Newsletter1836 .pdf


Nom original: Newsletter1836.pdf

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Scribus 1.4.6 / Scribus PDF Library 1.4.6, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 03/11/2017 à 03:10, depuis l'adresse IP 178.197.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 192 fois.
Taille du document: 1.2 Mo (2 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


Pauvreté : le retour des classes dangereuses ?

Salauds de pauvres !

- HTTPS://WWW.FACEBOOK.COM/CAUSESTOUJOURS

HTTP://PASCAL.HOLENWEG.BLOGSPOT.COM

VIVELACOMMUNE@INFOMANIAK.CH

Feuille à peu près quotidienne et assez généralement socialiste

Causes Tousjours

Genève, 13 Brumaire
(vendredi 3 novembre 2017)
9ème année, N° 1836
Paraît généralement du lundi au vendredi
(sauf quand on en décide autrement)

Au XIXe siècle, on prit
coutume de désigner
les «classes laborieuses»
comme des « classes
dangereuses ». Et de
fait
elles
l'étaient.
Mais au fur et à mesure de la construction de ce qui deviendra l'Etat social,
le danger s'estompa.
Or
aujourd'hui,
le
fantôme des classes
dangereuses revient hanter les nuits des classes
prospères : les pauvres sont de retour. Sans doute,
ici, aujourd'hui, ne meurent-ils plus de faim. Mais on
les revoit dans les rues. D'où l'on s'épuise à les vouloir
chasser. Et puis, derrière les pauvres, bien plus
nombreux, il y a les gens de peu, ceux dont Pierre
Bourdieu transcrivit la parole. Ceux là, on ne les
chasse pas. Tout au plus les contient-on dans leur
modestie. Car désormais, il y a les pauvres qu'on
chasse et les pauvres qu'on méprise : ainsi passe-t-on
du monde de Zola à celui de Houellebecq...
LE PAUVRE FAIT TACHE ET MONTRE LES TROUS DU FILET SOCIAL
a pauvreté, donc. Celle dont on
a peur, et celle dont on a mépris.
Il y a certes une pauvreté
v o l o n t ai r e,
as s um ée,
r ev en d i q uée,
proclamée : celle de Diogène, du refus
de l'aliénation laborieuse. Celle du
r e fu s d e l a n o r m e s o c i a l e . C e t t e
pauvreté là, celle du mendiant, est celle
des mauvais pauvres. Celle qu'on
craint. Parce qu'on en craint l'exemple.
Et donc, on va tenter de l'éloigner. Et
puis, il y a l'autre pauvreté, la gêne.
Celle qu'on subit sans l'avoir choisie.
Celle qui n'est un exemple pour
personne. Celle-là, on ne la chassera
pas, mais dès qu'on le pourra, on lui
fera lourdement sentir le mépris en
l aq uel l e o n l a t i en t . E n v o ul ez - v o us un
exemple ? La droite, accidentellement
majoritaire au Conseil municipal de la
Ville de Genève, a voulu imposer que
l'allocation de rentrée scolaire dont les
familles modestes peuvent bénéficier
n e l e u r s o i t v e r s é e q u e s o u s fo r m e d e

b o n s à fa i r e v a l o i r d a n s d e s c o m m e r c e s
g e n e v o i s . P a r c e q u e l e s b é n é fi c i a i r e s d e
c et t e al l o c at i o n , q uan d i l s l a r ec o i v en t
sous forme d'argent, ils ne la dépensent
pas pour leurs enfants, ils la boivent
(on caricature à peine l'argumentaire...). La commission fédérale de la
c o n c ur r en c e ( C o m c o ) a m i s en g ar d e
la Ville contre l'irrespect de la loi qui
g ar an t i t l e l i b r e ac c ès au m ar c h é d e
t o ut e l a Sui s s e - o r d es b o n s q ui n e
s er ai en t v al ab l es q ue d an s l es
c o m m er c es g en ev o i s c o n t r ev i en n en t
évidemment à ce principe. Que le
système des bons soit méprisant à
l'égard de ses ayant-droit, n'est pas un
problème pour la Comco : elle n'est
pas là pour remettre de l'éthique dans
la politique sociale, elle est là pour
s auv eg ar d er l a l i b r e- c o n c ur r en c e - m ai s
peu importe : son avis a cette utilité de
confirmer qu'une imbécilité discriminatoire et stigmatisante peut, en plus,
êt r e un e ab s ur d i t é i l l ég al e.

« Si le socialisme est une pommade lénifiante sous laquelle demeurent les plaies, qu'éclate le socialisme » (Jean Sénac)

CAUSEs TOUsJOURS
N° 1836, 1er As
Jour de la Nativité de

Pantagruel

vendredi 3 novembre 2017

On a bien aimé l'interview dans
«Le Courrier» du 27 octobre du Prix
Nobel 2017 de chimie, le Vaudois
Julien Dubochet, professeur à l'Uni
de Lausanne et Conseiller
communal socialiste à Morges. A la
question : « Avez-vous vécu des
moments de solitude dans vos
combats ? », il répond : « A
l'Université, jamais. Par contre, au
Conseil communal, oui ». Exemple :
un débat sur l'introduction d'un
impôt sur les grosses successions : « Il
y a eu une très bonne discussion. Et
paf : exactement cinquante-et-une
voix de droite se sont élevées comme
un seul homme. C'était la guerre.
On ne peut pas les convaincre. Il
faut lutter ». Ben ouais, faut lutter.
Mais pour un Prix Nobel, peut-être
que le Conseil communal de Morges
est moins traumatisant que le serait
le Conseil municipal de Genève.
Plus loin, Julien Dubochet fait dans
la nostalgie désabusée : « Mai 68,
c'était une belle dégelée. Vous
imaginez un mai 68 aujourd'hui ?
Le étudiants qui ficheraient dehors
les pontes d'un type d'éducation
complètement gonflée ? ça serait
intéressant que nos étudiants fassent
la révolution et disent qu'ils n'y
croient plus ? Non ? ». Rêveur. va...
Un ancien cadre de la police genevoise,
aujourd'hui à la retraite, est dénoncé
pour des propos antisémites tenus sur
Facebook (émissaire) : « pourquoi on en
trouve de plus en plus (des obsédés
sexuels genre Weinstein) chez les
baptisés au sécateur ? Décidément, les
crochus seraient des adeptes ou des
addicts ! ». Commentaire de la cheffe de
la police genevoise, Monica Bonfanti :
«la police genevoise attend de ses
collaborateurs un comportement
irreprochable en et hors service ». Bon
là, c'est raté, mais comme le Céline au
petit pied a quitté la police depus huit
ans, « il est donc entièrement responsable de ses propos et en assumera
intégralement la teneur », vu que plus
aucun rapprochement ne peut être fait
entre les propos du retraité et la police.
Circulez, y'a rien à voir, ni à lire, ni à
entendre, le crétin, on le connaît plus.

Le Collectif d’Associations
d’habitant-e-s et de quartiers de
Genève
vous
invite
cordialement à la cérémonie de
remise des prix du concours des
pires projets immobiliers qui
aura lieu ce
vendredi 3 novembre à 10h
«aux Canons» à la rue de
l'Hôtel de Ville.
Ce concours avait été lancé
pour «récompenser» les plus
grandes catastrophes enregistrées
dans le domaine du logement.
Les nominés sont visibles sur le
site
www.immobilierlautreconcours.ch
L’annonce des résultats avait eu
lieu en fin de la manifestation
«Prenons la ville» du 7 octobre,
mais les prix seront décernés
aux heureux vainqueurs ce
vendredi.
A Genève, une table ronde
organisée par le Conseil d'Etat
avait réuni partis politiques,
«partenaires sociaux» (syndicats
et patronat) et communes en 2016
pour tenter, vainement, de
dégager un consensus sur
l'application cantonale de la
réforme fédérale de la fiscalité des
entreprises dans sa version RIE
III. La réforme ayant été balayée
par le peuple, le Conseil fédéral a
remis l'ouvrage sur le métier à
tisser des consensus et propose une
nouvelle mouture de la réforme,
baptisée PF17. Et du coup, le
couvert a été remis sur la table
ronde cantonale. Et le PLR, qui
avait soutenu la réforme
précédente, et avait donc été
désavoué par les citoyennes et
yens, appelle par la voix de son
président,
Alexandre
de
Senaclens, les candidates et
candidats verts et socialistes au
Conseil d'Etat à défendre la PF17
auprès de leurs partis et de leurs
bases. Avec comme argument
massue : « pour Genève, PF17 ne
change presque rien par rapport à
RIE III »... Ouais, ben c'est assez
mal parti pour le large front de
soutien à la réforme : on voit mal
en effet pourquoi, sauf à vouloir
vraiment faire plaisir au PLR il
faudrait soutenir un projet qui ne
« change presque rien » à un
projet qu'on a combattu...

AGENDA
TOUT LE PROGRAMME DE
L'USINE ET A L'USINE

www.usine.ch www.ptrnet.ch www.lekab.ch
L'AGENDA CULTUREL ARABE A
GENEVE
http://www.icamge.ch/

JUSQU' AU 18 NOVEMBRE,
GENEVE
Soulever la politique

spectacles, conférence, colloque
La Comédie
www.comedie.ch
MERCREDI 15 NOVEMBRE,
BERNE

Centenaire de la Grève Générale :
origines, conflits, conséquences

Colloque historique
de 9h1 5 à 1 7 heures, Hôtel National
www.generalstreik.ch

VENDREDI 24 NOVEMBRE,
GENEVE
Hommage à Violeta Parra

Dès 1 7 h. 45, Salle Frank Martin
(Collège Calvin)


Newsletter1836.pdf - page 1/2
Newsletter1836.pdf - page 2/2

Documents similaires


newsletter1836
newsletter1823
newsletter2132
newsletter2073
newsletter1969
initiative police municipale 2013 1


Sur le même sujet..