Le salut biblique et l'annonce de l'Évangile (J. I. Packer).pdf


Aperçu du fichier PDF le-salut-biblique-et-l-annonce-de-l-Evangile-j-i-packer.pdf - page 5/32

Page 1...3 4 56732



Aperçu texte


A.

« La Remonstrance » ou arminianisme
La théologie de « La Remonstrance », connue sous le nom d'arminianisme (tiré du

nom de son principal promoteur, Arminius, 1560-1609), a comme fondement deux
principes philosophiques :
a) la souveraineté de Dieu n'est pas compatible avec la liberté humaine et, par
conséquent, avec la responsabilité de l'homme ;
b) elle réduit les obligations de celui-ci.
Le qualificatif de « semi-pélagianisme » est ainsi tout à fait justifié. De ces
principes, les arminiens tirent deux conclusions :
a) la foi étant, selon la Bible, un acte que l'homme accomplit librement et de façon
responsable ne peut pas avoir Dieu pour auteur ; elle surgit indépendamment de Dieu ;
b) la foi étant obligatoire, selon la Bible, de la part de ceux qui acceptent l'Évangile,
croire est une possibilité universelle, offerte à tous les êtres humains.
L'arminianisme soutient, aujourd'hui comme autrefois, que l'enseignement biblique
s'énonce de la façon suivante :
1. L'homme n'est jamais atteint par le péché au point d'être incapable d'accueillir le
salut qu'on lui présente ;
2. ou sous le contrôle de Dieu qu'il ne puisse rejeter celui-ci.
3. Dieu élit et sauve les personnes qu'il sait devoir accepter volontairement le salut.
4. La mort de Christ rend seulement possible le salut de ceux qui croient ; elle n'est
garante du salut de personne, car elle n'assure pas le don de la foi (un tel don n'existant
pas).

~5~