Fichier PDF

Partagez, hébergez et archivez facilement vos documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Boite à outils PDF Recherche Aide Contact



L'Arabe du futur 01 .pdf



Nom original: L'Arabe du futur 01.pdf

Ce document au format PDF 1.6 a été généré par Canon / , et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 19/11/2017 à 18:58, depuis l'adresse IP 159.33.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 5869 fois.
Taille du document: 27.3 Mo (163 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Riad Sattouf

LARABE

DUFUTUR

Une jeunesse au Moyen-Orient (rgl8-rg84)
J/\

Attary Éditions

Chapitre

r

Je m'oppel\e Rsd. En

,1980,

jârnrs 2 crns eb 3'éboo un

WW
w;w=

y'

JL,ffiLe

o

lreulitv<træ'"ra

'r

6$eudu de tifrr^,L

\(,,*W4*e

-z

A cetÊe époque, le
brou,ttor,â

1d.l,ÿr- avtSr"fu

<-

z,lA&e+

hornrne- p«Çork.

rnonde étoiE trn
p""diu de gdorrts qdmiroti8s.

de tno borrche
pro\oquoit l'étonnement ek lo .ioie.

Toub ce qui Sortoib

Quresb-ce qu'il e.sE
gosse!

beo§

[[«t'oiL
tlon! tl m'd.,i

APdrlel

Les Çemmes vou\q\«rL
mâvo,r

dcrtns

tpu\es

\curs bros.

9",rW

ùr.$Mrr

ù

oH MRis Quer
v Rl't0uUUUUR

l2

3e nUbois corrScient que quelqqes
heqre5 por

jorr,

je

rvrcris

c,étoit

sotois bien
commmt loire dom lq vie.
SuÇÇisovÈ'

o'ébqis t/enÇont unique de

qui erræ

rnes parents,

oussi

Tn'oduloienb.

Mq rnàre

verroiE de

Bretogne

et foisoit Scs études b poris.
t'lon frre étoit Sgrien. '
\\ verroiL d'un peLik, vi\bge,

emr.ra+, ntat-ft"^I?fc&,
rflwtv 41w
," d'q

près de t\omi.

SoluC go vo
6'Pe*s
dveg ^
vcu$

ry

c'dtoiE
i\

qn é\èJe brit\anb,

po'rr venir étudier à \o'
Sorbonne. lls se sonÈ,
lenconEr4s ou restâuronL
Uhiversitoire.

?

et

qvait obtenq une boursq

oh\

ncn,lq
\ound

(

\\\r}

\\
Ér"
c'étoiL crr déUut

des crrnées ?o.

Bijo.^c ;'m hpgette
aLFa;D

Abde\

-Rozoh,

.-_

l4o.? J'oi

pos

de vpm.

r Ho q^i? c'esb

Et toi? -Tq Voppet\es
Covnrne el\e.

J'rn'opçette

comme e\\e.

"KomeL'! eurest-cr.
q,re c,est jouli !
c'est fronçois ço?

.'lou[ §d! c'esL

âqrieoitt?

Non, oktends, on

veue monger
trorrauil\es. -tirr

trr restes tb.

6

lOu Veor.d,ffi |'lo mère arb pibid de tui. Elle esb otlé q,r rendez\,ous b lo g\oce de So copine.
1$ h$res HO$L-^
L'oæio\

^^À"
È1/-æ

tlon Ère foisoit une lhèse
«r hrstoire corrLernporoine.
ll verroît d'une farnille
Swrnit-e très pouwe et
odoroit lo Frqnce,.

C'étcrit en '197{.

étoit"à t;Ét9ide.

Lo Frqnce, c'est-meweill«r
cl.rqcqn,\l pcut tùire tÉut'
qi 'eSt-ce qu,il veu!rci I

tcs R«tsois, ouç(
lrs relcrtiôrs)gz'grt

-q
l--'

!r

Ère

étoie obseâC, depui5

touirurs, Pov t'ideê de
dwenir "Docteurl,

g§tr p* p:r

lTtoir

le song

.lhi
kr tÊtr- qri
-s'wEL
àt,qrrntrJ

puis, en 't9TJ comme tÂ{5
les jerxres Sgriens de sq
gCne-rotion, il ovoiL bronstorrng lo dé$oite orcbe
de to gueffe du Kiçparç

eh §presqûe victoire/.

f€ndont

cleu':c iorrrS, les

Éggpllg1l _q le§ syrieÀ:
oiÉ'avoncd dons leSinoi et.dons te colan I
Les

I T,frÀo'

7t( \

r,ïl

/

coTnme il

Odmit

lo potiLiSer i\ oroit

fqit

Le lrrreuæ, poqr êbre doctsff

c'est médèin,...1'1os

At4,

F

$uretot intewomg*s

plui -vanlu

ÇS

f^on

üitrtitulé delo lhèr C'esb mo nÈre q.^i
itoit,t'l-'optn'on
t'otopeÉ à lo rrudrïrtpublique ârongoisr eL c'àst elle qui l'o'
h l'égard de
rendqe intr.ltigrbte.
l'Anqleterre. de
/r9{|t à {5{É.',/
"Les rekrtions

Georqes Pomodoq

htstoire.

tlï*oire, c'est bien poqr
toïre de to potitique !
-

Çomqe Eor.l/pgurroi
dev;pir, Ë.iü-'êbre,
présidenf hrh,_!_r

En ,t96T, il ovoiL étl toumabisC
por lo gr erre des giæ jotrrs, où
t'Eg5pte, lo Jordonie eb lo
Sgrie ovq\enE, éte dcrosés
por lsroêl .
)e chqngeroS torrt cYrez les
Arobes! Je forcerais euæ à
oftQtrr d' être biqots, qqrils
s'édqqreYlt et enürenE ilons
le rnohde siàerrt, ,.
Ja serois qh.
bon Présideq

Puis

i\ qcreq

LAn cessezle-{eu .1. gt c'est tà

que \es tsroé\iens

càntre - a*oquC/ I es

\àchest. o\1 \es

Presque

crvÔrE

l.

f6r prochorne

.ÇorS.5ero

onE

.,

td/l

Pourtcrrrt,, it ovoik 4o',t SeS
dtrdes à lrdtronger pour
luir \e service rr,itiLdire
_sgri?!, eui durcrit plusiarr
onnees,
1-gg mi\itoires
des obrutisl

lsYoê\iens.

étoient,

çe'r'dus

!

Lr.-

e(1a15
l*" n
ôo'r.rmïiruen I

r'566sroble" !
.s tronorobte"! c'est nul,
les
f€ticitoeioru du jurg
3or Pos

\\ dcoutoit Rodio
Corlo toutr
lo journde, eE comfnentcrit t ut, @tnvne
S'il f,oisoit por[ie

S'msuivie une
période où it
êtcrit un peu

{978 fub t'onné de rîq noismnce eE
de lo soutenqnee de sq ttrèse.
iaon pre est en8;,. devenu docteur.

l,tonke-

dipriroel

û^ débat.

t

È.ffi"Hf#
ô:Ïl:"1u"ffi

tluit, qns

&

thÈse pqtr

æ

'

Crtk. aqiwrd'lY1i

qrhu

Zq sig9 I€':i3ts_qe
bür-, ü comp Dovil, errhre
§odotr,Cor&ret Bqgih

^

r

ieryeffi
Finolement,

il

prdserrto

plusieurs
qnïvcrsibés européennes poqr
Sa

:,.CeSt ou tpur des pqqs (
crrubes de reïeter ù

\ls ont SoiE une
d btthqraplne
bfoute
wron rpmrâorrs

b

sq cqrdidotuie

venger de Iq Frunce.

5

11 Ligue âqobr

Tiens, oxtotd me Fropose I
un poste de _qo§ç--o§,Sfirt
IA

Voiù,

CLASSE !!T

ffi

i:r 3ËJ.r'

puis, un joÂr,.,

târnis

pcts

U irnotn Ktrotrcivya

est

orrive- en Fronde, or)

diÊ, rrro§ .1âi postuld

!!! ef.il§ one
firTrigdi, en Ubge
oaepÈC ! rS tns proposent un
-T iDste de Hoître ! m
Remrde, ,ls orrt rnis

iig[ct«rr

êldet-Rozah

SottotrÇzz gut

trenvetoppet

étudie

BRAvo]

ffi*ü+i
Je

trunrtrimiti tbéom de garr
sroélo- éggptien. La

1

il o trouvd
Neotrphte

- le

reQuqe h
-ctüteüu,,

op.rès'. ovoir étd eæpulsd
d"lrok por le v,cQ-

pre8iaerÈ Sqddom

'tluSgin,.. i{ÉlF,.-:q-l

fl1 6romahg L
èn

Fra(,,! -',^r

ôffi*.s

tæs Chiitcs,

qutlle horretrr!

*{3,uü:ili'

4;*s@

S"gËtr

les

Sru*ri

J*

Ànuqro
lzrôrY

iû,ri
i

,"C

l.'

.,*isr

i oot"os-.

-'

€:t4p^,

rl

Hcn Ère étoitpour le ponll dbo,t obséde'por
'
I'dducotion des Arqbes .
ll pcnso,t qtre l'hommeorqbc
deroib ÿcJûuquer pcrrr Sortir
de l'obscurontism{ çetigreux.
crrobsrne.

Reqotde ceb

-eonStxrriL_

De no,Ere

orrivé

ll devait noqs ewrYsemr
à notre vnoison,

dons hoLre
Éag des mosses

S.enverluc

odropott
'des

por

--4

ffi{
À

l'inb*ieuç Cdtot pune,

et de lrean gouttüit
du p\o$onô.
c.'esL

lien, il ?1",t

.lo[o§rE w

àTripoti,

dtun
ie rne scr,rviersquec
t5pe cktoure,
des
ve(rrcs portcrrt.

ll

po*e de lo
&oic Èrrné por

plerrvoit. eb ta

vnàison

unq gYoss€. choîne.

B,q. sÎrr, c'esk qrotuit! L
Étot-des ft osseP

Dcrrrs ncke

Ëiüràiiei,rél.semerts
i Spnt groturtS

PoPuloiY6

m
/

"t!-y -v-lË,

Tier§. vatà te
§Éit.
livre vert'j

tâ etr,&. 5 ercpceR
So visim & to

ê

SociêkC
dR Io
dérrocr,ofuie.

fiiffir
Attqrds,tq ne yn'os

pos d_onné \es ctés
mon fÈre

t

Le Cxri&. o oboli lo propridtd
prirreê- Dons hctrre

Étst

aes

poflrloires, les rnoiscs
lhqp:s
sont U til\È te rnchite.
.

lci,brt \emonde <r
un tort., doctsrr.
Tqrt te mcrrde wrcmqe
b u {oirm, tout \e -

[n Liq5e esL. Ie potrs le
?| Plus ovoncd dq' :
, monde.

-tq $emme n'otrro
gu'à î«rrr« le- loqueh
&ins \o 3urrrÉ.

cornpte

l. t5f. pûb, ll en «r Sorti Son
o posC So tsureou hoîr en
plostique porte Im\\ektR. exr làtn cuir
Srrr kr tob\e.
bonheur,..'
Une Sis

-I

monde trovoille,*

...

rYpn pèye

n

I

gonne

grrh
eL tfo posd
I

tetd.

da,
1=:a

Celo Siqniçioit, Eüy
Ynorr ÈË, qu'it'érqc
Clree

lui.

Ensuite, lo pluie ÿe* orrêtÉ et notrs Sotnmes olle6
§oire un tour dorrs noLre houveou qrrortier.

Regonde Riod !

Voi\b XodhoQi.
c'est un qvqrd
çrCsidenUorqbPl

,

JouYn€€

l'lon père hous cl ernmené rpir l'université,
quï étoiL b ô,te-. Etle oussi étcrit, üorrne.
Elte sembloit r€uve z Frqis des .Pissures
courqîenL portout sur [a {rçode.

it o vu qqelque

Sotrdoin,

r"ris

chose eb s'est,
vers des crrbres.lt ovoiE.

b cottir

I'oir 'lçÈs

heqrg.rx.,

"#
a&

\\
?rlu"t*

'!//l

'4

Æ'il
ffiffi11,
----PErn de petits
fruiks rrorrs et

Poitus sonk,tomb6.
C'dhientdes rnùres.
Qr Sqrie, dors

rrrqr

vilhde, crr oppellq

g aËs'"totrtè1fr

Mon père en q mongd
une àizoirn d'un ccup.

Ensuite, il

Je vogois lo purê du
fni,b Sur So longue, ctr

bàtoh dons
Yorbre,.,

il ne Qermnit jomo\s
\o bouche q«rd r\
tnàchoib.

o lqncd

de nouvequ un

,

t

1

'o

13

foit

Hi hi hi

?
a

sflË ft

Et, nous o
goûter.

Quinze

I

æ-tr

,..

Que 3'en

drs

gwis

iros- vu !

I

9"

quond nous sornmes revehus b lo moison, rræ bogoges
étoient bren rongds devont lo p*be.

Bon iour wpn frère,

CéÈ pourquo

?

On d,ro,t que Ie
\oquet est' fermé I

Bonïour

wron

$ère, qu'e.st-ce

qu i,1{os .n"= m"ü ltlois,vnon fêt", Je SuiS
rnoi l. Lo
ehez

moisort
vlde,.. Le, Guide
o donné te dro\t à tpus
tes crtogers d'hobîftEr

étoit

\q: rrni5ons

\l

üe suis dod,errr à t lunïvetsrtd
rno!.;e rns ollqà lo
c/esb r-s lo Eihe r
,;e uri§ polic.rer. -.

Quand wrcn pÈre Se senloit
humilid, 'rt y€gprdoik toqiarrs

tes putes,
ÿo, pougsc
qou\rQr

Qq'esbce qrr/ qt vq
T{orre ? I-

tu

voS

LtrR.

rnôison rrrorr$ère.

;

br

inoccupéer,

srris tien.

ou loin, o\reg un petib
Sour\væ,, .t Se grottort. le
nez en ren\Çtonb.

<>.>

ô

s-i;.sryry

\:>
<_a

ry

4.e=.égque.,i'"14ij
de
tnol à foire lo différencc- errtre le'
rève ek lo ndolité, surtnnt[ lo nuit.

...Quond SolCoin eporoissoit qn
tourequ incrogobtè .

Por eæ.ende, je. rnorchois ddns
de5 coreloiv§ Sqns plaÇot1d,
dcloinds b lo bougie ...

à crieç mors oucuh
Son ne Sortoit de rrro bouche.
Quond ie rne retournois poür fuir,
un deuæième toureou etoie derrièÉ,
ef rne bloquoib.

Je- me mettois

/ &'^

r'

--rals.hh! I

Les de,r:c bètes me chorgeoierÈ dR tor.rtR,s
teurs forces , ..

moin gé«rte me
Soisissqik. et me Souvqit
ou dernier rnomenb.

.., Ynois une

ll me reposcriE, dons

Cétait lo mqin de rvpn

père.

tnon liL ...

.,.

ef

lo

Se remethoiE
tætévision.

Diqr est. \e- plus qrahdt §l §ierr est
\e flus g«rldSll rlesE qrr-dessus
des ogvcssarrs n5f {
{esil cqnpptsrneillarr
et est'te
!1

olliC des oççrin6

Mon frre cruort rebroqvd
un tdrt, petit oppor(e§\ent
don5 une qif{ pour

eæpotxiés quosi-adserte
et \es <rrwres, je
n Avc, \o §oi(ron
rrl l-l
dé§enÀroi ç'oYi Frr>
n
PaJS !I frl
ïO e,\endyor
d€ fr \k&ik.' Et lo

trr1n;rère

i gvittetu dors

rvu

.1!

.

i possoit, tout le
ternps h 'lo télévision .

Norrs dormions tous
dons \o vnêrne piè<e.

Kodho$

chfità oves- §^oil. 5l clrot(ei
Sû,qlstliericsC te çlus j

ô

ovq- tnoi ! 5f fiierr est \e plqs

51

ï',or\âe , \àve le: t{eur. et <iæ,rtel
fl t L'arvtret de \re-nnemi es\ evr

§I'emin, Sorhoitcr*

me

àitruiret Jl

fr

l-l -

rÏTrrrrrn
rrnTnTn

,aaa

raar

rrrrT-rrrTl

_
Je t-rcuvois Qu'il
tne ressemb\àit.
Avec to véritÉ

Il

eÇ ovec

rnon gistolcÈ F Je
\tpoussetui l tZ t

t<

l-lf

-Comrne rnoi, i\ q ovoiE
pte.rn dg gens "qui le
ContemPloient, eE Qqi lui
Sourio\ent touc le tetnp:.
chàtcz âvà r.a!fl ctàntij
ov«. Yrloi ! rrl Dieq est te plus
gvund!fr^^13^IIl^^r

J'oimois bien le regonder.
Dieq €st orr-dessus & nlingorte
ogresseqr III ct 5i ; devos
^qrel
etre tnCr je le
ovGc- rci!
t111erqs

Iles pqrents s/e*rmoienE

to tClëvisior.r...

Pos moi !

devqnt

1èt r^n robot, mon père
olors

h

porler.

Se

ynettoit,

çrr... t\ &oit u(8.'. une §ois...
7-

,J

"ll étoit

une

îoS

PeÊit, renordeou

qn
w

,

qui vivcHt ovec Sq
{omitle de fenqrds.
l\. ovoit plein de {\èvrs
€.tr Sætr6, et. tui c,*oit
le peLit ...zzz- ---

..

"...its vivoienb dqns
uyr trcu Sons lumiète
et -ils clvqient toqs
très {bim...-,,

Yg*._-_-}

\\

',ul/^t\n4,iù"\yr

R.112+è

ils sortoiqrrt
chosseÉ 1qs Poul€s
d'eorr ... È1ois ll q en

'1.. AlorS.

ovoit

;e[ lr"

il

dvo,t\-

t<llemerrt f-oim .,. zzz_
Qu' il S'enàorrnoit

pcrs... AtotS its

otlcrigftt plus loin...
Et ils cublioienc te
Pc$e renordedu,

qri reruit.t trt,Srl

§Mâ & -'-tÿ1
Comrne

si de rien n'etrrit, il

[tt[iâ!.HèY"*'

o

e

dé but,

t'Le \ivre vetE" de l,touornmor
xodhcl$i dt-it. un petiE, livre q,^i
ddtoillcliL la pc-nsée
'toL\s du Guide
sur
tes ujets .

s

'"r

prÈme

s

la
oh vo pos
'cette

" l a rnoison est à
ôet* qui I hoUiæj'

dit Kodho$i

ffi
ffi
En 416?, t<odho8i ovoit
rehv€ksé'le vaoi Idris Ic'
por tln coup d' Étot,
iuosirnent scins viotence.
t'
Lbss"tblé populoire est

Ltne fepfdsenk'okiorr tfornpPus€
du ocùpl€. Ld simPle eæ.isterrct

pos
"ll tresb doneque
lcl

foisohrxobte jusÈe
soic
6f6fi6rcrotie
-1-t6porog€. d'qq pet,_t
qrôupe de dePuteS
âevoht ogir àu nom
à'es rrosst§,l* Pouuoir
doit Être entièremenk',,
geluï du peuPl+..,

dg:'

poÈlementS, Sors-tend
t'àUsence du peuple',' //

P,r,s

il ovoit nobiorrotïsd

tes entreprisas PdtYolières,

doubld les solqires,
troqsPorroq' les polois
en 6otes eE irnposi

ti es[

rndfih

I

It ovoiL Serrod to,^s les ,
bors, boites de nuit,, co8es,
restouronts, désormois
eorrsidireê comvne des tiQr^r

de

débouckre.

l,orabe cotnyr;e longue
univerSitoire,

\t

\t Lo{emne, cot''me l'homnr,

hoqmes/ otrt !e_u,r§
13!,
yègles choqüe rnois.z

est. un ètre humoin
tl

n'gd

ef,\

, J

ceei crucun

Selon les qqne'coloqres,
les {emmes Iti to di§tîe'rcnce

Quitter

,..

-



It ovoit d'ob*d dte-très
oporÉ,ie- des occidentout.
il 'n'ovoit, oos toueYre' à
leurs int/êts.
H4.,. A oropos d"s
femmes,,tvoions ce
qu til diL

,.,

ll oossoit oorrr être

trts

cro.rqhL. lt dtoib
cehse uwe dclns unQ
t€hte eb boïre du toiL
de choYnette choque
a

.J

a

rnotin.
t

a

femvne est

a{Çect,reuSq

betle/ gltno'tive et croïntive,
ôrel, lo Semme est doree

brutot,"eêrtk !

àE I' irovnrnq

Kodhosi eL mon Ète portoqeoiehe h
rnême odtnirqtion' potri- GorrÉt Abdet
Nosser ek Sort îdéè du oonorobisrrr
progressist€, Kodhogi orloit repris
I'idde à son compte,

ll ovoit. essoqe'de crÉr utte §e'ddrotion
orobe ovec l'-ÉggÉ" et lo Sgrie.
ttc.s Sentiments ont, un€ inQluenc(

phqsique Srrr tes cellu\es el les qèfrs.
Èn -rÉritonE des sentirnents .dSsI

àncâtres, leurS SuccessQurs detesteront

une comYnundu!{ o pour
couturne de oorter du blanc
en sigrc de dàil , et q,r'une
outr:e porte du noir, ici on
d&esterà le nolr, et viee verso."

"Si

Mois il ne s/dtolE oos
errtendu ovec le dictoteur
sgrien, Ho.9ez Al ASsod,
qui nrétoit pos Sunnitp,,.

ll laut oiqrt« ttr Sotolité
egeliggg-àË \rhistcire dls
tsien vul.

tt

spontonÉ*âÙ lo eo.r\eqr quQ eeu:c-ei

,,, hi ovee Sodote

[F.??.Ë'Ëi*oï'JËïi
ovee !-sroel.
Aimi,

la

Yôee .ioqne

te ménde
o dovnind
lorsou I elle s' esh tËpondue
Sur tirrs les conLinànts.

nont orrile \o prddomindnce
de \a toce noire . ,, r '
,u

Mo,nE

ll considère que les Arobes
sonc norrs? rTrr-T1.t'irnpaAe euoî,çô!

Pepuis cet échec, il
tentoiE de crér ure

€e'dérotion aPriQinQ.
p.uis, ce {ut lo roee
blonch< oui a envohi
etle oussi tbus \es
PgI qn€
.!:l|i""rFs
Voste
entieJrise
Qolorriqliste', f
-E
c'es{ tol

16 joumie, mon pne êbrit

b l'un',versitf . llo rnère
et rtroi gordions

J'ornis le droik de

jouer dons le

l'ogportemenC.

lls otoienk, en cornrTr,m le foit
forineÉ
Por moi.

d'êkrre tototement.

de

m

/dtois foit,

covnorudes.

deucc.

Coqloir.

ww

ftlat";" "'*
lndifiru- qur
pnLatk tW
-it&e dtedsttt

lt'les cheveux, blonds, en porticulter,

\'\ndienne, qui possoit
Igp.otsisojeht
tcmpo b les totrcher.
A Ls Arndricoin? Les Amdricoins
orÈ \es ctrereu:ù:§i J'*
§rirS Str/ t-/e5 Ornÿricoin!

euond

je dsois
b

Quelqre êhose

Aboni, el\e sélogmrt

.,st Se mettoit à virç,

ll orrivoit totriours un morrsrt oü
Adncrn grimpâit Sur qn truc

dongereuæ.

tl Se rnettoit e-,nSuite à chonter
l'hgrnrr tibgen .
ôR"JJIJ \à* r".

qaræ et éotrtql

de l'ennemi- Est er\ cYemin,
§ouhoitont rne ddtruire | Æ4- üorrnee

.tlP nn-.rl >r-æor..l-^t
"-"àe{glr"rrnt ,9'

Avee to verite-,a
.+_.oyf rtol Iî:
Pistdet,

je b

rePq^sserdil

Nous chontiohs ouec
lui de tout cær^r'

Au

--a.6I1
6i*-"
de n'importe quel

chereher.

ggresseur I

bo,rF

et si .tg tl-

dàvois \e ür€rr je le
tuerois ovæ mqr orF)q
Chontez auec moi I

opè,

c'dtoit

I

.

I

ga*d:*

--?.-"u{lrrgl*

\'irqi{Sl

Aboni SÊ rnetoiL à
oleurer
-tô,k

et e\\eS- po.t*àL
Se

Quelque temps

ou tour de lo mère d'Aboni
de venir cherclrer So fi[e,
?ogoncl mogone' baligalo

.t1gET[^?[f". r rT1

deux Soirs

dLn Inorr€nt,

So rnlre venoit le'

toucher

gHffili§üxl'*i

r tA

.

Ët quelque t"mps plus t-onC ,
F* eri revenoit du'travoil.

c,i1.oit

Nous altions c.hercher to no'errittrre
dons une cæp{rotïve. tl {olloit -{laire
la ouer-r€ , uh . iour étoiU rdserve' our

homfies, eb ,rË oubre. ourfemrnes,.o§in
/'
d'iviker'les æntocts " irnpudiques dans
les othrcupements .
.cnr,.rtdl
-avon-e.

Su

eur.

Conncrs§ ovOncel

Tu te ddÊc+es

-7

SoloÈe e r-

ÉÉche.
coirnord

Les homrnes sentoisrt trè
{ort \'urir€ et [o sueur.

ll.q I Foites
\o queue, vcusl

Choque 8ou\e d"âoq"crit r-trre
odeui oorticutièrei L"es fernmes
sehtoieàt tcr porrssière et la

I

lls tronsoïroierrt. à
SroSSes iouttes,

TA GUEULE
FiLs DEatiENl

I'i,i-ii'

(t, È

Au bout d'urB heure, on
otteindre le
finïsSoib por
comptoir. 'On donnoit rlos
tichets,
'Tïerrs, voilà du poin,
-tt oeufs eL 3 boîtf,.s
de Tong+

Vous allez recevoir
autre choSe que deS
æuPs? Qo §dit detrr
SQmoine5 ouril L{ o que
deS æuçi ... t,e peËit
peub pos mongir

\,re dès

ffiP

t-'^(t"::--

Ben donne

tui duTông,
oq demclnd(

à to Scrnrnt
de \'ol\oiter

I

ffigk,

V -ɧ\-_uJr.

* Jus d'omnge lgophitisi

Sur [e çhemin du refa4
orr s'or€boit pour voir
Sil g ovoiL

des "+otrte§

o

o

tJ

lffi_I%T\
Y

Mon &re ovoit, hcrrexr
de pi,ts des choussure.
Ouond ib1ois {cn âqe,
jè r'orürais pieds riu§l

Tu

§à*l**
) ry-ï
bülL

t'tt(\2

.

-;

\
1'

lt,ù
o

VQUT

essqger ^/

7/

ZtesF bon'

oour les

'pieds,

\»*;/

-

_\:1W
o--OO

yoici quetques eæernples de
orobes libgenneS.

menus o$gerts

pr l'État

des mosses populoires

[,ât à àr /
k^
-câl"q4-

e*Ù ,Z

*C[e n* 'z
irl

"ry

nï"w
#p*",;-, e
H
ll q errt um pdriode
'dtoient oir

bcmorrs
disporribles à Pc»ison,
tes-

Ëlles étaienL soit verles

et

dures ., ,

J'1oa /tnùrq druqit
rrnorqlt^

'rpru

ffrw
;\,,/

IHlt

.1

ouA,,,ü
Y.=_\

Ho

non, en@re des

a Euh,,,oNLy

TvAt4ANcE

BANAttA.l

Le Gutde odore
les bononeS r ïro
Sæur! ll dit Aue
c'esL le f,ruid dq
PêuPle.

ilt.ilH!

Au .fil des Semo\res/ rnon Ère
s€ oloiqrrqib du nivou rndtidæ aes
gtuàiclnÉ. ll eomiqecrit l.eurs c.opies e.n
éotrtant Radio ÿ,t6n[e - Qorlo .
Soddorn lr\ussC,n, ie. prdsidenE irokierr,
d done loncd une .att99ue_ S.urpris€ contre l'lrdn ce rnotin, gst-ce
une onicrockre ou le ddbut d'uà
corrf tït de gronde ovnppur ?

Lo

mobtliscrtion ira nienne SeroiL
r leS votontoîres
S'engàgeonE por mïllterS .,. É1,

۾cep(ienner\e

Soddorn Hussein
est qn visiohnoire I
I
lltl g-q.^
..ç19Pge
vo bqttre
les"
lrqnierrs vitc Poit !

t\ Scrut on(ontir
\o réoublique
is\omiste! n
It fhut crrrêter

\ra lll Lv
l<.:
Clriites
\es

tg

gm!""Stà,*,

Cosseü.e.s oudio,

QuelqueS

donk

urre de

Georges Brossens.
3i por hascrrd, s.r'l pont



t

Tnohde,"

€t

si

ol

roeü(rit de

\o

ll)tt

l"lo mère ovoit

y,,

oErS z its dêtnirront

C'esk luï,

crest

cF.rrgT $rossen

ll est tès

cdlèbre...

mqsiQue

.,.C'est un vroi
dietr en Fronc€,

?\

$

Îà"s'Àtti, t" crâiG'tà ver,É,
le venb fripon,n Prudence
goi.de' h lot irfl
S\ prcnds

)

.z)

)=i

e'esb nuj,-ce

=rlr\\\

Rhoao,..fçru{ pos dire des

chosPs coYninp §o,,, que c'est

§ieu, §p put pos
i.
C'est Dierr
Dreu,
r.t
ffi
-Ctr* nouueaurje
c;rogqis all!â'éors
dieu

!!l un
être

,...

horr,me

pos-

crogbnt,,'

Ouuuïiï rnoiS

bon,fout

respecter Dieu,,. üe suis
libérol , rrrois 4out. pos
dire q.r',.rn homme ô'est
D,ACcoRD I
Comrt e -[u

#siJ,li

ne _comFrenois
Je
mot.. Mois
puîs
de

Pcls c€
ce jour,

quond j'entærrds " Dieu'i

je vois lo tètc de Geoga
Brossens.

pieu.,,Dig

4-'Ë,rL

A

dvron oussi étoiL f,oscirc.lo pro[usion de bomres.

por

Et toi , Aboni,'tu

oiYnes \eS bonclrrs,

Les boror*s,

C'esE ce Qu'i[
o de meitleur
9
qu

monde.l:
I

l,Â

. UI.A

)H

Aboni rre Fdoondoit . iomois
à Adrron. E[è rc le r"ËordoiL
pcrs vroirnent, d'oilletirs,

Oui, clesE

outit «e o
de *reille-qr
ou rnonde .
Ql'

'&,sstil
tÛ,

rËs,t§po{it#"i,"*,
cru

C'est urr endroit
vo {uond orr meurf,.
Lo vie q ese plus

poËodis.

moqniSiqqe oir on

ffissrd?

belte

.

q-u'ici,;-

't(l
/er

[e poradis, Cest un

L

Joràin où il 4dib toujorrs

Dieu esL qssis Sur une Qronde ehcrix, ou
rnilieu.d'un .1ordin, et les. §ens doivent te
regorder eî rncrngeont des borrones,

.æâer*

r€us oussi I quond
S€ra clu ponodis,

âevro le *e3onder.

ll notrs S6griro / eL
nous donnevo tor'rtes
les §666res qu'orr veut.
It tors diva .iovnois '/rp6,
q Srrl-0it, t-los -trop
Ë,onge- de bonoYxs".

EL ort crurcr rnême pos
fini de les mdnger/ que
Dieu nous e.n donnerct

)?
,-î,
â-a

-\

^^rr-

Kodhasi vouloit

ôuquer

lo.leunesse.

ll ovoit loncd un
oppet d bllres aur

universitcrires
orobophores qui
vivaienb àl'élrarrylr.

Alors Ço vo ici ?

ll leut proposoiL
de venir ehseiqh'er
en Libqe , e! tË

p"g91id

do\\<*s
dmerrcolhs.

Ou'il est
càrui-rà

beou

I lq

Le solcrire de mon
rire- éhoic de 3æ$
$oq rois: un eXcel\enb
SÔ\<tire.

Allez, viens

cat(e 4oque , j. ffi conprenots
pas grrena èhosË, Mois 1'rétois sûr
d' utr truc: mon fire ét^oit fontostique
Regorde
J'sois

.

Qucrnd il jouoï[ ou tennis æntre le mrrr
de l'imrneuble, it otrivoit à foire bcrsser
ta bcrtte por-dessrrs le bâtirnerrtl

I

W

ff.Ë-I'Ll

,]ˤ".
_r<

w
V

tcr bqt\e
Quond .i'essoqois,
n'otteighoiE -mème pos le

fnqr.

\\ recohhoissqiL les
oisectu:c à \eur vol .

tReqarde !

Lli,

rnÈrne s<rhs

nrquette, i\ envot4oiL
lo 'botte sur lc t6iC.

\

Èq

Ah,

qÿc


)o
'oD

si j'ovois

5'ré9oteràib-

,rtr r(
.t1

qornme Si

je

Seute moin,
hp Fesois rien,

tt dtole obseâe-por l'ï
de rndhg3r tes onîrrrouæ.

D"i conords\
un Pusil, on

tt dtcrit. ccrpobte de rne

porter d'urxi

-Tu os dd;à vu
un nïd?

'cfes[ lol
-rrc
moisorr deS
Oi Seou:c.

OoL
REande, 6l.9

Cigognesl

s;H'?ii,j

r

_-/l )\ ,H
-

I lraa.

\^-

o

o

t\ o\,oit

inskot\é ur'e Serrur€

b. tg porLe. de \'opportemenL.
C étoit interdtt, r',ois' il ovoiL
qu'on
pris le risque
puïSSe

sorLir S€ proynenet

ensernbk.

rnt ù{
A UNI

y A uN NiDl

11 uot

voir

Ia

c'est inerogable!

Y A UN Ni»/

tl d(oi€ bien
@ehe" moiS je
t/oi troulc'1

Cria P615 , t
oTr t'ehtend .,,

ol
e

a

,l
oo

un æ.u8! O-^-1.
^ tÉ
-

l-

l

$en un æuç, crest le
Vbé des oiseourc.
c'est

EL

its SonE oü l" p.*

ec lo momon de l'æu8

Its sorrt æs
tà, ils dàivent,

coTnme

toi, t'gs

4oire des

hotrc

@urgg3,,.

,.-

-.<i1l

[e nid
vide, lb 1 covnme Sq.

J'vois poser

eé on emmàrc
on Vo lQ
rnclhqer/ c'eSt-

l'oeu8,
æut

]âtre

un

&u.9 de coit\e

I

'rO r'.

.,.^
"ô

'--q=ry/.J

/t

7

/ Io'l:

Il

ü0 Llff')'
oQ
o_

?;

;'l- \ro-o
'ib-\--'J--e

je demondois à rron
Ère de me .Poire un dessin,

Quond

ïi f,oisoib

toujarrs lo

même

jour, jburoi
une Mercedes

tlgmlssr{

Un

chose.

AttenUon, je vais tr
dcssinet to meïlteqre
voitqre du rnonde:
UNE MERCEDES .

CR,RRRR

Et

voi

[à; ütP suPerbe

tl

dessincrît \es roues rectonqulcrires,

et çg rne rendoit dinque. Sa îoiture
ne potrvait Ptrr crvonder. J 'esSogois
de lüi eæpli{uer.
J/oi

C'est pcrs vroirrent

g ,.'

Dessire - to
corl.lmQ tYrOr,,,

(r\\\\\

Soib uvr fllercedes

ousSi

I

Regorde

.,

fvtcrts Les roues e.\\es sont
Pldtes I .Etle .Peut pos bouger,

Je [e

scris b,ïen:

C'est rru vcitur€

prd9{&...

Ho hot. tl veut
tn'opprendre
@mment oh
dessine rrne
Merce.des.,,

Siiii... Sur les

/

etles
SOnC Comrne S

ltlercedes

HAAAA

lVoiLÀ

|

c'Esr uNE
ÇA,
.î{ERcEDES

QUi

Cpû,re AJ i^oiNs.
50 @ DouARSl

1(\\\\\r

Lr.
//

Les

Sernoines possoienL
-rno rnÈre.
lentemenE Po,rr
Corn me e.l\â S/enntrqoiE,
fnon Ète ovoiL Sini- por

lui trouver un

Lrovoil,

PetiE

{.oue de sui§
on "t-'dcouEe J

Deuæ {ois par Sernoim,
et\e €to\e 'Sæoherirre

à

Rodio Rorn\in, une

rredie libgenn<. €.t\e
prdsenrtoit te joarno\
èh lonque 4rË.nEoise.
un ogeËt. du rég;irne
lui f,ôurnissoik. un teæLe
€-t elte devoit. le lire'

On t'ottendoiL dcrns
to voitrrre, Sur le
parhinq de to t'\oiSoh
de lo -vodio.

-.---aa
-)ôaôo

fl D Bonjour b tous,

it esL

voicr le journo\
{roncophone, sur Rodio
49 Vreqres,

àccidentouæ.

Rcrmsin,,.

'Tu reconnqis

?

C'esC fnomon I

Um .Qois cet\e cprNre
accomplie, \e Guide de t'fu1
deS rrrosses poF-t\oirss

qrobeS libqenr'es Cr
o0Pirrrc- aü'it n' hésitercriL
Pos à trroverser l/oeéqn
At\onLrque pour envohir
l' Arretique 'et tuqr I e
.8;ts de ihien Reogon gui..
9ui,,.. Eæcusez-rn6i .,,

ô

Le colrrne\ Kodhofi o
deôore' ee jotrr, que les
provocoUons des chiens
m

restcruient

pos Sons (ponse. t'Notre
ripo € Sero Sons pitie'
eontre tes complcÈeirrs
ét rongers'f o-tl tl pré.i sé.

Q ui ,., pÊêrtf ,.- 9*i...
pgrdonp$s8 Hi rt Hi !.

'Hi! Hit Htliiiiiir

Ci

bionL porticutièrerrevrt

Frqrtee j it o de'clare'
oue t'orrneé lïbqenne se
tàoït oêtc à énvohir
b tout rnoment '\lo qrtoin
de \rAndrique/ek. à'luï
.9aire rendre qonge ,

lo

HA! HAI HAI HAI
HA! HAI HNI HNI

.

lq suih de ce &u r',re err
direct, rno rnère fut
carvoqu{e ctpz le diredeur
de lcr $oison de lo rodio.

ll vou\oiE Sovoir Si kno
mère ovcrit ri des
porotes du Guide.
C'é+'r:,iL très gyqve.

t{orrsieur / tnô fernme nQ
porle .pos ôrobe, je vois
répondre
poLrr et\e.

to ç61igon de
crise de rirq, 16
fguitte Sur loqueile
etoit t51pd le teæte
. etoit ogiro$de don:
le rr\cluvois Sch3,
E[e en cr etd SirrFrise
Yoici

s

?.

vous

Ço
rire, les mmoces dc

Alors

8oiE.

et o donc dctold cle
I rire nerveqsernenL.

Et Srcis-fu dhcrord
to {emme
Po,rr Quc
&sse 'de b +élé?
Etle pr6ente
bien eE
'esk
gote...
el\e

C'est une femrre,,,

€lle esb qn r:eu
hgstdrique..: Hoho,..

J:"'HJ,:i:iT

du {ou[,..
ttois merci
Euh

...

Non

NoYr,

leoucoup

!

itfr
-t,\L
6u'esL-cr

qu/ildit?

Je reu* eqe rno femvre
kesrc o ta Ynoison
de3ormois_ ..,

de

rnoh

fils

ë

s/acupe

C'eSb domrnoQ§,,.
Le Guide o\rne v-oir des

,,.

{e,..Je srris
docteur à ,
l'universits

e suis de'sotde, c'étoit.
"te[etnent con, ce que

.f

j9 devois lire r eue quond
fii vu que je. porvo§

'1

" pos todvrreË

Y)our I'E,!(JL LÉ).
i:;/î,ffif'Je
ïnosses poPulotres

?à,

ryPoee,'
C'est rien,
ççr

PdgoiE. pos de

;^V
,,

,I\

5

L{-= \ \\\

jouf , nous Sornmes otte-s
à lioéroporb. l"lon çàre ovqit
mîs Son costxm€.

Un

%.rl-,-[bt(Y i

Qg.,L;lbrçÿ- ôglc'

Cl{{,r^

ffi

fteqardel C'est rno rncrrnon
mo mornqn à moi!

t.

r-Ces€

EL [uï, c'est

l\s sentcrierrt e.æ.LrêmernenE

forL \o Sueur, rrsis ie
trcuvcris §o ogréoble,

Je. ne comprerrois
rïerr de ce qu/ its

disoi«rt.
Qu'est-ce qu'elte

lnon

Rien, et\e dib qq'ï[ esk . :
q, 'i\ tæssetnblq
très @u ofaüec.
Ses
une

â

€i\\e,

Cheveu:c longs,

It étoit très doqæ

Mon onde sâppeloit I'lohomed,
rnais il fcrtlqit. t'oppeler ttodj
Hohomed. Ceto signi8ioiL quTil
ovoit .foïb son çÉlerinoge -o
Lcr l4ecque.
Morr -Prhe

Jg qrr'il

eL

Celcr

genL.\. ll dtoÊ t,crîrc &
mon Ère et ovoit
beoudup de ehorisme.

faisoit

qurits

45 onS

rre EetoienL pos

vus.

AyAAMl. Rrnaa 1

est

le prem\er softà8 à .
ovoiË tes cfeveuæ Ucnds,

LL
I/
-l/1

Une .Ooïs

che-z nous., ils
S'insto[èrent. dons lcr chornbre
de rnes porranks.

"

Ensutte ils .9irer,t \eurs prlères..le ne scrvois
pos. ce que c'dtoit. Hori pre je r"lt à
corrger des copies .

d'or rnis le tit contre terntr:
qrond-mère et toh onc\e



sort" hobituds

à

dormîr por

T{on orrc\e tndrrnohnoi

des choses, d me
lonçoit des petits
coups d'æit.

qu'il

§oisoit,
selnÈtcrit

C'e

Mon



pre

éËoiL

un Peu gehe.

importcrnt.

,z

\\

ü étoiU tràs hqreur de
revorr so rnère. ll redevenoiL

un petjb

QeEarde

i'lui

Ahd I Ahdl AMIAI'I€

.

bo'Ise les-Piedsf

enftonL.

Smicn

C/est ma rnornonl I
ô'ot rnd momooon\

t.

Smoch.I

-ü'loil

zghiri !!l

C'e* rno mornon b
mo\\\i\ t

l4on otrc\e

gernbloiE,

gêtt' pôr rno mère.
ScnneLhrng

to

dtinh.?,

|4o grond-rnère S,otrrioiL
en ærYnohence. €tle ovoit
de telt oeLiEs q€r^'c
perçcrnts' et trËs cloirs.

Qu' es[-ce qu'il o

7

Holcr ,.. ll porl. pou
ongloiS,.. lt pense
ou-un homrne ne doit
pos por\er b. une ou[re
€emme que to Sienne
Cô \A r"et
nilt t, \'ois9

Et(e

'Îiens,

OoSSe le verre
d'eo,rl ie vois lui ;

ll est pos hobitud
tr voir les chcveux

longs d'1ne étrongère,
Comme

§§,.'

-

D às qr.r'el\e
se Savort.
obserude 1 elle

Scrutait

toute chose ttàs
oKenLivernent.

regordoik drrns
le vogue .

--â
dtù
2./\

\r(*J
36

9-6,N
\-/ \§

ra;-$,/

Dans la journé,

Uimrnerrb\e ge
remPlissoit.

ils re .Poisoierrt

rien. tts ottendoie.nt que rnon
pre rentre.

Câst o."rPdl

rtÀC

-cûc

ffi

((ë

Nous recrordion3'\ La æLiLe rnoison

llon onete rrar puS
droilteurs. Son rgord

dons tolproirie//à tJ tgte: Je n'g

.

eompreroïs Fien du toub.

Quitl"oit l'dcr616.
ll regordoit oi\tsrr6...

et se mettoiL b
ll ovOib
t'o(r soucieux.
..,

lnorrnohrrer.

r--l

\--t

Le soir, rnon 1Ère discrrtqit
olec eut en ofcrbp. Qe n'/hit
pos le mème crrobe eue adrrï
porte' err Libge.. Je- ne
ieconnoissois- plrrs un rvoL-

Chæ? Horrle Fornon hndot'l
Aiii\icl

Ensuite, it couchoib

de

Sur

e\\e

.

ÿ§""R:",1§'r3

. ll ovoit ockeLe'
eu' i[ empiloit

Sqt fnère

nombrer.r.Ses couve.rhrreSz

J'oi

peur qtr' e\\e
fneure de {roïd

.ffi-ffi

Un oprà-rnidi, nous ssnmes ollé v(siter LepÈis Mogrn. Les ruines de eette
c,ite' romcrine .se. t-15u\yoient à 42.O hitq",iEres de Triçoli.

L' etrdroiE dtoit toÊolenmt
obondonr'te',

Jl go tr\

tonglemps,
@ucouP de gens

vivoienk. ict,.'-

.

üsë*.j$*E.lS
rnond-el

Ëirî"îÀ-du

Mon mc\e eE mo gron&màte

Ët

tnointencrnt
Re3crde, e'est

de§

ruiires

r

!

nrdtqient ms très
rossurds ,
beoucotrp

l\b surioienL

trop.

L]ru

ci
-L - -l- q,

ls-=-rguon ne vo Pos rester
...
trop

Hodj
Mohatned n'ovoit .îorsis
lurgtemps

vu lo w\er d'ou§

ll oime poslroP.

fois

corià<
t-lovals rien
dlbY le regorde pos,

t*lois
Si.'re

près.

Morr onele essrydi[

de gord« un(
prestôhee.

ll

vdri8ioib qu'on

he le regondoiE
Pos,"

..-é- sârnsngoit
Dour toqiolrs

tour*. tË dos
b lo rne-r.

R.q.r.de dons cette rroret,
Vor\É lgs qlorï«r:c hobitnht§
de cette ütte, des tètordsl
Clest Quot I

Ce sont \es be bds des greno.r(ttes.
Ço se rronge pos/ berht l-T
€n$in,. Les Frungois,

ils oimerrt bierr

les grenouitles hcr hcl-..

æ-i1.@

Wffim

rw.qlhg«

"il

----

n- -a=,
^12, I

Had Sobei ouolo
benst ? I ?

ll vo {crltoir qu'on lui
lqs eYp.veur
qùond rnâmq,,.

Coupe

Syricx

on diroit Brigitte Bcrrdctt

Chou.Po

4*,t"r$'erle

hai chood choï{i hcr\ol,
Elle diL eqe celle-l' .
elle devrnoiË ferrner lob"".hs, porce.qu'etl<
est trËs'impudiciue.

æ«e

I

Quelques Semqîrcs ptrrs tard,,. Mon oncle
eE mo grgd-mèrc /toient reporUs en
Sgr\el Aba*., avcr,t clisporu, je r\e

Je

n'crvcris .iomo§ rien vu d,'oussi benu
eette cho-se lonrgue e.b rnerroEonhe.

que

jouaîs plus qu'oveq Adnon.
Reoonde, e'esk , .t oisfiole[.
C'esË un

iroi,'Tr,r

es 'prêt?

Urc' pet,te .Plornme étcrit
srtie du bo"ttl Hes oreittes
bourdonncrienE. Urc bonrr
Odeur rne piquoït le rcz.

tl

{cr"drle,t quroh
trouue un en.9ont
ü- Euer, Ço sêroiL
-1 ptus Protique.

On cr vnqrche' .longtem ps,

rnois on cl croise ærsowf,
td'étoge.
Alors or\ cr chongé

Viens, on vo ürer
Sur qtrelqu'un.

P. S ïl a mis le pis:tonh
pès de sorr oreii\e.

iiiiiiiitit
\,ENf ENDS.

Dieu est le plts qtondl
lles[. oudes\,rs -des

compto,ts des oqrc:
ct rt àst le meù(e,r
Àiriet a.s opgirre'sl

Yr\iiir,i,il FnnFIl
,

HAHA-I+4

Ury,

Avec to 8oi et \esorms
dd§lndvai .rron pogsl
tl,ql lo.lumière {e u

Je

ve'rib,e- bril\orq

d66

ADI'!N

?AF

u
(\

$H

ilr)

àÀ'1li

S-,/,

lmmddiotewrrrt, je
demqndqi un prstdet
b rnes porent§,
normot qur

.c'est
to
rn-ere rre vcr"rii\e
Pcrs,..

C'est unr fqmff\e.
'Torrs \es

.gaiEors-oimnt
les Ofmcs ,...|e
€en oÇQriroi rive

La 1élévisiotn libgenn< di Pg.rscrit
Sgechranon, .9m. Sdrie joponoise.
Spectremon etoit un robot qui
dd§cnddit, lo tærre contre les
ottoques dq docleur Gori.

iiru

Le dccteur Gori étsit
un homme- sinqe qui
utiliscrit to potîutâr

HAI{A t Alors, Spectremon
eSt enc*e ottogud çror tes
Ne-gros

humaire. p9.^r qanérer

g'est rcrciste,

des rr.n§kes,'

616

RoP, Ço devonb

I,)."

jËs,.§gb

!

II
lr.

O.on

frrrw,rat:Â^ilqf
v

- dt rrrqim

C'e=[ quoi les N.'g."s?

C/esl les

lls

APricoins..,

sont toqs hcir5

ovec de. grcs*s
iani"s et-\es chPvera

l\s ressemb\ent crulc
ynichonk.s de Sp".t
hi hi ,..
Le doc\eur Gorl

€st doc\euY, cotnlY\e
{p.r, Ce {e roppe\\e...
Khi khi/

ÿ\ornon, e\k odqe les
Neâros.,

dtqit jeurts,
Qùând on
trn .'touf/ Otr\ g-tcrits eYl
, td
bcfi[e ôe nuit
r.rÈre é+oie qSsiSP Sqr
mes q€nouÎ,,.
Ë{ . Ë, So un Np1'qui
àwivà, it- ressembloid.

4.u11ggrille{*it
l'inuîte" à ôonser!

Tu te- rqds compte ?
§i e\\e ébit ottee
donser olec \ui, je
l.'ourois quittde- ilr.t
de SqiE€,èt Er tl
Serois Jcrmcris ne '.

Mois to mère
â rcrison.T en o

qui Scnt gerÈits.
EL

0u'elle lui
ci dit non

brillqn+s.

coyttlE BorASsA

tçHil!t!ir{iri.

Bohasso, cfQsl un dictotaü
o.Çricoïn ou,i &âit, un qmnd

qmi. de Giscqrd/ \e. paSiOent

ll etnprisonrËiti\ses
euis \es
ttiàiC "t 'lei SotsqiE.
rôttr. Après, i\ \eS
opoosànts,

frshgecriL... Ho hcr\..

c'est vroi r
pos Qire "ndgrd",
surkoqtt en Fronce .
Vu que bierrtôt q crurq
ptw bue eo là-U'-os.,.
B\en lcr'd; "port \ei
trcnsoïs rbcistes !

Non,

fo.ri

t''ncris

pourkont,

eresL

Fno eopir€-que
à",r..t tto'Ise

drqgué ovoht

q,'dtoiê

t'os

une

rnClrEPuVfR

.

por§ois, I 'horrrme è,inqe de rno\n du
doite,^. Gori 4aisoit
des trucs inognito
Sur terre ,

.

po\itic\enrc.I

/

ll/l lr \

üÿ

l\

S'hobit\oit en hurnoîn,
ovec des vête.ments
classes

et

viri\s.

Quond i\ faisoiE I r
j e ne pouvors pos
rr,' e-pêcher de tiznpr,,.

rt'I

,,'

ffii
resembkrit

i"'i\
vrclt(§entr

o rnon Pere.

ou'est-ce qu'il

I cr?

I

lJt t t,

Quelques mois. pt\s tord,
Cest fnd qfond- rrrcte
rnaterrret\e"quï est venue
rendre visiLà.

rErrs

Tu te souvïers de
rnoi? T'deois tcut ppti\ |
.f e- suis lo mgrnoà de
\o moTnon I r-

s êtes contenEs Mittewond?
prochoin€ (bf ,ctesh
fo
Ies 'coos ha hq\j

Alors

vot

en §ronce crsec

Sor, visoqe étciit
pluS eæprëssi9 que
celui de rno Jarondrncre. §grterrne.
Tü tÊ roopeltes
d€ Filori tL chot?
ll s'est Soit étoser

Elle

. le m/demorde
vdc
oui fu tiens.
po{rr'être bedu'
èomrne so

PPf9.., tts soht foibles,
l'es Sociqtos... Avec (€rrr'
$odinter 9ui
'ôeSupprime

to FPim

SentoiE

rnort!

Soh, moi ^iâi touiara
vote'oot^È
r- ,.. les sËiolos

1

Elle dolt æs
Ç\Dir fr6.â cetp-

ü:.iH Ël*Ë:d,§
n{ce

ss'qire d'e.icéuter

des gerrs dongererr:c
Ovoht que eur, r'ls
L'ex:€c-ut'ent ..
Fàut-p"a t rop rrettre

d'e'moË;ff r €h int;lique

-

u!
Tu scrîs eommen\ its
eædcutoient les clens
en frqnce ? lls I e-ur
goupolefF Jg _tête qv€e
une' guillottre!
Qegarde to

-

rotrte

!

w

Ëh le dernier qu'ils
oht e:ce-cu+e', tir
Sqis qui c'étoït ?
Un Arobe. Hq hot,
Soch6 Fronçois !

!ïs doncl tt esL I
drôlercent bel hornm
KodhoPi

!

l'1o qrohd-wÈre verroit. de divorcer
,J
de rnoh Srqnd-Se.El\e ovqïb l'oir
tristc, l'lcris comme tout. te rncrrde
el\e m âdmirort .

l'lois

.,.

C'est ocrs
tc'es|ur\

..,

bonhornrne-,

C'est

æ

Pornpidoul

DÉSINE-

PomPïDou I



PRÉSI»ENW

Pompiooul

il-."o*
lj''à"Si.6qT',

+'ot

/ crpo"a'I

A\1
{ù?
q$7

r
I

tq

B!

étoiÊ
E ne sovois pos qui
hcris ce 'rnot
qvoit \hir de beo,rcor.tp

"Pornpidou,

les

impressiohher-

J/a, a"sslÉ

PonPiDoul

Ço otorsl Tâs

vu

comme on reconnoîL
bien Scr Sole gueute!

lu\cr mère éEoie corrtenkc. de

ll

esL.bie'rr Wg",
frrcrrS bOn ,.. 1
Contre t ânnui,
.]e t'+ omers urr
àn de Poris

voir scr rnère.

Abde\-Rozoh vcr chercher
un poste en Ftorrce.
ttaocr§uette bchrr
rrouve.rlel tÆ=
T'imqgines. pos

rv\dtc-h.'

Comrne oy\ S,ennure

ll

loissoït rno rrùre et rrrr
orrond-rÀere discut er Errr
\é csrroÉ,
regardoiL
"t sur
[o tétd,àss,s
une
choise.

faib, il s/inquid+oit
ll ovoit réussi
à ovoir son {rère oq

ll

dit

l'armde sqrienne venoiL
de ddtruiFe lo vitte de
Horro, eui e'toit situé
à 4.o hitômètres du villoge
de lo &mitle.

Pos

ç!/peuc .io.rer cr\t€c
t"oà tour-eou ?

-

Oui 5i* 5i.1

Cdui-ci luï

bien otterfr.iq. de
faïs t'obîtîei-,-,

Tu vcls eherdner un
PoStQ b Poris? I-

SembloiE ctvoîr une-

onvsrsqtion intdrieure o\ec
quelqu 'un.

beoucrcolp.

.

cosLurne to."tc. to go.rrnâ.

-

En

tdtdpfror,e, en Sgrie

pre étoiC un Fr
bizqrre, ll qqrdoiE èott

Morr

q1yç1ig

...je l'oi

ocheté

que

quoৠje suis onr',vJ
en Frcrncr,-

l\ t-r ovoit eu un sou\èrerrenh

Sun'nik, et 45@ ærsonE
ovoienL d{,e trre6s, 'Rcrdio
l'lonte.- Corlo nren ovoiL,

jornois porlel,
tourequ

porhe- bonkeur.

lo ty'td, orr

erpliquoik qre Kodhogi

L'insUtsLeur devoiE devenir Pogsên/
le- pogson ïnstil-utrrrr. Hon
qvait peur. ll-por\oit de,quitLer frre
lo
Libge plus tât, que prévu-

et

ovqib, oromulque'ae rourue\\es lo(S oui
ob\igej,«rh les-g«rs h 4honger leurs Jmpbis.

r

frrtrt
rfrrrr
I
IIITI
ITITr

Tu oimerqis qvoir un
peü€ frère pôur jouer

I

ÿ\ais

.

Fleïn?

Popo ek Mqrrrcrn
vült
ovolr un
outrre éæ,@nYr(
t.o\ I Tu pourrrrs

jouer airec

tuï

si, ço {e plairo

tetternent t.'Tu iouerosl
ou PooL clvec-lui ...
Cq Sercr qn€

Ah hon, oor\e
pos de üàlheurJ
Pos un€ filte I

Fit\e, peuE -èLre

I

ON Fç

Je ne

cornprenais Pos

bien ce que totrE cc\cr
Sigrrrlioib, e[ j. ddidqi

de-{bire covtÉ,e si de
rieh n'dtcrit,

que je
Je Sent-ois: !i*
j e fernonquois

grctndiSsoiS

de nouve\\es choses.

eæemple, Celo {oisoit
Por
'bientô,t.
deriæ- ons que le
chontier visible deouis
noLre 4enâtre étoit '

crbondonrrei

[1 trE]
[1 EfÉ

æf,)

ô
-1

=-r§
ta;"=?-

><

I

Et un rnotin de À99?. ,,,

Je

t,'a '.\

vous emmèrte prendre

lbvion +!'lt à l'heurel
-ru veuæ venir monqer
des * toutest' ure defrrtère

4

-Poîs ovec PoPo?

F
/
t

ê
e
è

oAe

Alkz,

ds ou revoir a,.u.'.to*t"r"l
le mur dutennisl,

Au revoïr

Au revoîr

lo

Libge.t

mn
tnTN

mm

l'!

#
o
flu rêJoir cddtel

t<odtrofit

) ô
ê
()

é

/\

d

ô

j<


Documents similaires


Fichier PDF mat assistance
Fichier PDF apex
Fichier PDF cr ag
Fichier PDF ordonner le convenable et interdire le bl mable
Fichier PDF guide demarrage autorepondeur wp
Fichier PDF notes de td et emd section f 1


Sur le même sujet..