vie plus complexes.

10

arrachent régulièrement des fragments du biofilm.
Les micro-organismes ainsi détachés cherchent un
autre lieu d’ancrage ou meurent en cas d’échec.
XX
Tant que le biofilm tient bon, il rend

de nombreux services aux bactéries :
●● Il

constitue une membrane physique qui les
protège du contact avec les différents agents anti­
microbiens susceptibles de les détruire.
●● Il permet aux bactéries de ralentir leur métabolisme et de s’économiser. Dans le même temps, le
rythme et la durée d’activation de plusieurs séries
de gènes sont profondément modifiés au point
qu’ils changent de fonction , notamment afin de
stimuler la coopération avec les divers micro-organismes vivant dans le biofilm.
●● Il favorise très vraisemblablement le transfert de
gènes entre bactéries (qu’elles soient ou non de la
même famille), notamment ceux impliqués dans
l’antibiorésistance.
●● Chez certaines espèces, il permet de développer des stratégies capables de déjouer l’action des
antibiotiques : ces derniers sont ainsi rendus inefficaces par des plasmides (fragments d’ADN non
nucléaire) ou rejetés hors du biofilm.
●● Plus la biodiversité au sein du biofilm est importante, plus la coopération entre souches bactériennes ou fongo-bactériennes est importante
et plus la résistance aux contraintes environnementales s’améliore, notamment vis-à-vis des
détergents, des désinfectants (chlore entre autres)
et des antibiotiques.

IMPACT SUR L’ÊTRE HUMAIN
Les biofilms se développent essentiellement dans
le tube digestif et le vagin parce que ces organes
creux communiquent avec l’extérieur. Ils sont principalement composés de bactéries et constituent
ce qu’on appelle les microbiotes (anciennement,
« flores ») intestinal et vaginal.
À l’état physiologique, ils entretiennent une
relation symbiotique avec leur hôte, en particulier
en stimulant ses défenses immunitaires.
Quand cet équilibre est rompu, des micro-organismes indésirables les remplacent et sont à
l’origine de pathologies plus ou moins sévères :
candidose digestive post-antibiotique, syndrome
diarrhéique, hyperperméabilité intestinale…
n° 47

• juin 2017 • Alternative Santé

●●De l’inflammation à la maladie

l

e système immunitaire est programmé pour
neutraliser et, si possible, détruire tout
micro-organisme qu’il reconnaît comme
étranger. S’il y parvient le plus souvent facilement lorsque l’agent infectieux est de forme
planctonique (non organisé en colonie), il est
régulièrement mis en échec lorsque l’agent infectieux se protège derrière un biofilm.

UNE BARRIÈRE INFRANCHISSABLE
Il ne reste pas pour autant inactif. En effet, il continue à entretenir un terrain inflammatoire tout
autour, ce qui non seulement est vain, mais permet aux micro-organismes retranchés dans leur
matrice protectrice d’augmenter leurs ressources
en nutriments indispensables à leur métabolisme,
à leur régénération et à leur multiplication !
Le biofilm est une barrière presque infranchissable : lorsqu’il parvient à maturité, les micro-organismes qui ont travaillé de concert à sa constitution ne représentent plus que 20 % de son volume.
En milieu liquide, il lui suffit de 24 à 48 heures
pour atteindre le stade de la maturité.
Par ailleurs, une partie des micro-organismes
rassemblés au cœur du biofilm retourne à l’état
planctonique, parfois sous l’effet des contraintes
environnementales, parfois de façon programmée : la création d’autres biofilms à plus ou moins
grande distance garantit la pérennité des souches
envahisseuses chez son hôte.
Ces emboles septiques peuvent alors gagner
n’importe quel organe et provoquer des épisodes
infectieux dramatiques, voire mortels, particulièrement lorsqu’ils concernent le cerveau.

UN RISQUE INÉGALEMENT PARTAGÉ
XX
Trois causes favorisent l’apparition

et le développement d’un biofilm
1. Un défaut d’hygiène :  alimentation trop riche
en sucres rapides favorisant caries et parodontopathies ; utilisation de produits cosmétiques qui
bouleversent les flores cutanée et vaginale, etc.
2. Une défaillance du système immunitaire en
lien avec une pathologie préexistante ou son
traitement :  diabète de type 1 ou 2, sida, traitement immunosuppresseur...
Alternative Santé

• juin 2017 • n° 47

Un point sur les recherches
de la microscopie
Nous assistons actuellement au développement
e l’examen est focalisé
confocale au laser in vivo (sans biopsie) : comm
e de 0,4 µm ainsi
sur un échantillon de petit volume, la coupe optiqu
tifier des biofilms
d’iden
t
obtenue est d’une grande précision et perme
méthode rapide
une
c’est
plus,
De
qui passaient jusqu’alors inaperçus.
e en
utilisé
i
rd’hu
aujou
est
Elle
re.
(moins de 10 minutes) et indolo
ple
exem
par
e,
corné
la
de
et
ères
paupi
des
ophtalmologie (affections
r).
tologie (cance
une kératite liée au port de lentilles) et en derma
électronique, qui
scope
micro
au
rir
recou
de
èle
parall
en
On envisage
llement entre
actue
ris
permettrait de passer d’un grossissement comp
200 et 400 à un grossissement par 1 000.
otique, la
De même, on cherche à établir, pour chaque antibi
(MBEC)
biofilm
le
iquer
concentration minimale capable d’érad
.
ulière
constitué par une souche partic

3. Le port de n’importe quel dispositif médical : Plus de la moitié des infections nosocomiales
relèvent de cette cause ! Lentilles de contact, valve
de dérivation (en cas d’hydrocéphalie), valve cardiaque, dispositif intra-utérin (stérilet), pacemaker
(le boîtier autant que la sonde), prothèse vasculaire
ou orthopédique, cathéter veineux, péritonéal ou
urinaire, fistule artério-veineuse (pour l’hémodialyse), matériel d’intubation trachéale, implants
auditifs, intraoculaires ou mammaires, implants
de stimulation neurologique.
Les biofilms sur dispositifs médicaux sont
essentiellement d’un seul type de micro-organisme
(bactérie ou champignon). Leur structure est beaucoup plus simple que celle des autres, composés de
plusieurs espèces de micro-organismes.

DES RISQUES À PLUS OU MOINS
LONG TERME
Établir un lien de cause à effet entre l’existence
d’un biofilm et l’émergence d’une pathologie n’est
pas toujours facile.
S’il est aisé de rapporter la découverte d’une
endocardite à la pose plus ou moins récente d’une
valve cardiaque, la tâche est bien plus ardue pour
discerner une relation entre une parodontopathie
et la survenue de pathologies cardiovasculaires ou
cancéreuses (notamment au niveau du côlon et
du rectum).
Il est fort probable qu’au cours des prochaines
années de nouvelles associations soient faites
entre biofilm et bien d’autres maladies.

Les armes
secrètes
du biofilm
Il rend le système
immunitaire
inopérant.
Il s’oppose à la
pénétration des
traitements dans
les bactéries.
Il permet à celles-ci
de modifier leur
métabolisme et
d’échapper ainsi
au mode d’action
des antibiotiques.
Les gènes de
résistance
développés par
certaines bactéries
sont transférés aux
autres membres
de la même
communauté.

11

LE DOSSIER LES BIOFILMS

●●La médecine officielle en difficulté
L’inutile
pansement
antibiofilm
Les ulcères
variqueux, les
fistules et certaines
escarres sont des
pathologies
désespérément
chroniques. De
nouveaux
pansements dits
antibiofilm sont
régulièrement
proposés sur le
marché,
notamment via
Internet. Les seuls
bénéfices garantis
sont ceux du
vendeur, car les
résultats obtenus
sont rarement à la
hauteur des
allégations
avancées.

b

ien que la profession médicale ait
pris la mesure du défi représenté par
les biofilms, les autorités de santé
françaises ne semblent pas y voir un
problème à part entière, nécessitant
des mesures spéciales.
Ne s’agit-il donc pas réellement d’un problème
de santé publique ?

UNE VÉRITABLE CAPE D’INVISIBILITÉ
L’existence d’un biofilm pathogène échappe encore
aux examens de laboratoire, car seuls les micro-organismes planctoniques peuvent être identifiés
alors qu’ils ne représentent qu’un seul pour cent
de la biomasse infectieuse !
XX
Aussi

en est-on réduit à un ensemble de
critères cliniques pour suspecter l’existence
d’un biofilm pathogène, parmi lesquels :

●● Infection traînant depuis un mois, car résistante

aux traitements antibiotiques.
subaiguë ou intermittente.
●● Reprise de l’infection à l’arrêt d’un traitement,
pourtant bien mené.
●● Constitution d’une nécrose.
●● Présence d’un film gélatineux brillant sur une
plaie.
●● Infection

DES STRATÉGIES OFFICIELLES
MAL ASSURÉES
De nombreux essais sont régulièrement menés
afin d’améliorer la prise en charge de ces biofilms
dangereux, mais, à ce jour, aucune percée vraiment décisive n’a encore été réalisée. À noter : les

recherches sont aujourd’hui plutôt axées sur des
solutions naturelles.
Voici, à grands traits, les options actuellement
disponibles en curatif.
XX
Physiques ou mécaniques
●● Ablation

du dispositif médical.
chirurgical conservateur suivi de
sonication (application d’ondes sonores à raison
de 25 000 vibrations par seconde).
●● Hydropulsion (jet dentaire).
●● Débridement

XX
Chimiques ou biologiques 
●● Inhiber

ou bloquer l’adhérence : lactoferrine,
EDTA, oxyde nitrique.
●● Inhiber le passage de la forme planctonique en
biofilm.
●● Inhiber ou bloquer les échanges d’informations
entre les micro-organismes.
●● Inhiber la production de la matrice extracellulaire protectrice.
●● Inhiber la formation ou la structuration du biofilm.
●● Prolonger le temps d’exposition aux antibiotiques et antiseptiques en augmentant leurs
concentrations ou en combinant antibiotiques et
antiseptiques.
●● Dégrader le biofilm afin de libérer et disperser
les micro-organismes retranchés : bétaïne, bactériophage...
XX
Et pour

la prévention :

●● Le respect strict des consignes d’hygiène en pré-,

per- et post-opératoire.
●● Le recours à des prothèses possédant un revête-

ment hydrophobe et le plus lisse possible.
traitement antibiotique du receveur.
●● La fixation d’antibiotiques sur la prothèse.
●● L’irrigation du site d’implantation par une solution combinant un antibiotique (vancomycine) et
de la protamine (antidote de l’héparine).
●● Le recours à des molécules capables de disperser
le biofilm.
●● La pose dans les services hospitaliers de poignées de porte et de rampes en cuivre.
Pléthore de solutions n’est pas synonyme d’efficacité. De plus, définir le choix le mieux adapté
à un individu est difficile tant il y a de facteurs à
prendre en compte.
●● Le

Des propositions mal assurées
Parmi les nouvelles solutions thérapeutiques, citons les furanones
halogénés (extraites de la Delisea pulchra, une algue rouge),
l’hamamelitannine (extraite de l’hamamélis de Virginie) et la casbane
diterpène (extraite du Croton nepetaefolius). Elles ne reposent pas
sur des bases solides : insuffisance du nombre d’études, manque de
vérification in vivo des résultats observés in vitro, etc.
De plus, identifier le choix le plus adapté à chaque individu relève de
la gageure, au point que certaines équipes ont décidé de recourir à un
algorithme !

12

n° 47

• juin 2017 • Alternative Santé

●●Une bonne hygiène pour la prévention

c

e sont de simples défauts d’hygiène
qui sont à l’origine de cette catastrophe sanitaire : une alimentation
trop sucrée, un environnement pollué, une hydratation insuffisante,
une mauvaise hygiène buccodentaire et trop de stress.

LES FACTEURS À SURVEILLER
Une alimentation trop riche en glucides à
index glycémique (IG) élevé : la plupart des
micro-organismes trouvent là une source de nutriments essentiels à leur développement.
– Le meilleur régime alimentaire semble être le
régime IG bas (lire l’encadré). En effet, en cas de
candidose avérée, réduire drastiquement voire
supprimer les apports alimentaires en glucides
n’empêche pas le champignon de survivre ni de
prospérer ; pire, la production en masse de corps
cétoniques par l’organisme ainsi induite lui permet non seulement de se nourrir convenablement,
mais aussi de se soustraire à l’action du système
immunitaire !
La priorité donnée au vite fait, qui incite à
consommer des plats préparés, riches en additifs
et pauvres en micronutriments essentiels (minéraux, vitamines et paravitamines), indispensables
aux divers systèmes de l’organisme, en particulier
le zinc, les vitamines C et D pour l’immunité ; les
antioxydants et la taurine pour la détoxication.
– Adopter une alimentation bio, pauvre en polluants et dense en nutriments.
– Agrémenter les plats d’herbes et d’épices connues
pour leurs vertus antioxydantes et immunostimulantes : ail, cannelle, curcuma, origan, thym…
L’usage quotidien de substances polluantes :
produits d’entretien, cosmétiques dits de luxe,
désinfectants à base de triclosan ou triclocarban…
– Recourir aux produits ménagers bénéficiant d’un
label écologique.
– Réduire le maquillage au bio et au strict nécessaire en évitant le rouge à lèvres (son usage quotidien reviendrait à avaler un tube par an !) et le fond
de teint qui étouffe le microbiote cutané.
– Se laver les mains avec du savon de Marseille et le
corps avec du savon d’Alep ou des laits biologiques.
Les intoxications volontaires (alcool, tabac, etc.)
qui altèrent le système immunitaire.
Alternative Santé

• juin 2017 • n° 47

Le régime IG bas en quelques mots
chasseurs-cueilleurs, ce
Copiant le régime de nos lointains ancêtres, les
sivement le pancréas et
exces
régime exclut tous les produits qui stimulent
entravent la régulation de la glycémie.
En pratique, cela revient à :
ineuses à index
– Consommer du pain, des céréales et des légum
fabriqué à partir de
let
comp
glycémique inférieur à 55 (pain bis, pain
a, haricot rouge
quino
ine,
d’avo
s
plusieurs céréales, riz basmati, flocon
fruits (sauf
trois
que
ainsi
pois)
petits
es,
ou blanc, lentilles, pois chich
jour (sauf la
par
es
légum
trois
et
)
raisin
le
et
cerise
l’ananas, la banane, la
.
betterave, la patate douce et la pomme de terre)
alimentaires, riz blanc,
pâtes
,
blanc
pain
nts :
suiva
its
produ
– Renoncer aux
r de fruit.
necta
couscous, confiture, glace, crêpe, limonade, bière,
si ce n’est celle qu’impose
Quant aux autres aliments, pas de restriction
i.
l’agréable sentiment de satiété rapidement rétabl

– Consulter un service d’aide aux personnes souffrant d’addiction.
Une hydratation souvent insuffisante du fait
de l’habitude de repousser le moment d’aller uriner (fréquent chez la femme) et de préférer à l’eau
d’autres boissons moins hydratantes.
– Écouter sa vessie et aller uriner sans attendre.
– Consommer régulièrement de l’eau non gazeuse
tout au long de la journée jusqu’à 1,5 l/j.
Une mauvaise gestion buccodentaire : ne pas se
brosser les dents au quotidien, utiliser une brosse
dure, ou utiliser régulièrement une solution désinfectante qui, en détruisant la quasi-totalité de la
flore microbienne, détruit le microbiome saprophyte et commensal.
Une mauvaise gestion du stress qui, outre de
nombreux désordres neuroendocriniens, facilite la
création d’un terrain inflammatoire chronique qui
favorise à son tour la survenue d’infections.
– S’inscrire à un cours de gestion du stress pour
devenir maître de ses émotions. Pratiquer le yoga :
comparativement aux personnes régulièrement
stressées, celles qui pratiquent régulièrement une
forme de yoga ont des gencives en meilleure santé.
– S’investir dans une activité créatrice (artistique,
artisanale, etc.) afin de trouver un équilibre entre
obligations quotidiennes et satisfactions personnelles.
Le maniement permanent d’objets porteurs de
souches pathogènes : téléphone portable, portefeuille, billets de banque, poignées de porte, etc.
– Équiper chaque porte d’une poignée en cuivre,
puissant agent antibactérien.
13

LE DOSSIER LES BIOFILMS

●●Conseils curatifs naturels
➔➔ADRESSES
UTILES
• Réseau National
Biofilm, Siège
Social
MICALIS – UMR
1319
Bâtiment
Bioadhésion
et Hygiène
des Matériaux
INRA AgroParis
Tech
25, Avenue
de la République
91300 MASSY

➔➔LECTURE
CONSEILLÉE
• 100 aliments IG à
volonté
Angélique Houlbert
Editions Thierry
Souccar, 10 €

l’

incapacité des propositions thérapeutiques de la médecine officielle à
circonscrire les infections chroniques
liées aux biofilms impose de les compléter par des solutions naturelles
dont l’efficacité a été prouvée par
leur usage traditionnel ou par une expérimentation récente menée avec la plus grande rigueur
scientifique.

UN RICHE ÉVENTAIL DE TRAITEMENTS
●● La

complémentation micronutritionnelle est
souvent nécessaire, car les apports nutritionnels
recommandés ne sont pas satisfaits en raison des
effets combinés de la faible densité en vitamines et
minéraux essentiels des aliments industriels, de la
pollution chimique environnementale et du niveau
de stress psychologique sans cesse croissant.
Le nutrithérapeute ou le naturopathe qui procède à ce rééquilibrage veille toutefois à éviter
la supplémentation en fer, en magnésium et en
calcium, car le fer est nécessaire à la plupart des
bactéries pour se répliquer tandis que le calcium
et le magnésium facilitent la croissance du biofilm
généré par certaines souches bactériennes.
En cas de reprise infectieuse, prendre pendant
5 jours du cuivre oligoélément (une ampoule 2/j
en sublingual) associé à la vitamine C (2 à 3 g/j)
et au zinc (11 mg/j).
●● Le recours à un aromathérapeute est à envisager, lui aussi, de façon quasi systématique :
non seulement il connaît bien l’usage des huiles
essentielles immunostimulantes (notamment leurs
contre-indications), mais il peut s’aider à l’occasion
d’un aromatogramme (établi à partir d’un prélève-

La cystite, une histoire d’eau
L’infection urinaire aiguë fait souvent suite à la combinaison d’un défaut
d’hygiène local et d’une consommation d’eau insuffisante.
Heureusement, boire dès les premiers signes, entre la moitié et les
deux tiers d’un litre d’eau en une demi-heure suffit souvent à stopper
le processus infectieux : la diurèse ainsi forcée provoque l’élimination
naturelle de la grande partie des germes responsables. En cas de
résultat insuffisant, prendre le relais par du jus de canneberge qui agit
en inhibant la capacité des colibacilles (bactéries les plus souvent en
cause) à adhérer à la muqueuse urinaire et, à partir de là, à proliférer.

14

ment de biofilm) afin de déterminer lesquelles sont
les plus adaptées.
Les HE de tea tree (Melaleuca alternifolia),
d’eucalyptus (E. globulus Labill.), de niaouli (Melaleuca quinquenervia), d’origan (Origanum compactum, Origanum vulgaris) et de thym (Thymus
satureioides) sont les plus largement utilisées en
raison de leur efficacité sur quasiment tous les
micro-organismes pathogènes.
Moins connue, mais au moins aussi intéressante, l’HE d’encens indien (Boswellia serrata) qui,
en plus d’être immunostimulante, aide à la cicatrisation des plaies aiguës et chroniques comme à
la guérison des infections unguéales.
●● La restauration de l’unité fonctionnelle intestinale (muqueuse, mucus et flore) est également
quasiment indispensable suite à la dysbiose
engendrée par les traitements antibiotiques itératifs : Boswellia serrata (1 g/j d’extrait standardisé à
90 % de boswelline) associé à un complexe de proet de prébiotique en continu sur plusieurs mois.
●● Les produits de la ruche (gelée royale, miel – pas
uniquement celui de manuka ! –, pollen, propolis)
sont également à prendre en cure afin de renforcer
les défenses naturelles et de rétablir les réserves
en vitamines B.
De plus, la propolis et le miel peuvent être utilisés pour soigner les plaies tardant à cicatriser.
●● Afin de ne pas exposer le système immunitaire,
déjà mal en point, à d’autres agents infectieux, il
convient de remplacer les canalisations d’eau en
polyéthylène par des canalisations en cuivre qui
réduisent la biomasse de certaines bactéries particulièrement agressives – telles que les légionelles et
Escherichia coli O157 – et qui, ainsi, en inhiberaient
la prolifération.
●● Réduire le niveau du stress psychologique est
aussi une nécessité, car cela conduit à une diminution de la réponse inflammatoire (même au cours
de situations particulièrement stressantes) et limite
la faculté de l’infection à proliférer.
Cependant, le stress quotidien comme l’anxiété
et les troubles de l’humeur générés par la chronicisation d’une infection ne doivent pas être traités
(uniquement) par la chimiothérapie allopathique,
car celle-ci ne s’attaque pas à la racine du problème
psychologique. L’hypnose ericksonienne, l’EMDR
et d’autres psychothérapies courtes sont mieux à
même de traiter la souffrance et ses causes. l
n° 47

• juin 2017 • Alternative Santé

médecine énergétique

Étirer le psoas, muscle de l’âme
Peu connu du grand public, le muscle psoas joue pourtant un rôle énergétique clé. C’est grâce à lui que nous
pouvons nous tenir droits. Surnommé « muscle de l’âme » dans la tradition ayurvédique, il subit d’importantes
contraintes physiques, mais est aussi le réceptacle de nombreux chocs émotionnels. Plusieurs exercices
d’étirement traditionnels permettent de s’en libérer, pour un mieux-être physique et mental.

F

aites l’essai. Demandez autour de
vous si quelqu’un connaît le muscle
psoas et vous constaterez qu’il est sacrément méconnu du grand public. Et
pourtant, on ne connaît que lui. Car quand
le psoas n’a d’autre choix que de se manifester, il fait généralement payer cher son
anonymat, notamment en nous clouant
au lit.
Ce muscle est en effet responsable
de redoutables lombalgies et autres
cruralgies. Au fil des années, le manque
d’étirement du psoas peut finir par vous
contraindre à marcher en ayant une
posture voûtée.

Des contraintes physiques
inouïes
Le psoas est une véritable clé de voûte. Il
est en effet le muscle qui nous permet de
nous « tenir droits », mais aussi le « muscle
de l’âme », nous allons y venir.
Partant des hanches, le psoas s’attache
profondément aux cinq dernières vertèbres
lombaires et à la dernière vertèbre thoracique, située sous le diaphragme. C’est dire
la taille de ce muscle et l’importance qu’il
peut revêtir, aussi bien fonctionnellement
(ajoutons qu’il est le seul muscle qui relie
les jambes, par le fémur, à la colonne vertébrale) qu’énergétiquement (en se situant

sous le diaphragme). Il relie le souffle et les
jambes, la droiture du corps et nos états
émotionnels. Il est le miroir de notre être
énergétique et le reflet de nos émotions en
souffrance.
Il absorbe des charges et des contraintes
physiques inouïes (se pencher à 90° exerce
une compression verticale de 300 kg
par cm2 dans la région des lombaires), sans
malheureusement pouvoir compter sur
nous, et notre sédentarité, et nos mauvaises
postures, pour souffler. Mais il encaisse aussi des chocs émotionnels et énergétiques.

Muscle de l’âme ou muscle
poubelle ?
Car si en Occident, on qualifie le muscle
psoas de muscle « poubelle », en médecine ayurvédique, le psoas est surnommé
« le muscle de l’âme ». Paradoxalement,
c’est exactement pour les mêmes raisons
que ces sobriquets quelque peu éloignés
s’accolent au psoas. C’est le muscle où se
logent la peur, l’anxiété, et, pour les Occidentaux, du fait qu’il est innervé et proche
de l’artère fémorale, les toxines.
On suppose que le fardeau que ce
muscle doit supporter s’explique par sa
liaison directe avec le tronc reptilien. Et
il ne se contente pas de soutenir le corps
en rendant possible la station debout :

Le triangle étiré (ou étendu)
Placez-vous en tadasana (montagne). Expirez, écartez vos pieds à 1 mètre de
distance. Inspirez, levez les bras parallèles au sol en alignement avec les épaules,
les paumes vers le bas. Tournez votre pied gauche légèrement vers la droite et
votre pied droit de 90° vers la droite. Alignez le talon droit avec le talon gauche.
Expirez et étirez votre torse et le bassin vers la droite directement sur la jambe
droite. Reposez votre main droite sur votre tibia, la cheville, ou au sol à l’extérieur
de votre pied droit, si possible. Étirez votre bras gauche vers le plafond, en ligne
avec vos épaules. Gardez la tête en position neutre ou tournez-la vers la gauche,
les yeux regardent le pouce gauche. L’arrière des jambes, le dos et les hanches
doivent être sur une même ligne. Restez dans cette posture de 30 secondes à
1 minute. Inversez les pieds et répétez pour la même durée à gauche.

Alternative Santé

• juin 2017 • n° 47

le psoas soutient aussi l’homme dans ses
pas dans la vie. À son image, il est tiraillé entre la fuite ou le combat, soumis
à un état de stress permanent et situé
aux premières loges pour absorber les
traumatismes du passé et les contraintes
du présent.

Détox émotionnelle
En Occident, il existe des exercices dédiés
au psoas-iliaque. Mais ce qui nous intéresse
ici, c’est de soulager le muscle de l’âme par
des techniques énergétiques ancestrales.
En Inde, on accorde depuis des millénaires
une importance toute particulière à la zone
du bassin en général et à ce muscle en particulier. Il existe ainsi plus d’une dizaine de
postures destinées à ouvrir le bassin, pour
procéder à une véritable détox émotionnelle via l’étirement du psoas. Citons par
exemple virabhadrasana II la « posture du
guerrier », durgasana la « posture de la
déesse », utthita trikonasana la « posture
du triangle étendu » (lire l’encadré), utthita parsvakonasana la « planche latérale »,
vyaghrasana la « posture du tigre » et ushtasana la « posture du chameau » :
Pour en détailler une, voyons la posture du guerrier. La posture de départ est
celle de la montagne (tadasana). Les mains
posées sur les hanches, écartez les jambes
d’une dizaine de centimètres. Faites un très
grand pas vers l’avant avec le pied droit,
jusqu’à avoir une distance d’un peu plus
d’un mètre entre les pieds. Ouvrez la jambe
droite en angle droit (90°), de manière à ce
que genou et gros orteil pointent vers la
droite. Le coccyx est rentré. À l’inspiration,
buste bien dans l’alignement de la jambe
droite, levez les bras au-dessus de la tête.
Joignez les mains paume à paume. Expirez
en descendant le bassin et en fléchissant la
jambe droite jusqu’à ce que le tibia soit vertical : la jambe et la cuisse droites forment
un angle droit. l

Erwann Kersaintgilly
15

interview
Quel est le point commun entre la bière, les cornichons, les harengs, le pain au levain et la soupe miso ?
Ce sont tous des aliments fermentés, utiles à notre santé à condition de savoir les consommer. Le point
avec Marie-Claire Frédéric, auteur et spécialiste de la fermentation.

La fermentation,
c’est du vivant à l’état pur ! 
Alternative Santé  Que sont exactement les aliments fermentés ?
Marie-Claire Frédéric  Des aliments
transformés par des micro-organismes : bactéries, levures, moisissures, champignons. Ce processus
n’est possible qu’en anaérobie,
c’est-à-dire en l’absence d’oxygène. Sinon, les microbes se multiplient. Quand il n’y a pas d’oxygène, les microbes sont stressés et
fabriquent des molécules pour
assurer leur survie, parmi lesquelles
de l’acide lactique ou de l’alcool.
Mais au cours du processus, on a
observé qu’ils fabriquent également du gaz carbonique, des substances aromatiques et même des
vitamines. C’est un mécanisme
naturel qui a lieu sans l’intervention de l’homme. Son utilisation,
au départ pour conserver les aliments, est très ancienne et remonterait à la Préhistoire.
A. S.  La fermentation a une mauvaise réputation, et on l’associe à
la putréfaction. Pourquoi ?
M.-C. F.  Il faut remonter aux travaux de Louis Pasteur, à la fin du
XIXe siècle. À l’époque où le savant
découvre les micro-organismes, les
gens souffrent du choléra, de la
tuberculose, de la diphtérie… des
maladies mortelles. Ce monde
microbien a fait très peur aux
scientifiques. La fermentation et le
développement des bactéries ont
dès lors été présentés comme
néfastes, et cette méfiance a persisté jusqu’à notre époque, encore
très hygiéniste. Les produits ménagers qui cherchent à éradiquer
99,9 % des microbes ont transformé nos cuisines en cliniques.
Pourtant, la fermentation, c’est du
vivant à l’état pur !
16

A. S.  Vous voulez dire que les bactéries de la fermentation peuvent
nous faire du bien ?
M.-C. F.  Évidemment, mais pour
cela il faut avoir en tête que nous
sommes des substrats à bactéries.
Nous en avons partout : sur la peau,
dans la bouche, les oreilles, les poumons, l’estomac et bien sûr les
intestins (lire p. 9). Sans elles, nous
ne pourrions pas survivre. Elles forment le microbiote, un rempart
contre les pathogènes qui nous
attaquent en permanence. Or, les
bactéries fabriquées au cours de la
fermentation, qu’on appelle les
probiotiques, sont les mêmes que
celles qui vivent dans nos intestins.
Elles viennent renforcer les troupes
déjà présentes pour assurer l’équilibre de notre système digestif.
A. S.  Comment agissent-elles ?
M.-C. F.  La fermentation libère des
enzymes qui réduisent les grosses
molécules organiques en molécules
plus petites. Elles facilitent l’assimilation des amidons et des protéines
en scindant les protéines crues en
acides aminés, ainsi que les
amidons et les sucres complexes en
sucres simples. Ces nouvelles molécules, plus petites, sont plus faciles
à traiter pour l’organisme et plus
utiles. Ainsi, les personnes qui ont
du mal à digérer les fibres supporteront beaucoup mieux les légumes
fermentés que les légumes frais.
A. S.  Concrètement, quels sont les
différents types de fermentation ?
M.-C. F.  On classe les modes de fermentation en fonction de la substance produite au terme du processus. Il y a d’abord la fermentation
lactique : les bactéries se nourrissent des sucres de l’aliment et les

10 bonnes raisons
de manger des
aliments fermentés
1. Ils facilitent la
digestion.
2. Ils sont source
de vitamine C.
3. Ils sont source de
vitamines K, PP et B.
4. Ils sont source
de choline.
5. Ils sont riches
en minéraux.
6. Ils sont
antiseptiques.
7. Ils détoxifient
la nourriture.
8. Ils contribuent au
bon fonctionnement
de l’intestin.
9. Ils renforcent
le système
immunitaire.
10. Ils apportent
de l’énergie.
Retrouvez les
recettes et conseils
de Marie Claire
Frédéric sur le blog
www.nicrunicuit.
com
Je mange des
aliments fermentés
et ça me fait du bien
(Marabout, 2016)

transforment en acide lactique.
C’est le cas des yaourts, des fromages, de la choucroute, mais aussi
du saucisson, des salaisons de
viandes et de poissons comme le
caviar ou les anchois. La fermentation alcoolique, elle, est assurée par
des levures et est à la base de la
production des boissons alcoolisées. Les micro-organismes transforment les sucres du jus de raisin
ou du moût de céréales en alcool et
en de nombreux composés aromatiques. Enfin, la fermentation acétique est l’étape qui suit la fermentation alcoolique. Elle transforme
le vin en vinaigre. C’est la seule qui
a lieu en présence d’oxygène.
A. S.  Si les bactéries se nourrissent
des sucres, cela signifie que l’on ne
peut fermenter que des aliments
qui en contiennent ?
M.-C. F.  En effet, mais tous les aliments contiennent un minimum de
sucre. L’un des avantages de la fermentation c’est d’ailleurs qu’elle
réduit le taux de sucre d’un aliment. De même, les gens intolérants au lactose peuvent boire du
lait fermenté en yaourts ou en fromages, car ce sucre aura été transformé par la fermentation.
A. S.  L’acidification générée par la
fermentation n’est-elle pas déconseillée aux personnes qui souffrent
d’inflammation intestinale ou d’un
terrain acide ?
M.-C. F.  Au contraire, consommer
des aliments fermentés apaise l’inflammation des intestins. On pense
que l’acidité acidifie, mais c’est une
idée reçue. Le taux d’acidité de
notre corps est régulé d’une
manière absolument exacte par
nos organes internes. S’il bouge ne
n° 47

• juin 2017 • Alternative Santé

serait-ce qu’un petit peu, on se
retrouve aux urgences. Le vinaigre,
sans doute un des aliments les plus
acides avec un pH de 2 ou 2,5, rencontre dans votre estomac un environnement encore plus acide que
lui, puisque le pH de l’estomac se
situe à 0 ou 1. Cet organe passe
tous les aliments sous une douche
d’acide chlorhydrique pour préparer leur décomposition. Les bactéries produites au cours de la fermentation complètent cette action
prédigestive. Et puis, lorsqu’on
vieillit, la production d’acide chlorhydrique diminue, rendant plus
difficile la digestion. Les aliments
fermentés stimulent sa production.
A. S.  Quel rôle le sel joue-t-il dans
la fermentation ?
M.-C. F.  On l’utilise uniquement
dans la fermentation des légumes.
Le légume se retrouve alors submergé dans sa propre saumure et
atteint plus vite le stade d’anaérobie. Le sel favorise aussi les bactéries lactiques par rapport aux bactéries pathogènes liées à la
décomposition. La Listeria et les
salmonelles n’aiment pas le sel.
Cela rend même les légumes plus
croquants. Attention toutefois, les
personnes qui suivent un régime
sans sel strict devront s’abstenir. En
revanche, dans le cadre d’une alimentation variée, cela convient
tout à fait.
Alternative Santé

• juin 2017 • n° 47

A. S.  Comment faire fermenter soimême des aliments ?
M.-C. F.  La lacto-fermentation des
légumes est la plus accessible. On a
simplement besoin de légumes
frais, de bocaux en verre munis
d’une bague en caoutchouc, d’eau
et de sel. L’opération ne prend
qu’un quart d’heure. Une fois le
bocal rempli et refermé, le gaz carbonique s’installe entre le niveau
des légumes et le couvercle, et
l’anaérobie est donc parfaite. Inutile de mettre les bocaux au frais.
Progressivement on va voir des
bulles apparaître, le liquide se troubler, le caoutchouc siffler, tout cela
prouve que le travail a bien commencé. Au bout d’un moment,
l’acidité atteint un seuil, le milieu
s’équilibre et la fermentation s’arrête d’elle-même. À ce stade, la
conservation peut durer plusieurs
années, même à température
ambiante.
A. S.  On peut donc faire des tests
chez soi ?
M.-C. F.  Oui, d’autant plus qu’il n’y
a aucun risque sanitaire. Il faut se
renseigner autant que possible,
chercher des recettes, aller voir du
côté des autres cultures. Je m’inspire beaucoup des gastronomies
chinoise, coréenne, japonaise. Il y
a aussi des choses intéressantes en
Europe centrale, en Europe de l’Est
et en Russie.

En savoir plus
Journaliste et
historienne de
l’alimentation,
Marie-Claire
Frédéric collabore
régulièrement avec
la presse culinaire.
Spécialiste
du lien entre
nourriture, sociétés
et traditions
populaires, elle a
publié Ni cru ni cuit
en 2014 (éditions
Alma). Sur son
blog du même
nom, elle partage
des informations
et des conseils
avec plus d’un
demi-million de
visiteurs depuis sa
création. Parus en
2016, ses derniers
ouvrages Aliments
fermentés, aliments
santé (Alternatives
Gallimard) et
Je mange des
aliments fermentés
et ça me fait du
bien (Marabout)
délivrent des
recettes pratiques
pour découvrir
et cuisiner
les aliments
fermentés.

A. S.  Trouve-t-on des aliments fermentés dans le commerce ?
M.-C. F.  Actuellement si vous voulez manger fermenté, il vaut mieux
le faire soi-même. La choucroute de
supermarché n’apporte aucun
bienfait. Les fabricants industriels
de choucroute lui rajoutent des
bactéries et la chauffent à 40 °C
pour accélérer le processus. Alors
qu’une choucroute naturelle
demande 3 mois de fermentation,
il leur faut seulement une semaine.
Or en matière de fermentation, il
faut laisser le temps au temps. Les
petits producteurs sont toujours à
privilégier. La choucroute d’Alsace
est un AOP. Cela implique un cahier
des charges strict, garanti sans
chauffage, et jusqu’à 6 mois de fermentation, gage de qualité. Cela
vaut pour tous les produits.
A. S.  Et en magasin bio ?
M.-C. F.  On trouvera du kombucha
et du kéfir. La mention « produit
vivant » doit être stipulée sur la
bouteille. En revanche, les jus de
légumes dits « lacto-fermentés »
sont vendus pasteurisés. Cela leur
retire tout intérêt.
A. S.  Les femmes enceintes et allaitantes peuvent-elles consommer
des aliments fermentés ?
M.-C. F.  J’ai tendance à dire que
oui, même si je sais que c’est encore
à contre-courant. Néanmoins, le
corps médical commence à repenser la question. Une étude réalisée
dans plusieurs pays d’Europe a
montré que les enfants dont les
mères ont bu du lait cru durant leur
grossesse ont un système immunitaire plus résistant, notamment
face aux allergies. De plus en plus
de médecins commencent à recommander aux gens de manger des
aliments fermentés. Certains gastro-entérologues recommandent
ainsi de consommer du fromage au
lait cru pour renforcer le système
immunitaire. Les probiotiques
comptent parmi les meilleurs chélateurs : ils ont la capacité d’éliminer les toxines et métaux lourds. Ils
peuvent aussi atténuer l’action de
certains pesticides et nitrates. Bref,
ils vont dans le sens de la vie. l
Propos recueillis par
Lucile de la Reberdière
17

traitement

Maladie de Crohn, la piste
de la contagion bovine
Si aucun traitement n’a fait ses preuves à ce jour pour une rémission complète de la maladie de Crohn, de
nouvelles pistes explicatives émergent, comme la contagion animale. À la faveur d’études expérimentales
prometteuses, un espoir se fait jour pour les 120 000 patients français, dont une proportion trop importante
est encore en errance thérapeutique.

I

l subsiste une part de mystère considérable quant aux causes, vraisemblablement multiples, de la maladie de Crohn,
maladie inflammatoire chronique de
l’intestin parfois extrêmement handicapante (lire l’encadré ci-dessous). Malgré
les preuves d’une prédisposition génétique, divers facteurs semblent contribuer
à son déclenchement. La forte prévalence
de cette pathologie auto-immune ou dysbiose (déséquilibre de la flore intestinale)
dans les pays développés éveille des soupçons. Parmi les facteurs de risque incriminés, on peut citer des éléments environnementaux comme l’anxiété, l’exposition
à des produits toxiques via la nourriture,
les produits d’hygiène, ou le tabagisme.

La maladie de Johne 
Le Mycobacterium avium subspecies paratuberculosis est une mycobactérie parasitaire à l’origine de la paratuberculose
bovine, aussi appelée maladie de Johne.
Cette pathologie infectieuse fut décou-

verte en 1895 par le vétérinaire allemand
Heinrich Albert Johne dans l’intestin d’une
vache extrêmement maigre et éprouvant
des difficultés à la lactation.
La paratuberculose est une mycobactérie pathogène qui touche les vaches, les
moutons et les chèvres, mais qui a également été retrouvée dans les organes digestifs de porcs, de chevaux, de chameaux
ou de lapins. La contamination s’effectue
de la mère au fœtus, directement entre
animaux ou par l’ingestion d’aliments où
la mycobactérie a évolué.
Silencieuse, la paratuberculose est
incurable et extrêmement difficile à maîtriser. Elle se développe dans la paroi
intestinale de l’animal, sans qu’aucun
symptôme se manifeste durant la période
d’incubation, qui peut aller de deux à dix
ans. Lorsque les symptômes apparaissent,
ils sont similaires à ceux de la maladie de
Crohn : des diarrhées importantes, de la
fièvre, et un amaigrissement de l’animal.
La pathologie entraîne quasi systématiquement sa mort.

Qu’est-ce que la maladie de Crohn ?
À la différence de la rectocolite hémorragique, qui ne touche que la partie basse
du côlon jusqu’au rectum, la maladie de Crohn est susceptible de causer des
inflammations sur n’importe quelle partie du système digestif, qui s’étend de
la bouche à l’anus. Les manifestations diffèrent d’un individu à l’autre, mais
regroupent des symptômes ciblant principalement le système digestif lors des
« poussées » : des douleurs intestinales parfois intenses, l’évacuation de mucus
et de sang, de la diarrhée conduisant très souvent à une perte de poids, une
fatigue chronique importante et une perte d’appétit. Des aphtes, de la fièvre,
des inflammations articulaires (fréquemment aux genoux et aux poignets) et
des atteintes dermatologiques comme des érythèmes noueux (nodules cutanés
douloureux généralement situés sur les jambes) peuvent faire partie des
manifestations, typiques des dysfonctionnements immunitaires. Les « poussées »,
plus ou moins régulières et longues, s’entrecoupent généralement de moments
de répit. La maladie de Crohn est difficile à appréhender, y compris dans la sphère
sociale du malade, qui doit sans arrêt adapter son quotidien à ses symptômes.

18

Quel lien avec la
maladie de Crohn ?
En 1913, il y a déjà plus d’un siècle, Dalziel,
chirurgien écossais, découvrait des manifestations gastriques similaires chez neuf
patients, tous atteints d’une inflammation
de la muqueuse intestinale. Le docteur
leur fit subir des examens qui mirent en
lumière, à ses yeux, un lien avec la maladie de Johne, qui présente les mêmes
symptômes.
La phase asymptomatique permet à
la paratuberculose de s’étendre au sein
du troupeau et donc tout au long de la
chaîne de production bovine gérée par
l’homme, inconscient de la propagation
de la bactérie. Parasite particulièrement
résistant, la paratuberculose se répand
dans l’environnement par les excrétions,
qui, transformées en fumier, s’infiltrent
durablement dans les sols et dans l’eau.
Elles contaminent les autres animaux, mais
aussi les agriculteurs, peu au fait du risque
(lire l’encadré p. 19). Même quand elle ne
séjourne pas dans l’organisme d’un bovin,
elle peut survivre sur de très longues périodes. La pasteurisation, pourtant efficace
sur d’autres germes comme la salmonelle,
ne parvient pas à éliminer cet agent pathogène. Même chose pour les systèmes
de purification de l’eau courante.
Cette contamination de l’animal à
l’homme peut alors avoir lieu via différents biais : par le contact direct avec les
troupeaux malades, la consommation de
viande de bœuf, de produits laitiers pasteurisés ou non, ou encore, plus préoccupant, par l’eau, y compris celle vendue en
bouteilles.
Une quinzaine d’études ont démontré la présence de la mycobactérie dans
l’intestin de l’homme. Une d’elles, réalisée en 2000, a mis en évidence la présence de l’agent pathogène dans le lait
n° 47

• juin 2017 • Alternative Santé

maternel de 100 % des femmes atteintes
de la maladie de Crohn, contre 0 % au
sein du groupe de contrôle. Cinq ans plus
tard, des recherches menées sur des enfants présentant des symptômes de la
maladie de Crohn ont détecté la présence
de la bactérie bovine chez 40 % d’entre
eux, quand aucun des sujets du groupe
de contrôle n’a montré des traces de paratuberculose. Troublant, n’est-ce pas ?
Or, si de nombreuses études valident la
théorie d’une contamination de l’animal
vers l’homme, beaucoup soutiennent le
contraire et nient tout lien entre les deux
maladies.
Pour les scientifiques partisans d’un
lien entre les maladies de Johne et de
Crohn, le procédé de mise en culture de
la paratuberculose pratiqué par leurs pairs
aurait faussé le résultat des études. Cette
méthode d’analyse qu’ils jugent inadaptée aux cas humains compromettrait la
détection de la mycobactérie chez les sujets atteints de la maladie de Crohn. Ces
manquements peuvent avoir lieu lors du
recueil de la bactérie sur les malades ou
encore pendant la phase d’analyse.
Une autre difficulté réside dans l’utilisation antérieure de traitements antibiotiques ayant potentiellement détruit
toute trace de bactérie. À l’heure actuelle,
les études cherchent donc à améliorer
les dispositifs de détection du micro-organisme chez l’homme, non seulement
pour assurer le repérage du parasite s’il
s’y trouve, mais aussi pour harmoniser les
résultats de toutes les études réalisées.
Quand bien même les preuves viendraient à se multiplier, le lien entre ces
deux pathologies demeure flou, et l’aspect pluricausal de la maladie de Crohn
peut expliquer l’absence de la bactérie
chez certains malades, pour lesquels
celle-ci ne serait tout simplement pas en
cause. Le débat, technique, est difficile à
trancher.

Quand l’allopathie
atteint ses limites 
À la suite au diagnostic traditionnel de la
maladie de Crohn, le médecin préconise
généralement une adaptation de l’alimentation. Celle-ci passe entre autres par
l’adoption de régimes sans résidu (pauvres
en fibres), ou sans lactose et sans gluten,
qui peuvent favoriser la cicatrisation des
parties ulcérées. Mais ces diètes n’assurent
pas à elles seules une rémission complète.
Le sport est également conseillé après le
diagnostic, dans le cadre d’une nouvelle
Alternative Santé

• juin 2017 • n° 47

Prévenir et contrôler 
Si les spécialistes affirment que la paratuberculose bovine est un vrai sujet de
santé publique dans l’industrie agroalimentaire et qu’elle représente un risque
important pour l’homme, peu de pays ont pour lors réalisé des plans d’action.
Les quelques campagnes de prévention et de contrôle des animaux et des produits
alimentaires mises en place se révèlent, la plupart du temps, insuffisantes.
Ces opérations de surveillance seraient pourtant efficaces dans la réduction de
l’incidence de la maladie chez les troupeaux, et donc sur la transmission de la
zoonose de l’animal vers l’homme, mais elles seraient freinées par le manque de
connaissances. Si des mesures de prévention et de contrôles ne sont pas réalisées
régulièrement par l’agriculteur, l’abattage des animaux est souvent inévitable.
La contamination entre les bovins peut représenter des pertes importantes pour
les producteurs, qui voient alors leurs ventes chuter massivement.

vie que le patient doit réaménager pour
améliorer son quotidien. Ces recommandations en faveur d’une meilleure hygiène
de vie sont associées à des traitements allopathiques qui montrent cependant leurs
limites.
Si les solutions par traitements anti-inflammatoires, corticoïdes, immunomosuppresseurs et antibiotiques se révèlent
efficaces pour certains patients, elles ont
une utilité relative pour d’autres. Sur
le plan de la tolérance, ces traitements
oraux, rectaux ou par injection intraveineuse présentent certains désavantages,
notamment par leurs effets secondaires,
parfois graves. La cortisone, même utilisée
sur une courte période, tend à provoquer
une prise de poids, de la fatigue et de l’irritabilité. Si elle est suivie sur une longue
durée, sa prise peut être à l’origine d’une
ostéoporose précoce.
Les immunomodulateurs et immunosuppresseurs, qui sont des traitements
lourds, exposent quant à eux le patient
aux infections en affaiblissant son système
immunitaire. Les dérivés 5-ASA (anti-inflammatoires), très souvent prescrits, notamment en première instance, peuvent
causer des troubles digestifs comme des
brûlures d’estomac et des nausées. La biothérapie par anti-TNF, prescrite dans les
cas les plus sévères ou résistants, peut également exposer le patient à des troubles
infectieux ou sanguins.
Des traitements antibiotiques fondés
sur l’association de trois molécules différentes ciblant la mycobactérie ont été
administrés à des patients atteints de la
maladie de Crohn. Aucun ne produit de
résultats concluants. Cela pourrait s’expliquer par la résistance remarquable de
la bactérie dans un environnement favorable à son développement. Et, de là
à imaginer que cette résistance pourrait

avoir un lien avec l’administration massive
d’antibiotiques au sein des élevages, il n’y
a qu’un pas.

Et l’aromathérapie ?
Néanmoins, dans le cas de l’hypothèse du
dérèglement microbiote intestinal, traiter
la maladie de Crohn par la naturopathie
se révèle prometteur. On peut ainsi cibler
l’écosystème du microbiote, visiblement
hyperactif et déséquilibré, en associant
trois huiles essentielles.
Le Dr Donatini, gastro-entérologue
et immonulogue, préconise l’utilisation
des huiles essentielles d’origan compact
(Orignanum compactum), de Cannelle de
Ceylan et de clou de girofle.
Cette approche aromathérapique
fondée sur une triple action anti-inflammatoire et antimicrobienne serait efficace
en synergie avec le mycélium d’un champignon, le polypore soufré (Laetiporus sulphureus). Le mycélium, partie contenant
le plus de principes actifs, renforcerait
l’imperméabilité de la paroi intestinale
et concentrerait l’action des huiles essentielles sur le côlon. Il évite ainsi une trop
grande absorption de celles-ci par le reste
du système digestif.
Bien que l’efficacité puisse varier, l’utilisation des huiles essentielles, guidée par
un spécialiste, se présente comme une alternative prometteuse à envisager pour
des personnes se trouvant dans l’impasse
de thérapies qui ne parviennent pas à soulager la maladie. l
Joëlle Bensimon
Retrouvez les sources
utilisées pour la rédaction
de cet article sur :

19

bonnes feuilles

La MTC face au cancer
Spécialiste de la médecine traditionnelle chinoise (MTC), Jean Pélissier évoque
dans son dernier ouvrage les solutions qu’elle propose pour prévenir le cancer.
Un livre passionnant dont nous nous faisions déjà l’écho dans notre dernier numéro,
et dont voici quelques extraits.

Les meilleurs extraits du livre
de Jean Pélissier

Des millénaires d’avance
La médecine traditionnelle chinoise n’a
pas attendu la découverte des différents
circuits hormonaux pour comprendre,
bien avant notre époque moderne,
l’inter­dépendance existant entre les différents organes vitaux et les relations
très étroites entre cerveau et organes.
Depuis plus de trois mille ans déjà, elle
explique, en employant une autre terminologie, que les glandes surrénales
jouent un rôle prépondérant dans les
mécanismes immunitaires. […] Une
faiblesse des défenses immunitaires se
trouve souvent à l’origine de la création
d’un cancer.

Le corps, cet « ordinateur »
Le corps humain peut être comparé à un
ordinateur. […] La mémoire centrale se
trouve être le cerveau, avec ses milliards
de milliards de connexions, avec ses capacités presque infinies. Pour accéder
à cette mémoire, il nous faut donc des
programmes, des logiciels. Il en existe
cinq principaux :
– Cœur-Intestin grêle ;
– Poumon-Gros Intestin ;
– Rate-Estomac ;
– Reins-Vessie ;
– Foie-Vésicule biliaire
Il n’existe pas un symptôme, qu’il soit
physique, mental ou émotionnel, qui ne
puisse être rattaché au dysfonctionnement d’un de ces cinq logiciels.
Ce super ordinateur ne peut fonctionner
que si on lui donne de l’énergie (NDLR
l’oxygène, les aliments, les pensées).

Énergie précieuse
Nous disposons aussi d’une batterie […]
située dans ce qu’il convient d’appeler
20

pour simplifier le « logiciel Reins ». Cette
batterie stocke l’ensemble des surplus
d’énergie produits par le métabolisme
de chaque organe et permet de faire
face à toutes les situations inhabituelles. Cela pourrait se rapprocher de
ce qu’il convient d’appeler en Occident
« les défenses immunitaires ». En médecine traditionnelle chinoise, le sens de
ce terme est beaucoup moins restrictif
qu’en médecine allopathique. Il désigne
l’immense pouvoir d’adaptation et de
régulation énergétique de l’organisme.
Quand cette batterie est chargée, l’organisme est capable de s’opposer à la pénétration d’agents pervers externe […] ;
il est capable de s’auto-guérir […]. Mais
il est aussi en mesure de lutter contre
l’agression des agents émotionnels […].
Il existe une autre énergie, logée elle
aussi dans ce « logiciel Reins » : l’énergie
innée, ancestrale, celle que l’on reçoit à
la naissance […]. Quand cette énergie
est épuisée, le terme de la vie arrive […].
Maintenir la batterie des Reins chargée
est le seul moyen d’accéder à la longévité, en évitant l’apparition d’une quelconque maladie, physique, mentale ou
émotionnelle.

Les maladies internes
Les maladies dites internes sont générées à l’intérieur de notre organisme.
Aucun facteur externe, a priori, tout
au moins dans l’immédiat, ne peut en
être la cause. Cependant, l’organisme
ayant subi, de longue datée, certaines
agressions externes, peut voir ces « perversités » se loger dans les couches profondes. En médecine traditionnelle
chinoise, le terme « perversité » désigne
toute cause externe (climatique, microbes ou virus, bactéries) ou interne

(Tan [« déchets », NDLR], humidité, radicaux libres, excès de cholestérol) qui
déclenche un déséquilibre énergétique
interne […].
Dans certaines situations de « vulnérabilité » de l’interne, ces perversités pourront remonter à la surface et déclencher
des maladies. C’est ce que l’on appelle
en médecine traditionnelle chinoise des
« maladies cachées ».

Qu’est-ce qu’un cancer ?
Il est la conséquence de déséquilibres
internes qui se sont installés sur une
plus ou moins longue période. Certes,
des causes externes ont pu jouer le rôle
de facteur aggravant ou déclenchant
(substances cancérigènes, pollution,
etc.), mais ces agressions externes n’expliquent pas, tant s’en faut, les véritables causes de ce fléau mondial.
Un cancer, une tumeur ne « s’attrape »
pas par hasard, ne se transmet pas : il se
fabrique lentement, profitant des différentes faiblesses de l’organisme. C’est
une guerre de l’ombre, en souterrain.
C’est un feu de tourbe qui peut couver
des mois et des années, et d’un seul
coup, embraser tout l’organisme.
Nous allons déterminer et étudier les
différents facteurs qui, présents simultanément, favorisent l’apparition d’un
cancer.
Autrefois, les cancers de la prostate
concernaient surtout des hommes vieillissants. Aujourd’hui, ils touchent des
sujets de plus en plus jeunes. Certes, les
facteurs diététiques, le stress, la pollution et la mauvaise gestion des émotions
entrent en jeu dans l’augmentation de
la fréquence des pathologies. Mais c’est
surtout la méconnaissance de la physion° 47

• juin 2017 • Alternative Santé

logie sexuelle de l’homme et les dérives
qui en découlent qui peuvent en partie
expliquer cette augmentation.

Que dit la MTC ?
Jusqu’à une période récente, la médecine traditionnelle chinoise n’évoquait
pas spécifiquement les problèmes liés
à la prostate : on parlait plutôt de pathologies liées au Foyer inférieur, avec
tous les organes qu’il contient, à savoir
l’appareil génital féminin ou masculin,
les Reins, les glandes surrénales, les cinq
vertèbres lombaires et le début des
hanches, ainsi que la partie terminale
du gros intestin.
La médecine traditionnelle chinoise ne
va pas étudier à la loupe la prostate […].
Elle va prendre beaucoup plus de recul,
et en se servant des quatre méthodes de
diagnostic que sont l’observation (couleurs, langue), l’interrogatoire, l’auscultation et la palpation, elle va être à
même de cerner certains tableaux […].
Deux cas peuvent se présenter :
• La batterie Reins est à plat. On parle
souvent d’une diminution ou d’un effondrement de l’énergie Yin des Reins
qui entraîne une augmentation de
l’énergie Yang : c’est une inflammation
qui s’installe. C’est une des grandes
causes de prostatites.
• Si par contre, toute la zone de l’énergie des Reins est affaiblie, empêchant
la libre circulation de sang et d’énergie
dans la zone, une stagnation va pouvoir
s’installer. Cette stagnation responsable
de la triade occidentale « rubor-calor-dolor » (rougeur, chaleur, douleur)
va être la première cause de l’adénome
prostatique chronique ponctué d’épisodes inflammatoires.

38 °C, le corps devra puiser dans sa batterie des Reins pour « réchauffer » ce bol
alimentaire ;
• chez l’homme, l’excès d’activité
sexuelle, surtout quand il y a émission
de liquide spermatique à répétition, ne
donne pas à l’organisme le temps de se
recharger.

Formation d’un cancer
de la prostate
[…] Nous créons pas à pas ce type de
cancer. Reprenons notre schéma de
base, commun à quasi tous les cancers
que l’on peut étudier.
• L’élément déclencheur est la présence
de déchets, de Tan, dans la prostate, liée
entre autres à une mauvaise alimentation. Mais ce seul facteur ne suffit pas.
• Un deuxième facteur est l’émergence
progressive d’une stagnation locale.
Cette stagnation va générer une « chaleur », une inflammation qui risque de
transformer des déchets que les Chinois
appellent un « poison ».
• L’organisme doit alors impérativement
les éliminer […].
• Un autre facteur entre alors en jeu.
Qu’est-ce qui favorise cette stagnation
de sang et d’énergie locale ? En grande
partie, une mauvaise gestion des émotions. Que ce soit la colère intériorisée,
les ruminations excessives […], toutes
ces émotions dites « Yin » sont à même
de générer une stagnation au niveau
Foyer inférieur, donc ici au niveau de la
prostate.

• la faiblesse globale du logiciel Reins,
encore appelée « faiblesse du Yang des
Reins ». En dehors d’un problème constitutionnel hérité à la naissance, on peut
l’imputer à un excès dans les activités de
la vie au quotidien, en particulier de surmenage plus ou moins chronique, mais
aussi un excès d’activité physique ;

• Si cette situation devient chronique,
ou si la personne subit une épreuve
très importante qu’elle n’arrive pas à
surmonter dans un premier temps et
à dissoudre dans un deuxième temps
[…], la batterie des Reins « se vide d’un
seul coup ». Elle perd son rôle d’autorégulation et d’autoguérison. Et c’est au
contraire une autodestruction qui se
met en place. L’organisme « s’affole ».
C’est l’hyper-multiplication cellulaire
qui se met en place, affaiblissant d’autant plus vite l’énergie des Reins […]. Les
cellules finissent par muter, par « dégénérer », devenant incapables d’assumer
les différentes fonctions qui leur sont
imparties.

• au niveau alimentaire, une consommation trop importante d’aliments crus ou
froids peut affaiblir le Foyer inférieur.
En effet, une digestion commençant à

[…] Vous pouvez en déduire vous-même
les règles de prévention à mettre en
place :
• Avant tout, veiller à ne pas manger

En médecine traditionnelle chinoise
existent de très nombreux tableaux qui
peuvent déboucher sur un cancer de la
prostate. Citons par exemple :

Alternative Santé

• juin 2017 • n° 47

tout et n’importe quoi pour que des
déchets ne viennent pas circuler et s’accumuler dans les zones de faiblesse de
l’organisme.
• Ensuite, tout mettre en œuvre pour
éviter les zones de stagnation locale. La
marche, le Qi Gong, la respiration abdominale basse, les massages sont autant
de règles « d’hygiène de vie » que nous
devrons appliquer au quotidien.
• Surtout, bien s’imprégner des règles
de base d’une sexualité harmonieuse et
pondérée.

Massage de la prostate
Il existe une autre méthode de prévention, très connue de cette médecine,
mais qui reste encore taboue dans nos
civilisations occidentales, à savoir l’automassage de la prostate. […] Il est bon
ici de rappeler que la paroi qui sépare
le rectum de la prostate est très fine, et
que des déchets, qui vont être considérés comme du « Tan », peuvent migrer
vers cette glande. Il est fondamental
d’apprendre dès le plus jeune âge […]
à entourer son doigt avec du papier toilette (non irritant) et s’essuyer le plus
profondément possible […]. Vous faites
déjà un massage de cette zone.

Recharger l’énergie
[…] Les sports modernes ont une action centrifuge sur l’énergie. Elle est
puisée de l’intérieur pour être dirigée
vers l’extérieur. La batterie des Reins se
vide progressivement. Inversement […],
les Qi Gong ont une action centripète
sur l’énergie : ils captent l’énergie extérieure pour permettre à la batterie des
Reins de se recharger.

La puissance du thé
Les thés chinois viennent de la variété
Camellia sinensis. Nous pouvons en distinguer trois grandes catégories :
– les thés verts ou non fermentés […]
– Les thés « noirs » ou « rouges »
– Les « thés Oolong » demi-fermentés.
Le thé a un pouvoir hydratant exceptionnel […]. Il peut neutraliser les substances toxiques ; protéger les muqueuses
intestinales et stomacales ; éliminer la
mélanine et les « déchets » (le Tan) […],
coaguler les protéines dégradées de
l’Estomac […] ; le thé lubrifie le Gros Intestin ; […] le thé possède d’étonnantes
propriétés radioprotectrices. l

21

bonnes idées
Un micro-organisme efficace
Le lien entre la dérégulation de la flore intestinale et l’apparition
de maladies chroniques de l’intestin fait aujourd’hui l’objet de
nombreuses études.
Le syndrome de l’intestin irritable pourrait ainsi être causé par
une dysbiose (déséquilibre des bactéries présentes dans le côlon
et l’intestin grêle). Parmi les autres causes du syndrome figurent
des facteurs génétiques, des infections ou des épisodes de stress
important. Les douleurs abdominales (qui prennent notamment la
forme de spasmes après les repas) s’associent à des ballonnements
et plus largement des troubles du transit intestinal qui se manifestent
par des épisodes de diarrhée et de constipation. 
La dysbiose, excès ou défaut de bactéries au sein de l’écosystème
intestinal, provoque des « crises » plus ou moins longues et intenses,
qui perturbent le quotidien du malade. Celui-ci s’engage dans un
véritable cercle vicieux : la colopathie fonctionnelle suscite l’anxiété,
voire la dépression, et ces dernières provoquent à leur tour des crises.
Les traitements, encore limités, ne permettant pas de traiter la cause,
mais atténuent seulement de façon temporaire les symptômes, qui
peuvent malheureusement pousser certains individus à s’isoler.
De nombreuses études ont confirmé l’efficacité d’une souche
bactérienne, le Bifidobacterium infantis 35226, dans la maîtrise
des symptômes tels que douleurs ou désagréments intestinaux
(ballonnements, selles fréquentes ou insuffisantes). Originellement
située dans le système digestif humain, cette souche restaure
l’équilibre de la flore intestinale par son action probiotique. Ainsi, en
régulant le microbiote et en agissant comme un immunomodulateur
qui stimule les cellules dendritiques intestinales (dont l’action
est anti-inflammatoire), la souche a démontré son intérêt lors de
nombreux essais contrôlés.
Le complément alimentaire commercialisé par le laboratoire Biocodex,
spécialisé dans les troubles intestinaux, contient près d’un milliard de
bactéries dans chaque gélule. S’il doit être pris quotidiennement et
sur le long terme, il s’agit d’une alternative prometteuse pour les plus
de 5 millions de Français souffrant du syndrome de l’intestin irritable.
Complément alimentaire Bifidobacterium infantis 35226, Laboratoire
Biocodex, tél. : 01 41 24 30 00, www.biocodex.fr

La biomécanique
au service de la gonarthrose
La gonarthrose est la plus fréquente des usures du
cartilage des articulations. Chronique et dégénérative,
cette arthrose du genou touche plus de 2,5 millions
de Français après 65 ans. Les traitements par antiinflammatoires, antiarthrosiques et antalgiques
donnés en première instance ont de nombreux effets
secondaires, en particulier la formation d’ulcères.
Cependant, une étude clinique menée en 2016 a montré
la nette efficacité du port du dispositif médical Rebel
Reliever sur l’arthrose fémoro-tibiale. À l’issue de six
semaines de port de la genouillère, bien qu’ayant suivi
en parallèle un traitement standard, les patients ont
présenté une diminution de la douleur, y compris en
mouvement. Car c’est en allégeant la pression sur les
cartilages que l’orthèse offre un soutien au genou dont
l’articulation subit une usure, en particulier après 50 ans.
Il est important de rappeler que la surcharge pondérale
et l’obésité sont les principaux facteurs de risque dans
l’apparition de l’arthrose. Ainsi, par trois points d’appui
agissant comme des forces correctrices qui recréent de
l’espace entre les cartilages, le dispositif rend possible
un mouvement non douloureux du genou.
Très légère, la genouillère se règle en magasin ou en
pharmacie et s’adapte à la douleur du patient pour un
soutien plus ou moins important.
Devant le désarroi des patients face aux médicaments
antidouleurs, ce nouveau système biomécanique
pourrait soulager l’arthrose, voire repousser l’acte
chirurgical. En particulier quand le port de l’orthèse est
associé à une hygiène de vie visant à réduire le surpoids
et remettre en mouvement le corps. Un pas de plus
vers une prise en charge en douceur, tout en valorisant
l’intérêt primordial de la mise en action du corps,
indépendamment des usures qu’il subit.
Orthèse Rebel Reliever, société Thuasne
tél. : 01 41 05 92 92, www.thuasne.fr

Un nouveau dentifrice naturel
Quoi de plus fréquent qu’une gingivite ? Selon différentes études, dont celle de l’OMS en tête, on peut lire que 8 personnes sur 10
ou que les deux tiers de la population européenne souffriraient d’inflammation gingivale. Au-delà de cette guerre des chiffres, tous
s’accordent pour reconnaître à la gingivite le statut de problème de santé publique.
Car si la gingivite pouvait n’être qu’un problème bénin, ses complications se révèlent dramatiques. Rappelons que la gingivite
est une inflammation des gencives, principalement due à une mauvaise hygiène bucco-dentaire. Ne pas se laver les dents assez
souvent (ou assez bien) entraîne une accumulation de la plaque dentaire dans les zones inter-dentaires. La plaque
dentaire est un biofilm composé majoritairement Streptococcus mutans, Streptococcus sobrinus et Lactobacillus
spp. Il suffit d’un simple déséquilibre du microbiote buccal pour que ces bactéries deviennent
pathogènes, responsables de la plupart des maladies parodontales et de la carie dentaire. En contact
avec l’organisme (par le biais du sang et d’autres cellules), elles provoquent une réaction du système
immunitaire et une inflammation, la gingivite. Celle-ci se manifeste par des gonflements de la gencive,
qui prend couleur différente (la muqueuse passe du rose pâle à différentes nuances de rouge) et saigne
très facilement, aussi bien lors d’un brossage (même léger) que spontanément.
De l’eau salée au bicarbonate de soude, du gingembre à la sauge, du gel à l’Aloe vera en passant par les
clous de girofles, nombre de produits naturels existent. Il en est un nouveau qui mérite toute notre attention. Un
dentifrice en poudre, absolument naturel, sans laurylsulfate de sodium ni perturbateurs endocriniens comme le
triclosan, et constitué de feuilles de papayer, aux vertus anti-inflammatoires et anti-bactériennes. Pour utiliser le
dentifrice, on verse un peu de poudre dans un petit gobelet (fourni) rempli d’eau. Après y avoir trempé la brosse,
on se brosse dents et gencives. Pour finir, on se rince la bouche avec le mélange en fin de brossage.
Gencix, Laboratoire Gencix, en pharmacie (en donnant les codes ACL : Gencix deux mois, 34013 816 7857 9,
Gencix quatre mois 34013 600 1539 5) ou sur www.gencix.com

22

n°47

• juin 2017 • Alternative Santé

Le courrier des lecteurs
Chaque mois le Dr Paul Dupont, le Dr Paul Alimi, le Dr Thierry Schmitz, et le Dr Bruno
Meurice répondent à votre courrier.
Posez-leur vos questions ou envoyez vos témoignages à : Alternative Santé
101, rue de Patay, 75013 Paris, ou par mél : alternativesante@santeportroyal.com

TÉMOIGNAGE

Préventif ou curatif
J’ai 34 ans. J’ai découvert Alternative Santé il y a
peu. Ingénieur commercial, je suis très fréquemment sur les routes pour voir des clients et je ne me
suis jamais trop préoccupé de mon alimentation.
Sans compter que j’avoue avoir tendance à arroser
les repas, notamment pour créer un climat propice
à la signature de contrats. De plus, je suis du Périgord, et la bonne chère est culturelle chez nous.
Depuis trois ans, je m’étais accommodé de selles
très fréquentes (sept à huit fois par jour). Accommodé, voire résigné. En tout cas, je n’y voyais rien
d’anormal. Je m’étais ça sur le compte des repas
de la veille et de l’alcool. C’est en… dînant avec
ma nouvelle compagne et son frère, un ponte en
chirurgie gastro-entérologique en Italie, que j’ai
pris conscience du fait qu’aller à la selle une petite
dizaine de fois par jour n’était pas normal. Il m’a
conseillé de faire des examens qui ont révélé que
j’avais la maladie cœliaque. Quand j’ai appris à ce
chirurgien les résultats, il m’a conseillé de ne surtout prendre aucun médicament et de suivre un
régime strict sans gluten. J’ai aimé que ce chirurgien m’alerte comme il l’a fait sur certains traitements allopathiques, qui dans mon cas n’auraient
servi à rien, et qu’il m’éclaire et m’initie sur les
médecines alternatives comme il l’a fait, décrivant
« sa » médecine comme « curative » et les médecines alternatives comme « préventives ». Du coup,
je me passionne pour elles et compte bien m’abonner à Alternative Santé.

Mycose buccale
Quel traitement pourriez-vous me suggérer pour ma mère de
88 ans qui souffre de mycose buccale ? Sa langue est particulièrement chargée et nous constatons que les soins allopathiques
se révèlent impuissants.
Sans informations complémentaires, il est bien entendu difficile de
proposer un traitement précis. Nous vous suggérons néanmoins
des bains de bouche avec du bicarbonate de soude (1 cuillère à
café par demi-verre d’eau) auquel vous aurez ajouté une cuillère
à café d’extrait hydroalcoolique de propolis et 3 gouttes d’huile
essentielle de Melaleuca alternifolia). P. A.

Estomac en cascade
Je viens d’apprendre que mon fils a l’estomac en cascade. Avezvous des conseils, des recommandations, des suggestions thérapeutiques ?
On a souvent tendance à confondre l’estomac en cascade avec
l’aérophagie, voire la ptose. Mais ce trouble est singulier. L’estomac
en cascade est un trouble fonctionnel du remplissage de l’estomac.
Il se forme deux poches et l’estomac se remplit en deux temps. Le
risque est d’avoir rapidement des nausées après le repas, voire des
régurgitations. Les règles à appliquer sont de manger lentement et
de bien mâcher (nous conseillons de mastiquer 25 à 30 fois chaque
bouchée), d’éviter de pensées à vos soucis pendant le repas afin de
ne pas entraver le péristaltisme gastrique. Éviter de boire trop de
liquide pendant le repas, et après ce dernier, éviter de vous allonger,
surtout du côté gauche. En outre, pour faciliter la digestion, nous
vous suggérons de prendre des infusions de camomille, de verveine officinale ou de marjolaine (1 cuillère à soupe rase par bol, 20
minutes d’infusion). En homéopathie, Nux Vomica 4 CH (5 granules
un peu avant le repas).  T. S.

J’ai arrêté de fumer, et pourtant…

Irritation de la vessie

J’ai 58 ans et j’ai arrêté de fumer depuis 15 ans. Pour autant, j’ai une irritation de la plèvre (gauche) qui me rend très sensible à certaines odeurs
(parfums, crèmes de beauté, produits ménagers…). Elles me provoquent
des rhinites et de fréquentes et fortes expectorations. Ces irritations sont
telles que je dois prendre des antihistaminiques et des corticoïdes. Que
me conseillez-vous pour les éviter ou les atténuer ?

J’ai commencé l’année par un « grattage » de
vessie, car je n’arrivais plus à uriner. Depuis
tout est redevenu normal. Toutefois, quels
seraient vos conseils pour éviter une récidive ?

Il vous faut tout d’abord consulter un pneumologue pour préciser la nature de
cette inflammation. Ensuite, éviter autant que faire se peut d’être au contact
de parfums de synthèse. Rappelez-vous que ces produits sont pour la plupart
issus de la pétrochimie et donc potentiellement irritants (voire pour certains
carrément pathogènes). Pour apaiser les irritations que vous me décrivez,
vous pouvez vous préparer le mélange de tisane suivant : pendant trois mois,
mélangez tous les soirs une cuillère à soupe par bol infusé de : 30 g de lichen
d’Islande, 50 g de mauve, 40 g de bouillon blanc, 30 g de camomille. P. D.
Alternative Santé

• juin 2017 • n° 47

Vous avez raison de prévenir toute récidive et je
vous conseille de prendre Œmine Uri qui est un
mélange de canneberge titré à 36 mg de proanthocyanidines et d’hibiscus. Prenez 2 gélules
chaque matin. Dans votre cas, je vous suggère
de régénérer votre muqueuse par un mélange de
quatre tocophérols naturels contenu dans Œmine
E (2 capsules). En homéopathie, je vous propose
de sucer 5 granules le matin de Vessie 4 CH (pendant 3 mois).  P. D.
23

Démangeaisons

Et pour ma moelle osseuse ?

Depuis de nombreuses années, j’ai un problème de
prurit le soir qui affecte majoritairement le bas de mon
corps. J’ai constaté une corrélation entre ce prurit et
des périodes de déprime. J’ai donc tenté une cure de
millepertuis sans amélioration manifeste et quant à
l’homéopathie, elle n’a eu aucun effet. Avez-vous une
piste à me conseiller ?

Je souffre d’une moelle osseuse que je qualifierais de très paresseuse. Mais en fait, c’est pire que ça. Le problème, c’est que tous
les mois, je dois subir une transfusion de sang. Avez-vous des
conseils à m’apporter ?

D’expérience, je sais que le prurit en soirée peut être soit
hormonal, soit lié à une peau sèche. Il peut aussi s’agir
de perturbations veineuses profondes liées à la station
debout prolongée. Parfois, le port de chaussettes ou de
mi-bas de contention peut aider si les jambes enflent. Dans
d’autres cas, le prurit de repos peut être effectivement lié
à des perturbations morales liées par exemple au manque
de lumière. C’est alors la conséquence d’une baisse de
sécrétion de la mélatonine. Cela induit une tendance à la
déprime et au mauvais sommeil. Il faut donc rééquilibrer
la fonction de la glande pinéale. Ainsi, pour la dépression
saisonnière, vous pouvez prendre, Œmine lithium, qui est
un composé d’orotate de lithium et de concentré de prunes
(2 gélules le matin) et Œmine stress, à base de griffonia
titré à 100 mg de 5-HTP (hydroxytryptophane, 2 gélules
au coucher). P. D.

Maladie orpheline
Ma fille de 31 ans a une maladie orpheline qui s’est
déclarée il y a deux ans environ. Il s’agit de l’angio-œdème. Que doit-elle faire ?
Dans cette maladie interviennent aussi bien le stress qu’un
dérèglement du système neuro-végétatif. Il s’agit ici d’une
variété d’œdème qui peut être grave s’il touche la gorge.
En phytothérapie, on a coutume d’utiliser des plantes aux
vertus adrénalino-sécrétrices. Mais attention, ces dernières
ne sont délivrées que sur ordonnance et sous surveillance
médicale, car elles peuvent se révéler dangereuses hors
contrôle médical. Vous pouvez demander l’avis de votre
médecin sur l’Éphédra et la Genista scoparia. Sinon, en
homéopathie : Tabacum 1 DH. P. A.

J’ai mal quand je marche
Comme depuis des années j’ai mal quand je marche,
je suis allé consulter mon médecin et il m’a diagnostiqué une neuropathie aux pieds : ça me brûle quand je
marche, ça me picote douloureusement. J’ai la sensation de marcher sur des braises quand j’insiste. Auriezvous un conseil ?
Je peux vous suggérer de faire des massages avec un gel
rafraîchissant. Vous en trouverez très aisément en pharmacie, mais je vous conseille le gel le plus naturel possible (par
exemple Œmine gel pieds, qui contient du citron, du lierre,
de la joubarbe, de la consoude, et des HE). En traitement
de fond, je peux vous suggérer en homéopathie Cuprum
Metallicum 4 CH (5 granules au coucher). P. D
24

En tout premier lieu, il est impératif de rechercher méticuleusement
la cause de la « paresse » de votre moelle osseuse (mais je présume
que c’est ce que vous avez déjà fait). Je peux citer par exemple une
intoxication chronique par des métaux lourds, qui peut entraver la
régénérescence cellulaire de la moelle osseuse. Je peux suggérer
une cure d’huile de foie de requin, riche en alkylglycérols, composés
lipidiques naturellement présents dans la moelle osseuse. Je vous
conseille notamment Ecomer (Nutrilys), à raison de 2 capsules par
jour. B. M.

Régime végétarien et carences
J’ai 45 ans et depuis mes 20 je suis un régime végétarien. Mais
ces derniers temps, comme je me sentais fatiguée et que je sentais un fatigue musculaire sensible, j’ai fait une prise de sang
qui révèle que j’ai des carences en protéines, albumine, vitamine
B et fer. Comment pourrais-je pallier ces carences sans danger,
et quels seraient vos conseils alimentaires (sans y inclure des
protéines animales, évidemment) ?
Je ne saurais trop vous conseiller de faire une cure de pois, de pois
chiches, de haricots et de lentilles, sans omettre les amandes et les
graines de sésame moulues. En outre, je vous conseille de complémenter votre alimentation par des compléments alimentaires. Pour
le fer, je vous suggère Œmine fer, composé de spiruline et de levure
(2 capsules par jour pendant une cure de trois mois), et Œmine B,
qui est composé principalement d’extrait concentré de germe de blé
(2 gélules par jour). Pour les protéines dont vous êtes carencée, je
suis au regret de vous dire que la meilleure complémentation serait
le blanc d’œuf, qui est la protéine de référence. Mais comme vous
êtes végétarienne, vous pouvez prendre des algues. Je pense à la
spiruline ou à la laitue de mer.  P. D.

Vertiges
J’ai eu une hémiplégie droite suite à un AVC, il y a quatre ans.
Elle me semble avoir été mal soignée, car depuis j’ai des vertiges
venant de la sphère visuelle. Du coup, en fonction des conditions
climatiques, je ne peux plus conduire (trop froid, trop chaud, trop
de soleil…). Quels sont vos conseils ?
Dans votre cas, les vertiges peuvent être liés à une mauvaise oxygénation cérébrale ou à une perte de plasticité après votre AVC.
Je peux vous suggérer des phospholipides marins, notamment le
PC-DHA (phosphatidylcholine aux oméga 3 DHA) qui est le plus
proche de la lécithine humaine. Il représente près de 30 % du
cerveau et on peut raisonnablement supposer qu’il contribue sensiblement à régénérer les fonctions cérébrales. Des études ont montré
qu’il améliore notamment la transmission nerveuse neurovégétative.
Je vous suggère Œmine Mer Fort (PC-DHA d’origine marine issu
d’œufs de saumon sauvage), deux capsules matin et soir. De plus,
je vous propose d’associer des plantes favorisant l’oxygénation. Je
pense ici à la petite pervenche. En phytothérapie, prenez Vinca
minor TM (50 gouttes matin et soir).  P .D.
n° 47

• juin 2017 • Alternative Santé

Inflammation
Je suis atteinte du syndrome de Fernand Widal depuis quatre ans. Cette maladie
inflammatoire chronique s’aggrave au fil du temps. Que me conseillez-vous ?
Je peux vous proposer de prendre de l’huile essentielle de Mentha piperita en inhalation (3 gouttes matin et soir après vous être lavé le nez avec de l’eau salée citronnée),
prenez Œmine soufre/Radis noir et Œmine Manganèse cassis (matin et soir pendant
20 jours).  P. D.

À NOS LECTEURS
La rédaction reçoit chaque jour une grande
quantité de courriers comportant de
nombreuses questions de santé. Il nous est
malheureusement impossible de répondre
à toutes ces demandes.
Précisons que :
l il ne sera pas répondu aux questions déjà
évoquées dans un précédent numéro,
mais nous vous indiquerons dans quel
numéro elles ont été traitées ;
l Santé Port-Royal n’est pas un cabinet
médical et ne donne pas de consultations,
il est donc inutile de joindre un dossier
médical à votre courrier ;
l il est recommandé de limiter les
demandes à une seule question de santé ;
l nos réponses ne se substituent pas à la
consultation d’un thérapeute ;
l il nous est interdit de vous communiquer
des adresses de praticiens, vous pouvez en
trouver sur annuaire-therapeutes.com  ;
l il est inutile de joindre à votre lettre
une enveloppe timbrée.

Hernie inguinale
J’ai une hernie inguinale suite
à de fortes constipations. Aller
à la selle devient extrêmement
douloureux. Que dois-je faire,
selon vous ?
Étant donné la situation qui est
la vôtre, je vous conseille d’aller voir un chirurgien qui jugera
de l’opportunité de faire une
intervention pour fermer l’anneau herniaire ou de mettre
une plaque. Le risque qui vous
menace est que votre hernie
progresse. Dès lors, le principal
danger serait un engouement
avec étranglement, ce qui
constitue une urgence chirurgicale. D’où l’importance de
consulter et de prendre un avis
médical sans attendre. B. M.

CARNET
D’ADRESSES
FICHE THÉRAPEUTIQUE, P. 8
Huile Essentielle de Petit Grain Clémentinier
www.aroma-zone.com
Complexe de plantes Sérénité, Complexe oméga3
DHA
Labo Phytosud
05 34 28 08 26
www.phytosud.com
DOSSIER, P. 9-14
Zinc picolinate 22 mg
Solgar
www.solgar.fr/a-propos/trouver-nos-produits/
COURRIER DES LECTEURS, PP. 23-25
Œmine Uri, Œmine E, Œmine Fer, Œmine Mer
fort, Œmine lithium, Œmine stress, Œmine
gel pieds, Œmine soufre/Radis noir, Œmine
Manganèse cassis
Phybio pharma,
05 67 22 21 80
www.phybiopharma.com
Remise de 20 %. Code : œmineps
BOÎTE À OUTILS, P. 32
Maca noire
Native Delicatessen
Native Delicatessen SAS
55, rue de la Fontaine au Roi, 75011
Tel : 09 82 25 05 06
Mail : precious@nativedelicatessen.com

Narine bouchée
Cela fait à présent des années que je respire, de jour comme de nuit, d’une seule
narine. Tantôt la narine gauche, tantôt la droite. Je sens que je m’oxygène très mal,
surtout la nuit. Que pourriez-vous me conseiller ?
Ce phénomène est naturel. Nous respirons plus d’une narine que de l’autre et cela en
alternance, comme vous le décrivez. En général, on ne s’en rend pas compte. Dans votre
cas, vous devez peut-être avoir une sécrétion importante, ou peut-être votre mucus est-il
trop épais. Je vous suggère une cure de soufre. Soit en inhalant des ampoules sulfurées
(Actisoufre, en pharmacie), soit en prenant des gélules à base de soufre végétal comme
la fameuse Huile de Haarlem.  P. A.

Ganglions lymphatiques
Mon compagnon a des ganglions lymphatiques. Ils sont situés sous l’aine. De plus
sa jambe et son pied gauches sont enflés Les antibiotiques sont sans effets. Que
pourrait-il faire ?
Pour faire disparaître des ganglions, il faut inévitablement en connaître la cause. S’ils
sont palpables et sensibles, il s’agit d’une adénopathie (en clair, des ganglions pathologiques). Et si c’est le cas, il peut s’agir ici d’une infection siégeant dans la jambe ou
entre les orteils. En tout cas, je vous invite à consulter un médecin qui fera faire une
analyse bactério-mycologique et une prise de sang. Au rang des germes qui peuvent
être à la cause d’une telle infection, on peut citer le staphylocoque au niveau de la
peau. On peut également chercher en outre des maladies telles que la maladie des
griffes du chat (lymphoréticulose) ou une maladie à tiques. Vous l’avez compris, sans
diagnostic il est impossible de donner une piste thérapeutique.  B. M.
Alternative Santé

• juin 2017 • n° 47

Tous les traitements non cités ci-dessus sont
disponibles en pharmacie ou en boutique bio.
AVANTAGE ABONNÉS : les remises tarifaires sont réservées aux abonnés
d’Alternative Santé et aux membres de La Vie naturelle. Pour en bénéficier,
commu­ni­quez votre numéro de membre ou celui d’abonné (2e nombre
de la première ligne) et la date d’échéance de votre abonnement (3e nombre
de la première ligne) qui figurent sur le film enveloppant votre journal.

Pour trouver les coordonnées

d’un thérapeute près de chez vous

annuaire-therapeutes.com
également disponible en version mobile

25

À lire… ou pas
Dompter le singe en nous
Jean-Michel Oughourlian, neuropsychiatre et psychologue, ancien collaborateur
et ami de René Girard, le philosophe du mimétisme, nous livre ici les clés de
ses recherches. En effet, la faculté d’imitation, loin d’être un simple mécanisme
psychologique, se révèle dans cet ouvrage facile d’accès, comme un mode
fondamental de notre comportement. Au point que l’on retrouve dans notre
cerveau des neurones spécialement dédiés à cette fin. L’auteur se propose donc
d’examiner avec clarté les désirs fondamentaux qu’implique le mimétisme :
désir de ressembler à l’autre ou aux autres, de les prendre pour modèles, mais
aussi désir de les surpasser ou de nous confronter à eux pour être à notre tour
reconnus. Sous un angle psychologique, ce livre est donc éclairant : il nous
aide à saisir la part importante que prend l’imitation dans le développement
de notre personnalité et dans le fonctionnement de notre société. Il permet
aussi d’en comprendre certains dysfonctionnements, comme en témoigne le
chapitre consacré au fanatisme djihadiste. On ne peut que louer l’auteur pour
avoir approfondi le concept de mimétisme, en lui donnant une dimension
scientifique et psychiatrique, et en le replaçant dans une perspective de
libération de l’individu, de construction de la singularité. Donner chair et vie à
des concepts simples, c’est un mérite rare. Mais l’exercice a ses limites. Car en
fin de compte, le mimétisme girardien n’est jamais qu’une note en bas de page
de la Phénoménologie de l’Esprit de Hegel, philosophe qui, il y a deux siècles
déjà, nous révélait qu’il n’existe d’être que reconnu. À sa lecture, notre auteur
y aurait sans doute gagné en profondeur. La construction de la singularité est
un vaste labyrinthe où l’humanité joue son destin, pas seulement un jeu de
Gary Laski
miroirs entre une société et ses pulsions.   l
Cet autre qui m’obsède, comment éviter le piège du désir mimétique,
de Jean-Michel Oughourlian, éd. Albin Michel, 155 p. 15 €

Comment se soigner
naturellement

Musclez son cerveau,
c’est possible !

Quelle alimentation
aujourd’hui ?

Tout en clarté
et simplicité,
l’ouvrage se
veut un médecin
phytothérapeute
de poche. Plus
d’une centaine
d’affections
courantes trouvent
une réponse dans
les prescriptions
du Dr Jacques
Labescat,
médecin phytothérapeute, partisan de la
« médecine des simples ». Le lecteur se voit
donc proposer de nombreux traitements
oraux ou locaux. Néophytes ou aguerris
apprécieront ce livre extrêmement
didactique, qui s’appuie sur un usage à la
fois sain et avisé des racines, des feuilles
et autres essences végétales pour divers
cataplasmes, décoctions, ou hydrolats. Il
est cependant regrettable de ne pas avoir
développé davantage les vertus des plantes
médicinales sur les symptômes décrits et
soulagés par ses ordonnances. l J. B.

Si de récentes
études
concourent à
prouver que les
performances
cognitives du
cerveau ne
décroissent
pas mais se
régénèrent, Ilchi
Lee assure que
cet organe est
un « soi » qu’il
faut entraîner, comme un sportif entraîne
ses muscles. Ce « manuel d’utilisation »,
après une partie théorique très justement
expliquée, évolue vers une deuxième partie
d’exercices pour contrôler ses émotions,
assouplir, reconstruire et maîtriser son
cerveau. En percevant sa propre énergie et
en la redistribuant, l’enjeu est d’améliorer
sa productivité, ou encore d’optimiser ses
facultés émotionnelles. Attendez-vous
toutefois à vous armer de patience et
de motivation. C’est le minimum requis
pour faire travailler cette « merveilleuse
machine » qu’est notre cerveau. l J. B.

Faut-il suivre
aveuglément
les conseils
nutritionnels de
santé publique
du Programme
National Nutrition
Santé ? Pour
Véronique Lopez,
« nous sommes
ce que nous
mangeons »,
et si une bonne santé dépend en
grande partie d’une alimentation saine
et équilibrée, il faut aller à l’essentiel,
au plus simple, au naturel. Agriculture
biologique, végétarisme, gluten, ou
lactose, que consommer ? Diététicienne
de formation, l’auteure propose un retour
avisé sur l’alimentation et ses pratiques
alternatives, particulièrement favorisées à
l’ère où intolérances et allergies explosent.
En appuyant ses analyses sur une base
documentaire importante, ce guide pour
une « saine attitude » démêle de nombreux
questionnements pour une consommation
J. B.
éclairée. l

Power Brain, de Ilchi Lee, éd. Solar, 333 p.,
19,50 €

La Saine Attitude, de Véronique Lopez,
éd. Quintessence, 159 p., 13 €

Mes Ordonnances de plantes, comment
se soigner naturellement, du Dr Jacques
Labescat, éd. Anfortas, 164 p., 12 €

Alternative Santé

• juin 2017 • n° 47

26

astrosanté
SIGNE DU MOIS : LES GÉMEAUX
Catherine Lyr
Psychoastrologue et coach,
Tél. : 01 43 70 32 23
Site : www.astrolyr.fr

Gémeaux (du 21/05 au 21/06) Son élément : l’air Sa planète : Mercure
Ses caractéristiques : communicatif, intelligent, curieux, joueur
Organes : poumons, bras, mains
Ses prédispositions santé
Le signe des Gémeaux est relié aux
poumons, aux épaules, aux bras
et mains. Il est sujet aux maladies
respiratoires, aux bronchites, à l’asthme
et aux allergies. Son tempérament
l’expose à l’anxiété, à une fragilité
nerveuse, et à la spasmophilie. Il
souffre d’une instabilité psychique due
à son inconstance et vit des périodes
d’insomnies. Il doit éviter la dispersion
et a besoin de canaliser sa curiosité
vers plus d’approfondissement. C’est
un aérien qui a besoin pour son bienêtre de liberté, de s’oxygéner, et de se
connecter à la nature régulièrement.

Ses tendances nutritionnelles

D’appétit modéré, c’est un adepte du
sucré-salé. Vif, mouvant, curieux, son

appétit est aussi fluctuant que ses états
d’âme. Ses repas sont souvent irréguliers
et déséquilibrés, rythmés par son travail.
Les échanges intellectuels stimulent son
appétit. Pour ce signe d’air, mobile et
ouvert, le plaisir des repas est très lié à la
communication : plus il est entouré, plus
son appétit est stimulé, car sa nourriture
est également intellectuelle. Il évite les
repas interminables en famille.
Il apprécie les produits frais, la cuisine
variée, légère et rapide. Sensible aux
plats colorés, aux mélanges de goûts, de
parfums et aux saveurs venues d’ailleurs,
il préfère les viandes blanches aux
viandes rouges.
Il apprécie les repas à l’extérieur, sur les
terrasses et les pique-niques entre amis
ou en famille.

Mes conseils astrosanté

Réduire sa tendance au grignotage et aux
apéritifs qui lui coupent l’appétit.
Consommer plus de produits vitaminés
frais (fruits et légumes).
Pour ses voies respiratoires, utiliser de
l’ail dans les plats, antiseptique naturel.
Utiliser des huiles essentielles pour se
soigner et pour assainir l’air ambiant.
N. B. Ce portrait santé s’adresse aux
natifs des Gémeaux ayant plusieurs
planètes dans leur signe.
Pour des précisions personnalisées,
l’analyse de votre carte du ciel natal est
indispensable lors d’une consultation.

Pour en savoir plus
Lire l’article de Catherine Lyr dans le
no 37 d’Alternative Santé (été 2016) :
« L’astrologie au service de la santé ».

La radio du développement personnel
À l’antenne
Bien-être
Thérapie
Spiritualité
Remède
Culture
Chroniques


www.radiomedecinedouce.com
Alternative Santé

• juin 2017 • n° 47

27

l es petites an nonces d ’ alter nat i ve sant é
●●Thérapeute et formatrice

●●Thérapie psychocorporelle

en technique vibratoire
Mes mains rétablissent en 16
gestes la circulation de l'info dans
votre corps afin que celui-ci se
répare lui-même. Rdv au cabinet
à Parmain (95) ou par téléphone.
Catherine Didelot,
06 71 46 15 82

Stage de thérapie psychocorporelle
du 10 au 14 juillet en Espagne.
« Toi, moi et nous » :
contact et séparation à l'école
de vie Lalita Devi.
5 jours pour se retrouver
Infos : 06 62 86 65 49
www.rosavela.com

●●Centre Fleurs de Bach Biofloral

●●Jeûner en marchant c’est

Formation sur 3 niveaux
pour apprendre à conseiller
efficacement les Fleurs de Bach
dans diverses situations, en
magasin ou en installation privée,
et devenir Conseiller Fleurs de
Bach agréé. Accompagnement
par Biofloral dans la création
d’un réseau local ou comme
animateur régional.
Demandez notre catalogue :
04 44 01 01 01
www.espaladous.com

génial !!!
Véritable cure de Jouvence et
activation émonctorielle salutaire!
1 semaine conviviale en Drôme
Provençale, la pratique du jeûne
hydrique en groupe, l’occasion
de changer ses comportements
alimentaires, son hygiène de vie.
À partir de 315€/pers. avec
hébergement.
Valette Caroline,
09 52 26 37 66
www.jeuner-en-marchant.fr

●●Magnétiseur - Guérisseur

●●Naturopathe et médecine

Simplicité, innocuité, résultats.
Puissant pouvoir à distance,
pour tout ce qui est chronique
et réputé difficile.
Écrire : Jean Christophe, B.P. 83,
33392 Blaye Cedex
05 57 42 15 51
christophe33@orange.fr

●●Apprendre à pratiquer
au sommet
Apprenez rapidement des
médecines complémentaires :
l’ondobiologie, la biochirurgie
immatérielle, la drainolymphologie.
Cours chez vous ou bien en
stages. Portes ouvertes gratuites
pour voir des opérations
biochirurgicales.
Réservation : 04 43 40 07 95
contact@ondobiologie.com
Visionner les vidéos :
www.ondobiologie.com et www.
syndicatdesondobiologues.com

tibétaine
Laurence Bayrounat vous propose
un accompagnement global
par l'hygiène de vie et les soins
tibétains. Paris 10e.
RDV au 06 66 05 04 57

●●Formation : Hildegarde de
Bingen pour les médecins
et les infirmières
Acquérir les bases spécifiques
de la médecine d’Hildegarde de
Bingen auprès d’un médecin qui
exerce depuis plus de 25 ans en
Belgique. 2 modules de 3 jours.
Institut Hildegardien
02 97 62 85 81
contact@institut-hildegardien.com

●●Guérisseur spirituel - Don
Physique, psyché, vibratoire,
animaux. En une séance.
À distance. Expérience.
Prix modéré. Rennes.
06 81 58 96 39

●●LE SYNDICAT DES ONDOBIOLOGUES
vous propose une séance découverte de 4 soins énergétiques,
comprenant, au même rendez-vous :
– l’équilibre énergétique de vos cerveaux gauche et droit
– la restauration de tout votre système hormonal
– la désomatisation de vos mauvais évènements passés
– la régénération de vos milliards de cellules
Compter une heure de soins au total. Coût 100 euros.
Profitez aussi des Biochirurgies Immatérielles,
sans manipulations, ni douleurs, ni cicatrices.
– Idéales pour restaurer le 2e cerveau abdominal, les stress,
l’atlas, les cervicales, les lombaires, sciatiques
tendinites, ligaments, hernie hiatale, kyste sur ovaire, etc…
Documentation gratuite : contact@syndicatdesondobiologues.com
Ou téléphoner au : 01 43 40 07 95 pour la recevoir.
www.syndicat des ondobiologues.com
Liste des ondobiologues, France, DOM-TOM, étranger.
4 vidéos d’exemples de soins à regarder.

28

●●La plante qui dissout et expulse les calculs rénaux ou biliaires
Le Chancapiedra est reconnu en tant que complément alimentaire
et aide à maintenir l’équilibre du corps.
Le Chancapiedra prévient et soigne les calculs rénaux et les
calculs des voies urinaires. Il facilite l’élimination des calculs
par le drainage biliaire et urinaire. Il possède des propriétés
hypoglycémiantes et fait descendre la tension artérielle.
Le Chancapiedra intervient aussi dans le traitement des maladies
de foie et ses vertus diurétiques en font une plante efficace pour
soigner la prostatite
Retrouvez nous sur : https://www.bionaturista.net
Tél. : 01 43 38 68 55

●●Magnétiseuse spirituelle

●●Stage de numérologie -

Don expérience humain/animal/
lieux de vie à distance/photo
02 47 50 07 95

Annecy - juillet 2017
À partir des nombres associés
à vos nom, prénoms et date
de naissance, accédez à la
connaissance de soi et des autres
(nature profonde, chemin de vie).
Basée sur le lien intime qui nous
relie à notre mère, notre méthode
vous surprendra par ses résultats.
Retrouvez-nous à Annecy du
3 au 7 juillet 2017.
Information et inscription :
06 34 96 80 31
www.formation-numerologie.com

●●Formation en ostéothérapie
tissulaire réflexe
Ouverte à tous sur 6 jours
prochaine session mai 2017
sessions toute l'année plus
d'informations contacter :
Cyril Bechacq,
06 58 48 63 37
www.osteopathie-quantique.fr

●●Union sérieuse pour vie à 2
Unioncia : Trouver facilement votre
âme-sœur tous âges et situations.
52ème année sur toute la France
et pays francophones.
Doc discrète et complète.
contact@unioncia.net

●●Formation reiki
Formation certifiante en reiki
usui et reiki karuna® France
et Suisse 4 personnes maximum
par formation pour un travail
de qualité.
Tél. : 04 67 24 83 84
www.formation-reiki.info

●●Soins Bénéfiques Sur
Photo. Depuis 2004 MaëlleMagnétiseuse se préoccupe
de vos Soucis, de vos Proches
+ animaux
Esprit-Zen : énergie positive lieu
école famille amour émotions
Santé-Corps : douleur mal-être
stress fibromyalgie chimio zona
peau-pso-feu allergie ventre orl
sommeil addiction...
06 99 78 50 57

●●Les Thérapies esséniennes
et égyptiennes
Cursus 2017-2019 donné par
Francis Hoffmann dans les Vosges
selon la Tradition thérapeutique
complète transmise par Daniel
Meurois et Marie Johanne Croteau.
« les connaissances, la pratique,
le sens du Sacré »
Infos : www.solaris-universalis.com
Contact : francis@solarisuniversalis.com

●●Séjour bien-être - Hildegarde
de Bingen
Octobre 2017 : Une semaine pour
se détendre et retrouver la forme.
02 97 62 85 81
www.institut-hildegardien.com

●●Atelier tantrique
« Joy and Love »
Samedi 17 et dimanche 18 juin.
Vous serez invité à vous déployer
à vous découvrir dans l’espace,
à savourer votre corporalité et
sensorialité.
Le ressenti sera mis à l’honneur,
le geste, la danse, le regard, la
lenteur, seront redécouverts.
Animé par Françoise Van Elst
et Raquel Veiga.
Lieu: Terre d’éveil-Ohain.
Infos: 04 96 97 54 47
www.cherirlamour.com

●●En quête de bien-être…
Se nourrir autrement…
Et pourquoi pas le jeûne ?
Une semaine pour se ressourcer
par le jeûne ou la monodiète et les
balades en forêt et sur la plage
de Notre-Dame-de-Monts...
Jus à l’extracteur, tisanes et
bouillons selon la méthode de
la clinique Buchinger.
Au programme :
méditation, éveil corporel,
balades quotidiennes et 1 séance
à l’espace aquadétente de la
thalasso de Saint-Jean-de-Monts.
Repas de reprise cuisiné ensemble.
Infos sur www.marzen.fr
n° 47

• juin 2017 • Alternative Santé

les petites an nonces d ’ alter nat i ve sant é
●●Pranathérapie /

●●Numérologie

Pranic Healing®
Méthode douce et naturelle qui
utilise l’énergie vitale (prana)
pour un mieux-être au quotidien.
Stages, conférences, méditations.
Demandez notre documentation
gratuite.
Association Française
de Pranathérapie
07 87 96 38 34
info@pranatherapie.org
www.pranatherapie.org

Grâce à la numérologie découvrez
et conscientisez vos talents et
faiblesses...Mieux se comprendre
pour mieux se connaître afin de
faire des choix en accord avec les
énergies qui nous animent.
RDV (téléphone/skype)
Mme Durand
07 69 76 64 28
iia.durand@icloud.com

●●Magnétiseuse à distance
Maïté guérit infertilité, douleur au
06 36 77 65 55
www.soins-énergétiques.fr

●●Micro-Ostéo Digitale® Paris
et Vitry-sur-Seine (94)
Problèmes dos, traumatismes,
blocages, sommeil, zona, anxiété,
Soulagement sans
« manipulations ».
Résultats étonnants !
Séances Paris : 200m
Mo St Jacques (Ligne 6) ou
Vitry-sur-Seine : 200m RER C,
gare Vitry.
Agnès Robert
06 20 33 83 11

●●Centre de Ressourcement
et Fleurs de Bach
Au coeur de l’Auvergne, les
Jardins d’Espaladous et Biofloral
vous accueillent pour des séjours
santé et bien- être en pleine
nature. Venez découvrir nos soins
uniques aux Fleurs de Bach et à la
Silice naturelle,pour un profond
ressourcement.
Demandez notre catalogue :
04 44 01 01 01
www.espaladous.com

●●FORMATIONS NATUROTHÉRAPEUTES
Devenez naturo-thérapeute avec la Méthode JMV® : trouver
et éliminer les causes d’un problème physique ou émotionnel ;
allergies, intolérances, peurs, croyances, addictions...
Rapide et efficace, synthèse de thérapies et techniques
traditionnelles (médecine chinoise, tests neuro-musculaires,
mouvements oculaires...), la Méthode JMV® recherche les causes
d’un problème, corrige les perturbations et permet à l’organisme
de s’autogérer à nouveau.
Pour les détails de la méthode : http://www.autoguerison.com/
Contactez-nous pour en connaître le programme et les dates.
Des formations ont lieu toute l’année. Chaque jour nous avons des
demandes de thérapeutes en région, formez-vous et nous vous
enverrons les patient-e-s.
Un article de Marion Kaplan sur la méthode JMV :
http://www.vitaliseurdemarion.fr/…/intolerances-incompatib…/
(en bas de page).
Contact : avotresante11@gmail.com et/
ou http://soigner-intolerance-alimentaire.fr

Cette rubrique est réservée aux professionnels de la
santé naturelle. Ils peuvent y proposer stages, ateliers,
formations ou services. Elle est également ouverte aux
thérapeutes qui souhaitent se faire connaître du grand public et ne
reçoit pas les annonces qui proposent des produits. Les annonces
publiées n’engagent en aucun cas la responsabilité de la rédaction.
Soyez vigilant et renseignez- vous avant d’y répondre.

Tarification des petites annonces d’Alternative Santé

C’est nouveau !

Parution demandée pour le (ou les) numéro(s) de : cocher les cases correspondantes
(date limite de réception de votre annonce entre parenthèses)
n n° 48  juillet-août 2017 (10 juin)
n n° 49  septembre 2017 (10 juillet)
n n° 50  octobre 2017 (10 septembre)
n n° 51  novembre 2017 (10 octobre)
nA
u cas où la place serait insuffisante dans le numéro choisi, je souhaite que mon annonce

Pour paraître dans
Alternative Santé,
vous pouvez aussi
déposer directement
votre petite annonce
par internet :

paraisse dans le (ou les) numéro(s) suivant(s) :

Minimum : 4 lignes de 25 signes et espaces. Pour plus de lisibilité, merci de rédiger votre
annonce en lettres majuscules et d’éviter les abréviations. La direction d’Alternative Santé se
réserve le droit de refuser toute annonce qui ne correspondrait pas aux objectifs de la revue.

http://www.alternativesante.fr
Rubrique : « Petites Annonces »

Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prénom :
Adresse :

Bulletin à compléter
et à retourner accompagné
du règlement à :
Alternative Santé PA
101 rue de Patay,
75013 Paris
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Code postal : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ville : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Tél. : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Mél. :

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Facturation de . . . . . . . . . . . . . . . . . lignes payantes x 8,75 x la ligne* x . . . . . . . . . . . . . . . . . . parutions.
Ci-joint mon chèque à l’ordre d’Alternative Santé, d’un montant total de

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Pour tout renseignement,
merci de joindre Houda
au 01 40 46 00 46
petitesannonces@
santeportroyal.com

e

* Attention, toute ligne commencée est due.
Alternative Santé

• juin 2017 • n° 47

29

Aujourd’hui, Charlène
Lemoine, thérapeute
à La Vie Naturelle,
prend la parole.
La thyroïde fait partie des glandes
endocrines, c’est-à-dire qu’elle sécrète plusieurs hormones
déversées directement dans la lymphe ou le sang. C’est la
glande la plus volumineuse de notre organisme. Elle régit
notre métabolisme cellulaire et régule le niveau d’activité de
très nombreux organes et systèmes. Avoir une thyroïde qui
dysfonctionne, c’est avant tout perdre tout son équilibre intérieur.
Les atteintes de la thyroïde sont nombreuses et il est donc tout
d’abord important de bien déterminer la/les cause(s) profonde(s)

de la pathologie, afin d’apporter un travail précis et efficace.
De nombreux facteurs peuvent conduire à un dysfonctionnement
de la thyroïde : l’alimentation, le stress sous toutes ses formes,
l’hygiène de vie, les émotions, le déséquilibre d’autres glandes
fonctionnant en harmonie avec la thyroïde,... il y a donc plusieurs
aspects à considérer : physique, psychique, hormonal
et énergétique.
Le thérapeute va donc apporter un travail de fond sur plusieurs
organes et glandes de l’organisme, adapter tout le mode de vie
et aider à lutter contre le stress et les émotions contenues.
Si besoin, de nombreuses plantes ou compléments alimentaires
peuvent aider à réguler le fonctionnement thyroïdien, à retrouver
l’harmonie et l’équilibre de notre organisme.

Charlène LEMOINE

carte-de-mem

bre-LVN-dece

mbre-2016-va

lide-HD.pdf

1

20/12/2016

Découvrez les produits
et devenez membre !
nt

Seuleme

Rejoignez la communauté de passionnés de santé naturelle !
La Vie Naturelle sélectionne les produits les plus efficaces en s’entourant des
meilleurs laboratoires et en négociant pour vous les meilleurs prix. Grâce à la
Carte d’Adhérent (25 € pour l’année), vous profitez de prix réduits jusqu’à -30 %
par rapport au prix public et vous bénéficiez de l’aide de nos thérapeutes qui vous
conseillent sur www.la-vie-naturelle.com grâce au chat en ligne.
Vous souhaitez un avis personnalisé ? Un thérapeute vous répondra rapidement
sur votre question de santé.

25 €/an

Si vous n’êtes pas encore
membre, ajoutez cette carte
à votre bon de commande pour
bénéficier de tous les avantages
La Vie Naturelle.

10:14

La Vie Naturelle est une société du groupe Les Presses de la Santé, éditrice d’Alternative Santé et Plantes & Santé. La Vie Naturelle • 530813120 RCS Paris • code NAF : 4791 B

Réguler naturellement la glande thyroïdienne

Réf. 650 511 - 25 € l’année

Découvrez la sélection spéciale thyroïde recommandée par nos thérapeutes

Iode liquide

COMPOSITION

Eau, acide citrique, benzoate de sodium, iodure de
potassium. 75 µg Iode (iodure de potassium)/goutte (50 % des apports
de référence pour un adulte).

RÉGULER L’ACTION DE LA GLANDE
Principal composant des hormones de la
thyroïde, l’iode est un micronutriment essentiel au
fonctionnement du corps. C’est une source végétale
d’iodure de potassium, 100 % assimilable par
l’organisme et support essentiel à la fabrication et au
maintien des hormones thyroïdiennes.
Un produit Energetica Natura.
Flacon pipette de 60 ml.

Réf. 141 040

Prix public : 18,10 €

Prix membre : 14,50 €

CONSEILS D’UTILISATION

Diluez l’iode liquide dans de l’eau.
Standard : 1 à 2 gouttes par jour dans de l’eau pure
Thérapeutique : 20 à 40 gouttes par jour dans de l’eau pure
Cas les plus graves : 50 à 70 gouttes par jour dans de l’eau pure
Contre-indications : déconseillé en cas de déshydratation, d’acné,
d’insuffisance surrénale, de goitre nodulaire et de maladies
cardiovasculaires. En cas de grossesse, ne pas doser à plus de
200 µg par jour.

Votre colis sera expédié en 72 heures ouvrées en Colissimo suivi à réception de la commande, dans la limite des stocks
disponibles. Pour tout renseignement, appelez notre numéro gratuit ou envoyez-nous un mail à : contact@la-vie-naturelle.com

S
é
e

U

Ce protocole est prévu en cas d’hypothyroïdie
seulement. Prendre tous les produits en même
temps pour une cure d’attaque. À renouveler si besoin.

MEMB

LE

PROT

RE

S

Hypothyr

STIMULER LA THYROÏDE

LE

CONSEILS D’UTILISATION

LES

UR

R

O

P

La Vie Naturelle est une société du groupe Les Presses de la Santé, éditrice d’Alternative Santé et Plantes & Santé. La Vie Naturelle • 530813120 RCS Paris • code NAF : 4791 B

10:14

Protocole Thyroïde

O

S

6

Découvrez la sélection spéciale thyroïde recommandée par nos thérapeutes

O

C

Complexe à base de L-Tyrosine,
Laminaria Digitata, Maca, oligoéléments et vitamines étudié
pour accompagner
Réf. 140 595
l’hypothyroïdie.
Prix public : 50 €

Hypothyr : 1 gélule 2 fois par jour.
Sélénium + vitamine E : 1 gélule par jour au repas.
SIPF Ortie : 1 bouchon doseur de 5 ml dans un peu
d’eau fraîche, 2 fois par jour.

Réf. 240 512

Prix public : 81,91 €

SIPF Fucus : 1 bouchon doseur de 5 ml dans un peu
d’eau fraîche, 2 fois par jour.

Sélénium
et vitamine E
PROTÉGER LA GLANDE
ET SYNTHÉTISER
LA T3

Prix membre : 57,34 €

En cas de thyroïde
auto-immune, ajoutez
le Moducare C,
un modulateur
immunitaire
Réf. 140 557

Prix public : 7,91 €

Prix membre : 6,33 €
L’action
antioxydante du sélénium aura une action
ciblée sur la glande. Par ailleurs, le sélénium
entre dans la composition de l’enzyme
qui active la conversion par l’organisme
de l’hormone T4 (lévothyroxine) en T3
(triiodothyronine) lors de son passage par le
foie et à un moindre degré par les intestins.
Or seule la T3, qui sera ensuite distribuée
dans l’ensemble de l’organisme, est active au
niveau cellulaire.
Un produit Easy Nutrition.
Boite de 60 comprimés.
COMPOSITION

Réf. 140 978

Prix public : 40 €
Prix membre : 32 €

SIPF Ortie

Prix membre : 40 €

COMPOSITION

L Tyrosine, extrait de Maca,
extrait de Laminaria digitata, pidolate de
magnésium, picolinate de zinc, pidolate
de fer, pidolate de manganèse, vitamine
B1, vitamine B3, vitamine B5, vitamine B6,
vitamine B9, vitamine E, pidolate de cuivre,
sélénométhionine, stéarate de magnésium.
Gélule Végétale.

SIPF Fucus

RECONSTITUANT, STIMULANT
ET ANTIASTHÉNIQUE

STIMULER LA GLANDE

Son utilisation est
recommandée en cas de
fatigue chronique
Réf. 140 574
et en période de
Prix public : 12 €
convalescence afin Prix membre : 9,60 €
de faire le plein
de vitalité. L’ortie fraîche permet également
l’élimination des toxines de l’organisme et
renforce la flore intestinale.

Le fucus est une algue
contenant des éléments
minéraux, dont l’iode,
connus pour
Réf. 140 569
leur action sur le
Prix public : 12 €
métabolisme. Leur
Prix membre : 9,60 €
concentration est
optimale dans la plante fraîche et favorise
l’activité amincissante de cette plante.

Un produit Synergia. Flacon de 100 ml.

Un produit Synergia. Flacon de 100 ml.

COMPOSITION

Levure inactive, vitamine E
16 mg, Sélénium 100 µg, acide stéarique,
stéarate de magnésium, dioxyde de silice.

Un produit
Planticinal.
Boite de 90 gélules.

Extrait hydroalcoolique d’Urtica
urens (parties aériennes), eau. Titre alcoolique :
30 %.

COMPOSITION

Extrait hydroalcoolique de Fucus
vesiculosus (thalles), eau, épaississant : gomme.
Titre alcoolique : 30 %.

AS47

BON DE COMMANDE
À RENVOYER, ACCOMPAGNÉ DU RÈGLEMENT À : LA VIE NATURELLE, 71 PLACE VAUBAN, CS 50122, 34965 MONTPELLIER CEDEX 2.
RÉF.
CARTE DE MEMBRE

650 511

QTÉ

Px PUBLIC Px MEMBRE

TOTAL

MES COORDONNÉES
NOM, PRÉNOM : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

25,00 €

Si vous ajoutez la carte à votre bon de commande, vous bénéficiez
immédiatement des prix « membre ».

NO DE CARTE

 : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

(SI VOUS ÊTES DÉJÀ MEMBRE)

DATE DE VALIDITÉ : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

IODE LIQUIDE

141 040

18,10 €

14,50 €

ADRESSE : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

PROTOCOLE THYROÏDE

240 512

81,91 €

57,34 €

CODE POSTAL : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

MODUCARE C

140 978

40 €

32 €

VILLE : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
TÉL. : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . EMAIL : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
DATE DE NAISSANCE :. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

JE RÈGLE PAR

Chèque bancaire ou postal à l’ordre de La Vie Naturelle
FRAIS DE PORT ET D’EMBALLAGE :
LIVRAISON EN 72 HEURES OUVRÉES
EN COLISSIMO SUIVI

(offerts pour toute commande > à 69 €)

Carte bancaire n°
6,90 €

Date de validité

/
Date et signature obligatoires

Cryptogramme

TOTAL DE MA COMMANDE
Si pour quelque raison nos produits ne vous convenaient pas, il suffit de nous les retourner, accompagnés d’une demande écrite de remboursement, dans un délai de 30 jours maximum après réception (le cachet de la Poste faisant foi), pour un
échange ou un remboursement immédiat et sans discussion. Vous disposez d’un délai de rétractation de 7 jours à compter de la réception de votre commande. Les informations recueillies sur ce bon sont nécessaires au traitement de votre commande
et destinées exclusivement à nos services internes. Conformément à la loi Informatique et Libertés no 78-17 du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification des données vous concernant.

boîte à outils

De la maca noire et la libido repart
Surnommée « ginseng péruvien », la maca noire stimule la libido chez l’homme et la femme.
Elle a aussi de nombreux effets positifs sur la vitalité, le stress et le bien-être. Mais attention
à ne pas se tromper : seule la maca noire possède ces vertus.

L

a maca (Lepidium peruvianum) est
une plante tubéreuse qui pousse
dans les Andes du Pérou, à une altitude comprise entre 3 000 et
4 500 mètres au-dessus du niveau de la
mer. La maca est l´une des rares plantes à
pouvoir survivre dans les conditions climatiques extrêmes qui sévissent sur les
hauts plateaux des Andes : soleil implacable et températures élevées le jour, gel
intense la nuit, vents violents et soutenus
qui dessèchent la plupart des végétaux,
créant des conditions semi-désertiques.

Boosteur de libido
L´une des variétés plus appréciées de
maca est sans doute la maca noire, en
raison surtout des nombreuses études
qui attestent son efficacité sur la fertilité. La plante favorise en effet la spermatogénèse et la mobilité des spermatozoïdes. De plus, c´est un puissant
énergisant masculin. La dysfonction
érectile est un problème est très fréquent qui touche la moitié des hommes
entre 40 et 70 ans. Elle correspond à l´incapacité d´avoir ou de maintenir une

érection suffisante pour arriver à une
activité sexuelle satisfaisante. Les nombreuses études menées dans ce cadre sur
la maca noire indiquent des améliorations nettes de la dysfonction érectile
chez les hommes en quatre à six semaines de prise.
Chez les femmes, la maca noire régule l’équilibre hormonal. En plus de
soulager les symptômes prémenstruels,
elle aide à faire disparaître les bouffées
de chaleur et les sueurs nocturnes, diminue la fatigue et génère une énergie
musculaire et nerveuse, augmentant
ainsi la libido, parfois affectée durant
cette période.

Une maca de première
qualité récoltée au Pérou
La maca noire est une source alimentaire de qualité supérieure. Les analyses
de la composition chimique de la maca
indiquent que cette dernière possède
de nombreux éléments nutritifs tels
que : protéines, acides aminés, hydrates
de carbone, fibres, vitamines et minéraux.

On peut trouver une maca noire de
première qualité chez Native Delicatessen, importée directement de la région péruvienne de Junín.

Victime de son succès
Le succès de la maca fait que de nombreuses entreprises cherchent à la commercialiser, et ce avec des matières premières provenant de Chine... ou avec des
types de maca moins riches en principes
actifs comme la maca jaune ou blanche.
Les Péruviens se servent de ces types de
maca pour nourrir le bétail.
L’équipe de Native Delicatessen se
rend régulièrement dans la région, où
elle contrôle la récolte de maca. Les racines de la plante sont sélectionnées avec
soin et séchées au soleil pour être ensuite réduites en poudre. Dans les Andes
péruviennes, la maca est une réelle bénédiction pour les paysans, tant pour ses
propriétés nutritives et pour la santé,
que pour le bénéfice économique qu´ils
en tirent. l

François Lehn
VOIR ADRESSES P. 25

automassage

Varicelle
La varicelle s’installe brutalement, sans prévenir. Des boutons rouges assez discrets dans un premier temps, remplacés par
de véritables vésicules voire des bulles sur tout le corps dans les cinq jours. Puis vient le temps de la cicatrisation, au cours de
laquelle les croûtes qui tombent (qu’elles soient grattées ou non) peuvent facilement laisser place à des cicatrices indélébiles…
En attendant, chaque chose en son temps : pendant l’éruption, les démangeaisons peuvent tourner au calvaire avec, au minimum,
quelques belles nuits d’insomnie à prévoir. Sauf avec notre préparation !
l Votre massage aux huiles essentielles :
ENFANT (30 mois à 6 ans)
Mélangez :
– HE niaouli 5 gouttes
– HE camomille 2 gouttes
– HE lavande 2 gouttes
– HV calendula 1 cuillère à café

BÉBÉ (3 mois à 30 mois)
Mélangez :
– HE niaouli 2 gouttes
– HE camomille 1 goutte
– HE lavande 1 goutte
– HV amande douce 1 cuillère à café

Massez le corps, le thorax, 3 à 4 fois par jour avec cette formule.
N’insistez pas trop lors de l’application pour ne pas aggraver les démangeaisons.
Extrait de 100 massages aux huiles essentielles,
de Danièle Festy, éditions Leduc.s www.danielefesty.com


Aperçu du document alternative-sante-n-47.pdf.pdf - page 1/32
 
alternative-sante-n-47.pdf.pdf - page 2/32
alternative-sante-n-47.pdf.pdf - page 3/32
alternative-sante-n-47.pdf.pdf - page 4/32
alternative-sante-n-47.pdf.pdf - page 5/32
alternative-sante-n-47.pdf.pdf - page 6/32
 




Télécharger le fichier (PDF)


alternative-sante-n-47.pdf.pdf (PDF, 3.3 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


plantes bien etre n39
a4 dynaceau 2019
hygiene des cuisines
cours les fermentations alimentaires
gut brain
flyer terem farm 1 v4