Newsletter1839 .pdf


Nom original: Newsletter1839.pdf

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Scribus 1.4.6 / Scribus PDF Library 1.4.6, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 09/11/2017 à 03:39, depuis l'adresse IP 178.197.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 168 fois.
Taille du document: 1.3 Mo (2 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


Notre Mur des Fédérés à nous...

9 novembre 1932 + 85

- HTTPS://WWW.FACEBOOK.COM/CAUSESTOUJOURS

HTTP://PASCAL.HOLENWEG.BLOGSPOT.COM

VIVELACOMMUNE@INFOMANIAK.CH

Feuille à peu près quotidienne et assez généralement socialiste

Causes Tousjours

Genève, 19 Brumaire
(jeudi 9 novembre 2017)
9ème année, N° 1839
Paraît généralement du lundi au vendredi
(sauf quand on en décide autrement)

Chaque année, au
printemps, la gauche
française célèbre au
Père Lachaise, devant le Mur des
Fédérés, la mémoire
de la Commune de
Paris. Chaque année,
à l'automne, la gauche genevoise célèbre
à Plainpalais la mémoire du 9 novembre 1932. Ce n'est pas (quoique...)
que nous cultivions l'amour des rituels funéraires et
des commémorations des douleurs passées, c'est que
nous avons l'exigence de nous souvenir d'où nous
venons. Surtout en des temps où nous ne savons plus
vraiment où nous voulons aller. Ni même toujours où
nous sommes. Voire, parfois, qui nous sommes.
Rendez-vous ce soir, à 18 heures, devant Uni Mail.
UNE COMMÉMORATION, C'EST PARFOIS AUSSI UNE MISE EN GARDE
enève, en 1932, c'est le champ
d'un affrontement politique pass i o n n é en t r e un e g auc h e et un e
d r o i t e ég al em en t r ad i c al i s ées . A l a
g auc h e d u P S g en ev o i s , l ui - m êm e
an c r é à l a g auc h e d u P S s ui s s e, l e
syndicalisme d'action directe de la
F O B B et d e l a L i g ue d u B ât i m en t d e
L uc i en T r o n c h et et d e s es c am ar ad es
an ar c h o - s y n d i c al i s t es d o n n e l e t o n
d'une lutte de classe menée directem en t s ur l es c h an t i er s et d an s l a r ue,
contre le patronat (mais aussi contre
les syndicats chrétiens, alors corporatistes). A droite, les deux partis trad i t i o n n el s , l es r ad i c aux et l es l i b ér aux ,
s o n t c o n fr o n t é s à l a fo i s à l a
concurrence de l'Union Nationale de
G e o O l t r a m a r e , o u v e r t e m e n t fa s c i s t e e t
à la tentation de s'y allier face à la
m o n t ée d u P S. L e m as s ac r e d u 9
novembre est le moment paroxystique de ce conflit politique -dont
on n'aura garde d'oublier qu'il se
d é r o u l e s u r fo n d d e c r i s e é c o n o m i q u e ,
d e c h ô m ag e m as s i f et d e d ég r ad at i o n
d es c o n d i t i o n s d e v i e d e l a m aj o r i t é d e
la population. L'extrême-droite convoque une assemblée publique de
« m i s e en ac c us at i o n d es s i eur s N i c o l e

et D i c k er » ( J ac q ues D i c k er , c o n s ei l l er
politique de Léon Nicole, étant particulièrement coupable puisque d'origin e j ui v e uk r ai n i en n e) . L es s o c i al i s t es ,
q ui o n t v ai n em en t d em an d é q ue l a
Ville ne mette pas la Salle communale
de Plainpalais à disposition de l'Union
n at i o n al e, c o n v o q uen t un e c o n t r emanifestation, soutenue par les comm un i s t es et l es an ar c h i s t es . P an i q ué, l e
Conseil d'Etat fait appel à l'armée en
invoquant le risque d'émeute. Une
centaine de soldats inexpérimentés,
sont expédiés à Plainpalais. Houspillés
par la foule, ile reçoivent l'ordre de
tirer. Et ils tirent dans le tas. 13 personnes (dont le président du PC
g e n e v o i s , He n r i F ü r s t , e t l e m i l i t a n t
s o c i a l i s t e Me l c h i o r A l l e m a n n , m a i s
surtout des passants et des spectateurs)
s o n t t uées et 7 0 b l es s ées . V o i l a, s o m m ai r em en t r és um és , l es év én em en t s d e
1932. Commémorés, ils sont un rappel
et un avertissement : un rappel que
même ici, l'histoire n'est pas un long
fl e u v e t r a n q u i l l e , e t u n a v e r t i s s e m e n t
qu'elle peut se répéter. En farce ou en
tragédie. Une commémoration, c'est
aussi, parfois, une mise en garde contre
les bégaiements de l'Histoire.

« Si le socialisme est une pommade lénifiante sous laquelle demeurent les plaies, qu'éclate le socialisme » (Jean Sénac)

CAUSEs TOUsJOURS
N° 1839, 7 As
Jour de St Cyrano de
Bergerac
jeudi 9 novembre 2017

Pour se réfugier à Bruxelles, afin
d'échapper à la justice espagnole, le
président catalan (destitué par
Madrid) Carles Puigdemont a
rejoint l'aéroport de Marseille par la
route. Il aurait pu prendre d'abord
le train pour Perpignan, en
Catalogne française, et dont la gare
a été proclamée centre du monde
par le Catalan Salvador Dali. Faut
tout
leur
expliquer,
aux
indépendantistes...
Les parlementaires fédéraux udécistes
romands avaient tenté, le mois
dernier, de faire un peu parler d'eux
en faisant mine de revendiquer la
présidence du groupe UDC aux
Chambres fédérales. Faut de poids
suffisant et de candidatures crédibles, ils y ont renoncé. Et devront
se contenter, le 17 novembre,
d'essayer de peser dans l'élection du
chef, en choisissant l'un des trois
candidats (tous alémaniques) qui
briguent la place, et d'essayer de faire
élire l'un-e des leur à une des quatre
vice-présidences du groupe. Eh ouais,
quand ça veut pas, ça veut pas...

« Je dis qu'un jour
quelqu'un se
souviendra de nous »
(Sappho)

La commission des naturalisations du Conseil municipal de la
Ville de Genève ne nous décevra
jamais, comme productrice de
petites Genfereien ne méritant
pas d'être proposées au classement
annuel du comité occulte, mais
tout de même capable de nous
égayer. Ainsi, l'année dernière, le
président PLR d'alors du Conseil
municipal avait-il déposé plainte
contre X pour violation du secret
de fonction, après qu'un article
du « Courrier » ait évoqué les
conditions dans lesquelles la
commission des naturalisations
avait donné un préavis
défavorable à l'octroi de la
nationalité suisse à une candidate
coupable de porter un foulard sur
sa photo d'identité, de se
promener enfoulardée et de
travailler sans enlever son
foulard. Bon, comme de toute
façon les préavis de la commission
municipale des naturalisations ne
pèsent rien et que tout le monde
s'en fout, celui-là n'avait eu
aucun effet, mais la plainte avait
quand même été déposée. Et
comme le Procureur Général,
Olivier Jornot, a pour principe,
louable, de traiter toutes les
plaintes, il a traité celle-là.
Comme il se doit. Et après avoir
entendu quelques témoins, et une
possible accusée, vu le vide sidéral
du dossier (et des témoins), il a
classé la plainte. Et une bonne
chose de faite ! Reste plus qu'à
classer la commission elle-même,
mais ça, ça risque de prendre un
peu plus de temps, vu le nombre
de berniques qui s'y accrochent.

AGENDA
TOUT LE PROGRAMME DE
L'USINE ET A L'USINE

www.usine.ch www.ptrnet.ch www.lekab.ch
L'AGENDA CULTUREL ARABE A
GENEVE
http://www.icamge.ch/

JEUDI 9 NOVEMBRE, GENEVE

Commémoration du massacre du 9
novembre 1932

1 8 heures, Uni Mail

JUSQU' AU 18 NOVEMBRE,
GENEVE
Soulever la politique

spectacles, conférence, colloque
La Comédie
www.comedie.ch
MERCREDI 15 NOVEMBRE,
BERNE

Centenaire de la Grève Générale :
origines, conflits, conséquences

Colloque historique
de 9h1 5 à 1 7 heures, Hôtel National
www.generalstreik.ch
DU 17 NOVEMBRE AU 3
DECEMBRE, GENEVE

Festival Filmar en América Latina

www.filmar.ch


Newsletter1839.pdf - page 1/2
Newsletter1839.pdf - page 2/2

Documents similaires


newsletter1839
newsletter1782
newsletter1875
newsletter1862
newsletter1732
newsletter2103 1


Sur le même sujet..