Flaubert Gustave Salammbô .pdf



Nom original: Flaubert_-Gustave-Salammbô.pdfTitre: SalammbôAuteur: Gustave Flaubert

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par calibre 2.48.0 [http://calibre-ebook.com], et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 02/12/2017 à 17:43, depuis l'adresse IP 24.53.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 681 fois.
Taille du document: 1.8 Mo (278 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


RÉSUMÉ
Las d'attendre d'être payés, les mercenaires qui ont combattu Rome pour le compte de Carthage se sont
révoltés.
L'un d'entre eux, Mâtho le Libyen, réussit à s'introduire dans le temple de la ville, et à voler le voile
sacré de la déesse lunaire Tanit dont dépend, croit-on, le destin de la ville.
Pour se sauver, Carthage fait appel à Hamilcar, mais après une première victoire au Macar, il est
vaincu à son tour par les insurgés, rejoints par le Numide Narr'Havas. Sur les conseils du grand prêtre
Schahabarim, Salammbô, la fille d'Hamilcar, se rend au camp des mercenaires et se donne à Mâtho, qui
lui restitue le voile de Tanit.
Dès ce moment le sort des armes tourne, mais la ville est maintenant privée d'eau, Mâtho ayant saboté
l'aqueduc. La pluie ne tombera qu'après un sacrifice d'enfants, immolés au dieu Moloch.
Hamilcar, appuyé par Narr'Havas, qui a rejoint le camp de Carthage et s'est vu promettre Salammbô,
accule ses ennemis dans le défilé de la Hache, où ils mourront de faim. Mathô, capturé, est torturé et
Salammbô meurt à la vue de son supplice.

Édition préfacée, annotée et commentée par Jacques Neefs
© Librairie Générale Française, 2011, pour la présente édition.
Couverture : Dessin de Léon Basket, 1911.
Musée national d’art moderne, Paris. © Bridgeman.
Professeur émérite à l’Université de Paris VIII et professeur à l’Université
Johns Hopkins de Baltimore, Jacques Neefs a consacré de nombreux
travaux à Flaubert dont il a en particulier édité Madame Bovary pour Le
Livre de Poche, « Classiques ».
ISBN : 978-2-253-15912-4 – 1re publication LGF

Paru dans Le Livre de Poche :
BOUVARD ET PÉCUCHET
LE DICTIONNAIRE DES IDÉES REÇUES
L’ÉDUCATION SENTIMENTALE
MADAME BOVARY
NOVEMBRE
TROIS CONTES
UN CŒUR SIMPLE

Table
Préface par Jacques Neefs
Note sur l’édition
Salammbô
I. Le festin
II. À Sicca
III. Salammbô
IV. Sous les murs de Carthage
V. Tanit
VI. Hannon
VII. Hamilcar Barca
VIII. La bataille du Macar
IX. En campagne
X. Le serpent
XI. Sous la tente
XII. L’aqueduc
XIII. Moloch
XIV. Le défilé de la Hache
XV. Mâtho
Dossier
Appendice
« Un chapitre d’explications », « Carthage »
Scénarios
Lectures critiques
Chronologie

Bibliographie

Préface
« On trouve que le présent est trop rapide. Je trouve, moi, que c’est le passé qui nous dévore1. »

Salammbô est un livre d’une résistante étrangeté.
Pierre Michon, l’un des prosateurs contemporains assurément les plus attachés à Flaubert, le raconte
comme un souvenir : « […] Il faut continuer à apprendre des choses que l’on ne comprend pas. Une […]
fois, en fin d’année, au retour d’une classe-promenade où on était allés faire de la botanique, l’instituteur
a lu le début de Salammbô de Flaubert. Je devais avoir 9 ans. Je me rappelle ce truc complètement
incompréhensible : “C’était à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d’Hamilcar.” Et puis
toutes ces histoires de Gaulois qui mangeaient des homards. On ne comprenait rien mais il se passait là
quelque chose, ce clinquant fabuleux2. »
L’œuvre a en effet un attrait singulier, qui peut provoquer l’incompréhension, l’exaspération, aussi bien
que l’admiration et la fascination. L’histoire est lointaine, relativement obscure, elle a pour cadre un bref
épisode qui fait suite à la première « guerre punique » entre Carthage et Rome (264-241 av. J.-C.), la
« guerre des Mercenaires » (240-238 av. J.-C.) : à leur retour à Carthage, les soldats – mercenaires de
toutes les nations – engagés par la Cité dans sa lutte contre les Romains se révoltent devant la mauvaise
volonté manifestée à leur donner les rémunérations promises ; se déclare une guerre intestine d’une
violence inouïe, qui a frappé les esprits dès l’Antiquité. Cette guerre, marquée par des luttes internes
violentes au sein de Carthage entre les partis opposés, par de très nombreux épisodes guerriers au cours
desquels la survie même de la Cité est en jeu, se solde par la victoire des Carthaginois grâce à Hamilcar,
qui se montre un stratège génial, et par l’extermination des soldats mercenaires.
Flaubert a choisi de tramer cette histoire guerrière autour de l’histoire d’un « amour » brut, aveugle,
entre Mâtho (personnage historique), le chef des mercenaires, et Salammbô (personnage inventé par
Flaubert), fille d’Hamilcar, servante de la déesse Tanit. Le destin croisé des deux personnages (une seule
étreinte amoureuse, elliptique, au deuxième tiers du roman) s’ordonne au sein d’une foule de personnages,
dans un effervescent tumulte d’actions, de batailles, de cruautés, de sacrifices, et dans un univers de
fastueuses et terrifiantes mythologies archaïques. Il s’achève par la mort simultanée de Mâtho, déchiré
par la foule dans un supplice sanglant, et de Salammbô, qui assiste à cette mort, dans l’aura, étrange et
ironique, d’un sacrilège : « Ainsi mourut la fille d’Hamilcar pour avoir touché au manteau de Tanit. »
Flaubert réalise là une œuvre d’un genre totalement nouveau, sorte de fabuleux « péplum » d’avant
l’invention du cinéma. Cette œuvre projette une pensée singulière de la violence dans l’histoire, en
inventant une forme curieuse de beauté, entre éclat, profusion, rage, artifice, hyperbole, et donne accès à
des univers lointains, et perdus, qui parlent pour le présent, et le futur.

Salammbô est le deuxième livre publié par Flaubert. Il paraît en novembre 1862, c’est-à-dire six ans
après Madame Bovary, Mœurs de province, publié dans La Revue de Paris en six livraisons, du
1er octobre au 15 décembre 1856, puis en volume chez Michel Lévy, en avril 1857. Madame Bovary avait
été le « premier roman » d’un écrivain qui n’était alors connu que d’un petit cercle de proches : « Inconnu
et sans précédents littéraires, l’auteur s’est trouvé tout à coup célèbre », écrivait alors Barbey

d’Aurevilly, dans une critique acerbe de l’œuvre3. Avant Madame Bovary, Flaubert avait déjà écrit de
nombreux textes, très divers, parmi lesquels Rome et les Césars (1839), court essai sur la puissance, le
déclin et la renaissance des empires, Smar (1839), « vieux mystère », vaste allégorie sur le doute
métaphysique et la puissance de créer, et puis une série de romans amplement « autobiographiques » :
Mémoires d’un fou (1838), Novembre (1842) et la première Éducation sentimentale (1845), ainsi
qu’une sorte de féerie théâtrale et narrative qui mettait en scène de manière sarcastique les religions de
l’humanité et la précarité des dieux : La Tentation de saint Antoine (1849), qu’il réécrira après 1870.
Mais il n’avait publié aucun de ces textes.
Madame Bovary avait été un événement littéraire considérable, donnant une grande notoriété à son
auteur. Baudelaire avait aussitôt signalé l’originalité profonde de l’œuvre : « Une gageure, une vraie
gageure, un pari comme toutes les œuvres d’art4. » Et plus tard, en 1884, Maupassant, évoquant la
puissance esthétique absolument nouvelle de cette œuvre, écrivit : « L’apparition de Madame Bovary fut
une Révolution dans les lettres. […] Ce n’était plus du roman comme l’avaient fait les plus grands, du
roman où l’on sent toujours un peu l’imagination et l’auteur […] ; c’était la vie même apparue. On eût dit
que les personnages se dressaient sous les yeux en tournant les pages, que les paysages se déroulaient
avec leurs tristesses et leurs gaietés, leurs odeurs, leur charme, que les objets aussi surgissaient devant le
lecteur à mesure que les évoquait une puissance invisible, cachée on ne sait où5. » Le livre avait en même
temps fait scandale : Flaubert et La Revue de Paris avaient été poursuivis pour « outrage à la morale
publique et religieuse et aux bonnes mœurs ». L’acquittement qui avait suivi n’avait pas effacé le bruit fait
par l’affaire. Flaubert était en effet devenu le représentant d’un art entièrement nouveau et parfaitement
maîtrisé, comme le soulignait Sainte-Beuve : « Madame Bovary est un livre avant tout, un livre composé,
médité, où tout se tient, où rien n’est laissé au hasard de la plume, et dans lequel l’auteur ou mieux
l’artiste a fait d’un bout à l’autre ce qu’il a voulu6. »
Salammbô, six ans plus tard, présente les mêmes exigences artistiques, mais est attaché à un tout autre
univers.
« Salammbô, roman carthaginois7 »
Le nouveau roman de Flaubert était donc particulièrement attendu. Sainte-Beuve le souligna dans un
long article en trois épisodes qu’il lui consacra en décembre 18628. Le livre était attendu comme une
réponse décisive dans le débat sur le réalisme. Mais le sujet antique de Carthage apparaissait comme
profondément déroutant : « […] Une cité dont l’emplacement même a longtemps fait doute parmi les
savants, une nation éteinte dont le langage lui-même est aboli, et dans les fastes de cette nation un
événement qui ne réveille aucun souvenir illustre, et qui fait partie de la plus ingrate histoire. Voilà quel
était son [de Flaubert] nouveau sujet, étrange, reculé, sauvage, hérissé, presque inaccessible ;
l’impossible, et pas autre chose, le tentait : on l’attendait sur le pré chez nous, quelque part en Touraine,
en Picardie ou en Normandie encore ; bonnes gens, vous en êtes pour vos frais, il était parti pour
Carthage. »
Le livre provoque aussitôt de très nombreuses réactions contradictoires et polémiques : « Salammbô,
écrit encore Sainte-Beuve, indépendamment de la dame, est dès à présent le nom d’une bataille, de
plusieurs batailles. » Le roman apparaît en effet incompréhensible à beaucoup, et manqué, par excès. Les
Goncourt notent dans leur Journal du 6 mai 1861, à la suite d’une lecture que Flaubert vient de faire de
son roman pour quelques auditeurs : « Salammbô est au-dessous de ce que j’attendais de Flaubert. Sa

personnalité si bien dissimulée, absente dans l’œuvre si impersonnelle de Madame Bovary, fait jour ici,
renflée, mélodramatique, déclamatoire, roulant dans l’emphase, la grosse couleur, presque l’enluminure.
Flaubert voit l’Orient, et l’Orient antique, sous l’aspect des étagères algériennes. Il y a des effets
enfantins, d’autres ridicules9. »
Le recours à l’érudition antique, surtout, apparaissait pesant, et le roman fut attaqué pour sa lourde
cargaison « archéologique », en particulier, du côté de l’archéologie elle-même, par un défenseur de cette
« science » alors en plein débat, Froehner, dans un long article qui relevait erreurs et approximations, au
nom de l’exactitude scientifique et de l’examen des « données authentiques ». Flaubert pécherait par
imagination : « Il faut avouer que M. Flaubert a un don bien précieux : il découvre dans les textes anciens
des choses que nul autre ne saurait y voir. » Flaubert réunit alors un important dossier de notes sur son
propre travail, intitulé « Sources et méthode », pour répondre aussitôt, point par point, à ces objections
tant du critique littéraire que de l’archéologue, et publia plus tard ses réponses en appendice à l’édition
du roman10.
Mais c’est surtout l’esthétique du livre qui dérange, parce que inclassable : « Qu’est-ce donc que
Salammbô ? une chose qu’on n’avait jamais vue : de l’imagination scientifique », écrit un critique, Alcide
Dusolier, qui commente : « Salammbô, c’est le triomphe de l’immobilité », et ajoute : « De là une
affreuse uniformité, un ennui accablant11. » Pourtant, les mêmes traits de l’œuvre ont pu être appréciés de
manière inverse, par Paul de Saint-Victor, par exemple, pour qui l’œuvre a une parfaite unité, forte et
efficace, et une considérable puissance d’évocation : « La ville morte, si puissamment évoquée, s’est
relevée sous sa plume, plus vivante que Ninive sous la pioche des archéologues. […] Tout se tient dans
ce monde étrange, à demi exhumé, à demi créé12. » Et le livre suscita aussitôt l’admiration de quelques
écrivains, Théophile Gautier, par exemple, ou encore George Sand qui se dit, dans une lettre de décembre
1862 à Pauline Villot, « très toquée de Salammbô » qu’elle compare à « du Beethoven » ; elle fit paraître
dans La Presse, en janvier 1863, un article particulièrement enthousiaste où elle relevait la singularité
profonde de l’œuvre : « […] cela est étrange et magnifique, c’est plein de ténèbres et d’éclats. Ce n’est
dans le genre et sous l’influence de personne ; cela n’appartient à aucune école13. »
Une vingtaine d’années plus tard, à la mort de Flaubert, Maupassant dira son admiration14, comme
Banville qui écrira : « [Flaubert] prouva par un nouveau chef-d’œuvre, par cette merveilleuse Salammbô,
qui est le véritable récit épique des temps modernes, que l’analyse expérimentale et scientifique peut être
appliquée même aux choses qui ne sont plus, et qui, pour ainsi dire, n’ont laissé nulle trace. Carthage, la
Carthage d’Hamilcar, avec ses dieux, ses sacrifices humains, ses batailles horribles, toute une civilisation
disparue, tout un monde ancien enseveli dans la triple nuit du temps, de l’oubli et des ruines, venait de
ressusciter par l’évocation d’une volonté que rien ne décourageait15. » On reconnaissait dans ce livre une
beauté radicalement nouvelle ; une beauté étrange, comme décadente, ainsi que Huysmans l’écrit dans À
rebours, en 1884 : « Chez Flaubert, c’étaient des tableaux solennels et immenses, des pompes grandioses
dans le cadre barbare et splendide desquels gravitaient des créatures palpitantes et délicates,
mystérieuses et hautaines, des femmes pourvues, dans la perfection de leur beauté, d’âmes en souffrance,
au fond desquelles il discernait d’affreux détraquements, de folles aspirations, désolées qu’elles étaient
déjà par la menaçante médiocrité des plaisirs qui pouvaient naître16. »
Salammbô, « roman carthaginois », semblait donc, selon les lecteurs, se dérober dans l’excès de sa
bizarrerie, ou bien, au contraire, répondre par une éclatante beauté nouvelle aux enjeux de la littérature
moderne. L’ambiguïté persiste sans doute maintenant encore. Le roman a pris dès lors une place originale
dans l’horizon orientaliste et antiquisant, caractéristique de l’époque, et Flaubert avait la volonté de

produire une œuvre provocatrice : « Oui, on m’engueulera, comptes-y, écrit-il à Ernest Feydeau, le
17 août 1861. Salammbô 1o embêtera les bourgeois, c’est-à-dire tout le monde ; 2o révoltera les nerfs et
le cœur des personnes sensibles ; 3o irritera les archéologues ; 4o semblera inintelligible aux dames ;
5o me fera passer pour pédéraste et anthropophage. Espérons-le ! » Le livre eut pourtant un succès
immédiat – les quatre mille exemplaires de la première édition furent vendus en deux mois – et le roman
suscita aussitôt une débauche de caricatures et de charges, en même temps qu’une mode : René Dumesnil
relève par exemple que, « lors du carnaval de 1863, Mme Rimski-Korsakov arbore une robe constellée
d’or et qui prétend être le voile de Tanit, un serpent enroulé à sa taille17 ». L’impératrice Eugénie fait
demander des dessins des robes de Salammbô. Le Monde illustré reproduit des costumes dans le style du
roman, dessinés par le couturier Worth. Une parodie de Salammbô, intitulée Folammbô, ou les
Cocasseries carthaginoises, de Laurencin et Clairville, est présentée au théâtre du Palais-Royal le 1er
mai 1863, et en 1866, Flaubert écrit à sa nièce Caroline : « On a donné aux Bouffes une Didon où une
Salammbô figure18. » Le personnage était ainsi grotesquement enrôlé dans le mythe de la fondation de
Carthage.
Le roman de Flaubert paraît à un moment où l’Orient et l’Antiquité, souvent imbriqués ou confondus,
succèdent, dans l’imagination et les représentations populaires aussi bien que dans l’univers scientifique
et érudit, au grand courant « médiéval » des débuts du romantisme dont Notre-Dame de Paris, de Victor
Hugo, en 1832 est l’un des emblèmes. Comme l’écrivait Théophile Gautier dès 1834, dans la Préface de
Mademoiselle de Maupin : « Le Moyen Âge ne répond à rien maintenant, nous voulons autre chose. »
Lui-même publia en 1858, entre autres textes et compositions liés à l’Orient et à l’Antiquité, Le Roman
de la Momie, récit « fantastique » d’archéologie égyptienne très marquant. Un âge nouveau de
l’archéologie était en effet alors engagé, en grand développement, principalement vers ce que nous
nommons maintenant le Moyen-Orient, lié à l’expansion européenne et aux formes modernes de
colonisation. Cette double passion trouvait de multiples échos dans les arts et les formes les plus
diverses de spectacles. La peinture « orientaliste » néoclassique en témoigne, qui est alors largement
antiquisante, et en même temps d’une certaine manière érotique, selon une idéologie bien décrite par
Edward Said dans L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident19. Cela caractérise assurément
Salammbô tout aussi bien. On doit imaginer les « scènes » de Salammbô au voisinage, ou plutôt, sans
doute, à distance des peintures qui se chargent de donner une ample visibilité à ce goût répandu pour
l’Orient et l’Antiquité. Il en est ainsi, parmi d’autres, de Chassériau auquel Gautier prêtait « une grâce
étrange », d’Alexandre Decamps que Flaubert appréciait, de Charles Gleyre qu’il connaissait depuis les
années 1840, ou de Thomas Couture, dont le très grand Romains de la décadence (1847) fait date dans le
genre de la « peinture d’histoire » – et, plus profondément, de Gustave Moreau dont Flaubert a dû avoir
l’occasion de voir Les Athéniens livrés au Minotaure dans le labyrinthe de Crète, à l’exposition
universelle de 1855 : la proximité esthétique entre Gustave Moreau et Flaubert, celle d’un orientalisme
antiquisant symboliste, ne fera que se confirmer, en particulier avec la représentation de Salomé dans
Hérodias (1877).
Mais l’on doit aussi imaginer Salammbô au voisinage de ce que pouvait être alors l’usage parodique
de l’Antiquité, comme de l’Orient, dans la société du Second Empire, frayant avec une sorte de vulgarité
aussi bien qu’un humour ravageur : ce dont témoignent parfaitement, par exemple, certaines œuvres de
Jacques Offenbach, en particulier l’opéra bouffe La Belle Hélène, livret de Meilhac et Halévy, créé au
théâtre des Variétés en décembre 1864. L’opéra est une sorte de farce burlesque, emportée, musicalement
très subtile, qui met en scène les luttes vaines (des hommes et des dieux) qui conduisent à la guerre de
Troie. Salammbô entretient assurément une relation marquée avec un tel goût de l’outrance et de la

dégradation, dans une proximité risquée avec le grotesque ou le ridicule. Enfin le roman déploie une
fascination pour les architectures fantastiques, les pièces composites, pour les alliances de matières
rares, pour les objets étranges, pour les bijoux complexes, qui inaugurait d’une certaine manière le goût à
venir du mélange hétérodoxe des formes et des matières pour les vêtements, les bijoux, les objets
décoratifs. Les statues de Théodore Rivière, l’un des principaux sculpteurs orientalistes de la fin du
siècle, en sont un exemple, qui mêlent les matériaux précieux – ivoire, or, bronze, turquoise –, de même
que, par exemple, une Salammbô en marbre blanc, granit rouge et bronze, sculptée par Désiré-Maurice
Ferrary, en 1899.
Dans cette passion polymorphe pour l’Antiquité et l’Orient, indistincte souvent, très mêlée, profonde
aussi, affectant science, érudition, arts, spectacles, Salammbô ne devait donc pas tomber comme un objet
totalement incongru. Mais sa force propre, le paradoxe de son esthétique, différente de tout genre alors
connu de « roman », distinguait fortement l’œuvre dont Gautier, aussitôt, songea à commander, pour
l’Opéra, une adaptation confiée à Verdi, qui ne fut pas réalisée20. De son côté, Berlioz s’enthousiasma
pour le roman de Flaubert : « Déjà j’en rêve la nuit, je sens mon cœur s’éprendre pour cette mystérieuse
fille d’Hamilcar, pour cette vierge divine, prêtresse de Tanit, qui meurt d’horreur et d’amour pour le chef
torturé des mercenaires21. » Lui-même composa alors Les Troyens à Carthage, créé à l’Opéra de Paris le
4 novembre 1863, événement esthétique important par le traitement musicalement très moderne de la
fable antique d’Énée et de Didon, c’est-à-dire de Carthage au temps de sa fondation – alors que Flaubert
avait au contraire écrit un épisode de sa course vers la destruction. Berlioz consulta Flaubert pour « les
costumes phéniciens » en précisant : « Personne à coup sûr n’en sait autant que vous là-dessus22. » Le
compositeur reconnaissait ainsi combien Salammbô excède l’art du roman, par l’étonnante puissance
« spectaculaire » qui s’en dégage, par la précision savante des détails et des décors, qui les rend si
insistants dans leur foisonnement, et par la manière dont le livre sollicite et délivre l’imagination.
L’œuvre de Flaubert s’est également prolongée en de secrètes résonances, souvent inattendues, comme
si elle agissait lentement, au plus profond de la mémoire et de l’imaginaire. Jules Laforgue, vers 1885,
revint à plusieurs reprises, de manière doucement mélancolique vers « la petite Salammbô, prêtresse de
Tanit » ; Erik Satie déclara avoir eu l’idée de composer ses Gymnopédies (en 1888) après une lecture du
roman. Joseph Conrad, lecteur familier de Flaubert, semble fugitivement importer quelques bribes de la
violence et de la nostalgie de Salammbô dans Le Nègre du « Narcisse » (en 1897) ; et plus tard Aragon,
dans Blanche, ou l’Oubli (1967), fait de Salammbô l’occasion d’un long chapitre de réflexion sur la
création, et sur la violence de l’histoire. Ou encore, fugitivement, dans un poème d’Édouard Glissant,
« Ode à Pierre et à Carthage23 ».
Antiquités orientales
Flaubert a nourri une passion constante pour l’Orient, et les rêves qui s’y attachent apparaissent très
tôt, dès ses premiers textes. Dans un récit écrit à l’âge de quatorze ans, Rage et impuissance, il écrit de
M. Ohmlyn, personnage enterré vivant qui est un florilège de clichés romantiques : « Il rêvait l’Orient,
l’Orient avec son soleil brûlant, son ciel bleu, ses minarets dorés, ses pagodes de pierre ; l’Orient avec
sa poésie toute d’amour et d’encens ; l’Orient avec ses parfums, ses émeraudes, ses fleurs, ses jardins aux
pommes d’or […]24. » Rêver l’Orient, c’est ce que fait aussi le protagoniste de Novembre, tandis que
Jules, l’un des deux héros de L’Éducation sentimentale, se met à l’étudier. Mais Flaubert a également
médité longuement un Conte oriental, pendant deux périodes distinctes, 1845-1849 et 1853-185425. Et il

écrit, on l’a vu, une première Tentation de saint Antoine, en 1849, revue et partiellement publiée en
1856-1857.
Ce rêve est devenu expérience lors du voyage que Flaubert fit avec Maxime Du Camp d’octobre 1849
à juin 1851 : Égypte, Liban et Palestine, Jérusalem, Damas, Rhodes, Asie Mineure, Smyrne,
Constantinople, Grèce (Athènes, Delphes et les Thermopyles), puis l’Italie, Naples, Florence, Venise. Ce
tour de la Méditerranée occidentale était en même temps une traversée de l’histoire antique, de l’Égypte à
Rome, mais également, pour Flaubert, une nouvelle expérience de son métier d’écrivain, sur site, dans le
cours des choses : dans le récit qu’il rédige de son voyage, mais aussi bien dans la correspondance
abondante qu’il envoie en France, à sa mère, à Louis Bouilhet, à ses amis, espaces, couleurs, sensations,
odeurs, monuments anciens, villes modernes, mœurs, coutumes, vêtements, expériences érotiques, sont
portés par une écriture intensément vive, dans une sorte d’intimité sensible avec l’étrangeté des lieux, des
formes, des êtres. Flaubert tentait ainsi une première écriture de l’Orient dont la composition et le style
de Salammbô s’alimentèrent profondément26.
C’est ce contact sensible avec l’Orient que Flaubert voudra renouveler après les premières lectures de
documentation, commencées dès 1857, et au début de la rédaction de son roman. Après avoir écrit trois
chapitres, dont un chapitre synthétique sur Carthage, qu’il qualifie d’« explicatif27 », il éprouve la
nécessité de connaître directement le site de la fiction, les lieux « actuels » de ce qui deviendra le cadre
antique de Salammbô, et se rend à Carthage d’avril à juin 1858 : « Je connais Carthage à fond et à toutes
les heures du jour et de la nuit », écrit-il à Bouilhet le 8 mai. Il s’aventure même jusqu’à revenir en
Algérie « par terre, ce que peu d’Européens ont exécuté ». La région n’était en effet encore que de
« conquête » coloniale récente, mais l’épreuve du terrain devait être complète : « Je verrai de cette façon
tout ce qu’il me faut pour Salammbô », confie-t-il à Duplan le 20 mai. L’expérience fut assez probante
pour qu’à son retour, le 11 juillet, il écrive à Mlle Leroyer de Chantepie : « Et maintenant tout ce que
j’avais fait de mon roman est à refaire. Je m’étais complètement trompé. »
En écrivant Salammbô, Flaubert pouvait ainsi convertir une ancienne et intense fascination pour
l’Antiquité et pour l’Orient en une aventure intellectuelle et esthétique inédite : « Moi, dit-il à SainteBeuve le 23-24 décembre 1862, j’ai voulu fixer un mirage en appliquant à l’Antiquité les procédés du
roman moderne, et j’ai tâché d’être simple. Riez tant qu’il vous plaira ! Oui, je dis simple, et non pas
sobre. Rien de plus compliqué qu’un Barbare28. » Le livre devait donc tenir un singulier chemin entre
l’exploration archéologique érudite d’un lieu et d’un temps mal connus, et l’expérimentation d’une forme
littéraire nouvelle, indissociablement. Dès le moment où il s’était engagé dans le projet d’un roman sur
Carthage, Flaubert avait souligné le caractère paradoxal de l’entreprise et la difficulté qui en résultait en
ce qui concernait la documentation à réunir. Dans une lettre à Mlle Leroyer de Chantepie, le 18 mars
1857 (c’est-à-dire avant même que Madame Bovary ne soit paru en volume), il décrit son nouveau
dessein : « Je m’occupe […] d’un travail archéologique sur une des époques les plus inconnues de
l’Antiquité, travail qui est la préparation d’un autre. Je vais écrire un roman dont l’action se passera trois
siècles avant Jésus-Christ, car j’éprouve le besoin de sortir du monde moderne, où ma plume s’est trop
trempée et qui d’ailleurs me fatigue autant à reproduire qu’il me dégoûte à voir. » S’écarter du monde
moderne était sans doute un motif suffisant pour aller vers Carthage. Pourtant, il est bien clair que cela
n’épuise pas le sens de l’œuvre, ni de son entreprise. De même que l’idée de la recherche d’un exotisme
n’explique pas l’intensité esthétique nouvelle conquise par l’œuvre, ni surtout la profonde complexité
idéologique qui la caractérise. Écrire Salammbô est aussitôt conçu par Flaubert comme une épreuve
inédite : « Je vais, écrit-il le 22 juillet 1857, dans une quinzaine, me mettre à du neuf. C’est une histoire
qui se passe 240 ans avant Jésus-Christ. J’en ai une angoisse terrible et vague, comme l’on s’embarque

pour un long voyage. En reviendra-t-on ? Qu’arrivera-t-il ? On a peur de s’en aller, et pourtant on brûle
de partir. La littérature, d’ailleurs, n’est plus pour moi qu’un supplice29. »
Un livre « sur une des époques les plus inconnues de l’Antiquité », disait la lettre du 18 mars 1857. Il y
avait en effet une sorte de paradoxe à s’attacher à Carthage, alors que le goût pour l’Antiquité et les
recherches archéologiques établies portaient essentiellement sur l’Égypte, la Grèce et bien sûr l’histoire
romaine, déjà bien connues comme sources de l’histoire moderne de l’Occident. L’histoire de Carthage
avait toujours été traitée par les historiens, depuis l’Antiquité (principalement Polybe, Appien, que
Flaubert utilise beaucoup) jusqu’aux temps modernes (Montesquieu, Michelet), comme un versant
adverse de l’histoire romaine : l’histoire de la très puissante ville commerçante africaine et
méditerranéenne, qui menaçait Rome, et qui, après trois guerres engagées entre les deux cités pour le
contrôle des grandes îles et du pourtour de la Méditerranée – les trois « guerres puniques » – avait été
entièrement détruite par les Romains. « Carthage est ce que Rome nous cache non seulement à l’extérieur,
mais à l’intérieur d’elle-même », écrit Michel Butor à propos de Salammbô. Flaubert choisit donc
d’explorer ce que l’on pourrait considérer comme une histoire à rebours, avec un double effet :
« [Carthage] va incarner pour Flaubert, écrit encore Butor, tout ce que nous préférons ne pas trop
regarder dans la culture antique, en particulier la cruauté, tout ce qui s’ordonne autour de la notion de
sacrifice, et aussi ce qui annonce déjà ce qu’il déteste dans la civilisation contemporaine, Carthage étant
le type même de la république marchande, magnifique à certains égards, mais horrible aussi… une
organisation de conquête commerciale et financière du monde ancien30. »
Mais Carthage avait aussi une grande portée poétique et mythique, à travers l’histoire de sa fondation
par les Phéniciens, et le poème de Virgile, l’Énéide, avec les amours de la reine Didon et d’Énée, sujet
de multiples représentations, picturales, poétiques ou musicales, durant des siècles. Flaubert dissimule
quelques allusions plus ou moins « inversées » à l’Énéide, comme en écho dégradé d’une épopée
lointaine, et les nombreuses allusions à la fondation et à l’origine phénicienne de la ville permettent de
faire mieux apparaître les superpositions de peuples qui ont constitué son histoire, de réunir des foules
hétérogènes, et de démultiplier les origines dans la confusion de l’histoire : « On y sentait la succession
des âges et comme des souvenirs de patries oubliées » (p. 110). Enfin, il est frappant que de cette histoire
de Carthage, souvent héroïque et grandiose, en particulier avec Hannibal et la deuxième guerre punique,
Flaubert choisisse le bref épisode de la « guerre des Mercenaires », celui qui précisément tient, d’une
certaine manière, Rome à distance. Cette « guerre » avait suscité dès l’Antiquité une sorte de fascination
terrorisée. Michelet l’indique, à la fin de son récit, reprenant une longue tradition inaugurée par Polybe :
« Dans ce monde sanguinaire des successeurs d’Alexandre, dans cet âge de fer, la guerre des mercenaires
fit pourtant horreur à tous les peuples, Grecs et Barbares ; et on l’appela la guerre inexpiable31. »
Flaubert trouvait dans ce bref moment de l’histoire de Carthage l’épicentre d’une violence historique
exceptionnelle, l’exemple d’une guerre qui n’est ni une guerre entre empires, nations, ou cités, ni à
proprement parler une guerre civile, mais une guerre sans règle ni retenue.
S’engageant ainsi dans l’histoire de Carthage, Flaubert participait de fait à l’élaboration, alors en
cours, d’une définition nouvelle de l’Orient antique. L’histoire des Phéniciens était en effet un objet
relativement nouveau. Une lecture de leur alphabet avait été proposée dès 1758 par l’abbé Jean-Jacques
Barthélemy, et en 1837 le philologue allemand Heinrich Gesenius venait de fonder l’épigraphie
phénicienne en publiant ses Monuments de l’écriture et de la langue phéniciennes. Mais c’est vers le
milieu du XIXe siècle que les sites reconnus font l’objet de fouilles de plus en plus nombreuses, de
l’Orient à la Méditerranée centrale. Renan effectue à partir de 1860 une mission archéologique au Liban
et en Syrie et publie sa Mission de Phénicie en 1864. Quant à Carthage, un premier plan avait été publié

en 1833 par Falbe, consul du Danemark à Tunis, et Adolphe Dureau de La Malle avait fait paraître en
1835 Recherches sur la topographie de Carthage et, en 1837, Province de Constantine, Recueil de
renseignements pour l’expédition ou l’établissement des Français dans cette partie de l’Afrique
septentrionale, ouvrages que Flaubert a très attentivement consultés et utilisés.
L’enjeu est cependant plus large encore : c’est celui d’une nouvelle géographie ainsi que d’une
nouvelle amplitude chronologique de l’archéologie orientale, liée en particulier à une très importante
archéologie biblique nouvelle. Félicien de Saulcy, qui félicita Flaubert de son roman, en était l’un des
fondateurs, et publiait alors une Histoire de l’art judaïque, tirée des textes sacrés et profanes (1858) et
un Dictionnaire des antiquités bibliques, traitant de l’archéologie sacrée, des monuments hébraïques
de toutes les époques (1859). Dans Salammbô, Flaubert fait lui-même de la Bible une source
considérable en ce qui concerne les rites, les mœurs, les objets, les couleurs, les bijoux, les pierreries,
les poids, les mesures, les monnaies, et tout le monde de l’Orient sémitique. Un champ nouveau s’ouvrait,
celui des « Antiquités orientales », dont Flaubert, avec Salammbô, est l’un des contemporains et d’une
certaine manière l’un des acteurs. Les « Antiquités orientales » deviendront en 1881 un département du
musée du Louvre, création qui établissait les civilisations du Proche et du Moyen-Orient comme un
ensemble complexe, et comme un tout. L’unité est d’abord linguistique : les langues connues écrites et
parlées les plus anciennes, l’akkadien, le babylonien, le phénicien, l’araméen, l’hébreu et l’arabe
appartiennent toutes au groupe des langues sémitiques. Mais elle est également liée à une forme de
« civilisation » : mise au point des instruments de comptabilité, naissance de l’écriture dans le pays de
Sumer vers 3300 avant notre ère, développement des empires : Ur, Akkad, Babylone, les Hittites, les
Assyriens, les Élamites, et les royaumes marchands du Levant avec Mari, ou Ougarit sur le littoral syrien.
Tyr, principale cité phénicienne, fondée au début du XIIe siècle av. J.-C., sur la Méditerranée orientale, et
qui est à l’origine de la fondation de Carthage en 814, appartient à cet ensemble.
Flaubert, avec une grande liberté et en suivant une sorte d’intuition puissante, mobilise pour Salammbô
une immense érudition littéraire, historique, archéologique, qui va exactement dans ce sens. Il souligne
souvent le caractère démesuré de ses recherches : « Savez-vous, écrit-il à Duplan le 26 juillet 1857,
combien, maintenant, je me suis ingurgité de volumes sur Carthage ? environ 100 ! et je viens, en quinze
jours, d’avaler les 18 tomes de La Bible de Cahen ! avec les notes et en prenant des notes. » Art militaire,
maladie des serpents, hystérie et maladies mentales, mythes et panthéons, botanique, architectures,
aliments, métaux, Flaubert construit une sorte d’encyclopédie de l’Antiquité orientale, prise dans le
mouvement de la fiction et dans le rythme des phrases. Il a conscience du caractère hypothétique de ce
qu’il propose : « Quant à l’archéologie, elle sera “probable” », dit-il à Feydeau le 26 juillet 1857. Il
conçoit en cela un objet totalement inédit, et à Feydeau encore, fin novembre, il écrit : « Car ma drogue
ne sera ni romaine, ni latine, ni juive. Que sera-ce ? Je l’ignore. Mais je te jure bien, de par les
prostitutions du temple de Tanit, que ce sera “d’un dessin farouche et extravagant”, comme dit notre père
Montaigne. »
L’un des reproches principaux que l’archéologue Froehner fait à Flaubert est d’avoir dû forcer « son
imagination pour remplir les vides de la tradition » et « [mettre] à contribution toutes les époques » : « le
trop-plein de recherches, l’abondance de documents recueillis de toutes parts et enrichis à plaisir, nuit à
l’ensemble de l’ouvrage. Le roman est devenu un magasin32 ». Mais précisément, le propos de l’œuvre
est bien d’être l’espace où se concentre une « réalité » lointaine, dispersée, morcelée, faite de l’histoire
de mondes multiples. Le livre peut être la concentration d’univers nombreux, de foules réunies,
d’histoires concurrentes. Il est en chacun de ses points le rassemblement de savoirs pris à des horizons
multiples : « Les détails ethnographiques sont pris partout depuis Hérodote jusqu’aux voyageurs

modernes. Strabon m’a été fort utile », indique Flaubert dans le dossier « Sources et méthode » qu’il
prépara pour la défense de son livre33. L’œuvre absorbe les références les plus diverses et cette
« bibliothèque », telle qu’elle apparaît dans les notes très nombreuses prises par Flaubert, est
extraordinairement hétérogène, allant de multiples sources de l’Antiquité (Aristote, Hérodote, Appien,
Lucain, Strabon, par exemple) aux études récentes portant sur tous les domaines concernés, des
répertoires sur les religions – en particulier le grand livre de Creuzer sur les religions de l’Antiquité,
mais aussi l’Origine de tous les cultes de Dupuis —, à de nombreuses études sur l’Afrique aussi bien
que sur la Gaule et les pays septentrionaux. La bibliothèque convoquée pour Salammbô représente une
investigation particulièrement audacieuse et inventive pour formuler une nouvelle conception, large,
mobile, profonde, de l’Orient antique.
Flaubert invente en effet, par cette érudition mise en fiction, une sorte d’histoire « hologramme ». Il
projette dans le temps bref de la guerre des Mercenaires des traits qui appartiennent à d’autres moments :
le sacrifice des enfants à Moloch (chap. XIII) n’est attesté que lors d’une guerre précédente, du temps de
l’attaque contre Carthage engagée par le tyran de Sicile Agathoclès (310-307 av. J.-C.) ; de nombreux
traits prêtés à Hamilcar sont ceux qui appartiendront à son fils Hannibal (présent de manière très subtile
dans le roman) : l’audace, l’impiété, le mensonge. Au chapitre VII, les navires de commerce lancés par
Hamilcar font des voyages qui ont pour modèle une expédition « mythique » de la tradition carthaginoise,
le « périple d’Hannon ». La fiction peut ainsi devenir le lieu d’une projection fantastique de tout l’univers
antique. L’espace entier de ce monde, et de ses frontières, est sans cesse rappelé, et comme ordonné, dans
les multiples inventaires de peuples, de types d’armes, de guerriers, de produits consommés, d’objets
importés, que Flaubert met en récit. Ces listes nombreuses tracent la géographie mobile d’un univers qui
lui-même semble lentement glisser de l’Orient vers l’Occident, de son passé le plus lointain à un avenir
obscur : celui de son extension vers l’ouest, depuis tout le pourtour de la Méditerranée, mais aussi de sa
destinée future puisque Flaubert prête à Hamilcar, dans ce chapitre VII, la « vision » de la destruction à
venir de Carthage : « Il n’y aura plus que le cri des aigles et l’amoncellement des ruines. Tu tomberas,
Carthage ! » (p. 194).
Nous signalons en note nombre de ces emprunts et dispositifs d’inventaires qui composent chaque fois
un tableau de l’Orient archaïque et classique, celui des origines sémitiques, mais aussi celui d’univers
plus anciens et lointains, et celui des frontières indistinctes, africaines, septentrionales ou extrêmeorientales, ou encore celui des rêveries mythiques liées à l’Océan au-delà des Colonnes d’Hercule, à
l’occident. Amplitude historique qu’Albert Thibaudet a commentée : « Et l’image de Carthage elle-même
serait insuffisante si derrière elle il n’y avait pas, de trois côtés, ces trois arrière-plans pleins de
mystères et de présences obscures : le monde de la Méditerranée, l’Orient, l’Afrique. Si le roman
historique implique une certaine idée de l’espace et du temps, on peut dire que Flaubert l’a transformé en
repensant l’espace et le temps historiques avec un cerveau d’artiste original34. »
Lukács, dans son livre devenu classique sur Le Roman historique, a décrit l’entreprise de Flaubert
comme une contradiction, qui consiste à se proposer « de ressusciter un monde disparu qui ne nous
concerne pas » et avoir en même temps la volonté de « figurer ce monde d’une manière réaliste35 ». Mais
tout le travail de Flaubert et l’effort de l’œuvre sont au contraire de rendre ce « monde disparu »
intéressant, précisément parce que « disparu », et parce que riche de ce qui se jouait d’inconnu en lui, et
de la multiplicité des univers qui s’y rencontraient, s’y fondaient ou s’y battaient. Dans une lettre adressée
à Louise Colet, le 27 mars 1853, alors qu’il est en train de rédiger Madame Bovary, Flaubert commente
l’attrait qu’a pour lui l’univers oriental : « Ce que j’aime […] dans l’Orient, c’est cette grandeur qui
s’ignore, et cette harmonie de choses disparates. […] Je veux qu’il y ait une amertume à tout, un éternel

coup de sifflet au milieu de nos triomphes, et que la désolation même soit dans l’enthousiasme. Cela me
rappelle Jaffa où, en entrant, je humais à la fois l’odeur des citronniers et celle des cadavres ; le
cimetière défoncé laissait voir les squelettes à demi pourris, tandis que les arbustes verts balançaient audessus de nos têtes leurs fruits dorés. Ne sens-tu pas combien cette poésie est complète, et que c’est la
grande synthèse ? » Cela est aussitôt associé à un intérêt profond pour l’Antiquité : « Ah ! que je voudrais
être savant ! et que je ferais un beau livre sous ce titre : De l’interprétation de l’antiquité ! Car je suis
sûr d’être dans la tradition ; ce que j’y mets de plus, c’est le sentiment moderne. » Salammbô répond
parfaitement à ce projet, œuvre savante qui, par son esthétique et son intensité, est une « interprétation de
l’antiquité ». Flaubert donne en effet consistance à une sorte de froissement des mondes antiques, en un
lieu, en une brève période, dans un pli de l’avenir, selon un « sentiment moderne » de l’histoire. L’œuvre
est en cela véritablement expérimentale.
Il reviendra sur ces temps de collisions antiques, de tumultes historiques profonds, pour La Tentation
de saint Antoine, en 1870, et, à l’époque où il écrira Bouvard et Pécuchet, avec le désir « obsédant »,
dira-t-il à sa nièce le 19 juin 1879, d’écrire la « Bataille des Thermopyles ». Il revient alors également
vers le projet d’un roman sur le monde oriental moderne, dont on peut imaginer qu’il aurait pu être l’exact
pendant de Salammbô, dans une lettre à Mme Roger des Genettes, le 10 novembre 1877: « Si j’étais plus
jeune et si j’avais de l’argent, je retournerais en Orient pour étudier l’Orient moderne, l’Orient-isthme de
Suez. Un grand livre là-dessus est un de mes vieux rêves. Je voudrais faire un civilisé qui se barbarise et
un barbare qui se civilise ! développer ce contraste des deux mondes finissant par se mêler. – Mais il est
trop tard. C’est comme pour ma Bataille des Thermopyles ! »
« Le véritable récit épique des temps modernes36 »
Le roman de Flaubert s’applique à produire, sur l’horizon d’un monde perdu, dans un bref épisode de
l’histoire du monde antique méditerranéen, une grande fable de la violence guerrière qui enveloppe et
ravage autant les dieux que les humains, et emporte avec elle sexe, désir, pouvoir et mort. Dans le
premier scénario de l’œuvre, Flaubert imaginait une structure relativement simple tournant autour de la
rencontre érotique de Mâtho et d’un personnage féminin alors appelé Pyra, « enivrée du feu mysticohystérique d’Astarté ». La guerre sans limites et la destruction des mercenaires semblaient en découler,
de façon précipitée, à la fin du scénario37. L’élaboration du roman consista à rendre de plus en plus
complexes les liens entre les dimensions érotique, mythique, politique et guerrière que fournissait cet
épisode de l’histoire, et à les diffuser dans l’ensemble de l’œuvre. Cela est sensible dans la série des
sept scénarios d’ensemble que Flaubert a composés. Mais c’est par le travail des années de rédaction
qu’il noue intimement ces différentes séries, pour donner une densité extrême à la fiction en prose qu’il
projette.
Dans le roman, le récit de la guerre proprement dite suit le déroulement décrit depuis l’Antiquité, en
particulier par Polybe, et tel que le reprend Michelet – dont manifestement Flaubert s’inspire beaucoup. Il
insère cependant des « inventions » tout à fait décisives, à commencer par l’intrigue « amoureuse » et la
rivalité entre Mâtho et Narr’Havas, mais aussi le circuit du voile de Tanit et les épisodes autour
d’Hamilcar et de Salammbô faisant intervenir de multiples mythologies archaïques, le sacrifice à
Moloch, ou encore le rôle de la « foule » de Carthage, au chapitre XIV : nous indiquons en note certaines
de ces interventions narratives, par rapport au récit « historique ». Mais la puissance troublante de
l’œuvre tient à la dimension « spectaculaire » que la prose donne à son propre univers : croyances, rites,
décors, désirs fous, intrigues politiques, grandes manœuvres guerrières et infimes ruses, trahisons,

supplices, doivent tenir ensemble, dans un espace géographique et des décors précis, et dans des scènes
infiniment saisissantes. L’œuvre excède le genre du roman, comme le reconnaissait Berlioz, nous l’avons
vu : « une sorte d’opéra en prose », disait également Maupassant38. Flaubert avait conscience de vouloir
atteindre une puissance de vision allant au-delà de ce que permet le genre : « Les procédés de roman que
j’emploie ne sont pas bons. Mais il faut bien commencer par là pour faire voir », écrit-il à Jules Duplan,
dès le début de la conception du livre, le 3 ou 4 octobre 1857.
« Faire voir » : c’est assurément ce que cherche la prose de Salammbô, avec une intensité
« spectaculaire » tout à fait moderne que Gautier donne à comprendre métaphoriquement : « […] comme
si les rideaux du passé s’écartaient brusquement tirés par une main puissante, découvrant un théâtre où le
décor des siècles a été laissé en place, au lieu de retourner au magasin de l’éternité39 ». Salammbô
expérimentait bien un « singulier procédé d’imagination40 », et le tumulte du roman tient à de multiples
scènes étonnamment « exposantes », espaces intriqués, surgissements d’horreurs, perceptions d’horizon,
mouvements de foules, pris dans la puissance sonore de la prose. Il en est ainsi, par exemple, dès le début
du récit, au moment de l’apparition de Salammbô, comme dans une scénographie que le cinéma, pour
nous, a pu rendre familière : « Le palais s’éclaira d’un seul coup à sa plus haute terrasse, la porte du
milieu s’ouvrit ; et une femme, la fille d’Hamilcar elle-même, couverte de vêtements noirs, apparut sur le
seuil » (p. 56) ; ou au chapitre VIII, dans la vision hallucinée, qui semble appeler de futures
représentations graphiques exubérantes, d’un éléphant hurlant, qui scelle une journée d’abomination
guerrière : « Les bêtes énormes s’affaissèrent, tombèrent les unes par-dessus les autres. Ce fut comme une
montagne ; – et sur ce tas de cadavres et d’armures, un éléphant monstrueux qu’on appelait Fureur de
Baal, pris par la jambe entre des chaînes, resta jusqu’au soir à hurler, avec une flèche dans l’œil »
(p. 242).
Mais, avec une sorte d’équilibre propre à l’épopée, cette prose sait se tenir dans le partage, à la limite
qui sépare, ou relie, les camps. Ainsi de cet étrange demi-tour que fait la vue lors du départ des
Mercenaires, chassés de Carthage : « […] on ferma les portes derrière eux, le peuple ne descendit pas
des murs ; l’armée se répandit bientôt sur la largeur de l’isthme. / Elle se divisait par masses inégales.
Puis les lances apparurent comme de hauts brins d’herbe, enfin tout se perdit dans une traînée de
poussière ; ceux des soldats qui se retournaient vers Carthage, n’apercevaient plus que ses longues
murailles, découpant au bord du ciel leurs créneaux vides » (p. 72-73). Seule la fiction peut proposer ce
double horizon, de l’un voyant l’autre disparaître, créant l’espace même de la division. La prose
développe ainsi, continuellement, une scénographie quasi onirique : mouvements de foule et de violence,
plans multiples sur les êtres et les situations, architectures fabuleuses aussi bien que paysages, cette
imagerie mobile aura assurément beaucoup d’avenir – dans le cinéma en particulier.
Flaubert note dans l’un de ses Carnets : « La littérature n’est pas chose abstraite. Elle s’adresse à
l’Homme tout entier ; tel mot qui vous semble hasardé, tel passage libertin n’est peut-être coupable que
d’agacer vos nerfs ? Cela explique la fureur des gens contre certains livres (et les procès de presse ?) :
ce n’est jamais le fond qui scandalise mais la Forme. Le style, indépendamment de ce qu’il dit, peut avoir
des inconvénients en soi ; on trouve un certain caractère de débauche aux épithètes violentes, aux
situations franches, à la couleur vraie41. » Ce que l’on peut considérer comme l’excentricité de
Salammbô est assurément l’intensité « visionnaire » qui se dégage de cette prose, de ses épithètes et de
sa couleur, qui exigent lenteur, reprises, curiosité, et une forme particulière d’assentiment. Mais cette
fable lointaine, curieusement excessive, n’est pas pour autant étrangère au temps de son apparition et on
peut lire, sans doute, dans cette vaste ingratitude historique vis-à-vis de ceux qui ont été les artisans d’une
campagne contre Rome, des « analogies » avec les deux temps de la Révolution de 1848, le retournement

de juin 1848 contre ceux qui avaient concouru à instituer la République lors des journées de février, et
surtout avec la prise du pouvoir par Napoléon III et le rétablissement brutal de l’ordre après le coup
d’État. La grande fêlure historique de 1848-1851 sera le motif explicite de L’Éducation sentimentale, en
1869. Mais l’effet est à considérer en sens inverse, Flaubert interrogeant cette singulière histoire antique
pour y chercher les formes à la fois historiques et contemporaines de la violence. À Sainte-Beuve, qui lui
reproche la manière dont est représentée la séance du « Conseil de Carthage », au chapitre VII, Flaubert
répond : « Vous me demandez où j’ai pris une pareille idée du Conseil de Carthage ? Mais dans tous les
milieux analogues par les temps de révolution, depuis la Convention jusqu’au Parlement d’Amérique, où
naguère encore on s’échangeait des coups de canne et des coups de revolver, lesquelles cannes et
lesquels revolvers étaient apportés (comme mes poignards) dans la manche des paletots42. »
Salammbô, par la vigueur de sa fable et par son intensité esthétique, vise plus largement à dire
l’irrépressible violence de l’histoire et, en 1870, peu après la déclaration de la guerre, Flaubert trouvera
dans les faits une confirmation de cette conception de l’histoire comme charnier perpétuel : c’est ce qu’il
écrit à George Sand dans une lettre du 3 août, concevant, dans une étonnante prospective « géopolitique »,
une violence infiniment inventive, toujours encore à venir : « Comment ! chère maître ? vous aussi,
démoralisée, triste ? Que vont devenir les faibles, alors ? / Moi, j’ai le cœur serré, d’une façon qui
m’étonne. […] Il me semble que nous entrons dans le noir ? […] Les guerres de races vont-elles
recommencer ? On verra, avant un siècle, plusieurs millions d’hommes s’entretuer en une séance ? Tout
l’Orient contre toute l’Europe, l’ancien monde contre le nouveau ! Pourquoi pas ? […] Des saignées
formidables seraient-elles utiles43 ? » De ces saignées, Salammbô avait donné l’idée et la couleur.
« D’un bout à l’autre c’est couleur de sang », disait d’ailleurs Flaubert à Théophile Gautier, le 27 janvier
1859. Le roman s’est attaché, avec une sorte de lucidité acharnée, à la capacité que les humains peuvent
avoir d’organiser les massacres de masse. Cette prose, d’une manière volontairement harassante, cherche
à produire un tumulte capable de porter en avant d’elle-même une fatalité misérable de l’humanité, celle
de la guerre et de l’acharnement sacrificiel, et celle d’une conjonction radicale entre le désir et la mort.
Il est frappant que ce livre soit l’exact contemporain d’une autre grande fable moderne de la misère
humaine, Les Misérables de Victor Hugo, qui paraissent en trois livraisons, d’avril à juillet 1862. Mais
Hugo, par la grande courbe d’un destin qui traverse toute l’histoire moderne – en remontant aux guerres
de l’Empire –, lie intimement la démonstration aux injustices sociales, et à une transformation qui
construit à proprement parler l’Histoire des humains. Et il propose un possible rachat moral de la
Société, sous la figure d’un sacrifice social quasi « saintement » consenti – le trajet, la grandeur, la
ponctualité, et l’effacement final de la figure de Jean Valjean vont en ce sens. Le roman de Flaubert, lui,
écarte toute téléologie historique, toute construction de « progrès » ou de passage vers quelque
« meilleur » que ce soit. Il place au cœur de l’action une série de sacrifices d’une violence extrême :
« sacrifice » politique et quasi rituel de la virginité de Salammbô ; sacrifice en forme d’holocauste à
Moloch des « enfants » de Carthage ; sacrifice enfin de la victime « émissaire », dans le long martyre de
Mâtho : « Le corps de cette victime était pour eux une chose particulière et décorée d’une splendeur
presque religieuse » (p. 426). Flaubert élabore une psychologie complexe de la terreur sacrée : « Ils se
penchaient pour le voir, les femmes surtout. Elles brûlaient de contempler celui qui avait fait mourir leurs
enfants et leurs époux ; et du fond de leur âme, malgré elles, surgissait une infâme curiosité, – le désir de
le connaître complètement, envie mêlée de remords et qui se tournait en un surcroît d’exécration » (ibid.).
Plus profondément encore, Flaubert expose une obscure énigme, que l’on pourrait considérer comme
l’équivalent imaginaire archaïque de ce que La Boétie interrogeait au niveau politique comme étant « la
servitude volontaire » : « – et le peuple de Carthage haletait, absorbé dans le désir de sa terreur

(p. 369) » « Absorbé dans le désir de sa terreur » : la formule a une capacité fabuleuse de préfiguration
quant aux formes « modernes » de la violence collective. Le livre extrait ainsi, par la grande fiction en
prose opérée à partir d’un bref épisode antique, une sorte de savoir nouveau, sur les mécanismes de la
terreur et de la violence, et sur leur lien avec les racines anthropologiques du sacré.
Une lettre à Edma Roger des Genettes, datée de 1861 dans les éditions successives de la
correspondance44, est particulièrement éclairante quant à la portée que Flaubert cherchait à donner à son
œuvre – à Salammbô, ici, vraisemblablement, mais aussi bien à d’autres œuvres, de Madame Bovary à
Bouvard et Pécuchet. Il y indique d’abord ce qu’est pour lui l’impératif d’un sujet de roman : « Un bon
sujet de roman est celui qui vient tout d’une pièce, d’un seul jet. C’est une idée mère dont tout découle.
On n’est pas du tout libre d’écrire telle ou telle chose. On ne choisit pas son sujet […]. Le secret des
chefs-d’œuvre est là : dans la concordance du sujet et du tempérament de l’auteur. » Quelle
« concordance » est-elle en jeu dans la création de Salammbô ? Assurément ce que Flaubert désigne
quand il écrit à Ernest Feydeau, le 29 novembre 1859, alors qu’il rédige le chapitre VII et en est à peu
près à la moitié de son roman : « Quand on lira Salammbô, on ne pensera pas, j’espère, à l’auteur ! Peu
de gens devineront combien il a fallu être triste pour entreprendre de ressusciter Carthage ! C’est là une
Thébaïde où le dégoût de la vie moderne m’a poussé. » Mais l’idée d’un « refuge » face à la « vie
moderne » n’a aucune commune mesure avec l’attrait puissant que l’exploration de Carthage par
l’écriture a pu représenter, comme incitation à produire une œuvre d’un genre totalement inédit, et comme
expérience intellectuelle, esthétique, philosophique d’une absolue nouveauté, et étrangeté.
La suite de la lettre à Edma Roger des Genettes donne ce que l’on peut considérer comme le sens de
cette « concordance du sujet et du tempérament de l’auteur », ainsi que de cette « tristesse », lorsque
Flaubert dit son admiration pour Lucrèce, qu’il estime supérieur à Byron par la « sincérité de sa
tristesse » : « La mélancolie antique me semble plus profonde que celle des Modernes, qui sousentendent tous plus ou moins l’immortalité au-delà du trou noir. Mais pour les Anciens, ce trou noir était
l’infini même ; leurs rêves se dessinent et passent sur un fond d’ébène immuable. Pas de cris, pas de
convulsions, rien que la fixité d’un visage pensif. Les dieux n’étant plus et le Christ n’étant pas encore, il
y a eu, de Cicéron à Marc Aurèle, un moment unique où l’homme seul a été. Je ne retrouve nulle part cette
grandeur ; mais ce qui rend Lucrèce intolérable, c’est sa physique qu’il donne comme positive. C’est
parce qu’il n’a pas assez douté qu’il est faible ; il a voulu expliquer, conclure !… S’il n’avait eu
d’Épicure que l’esprit sans en avoir le système, toutes les parties de son œuvre eussent été immortelles et
radicales. » Cette mélancolie est différente de la mélancolie de « la mort des dieux », ou de leur
monnayage en de nouvelles divinités modernes (comme celles du Progrès ou de l’Humanité), ou encore
du persistant désir des dieux, qui traverse le XIXe siècle et caractérise, par exemple, l’œuvre de Nerval. Il
ne s’agit pas, pour Flaubert, d’être la voix d’un monde « désenchanté », mais de produire une œuvre à la
hauteur d’un agnosticisme plénier, et capable de formuler une pensée de « l’homme seul » : être Lucrèce
« sans système ». C’est un monde ramené à une sorte d’obscure opacité que l’œuvre rêve dans la brutalité
de l’histoire antique – comme le fera L’Éducation sentimentale en ce qui concerne l’espace politique
moderne.
Tout ce que Flaubert extrait des archives pour composer Salammbô, machines, architectures, peuples,
costumes et mœurs, armes, tortures, mythes et dieux, pour le projeter dans l’espace d’une fabuleuse
scénographie en prose, peut-il répondre à la puissance de massacre qui semble régner dans l’histoire ?
« Tu n’imagines pas quel fardeau c’est à porter que toute cette masse de charogneries et d’horreurs ; j’en
ai des fatigues réelles dans les muscles », confie Flaubert à Ernest Feydeau le 15 septembre 1861. C’est
ainsi que Salammbô se tient devant nous, dans un lointain théâtre guerrier, génial et vain à la fois, plein

de déesses et de dieux fascinants ou terribles, et pourtant impuissants, dans une dépense érotique
hallucinée et pour finir livrée au néant, plein de ruses politiques sans fin et pourtant sans autre avenir
lointain que la ruine totale – Carthage doit être détruite, le sera et le fut –, le tout actualisé en de
tumultueuses scènes bizarrement « féeriques », flottant dans le silence de la prose, pour mémoire : « Des
bouches ouvertes pour crier restaient béantes ; des mains s’envolaient coupées. Il y eut là de grands
coups, – et dont parlèrent pendant longtemps ceux qui survécurent » (p. 350). Le livre détient une sombre
volonté, au cœur de son exubérance, celle d’être la présentation, en une sorte de chute éternelle dans le
vide ou le « noir » – comme les atomes chez Lucrèce – de l’humanité, seule : « […] et des masses
d’hommes, levant les bras, tombaient du haut des airs » (p. 350).
Jacques NEEFS.
1 - À Maurice Schlésinger, fin mars-début avril 1857, Corr., t. II, p. 701 (voir p. 39).
2 - Pierre Michon, Le roi vient quand il veut. Propos sur la littérature, Albin Michel, 2007, p. 89 ; Le Livre de Poche, 2010, p. 93.
3 - Voir Didier Philippot, Gustave Flaubert, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, « Mémoire de la critique », 2006, p. 155-163.
4 - Écrits sur la littérature, Le Livre de Poche, « Classiques », éd. Jean-Luc Steinmetz, 2005, p. 191-206.
5 - Chroniques, Le Livre de Poche, « La Pochothèque », éd. Henri Mitterand, 2008, p. 1232 et suiv.
6 - Voir Didier Philippot, Gustave Flaubert, éd. citée, p. 139-150.
7 - L’expression est de Gautier (Le Moniteur universel, 22 décembre 1862), mais Flaubert avait pensé un moment intituler ainsi son livre
(voir Corr., t. II, p. 778).
8 - Voir Didier Philippot, Gustave Flaubert, éd. citée, p. 197-231. Voir « Lectures critiques », p. 507-508.
9 - Voir « Lectures critiques », p. 505.
10 - L’article de Froehner (La Revue contemporaine, 31 décembre 1862 ; voir http://flaubert.univ-rouen.fr/etudes/salammbo/salrecp.php) a
été publié en appendice à l’édition du Club de l’Honnête Homme de Salammbô, Paris, 1971, p. 371-387. Sur le débat « scientifique » et
esthétique autour de Salammbô, voir Jacques Neefs, « Salammbô, textes critiques », dans Littérature, no 15, octobre 1974, Larousse, p. 5264.
11 - Voir Didier Philippot, Gustave Flaubert, éd. citée, p. 265-272.
12 - Op. cit., p. 242-251.
13 - Op. cit., p. 273-277, et p. 253-263 pour l’article de Gautier.
14 - Voir « Lectures critiques », p. 514-515.
15 - Op. cit., p. 447-449 et, pour Maupassant, p. 559-584.
16 - À rebours, chap. XIV, Garnier-Flammarion, 1978, p. 207-208.
17 - René Dumesnil, dans Flaubert, Œuvres, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1951, t. I, p. 694.
18 - Voir Corr., t. III, p. 302 et 490.
19 - Edward W. Said, L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Seuil, « La couleur des idées », 1996.
20 - Corr., t. III, p. 1271, note 5 de la page 317. Des négociations s’engagèrent cependant très vite avec le musicien Reyer. L’opéra ne sera
cependant réalisé qu’en 1890.
21 - Journal des Débats, 23 décembre 1862.
22 - Corr., t. III, p. 1628, note 2 de la page 939.
23 - Édouard Glissant, Traité du Tout-monde, Poétique IV, Gallimard, 1997, p. 243.
24 - Œuvres complètes, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2001, t. I, p. 179.
25 - Le « Conte oriental » de Flaubert, éd. Jean Bruneau, Denoël, « Les Lettres nouvelles », 1973.
26 - Voyage en Orient, éd. Claudine Gothot-Mersch et Stéphanie Dord-Crouslé, Gallimard, « Folio classique », 2006, et Le Voyage en
Égypte, éd. Pierre-Marc de Biasi, Grasset, 1991.
27 - Voir « Carthage », p. 463-492.
28 - Voir « Appendice », p. 436.

29 - Corr., t. II, p. 746. L’attribution du destinataire est incertaine, l’hypothèse retenue par les éditeurs étant Charles d’Osmoy.
30 - Improvisations sur Flaubert, Éd. de la Différence, 2005 (2e éd. revue), p. 112-113.
31 - Jules Michelet, Histoire romaine, Les Belles Lettres, 2003, p. 286.
32 - Voir p. 12, note 1.
33 - Voir l’édition du Club de l’Honnête Homme de Salammbô, op. cit., p. 487-512.
34 - Gustave Flaubert [1935], Gallimard, « Tel », 1982, p. 139.
35 - Le Roman historique [1937, 1956 et, pour la traduction française, 1965], Payot, « Petite Bibliothèque », 2000, p. 207-208.
36 - La formule est de Banville dans « Gustave Flaubert », Le National, 17 mai 1880.
37 - Voir p. 496-498.
38 - Voir « Lectures critiques », p. 514.
39 - Voir « Lectures critiques », p. 509.
40 - C’est ainsi que les Goncourt qualifient (Journal du 21 février 1862) le projet qu’a Flaubert de lire « toutes les féeries faites avant lui »
avant d’écrire lui-même une « féerie », dans la suite immédiate de Salammbô. Ce sera Le Château des cœurs.
41 - Carnets de travail, éd. Pierre-Marc de Biasi, Balland, 1988, p. 212-213.
42 - Voir « Appendice », p. 441.
43 - Corr., t. IV, p. 218.
44 - Corr., t. III, p. 191. La date est incertaine.

Note sur l’édition
Toutes les références à la correspondance de Flaubert renvoient à l’édition Gallimard (« Bibliothèque
de la Pléiade ») en 5 volumes de Jean Bruneau pour les quatre premiers et de Jean Bruneau et Yvan
Leclerc pour le cinquième, 1973-2007, accompagnée d’un « Index », extrêmement utile, par Jean-Benoît
Guinot et collaborateurs, et sont indiquées en abrégé sous la forme : Corr., t. , p.

Flaubert suit de près le texte de l’Histoire de Polybe (livre I), qu’il a lu dans la traduction de Dom
Vincent Thuillier avec notes et commentaires du chevalier de Folard, 6 vol., Paris, 1727-1730. Les notes
du chevalier de Folard développent de très importants commentaires sur la stratégie militaire, que
Flaubert a consultés. C’est cette traduction que nous reprenons en note, avec une orthographe modernisée.
Flaubert suit également très précisément le texte de Michelet sur la guerre des Mercenaires, livre II de
l’Histoire romaine (publiée en 1831). Nous renvoyons pour les citations de Michelet à l’édition récente,
accessible, qu’en a donnée Paule Petitier (Les Belles Lettres, 2003).

Les études sur Salammbô ont été très nombreuses et ont connu un renouvellement récent
particulièrement important, notamment avec les travaux et l’édition de Gisèle Séginger, et un grand
nombre d’études dont nous mentionnons les principales dans la Bibliographie1. Enfin, le centre de
documentation de l’équipe Flaubert de l’Institut des textes et manuscrits modernes, le site de l’ITEM
(http://www.item.ens.fr/) et le site Flaubert de l’Université de Rouen (http://flaubert.univ-rouen.fr/) sont,
pour toute recherche sur Flaubert, des lieux particulièrement précieux, auxquels nous avons souvent eu
recours.
Les dossiers préparatoires de Salammbô sont, pour l’essentiel de ce qui est accessible, conservés à la
Bibliothèque nationale de France, à la Bibliothèque municipale de Rouen, à la Pierpont Morgan Library,
collection Heineman (New York), à la Fondation Martin Bodmer (Cologny-Genève), à la Bibliothèque
historique de la Ville de Paris2. Nous remercions vivement ces institutions de l’accès qu’elles nous ont
donné à ces documents.

L’univers de Salammbô sollicite mille curiosités historiques, géographiques, ethnologiques,
mythologiques : je remercie Héloïse Raccah Neefs de m’avoir maintes fois aidé à trouver les bons
chemins d’investigation.
1 - Voir p. 527-536.
2 - Voir « Bibliographie », p. 527.

Salammbô

I
Le festin
C’était à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d’Hamilcar1.
Les soldats qu’il avait commandés en Sicile se donnaient un grand festin pour célébrer le jour
anniversaire de la bataille d’Éryx2, et, comme le maître était absent et qu’ils se trouvaient nombreux, ils
mangeaient et ils buvaient en pleine liberté.
Les capitaines, portant des cothurnes de bronze3, s’étaient placés dans le chemin du milieu, sous un
voile de pourpre à franges d’or, qui s’étendait depuis le mur des écuries jusqu’à la première terrasse du
palais ; le commun des soldats était répandu sous les arbres, où l’on distinguait quantité de bâtiments à
toit plat, pressoirs, celliers, magasins, boulangeries et arsenaux, avec une cour pour les éléphants, des
fosses pour les bêtes féroces, une prison pour les esclaves.
Des figuiers entouraient les cuisines ; un bois de sycomores se prolongeait jusqu’à des masses de
verdure, où des grenades resplendissaient parmi les touffes blanches des cotonniers ; des vignes,
chargées de grappes, montaient dans le branchage des pins ; un champ de roses s’épanouissait sous des
platanes ; de place en place sur des gazons, se balançaient des lis ; un sable noir, mêlé à de la poudre de
corail, parsemait les sentiers ; et, au milieu, l’avenue des cyprès faisait d’un bout à l’autre comme une
double colonnade d’obélisques verts.
Le palais, bâti en marbre numidique tacheté de jaune, superposait tout au fond, sur de larges assises,
ses quatre étages en terrasses. Avec son grand escalier droit en bois d’ébène, portant aux angles de
chaque marche la proue d’une galère vaincue, ses portes rouges écartelées d’une croix noire, ses
grillages d’airain qui le défendaient en bas des scorpions, et ses treillis de baguettes dorées qui
bouchaient en haut ses ouvertures, il semblait aux soldats, dans son opulence farouche, aussi solennel et
impénétrable que le visage d’Hamilcar.
Le Conseil4 leur avait désigné sa maison pour y tenir ce festin ; les convalescents qui couchaient dans
le temple d’Eschmoûn5, se mettant en marche dès l’aurore, s’y étaient traînés sur leurs béquilles. À
chaque minute, d’autres arrivaient. Par tous les sentiers, il en débouchait incessamment, comme des
torrents qui se précipitent dans un lac. On voyait entre les arbres courir les esclaves des cuisines, effarés
et à demi nus ; les gazelles sur les pelouses s’enfuyaient en bêlant ; le soleil se couchait, et le parfum des
citronniers rendait encore plus lourde l’exhalaison de cette foule en sueur.
Il y avait là des hommes de toutes les nations, des Ligures, des Lusitaniens, des Baléares, des Nègres et
des fugitifs de Rome6. On entendait, à côté du lourd patois dorien, retentir les syllabes celtiques
bruissantes comme des chars de bataille, et les terminaisons ioniennes se heurtaient aux consonnes du
désert7, âpres comme des cris de chacal. Le Grec se reconnaissait à sa taille mince, l’Égyptien à ses
épaules remontées, le Cantabre8 à ses larges mollets. Des Cariens9 balançaient orgueilleusement les
plumes de leur casque, des archers de Cappadoce10 s’étaient peint avec des jus d’herbes de larges fleurs
sur le corps, et quelques Lydiens11 portant des robes de femmes dînaient en pantoufles et avec des

boucles d’oreilles. D’autres, qui s’étaient par pompe barbouillés de vermillon, ressemblaient à des
statues de corail.
Ils s’allongeaient sur les coussins, ils mangeaient accroupis autour de grands plateaux, ou bien,
couchés sur le ventre, ils tiraient à eux les morceaux de viande, et se rassasiaient appuyés sur les coudes,
dans la pose pacifique des lions lorsqu’ils dépècent leur proie. Les derniers venus, debout contre les
arbres, regardaient les tables basses disparaissant à moitié sous des tapis d’écarlate, et attendaient leur
tour.
Les cuisines d’Hamilcar n’étant pas suffisantes, le Conseil leur avait envoyé des esclaves, de la
vaisselle, des lits ; et l’on voyait au milieu du jardin, comme sur un champ de bataille quand on brûle les
morts, de grands feux clairs où rôtissaient des bœufs. Les pains saupoudrés d’anis alternaient avec les
gros fromages plus lourds que des disques, et les cratères pleins de vin, et les canthares12 pleins d’eau
auprès des corbeilles en filigrane d’or qui contenaient des fleurs. La joie de pouvoir enfin se gorger à
l’aise dilatait tous les yeux ; çà et là, les chansons commençaient.
D’abord, on leur servit des oiseaux à la sauce verte, dans des assiettes d’argile rouge rehaussée de
dessins noirs, puis toutes les espèces de coquillages que l’on ramasse sur les côtes puniques, des
bouillies de froment, de fève et d’orge, et des escargots au cumin, sur des plats d’ambre jaune.
Ensuite les tables furent couvertes de viandes : antilopes avec leurs cornes, paons avec leurs plumes,
moutons entiers cuits au vin doux, gigots de chamelles et de buffles, hérissons au garum13, cigales frites et
loirs confits. Dans des gamelles en bois de Tamrapanni14 flottaient, au milieu du safran, de grands
morceaux de graisse. Tout débordait de saumure, de truffes et d’assa fœtida15. Les pyramides de fruits
s’éboulaient sur les gâteaux de miel, et l’on n’avait pas oublié quelques-uns de ces petits chiens à gros
ventre et à soies roses que l’on engraissait avec du marc d’olives, mets carthaginois en abomination aux
autres peuples. La surprise des nourritures nouvelles excitait la cupidité des estomacs. Les Gaulois aux
longs cheveux retroussés sur le sommet de la tête s’arrachaient les pastèques et les limons qu’ils
croquaient avec l’écorce. Des Nègres n’ayant jamais vu de langoustes se déchiraient le visage à leurs
piquants rouges. Les Grecs rasés, plus blancs que des marbres, jetaient derrière eux les épluchures de
leur assiette, tandis que des pâtres du Brutium16, vêtus de peaux de loups, dévoraient silencieusement, le
visage dans leur portion.
La nuit tombait. On retira le velarium17 étalé sur l’avenue de cyprès et l’on apporta des flambeaux.
Les lueurs vacillantes du pétrole qui brûlait dans des vases de porphyre effrayèrent, au haut des cèdres,
les singes consacrés à la Lune. Ils poussèrent des cris, ce qui mit les soldats en gaieté.
Des flammes oblongues tremblaient sur les cuirasses d’airain. Toutes sortes de scintillements
jaillissaient des plats incrustés de pierres précieuses. Les cratères, à bordure de miroirs convexes,
multipliaient l’image élargie des choses ; les soldats se pressant autour s’y regardaient avec
éblouissement et grimaçaient pour se faire rire. Ils se lançaient, par-dessus les tables, les escabeaux
d’ivoire et les spatules d’or. Ils avalaient à pleine gorge tous les vins grecs qui sont dans des outres, les
vins de Campanie18 enfermés dans des amphores, les vins des Cantabres que l’on apporte dans des
tonneaux, et les vins de jujubier, de cinnamome et de lotus. Il y en avait des flaques par terre où l’on
glissait. La fumée des viandes montait dans les feuillages avec la vapeur des haleines. On entendait à la
fois le claquement des mâchoires, le bruit des paroles, des chansons, des coupes, le fracas des vases
campaniens19 qui s’écroulaient en mille morceaux, ou le son limpide d’un grand plat d’argent.
À mesure qu’augmentait leur ivresse, ils se rappelaient de plus en plus l’injustice de Carthage.

La République, épuisée par la guerre, avait laissé s’accumuler dans la ville toutes les bandes qui
revenaient. Giscon20, leur général, avait eu cependant la prudence de les renvoyer les uns après les
autres, pour faciliter l’acquittement de leur solde, et le Conseil avait cru qu’ils finiraient par consentir à
quelque diminution. Mais on leur en voulait aujourd’hui de ne pouvoir les payer. Cette dette se confondait
dans l’esprit du peuple avec les trois mille deux cents talents euboïques21 exigés par Lutatius22, et ils
étaient, comme Rome, un ennemi pour Carthage. Les Mercenaires le comprenaient ; aussi leur indignation
éclatait en menaces et en débordements. Enfin, ils demandèrent à se réunir pour célébrer une de leurs
victoires, et le parti de la paix céda, en se vengeant d’Hamilcar qui avait tant soutenu la guerre. Elle
s’était terminée contre tous ses efforts, si bien que, désespérant de Carthage, il avait remis à Giscon le
gouvernement des Mercenaires. Désigner son palais pour les recevoir, c’était attirer sur lui quelque chose
de la haine qu’on leur portait. D’ailleurs la dépense devait être excessive ; il la subirait presque toute.
Fiers d’avoir fait plier la République, les Mercenaires croyaient qu’ils allaient enfin s’en retourner
chez eux, avec la solde de leur sang dans le capuchon de leur manteau. Mais leurs fatigues, revues à
travers les vapeurs de l’ivresse, leur semblaient prodigieuses et trop peu récompensées. Ils se montraient
leurs blessures, ils racontaient leurs combats, leurs voyages et les chasses de leurs pays. Ils imitaient le
cri des bêtes féroces, leurs bonds. Puis vinrent les immondes gageures ; ils s’enfonçaient la tête dans les
amphores, puis restaient à boire, sans s’interrompre, comme des dromadaires altérés. Un Lusitanien, de
taille gigantesque, portant un homme au bout de chaque bras, parcourait les tables tout en crachant du feu
par les narines. Des Lacédémoniens, qui n’avaient point ôté leurs cuirasses, sautaient d’un pas lourd.
Quelques-uns s’avançaient comme des femmes en faisant des gestes obscènes ; d’autres se mettaient nus
pour combattre, au milieu des coupes, à la façon des gladiateurs ; et une compagnie de Grecs dansait
autour d’un vase où l’on voyait des nymphes, pendant qu’un Nègre tapait avec un os de bœuf sur un
bouclier d’airain.
Tout à coup, ils entendirent un chant plaintif, un chant fort et doux, qui s’abaissait et remontait dans les
airs comme le battement d’ailes d’un oiseau blessé.
C’était la voix des esclaves dans l’ergastule23. Des soldats, pour les délivrer, se levèrent d’un bond et
disparurent.
Ils revinrent, chassant au milieu des cris, dans la poussière, une vingtaine d’hommes que l’on
distinguait à leur visage plus pâle. Un petit bonnet de forme conique, en feutre noir, couvrait leur tête
rasée ; ils portaient tous des sandales de bois, et faisaient un bruit de ferrailles comme des chariots en
marche.
Ils arrivèrent dans l’avenue des cyprès, où ils se perdirent parmi la foule, qui les interrogeait. L’un
d’eux était resté à l’écart, debout. À travers les déchirures de sa tunique on apercevait ses épaules rayées
par de longues balafres. Baissant le menton, il regardait autour de lui avec méfiance et fermait un peu ses
paupières dans l’éblouissement des flambeaux. Quand il vit que personne de ces gens armés ne lui en
voulait, un grand soupir s’échappa de sa poitrine ; il balbutiait, il ricanait sous les larmes claires qui
lavaient sa figure ; puis il saisit par les anneaux un canthare tout plein, le leva droit en l’air au bout de ses
bras d’où pendaient des chaînes, et regardant le ciel et toujours tenant la coupe, il dit :
« Salut d’abord à toi, Baal-Eschmoûn24 libérateur, que les gens de ma patrie appellent Esculape ! et à
vous, Génies des fontaines, de la lumière et des bois ! et à vous, Dieux cachés sous les montagnes et dans
les cavernes de la terre ! et à vous, hommes forts aux armures reluisantes, qui m’avez délivré ! »
Il laissa tomber la coupe et conta son histoire. On le nommait Spendius25. Les Carthaginois l’avaient
pris à la bataille des Égineuses26, et parlant grec, ligure et punique, il remercia encore une fois les

Mercenaires ; il leur baisait les mains ; enfin, il les félicita du banquet, tout en s’étonnant de n’y pas
apercevoir les coupes de la Légion sacrée. Ces coupes, portant une vigne en émeraude sur chacune de
leurs six faces en or, appartenaient à une milice exclusivement composée des jeunes patriciens, les plus
hauts de taille. C’était un privilège, presque un honneur sacerdotal ; aussi rien dans les trésors de la
République n’était plus convoité des Mercenaires. Ils détestaient la Légion à cause de cela, et on en avait
vu qui risquaient leur vie pour l’inconcevable plaisir d’y boire.
Donc ils commandèrent d’aller chercher les coupes. Elles étaient en dépôt chez les Syssites,
compagnies de commerçants qui mangeaient en commun27. Les esclaves revinrent. À cette heure, tous les
membres des Syssites dormaient.
« Qu’on les réveille ! » répondirent les Mercenaires.
Après une seconde démarche, on leur expliqua qu’elles étaient enfermées dans un temple.
« Qu’on l’ouvre ! » répliquèrent-ils.
Et quand les esclaves, en tremblant, eurent avoué qu’elles étaient entre les mains du général Giscon, ils
s’écrièrent :
« Qu’il les apporte ! »
Giscon, bientôt, apparut au fond du jardin dans une escorte de la Légion sacrée. Son ample manteau
noir, retenu sur sa tête à une mitre d’or constellée de pierres précieuses, et qui pendait tout à l’entour
jusqu’aux sabots de son cheval, se confondait, de loin, avec la couleur de la nuit. On n’apercevait que sa
barbe blanche, les rayonnements de sa coiffure et son triple collier à larges plaques bleues qui lui battait
sur la poitrine.
Les soldats, quand il entra, le saluèrent d’une grande acclamation, tous criant :
« Les coupes ! Les coupes ! »
Il commença par déclarer que, si l’on considérait leur courage, ils en étaient dignes. La foule hurla de
joie, en applaudissant.
Il le savait bien, lui qui les avait commandés là-bas et qui était revenu avec la dernière cohorte sur la
dernière galère !
« C’est vrai ! c’est vrai ! » disaient-ils.
Cependant, continua Giscon, la République avait respecté leurs divisions par peuples, leurs coutumes,
leurs cultes ; ils étaient libres dans Carthage ! Quant aux vases de la Légion sacrée, c’était une propriété
particulière.
Tout à coup, près de Spendius, un Gaulois s’élança par-dessus les tables et courut droit à Giscon, qu’il
menaçait en gesticulant avec deux épées nues.
Le général, sans s’interrompre, le frappa sur la tête de son lourd bâton d’ivoire ; le Barbare tomba.
Les Gaulois hurlaient, et leur fureur, se communiquant aux autres, allait emporter les légionnaires. Giscon
haussa les épaules ; son courage serait inutile contre ces bêtes brutes, exaspérées. Il valait mieux plus
tard s’en venger dans quelque ruse ; donc il fit signe à ses soldats et s’éloigna lentement. Puis, sous la
porte, se tournant vers les Mercenaires, il leur cria qu’ils s’en repentiraient.
Le festin recommença. Mais Giscon pouvait revenir, et, cernant le faubourg qui touchait aux derniers
remparts, les écraser contre les murs. Alors ils se sentirent seuls malgré leur foule ; et la grande ville qui
dormait sous eux, dans l’ombre, leur fit peur, avec ses entassements d’escaliers, ses hautes maisons
noires et ses vagues dieux, encore plus féroces que son peuple. Au loin, quelques fanaux glissaient sur le

port, et il y avait des lumières dans le temple de Khamon28. Ils se souvinrent d’Hamilcar. Où était-il ?
Pourquoi les avoir abandonnés, la paix conclue ? Ses dissensions avec le Conseil n’étaient sans doute
qu’un jeu pour les perdre. Leur haine inassouvie retombait sur lui ; et ils le maudissaient, s’exaspérant les
uns les autres par leur propre colère. À ce moment-là, il se fit un rassemblement sous les platanes. C’était
pour voir un Nègre qui se roulait en battant le sol avec ses membres, la prunelle fixe, le cou tordu,
l’écume aux lèvres. Quelqu’un cria qu’il était empoisonné. Tous se crurent empoisonnés. Ils tombèrent
sur les esclaves ; un vertige de destruction tourbillonna sur l’armée ivre. Ils frappaient au hasard autour
d’eux ; ils brisaient, ils tuaient ; quelques-uns lancèrent des flambeaux dans les feuillages ; d’autres,
s’accoudant sur la balustrade des lions, les massacrèrent à coups de flèches ; les plus hardis coururent
aux éléphants ; ils voulaient leur abattre la trompe et manger de l’ivoire.
Cependant des frondeurs baléares qui, pour piller plus commodément, avaient tourné l’angle du palais,
furent arrêtés par une haute barrière faite en jonc des Indes. Ils coupèrent avec leurs poignards les
courroies de la serrure et se trouvèrent alors sous la façade qui regardait Carthage, dans un autre jardin
rempli de végétations taillées. Des lignes de fleurs blanches, toutes se suivant une à une, décrivaient sur
la terre couleur d’azur de longues paraboles, comme des fusées d’étoiles. Les buissons, pleins de
ténèbres, exhalaient des odeurs chaudes, mielleuses. Il y avait des troncs d’arbre barbouillés de
cinabre29, qui ressemblaient à des colonnes sanglantes. Au milieu, douze piédestaux de cuivre portaient
chacun une grosse boule de verre, et des lueurs rougeâtres emplissaient confusément ces globes creux
comme d’énormes prunelles qui palpiteraient encore. Les soldats s’éclairaient avec des torches, tout en
trébuchant sur la pente du terrain, profondément labouré.
Ils aperçurent un petit lac, divisé en plusieurs bassins par des murailles de pierres bleues. L’onde était
si limpide que les flammes des torches tremblaient jusqu’au fond, sur un lit de cailloux blancs et de
poussière d’or. Elle se mit à bouillonner, des paillettes lumineuses glissèrent, et de gros poissons, qui
portaient des pierreries à la gueule30, apparurent vers la surface.
Les soldats, en riant beaucoup, leur passèrent les doigts dans les ouïes et les apportèrent sur les tables.
C’étaient les poissons de la famille Barca. Tous descendaient de ces lottes primordiales qui avaient
fait éclore l’œuf mystique où se cachait la Déesse31. L’idée de commettre un sacrilège ranima la
gourmandise des Mercenaires ; ils placèrent vite du feu sous des vases d’airain et s’amusèrent à regarder
les beaux poissons se débattre dans l’eau bouillante32.
La houle des soldats se poussait. Ils n’avaient plus peur. Ils recommençaient à boire. Les parfums qui
leur coulaient du front mouillaient de gouttes larges leurs tuniques en lambeaux, et, s’appuyant des deux
poings sur les tables qui leur semblaient osciller comme des navires, ils promenaient à l’entour leurs gros
yeux ivres, pour dévorer par la vue ce qu’ils ne pouvaient prendre. D’autres, marchant tout au milieu des
plats sur les nappes de pourpre, cassaient à coups de pied les escabeaux d’ivoire et les fioles tyriennes
en verre. Les chansons se mêlaient au râle des esclaves agonisant parmi les coupes brisées. Ils
demandaient du vin, des viandes, de l’or. Ils criaient pour avoir des femmes. Ils déliraient en cent
langages. Quelques-uns se croyaient aux étuves, à cause de la buée qui flottait autour d’eux, ou bien,
apercevant des feuillages, ils s’imaginaient être à la chasse et couraient sur leurs compagnons comme sur
des bêtes sauvages. L’incendie de l’un à l’autre gagnait tous les arbres, et les hautes masses de verdure,
d’où s’échappaient de longues spirales blanches, semblaient des volcans qui commencent à fumer. La
clameur redoublait ; les lions blessés rugissaient dans l’ombre.
Le palais s’éclaira d’un seul coup à sa plus haute terrasse, la porte du milieu s’ouvrit ; et une femme, la
fille d’Hamilcar elle-même, couverte de vêtements noirs, apparut sur le seuil. Elle descendit le premier

escalier qui longeait obliquement le premier étage, puis le second, le troisième, et elle s’arrêta sur la
dernière terrasse, au haut de l’escalier des galères. Immobile et la tête basse, elle regardait les soldats.
Derrière elle, de chaque côté, se tenaient deux longues théories d’hommes pâles, vêtus de robes
blanches à franges rouges qui tombaient droit sur leurs pieds. Ils n’avaient pas de barbe, pas de cheveux,
pas de sourcils. Dans leurs mains étincelantes d’anneaux ils portaient d’énormes lyres et chantaient tous,
d’une voix aiguë, un hymne à la Divinité de Carthage. C’étaient les prêtres eunuques du temple de Tanit33,
que Salammbô appelait souvent dans sa maison.
Enfin elle descendit l’escalier des galères. Les prêtres la suivirent. Elle s’avança dans l’avenue des
cyprès, et elle marchait lentement entre les tables des capitaines, qui se reculaient un peu en la regardant
passer.
Sa chevelure, poudrée d’un sable violet, et réunie en forme de tour selon la mode des vierges
chananéennes34, la faisait paraître plus grande. Des tresses de perles attachées à ses tempes descendaient
jusqu’aux coins de sa bouche, rose comme une grenade entrouverte. Il y avait sur sa poitrine un
assemblage de pierres lumineuses, imitant par leur bigarrure les écailles d’une murène. Ses bras, garnis
de diamants, sortaient nus de sa tunique sans manches, étoilée de fleurs rouges sur un fond tout noir. Elle
portait entre les chevilles une chaînette d’or pour régler sa marche35, et son grand manteau de pourpre
sombre, taillé dans une étoffe inconnue, traînait derrière elle, faisant à chacun de ses pas comme une large
vague qui la suivait.
Les prêtres, de temps à autre, pinçaient sur leurs lyres des accords presque étouffés ; et dans les
intervalles de la musique, on entendait le petit bruit de la chaînette d’or avec le claquement régulier de
ses sandales en papyrus.
Personne encore ne la connaissait. On savait seulement qu’elle vivait retirée dans des pratiques
pieuses. Des soldats l’avaient aperçue la nuit, sur le haut de son palais, à genoux devant les étoiles, entre
les tourbillons des cassolettes allumées. C’était la lune qui l’avait rendue si pâle, et quelque chose des
Dieux l’enveloppait comme une vapeur subtile. Ses prunelles semblaient regarder tout au loin au-delà des
espaces terrestres. Elle marchait en inclinant la tête, et tenait à sa main droite une petite lyre d’ébène.
Ils l’entendaient murmurer :
« Morts ! Tous morts ! Vous ne viendrez plus obéissant à ma voix, quand, assise sur le bord du lac, je
vous jetais dans la gueule des pépins de pastèques ! Le mystère de Tanit roulait au fond de vos yeux, plus
limpides que les globules des fleuves. – Et elle les appelait par leurs noms, qui étaient les noms des
mois. – Siv ! Sivan ! Tammouz, Éloul, Tischri, Schebar !… Ah ! pitié pour moi, Déesse ! »
Les soldats, sans comprendre ce qu’elle disait, se tassaient autour d’elle ; ils s’ébahissaient de sa
parure. Elle promena sur eux un long regard épouvanté, puis s’enfonçant la tête dans les épaules en
écartant les bras, elle répéta plusieurs fois :
« Qu’avez-vous fait ! qu’avez-vous fait !
« Vous aviez cependant, pour vous réjouir, du pain, des viandes, de l’huile, tout le malobathre36 des
greniers ! J’avais fait venir des bœufs d’Hécatompyle37, j’avais envoyé des chasseurs dans le désert ! –
Sa voix s’enflait, ses joues s’empourpraient. Elle ajouta : – Où êtes-vous donc, ici ? Est-ce dans une
ville conquise, ou dans le palais d’un maître ? Et quel maître ? le suffète Hamilcar38 mon père, serviteur
des Baals39 ! Vos armes, rouges du sang de ses esclaves, c’est lui qui les a refusées à Lutatius40 ! En
connaissez-vous un dans vos patries qui sache mieux conduire les batailles ? Regardez donc ! les marches
de notre palais sont encombrées par nos victoires ! Continuez ! brûlez-le ! J’emporterai avec moi le

Génie de ma maison, mon serpent noir qui dort là-haut sur des feuilles de lotus ! Je sifflerai, il me suivra ;
et, si je monte en galère, il courra dans le sillage de mon navire sur l’écume des flots. »
Ses narines minces palpitaient. Elle écrasait ses ongles contre les pierreries de sa poitrine. Ses yeux
s’alanguirent ; elle reprit :
« Ah ! pauvre Carthage ! lamentable ville ! Tu n’as plus pour te défendre les hommes forts d’autrefois,
qui allaient au-delà des océans bâtir des temples sur les rivages. Tous les pays travaillaient autour de toi,
et les plaines de la mer, labourées par tes rames, balançaient tes moissons. »
Alors elle se mit à chanter les aventures de Melkarth, dieu des Sidoniens et père de sa famille41.
Elle disait l’ascension des montagnes d’Ersiphonie, le voyage à Tartessus, et la guerre contre
Masisabal pour venger la reine des serpents42 :
« Il poursuivait dans la forêt le monstre femelle dont la queue ondulait sur les feuilles mortes comme
un ruisseau d’argent ; et il arriva dans une prairie où des femmes, à croupe de dragon, se tenaient autour
d’un grand feu, dressées sur la pointe de leur queue. La lune, couleur de sang, resplendissait dans un
cercle pâle, et leurs langues écarlates, fendues comme des harpons de pêcheurs, s’allongeaient en se
recourbant jusqu’au bord de la flamme. »
Puis Salammbô, sans s’arrêter, raconta comment Melkarth, après avoir vaincu Masisabal, mit à la
proue du navire sa tête coupée. – « À chaque battement des flots, elle s’enfonçait sous l’écume ; le soleil
l’embaumait : elle se fit plus dure que l’or ; les yeux ne cessaient point de pleurer, et les larmes,
continuellement, tombaient dans l’eau. »
Elle chantait tout cela dans un vieil idiome chananéen que n’entendaient pas les Barbares. Ils se
demandaient ce qu’elle pouvait leur dire avec les gestes effrayants dont elle accompagnait son
discours ; – et montés autour d’elle sur les tables, sur les lits, dans les rameaux des sycomores, la bouche
ouverte et allongeant la tête, ils tâchaient de saisir ces vagues histoires qui se balançaient devant leur
imagination, à travers l’obscurité des théogonies, comme des fantômes dans des nuages.
Seuls, les prêtres sans barbe comprenaient Salammbô. Leurs mains ridées, pendant sur les cordes des
lyres, frémissaient, et de temps à autre en tiraient un accord lugubre : car, plus faibles que des vieilles
femmes, ils tremblaient à la fois d’émotion mystique et de la peur que leur faisaient les hommes. Les
Barbares ne s’en souciaient ; ils écoutaient toujours la vierge chanter.
Aucun ne la regardait comme un jeune chef numide placé aux tables des capitaines, parmi des soldats
de sa nation. Sa ceinture était si hérissée de dards, qu’elle faisait une bosse dans son large manteau, noué
à ses tempes par un lacet de cuir. L’étoffe, bâillant sur ses épaules, enveloppait d’ombre son visage, et
l’on n’apercevait que les flammes de ses deux yeux. C’était par hasard qu’il se trouvait au festin, – son
père le faisant vivre chez les Barca, selon la coutume des rois qui envoyaient leurs enfants dans les
grandes familles pour préparer des alliances. Depuis six mois que Narr’Havas43 y logeait, il n’avait point
encore aperçu Salammbô ; et, assis sur les talons, la barbe baissée vers les hampes de ses javelots, il la
considérait en écartant les narines comme un léopard qui est accroupi dans les bambous.
De l’autre côté des tables se tenait un Libyen de taille colossale et à courts cheveux noirs frisés. Il
n’avait gardé que sa jaquette militaire, dont les lames d’airain déchiraient la pourpre du lit. Un collier à
lune d’argent s’embarrassait dans les poils de sa poitrine. Des éclaboussures de sang lui tachetaient la
face, il s’appuyait sur le coude gauche ; et, la bouche grande ouverte, il souriait.
Salammbô n’en était plus au rythme sacré. Elle employait simultanément tous les idiomes des
Barbares, délicatesse de femme pour attendrir leur colère. Aux Grecs elle parlait grec, puis elle se tourna

vers les Ligures, vers les Campaniens, vers les Nègres ; et chacun en l’écoutant retrouvait dans cette voix
la douceur de sa patrie. Emportée par les souvenirs de Carthage, elle chantait maintenant les anciennes
batailles contre Rome ; ils applaudissaient. Elle s’enflammait à la lueur des épées nues ; elle criait, les
bras ouverts. Sa lyre tomba, elle se tut ; – et, pressant son cœur à deux mains, elle resta quelques minutes
les paupières closes à savourer l’agitation de tous ces hommes.
Mâtho le Libyen44 se penchait vers elle. Involontairement elle s’en approcha, et, poussée par la
reconnaissance de son orgueil, elle lui versa dans une coupe d’or un long jet de vin, pour se réconcilier
avec l’armée.
« Bois ! » dit-elle.
Il prit la coupe et il la portait à ses lèvres quand un Gaulois, le même que Giscon avait blessé, le
frappa sur l’épaule, tout en débitant d’un air jovial des plaisanteries dans la langue de son pays. Spendius
n’était pas loin ; il s’offrit à les expliquer.
« Parle ! dit Mâtho.
— Les Dieux te protègent, tu vas devenir riche. À quand les noces ?
— Quelles noces ?
— Les tiennes ! car chez nous, dit le Gaulois, lorsqu’une femme fait boire un soldat, c’est qu’elle lui
offre sa couche45. »
Il n’avait pas fini que Narr’Havas, en bondissant, tira un javelot de sa ceinture, et, appuyé du pied
droit sur le bord de la table, il le lança contre Mâtho.
Le javelot siffla entre les coupes, et, traversant le bras du Libyen, le cloua sur la nappe si fortement,
que la poignée en tremblait dans l’air.
Mâtho l’arracha vite ; mais il n’avait pas d’armes, il était nu ; enfin, levant à deux bras la table
surchargée, il la jeta contre Narr’Havas tout au milieu de la foule, qui se précipitait entre eux. Les soldats
et les Numides se serraient à ne pouvoir tirer leurs glaives. Mâtho avançait en donnant de grands coups
avec sa tête. Quand il la releva, Narr’Havas avait disparu. Il le chercha des yeux. Salammbô aussi était
partie.
Alors sa vue se tournant sur le palais, il aperçut tout en haut la porte rouge à croix noire qui se
refermait. Il s’élança.
On le vit courir entre les proues des galères, puis réapparaître le long des trois escaliers jusqu’à la
porte rouge qu’il heurta de tout son corps. En haletant, il s’appuya contre le mur pour ne pas tomber.
Un homme l’avait suivi, et, à travers les ténèbres car les lueurs du festin étaient cachées par l’angle du
palais, il reconnut Spendius.
« Va-t’en ! » dit-il.
L’esclave, sans répondre, se mit avec ses dents à déchirer sa tunique ; puis s’agenouillant auprès de
Mâtho, il lui prit le bras délicatement, et il le palpait dans l’ombre pour découvrir la blessure.
Sous un rayon de la lune qui glissait entre les nuages, Spendius aperçut au milieu du bras une plaie
béante. Il roula tout autour le morceau d’étoffe ; mais l’autre, s’irritant, disait : « Laisse-moi ! Laissemoi !
— Non ! reprit l’esclave. Tu m’as délivré de l’ergastule. Je suis à toi ! tu es mon maître ! ordonne ! »
Mâtho, en frôlant les murs, fit le tour de la terrasse. Il tendait l’oreille à chaque pas, et, par l’intervalle

des roseaux dorés, plongeait ses regards dans les appartements silencieux. Enfin il s’arrêta d’un air
désespéré.
« Écoute ! lui dit l’esclave. Oh ! ne me méprise pas pour ma faiblesse ! J’ai vécu dans le palais. Je
peux, comme une vipère, me couler entre les murs. Viens ! Il y a dans la Chambre des Ancêtres un lingot
d’or sous chaque dalle ; une voie souterraine conduit à leurs tombeaux.
— Eh ! qu’importe ! » dit Mâtho.
Spendius se tut.
Ils étaient sur la terrasse. – Une masse d’ombre énorme s’étalait devant eux, et qui semblait contenir de
vagues amoncellements, pareils aux flots gigantesques d’un océan noir pétrifié.
Mais une barre lumineuse s’éleva du côté de l’Orient. À gauche, tout en bas, les canaux de Mégara
commençaient à rayer de leurs sinuosités blanches les verdures des jardins. Les toits coniques des
temples heptagones, les escaliers, les terrasses, les remparts, peu à peu, se découpaient sur la pâleur de
l’aube ; et tout autour de la péninsule carthaginoise une ceinture d’écume blanche oscillait tandis que la
mer couleur d’émeraude semblait comme figée dans la fraîcheur du matin. À mesure que le ciel rose allait
s’élargissant, les hautes maisons inclinées sur les pentes du terrain se haussaient, se tassaient telles qu’un
troupeau de chèvres noires qui descend des montagnes. Les rues désertes s’allongeaient ; les palmiers, çà
et là sortant des murs, ne bougeaient pas ; les citernes remplies avaient l’air de boucliers d’argent perdus
dans les cours ; le phare du promontoire Hermæum46 commençait à pâlir. Tout en haut de l’Acropole,
dans le bois de cyprès, les chevaux d’Eschmoûn, sentant venir la lumière, posaient leurs sabots sur le
parapet de marbre et hennissaient du côté du soleil47.
Il parut ; Spendius, levant les bras, poussa un cri.
Tout s’agitait dans une rougeur épandue, car le Dieu, comme se déchirant, versait à pleins rayons sur
Carthage la pluie d’or de ses veines. Les éperons des galères étincelaient, le toit de Khamon paraissait
tout en flammes, et l’on apercevait des lueurs au fond des temples dont les portes s’ouvraient. Les grands
chariots arrivant de la campagne faisaient tourner leurs roues sur les dalles des rues. Des dromadaires
chargés de bagages descendaient les rampes. Les changeurs dans les carrefours relevaient les auvents de
leurs boutiques. Des cigognes s’envolèrent, des voiles blanches palpitaient. On entendait dans le bois de
Tanit le tambourin des courtisanes sacrées, et à la pointe des Mappales48 les fourneaux pour cuire les
cercueils d’argile commençaient à fumer.
Spendius se penchait en dehors de la terrasse ; ses dents claquaient, il répétait :
« Ah ! oui… oui… maître ! je comprends pourquoi tu dédaignais tout à l’heure le pillage de la
maison. »
Mâtho fut comme réveillé par le sifflement de sa voix, il semblait ne pas comprendre ; Spendius
reprit :
« Ah ! quelles richesses ! et les hommes qui les possèdent n’ont même pas de fer pour les défendre ! »
Alors, lui faisant voir de sa main droite étendue quelques-uns de la populace qui rampaient en dehors
du môle, sur le sable, pour chercher des paillettes d’or :
« Tiens ! lui dit-il, la République est comme ces misérables : courbée au bord des océans, elle enfonce
dans tous les rivages ses bras avides, et le bruit des flots emplit tellement son oreille qu’elle n’entendrait
pas venir par-derrière le talon d’un maître ! »
Il entraîna Mâtho tout à l’autre bout de la terrasse, et lui montrant le jardin où miroitaient au soleil les

épées des soldats suspendues dans les arbres :
« Mais ici il y a des hommes forts dont la haine est exaspérée ! et rien ne les attache à Carthage, ni
leurs familles, ni leurs serments, ni leurs dieux ! »
Mâtho restait appuyé contre le mur ; Spendius, se rapprochant, poursuivit à voix basse :
« Me comprends-tu, soldat ? Nous nous promènerions couverts de pourpre comme des satrapes49. On
nous laverait dans les parfums ; j’aurais des esclaves à mon tour ! N’es-tu pas las de dormir sur la terre
dure, de boire le vinaigre des camps, et toujours d’entendre la trompette ? Tu te reposeras plus tard,
n’est-ce pas ? quand on arrachera ta cuirasse pour jeter ton cadavre aux vautours ! ou peut-être,
t’appuyant sur un bâton, aveugle, boiteux, débile, tu t’en iras de porte en porte raconter ta jeunesse aux
petits enfants et aux vendeurs de saumure. Rappelle-toi toutes les injustices de tes chefs, les campements
dans la neige, les courses au soleil, les tyrannies de la discipline et l’éternelle menace de la croix ! Après
tant de misères on t’a donné un collier d’honneur, comme on suspend au poitrail des ânes une ceinture de
grelots pour les étourdir dans la marche, et faire qu’ils ne sentent pas la fatigue. Un homme comme toi,
plus brave que Pyrrhus50 ! Si tu l’avais voulu, pourtant ! Ah ! comme tu seras heureux dans les grandes
salles fraîches, au son des lyres, couché sur des fleurs, avec des bouffons et avec des femmes ! Ne me dis
pas que l’entreprise est impossible ! Est-ce que les Mercenaires, déjà, n’ont pas possédé Rhegium et
d’autres places fortes en Italie51 ! Qui t’empêche ? Hamilcar est absent ; le peuple exècre les Riches ;
Giscon ne peut rien sur les lâches qui l’entourent. Mais tu es brave, toi ! ils t’obéiront. Commande-les !
Carthage est à nous ; jetons-nous-y !
— Non ! dit Mâtho, la malédiction de Moloch52 pèse sur moi. Je l’ai senti à ses yeux, et tout à l’heure
j’ai vu dans un temple un bélier noir qui reculait. – Il ajouta, en regardant autour de lui : – Où est-elle ? »
Spendius comprit qu’une inquiétude immense l’occupait ; il n’osa plus parler.
Les arbres derrière eux fumaient encore ; de leurs branches noircies, des carcasses de singes à demi
brûlées tombaient de temps à autre au milieu des plats. Les soldats ivres ronflaient, la bouche ouverte, à
côté des cadavres ; et ceux qui ne dormaient pas baissaient leur tête, éblouis par le jour. Le sol piétiné
disparaissait sous des flaques rouges. Les éléphants balançaient entre les pieux de leurs parcs leurs
trompes sanglantes. On apercevait dans les greniers ouverts des sacs de froment répandus, et sous la
porte une ligne épaisse de chariots amoncelés par les Barbares ; les paons juchés dans les cèdres
déployaient leur queue et se mettaient à crier.
L’immobilité de Mâtho étonnait Spendius ; il était encore plus pâle que tout à l’heure, et, les prunelles
fixes, il suivait quelque chose à l’horizon, appuyé des deux poings sur le bord de la terrasse. Spendius, en
se courbant, finit par découvrir ce qu’il contemplait. Un point d’or tournait au loin dans la poussière sur
la route d’Utique53 ; c’était le moyeu d’un char attelé de deux mulets ; un esclave courait à la tête du
timon, en les tenant par la bride. Il y avait dans le char deux femmes assises. Les crinières des bêtes
bouffaient entre leurs oreilles à la mode persique, sous un réseau de perles bleues. Spendius les
reconnut ; il retint un cri.
Un grand voile, par-derrière, flottait au vent.
1 - La ville était composée de trois ensembles : Malqua, Byrsa et Mégara (voir « Carthage », p. 467-469). « Mégara était remplie de jardins
plantés d’arbres fruitiers, séparés par des clôtures en pierre sèche, des baies vives d’arbustes épineux, et coupés par de nombreux canaux
profonds et tortueux », d’après Dureau de La Malle, Recherches sur la topographie de Carthage, Paris, Firmin-Didot, 1835, p. 46.
2 - Épisode important de la première guerre punique, en Sicile : Hamilcar avait réussi à s’installer sur l’acropole d’Éryx (Erice) en 247 av.
J.-C., et de là à tenir les positions carthaginoises contre les Romains, jusqu’en 241, lorsque, à la suite de la défaite navale des îles Ægates, les
Carthaginois durent accepter un traité de paix contraignant. La « guerre des Mercenaires » dont Flaubert imagine ici le premier épisode,
commence en 241, lors du retour de toutes les troupes à Carthage.

3 - Chaussures qui montaient jusqu’au milieu de la jambe, en Grèce et à Rome ; employées surtout au théâtre, dans la tragédie. Le bronze
marque ici la noblesse et la guerre.
4 - Voir « Carthage », p. 473. Michelet, dans son Histoire romaine, livre II, chap. 3, décrit en détail le fonctionnement politique de Carthage,
et en particulier le rôle du Conseil des Cent : « Cette inquisition d’État, semblable à celle de Venise, avait fini par absorber toute la puissance
publique […]. Une oligarchie financière tenant ainsi tout l’État dans sa main, l’argent était le roi et le dieu de Carthage » (op. cit., p. 215).
5 - L’une des trois divinités principales de Carthage, avec Khamon et Tanit. Dieu guérisseur, assimilé par les Romains à Esculape,
l’Asclépios des textes grecs, il avait son temple sur la colline de Byrsa, au cœur de Carthage ; c’était « le plus célèbre et le plus riche de tous
les temples de la ville », d’après Dureau de La Malle, op. cit., p. 20.
6 - Ligures (habitants de la région côtière du nord de l’Italie), Lusitaniens (peuple de l’ouest de la péninsule Ibérique, Portugal actuel),
Baléares, Nègres : ces « peuples » représentent la partie occidentale de la Méditerranée et l’Afrique.
7 - Dorien (langue grecque parlée dans une grande partie de la Méditerranée, depuis le sud du Péloponnèse jusqu’à la Crète, Chypre, et
certaines cités d’Asie Mineure), syllabes celtiques (les langues des peuples du nord et de l’est de l’Europe), terminaisons ioniennes
(l’ionien-attique est le grec « littéraire », le plus représenté, et il était devenu la langue véhiculaire du monde hellénistique et du monde romain),
consonnes du désert (les langues d’Afrique ?) : cette géographie linguistique amplifie l’espace vers toute l’Europe, la partie orientale de la
Méditerranée et l’Afrique.
8 - Peuple celte de l’Ibérie, vivant dans les régions correspondant au nord de l’Espagne actuelle.
9 - La Carie est une ancienne province côtière du sud-ouest de l’Asie Mineure. Hérodote indique que les Grecs doivent aux Cariens,
« sujets de Minos » dans les temps anciens, trois inventions : « Ils ont enseigné à attacher des crinières aux casques et à placer des emblèmes
sur les boucliers ; enfin ils ont, aussi les premiers, adapté des poignées aux boucliers » (Histoires, I, 171).
10 - Région d’Asie Mineure, à l’est de l’actuelle Turquie centrale, à plus de 300 km au sud-est d’Ankara.
11 - La Lydie, région occidentale d’Asie Mineure, au nord de la Carie. Ancien royaume de Crésus (561-547 av. J.-C.).
12 - Vase à boire, d’origine grecque, avec deux grandes anses verticales.
13 - Condiment à base de saumure de poissons, très apprécié des Romains. De nombreuses variétés en étaient produites tout autour de la
Méditerranée.
14 - Nom en sanscrit de l’île nommée Tabropane en grec (Sri Lanka).
15 - Gomme-résine, roussâtre, obtenue à partir de la racine de la plante ombellifère du même nom. Puissant antispasmodique, elle était très
utilisée dans l’Antiquité comme condiment, malgré son odeur désagréable.
16 - Aujourd’hui la Calabre (Italie méridionale).
17 - Tente dont on recouvrait de grands espaces comme les cirques, ou les cours intérieures des résidences.
18 - Région de Naples.
19 - Vases grecs provenant des fabriques italiotes de la céramique attique, du IVe au Ier siècle av. J.-C.
20 - Général carthaginois, gouverneur de Lilybée, en Sicile, pendant la première guerre punique. Flaubert suit, sur ce point, Polybe (Histoire,
livre I, chap. 15).
21 - Le talent est d’abord un poids, 60 mines, environ 22 kg. Par extension, monnaie équivalente en argent ou en or. Le talent euboïque est
en argent. Le chiffre de 3 000 talents est donné par Michelet, Histoire romaine, II, 3, p. 222.
22 - Caius Lutatius Catulus, consul romain, battit, en 241, la flotte d’Hannon aux îles Ægates, bataille qui marque la fin de la première
guerre punique.
23 - Prison dans laquelle on enfermait les esclaves condamnés aux travaux les plus pénibles.
24 - Baal ou Ba`al, désigne le « Seigneur », le « Maître ».
25 - Flaubert anticipe, avec cet épisode de la libération de Spendius, sur le récit de Polybe (I, 15), où ce n’est que lorsque les Mercenaires
ont été envoyés à Sicca, qu’apparaît le personnage : voir chap. IV, p. 120, note 2.
26 - « Les Égineuses sont probablement les Éginuses », écrit Froehner dans sa critique du roman (voir « Appendice », p. 434). Îles situées
dans la baie de Carthage. Les Romains, conduits par Marcus Atilius Regulus, après avoir opéré un débarquement, furent défaits en 255 à la
bataille d’Utique par les Carthaginois, que commandait le général spartiate Xanthippe.
27 - Les Syssities étaient, en Crète, puis à Sparte, des repas collectifs obligatoires, propres à certains groupes sociaux ou religieux. Les
Syssites (d’abord orthographié par erreur « Scissites » comme le lui reproche Froehner) sont décrits par Flaubert, dans « Carthage » (voir
p. 474-475) comme des « clubs commerciaux où l’on élaborait les lois » ; ils élisaient les vingt et une commissions qui nommaient le Conseil
suprême de cent quatre membres, Conseil dont relevaient les deux Suffètes.
28 - Khamon (ou Baal Hammon), l’une des trois grandes divinités de Carthage avec Eschmoûn et Tanit ; dieu solaire, et de la végétation,
dieu fécondateur, protecteur de Carthage. Le sacrifice du « molk » (sacrifice des prémices, premiers-nés des troupeaux, premiers fruits de la
récolte, ou l’enfant premier-né) lui est offert. On l’a rapproché du Moloch de la tradition hébraïque.

29 - Minerai rouge, sulfure de mercure, dont on fait une teinture.
30 - Lucien de Samosate indique, dans « Sur la Déesse syrienne », 45 (trad. Eugène Talbot, Hachette, 1857, p. 457) : « À peu de distance du
temple, il y a un lac dans lequel on nourrit une grande quantité de poissons sacrés […]. Ils ont des noms, et ils viennent quand on les appelle.
J’en ai vu un entre autres qui avait un ornement d’or ; c’était un bijou attaché à sa nageoire. »
31 - « Un œuf, disait-on sur les bords de l’Euphrate, tomba jadis du ciel dans ce fleuve. Des poissons le portèrent sur la rive, des colombes
le couvèrent, et Vénus vint à en éclore » (Creuzer, Les Religions de l’Antiquité considérées principalement dans leurs formes
symboliques et mythologiques, traduit et complété par J. D. Guigniaut, Paris, Treuttel et Würtz Libraires, 1825, t. IV, p. 32).
32 - Le « sacrilège » est double : tuer les poissons sacrés, et les manger. À propos du culte de Derceto en Phénicie, Lucien de Samosate
écrit : « Les motifs de leur croyance ne sont pas très clairs. Ils regardent les poissons comme sacrés ; jamais ils n’y touchent. Ils mangent
toute espèce d’oiseaux, excepté la colombe » (« Sur la Déesse syrienne », 14, p. 446).
33 - L’une des trois grandes divinités de Carthage, avec Eshmoûn (voir p. 45, note 1) et Khamon, dieu solaire (voir p. 53, note 1), dont elle
est le parèdre. « Tanit, La Rabbetna, maîtresse, dominatrice [la Chabar (la grande) des Arabes, El Samora la glorieuse], divinité par excellence
de Carthage, et même de la race phénicienne, à la fois Junon et Vénus, Cybèle. C’était la Mylitta, Anaïtis, Astarté, Astaroth, Agdistis,
Derceto, le principe humide, la lune », note Flaubert (BNF, N.a.f. 23658, fo 105).
34 - Les Phéniciens, fondateurs de Carthage, appartenaient au groupe des peuples du pays de Canaan (territoire entre la Méditerranée et le
Jourdain). Flaubert souligne ainsi une antique ascendance biblique.
35 - Flaubert, dans ses notes sur la Bible (traduction de Cahen ; ms. 88, Pierpont Morgan Library, New York, Fonds Heineman), relève dans
Isaïe : « des chaînettes attachées aux pieds pour que les pas soient égaux » (fo 313) et dans le Cantique des cantiques : « cette sorte
d’entraves avait pour but de conserver les signes de la virginité » (fo 331).
36 - Ou malobathron : essence tirée d’un arbre de Syrie. « Malobrathon (Syrie) arbre à feuilles roulées. Goût semblable à celui du nard »
(notes sur Pline, XII ; fo 14).
37 - Ville de Libye (actuelle Tébessa, en Algérie), prise par Hannon, vers 247 av. J.-C., au profit des Carthaginois, d’après Polybe (Histoire,
I, 73) et Diodore de Sicile (XXIV, 10, 2) ; voir chap. II , p. 87.
38 - Les deux « Suffètes » de Carthage, magistrats suprêmes, étaient nommés par le Conseil des Anciens : « Ils représentaient dans la
République les anciens rois souverains de Carthage », note Flaubert (BNF, N.a.f. 23658, fo 54).
39 - Baal ou Ba`al, terme générique pour désigner les dieux.
40 - Voir p. 49, note 2.
41 - Le nom « Hamilcar » signifie « Serviteur de Melkarth » : « Hercule est le même que Baal Khamon […] lequel est identique au Baal
Moloch et au Melkhart de Tyr. Ce dernier nom se retrouve chez les Carthaginois dans celui d’Amilcar. Athénagore nous dit positivement
qu’Amilcar était un dieu phénicien » (Creuzer, op. cit., t. II, 3, Notes et éclaircissements sur le tome II, d’Alfred Maury, p. 1040). Flaubert
s’appuie cependant sur une dissimilation entre ces dieux : Melkarth, dieu protecteur, associé au Soleil (« c’était le dieu des Colonies », note
Flaubert ; BNF, N.a.f. 23658, fo 105), et Moloch, dieu solaire également mais destructeur, sont deux émanations de Baal Khamon. Sidon est
une ville de Phénicie (Liban actuel).
42 - Les Sidoniens avaient établi quatre colonies en Ersiphonie (région correspondant à la Ligurie). Flaubert attribue à Melkarth un
« voyage » qui appartient à une autre tradition mythique phénicienne, rapportée dans un « Pseudo-Sanchoniathon » (Analyse des neuf livres
de la chronique de Sanchoniathon, avec des notes par M. Wagenfeld, et précédé d’un avant-propos par M. G. Grotefend, trad. Ph. Lebas,
Paris, Paulin, 1836), celle de Mélicerte : « La reine [des serpents] lui [à Mélicerte] apprend qu’elle a été chassée de ses États par Masisabal,
qui la retient en ces lieux par ses enchantements. Mais ajoute-t-elle, je t’ai choisi pour me venger […] tu le rencontreras à Tartessus [Cadix],
aux bornes du monde, et, quand tu l’auras abattu sous tes coups, tu trouveras pour ta récompense d’immenses richesses dans sa demeure »
(livre II, p. 132 ; légende citée par Creuzer ; voir Hamilton, Sources of the Religious Element in Flaubert’s Salammbô, Elliott Monographs,
no 4, Baltimore, The Johns Hopkins Press ; Paris, Librairie Champion, 1917).
43 - Flaubert se justifie, dans son débat avec l’archéologue Froehner, de l’orthographe qu’il choisit de donner au « nom numide de
Naravasse » : « j’écris Narr’Havas, de Nar-el-haouah, feu du souffle » (à Guillaume Froehner, 21 janvier 1863 ; Corr., t. III, p. 294) ; voir
« Appendice », p. 452. Flaubert avait décidé au dernier moment, sur épreuves, de choisir cette orthographe. Les Numides, à la différence des
Mercenaires, étaient des « alliés » des Carthaginois.
44 - Flaubert écrit, dans ses manuscrits, « Mathos », nom du personnage chez Polybe et chez Michelet. Il transforme en Mâtho, avec
l’accent circonflexe, sans doute en symétrie avec Salammbô. Flaubert insistait sur l’importance de cet accent et son possible effet
d’étrangeté : au moment des épreuves, il écrit à Michel Lévy, le 3 octobre 1862 : « L’accent circonflexe de Salammbô n’a aucun galbe. Rien
n’est moins punique. J’en demande un plus ouvert » (Corr., t. III, p. 250). Flaubert anticipe, comme pour Spendius, par rapport à l’Histoire de
Polybe, où le personnage de Mathos n’intervient qu’au moment de la négociation avec Giscon sur le paiement des soldes (voir chap. IV, p. 120,
note 2). Flaubert introduit de façon immédiate et théâtrale la complicité entre Spendius et Mâtho, et la rivalité amoureuse entre Narr’ Havas et
Mâtho, face à Salammbô.
45 - On trouve une tradition analogue dans la légende relative à la fondation de Marseille, l’histoire de Gyptis et de Protis, rapportée par

Justin, Histoires philippiques, XLIII, 3 : Gyptis, fille du roi du pays dans lequel vient d’aborder Protis, à la tête d’une troupe de Phocéens,
offre à l’étranger une coupe à boire, indiquant ainsi qu’elle le choisit pour époux.
46 - La pointe nord du golfe de Tunis, aujourd’hui le cap Bon.
47 - Cyprès, chevaux d’Eschmoûn : de différentes manières, Flaubert construit une sorte de tableau « solaire » où mythologie et espace
naturel s’impliquent, réciproquement.
48 - La pointe sud du golfe. Les mappales sont des huttes de pêcheurs.
49 - Gouverneurs de province, en Perse ancienne. Le terme a acquis un sens figuré, pour désigner « un homme fier et despotique » (Littré).
50 - Il s’agit de Pyrrhus Ier, roi d’Épire (319-272 av. J.-C.), général grec ambitieux, qui combattit dans de nombreuses régions du monde
grec et romain : victorieux contre les Romains à Héraclée, en 280 av. J.-C., et Ausculum en 279 av. J.-C., il chassa les Carthaginois de Sicile,
d’où il fut lui-même chassé par les habitants. Il ne put jamais tirer de parti politique de ses batailles, qui étaient la plupart du temps marquées
par de très lourdes pertes, ce qui est à l’origine de l’expression « victoire à la Pyrrhus ».
51 - Il s’agit des « Mamertins », mercenaires campaniens au service du roi de Syracuse Agathoclès, qui, après la mort de celui-ci en 289 av.
J.-C., se sont emparés de Messine et de Rhegium (Reggio de Calabre). Ils en furent ensuite chassés par les Romains. Cette série de
« victoires » et de défaites est à l’origine de la première guerre punique. Ce que Spendius donne en exemple représente en fait des conquêtes
finalement catastrophiques.
52 - « Moloch c’est le principe de la vie furieuse, brûlante, destructive, régénérante par le feu », indique une note récapitulative (BNF,
N.a.f. 23658, fo 105). Dieu mélancolique également, qu’on rapproche de Saturne : « un dieu des anciens temps, que l’on n’approchait pas,
farouche, et silencieux, dévorateur » (BNF, N.a.f. 23658, fo 107 vo).
53 - Utique, au nord-ouest de Carthage, l’une des plus anciennes villes de la Méditerranée, avait été fondée vers 1100, avant Carthage (en
phénicien, Kart-hadasht : « la Nouvelle Ville »), fondée, elle, au milieu du VIII e siècle. Après la troisième guerre punique, Utique sera la
première capitale de la Province romaine d’Afrique.

II
À Sicca
Deux jours après, les Mercenaires sortirent de Carthage.
On leur avait donné à chacun une pièce d’or, sous la condition qu’ils iraient camper à Sicca1, et on leur
avait dit avec toutes sortes de caresses :
« Vous êtes les sauveurs de Carthage ! Mais vous l’affameriez en y restant ; elle deviendrait insolvable.
Éloignez-vous ! La République vous saura gré de cette condescendance. Nous allons immédiatement
lever des impôts ; votre solde sera complète, et l’on équipera des galères qui vous reconduiront dans vos
patries. »
Ils ne savaient que répondre à tant de discours. Ces hommes, accoutumés à la guerre, s’ennuyaient dans
le séjour d’une ville ; on n’eut pas de mal à les convaincre ; et le peuple monta sur les murs pour les voir
s’en aller.
Ils défilèrent par la rue de Khamon et la porte de Cirta2, pêle-mêle, les archers avec les hoplites3, les
capitaines avec les soldats, les Lusitaniens avec les Grecs. Ils marchaient d’un pas hardi, faisant sonner
sur les dalles leurs lourds cothurnes. Leurs armures étaient bosselées par les catapultes et leurs visages
noircis par le hâle des batailles. Des cris rauques sortaient des barbes épaisses ; leurs cottes de mailles
déchirées battaient sur les pommeaux des glaives, et l’on apercevait, aux trous de l’airain, leurs membres
nus, effrayants comme des machines de guerre. Les sarisses4, les haches, les épieux, les bonnets de feutre
et les casques de bronze, tout oscillait à la fois d’un seul mouvement. Ils emplissaient la rue à faire
craquer les murs, et cette longue masse de soldats en armes s’épanchait entre les hautes maisons à six
étages, barbouillées de bitume. Derrière leurs grilles de fer ou de roseaux, les femmes, la tête couverte
d’un voile, regardaient en silence les Barbares passer.
Les terrasses, les fortifications, les murs disparaissaient sous la foule des Carthaginois, habillée de
vêtements noirs ; les tuniques des matelots faisaient comme des taches de sang parmi cette sombre
multitude ; des enfants presque nus gesticulaient dans le feuillage des colonnes, ou entre les branches d’un
palmier. Des Anciens5 s’étaient postés sur la plate-forme des tours ; et l’on ne savait pas pourquoi se
tenait ainsi, de place en place, un personnage à barbe longue, dans une attitude rêveuse. De loin, il
semblait vague comme un fantôme, et immobile comme les pierres.
Tous étaient oppressés par la même inquiétude ; on avait peur que les Barbares, en se voyant si forts,
n’eussent la fantaisie de vouloir rester. Mais ils partaient avec tant de confiance que les Carthaginois
s’enhardirent et se mêlèrent aux soldats. On les accablait de serments, d’étreintes. On leur jetait des
parfums, des fleurs et des pièces d’argent. On leur donnait des amulettes contre les maladies ; mais on
avait craché dessus trois fois pour attirer la mort, ou enfermé dedans des poils de chacal qui rendent le
cœur lâche. On invoquait tout haut la faveur de Melkarth6 et tout bas sa malédiction.
Puis vint la cohue des bagages, des bêtes de somme et des traînards. Des malades gémissaient sur des
dromadaires ; d’autres s’appuyaient, en boitant, sur le tronçon d’une pique. Les ivrognes emportaient des

outres, les voraces des quartiers de viande, des gâteaux, des fruits, du beurre dans des feuilles de figuier,
de la neige dans des sacs de toile. On en voyait avec des parasols à la main, avec des perroquets sur
l’épaule. Ils se faisaient suivre par des dogues, par des gazelles ou des panthères. Des femmes de race
libyque, montées sur des ânes, invectivaient les négresses qui avaient abandonné pour les soldats les
lupanars de Malqua7 ; plusieurs allaitaient des enfants suspendus à leur poitrine dans une lanière de cuir.
Les mulets, que l’on aiguillonnait avec la pointe des glaives, pliaient l’échine sous le fardeau des tentes ;
et il y avait une quantité de valets et de porteurs d’eau, hâves, jaunis par les fièvres et tout sales de
vermine, écume de la plèbe carthaginoise, qui s’attachait aux Barbares.
Quand ils furent passés, on ferma les portes derrière eux, le peuple ne descendit pas des murs ; l’armée
se répandit bientôt sur la largeur de l’isthme.
Elle se divisait par masses inégales. Puis les lances apparurent comme de hauts brins d’herbe, enfin
tout se perdit dans une traînée de poussière ; ceux des soldats qui se retournaient vers Carthage,
n’apercevaient plus que ses longues murailles, découpant au bord du ciel leurs créneaux vides.
Les Barbares entendirent un grand cri. Ils crurent que quelques-uns d’entre eux, restés dans la ville (car
ils ne savaient pas leur nombre), s’amusaient à piller un temple. Ils rirent beaucoup à cette idée, puis
continuèrent leur chemin.
Ils étaient joyeux de se retrouver, comme autrefois, marchant tous ensemble dans la pleine campagne ;
et des Grecs chantaient la vieille chanson des Mamertins8 :
« Avec ma lance et mon épée, je laboure et je moissonne ; c’est moi qui suis le maître de la maison !
L’homme désarmé tombe à mes genoux et m’appelle Seigneur et Grand-Roi. »
Ils criaient, sautaient, les plus gais commençaient des histoires ; le temps des misères était fini. En
arrivant à Tunis, quelques-uns remarquèrent qu’il manquait une troupe de frondeurs baléares ; ils n’étaient
pas loin, sans doute ; on n’y pensa plus.
Les uns allèrent loger dans les maisons, les autres campèrent au pied des murs, et les gens de la ville
vinrent causer avec les soldats.
Pendant toute la nuit, on aperçut des feux qui brûlaient à l’horizon, du côté de Carthage ; ces lueurs,
comme des torches géantes, s’allongeaient sur le lac immobile9. Personne, dans l’armée, ne pouvait dire
quelle fête on célébrait.
Les Barbares, le lendemain, traversèrent une campagne toute couverte de cultures. Les métairies des
patriciens se succédaient sur le bord de la route ; des rigoles coulaient dans le bois de palmiers ; les
oliviers faisaient de longues lignes vertes ; des vapeurs roses flottaient dans les gorges des collines ; des
montagnes bleues se dressaient par-derrière. Un vent chaud soufflait. Des caméléons rampaient sur les
feuilles larges des cactus.
Les Barbares se ralentirent.
Ils s’en allaient par détachements isolés, ou se traînaient les uns après les autres à de longs intervalles.
Ils mangeaient des raisins au bord des vignes. Ils se couchaient dans les herbes, et ils regardaient avec
stupéfaction les grandes cornes des bœufs artificiellement tordues, les brebis revêtues de peaux pour
protéger leur laine, les sillons qui s’entre-croisaient de manière à former des losanges, et les socs de
charrues pareils à des ancres de navires, avec les grenadiers que l’on arrosait de silphium10. Cette
opulence de la terre et ces inventions de la sagesse les éblouissaient.
Le soir ils s’étendirent sur les tentes sans les déplier ; et, tout en s’endormant la figure aux étoiles, ils
regrettaient le festin d’Hamilcar.

Au milieu du jour suivant, on fit halte sur le bord d’une rivière, dans des touffes de lauriers-roses. Ils
jetèrent vite leurs lances, leurs boucliers, leurs ceintures. Ils se lavaient en criant, ils puisaient dans leur
casque, et d’autres buvaient à plat ventre, tout au milieu des bêtes de somme, dont les bagages tombaient.
Spendius, assis sur un dromadaire volé dans les parcs d’Hamilcar, aperçut de loin Mâtho, qui, le bras
suspendu contre la poitrine, nu-tête et la figure basse, laissait boire son mulet, tout en regardant l’eau
couler. Il courut à travers la foule, en l’appelant : « Maître ! maître ! »
À peine si Mâtho le remercia de ses bénédictions. Spendius n’y prenant garde se mit à marcher
derrière lui, et, de temps à autre, il tournait des yeux inquiets du côté de Carthage.
C’était le fils d’un rhéteur grec et d’une prostituée campanienne. Il s’était d’abord enrichi à vendre des
femmes ; puis, ruiné par un naufrage, il avait fait la guerre contre les Romains avec les bergers du
Samnium11. On l’avait pris, il s’était échappé ; on l’avait repris, et il avait travaillé dans les carrières,
haleté dans les étuves, crié dans les supplices, passé par bien des maîtres, connu toutes les fureurs. Un
jour, par désespoir, il s’était lancé à la mer du haut de la trirème où il poussait l’aviron. Des matelots
l’avaient recueilli mourant et amené à Carthage dans l’ergastule de Mégara. Comme on devait rendre
leurs transfuges aux Romains, il avait profité du désordre pour s’enfuir avec les soldats.
Pendant toute la route, il resta près de Mâtho ; il lui apportait à manger, il le soutenait pour descendre,
il étendait un tapis, le soir, sous sa tête. Mâtho finit par s’émouvoir de ces prévenances, et peu à peu il
desserra les lèvres.
Il était né dans le golfe des Syrtes12. Son père l’avait conduit en pèlerinage au temple d’Ammon13. Puis
il avait chassé les éléphants dans les forêts des Garamantes14. Ensuite, il s’était engagé au service de
Carthage. On l’avait nommé tétrarque à la prise de Drepanum15. La République lui devait quatre chevaux,
vingt-trois médines16 de froment et la solde d’un hiver. Il craignait les Dieux et souhaitait mourir dans sa
patrie.
Spendius lui parla de ses voyages, des peuples et des temples qu’il avait visités, et il connaissait
beaucoup de choses : il savait faire des sandales, des épieux, des filets, apprivoiser les bêtes farouches et
cuire des poissons.
Parfois s’interrompant, il tirait du fond de sa gorge un cri rauque ; le mulet de Mâtho pressait son
allure ; les autres se hâtaient pour les suivre, puis Spendius recommençait, toujours agité par son
angoisse. Elle se calma, le soir du quatrième jour.
Ils marchaient côte à côte, à la droite de l’armée, sur le flanc d’une colline ; la plaine, en bas, se
prolongeait, perdue dans les vapeurs de la nuit. Les lignes des soldats défilant au-dessous d’eux faisaient
dans l’ombre des ondulations. De temps à autre elles passaient sur les éminences éclairées par la lune ;
alors une étoile tremblait à la pointe des piques, les casques un instant miroitaient, tout disparaissait, et il
en survenait d’autres, continuellement. Au loin, des troupeaux réveillés bêlaient, et quelque chose d’une
douceur infinie semblait s’abattre sur la terre.
Spendius, la tête renversée et les yeux à demi clos, aspirait avec de grands soupirs la fraîcheur du
vent ; il écartait les bras en remuant ses doigts pour mieux sentir cette caresse qui lui coulait sur le corps.
Des espoirs de vengeance, revenus, le transportaient. Il colla sa main contre sa bouche afin d’arrêter ses
sanglots ; et à demi pâmé d’ivresse, il abandonnait le licol de son dromadaire qui avançait à grands pas
réguliers. Mâtho était retombé dans sa tristesse ; ses jambes pendaient jusqu’à terre, et les herbes, en
fouettant ses cothurnes, faisaient un sifflement continu.
La route s’allongeait sans jamais en finir. À l’extrémité d’une plaine, toujours on arrivait sur un plateau

de forme ronde ; puis on redescendait dans une vallée, et les montagnes qui semblaient boucher l’horizon,
à mesure que l’on approchait d’elles, se déplaçaient comme en glissant. De temps à autre, une rivière
apparaissait dans la verdure des tamarix, pour se perdre au tournant des collines. Parfois, se dressait un
énorme rocher, pareil à la proue d’un vaisseau ou au piédestal de quelque colosse disparu17.
On rencontrait, à des intervalles réguliers, de petits temples quadrangulaires, servant aux pèlerins qui
se rendaient à Sicca. Ils étaient fermés comme des tombeaux. Les Libyens, pour se faire ouvrir, frappaient
de grands coups contre la porte. Personne de l’intérieur ne répondait.
Puis les cultures se firent plus rares. On entrait tout à coup sur des bandes de sable, hérissées de
bouquets épineux. Des troupeaux de moutons broutaient parmi les pierres : une femme, la taille ceinte
d’une toison bleue, les gardait. Elle s’enfuyait en poussant des cris, dès qu’elle apercevait entre les
rochers les piques des soldats.
Ils marchaient dans une sorte de grand couloir, bordé par deux chaînes de monticules rougeâtres, quand
une odeur nauséabonde vint les frapper aux narines, et ils crurent voir au haut d’un caroubier quelque
chose d’extraordinaire : une tête de lion se dressait au-dessus des feuilles.
Ils y coururent. C’était un lion, attaché à une croix par les quatre membres comme un criminel. Son
mufle énorme lui retombait sur la poitrine, et ses deux pattes antérieures, disparaissant à demi sous
l’abondance de sa crinière, étaient largement écartées comme les deux ailes d’un oiseau. Ses côtes, une à
une, saillissaient sous sa peau tendue ; ses jambes de derrière, clouées l’une contre l’autre, remontaient
un peu ; et du sang noir, coulant parmi ses poils, avait amassé des stalactites au bas de sa queue qui
pendait toute droite, le long de la croix. Les soldats se divertirent autour ; ils l’appelaient consul et
citoyen de Rome et lui jetèrent des cailloux dans les yeux, pour faire envoler les moucherons.
Cent pas plus loin ils en virent deux autres ; puis, tout à coup, parut une longue file de croix supportant
des lions. Les uns étaient morts depuis si longtemps qu’il ne restait plus contre le bois que les débris de
leurs squelettes ; d’autres à moitié rongés tordaient la gueule en faisant une horrible grimace ; il y en avait
d’énormes ; l’arbre de la croix pliait sous eux ; et ils se balançaient au vent, tandis que sur leur tête des
bandes de corbeaux tournoyaient dans l’air, sans jamais s’arrêter. Ainsi se vengeaient les paysans
carthaginois quand ils avaient pris quelque bête féroce ; ils espéraient par cet exemple terrifier les autres.
Les Barbares, cessant de rire, tombèrent dans un long étonnement. « Quel est ce peuple, – pensaient-ils, –
qui s’amuse à crucifier des lions ! »
Ils étaient, d’ailleurs, les hommes du Nord surtout, vaguement inquiets, troublés, malades déjà. Ils se
déchiraient les mains aux dards des aloès ; de grands moustiques bourdonnaient à leurs oreilles, et les
dysenteries commençaient dans l’armée. Ils s’ennuyaient de ne pas voir Sicca. Ils avaient peur de se
perdre et d’atteindre le désert, la contrée des sables et des épouvantements. Beaucoup même ne voulaient
plus avancer. D’autres reprirent le chemin de Carthage.
Enfin, le septième jour, après avoir suivi pendant longtemps la base d’une montagne, on tourna
brusquement à droite ; alors apparut une ligne de murailles posée sur des roches blanches et se
confondant avec elles. Soudain la ville entière se dressa ; des voiles bleus, jaunes et blancs s’agitaient
sur les murs, dans la rougeur du soir. C’étaient les prêtresses de Tanit, accourues pour recevoir les
hommes18. Elles se tenaient rangées sur le long du rempart, en frappant des tambourins, en pinçant des
lyres, en secouant des crotales19, et les rayons du soleil, qui se couchait par-derrière, dans les montagnes
de la Numidie, passaient entre les cordes des harpes où s’allongeaient leurs bras nus. Les instruments, par
intervalles, se taisaient tout à coup, et un cri strident éclatait, précipité, furieux, continu, sorte
d’aboiement qu’elles faisaient en se frappant avec la langue les deux coins de la bouche. D’autres

restaient accoudées, le menton dans la main, et, plus immobiles que des sphinx, elles dardaient leurs
grands yeux noirs sur l’armée qui montait.
Bien que Sicca fût une ville sacrée, elle ne pouvait contenir une telle multitude ; le temple avec ses
dépendances en occupait, seul, la moitié. Aussi les Barbares s’établirent dans la plaine tout à leur aise,
ceux qui étaient disciplinés par troupes régulières, et les autres, par nations ou d’après leur fantaisie.
Les Grecs alignèrent sur des rangs parallèles leurs tentes de peaux ; les Ibériens disposèrent en cercle
leurs pavillons de toile ; les Gaulois se firent des baraques de planches, les Libyens des cabanes de
pierres sèches, et les Nègres creusèrent dans le sable avec leurs ongles des fosses pour dormir.
Beaucoup, ne sachant où se mettre, erraient au milieu des bagages, et la nuit couchaient par terre dans
leurs manteaux troués.

La plaine se développait autour d’eux, toute bordée de montagnes. Çà et là un palmier se penchait sur
une colline de sable, des sapins et des chênes tachetaient les flancs des précipices. Quelquefois la pluie
d’un orage, telle qu’une longue écharpe, pendait du ciel, tandis que la campagne restait partout couverte
d’azur et de sérénité ; puis un vent tiède chassait des tourbillons de poussière ; – et un ruisseau descendait
en cascade des hauteurs de Sicca où se dressait, avec sa toiture d’or sur des colonnes d’airain, le temple
de la Vénus Carthaginoise, dominatrice de la contrée. Elle semblait l’emplir de son âme. Par ces
convulsions des terrains, ces alternatives de la température et ces jeux de la lumière, elle manifestait
l’extravagance de sa force avec la beauté de son éternel sourire. Les montagnes, à leur sommet, avaient la
forme d’un croissant ; d’autres ressemblaient à des poitrines de femme tendant leurs seins gonflés, et les
Barbares sentaient peser par-dessus leurs fatigues un accablement qui était plein de délices.
Spendius, avec l’argent de son dromadaire, s’était acheté un esclave. Il dormait tout le long du jour
devant la tente de Mâtho. Souvent il se réveillait croyant, dans son rêve, entendre siffler les lanières ;
alors il se passait les mains sur les cicatrices de ses jambes, à la place où les fers avaient longtemps
porté ; puis il se rendormait.
Mâtho acceptait sa compagnie ; Spendius, avec un long glaive sur la cuisse, l’escortait comme un
licteur20 ; ou bien Mâtho nonchalamment s’appuyait du bras sur son épaule, car Spendius était petit.
Un soir qu’ils traversaient ensemble les rues du camp, ils aperçurent des hommes couverts de manteaux
blancs ; parmi eux se trouvait Narr’Havas, le prince des Numides. Mâtho tressaillit.
« Ton épée ! s’écria-t-il ; je veux le tuer !
— Pas encore ! » fit Spendius en l’arrêtant. Déjà Narr’ Havas s’avançait vers lui.
Il baisa ses deux pouces en signe d’alliance, rejetant la colère qu’il avait eue sur l’ivresse du festin ;
puis il parla longuement contre Carthage, mais il ne dit pas ce qui l’amenait chez les Barbares.
Était-ce pour les trahir, ou bien la République ? se demandait Spendius ; et comme il comptait faire son
profit de tous les désordres, il savait gré à Narr’Havas des futures perfidies dont il le soupçonnait.
Le chef des Numides resta parmi les Mercenaires. Il paraissait vouloir s’attacher Mâtho. Il lui envoyait
des chèvres grasses, de la poudre d’or et des plumes d’autruche. Le Libyen, ébahi de ces caresses,
hésitait à y répondre ou à s’en exaspérer. Mais Spendius l’apaisait, et Mâtho se laissait gouverner par
l’esclave, – toujours irrésolu et dans une invincible torpeur, comme ceux qui ont pris autrefois quelque
breuvage dont ils doivent mourir.
Un matin qu’ils partaient tous les trois pour la chasse au lion, Narr’Havas cacha un poignard dans son

manteau. Spendius marcha continuellement derrière lui ; et ils revinrent sans qu’on eût tiré le poignard.
Une autre fois, Narr’Havas les entraîna fort loin, jusqu’aux limites de son royaume. Ils arrivèrent dans
une gorge étroite ; Narr’Havas sourit en leur déclarant qu’il ne connaissait plus la route ; Spendius la
retrouva.
Mais le plus souvent Mâtho, mélancolique comme un augure, s’en allait dès le soleil levant pour
vagabonder dans la campagne. Il s’étendait sur le sable, et jusqu’au soir y restait immobile.
Il consulta l’un après l’autre tous les devins de l’armée, ceux qui observent la marche des serpents,
ceux qui lisent dans les étoiles, ceux qui soufflent sur la cendre des morts. Il avala du galbanum, du seseli
et du venin de vipère qui glace le cœur21; des femmes nègres, en chantant au clair de lune des paroles
barbares, lui piquèrent la peau du front avec des stylets d’or ; il se chargeait de colliers et d’amulettes : il
invoqua tour à tour Baal-Khamon, Moloch, les sept Cabires22, Tanit et la Vénus des Grecs. Il grava un
nom sur une plaque de cuivre, et il l’enfouit dans le sable au seuil de sa tente. Spendius l’entendait gémir
et parler tout seul.
Une nuit il entra.
Mâtho, nu comme un cadavre, était couché à plat ventre sur une peau de lion, la face dans les deux
mains ; une lampe suspendue éclairait ses armes, accrochées contre le mât de la tente.
« Tu souffres ? lui dit l’esclave. Que te faut-il ? réponds-moi ! » Et il le secoua par l’épaule en
l’appelant plusieurs fois : « Maître ! maître !… »
Mâtho leva vers lui de grands yeux troubles.
« Écoute ! fit-il à voix basse, avec un doigt sur les lèvres, c’est une colère des Dieux ! la fille
d’Hamilcar me poursuit ! J’en ai peur, Spendius ! » Il se serrait contre sa poitrine, comme un enfant
épouvanté par un fantôme. – « Parle-moi ! je suis malade ! je veux guérir ! j’ai tout essayé ! Mais toi, tu
sais peut-être des Dieux plus forts, ou quelque invocation irrésistible ?
— Pour quoi faire ? » demanda Spendius.
Il répondit, en se frappant la tête avec ses deux poings :
« Pour m’en débarrasser ! »
Puis il se disait, se parlant à lui-même, avec de longs intervalles :
« Je suis sans doute la victime de quelque holocauste qu’elle aura promis aux Dieux ?… Elle me tient
attaché par une chaîne que l’on n’aperçoit pas. Si je marche, c’est qu’elle s’avance ; quand je m’arrête,
elle se repose ! Ses yeux me brûlent, j’entends sa voix. Elle m’environne, elle me pénètre. Il me semble
qu’elle est devenue mon âme !
« Et pourtant, il y a entre nous deux comme les flots invisibles d’un océan sans bornes ! Elle est
lointaine et tout inaccessible ! La splendeur de sa beauté fait autour d’elle un nuage de lumière ; et je
crois, par moments, ne l’avoir jamais vue… qu’elle n’existe pas… et que tout cela est un songe ! »
Mâtho pleurait ainsi dans les ténèbres ; les Barbares dormaient.
Spendius, en le regardant, se rappelait les jeunes hommes qui, avec des vases d’or dans les mains, le
suppliaient autrefois, quand il promenait par les villes son troupeau de courtisanes ; une pitié l’émut, et il
dit :
« Sois fort, mon maître ! Appelle ta volonté et n’implore plus les Dieux ; ils ne se détournent pas aux
cris des hommes ! Te voilà pleurant comme un lâche ! Tu n’es donc pas humilié qu’une femme te fasse

tant souffrir !
— Suis-je un enfant ? dit Mâtho. Crois-tu que je m’attendrisse encore à leur visage et à leurs
chansons ? Nous en avions à Drepanum pour balayer nos écuries. J’en ai possédé au milieu des assauts,
sous les plafonds qui croulaient et quand la catapulte vibrait encore !… Mais celle-là, Spendius, cellelà !… »
L’esclave l’interrompit :
« Si elle n’était pas la fille d’Hamilcar…
— Non ! s’écria Mâtho. Elle n’a rien d’une autre fille des hommes ! As-tu vu ses grands yeux sous ses
grands sourcils, comme des soleils sous des arcs de triomphe ? Rappelle-toi : quand elle a paru, tous les
flambeaux ont pâli. Entre les diamants de son collier, des places sur sa poitrine resplendissaient ; on
sentait derrière elle comme l’odeur d’un temple, et quelque chose s’échappait de tout son être qui était
plus suave que le vin et plus terrible que la mort. Elle marchait cependant, et puis elle s’est arrêtée. »
Il resta béant, la tête basse, les prunelles fixes.
« Mais je la veux ! il me la faut ! j’en meurs ! À l’idée de l’étreindre dans mes bras, une fureur de joie
m’emporte, et cependant je la hais, Spendius ! je voudrais la battre ! Que faire ? J’ai envie de me vendre
pour devenir son esclave. Tu l’as été, toi ! Tu pouvais l’apercevoir ; parle-moi d’elle ! Toutes les nuits,
n’est-ce pas, elle monte sur la terrasse de son palais ? Ah ! les pierres doivent frémir sous ses sandales et
les étoiles se pencher pour la voir ! »
Il retomba tout en fureur, et râlant comme un taureau blessé.
Puis Mâtho chanta : « Il poursuivait dans la forêt le monstre femelle dont la queue ondulait sur les
feuilles mortes, comme un ruisseau d’argent. » Et en traînant sa voix, il imitait la voix de Salammbô,
tandis que ses mains étendues faisaient comme deux mains légères sur les cordes d’une lyre.
À toutes les consolations de Spendius, il lui répétait les mêmes discours ; leurs nuits se passaient dans
ces gémissements et ces exhortations.
Mâtho voulut s’étourdir avec du vin. Après ses ivresses il était plus triste encore. Il essaya de se
distraire aux osselets, et il perdit une à une les plaques d’or de son collier. Il se laissa conduire chez les
servantes de la Déesse ; mais il descendit la colline en sanglotant, comme ceux qui s’en reviennent des
funérailles.
Spendius, au contraire, devenait plus hardi et plus gai. On le voyait, dans les cabarets de feuillages,
discourant au milieu des soldats. Il raccommodait les vieilles cuirasses. Il jonglait avec des poignards. Il
allait pour les malades cueillir des herbes dans les champs. Il était facétieux, subtil, plein d’inventions et
de paroles ; les Barbares s’accoutumaient à ses services ; il s’en faisait aimer.
Cependant ils attendaient un ambassadeur de Carthage qui leur apporterait, sur des mulets, des
corbeilles chargées d’or ; et toujours recommençant le même calcul, ils dessinaient avec leurs doigts des
chiffres sur le sable. Chacun, d’avance, arrangeait sa vie ; ils auraient des concubines, des esclaves, des
terres ; d’autres voulaient enfouir leur trésor ou le risquer sur un vaisseau. Mais dans ce désœuvrement
les caractères s’irritaient23 ; il y avait de continuelles disputes entre les cavaliers et les fantassins, les
Barbares et les Grecs, et l’on était sans cesse étourdi par la voix aigre des femmes.
Tous les jours, il survenait des troupeaux d’hommes presque nus, avec des herbes sur la tête pour se
garantir du soleil ; c’étaient les débiteurs des riches Carthaginois, contraints de labourer leurs terres, et
qui s’étaient échappés. Des Libyens affluaient, des paysans ruinés par les impôts, des bannis, des
malfaiteurs. Puis la horde des marchands, tous les vendeurs de vin et d’huile, furieux de n’être pas payés,

s’en prenaient à la République ; Spendius déclamait contre elle. Bientôt les vivres diminuèrent. On
parlait de se porter en masse sur Carthage et d’appeler les Romains.

Un soir, à l’heure du souper, on entendit des sons lourds et fêlés qui se rapprochaient, et au loin,
quelque chose de rouge apparut dans les ondulations du terrain.
C’était une grande litière de pourpre, ornée aux angles par des bouquets de plumes d’autruche. Des
chaînes de cristal, avec des guirlandes de perles, battaient sur sa tenture fermée. Des chameaux la
suivaient en faisant sonner la grosse cloche suspendue à leur poitrail, et l’on apercevait autour d’eux des
cavaliers ayant une armure en écailles d’or depuis les talons jusqu’aux épaules.
Ils s’arrêtèrent à trois cents pas du camp, pour retirer des étuis qu’ils portaient en croupe, leur bouclier
rond, leur large glaive et leur casque à la béotienne. Quelques-uns restèrent avec les chameaux ; les
autres se remirent en marche. Enfin les enseignes de la République parurent, c’est-à-dire des bâtons de
bois bleu, terminés par des têtes de cheval ou des pommes de pins. Les Barbares se levèrent tous, en
applaudissant ; les femmes se précipitaient vers les gardes de la Légion et leur baisaient les pieds.
La litière s’avançait sur les épaules de douze Nègres, qui marchaient d’accord à petits pas rapides. Ils
allaient de droite et de gauche, au hasard, embarrassés par les cordes des tentes, par les bestiaux qui
erraient et les trépieds où cuisaient les viandes. Quelquefois une main grasse, chargée de bagues,
entr’ouvrait la litière ; une voix rauque criait des injures ; alors les porteurs s’arrêtaient, puis ils
prenaient une autre route à travers le camp.
Les courtines de pourpre se relevèrent ; et l’on découvrit sur un large oreiller une tête humaine tout
impassible et boursouflée ; les sourcils formaient comme deux arcs d’ébène se rejoignant par les pointes ;
des paillettes d’or étincelaient dans les cheveux crépus, et la face était si blême qu’elle semblait
saupoudrée avec de la râpure de marbre. Le reste du corps disparaissait sous les toisons qui emplissaient
la litière.
Les soldats reconnurent dans cet homme ainsi couché le suffète Hannon, celui qui avait contribué par sa
lenteur à faire perdre la bataille des îles Ægates24; et, quant à sa victoire d’Hécatompyle sur les
Libyens25, s’il s’était conduit avec clémence, c’était par cupidité, pensaient les Barbares, car il avait
vendu à son compte tous les captifs, bien qu’il eût déclaré leur mort à la République.
Lorsqu’il eut, pendant quelque temps, cherché une place commode pour haranguer les soldats, il fit un
signe ; la litière s’arrêta, et Hannon, soutenu par deux esclaves, posa ses pieds par terre, en chancelant.
Il avait des bottines en feutre noir, semées de lunes d’argent. Des bandelettes, comme autour d’une
momie, s’enroulaient à ses jambes, et la chair passait entre les linges croisés. Son ventre débordait sur la
jaquette écarlate qui lui couvrait les cuisses ; les plis de son cou retombaient jusqu’à sa poitrine comme
des fanons de bœuf ; sa tunique, où des fleurs étaient peintes, craquait aux aisselles ; il portait une
écharpe, une ceinture et un large manteau noir à doubles manches lacées. L’abondance de ses vêtements,
son grand collier de pierres bleues, ses agrafes d’or et ses lourds pendants d’oreilles ne rendaient que
plus hideuse sa difformité. On aurait dit quelque grosse idole ébauchée dans un bloc de pierre ; car une
lèpre pâle, étendue sur tout son corps, lui donnait l’apparence d’une chose inerte. Cependant son nez,
crochu comme un bec de vautour, se dilatait violemment, afin d’aspirer l’air, et ses petits yeux, aux cils
collés, brillaient d’un éclat dur et métallique. Il tenait à la main une spatule d’aloès26, pour se gratter la
peau.

Enfin, deux hérauts sonnèrent dans leurs cornes d’argent ; le tumulte s’apaisa, et Hannon se mit à
parler.
Il commença par faire l’éloge des Dieux et de la République ; les Barbares devaient se féliciter de
l’avoir servie. Mais il fallait se montrer plus raisonnables, les temps étaient durs, – « et si un maître n’a
que trois olives, n’est-il pas juste qu’il en garde deux pour lui ? »
Ainsi le vieux Suffète entremêlait son discours de proverbes et d’apologues, tout en faisant des signes
de tête pour solliciter quelque approbation27.
Il parlait punique, et ceux qui l’entouraient (les plus alertes accourus sans leurs armes) étaient des
Campaniens, des Gaulois et des Grecs, si bien que personne dans cette foule ne le comprenait. Hannon
s’en aperçut, il s’arrêta, et il se balançait lourdement, d’une jambe sur l’autre, en réfléchissant.
L’idée lui vint de convoquer les capitaines ; alors ses hérauts crièrent cet ordre en grec, – langage qui,
depuis Xantippe28, servait aux commandements dans les armées carthaginoises.
Les gardes, à coups de fouet, écartèrent la tourbe des soldats ; et bientôt les capitaines des phalanges à
la spartiate et les chefs des cohortes barbares29 arrivèrent, avec les insignes de leur grade et l’armure de
leur nation. La nuit était tombée, une grande rumeur circulait par la plaine ; çà et là des feux brûlaient ; on
allait de l’un à l’autre, on se demandait : « Qu’y a-t-il ? » et pourquoi le Suffète ne distribuait pas
l’argent ?
Il exposait aux capitaines les charges infinies de la République. Son trésor était vide. Le tribut des
Romains l’accablait. « Nous ne savons plus que faire !… Elle est bien à plaindre ! »
De temps à autre, il se frottait les membres avec sa spatule d’aloès, ou bien il s’interrompait pour
boire dans une coupe d’argent, que lui tendait un esclave, une tisane faite avec de la cendre de belette et
des asperges bouillies dans du vinaigre30 ; puis il s’essuyait les lèvres à une serviette d’écarlate, et
reprenait :
« Ce qui valait un sicle d’argent vaut aujourd’hui trois shekels d’or, et les cultures abandonnées
pendant la guerre ne rapportent rien ! Nos pêcheries de pourpre sont à peu près perdues, les perles
mêmes deviennent exorbitantes ; à peine si nous avons assez d’onguents pour le service des Dieux ! Quant
aux choses de la table, je n’en parle pas, c’est une calamité ! Faute de galères, nous manquons d’épices,
et l’on a bien du mal à se fournir de silphium31, à cause des rébellions sur la frontière de Cyrène. La
Sicile, où l’on trouvait tant d’esclaves, nous est maintenant fermée ! Hier encore, pour un baigneur et
quatre valets de cuisine, j’ai donné plus d’argent qu’autrefois pour une paire d’éléphants ! »
Il déroula un long morceau de papyrus ; et il lut, sans passer un seul chiffre, toutes les dépenses que le
Gouvernement avait faites : tant pour les réparations des temples, pour le dallage des rues, pour la
construction des vaisseaux, pour les pêcheries de corail, pour l’agrandissement des Syssites, et pour des
engins dans les mines, au pays des Cantabres.
Mais les capitaines, pas plus que les soldats, n’entendaient le punique, bien que les Mercenaires se
saluassent en cette langue. On plaçait ordinairement dans les armées des Barbares quelques officiers
carthaginois pour servir d’interprètes ; après la guerre ils s’étaient cachés de peur des vengeances ;
Hannon n’avait pas songé à les prendre avec lui ; d’ailleurs sa voix trop sourde se perdait au vent.
Les Grecs, sanglés dans leur ceinturon de fer, tendaient l’oreille, en s’efforçant à deviner ses paroles,
tandis que des montagnards, couverts de fourrures comme des ours, le regardaient avec défiance ou
bâillaient, appuyés sur leur massue à clous d’airain. Les Gaulois inattentifs secouaient en ricanant leur
haute chevelure, et les hommes du désert écoutaient immobiles, tout encapuchonnés dans leurs vêtements

de laine grise ; d’autres arrivaient par-derrière ; les gardes, que la cohue poussait, chancelaient sur leurs
chevaux, les Nègres tenaient au bout de leurs bras des branches de sapin enflammées ; et le gros
Carthaginois continuait sa harangue, monté sur un tertre de gazon.
Cependant les Barbares s’impatientaient, des murmures s’élevèrent, chacun l’apostropha. Hannon
gesticulait avec sa spatule ; ceux qui voulaient faire taire les autres, criant plus fort, ajoutaient au
tapage32.
Tout à coup, un homme d’apparence chétive bondit aux pieds d’Hannon, arracha la trompette d’un
héraut, souffla dedans, et Spendius (car c’était lui) annonça qu’il allait dire quelque chose d’important33.
À cette déclaration, rapidement débitée en cinq langues diverses, grec, latin, gaulois, libyque et baléare,
les capitaines, moitié riant, moitié surpris, répondirent : « Parle ! parle ! »
Spendius hésita ; il tremblait ; enfin s’adressant aux Libyens, qui étaient les plus nombreux, il leur dit :
« Vous avez tous entendu les horribles menaces de cet homme ! »
Hannon ne se récria pas, donc il ne comprenait point le libyque ; et, pour continuer l’expérience,
Spendius répéta la même phrase dans les autres idiomes des Barbares.
Ils se regardèrent étonnés ; puis tous, comme d’un accord tacite, croyant peut-être avoir compris,
baissèrent la tête en signe d’assentiment.
Alors, Spendius commença d’une voix véhémente :
« Il a d’abord dit que tous les Dieux des autres peuples n’étaient que des songes près des Dieux de
Carthage ! Il vous a appelés lâches, voleurs, menteurs, chiens et fils de chiennes ! La République, sans
vous (il a dit cela !), ne serait pas contrainte à payer le tribut des Romains ; et par vos débordements vous
l’avez épuisée de parfums, d’aromates, d’esclaves et de silphium, car vous vous entendez avec les
nomades sur la frontière de Cyrène ! Mais les coupables seront punis ! Il a lu l’énumération de leurs
supplices ; on les fera travailler au dallage des rues, à l’armement des vaisseaux, à l’embellissement des
Syssites, et l’on enverra les autres gratter la terre dans les mines, au pays des Cantabres. »
Spendius redit les mêmes choses aux Gaulois, aux Grecs, aux Campaniens, aux Baléares. En
reconnaissant plusieurs des noms propres qui avaient frappé leurs oreilles, les Mercenaires furent
convaincus qu’il rapportait exactement le discours du Suffète. Quelques-uns lui crièrent : « Tu mens ! »
Leurs voix se perdirent dans le tumulte des autres ; Spendius ajouta :
« N’avez-vous pas vu qu’il a laissé en dehors du camp une réserve de ses cavaliers ? À un signal, ils
vont accourir pour vous égorger tous. »
Les Barbares se tournèrent de ce côté, et comme la foule alors s’écartait, il apparut au milieu d’elle,
s’avançant avec la lenteur d’un fantôme, un être humain tout courbé, maigre, entièrement nu, et caché
jusqu’aux flancs par de longs cheveux hérissés de feuilles sèches, de poussière et d’épines. Il avait autour
des reins et autour des genoux des torchis de paille, des lambeaux de toile ; sa peau molle et terreuse
pendait à ses membres décharnés, comme des haillons sur des branches sèches ; ses mains tremblaient
d’un frémissement continu, et il marchait en s’appuyant sur un bâton d’olivier.
Il arriva auprès des Nègres, qui portaient les flambeaux. Une sorte de ricanement idiot découvrait ses
gencives pâles ; ses grands yeux effarés considéraient la foule des Barbares autour de lui.
Mais, poussant un cri d’effroi, il se jeta derrière eux, et il s’abritait de leurs corps ; il bégayait : « Les
voilà ! les voilà ! » en montrant les gardes du Suffète, immobiles dans leurs armures luisantes. Leurs
chevaux piaffaient, éblouis par la lueur des torches ; elles pétillaient dans les ténèbres ; le spectre humain

se débattait et hurlait :
« Ils les ont tués ! »
À ces mots qu’il criait en baléare, des Baléares arrivèrent et le reconnurent ; sans leur répondre il
répétait :
« Oui, tués tous, tous ! écrasés comme des raisins ! Les beaux jeunes hommes ! les frondeurs ! mes
compagnons, les vôtres ! »
On lui fit boire du vin, et il pleura ; puis il se répandit en paroles.
Spendius avait peine à contenir sa joie, – tout en expliquant aux Grecs et aux Libyens les choses
horribles que racontait Zarxas34 ; il n’y pouvait croire, tant elles survenaient à propos. Les Baléares
pâlissaient, en apprenant comment avaient péri leurs compagnons.
C’était une troupe de trois cents frondeurs, débarqués la veille, et qui, ce jour-là, avaient dormi trop
tard. Quand ils arrivèrent sur la place de Khamon, les Barbares étaient partis, et ils se trouvaient sans
défense, leurs balles d’argile ayant été mises sur les chameaux avec le reste des bagages. On les laissa
s’engager dans la rue de Satheb, jusqu’à la porte de chêne doublée de plaques d’airain ; et le peuple, d’un
seul mouvement, s’était poussé contre eux.
En effet, les soldats se rappelèrent un grand cri ; Spendius, qui fuyait en tête des colonnes, ne l’avait
pas entendu.
Puis, les cadavres furent placés dans les bras des Dieux-Patæques35 qui bordaient le temple de
Khamon. On leur reprocha tous les crimes des Mercenaires : leur gourmandise, leurs vols, leurs impiétés,
leurs dédains, et le meurtre des poissons dans le jardin de Salammbô. On fit à leurs corps d’infâmes
mutilations ; les prêtres brûlèrent leurs cheveux pour tourmenter leur âme ; on les suspendit par morceaux
chez les marchands de viandes ; quelques-uns même y enfoncèrent les dents, et le soir, pour en finir, on
alluma des bûchers dans les carrefours.
C’étaient là ces flammes qui luisaient de loin sur le lac. Quelques maisons ayant pris feu, on avait jeté
vite par-dessus les murs ce qui restait de cadavres et d’agonisants ; Zarxas jusqu’au lendemain s’était
tenu dans les roseaux, au bord du lac ; puis il avait erré dans la campagne, cherchant l’armée d’après les
traces des pas sur la poussière. Le matin, il se cachait dans les cavernes ; le soir, il se remettait en
marche, avec ses plaies saignantes, affamé, malade, vivant de racines et de charognes ; un jour enfin, il
aperçut des lances à l’horizon et il les avait suivies. Sa raison était troublée à force de terreurs et de
misères.
L’indignation des soldats, contenue tant qu’il parlait, éclata comme un orage ; ils voulaient massacrer
les Gardes avec le Suffète. Quelques-uns s’interposèrent, disant qu’il fallait l’entendre, et savoir au
moins s’ils seraient payés. Alors tous crièrent : « Notre argent ! » Hannon leur répondit qu’il l’avait
apporté.
On courut aux avant-postes, et les bagages du Suffète arrivèrent au milieu des tentes, poussés par les
Barbares. Sans attendre les esclaves, ils dénouèrent les corbeilles ; ils y trouvèrent des robes
d’hyacinthe, des éponges, des grattoirs, des brosses, des parfums, et des poinçons en antimoine pour se
peindre les yeux ; – le tout appartenant aux Gardes, hommes riches accoutumés à ces délicatesses.
Ensuite, on découvrit sur un chameau une grande cuve de bronze : c’était au Suffète pour se donner des
bains pendant la route ; car il avait pris toutes sortes de précautions, jusqu’à emporter, dans des cages,
des belettes d’Hécatompyle que l’on brûlait vivantes pour faire sa tisane. Comme sa maladie lui donnait
un grand appétit, il y avait, de plus, force comestibles et force vins, de la saumure, des viandes et des

poissons au miel, avec des petits pots de Commagène36, graisse d’oie fondue recouverte de neige et de
paille hachée. La provision en était considérable ; à mesure que l’on ouvrait les corbeilles, il en
apparaissait ; et des rires s’élevaient comme des flots qui s’entre-choquent.
Quant à la solde des Mercenaires, elle emplissait, à peu près, deux couffes de sparterie ; on voyait
même, dans l’une, de ces rondelles en cuir dont la République se servait pour ménager le numéraire ; et
comme les Barbares paraissaient fort surpris, Hannon leur déclara que, leurs comptes étant trop
difficiles, les Anciens n’avaient pas eu le loisir de les examiner. On leur envoyait cela, en attendant.
Alors tout fut renversé, bouleversé : les mulets, les valets, la litière, les provisions, les bagages. Les
soldats prirent la monnaie dans les sacs pour lapider Hannon. À grand’peine il put monter sur un âne ; il
s’enfuyait en se cramponnant aux poils, hurlant, pleurant, secoué, meurtri, et appelant sur l’armée la
malédiction de tous les Dieux. Son large collier de pierreries rebondissait jusqu’à ses oreilles. Il retenait
avec ses dents son manteau trop long qui traînait, et de loin les Barbares lui criaient : – « Va-t’en, lâche !
pourceau ! égout de Moloch ! sue ton or et ta peste ! plus vite ! plus vite ! » L’escorte en déroute galopait
à ses côtés.
La fureur des Barbares ne s’apaisa pas. Ils se rappelèrent que plusieurs d’entre eux, partis pour
Carthage, n’en étaient pas revenus ; on les avait tués sans doute ? Tant d’injustice les exaspéra, et ils se
mirent à arracher les piquets des tentes, à rouler leurs manteaux, à brider leurs chevaux ; chacun prit son
casque et son épée, en un instant tout fut prêt. Ceux qui n’avaient pas d’armes s’élancèrent dans les bois
pour se couper des bâtons.
Le jour se levait ; les gens de Sicca réveillés s’agitaient dans les rues. « Ils vont à Carthage », disaiton, et cette rumeur bientôt s’étendit par la contrée.
De chaque sentier, de chaque ravin, il surgissait des hommes. On apercevait les pasteurs qui
descendaient les montagnes en courant.
Quand les Barbares furent partis, Spendius fit le tour de la plaine, monté sur un étalon punique, et avec
son esclave qui menait un troisième cheval.
Une seule tente était restée. Spendius y entra.
« Debout, maître ! lève-toi ! nous partons !
— Où donc allez-vous ? demanda Mâtho.
— À Carthage ! » cria Spendius.
Mâtho bondit sur le cheval que l’esclave tenait à la porte.
1 - Ville de Numidie, à 200 km au sud-ouest de Carthage, qui servait de ville-garnison. Flaubert suit exactement le récit de Polybe (Histoire,
I, 15).
2 - Capitale de la Numidie, devenue Constantine lors de sa reconstruction par l’empereur Constantin, au IVe siècle. C’est par Constantine
que Flaubert a commencé son voyage de repérage en 1858.
3 - Soldats d’infanterie, lourdement armés, dans l’armée grecque.
4 - Piques, très longues, des phalanges macédoniennes.
5 - Membres du « Conseil des Anciens ».
6 - Voir p. 59, note 2.
7 - La ville de Carthage est disposée en trois quartiers : Malqua, Byrsa et Mégara. « Le premier qu’habitaient les gens de la marine
s’étendait depuis le Lac et les Ports jusqu’au bas de l’Acropole. Il était populeux, d’un aspect sombre et misérable […] », écrit Flaubert dans
« Carthage » (voir p. 467).
8 - Voir p. 67, note 2. La chanson est rapportée par Athénée (livre XIV). Flaubert l’a un peu modifiée et raccourcie.
9 - Le lac de Tunis, qui se situe au sud-ouest de Carthage, et est séparé de la mer par une bande de sable ; au nord-ouest de Carthage

s’étend une lagune salée (voir « Carthage », p. 489-490).
10 - Désigne chez les Grecs et les Romains plusieurs végétaux dont on extrait un suc du même nom. Le plus précieux était celui de
Cyrénaïque. Il avait de très nombreux usages culinaires et thérapeutiques. Cette plante retient l’eau à la jonction des feuilles engainant sa tige.
On lui attribuait de très nombreuses propriétés.
11 - Les Samnites (le Samnium est une région d’Italie centrale) ont résisté aux Romains en trois guerres successives (343-290 av. J.-C.), et
ont continué de s’allier aux ennemis de Rome, en particulier avec Pyrrhus en 280 (voir p. 67, note 1), et, par la suite, lors de la deuxième
guerre punique.
12 - Golfe de la côte libyenne, où se trouve la ville de Syrte. On l’a appelé golfe de la Grande Syrte pour le différencier du golfe de Gabès,
sur la côte est de la Tunisie, lui aussi appelé Syrte (Petite Syrte).
13 - Les Égyptiens avaient assimilé à leur dieu Ammon la divinité à laquelle un culte était rendu dans une oasis du désert de Libye (actuelle
Siwa), située à 500 km à l’ouest de Memphis, et devenue un célèbre lieu d’oracle. Hérodote mentionne celui-ci à plusieurs reprises (Histoires,
I, 46 ; II, 55…).
14 - Peuple nomade, libyco-berbère, se déplaçant sur un vaste espace compris entre la Libye et l’Atlas, et allant au sud jusqu’au Niger.
15 - Les Carthaginois avaient pris, contre les Romains, cette ville de la côte occidentale de Sicile (Trapani), à la suite d’une bataille navale
particulièrement meurtrière, en 249 av. J.-C.
16 - Mesure grecque de capacité, principalement pour les denrées sèches (équivalant à un peu plus de 50 litres).
17 - Le rythme de ce passage où s’établissent les liens entre Spendius et Mâtho est ainsi conçu dans l’un des scénarios préparatoires : « Un
seul homme se sent plus heureux. Le faire voir physiquement. Spendius buvait le vent, faisant sonner sa panoplie comme si la liberté lui montait
à la tête / – qu’est-ce que tu as donc ? / Histoire de Spendius très haletante : “j’ai rêvé ce désert” / Histoire de Mâtho (direct) / première halte
– / re-paysage » (BNF, N.a.f. 23662, fo 178).
18 - Le culte d’Astarté, ici désignée comme Tanit, comprenait la prostitution sacrée, pratiquée au sein des sanctuaires de la déesse, comme
celui de Sicca (Sicca Veneria, ainsi nommée parce qu’on y rendit un culte à Vénus Érycine ; actuellement El Kef).
19 - Instruments anciens d’Égypte et de Grèce, formés de deux plaquettes articulées de bois ou de métal, utilisés dans les cérémonies pour
accompagner la danse.
20 - Dans la Rome ancienne, les licteurs escortaient les consuls et, portant des haches enveloppées dans des faisceaux de verges, leur
ouvraient le passage.
21 - Le galbanum, gomme-résine issue d’une herbacée du même nom, antispasmodique, stimulante et carminative, le seseli, autre
herbacée, et le venin de vipère entraient dans la composition de la thériaque, contrepoison dont la première mention est donnée par
Andromaque, médecin de Néron.
22 - Divinités archaïques, dont le culte, venu sans doute de Phrygie, s’est longuement perpétué dans le monde grec et romain, sous forme de
« mystères », d’abord à Samothrace, puis dans divers lieux de la Grèce, à Thèbes, à Lemnos. L’initiation à ces « mystères » était
particulièrement recherchée. Flaubert a utilisé différentes orthographes du mot, dans son manuscrit comme dans les diverses éditions du
roman : Kabires, Kabyres, Kabyrim, Cabires.
23 - Michelet écrit : « Là, inactifs sur la plage aride, et pleins de l’image de la grande ville, ils se mirent à supputer, à exagérer ce qu’on leur
devait, ce qu’on leur avait promis dans les occasions périlleuses » (Histoire romaine, II, 4, p. 230).
24 - Voir p. 49, note 2.
25 - Voir p. 58, note 2.
26 - Plante de la famille des liliacées, considérée pour ses vertus curatives depuis la plus haute antiquité (Inde, Égypte, Asie Mineure).
27 - Flaubert reprend le récit de Polybe (Histoire, I, 15).
28 - Mercenaire lacédémonien qui, pendant la première guerre punique, permit aux Carthaginois d’arrêter les Romains en Afrique, en
particulier par sa victoire de Tunis sur le consul Regulus, en 255 av. J.-C.
29 - La précision signale le caractère composite des troupes mercenaires, qui combine le modèle grec de la « phalange » (colonne
lourdement armée, avec boucliers et cuirasses, conçue pour que l’ennemi se brise contre elle) et le modèle romain de la « cohorte » (troupe
d’infanterie).
30 - Flaubert relève ces remèdes contre l’éléphantiasis dans Pline (XXX et XX, 42).
31 - Voir p. 74, note 1.
32 - Michelet, reprenant Polybe, écrit (Histoire romaine, II, 4, p. 231) : « Alors un tumulte horrible s’élève, et des imprécations en dix
langues […]. Nul moyen de s’entendre. Hannon leur faisait parler par leurs chefs nationaux ; mais ceux-ci comprenaient mal ou ne voulaient
pas comprendre et rapportaient tout autre chose aux soldats. Ce n’était qu’incertitude, équivoque, défiance et cabale. » L’intervention de
Spendius et le témoignage du Baléare sont une dramatisation propre à Flaubert.
33 - Dans le récit de Polybe, Spendius n’apparaît que lors de la venue, ultérieure, de Giscon, et Mâtho avec lui : voir chap. IV, p. 120, note 2.

34 - Zarxas, dans Polybe, est africain et non pas baléare.
35 - Dieux protecteurs, que l’on trouve en Égypte, et que les Phéniciens représentaient souvent sous l’aspect de nains ou de cynocéphales.
Ils étaient également portés sous forme d’amulettes.
36 - Royaume situé en Asie Mineure, dont la capitale était Samosate, au bord de l’Euphrate.


Aperçu du document Flaubert_-Gustave-Salammbô.pdf - page 1/278
 
Flaubert_-Gustave-Salammbô.pdf - page 2/278
Flaubert_-Gustave-Salammbô.pdf - page 3/278
Flaubert_-Gustave-Salammbô.pdf - page 4/278
Flaubert_-Gustave-Salammbô.pdf - page 5/278
Flaubert_-Gustave-Salammbô.pdf - page 6/278
 




Télécharger le fichier (PDF)


Flaubert_-Gustave-Salammbô.pdf (PDF, 1.8 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


corrige s es 2011
maquette musanostra revue n 6 copie
biblio premire guerre jeunesse
classiques revisites   2  pdf
francais 2011
classiques revisites 3pdf

Sur le même sujet..