EMANCIPER L’AUDIOVISUEL PUBLIC .pdf


Nom original: EMANCIPER L’AUDIOVISUEL PUBLIC.pdfTitre: EMANCIPER L’AUDIOVISUEL PUBLICAuteur: Fifi

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.12.6 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 15/11/2017 à 18:59, depuis l'adresse IP 90.90.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 272 fois.
Taille du document: 33 Ko (1 page).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


EMANCIPER L’AUDIOVISUEL PUBLIC


Les fuites récemment parues dans la presse sur les "pistes" envisagées par le Gouvernement
pour réduire le coût de l'audiovisuel public montrent que celui-ci n'a pas encore compris que
dans ce domaine, l'efficacité passerait d'abord par l'émancipation. Certes, les conseils
d'administration des organismes se verraient confier la responsabilité de nommer les
présidents (ce qui implique une profonde transformation des modes de désignation de leurs
membres) et c'est une bonne chose.

Mais pourquoi ne pas leur faire également confiance pour gérer ces sociétés, dans le respect
des missions générales définies par les cahiers des charges ? Pourquoi s'en remettre encore à
des analyses bureaucratiques, déconnectées des réalités opérationnelles, et à une procédure
budgétaire opaque et déresponsabilisante ?

Il suffirait de rendre transparente l'attribution du produit de la contribution audiovisuelle
(redevance) comme le font les Allemands, en fixant une attribution en francs, votée par le
Parlement, de chaque montant perçu. Ainsi, pour 139€ versés, 93 iraient à France télévisions,
22,50 à Radio-France, 10,50 à ARTE, 10 à France Médias Monde et 3 à TV5 monde. Cela boucle
l'équation financière du secteur, à condition de financer l'INA sur crédits budgétaires (la
fameuse, trop fameuse TOCE), ce qui ne serait pas illogique compte tenu des missions de cet
établissement.

Ainsi, les pouvoirs publics pourraient se consacrer à ce qui doit leur incomber : définir la place
et le rôle de l'audiovisuel public, dans un monde où le marché, stimulé par la technologie,
propose aux publics une offre toujours plus large de contenus. C'est l'objet des cahiers des
charges. Ils pourraient notamment se dispenser de passer des centaines d'heures à négocier
ces contrats d'objectifs et moyens, dont l'intérêt est faible et la portée réelle voisine de zéro.
Un plan stratégique élaboré sous la responsabilité des conseils, suffirait à tracer une vision de
l'avenir à moyen terme.

Ainsi, les responsables des organismes pourraient rechercher en interne les voies et moyens
de l'amélioration de l'efficacité en proposant aux collaborateurs un pacte social clair : tout
gain de productivité serait affecté à un meilleur accomplissement des missions, et non pas
capté par l'État, au travers des habituelles manipulations budgétaires.

Ainsi, le téléspectateur saurait clairement combien lui coûte ce service - 7,75€ par mois pour
les programmes de France télévisions - et serait en mesure d'apprécier, en particulier au
travers de la représentation Parlementaire, si la valeur créée est à la hauteur de cet effort.

Il reste bien sûr à imaginer comment muscler la création audiovisuelle en France. Ce sera
l'objet d'un prochain post...




Aperçu du document EMANCIPER L’AUDIOVISUEL PUBLIC.pdf - page 1/1




Télécharger le fichier (PDF)


Télécharger
Formats alternatifs: ZIP Texte



Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.009s