Résumé conférence ulm .pdf



Nom original: Résumé conférence ulm.pdfTitre: Résumé conférence ulm.pdf

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Aperçu / Mac OS X 10.10.5 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 23/11/2017 à 11:23, depuis l'adresse IP 129.199.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 359 fois.
Taille du document: 311 Ko (5 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Lacroux Damien
Laboratoire : PhiCo (centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne)
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Résumé :

L’histoire de la philosophie et les neurosciences sont des disciplines qui semblent a priori
incompatibles. Pourtant, bien que l’histoire de la philosophie soit exclue de l’entreprise des
sciences cognitives, il est possible de concevoir une interdisciplinarité entre ces deux champs
de recherche. Notre objectif est double. Il s’agit d’abord de révéler ce qui motive cette
exclusion, à savoir la difficulté à actualiser un corpus scientifique et philosophique du XVIIe
siècle (Nous prenons Descartes comme cas d’étude) pour traiter des problèmes
neuroscientifiques actuels. Ensuite, il s’agira de penser une méthode pour dépasser la
difficulté à laquelle se heurte cette interdisciplinarité.
Le paradigme scientifique du temps de Descartes apparaît comme étranger au paradigme
neuroscientifique contemporain. Une physiologie du cerveau fondée sur des propriétés
spécifiques de la glande pinéale et sur la circulation des esprits animaux semble n’avoir plus
rien à nous dire aujourd’hui. Les neurosciences actuelles nient totalement le modèle
physiologique cartésien pour fonder leur savoir sur l’observation de l’interconnectivité des
neurones et sur la circulation permanente d’hormones et d’influx nerveux entre le corps et
l’encéphale. Cette difficulté conduit alors à la conclusion qu’il est impossible de trouver dans
la physiologie de l’époque des éléments qui correspondraient à l’anatomie actuelle sans
commettre d’erreur sur leur fonction réelle. Ainsi, pour ne prendre qu’un exemple, la glande
pinéale correspond aujourd’hui à l’épiphyse. Or la fonction de l’épiphyse n’a rien à voir avec
la fonction cartésienne de la glande pinéale.
Toutefois, il est possible de penser un nouveau type de traduction entre les concepts
physiologiques utilisés par Descartes et les concepts neuroscientifiques actuels sans entraver
l’interdisciplinarité. Notre démarche consiste à refuser de traduire matériellement les

concepts, c’est-à-dire de chercher la structure anatomique particulière actuelle qui correspond
à la structure anatomique de l’époque. A l’opposé de cela, nous proposons de traduire
fonctionnellement les concepts. La traduction fonctionnelle consiste à rechercher dans le
champ des neurosciences une fonction neurophysiologique qui correspondrait à une fonction
déjà pensée au XVIIe siècle. Il suffirait alors de trouver le support anatomique qui sous-tend
une telle fonction pour déduire la traduction de la structure d’époque dans le paradigme
actuel. Ainsi, la fonction que Descartes attribuait à la glande pinéale est assurée à l’identique
par le névraxe. Conséquemment, la traduction fonctionnelle de la glande pinéale cartésienne
est le névraxe et non l’épiphyse.
Cette nouvelle méthode permet ainsi de dissoudre l’argument selon lequel la physiologie
cartésienne est périmée et n’a plus rien à nous dire dans le champ des neurosciences. L’enjeu
principal de notre démarche est d’ouvrir la possibilité aux historiens des neurosciences de lire
les textes scientifiques cartésiens sans les juger comme dépassés. Cela permet ainsi de
repenser les filiations trop souvent négligées entre la neuro-physiologie cartésienne et les
neurosciences contemporaines. Dissoudre les anti-cartésianismes pour révéler les néocartésianismes des neurosciences, telle pourrait être une application concrète de notre
démarche. Nous nous proposons de tester cette entreprise méthodologique sur un cas d’étude
particulier à savoir l’explication du rapport complexe entre le cerveau, le corps et l’esprit lors
d’une émotion.

Mots-clés :

Descartes,

neurosciences,

paradigme

scientifique,

traduction

matérielle/fonctionnelle, physiologie, union corps/esprit, émotion.

Abstract :

The history of philosophy and neurosciences are two fields that at first may seem
incompatible. Yet, although the history of philosophy is excluded from the undertaking of
cognitive sciences, it is in fact possible to conceive of some form of interdisciplinarity
between these two fields of research. The goal of this essay is twofold. It is first to reveal
what motivates this exclusion, that is to say, the difficulty in bringing a seventeenth-century

scientific and philosophical corpus up-to-date (we take Descartes as case study) in order to
deal with current neuroscientific problems. Then, it will be to create a method for overcoming
this difficulty.
The scientific paradigm of Descartes’ time appears as alien to the contemporary
neuroscientific paradigm. At first sight it would seem that a physiology of the brain based on
the specific properties of the pineal gland and on the flow of animal spirits would have
nothing to tell us today. Current work in neuroscience thoroughly objects to the Cartesian
physiological model, and instead bases its knowledge on the observation of the
interconnectivity of neurons and the permanent circulation of hormones and nervous impulses
between the brain and the body. This difficulty leads us to conclude that it is impossible to
find elements which would correspond to the current anatomy in the physiology of Descartes’
time, without error regarding their functions. Thus, to take just one example, the pineal gland
corresponds today to the epiphysis. However, the function of the epiphysis has nothing to do
with the Cartesian function of the pineal gland.
However, it is possible to conceive of a new type of translation between the physiological
concepts used by Descartes and the current neuroscientific concepts, without hindering
interdisciplinarity. Our approach consists in refusing to translate these concepts materially,
that is to search for the current anatomical structure that corresponds to the anatomical
structure of the time. On the contrary, we propose to translate the concepts functionally.
Functional translation consists in looking for a neurophysiological function in the field of
neuroscience that would correspond to a function already described in the seventeenth
century. It would then suffice to find the anatomical support underlying such a function to
deduce the translation of the structure of the time in the current paradigm. Thus, the function
that Descartes attributed to the pineal gland is exactly the same as that of the central nervous
system. Consequently, the functional translation of the Cartesian pineal gland is the central
nervous system and not the epiphysis.
This new method allows us to disprove the argument according to which the Cartesian
physiology is outdated and has nothing to bring to the field of neuroscience. The main issue of
our approach is to open the possibility at the historian of neuroscience of reading the
Cartesian scientific texts in the field of the history of neuroscience without judging them as
outdated. This allows us to rethink the filiations too often neglected between Cartesian neuro-

Physiology and contemporary neuroscience. Dissolving the neuroscience’s anti-cartesianisms
to reveal their neo-cartesianisms could be a practical application of our approach.

Keywords: Descartes, neuroscience, scientific paradigm, material/functional translation,
physiology, mind-body union, emotion.

Bibliographie :

http://www.passeportsante.net/fr/parties-corps/Fiche.aspx?doc=epiphyse

Barnaby R. Hutchins, Christoffer Basse Eriksen, and Charles T. Wolfe, The Embodied
Descartes: Contemporary Readings of L’Homme in Descartes’ Treatise on Man and its
Reception, Delphine ANTOINE-MAHUT et Stephen GAUKROGER (dir.) coll. « Studies in
History
University

and
of

Philosophy

Sydney,

NSW,

of
Australia,

Science »,
Springer

vol.

International

43
Publishing

9 janvier 2017 (2016)
Gary Hatfield, L’Homme in Psychology and Neuroscience, in Descartes’ Treatise on
Man and its Reception, Delphine ANTOINE-MAHUT et Stephen GAUKROGER (dir.) coll.
« Studies

in

University

of

History
Sydney,

and
NSW,

Philosophy
Australia,

of
Springer

Science »,
International

vol.

43

Publishing

9 janvier 2017 (2016)
Jean-Gaël Barbara, La naissance du neurone : la constitution d’un objet scientifique au XXe
siècle, Librairie Philosophique J. Vrin, 2010
Catherine Belzung, Biologie des émotions, De Boeck neurosciences et cognition, 2007
R. Antonio Damasio, Descartes' Error: emotion, raison and the human brain, Putnam ;
revised Penguin edition 2005 (1994)
R. Antonio Damasio, Looking for Spinoza: Joy, Sorrow, and the Feeling Brain, Harcourt,

2003
René Descartes, Le Monde, L’Homme, Source du savoir Seuil, 1996
René Descartes, Œuvres de Descartes, Adam et Tannery (1897-1913, 11 vol.) et en particulier
Passions de l’âme.


Aperçu du document Résumé conférence ulm.pdf - page 1/5

Aperçu du document Résumé conférence ulm.pdf - page 2/5

Aperçu du document Résumé conférence ulm.pdf - page 3/5

Aperçu du document Résumé conférence ulm.pdf - page 4/5

Aperçu du document Résumé conférence ulm.pdf - page 5/5




Télécharger le fichier (PDF)


Résumé conférence ulm.pdf (PDF, 311 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


re sume confe rence ulm
l homme et son environnement social
neuro sciences reductioniste
cv reeducation  readapatation epert gerontologue
bentivoglio2005
programme sdc lyon 2016 vdef

Sur le même sujet..